Navigation – Plan du site

Sur certains tétradrachmes provinciaux de Syrie

Michel Amandry
p. 177-182

Texte intégral

  • 1 Rappelons d’un mot le contexte historique. Des tétradrachmes au nom de Caracalla, datés Cos IV (ΥΠ (...)
  • 2 4 dons : Y 19302-19672 (3 oct. 1932), 371 exemplaires ; Y 19908-19915 (25 juillet 1933) : 8 exempl (...)
  • 3 Noe 1937.
  • 4 Noe 1937, p. 270, no 1034, cite un trésor découvert en Syrie en 1929 qui aurait contenu ± 106 tétra (...)

1Le Cabinet des Médailles possède une très riche collection de tétradrachmes frappés par Caracalla, Julia Domna, Macrin et Diaduménien en Mésopotamie, Commagène, Syrie, Phénicie, Samarie et Judée 1. Il la doit pour l’essentiel à Henri Seyrig : 427 tétradrachmes sont entrés par don entre 1932 et 1963 2. Mais, dès 1932, soit trois ans après qu’il ait pris la direction des Antiquités de Syrie et du Liban, l’essentiel de cet ensemble, soit 371 exemplaires, était donné au Cabinet. Quand on regarde les plateaux, il paraît évident que ces pièces proviennent d’un trésor car elles ont une patine similaire, avec parfois quelques traces d’oxydation. Mais Seyrig, si soucieux de noter sur ses étiquettes la provenance de ses pièces, n’a rien noté et la bibliographie de Noe 3 n’est d’aucune aide 4.

  • 5 Seyrig 1932.
  • 6 Bellinger 1940. Seyrig avait fait parvenir à Bellinger les moulages de toutes les monnaies qu’il po (...)
  • 7 Prieur & Prieur 2000. À noter, p. 199-200, une utile concordance Bellinger-Prieur.

2Ce qui est également curieux est que Seyrig n’a jamais rien écrit, ou presque, sur ces pièces, à l’époque où il les a rassemblées. Son seul article, dont j’emprunte le titre à l’occasion de ce colloque, date de 1932 5. Il est vrai que dans les années 30, Alfred R. Bellinger travaillait sur ce sujet, qui aboutit en 1940 à une publication qui fait encore de nos jours autorité 6 et n’a pas été vraiment remplacée par celle de Michel et Karin Prieur 7. Mais Seyrig est revenu régulièrement sur certaines attributions de ces tétradrachmes.

Hiérapolis ou Héliopolis ?

  • 8 Imhoof-Blumer 1890.
  • 9 Seyrig 1932, p. 361.
  • 10 Paris CM Y 19419, 13,46 g.
  • 11 Seyrig 1932, p. 361.
  • 12 Seyrig 1932, p. 362.
  • 13 Bellinger 1940, p. 41-44.
  • 14 Bellinger 1940, p. 42, fig. 2 ; Prieur & Prieur 2000, 925.

3Les tétradrachmes portant pour symbole un lion (ill. 1) ont été attribués à Hiérapolis par Imhoof-Blumer 8, en raison de rapprochements avec certaines émissions civiques sur lesquelles figure un lion semblable. Seyrig trouvait plausible cette attribution, puisque « le lion est l’animal favori d’Atargatis, qui avait à Hiérapolis son plus fameux sanctuaire » 9. Mais un exemplaire sur lequel Caracalla cuirassé, tourné vers la gauche, tient lance et bouclier, avait retenu toute son attention 10. Le bouclier porte en effet la représentation d’une divinité engainée, coiffée d’un haut calathos, tenant dans sa main droite un fouet « dont la mèche s’enroule au manche » 11 et dans sa main gauche une gerbe d’épis (ill. 2). Seyrig concluait qu’il était « impossible de ne pas reconnaître là les attributs principaux du dieu de Baalbek, le fouet et la gerbe d’épis » et que l’on pouvait donc attribuer les tétradrachmes au lion à Baalbek et celles au lion avec étoile à Hiérapolis, puisque Hiérapolis était désormais privée de monnayage 12. Bellinger a maintenu la série au lion à Hiérapolis 13, pour d’excellentes raisons. Un tétradrachme remarquable 14 montre Hadad et Atargatis, les divinités principales de Hiérapolis, de part et d’autre d’un petit édifice cultuel, au-dessus d’un aigle aux ailes éployées ; entre les pattes de l’aigle, un lion, tourné vers la droite (ill. 3). Or des monnaies civiques de Hiérapolis, portant le nom de la cité, montrent la même scène sous Sévère Alexandre (ill. 4). Le doute n’est donc pas permis. Du reste, Bellinger fait état d’un échange de correspondance avec Seyrig à propos de l’exemplaire sur lequel il reconnaissait Jupiter Héliopolitain et Seyrig émet désormais de forts doutes sur son attribution :

  • 15 Bellinger 1940, p. 43-44.

« I am very doubtful about my former hypothesis. And yet, I cannot identify the god on the shield with any other than Jupiter Heliopolitanus. Of course, a type on a shield does not amount to a mint-mark. Perhaps Caracalla really had a shield with a figure of Jupiter Heliopolitanus, and it is not absolutely inconceivable that he was seen with it in Hierapolis and portrayed with it » 15.

Illustration 1.

Illustration 1.

[harmoniser toutes les tailles des monnaies, taille réelle : +/- 2,5 cm de diamètre ? Sauf pour la 2, plus grande]Caracalla, Hiérapolis, tétradrachme, Classical Numismatic Group vente 85, 15 sept. 2010, 623, 26 mm, 14,03 g

© CNG

Illustration 2.

Illustration 2.

Caracalla, Hiérapolis, tétradrachme, CM Y 19419

© Richler Graphics

Illustration 3.

Illustration 3.

Caracalla, Hiérapolis, tétradrachme, LHS 102, 29 avril 2008, 414, 26 mm, 13,57 g

© LHS

Illustration 4.

Illustration 4.

Sévère Alexandre, Hiérapolis, bronze, Classical Numismatic Group vente 93, 22 mai 2013, 950, 27 mm, 15,39 g

© CNG

  • 16 Seyrig 1949.

4Mais H. Seyrig est revenu sur l’interprétation de cette représentation 16. Voici la description qu’il en donne désormais :

  • 17 Seyrig 1949, p. 19.

« Corps conique, surmonté d’une tête que coiffe une haute tiare cylindrique. La statue est dépourvue de pieds. La main droite tient une longue haste verticale, autour de laquelle s’enroule un serpent ou une bandelette ; la main gauche tient une sorte de fleuron à trois pétales. Le bas de la statue est flanquée de deux objets recourbés » 17.

  • 18 Macrobe, Saturn. I, XVII, 66-67 (« Les Hiéropolitains représentent tous les effets et toutes les p (...)

5Reconnaissant avec raison en ces objets recourbés des aigles tournés vers l’extérieur, mais retournant la tête vers le dieu, et s’appuyant sur un texte de Macrobe 18, il identifie désormais cette statue comme celle d’Apollon barbu, le troisième dieu d’importance à Hiérapolis après Atargatis et Hadad. Ainsi donc, l’obstacle héliopolitain est levé.

Orthosie ?

  • 19 Seyrig 1932, p. 65-66.
  • 20 Newell 1938, p. 45.
  • 21 Bellinger 1940, p. 75-76, nos 252-256, pl. XVIII, 4-9.

6Une autre série de tétradrachmes, portant entre les pattes d’un aigle l’image d’une idole engainée, a été discutée par Seyrig 19. Il décrivait cette idole « coiffée d’un haut calathos, tenant de la main droite une imposante harpè, et flanquée à la mode phénicienne de deux animaux que l’exiguïté de leur dessin ne permet guère de déterminer [ill. 5]. De la main gauche, le dieu tient un objet peu distinct, une sorte de broche verticale ». Seyrig faisait immédiatement le rapprochement entre l’image de cette divinité et celle du baal d’Orthosie, figuré sur des monnaies de cette cité depuis l’époque hellénistique jusqu’au iiie s. après J.-C. (ill. 6), même s’il notait que le baal d’Orthosie semblait tenir dans sa main droite les rênes qui maintenaient les animaux et que la main gauche était dissimulée par le fait que le dieu était représenté de profil droit sur les monnaies. Cette identification n’avait pas convaincu Newell 20 qui considérait que le dieu ne tenait pas une harpè, mais un fouet, qu’il ne tenait pas de rênes, mais un objet indéterminé, enfin que les animaux n’étaient pas ailés. Pour lui, la divinité représentée était Jupiter Héliopolitain, et il attribuait donc ces monnaies à Héliopolis ! L’attribution à Orthosie a été acceptée par Bellinger 21, faute de pouvoir attribuer ces tétradrachmes à une autre cité, en tout cas pas à Héliopolis.

Illustration 5.

Illustration 5.

Caracalla, Orthosie (?), tétradrachme, Numismatica Ars Classica 72, 16 mai 2013, 690

© NAC

Illustration 6.

Illustration 6.

Elagabale, Orthosie, bronze, Classical Numismatic Group Electronic Auction 292, 5 déc. 2012, 323, 23 mm, 11,12 g

© CNG

  • 22 Seyrig 1962a.
  • 23 Newell 1938, p. 45.
  • 24 Imhoof-Blumer 1890, p. 238 ; Bellinger 1940, p. 77, nos 257-260, pl. XVIII, 10-14.
  • 25 Seyrig 1962a, p. 46-47.
  • 26 Mais, comme le note plus tard Seyrig 1962b, p. 207 : « Si populaires sur les monnaies de l’époque (...)

7Seyrig est revenu sur ce problème à l’occasion de son étude sur le monnayage de Ptolémaïs 22. Considérant que Bellinger avait accepté à contre-cœur son attribution et que Newell 23 estimait que le groupe portant cette divinité engainée et qu’un autre groupe portant les bonnets des Dioscures, attribué à Tripolis 24, sortaient d’un même atelier, Seyrig les a placés tous les deux à Ptolémaïs, affirmant qu’il lui paraissait certain « aujourd’hui, que les deux émissions ont été gravés par le même artisan » et estimant que cet atelier avait « l’avantage d’expliquer les deux symboles » 25. Le culte des Dioscures est un des plus éminents de la ville et l’idole engainée, que Seyrig acceptait désormais d’identifier à Jupiter Héliopolitain, représentait un culte notoirement attesté à Ptolémaïs 26.

  • 27 Prieur & Prieur 2000, p. 145-146, nos 1210-1227A.

8Cette réattribution a été acceptée par Prieur 27 et Orthosie et Tripolis ont disparu de la liste des ateliers frappant des tétradrachmes. Mais je ne crois pas personnellement que les deux émissions à l’idole engainée et aux bonnets des Dioscures (ill. 7) ont été gravées par un même artisan. Certes, le portrait de Caracalla est assez semblable sur les deux séries, en gros, mais pas dans le détail. Il suffit de regarder le traitement des cheveux. D’autre part, la mise en page de la légende de droit est différente d’une série à l’autre ; de plus, dans un cas, elle est ponctuée, pas dans l’autre. Enfin, Caracalla est orthographié ΑΝΤΩΝΙΝΟC dans un cas, ΑΝΤΩΝΕΙΝOC dans l’autre. Il me semble que nous sommes bien en présence de deux productions : les attributions à Orthosie et à Tripolis, cités voisines, restent pour moi valables.

Illustration 7.

Illustration 7.

Caracalla, Tripolis (?), tétradrachme, Peus 409, 25 avril 2013, 798, 25 mm, 12,69 g

© Peus

Chypre

  • 28 Seyrig 1932, p. 363-364.
  • 29 RPC II, nos 1805, 1807, 1814-1816.
  • 30 Bellinger 1940, nos 382-385, pl. XXVI, 8-15 ; Prieur & Prieur 2000, p. 173-175, nos 1578-1583.

9Une série de tétradrachmes porte un épi de blé gravé à l’exergue. Seyrig 28 a été le premier à rapprocher ces pièces de celles émises sous le règne de Vespasien à Chypre 29 portant le même symbole. Depuis cette attribution a été acceptée, faute de mieux il faut bien l’avouer 30.

Ascalon

  • 31 Seyrig 1939, p. 8.
  • 32 Bellinger 1940, no 376, pl. XXV, 16-17.
  • 33 Prieur & Prieur 2000, no 1654-1655, p. 183-184.
  • 34 Bellinger 375 = Prieur & Prieur 2000, no 1653.

10Une autre série de tétradrachmes portant à l’exergue une palme et, sous la palme, une colombe et un rameau à trois feuilles, a retenu l’attention de Seyrig 31. En quelques phrases lapidaires, il l’attribue à Ascalon en raison de la présence de la colombe : « Ce symbole ordinaire d’Ascalon est mis en exergue, avec une palme » (ill. 8). Cette attribution a été acceptée sans réserve par Bellinger 32 et Prieur 33. À Ascalon est attribuée une autre série de tétradrachmes, qui ne porte pas au revers l’aigle mais Isis au-dessus de trois têtes de lion tournées vers la droite 34 (ill. 9). Cette attribution est assurée parce que l’on connaît des bronzes portant ce type avec l’ethnique de la cité (ill. 10). Et, lorsque l’on compare le style des portraits de Caracalla sur les deux séries, il me semble que dans ce cas nous sommes bien en présence d’un même graveur.

Illustration 8.

Illustration 8.

Caracalla, Ascalon, tétradrachme, Heritage World Coin Auctions vente 3003, 8 mars 2012, 20573, 25 mm, 12,74 g

© Heritage World Coin

Illustration 9.

Illustration 9.

Caracalla, Ascalon, tétradrachme, Heritage World Coin Auctions vente 3003, 8 mars 2012, 20572, 26 mm, 12,36 g

© Heritage World Coin

Illustration 10.

Illustration 10.

Sévère Alexandre, Ascalon, bronzen Gemini VI, 10 janv. 2010, 689, 27 mm, 17,15 g

© Gemini

Gabala

  • 35 Seyrig 1939, p. 7-8.
  • 36 Bellinger 1940, nos 222-224 ; Prieur & Prieur 2000, nos 1087-1090.

11Une dernière attribution de Seyrig mérite l’attention 35. Une série de tétradrachmes porte à l’exergue un crabe enserrant dans ses pinces un croissant lunaire. Le parallèle avec de rares monnaies de Gabala portant au revers ce type invite à considérer ces pièces comme émises dans cette cité 36, même si le dattier qui figure à droite de l’aigle ne se retrouve pas sur le monnayage civique.

  • 37 Je voudrais remercier William Metcalf pour les informations qu’il m’a fournies sur Bellinger. Les (...)

12Si Henri Seyrig n’a pas écrit de synthèse sur ces tétradrachmes, il s’y est intéressé en les collectionnant et en commentant certains symboles particuliers. Les quelques exemples donnés ici témoignent de son apport aux problèmes posés par ce vaste ensemble et illustrent aussi, dans certains cas, la démarche scientifique d’un savant qui ne campait pas sur des positions intenables 37.

Haut de page

Bibliographie

Bellinger (A. R.) 1940 The Syrian Tetradrachms of Caracalla and Macrinus (Numismatic Studies 3), New York, ANS (rééd. 1981).

Imhoof-Blumer (F.) 1890 Grieschische Münzen, Munich, G. Franz.

Macrobe Les Saturnales, éd. Guittard (C.), Paris, Les Belles-Lettres, 1997.

Newell (E. T.) 1938 Miscellanea Numismatica: Cyrene to India (NNM 82), New York, ANS.

Noe (S. P.) 19372A Bibliography of Greek Coin Hoards (NNM 78), New York, ANS.

Prieur (M.) & Prieur (K.) 2000 A type corpus of the Syro-Phoenician Tetradrachms and their Fractions from 57 bc to ad 253, Londres, CNG.

Seyrig (H.) 1932 « Sur certains tétradrachmes provinciaux de Syrie », Syria 13, p. 360-368 [= Antiquités syriennes I, Paris, P. Geuthner, 1934, p. 61-69].

Seyrig (H.) 1939 « Sur quelques monnaies provinciales de Syrie et de Cilicie », Syria 20, p. 5-8 [= Antiquités syriennes III, Paris, P. Geuthner, 1946, p. 39-42].

Seyrig (H.) 1949 « Sur une idole hiérapolitaine », Syria 26, p. 17-28 [= Antiquités syriennes IV, Paris, P. Geuthner, 1953, p. 19-31].

Seyrig (H.) 1962a « Le monnayage de Ptolémaïs en Phénicie », RN, 1962, p. 25-50, pl. I [= Scripta Numismatica, Paris, P. Geuthner, 1986, p. 261-286, pl. I].

Seyrig (H.) 1962b « Divinités de Ptolemaïs », Syria 39, p. 193-207 [= Antiquités syriennes VI, Paris, P. Geuthner, 1966, p. 100-114].

Haut de page

Notes

1 Rappelons d’un mot le contexte historique. Des tétradrachmes au nom de Caracalla, datés Cos IV (ΥΠΑΤΟC ΤΟ Δ), portant une grande variété de symboles, ont été émis en quantités importantes probablement à partir de 215, en raison de la préparation de l’expédition parthique de l’empereur. Cette frappe déconcentrée fur poursuivie par Macrin, en 217/218.

2 4 dons : Y 19302-19672 (3 oct. 1932), 371 exemplaires ; Y 19908-19915 (25 juillet 1933) : 8 exemplaires ; R 2779-2824 (14 déc. 1962) : 46 exemplaires ; enfin R 3728-9 (15 déc. 1963) : 2 exemplaires.

3 Noe 1937.

4 Noe 1937, p. 270, no 1034, cite un trésor découvert en Syrie en 1929 qui aurait contenu ± 106 tétradrachmes dont l’arc chronologique allait de Caracalla à Trajan Dèce. Les informations de Noe proviennent de E. T. Newell qui avait acheté une partie de ce lot, désormais conservé à l’American Numismatic Society. Peut-on envisager un trésor beaucoup plus important, dont proviendraient les monnaies acquises par Seyrig ?

5 Seyrig 1932.

6 Bellinger 1940. Seyrig avait fait parvenir à Bellinger les moulages de toutes les monnaies qu’il possédait, dont beaucoup ont été illustrés.

7 Prieur & Prieur 2000. À noter, p. 199-200, une utile concordance Bellinger-Prieur.

8 Imhoof-Blumer 1890.

9 Seyrig 1932, p. 361.

10 Paris CM Y 19419, 13,46 g.

11 Seyrig 1932, p. 361.

12 Seyrig 1932, p. 362.

13 Bellinger 1940, p. 41-44.

14 Bellinger 1940, p. 42, fig. 2 ; Prieur & Prieur 2000, 925.

15 Bellinger 1940, p. 43-44.

16 Seyrig 1949.

17 Seyrig 1949, p. 19.

18 Macrobe, Saturn. I, XVII, 66-67 (« Les Hiéropolitains représentent tous les effets et toutes les propriétés du soleil sous l’aspect d’une seule statue barbue, qu’ils appellent Apollon »). Seyrig 1932, p. 62, avait pourtant eu ce jugement : « Les divinités de Hiérapolis nous sont aujourd’hui connues à merveille, elles sont décrites par Macrobe, […] et aucune d’entre elles ne ressemble de loin à celle dont est orné le bouclier impérial ».

19 Seyrig 1932, p. 65-66.

20 Newell 1938, p. 45.

21 Bellinger 1940, p. 75-76, nos 252-256, pl. XVIII, 4-9.

22 Seyrig 1962a.

23 Newell 1938, p. 45.

24 Imhoof-Blumer 1890, p. 238 ; Bellinger 1940, p. 77, nos 257-260, pl. XVIII, 10-14.

25 Seyrig 1962a, p. 46-47.

26 Mais, comme le note plus tard Seyrig 1962b, p. 207 : « Si populaires sur les monnaies de l’époque hellénistique, les Dioscures ne figurent plus jamais sur les monnaies de la colonie. Mais il servent encore de symboles sur des tétradrachmes provinciaux de Caracalla — si j’ai raison d’attribuer ceux-ci à Ptolémaïs ».

27 Prieur & Prieur 2000, p. 145-146, nos 1210-1227A.

28 Seyrig 1932, p. 363-364.

29 RPC II, nos 1805, 1807, 1814-1816.

30 Bellinger 1940, nos 382-385, pl. XXVI, 8-15 ; Prieur & Prieur 2000, p. 173-175, nos 1578-1583.

31 Seyrig 1939, p. 8.

32 Bellinger 1940, no 376, pl. XXV, 16-17.

33 Prieur & Prieur 2000, no 1654-1655, p. 183-184.

34 Bellinger 375 = Prieur & Prieur 2000, no 1653.

35 Seyrig 1939, p. 7-8.

36 Bellinger 1940, nos 222-224 ; Prieur & Prieur 2000, nos 1087-1090.

37 Je voudrais remercier William Metcalf pour les informations qu’il m’a fournies sur Bellinger. Les numismates professionnels, grâce à ce bel outil qu’est Coin Archives, mettent à la disposition des chercheurs un matériel considérable dans lequel on peut puiser. Je souhaiterais leur témoigner ma reconnaissance.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende [harmoniser toutes les tailles des monnaies, taille réelle : +/- 2,5 cm de diamètre ? Sauf pour la 2, plus grande]Caracalla, Hiérapolis, tétradrachme, Classical Numismatic Group vente 85, 15 sept. 2010, 623, 26 mm, 14,03 g
Crédits © CNG
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 2.
Légende Caracalla, Hiérapolis, tétradrachme, CM Y 19419
Crédits © Richler Graphics
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Illustration 3.
Légende Caracalla, Hiérapolis, tétradrachme, LHS 102, 29 avril 2008, 414, 26 mm, 13,57 g
Crédits © LHS
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Illustration 4.
Légende Sévère Alexandre, Hiérapolis, bronze, Classical Numismatic Group vente 93, 22 mai 2013, 950, 27 mm, 15,39 g
Crédits © CNG
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 5.
Légende Caracalla, Orthosie (?), tétradrachme, Numismatica Ars Classica 72, 16 mai 2013, 690
Crédits © NAC
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Illustration 6.
Légende Elagabale, Orthosie, bronze, Classical Numismatic Group Electronic Auction 292, 5 déc. 2012, 323, 23 mm, 11,12 g
Crédits © CNG
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Illustration 7.
Légende Caracalla, Tripolis (?), tétradrachme, Peus 409, 25 avril 2013, 798, 25 mm, 12,69 g
Crédits © Peus
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Illustration 8.
Légende Caracalla, Ascalon, tétradrachme, Heritage World Coin Auctions vente 3003, 8 mars 2012, 20573, 25 mm, 12,74 g
Crédits © Heritage World Coin
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 9.
Légende Caracalla, Ascalon, tétradrachme, Heritage World Coin Auctions vente 3003, 8 mars 2012, 20572, 26 mm, 12,36 g
Crédits © Heritage World Coin
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 10.
Légende Sévère Alexandre, Ascalon, bronzen Gemini VI, 10 janv. 2010, 689, 27 mm, 17,15 g
Crédits © Gemini
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5312/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Amandry, « Sur certains tétradrachmes provinciaux de Syrie », Syria, III | 2016, 177-182.

Référence électronique

Michel Amandry, « Sur certains tétradrachmes provinciaux de Syrie », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5312 ; DOI : 10.4000/syria.5312

Haut de page

Auteur

Michel Amandry

Conservateur général honoraire à la Bibliothèque nationale de France, directeur honoraire du Département des Monnaies, médailles et antiques, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals