Navigation – Plan du site
2017

Benjamin Anderson & Robert G. Ousterhout, Palmyra 1885. The Wolfe Expedition and the Photographs of John Henry Haynes

Annie Sartre-Fauriat
Référence(s) :

Benjamin Anderson & Robert G. Ousterhout, Palmyra 1885. The Wolfe Expedition and the Photographs of John Henry Haynes, Edimbourg, Cornucopia Books, 2016, 22 x 26, 128 p., 85 pl. n/b, ISBN : 978-0-9565948-7-7.

Texte intégral

1De retour de Mésopotamie où il a passé plusieurs mois à la recherche d’un possible site de fouille, le photographe et archéologue américain John Henry Haynes (1849-1910) s’arrête à Palmyre à la mi-avril 1885. Il a été mandaté par l’Archaeological Institute of America pour faire autant de photographies que possible du site. Impressionné par les ruines qui contrastent avec celles des villes de brique crue de Mésopotamie, il y réalise près d’une centaine de plaques photographiques qui, pour la plupart, étaient restées inédites, archivées à la bibliothèque Karl Kroch de Cornell University ou au musée d’archéologie et d’anthropologie de l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie.

2L’opuscule réalisé par B. Anderson et R. G. Ousterhout réunit 75 photos de Palmyre plus quelques autres prises par Haynes à Nimrud (7), Nippur (8) ou Doura (9), entrecoupées de six encarts de texte exposant la biographie du photographe, les travaux de la Wolfe Expedition en Mésopotamie et le récit des quelques jours passés sur le site par Haynes et William Ward, le chef de l’expédition, l’un photographiant et l’autre recopiant des inscriptions. En revanche, les synthèses sur la topographie de Palmyre, sa découverte par les voyageurs ou « Palmyre et sa reine du désert », n’ont rien de très original et, pour la dernière, véhicule malheureusement les poncifs et sottises habituels sur Odainath et Zénobie. On aurait pu s’en douter à la lecture de la bibliographie presque uniquement en anglais qui ne comporte aucun des ouvrages essentiels et à jour sur le sujet, même dans cette langue.

3Quant aux photos, bien que réalisées précocement, elles ne sont pas tout à fait les premières à avoir été effectuées sur le site. En effet, le vice-amiral Louis Vigne en 1864, ou le photographe Félix Bonfils vers 1875 avaient déjà pris plusieurs clichés des ruines dont plusieurs d’entre eux sont d’ailleurs insérés dans l’opuscule (33, 34, 35, 37). Toutefois, par leur nombre les photos de Haynes embrassent un champ relativement large avec des panoramiques plus nombreux (10, 14-18), des détails architecturaux ou des bas-reliefs funéraires (12, 41, 49, 52, 50, 57), des scènes de vie quotidienne (38, 67). Elles font prendre conscience des aménagements et transformations du site opérés depuis et des reconstructions et restaurations effectuées sur plusieurs monuments. On y voit par exemple le temple de Baalshamin ensablé jusqu’aux consoles (1), la partie intérieure est du grand arc qui était écroulée (34-35), le temple funéraire dont ne subsistait que la façade (71), et la tour d’Elhabel (46) amputée de sa partie supérieure. On remarque l’absence de certains monuments comme le tétrapyle, remonté intégralement en 1963, mais l’on constate la présence d’un cimetière musulman, installé près du temple de Bel, où de petits autels sacrificiels antiques (des pyrées) étaient en remploi comme pilier des clôtures (75). Quant à la photo du tarif de Palmyre, elle le montre in situ (43) encore partiellement enterré, avant son enlèvement en 1901 par le prince Lazarev et son expédition à Saint-Petersbourg. Mais les auteurs se trompent en l’associant à l’agora qu’ils appellent « Tariff Court », car les travaux de Michal Gawlikowski ont montré qu’il était affiché en réalité au sud du temple de Nabu.

4Le dossier photographique est donc tout à fait intéressant pour compléter les connaissances que nous avions du site avant tout travaux ; je regrette seulement que la succession des photos dans le fascicule échappe à toute logique de classement, malgré des têtes de chapitre, qui éparpillent les photos d’un même monument ou d’une catégorie sur l’ensemble du volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Sartre-Fauriat, « Benjamin Anderson & Robert G. Ousterhout, Palmyra 1885. The Wolfe Expedition and the Photographs of John Henry Haynes », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 20 mars 2017, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/5288

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals