Navigation – Plan du site

Henri Arnold Seyrig (1895-1973), une passion pour la glyptique
I. La collection de sceaux et sceaux-cylindres

Marielle Pic
p. 183-201

Texte intégral

Introduction

1Henri Arnold Seyrig, nommé à la Direction des antiquités de la Syrie et du Liban, ne cessera de faire connaître les civilisations qui se succédèrent au Proche-Orient. Ses responsabilités, ses connaissances et sa curiosité l’amenèrent à parcourir les sites archéologiques, les musées du Moyen-Orient et d’Occident, mais aussi le marché des antiquaires comme il en avait pris l’habitude à Athènes. Il considérait comme une activité scientifique indispensable et complémentaire la visite auprès des antiquaires, ceci dans le but de constituer une documentation complète, tout en essayant de retenir les pièces les plus importantes. Sa collection de glyptique, constituée tout au long de ses séjours en Orient, n’a été confiée au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France que très tardivement : quelques éléments furent donnés par lui dans les années 1930, puis en 1971, 1972, 1973 pour la plus grande partie et, enfin, par sa famille après son décès, en 1980. Le don effectué en 1972 comprenait le sceau personnel qu’il s’était fait graver, Seyrig.1972.1317.110 (ill. 1).

Illustration 1.

Illustration 1.

Sceau personnel inscrit en arabe « Henri Seyrig, conseiller des Monuments Historiques, 1348/1929 »

© M. Pic

Les éléments de la collection d’Henri Seyrig parvenus à la Bibliothèque nationale entre les années 1930 et 1973

  • 1 Ingholt et al. 1955.
  • 2 Mesnil du Buisson 1962. TM 49, p. 650, pl. XXIV, inventaire, Y 19 907, cette tessère est le premier (...)

2Avant de consacrer une grande partie de ses recherches à la glyptique orientale, le site de Palmyre, oasis au milieu du désert de Syrie, fut un des sujets d’études d’H. Seyrig, qui publia, en 1955, un recueil des tessères de Palmyre 1. Seules huit tessères de sa collection ont été données à la Bibliothèque nationale entre 1939 et 1969. Curieusement, une seule de ces tessères a été publiée dans le recueil du comte du Mesnil du Buisson 2. Des scènes classiques sont représentées sur ces tessères : des prêtres en buste, couronnés de la haute coiffe cylindrique, ou encore des prêtres allongés sur une banquette ; mais figurent aussi quelques inscriptions palmyréniennes.

  • 3 Inventaire : Seyrig.1972.1317.144 ; dim. : L : 3 : l : 2,6 ; H : 1,3 cm. Arnaud 2002, no 6, fig. 6 (...)
  • 4 Inventaire : Seyrig.1972.1317.146 ; dim : L : 3,4 ; l : 1 ; ép. : 0,75 cm. Arnaud 1998, p. 200 ; N (...)
  • 5 Inventaire : Seyrig.1972.114 ; Dim : H : 2,1 ; L : 3,5 ; ép. : 1,4 cm. Aynard & Nougayrol 1971.
  • 6 Nougayrol 1970. La petite amulette en calcédoine, porte le no Seyrig.1972.1317.112 et l’œil est le (...)

3H. Seyrig a confié en 1972, également au département, quelques pièces exceptionnelles provenant presqu’exclusivement de Syrie du Nord dont certaines ont été publiées avant même d’entrer dans les collections nationales. La première acquisition est un remarquable cachet 3 caractéristique de la civilisation de l’Indus, en chlorite, avec un tenon de préhension ; le plat est gravé du classique buffle aux cornes de profil (un croissant de lune au-dessus de son dos) mais plus exceptionnelle est l’inscription cunéiforme qu’il porte : elle est ainsi transcrite et traduite par Daniel Arnaud : « La légende est la suivante : Ur-Nin-idlu<m>, fils de Chien… », il précise :  « On peut donc estimer que le texte de ce cachet a été écrit entre 2400 et 2120 environ ». La deuxième acquisition est une perle en lapis-lazuli 4 oblongue comportant, selon D. Arnaud, deux lignes de signes cunéiformes, ainsi traduits : « À la reine de Nippur, Kadashman-Enlil » mais j’ai pu constater qu’il y a vraisemblablement d’autres signes cunéiformes gravés mais non déchiffrés pour le moment. La troisième acquisition est une tablette cunéiforme 5 d’époque néo-assyrienne « qui a été vendue récemment » à H. Seyrig, écrivent J.-M. Aynard et J. Nougayrol dans leur publication de 1971. Cette tablette aurait été trouvée à Ras et-Tanjara en Syrie du Nord ; le texte évoque un prêt d’argent (une demi-mine d’argent) entre plusieurs contractants dont les noms permettent de supposer une occupation néo-assyrienne du site. Quatre autres objets inscrits en cunéiforme, dont certains ont été publiés par J. Nougayrol 6, proviennent également de la collection d’H. Seyrig : une amulette en calcédoine marron, un œil en calcédoine grisâtre, une pointe de flèche en bronze et un poids en calcédoine.

Les sceaux sassanides, cachets sud-arabiques et hittites

  • 7 Fussman 2001.

4Une des passions d’Henri Seyrig fut la glyptique sassanide, confortée sans doute par la réelle complicité amicale qu’il noue avec Raoul Curiel (1913-2000), conservateur au Cabinet des Médailles de 1966 à 1978. Gérard Fussman écrit dans son hommage à R. Curiel 7 :

« Daniel Schlumberger lui fit connaître un autre Français Libre de la première heure, Henri Seyrig, directeur des Antiquités du Levant et grand collectionneur. Il devint son ami et, grâce à lui, se découvrit une passion pour les monnaies et les intailles. […] C’est alors qu’Henri Seyrig, nommé directeur des Musées de France, le [R. Curiel] prit pour adjoint. Il l’aida dans son effort de réorganisation ».

  • 8 Thierry 2001.

5C’est R. Curiel, appuyé par G. Le Rider, qui permit l’acquisition de la superbe collection de monnaies et de cachets sassanides d’Henri Seyrig. François Thierry confirme le rôle fondamental de R. Curiel par sa politique d’acquisition de collections pré-islamiques 8 :

« C’est pourquoi il fit entrer, avec l’aide d’Henri Seyrig, de Daniel Schlumberger et de Roman Ghirshman, un très grand nombre d’intailles, de pierres gravées, de cachets, de bulles et de sceaux antiques, sassanides, hephtalites, arabes et persans dans les collections du Département ».

6On peut imaginer aisément qu’H. Seyrig, D. Schlumberger et R. Curiel devaient échanger maints avis scientifiques quant à la constitution de cette collection de sceaux sassanides, confiés par la suite à la Bibliothèque nationale, en 1972. La propre collection d’Henri Seyrig était constituée de 137 sceaux de la période sassanide.

Les sceaux sassanides

  • 9 Gyselen 1993. Publication précédée par la publication de Gignoux 1978.

7Rika Gyselen confirme dans sa publication 9 sur les sceaux et bulles sassanides de la Bibliothèque nationale et du musée du Louvre, la valeur exceptionnelle de la collection réunie par H. Seyrig, donnée en 1971, 1972, 1973, au Cabinet des Médailles (ill. 2a et b) ; elle écrit, en page 17 de sa publication :

« On ne connaît évidemment pas le lieu de trouvaille de ces objets, mais on sait souvent de quelle aire géographique ils proviennent : certains ont été achetés à des collectionneurs iraniens, d’autres ont été acquis en Afghanistan et au Pakistan, d’autres encore proviennent de Syrie et du Liban. Parmi ces derniers sont à citer une centaine de sceaux sassanides réunie par H. Seyrig (1895-1973). Ces sceaux sont tous remarquables, mais certains d’entre eux ne rentrent pas vraiment dans le cadre typologique habituel des sceaux sassanides et semblent confirmer l’existence dans les régions à l’ouest de l’aire sassanide d’une tradition culturelle assez différente de celle de l’Iran intérieur ».

Illustration 2a.

Illustration 2a.

Sceaux sassanides, don 1972. De gauche à droite : autel et deux personnages (1972.1317.16) ; lion androcéphale (1972.1317.67) ; chèvre couchée (1972.1317.26) ; cavalier (1972.1317.32)

© BnF

Illustration 2b.

Illustration 2b.

Sceaux sassanides, don 1972. De gauche à droite : chameau (1972.1317.1108) ; buste royal (1971[sic]509) ; lion (1972.1317.10)

© BnF

8Un choix des sceaux les plus caractéristiques permet de voir la pertinence de la collection d’H. Seyrig, par exemple :

  • cat. 70.47 = 2.23 (Seyrig.1971.502) : un monogramme du type Apbd surmontant une croix, inscription en pehlevi, en jaspe ;
  • cat. 20. B.10 = 4.17 (Seyrig.1971.509) : un buste d’homme barbu et moustachu, coiffé d’une tiare, inscription en pehlevi, en agate ;
  • cat. 16.2 = 4.39 (Seyrig.1972.1317.16) : un autel du feu, inscription en pehlevi, en cornaline ;
  • cat. 14.1 = 6.6 (Seyrig.1972.1317.32) : un cavalier en prière et un être fantastique, inscription en pehlevi, en agate ;
  • cat. 30. B.13 (Seyrig.1972.1317.79) : un rongeur sur chariot tiré par quatre autres rongeurs, en cornaline ;
  • cat. 30. I.7 (Seyrig.1972.1317.108) : un dromadaire superbe, inscription en pehlevi, en calcédoine ;
  • cat. 30. E.34 = 3.10 (Seyrig.1972.1317.10) : un lion couché, inscription en pehlevi, en calcédoine ;
  • cat. 40. B.47 (Seyrig.1972.1317.67) : un bovidé à une aile, en agate ;
  • cat. 30. L.34 = 4.102 (Seyrig.1972.1317.26) : un ibex à cornes torsadées, inscription en pehlevi, en jaspe ;
  • cat. 30. S.1 = 4.108 (Seyrig.1972.1317.27) : un coq, inscription en pehlevi, en calcédoine ;
  • cat. 30. S.21 (Seyrig.1972.1317.85) : une oie ?, en agate ;
  • cat. 30. T.4 = 4.112 (Seyrig.1972.1317.28) : un scorpion, inscription en pehlevi, en calcédoine. 

Les cachets sud-arabiques

  • 10 Ces cachets sont enregistrés au département des Monnaies, médailles et antiques, sous l’inventaire (...)

9Quatorze cachets sud-arabiques 10 ont été publiés par Jacqueline Pirenne en 1971 ; elle écrit : « L’homogénéité de ce groupe de cachets (von Aulock 127-135), dont l’un avait été reconnu comme inscrit de lettres sud-arabes, a fait conclure à l’éditeur que le lot provenait d’Arabie du Sud » (ill. 3). Ces sceaux ont été achetés par Hans von Aulock (numismate célèbre qui a confié sa fameuse collection de numismatique au British Museum) et sont rentrés ultérieurement dans la collection Seyrig, puis en 1972 au Cabinet des Médailles.

Illustration 3a.

Illustration 3a.

Cachets sud-arabiques, don 1972

© M. Pic

Illustration 3b.

Illustration 3b.

Cachets sud-arabiques, don 1972. En haut à gauche, Seyrig.1972.1317.99, en haut à droite, Seyrig.1972.1317.100, en bas Seyrig.1972.1317.101 et 1972.1317.101b

© M. Pic sauf Seyrig.1972.1317.99 et 1972.1317.100, BnF

10Sont présentés ici les plus remarquables (descriptions extraites de l’article de J. Pirenne) :

  • un sceau en forme de perle ovale (Seyrig.1972.1317.93) : « sous un ornement en forme de barrière, nous voyons un animal fantastique : quadrupède ailé, à tête d’oiseau de profil à gauche » ;
  • un sceau ovale (Seyrig.1972.1317.98) : « Un lion, couché, la tête retournée en arrière, la gueule ouverte, la queue recourbée au-dessus du dos. Au-dessus et au-dessous, des lettres » ;
  • un scaraboïde (Seyrig.1972.1317.92) : « À gauche un homme barbu, debout […] la tête ornée de cornes ou d’une coiffure à plumes […] la moitié supérieure droite est occupée par un être fantastique » ;
  • un cachet-sceau (Seyrig.1972.1317.91) : « Un animal fantastique est assis de face… » ;
  • une bague en bronze (Seyrig.1972.1317.100) : « Trois lignes inscrites, dont l’une de monogrammes, avec un symbole, au centre » ;
  • un cachet prismatique (Seyrig.1972.1317.97) : « un même motif est gravé sur trois faces : un bouquetin galopant vers la gauche […] une inscription ŠHDM » ;
  • un cachet (Seyrig.1972.1317.101) : « Deux monstres marins superposés […] Dans la marge, des lettres » ;
  • un cachet (Seyrig.1972.1317.99) : « Le disque ailé à queue d’oiseau […] En dessous, entre deux lions passant […] un chameau couché ».

Les cachets hittites

11H. Seyrig montre sa curiosité sans limite pour la glyptique et tout particulièrement pour les périodes anciennes de la glyptique orientale, bien éloignées de ses aspirations d’helléniste. Il avait eu l’opportunité de collecter des cachets hittites, qui furent ensuite publiés par Emilia Masson (ill. 4) :

  • 11 Masson 1975.

« Le plus grand nombre sont des cachets lenticulaires (bullae), avec deux rainures sur la tranche ; d’autres ont une forme hémisphérique (demi-bulles), discoïdes, ou cachets-bagues, cachets avec bélière […] presque tous comportent des hiéroglyphes hittites […] sceaux en usage dès le xve mais se multipliant aux xive/xiiie s. ; ils sont utilisés en Asie Mineure et en Syrie du Nord » 11.

Illustration 4.

Illustration 4.

Cachets hittites, don 1972

© M. Pic

12Une sélection remarquable, sur le marché des antiquaires, de sceaux hittites a été retenue par Henri Seyrig :

  • des cachets à deux faces en métal dont un cachet hémisphérique en argent, avec une bélière (Seyrig.1972.1317.147), inscrit sur les deux faces (le nom du propriétaire au centre [Pa-lu-wa] et des motifs ornementaux sur le pourtour, double spirale et arbre de vie), et un autre cachet (Seyrig.1972.1317.148), semblable (manque la bélière) avec le nom au centre (Zu-wa) et sur le pourtour, des motifs ornementaux (double spirale, arbre de vie, étoile, croix, triangle et grenade) ;
  • un cachet à bélière (Seyrig.1972.1317.152), en bronze avec un nom au centre ;
  • aussi des cachets à deux faces en pierre : (Seyrig.1972.1317.149) au centre, les noms d’homme ou de femme et sur le pourtour, motifs simples de cercles concentriques striés ; le nom du théophore Arma-ziti-i et la femme Arma-wa/i-i ; (Seyrig.1972.1317.151) Pi-tà, nom au-dessus d’un aigle bicéphale ; (Seyrig.1972.1317.154) un très bel oiseau avec une aile déployée en arrière, motif familier à la glyptique hittite et sur l’autre face avec aigle bicéphale, également très fréquent.

Les sceaux-cylindres, le don de 1980

La constitution de la collection

  • 12 Porada 1966. La note p. 243 précise : « A l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, M. Seyrig (...)

13Dès son arrivée en Orient, Henri Seyrig s’est attaché à constituer une collection et une documentation importantes sur tous les sceaux qui lui étaient présentés par des antiquaires de Syrie ou du Liban ou encore sur ceux qu’il étudiait dans les musées de Syrie (Alep, Damas) et dans les grands musées occidentaux conservant des collections de glyptique. Son but était de mettre à disposition des chercheurs 12 tous les éléments susceptibles de les aider dans leurs investigations scientifiques : des moulages, des dessins, des photos ont été ainsi réunis dans les instituts de Damas et de Beyrouth par Henri Seyrig. Une toute petite fraction de cette documentation est conservée actuellement dans les archives du département des Monnaies, médailles et antiques, arrivée sans doute en même temps que les objets eux-mêmes. Il a réuni un ensemble de plusieurs dizaines de sceaux et sceaux-cylindres, acquis auprès des antiquaires de Syrie et du Liban puis donné au Cabinet des Médailles, principalement en 1972 et 1980. Le don de 1980 comporte quelque 187 sceaux-cylindres, conditionnés dans « des boîtes de chocolat ». H. Seyrig a lui-même décrit minutieusement sa précieuse collection dans trois carnets « d’inventaire ».

  • 13 Seyrig 1963, p. 259 n. 1.

14Ces cahiers sont remarquablement organisés, un numéro est attribué à chacun des sceaux, puis un texte décrit la scène (parfois, il a dû revenir sur sa description car il rature alors une première interprétation) qu’il commente en la comparant à d’autres pièces pour lesquelles il donne des références bibliographiques précises, par exemple d’Edith Porada… La description pertinente de la scène est accompagnée d’une photographie en noir et blanc sur la page opposée. En haut de la page est spécifié le nom du marchand à qui H. Seyrig a acheté l’objet et, bien souvent, la date de l’achat. Parfois, l’antiquaire livre à H. Seyrig le nom du lieu de provenance probable de l’objet. Les antiquaires de Syrie et du Liban sont nombreux à montrer leurs collections de glyptique à H. Seyrig, comme nous l’avons dit précédemment. Citons les principaux antiquaires auprès desquels il a constitué sa collection : à Beyrouth, il achète soixante-seize sceaux-cylindres à Boustros, quinze à Farrah, huit à Sarrafian, six à Fouad Alouf ; à Alep, il achète quelques exemplaires à Kouyoundjian, Basmadjian, Halwayi et Termizi ; il acquiert peu à Damas, Antioche, Baalbeck, Homs ou Lattaquié. Les antiquaires donnent des lieux d’origine, surtout Boustros : Kamechlié ; Tell Nebi-Mend (Qadesh) ; Arslan Tash ; Byblos ; Damas ; Tyr ; Tortous ; plusieurs pièces proviennent de la région de Lattaquié, ou encore il est précisé que le sceau vient « de la bouche de l’Oronte » ou est « apporté de Bagdad »… Mais H. Seyrig précise bien dans une note 13 des Antiquités syriennes :

« une empreinte […] prise chez un commerçant d’après lequel la pièce venait d’Amrit. Ce genre d’indications est naturellement sujet à grande caution : nous ne l’enregistrons que pour acquit de conscience ».

La méthode de travail d’Henri Seyrig (ill. 5a-d)

  • 14 Seyrig 1969, fig. 1, D.

15Comme de nombreux spécialistes de glyptique, Henri Seyrig a réuni une documentation importante sur un grand nombre de sceaux-cylindres : une petite partie de la documentation ainsi réunie a été donnée en même temps que les objets eux-mêmes ; c’est ainsi que nous avons les photographies et empreintes d’un sceau du musée de Vienne 14, qu’il publia en 1969.

Illustration 5a.

Illustration 5a.

La collection de sceaux-cylindres d’Henri Seyrig

© Archives BnF

Illustration 5b.

Illustration 5b.

Cahiers d’inventaire de la collection de sceaux-cylindres d’Henri Seyrig

© Archives BnF

Illustration 5c.

Illustration 5c.

© Archives BnF

Illustration 5d.

Illustration 5d.

Empreintes de sceaux sur une plaque de métal

© M. Pic

  • 15 Bordreuil 1986, no 120. Sceau enregistré au département des Monnaies, médailles et antiques, comme (...)
  • 16 Collection Chandon de Briailles léguée le 23 février 1953 et enregistrée sous la cote générale Y 2 (...)

16Par ailleurs, ce grand chercheur avait pour habitude d’essayer d’engranger, sous forme de photographies et d’empreintes, une mémoire des sceaux qu’il avait pu observer : une partie de ces empreintes sont conservées à la BnF, ainsi qu’une partie des empreintes qu’il fit de sa propre collection. En 1937, il confie le soin à un artisan de réaliser des plaques de métal d’une vingtaine de centimètres de côté, réunissant plusieurs empreintes de sceaux et non de sceaux-cylindres examinés par lui. Il semble qu’Henri Seyrig ait réuni sur une même plaque des sceaux de la même période : des plus anciens sceaux archaïques, aux sceaux du Ier millénaire 15, des sceaux gréco-romains aux sceaux sassanides. Ces plaques, numérotées de 1 à 13, sont sans doute les premiers éléments de la documentation du directeur de l’Institut de Beyrouth : elles sont encore emballées dans une feuille du journal Le Matin, journal imprimé à Paris. L’artisan, peut-être un parisien, a mal orthographié le nom du commanditaire ; il écrit sur une étiquette « CACHETS — collection de Mr Seyris, directeur des Antiquités en Syrie — empreintes de 1937 ». À l’intérieur de chacun des petits plis de la feuille de journal, la plaque de cuivre est enveloppée dans une simple feuille de papier sur laquelle Seyrig a dessiné chacun des sceaux, en les décrivant, en indiquant le lieu de conservation de la pièce, sa matière et sa taille. Nous conservons aussi dans les archives quelques photos d’étude qu’il fit de la collection de sceaux-cylindres de son ami le comte François Chandon de Briailles, collection en partie léguée au Cabinet des Médailles 16.

  • 17 Lettre conservée dans les archives Seyrig du département des Monnaies, médailles et antiques à la (...)

17Nous pouvons encore mieux appréhender et apprécier la générosité et le sens du partage des informations collectées par ce chercheur en lisant ce courrier 17 du 27 décembre 1963 qu’il adresse, avant son départ de l’Institut de Beyrouth, à M. H. B. Safadi, ancien membre de la direction des Antiquités de Syrie ; il écrit :

« Cher Monsieur Safadi, je vous envoie aujourd’hui un paquet de photographies de cylindres, faites d’après la collection d’empreintes en plasticine que j’ai formée ici. Au dos de chaque épreuve est marqué le numéro du cliché. Dans la plupart des cas, j’ai noté la matière et la dimension des pièces […] La presque totalité des empreintes a été prise, au cours des 30 dernières années, chez des marchands ou chez des particuliers de Beyrouth, Alep, Damas, Antioche etc. […] Vous pouvez très bien publier celles qui vous intéressent ; mais comme les empreintes et les photographies ont toujours été à la disposition des archéologues qui passaient à Beyrouth, je ne puis vous en garantir l’exclusivité […] P.S. Je quitte Beyrouth… ».

  • 18 Seyrig 1955.

18De même, dans les Antiquités syriennes de 1955 18, il confie à C. F.-A. Schaeffer l’étude des empreintes et écrit en introduction :

« Depuis quelques années, j’ai réuni les empreintes de cachets, appartenant à des particuliers, et surtout à des commerçants sur divers marchés du Levant. La majeure partie de ces empreintes verra le jour dans une publication des cylindres de Ras Shamra, où M. Schaeffer les utilisera comme termes de comparaison. Je voudrais cependant présenter ici quelques pièces qui ont attiré mon attention […] ».

  • 19 Schaeffer-Forrer 1983.

19Nous savons que C. F.-A. Schaeffer 19 a publié une sélection réduite de ces empreintes de référence, dans son corpus des cylindres-sceaux de Ras Shamra et Enkomi. Dans cette dernière publication de C. Schaeffer, qui décède en 1982, peu avant la parution de ce corpus, on peut apprécier les dessins des empreintes de sceaux réalisés par Wolfgang Forrer, architecte, fils du célèbre hittitologue suisse. Par comparaison avec les dessins de cette publication, j’ai pu identifier des calques originaux réalisés par Wolfgang Forrer des empreintes de sceaux de la collection Seyrig. Ces dessins, archivés également au département des Monnaies, médailles et antiques à la Bibliothèque nationale de France, ont été collés au scotch sur des feuilles blanches associant calques et petites photographies noir et blanc d’une partie de la collection de Seyrig, donnée en 1980. À côté de cette documentation graphique, une série importante de photographies en noir et blanc des mêmes sceaux-cylindres a été donnée également, peut-être par la famille de C. F.-A. Schaeffer après le décès de ce dernier, sachant que la collection de Seyrig avait été donnée à la Bibliothèque nationale. Ont été préservées aussi des enveloppes de la mission archéologique de Ras Shamra dans lesquelles C. F.-A. Schaeffer avait classé sa documentation graphique et photographique.

Les caractéristiques de sa collection

  • 20 Seyrig 1955, p. 39, n. 1.

20La collection est constituée majoritairement de sceaux-cylindres caractéristiques de la glyptique de Syrie du Nord, du IIe millénaire, sujet d’intérêt principal pour H. Seyrig qui essayait de déterminer plus précisément les influences égéennes, hittites et de mettre en évidence des groupes de sceaux et même des ateliers, des jalons de création entre le tout début du millénaire au Bronze moyen et les derniers siècles du Bronze récent. Cependant, quelques sceaux sont sans aucun doute de la fin du IIIe millénaire ou de l’époque paléo-babylonienne mais réalisés dans la tradition de la glyptique mésopotamienne. H. Seyrig lui-même hésite sur l’attribution des sceaux à un style précis, il écrit 20 :

« Mais il faut ici le répéter, notre connaissance de la glyptique syrienne est encore bien trop faible pour entrer dans de telles précisions […] Il faut attendre, pour pouvoir définir la glyptique de la Phénicie au IIe millénaire, une étude attentive des trouvailles contrôlées ».

  • 21 Amiet 1993.

21On voit bien que c’est là tout l’intérêt de son travail de chercheur et de collectionneur. Il essaie, comme Edith Porada, Henri Frankfort et Pierre Amiet, de déterminer des groupes dans la glyptique syrienne. Parmi les différentes hypothèses de ces éminents chercheurs, citons les propositions de classification d’une partie de la production syrienne par Pierre Amiet 21 dans son introduction sur les sceaux-cylindres de Ras Shamra, ancienne Ugarit, collection assez proche de celle d’Henri Seyrig :

« On peut distinguer plusieurs séries : les sceaux raffinés, en hématite en général […] renouant avec la tradition du Bronze moyen ; les sceaux en “faïence” […] [il n’y en a qu’un dans la collection Seyrig] ; les sceaux produits par des ateliers syro-palestiniens, dont l’inspiration est toujours la même, assez pauvre ; les sceaux importés de l’île de Chypre en même temps que de nombreux vases caractéristiques. Les plus anciens, apparus au xve s., sont les plus raffinés ; le plus grand nombre des sceaux de production locale, dont les plus soignés s’inspirent de modèles égyptiens ou égéens, les plus nombreux étant pauvrement composés et gravés ».

  • 22 Seyrig 1955, n. 4, p. 35.

22H. Seyrig donne des précisons sur la classification de Frankfort dans une note 22 d’un de ses articles :

« Il attribue l’un [des cylindres] à son “premier groupe syrien” (1900-1700 av. J.-C.) parce que les motifs y sont d’origine babylonienne, l’autre à son “second groupe syrien” (1700-1350 av. J.-C.) parce que les motifs n’y sont pas d’origine babylonienne […] Moortgat […] se borne à placer l’ensemble des cylindres syriens après 1700, tout en estimant qu’une grande partie d’entre eux est encore postérieure au milieu du deuxième millénaire. »

  • 23 Seyrig 1955 : cylindre mycénisant, pl. III, no 1, p. 29, inv. Seyrig.1980.292.63 ; cylindre chyprio (...)
  • 24 Voir la contribution d’É. Gubel, dans ce volume, et Bordreuil 1986.

23Seuls quelques sceaux-cylindres ont été publiés par H. Seyrig dans trois études. La première fut publiée en 1955 dans les Antiquités syriennes 23 (ill. 6): le cylindre avec scène de tauromachie (Seyrig.1980.292.15) et le cylindre de « Baraq serviteur de Atarshamin » (Seyrig.1980.292.69) ont déjà été évoqués par Éric Gubel, après Pierre Bordreuil dans son catalogue de 1986 24, comme des pièces particulièrement intéressantes pour l’étude des échanges stylistiques entre la Méditerranée et l’Orient. Dans le même article, un « cylindre mycénisant » (Seyrig.1980.292.63) montre un personnage au corps cylindrique, tenant dans chaque main un griffon ; H. Seyrig pense que le style très sec de ce sceau se rapproche plus des intailles mycéniennes de Vaphio, de Rhodes ou de Crète ; il se pose la question de savoir s’il s’agit d’une importation (mais rares sont les sceaux sous forme de cylindre en Égée) ou d’une création en Orient d’un sceau par un égéen. H. Seyrig continue son discours et opte pour une troisième hypothèse selon laquelle il pourrait s’agir d’un sceau créé par un artisan adaptant un style égéen à Ougarit au xive s., sous l’influence de Chypre qui a subi une forte influence mycénienne vers 1400 av. J.-C.

Illustration 6.

Illustration 6.

Cylindres publiés dans Antiquités syriennes 60, Syria 32, 1955

© Archives BnF

  • 25 Porada 1948, p. 184 et suiv.
  • 26 Seyrig 1955, n. 3 p. 38.

24Le « cylindre chypriote » (Seyrig.1980.292.12) est ainsi nommé car cette catégorie de sceaux-cylindres avait d’abord été qualifiée de syrien, puis mitannien mais le double visage et les manches à ballon de la robe rattachent plutôt ce sceau à un groupe très bien défini comme du Bronze récent chypriote par Edith Porada 25. Le « cylindre avec scène de hiérogamie » (Seyrig.1980.292.88) : cette scène, qui n’est pas rare dans le corpus oriental, est souvent rituellement accomplie, associée au cycle de la nature et à la fécondité ; l’interprétation de ces cérémonies rituelles est appuyée par des textes religieux. On serait sans doute en présence d’une scène rituelle avec quelques éléments égyptiens, comme la peau de félin de certains prêtres égyptiens. C’est un « rite immémorial sur lequel sont fondées les hiérogamies des légendes syriennes » 26. Seyrig l’attribue au « troisième groupe syrien », daté des xive/xiiie s. ; son style s’approcherait du monde palestinien. Cette première publication de Seyrig sur les sceaux de sa collection analyse aussi le cylindre avec « scène de lamentation » (Seyrig.1980.292.81), qui rapidement apparaît « fort éloigné de tout modèle babylonien et se laisse ranger dans le second groupe syrien d’Henri Frankfort, et remonterait au milieu du 2e millénaire ». Il s’agit sans doute d’une scène mythologique montrant des personnages dans l’attitude de la douleur et de la lamentation : Seyrig rapproche cette scène d’un culte phénicien des lamentations qui accompagnent la mort d’Adonis.

  • 27 Seyrig 1963. Cylindre, pl. XXI, 1, p. 253, inv. Seyrig.1980.292.130 ; cylindre, pl. XXI, 2, p. 254, (...)

25H. Seyrig introduit ainsi sa deuxième publication sur « Quelques cylindres syriens » dans les Antiquités syriennes de 1963 (ill. 727 :

« Il y a quelques années, j’ai tenté d’attirer l’attention du lecteur sur certains cylindres syriens qui portent des scènes égéennes [Seyrig 1955]. […] Sans doute les cylindres ornés de tels sujets sont-ils moins rares qu’il ne semble d’abord ; sans doute en verra-t-on paraître d’autres lorsqu’on aura enfin, de la glyptique syrienne, les répertoires qu’elle mérite ».

Illustration 7.

Illustration 7.

Cylindres publiés dans Antiquités syriennes 86, Syria 40, 1963

© Archives BnF

26Deux cylindres de type égéen intéressent Seyrig. Le premier sceau montre une scène qui fait se côtoyer dans une composition chaotique le « meurtre d’un géant » proche du grimaçant Humbaba, une déesse ailée, un dieu syrien avec sa tiare à cornes, des lions affrontés et enfin un taureau soulevant un acrobate (Seyrig.1980.292.130). Le second sceau (Seyrig.1980.292.129) dit « de la Chasse au lion », est d’une grande qualité artistique : deux hommes vêtus d’un pagne (des chasseurs crétois proches de l’iconographie des monuments crétois et mycéniens) attaquent un lion avec une lance et un poignard, à côté d’un arbre stylisé ; cependant des détails non crétois permettent d’attribuer ce sceau à un atelier syrien. Le sceau-cylindre dit « du duel » (Seyrig.1980.292.148) met face à face des personnages (habillés de la même manière que les Crétois dans les peintures du tombeau de Rekmiré à Thèbes) dans une scène de combat avec des glaives ; il est daté du xve s.

27Le sceau à « scène égyptisante » (Seyrig.1980.292.150), montre une scène d’une grande liberté de mise en page, juxtaposant au centre deux dieux égyptiens affrontés, un enfant porteur de la tresse de l’enfance chassant une gazelle à l’arc et, dans le champ, zébu, lion et taureau, sphinx, vautour… Le sceau-cylindre aux « quatre tableaux » (Seyrig.1980.292.121), présente au niveau inférieur, des griffons affrontés et des lièvres ; au niveau supérieur, un personnage qui s’est rendu à la pêche avec une harpé à laquelle il a suspendu son poisson et un autre personnage sur lequel s’élance un lion harcelé par un singe, perché sur son dos. Seyrig les interprète comme des illustrations de récits populaires, de scènes humoristiques.

  • 28 Seyrig 1956.
  • 29 Seyrig 1960, no 4 (Seyrig.1980.292.147), no 8 (Seyrig.1980.292.144), no 11 (Seyrig.1980.292.17), no(...)

28Henri Seyrig publie dans un troisième article encore quelques sceaux à propos d’un cylindre représentant une tauromachie 28. Un cylindre (Seyrig.1980.292.3) montre un « taureau furieux » essayant de déchirer avec ses cornes un homme tombé à terre. Un deuxième cylindre (Seyrig.1980.292.90) exhibe deux dompteurs d’animaux aux coiffures fantaisistes dérivées des couronnes égyptiennes. De même, dans une publication 29 de 1960, à propos des « dieux de Hiérapolis », il décrit et interprète seize cylindres représentant une enseigne sacrée, dont quatre venant du commerce des antiquités et qui ont été intégrés dans la collection Seyrig :

  • le sceau Seyrig.1980.292.17 présente six registres verticaux dont un avec une enseigne ;
  • le sceau Seyrig.1980.292.43 où l’enseigne est encadrée par des torsades ;
  • le sceau Seyrig.1980.292.147 présente une scène plus complexe dans laquelle l’enseigne, placée devant un dieu, est surmontée d’un oiseau ;
  • et enfin le sceau Seyrig.1980.292.144 montre aussi des personnages debout au milieu desquels l’enseigne est aussi surmontée de l’oiseau.

29D’autres pièces ont été publiées par Edith Porada, Jean Leclant, C. F.-A. Schaeffer et Pierre Amiet (ill. 8).

Illustration 8a.

Illustration 8a.

Cylindres publiés par Porada 1966 (de haut en bas, inv. Seyrig.1980.292.5 et 1980.292.95)

© Archives BnF

Illustration 8b.

Illustration 8b.

Cylindres publiés par Leclant 1960 (inv. Seyrig.1980.292.29)

© Archives BnF

Illustration 8c.

Illustration 8c.

Cylindres publiés par Schaeffer 1983 (de haut en bas, inv. Seyrig.1980.292.68 et 1980.292.70)

© Archives BnF

Illustration 8d.

Illustration 8d.

Cylindres publiés par Amiet 1963

© Archives BnF

  • 30 Porada 1966, fig. c et f.

30Edith Porada 30 a publié comme une documentation de référence, par rapport aux sceaux de la « jarre Montet », deux sceaux de la collection Seyrig : le premier sceau-cylindre (Seyrig.1980.292.95) montre un personnage devant une table dans un style linéaire, maigre et anguleux ; il est daté de 2100-1600 av. J.-C. par E. Porada. Le second (Seyrig.1980.292.5) présente les avant-corps de deux bouquetins, liés pour créer un être à deux têtes en train de brouter un arbre à quatre paires de branches ; il est daté par E. Porada de la période d’Isin-Larsa (env. 2000-1800 av. J.-C.).

  • 31 Leclant 1960. Le sceau-cylindre est reproduit pl. I, B. Le sceau-cylindre a été enregistré sous le (...)

31Jean Leclant 31, qui s’est intéressé à la déesse Astarté dans les représentations égyptiennes, a publié l’un des sceaux de la collection Seyrig (1980.292.29) qui place la déesse Astarté en cavalière, coiffée de la couronne Atef, haut bonnet conique flanqué de deux plumes, dans un cortège d’animaux sauvages.

  • 32 Schaeffer-Forrer 1983, p. 67 et 68.

32Deux autres sceaux ont été publiés dans le corpus des cylindres-sceaux de Ras Shamra-Ugarit et d’Enkomi-Alasia par C. F.-A. Schaeffer 32. Un sceau-cylindre en hématite (Seyrig.1980.292.68), oppose deux génies taureaucéphales se saisissant mutuellement comme dans une lutte ; entre eux, un lièvre couché, un vautour aux ailes éployées ; à côté du groupe, on observe un porteur de gazelle, un griffon ailé, deux astres ; dans le champ, une tête de cervidé, une étoile à huit branches et une tête de taureau. Le sceau est daté du Bronze moyen 2 (1850-1750 av. J.-C.). Dans la publication, une confusion a été faite entre ce sceau provenant de la collection de Seyrig et une référence donnée à un sceau provenant de la région de Larnaca (1959), alors que dans les cahiers d’inventaire de Seyrig, il est noté que ce sceau a été acheté à Damas auprès de Bustros, comme provenant du Djebel Druzze. Un sceau-cylindre (Seyrig.1980.292.70), en hématite, présente deux personnages assis face à face, semblant boire dans de petits flacons ; la scène est dominée par un disque solaire ailé. Se dirige vers eux un groupe de quatre hommes aux cheveux et pagnes courts. Le sceau est daté du Bronze moyen 1 ou du début du Bronze moyen 2 (1850-1750 av. J.-C.). Dans la publication, une confusion a été faite entre ce sceau provenant de la collection de Seyrig et une référence donnée à un sceau provenant de la région de Famagouste (trouvaille de surface, 1959-1960), alors que dans les cahiers d’inventaire de Seyrig, il est noté que ce sceau a été acheté à Djéblé auprès de Bustros.

  • 33 Amiet 1963.

33Pierre Amiet utilise largement « la documentation » de Seyrig, dans son article de 1963 33 sur « la glyptique syrienne archaïque » et comme tous les chercheurs ayant pu utiliser la documentation de Seyrig, il mentionne que les sceaux proviennent « du commerce à Beyrouth » mais non leur appartenance à la collection Seyrig.

34Un sceau-cylindre (Seyrig.1980.292.100) est défini ainsi :

« une très belle pièce de la série animalière, s’apparente à la production de Suse, avec des quadrupèdes tête-bêche, associés à un arbuste, des poissons et, enfin, un petit cercle pointé (caractéristique de la glyptique syrienne) ».

35Un autre (Seyrig.1980.292. 54) est décrit comme suit : « un cylindre décoré d’un char de guerre, portant deux frises de figures » ; il est inclus par P. Amiet dans un premier groupe assez fidèle aux modèles mésopotamiens, à l’époque des premières dynasties. Un troisième (Seyrig.1980.292.139) est rangé par P. Amiet dans un « troisième groupe plus homogène, témoin de l’activité d’une véritable école syrienne, un cylindre […] dont les registres sont séparés par trois lignes […] interrompues par une grande fleur à quatre pétales […] un des registres contient quatre têtes grotesques à caractère apotropaïque […] le second registre porte une scène de banquet à deux convives ». Un quatrième sceau (Seyrig.1980.292.153) peut être inclus dans « le premier groupe, le souci de rompre la monotonie de la frise traditionnelle […] est un des traits caractéristiques de l’art syrien archaïque […] ici, deux registres séparés par une bande chevronnée, montrent des animaux croisés ou à l’envers au registre supérieur ; au registre inférieur, un aigle très maigre qui domine le combat d’un lion contre un taureau ». Les sceaux-cylindres Seyrig.1980.292.37 et 38 relèvent du « quatrième groupe [qui] est très différent et témoin d’une tradition archaïsante […] qui s’est perpétué[e] après l’époque présargonique […] les deux sceaux 37 et 38 sont particulièrement grossiers et presqu’impossible à classer ». Appartient aussi au quatrième groupe de P. Amiet le sceau Seyrig.1980.292.73, qui montre « un temple ailé ».

36Dans la suite de ce colloque il serait primordial de publier l’intégralité de la collection d’Henri Seyrig : cette publication, très volumineuse à ne pas en douter, montrerait la valeur inestimable du chercheur et la perspicacité du collectionneur.

Haut de page

Bibliographie

Amiet (P.) 1963 « La glyptique syrienne archaïque », Syria 40, p. 57-83.

Amiet (P.) 1993 « Les sceaux-cylindres de Ras Shamra, ancienne Ugarit », S. Cluzan, É. Delpont & J. Mouliérac (éd.), Syrie. Mémoire et Civilisation, Paris, Flammarion, p. 239-241.

Arnaud (D.) 1998 « Cinq dédicaces d’époque cassite provenant de Babylonie et de Syrie », Studi Micenei ed Egeo-Anatolici 40/2, p. 197-204.

Arnaud (D.) 2002 « Légendes cunéiformes sur pierre et sur bronze », Aula Orientalis 20, p. 21-47.

Aynard (J.-M.) & Nougayrol (J.) 1971 « Une tablette néo-assyrienne de Syrie (?) et le dieu Aramis », RAAO 65, p 85-87.

Bordreuil (P.) 1986 Catalogue des sceaux ouest-sémitiques inscrits de la Bibliothèque nationale, du Musée du Louvre, et du musée biblique de Bible et Terre Sainte, Paris, Bibliothèque nationale.

Fussman (G.) 2001 « Raoul Curiel (1913-2000) », Fussman & Thierry 2001, p. 1-14.

Fussman (G.) & Thierry (F.) éd. 2001 Raoul Curiel (1913-2000) : Un savant dans son siècle, Paris, BnF.

Gignoux (P.) 1978 Catalogue des sceaux, camées et bulles sassanides, t. 2, Paris, Bibliothèque nationale.

Gyselen (R.) 1993 Catalogue des sceaux, camées et bulles sassanides, t. 1, Paris, Bibliothèque nationale.

Ingholt (H.), Seyrig (H.), Starcky (J.) & Caquot (A.) 1955 Recueil des tessères de Palmyre, Paris, Imprimerie nationale.

Leclant (J.) 1960 « Astarté à cheval d’après les représentations égyptiennes », Syria 37, p. 1-67.

Masson (E.) 1975 « Quelques sceaux hittites hiéroglyphiques », Syria 52, p. 213-239.

Mesnil du Buisson (R. du) 1962 Les tessères et les monnaies de Palmyre, Paris, De Boccard.

Nougayrol (J.) 1970 « Une amulette de Syrie et un nouvel œil », RAAO 64, p. 67-68.

Nougayrol (J.) 1971 « Notes brèves », RAAO 65, p. 179.

Niederreiter (Z.) en préparation « Three babylonian inscribed objects kept in the BnF, a lapis-lazuli bead, a clay cone and a bronze Pazuzu head ».

Pirenne (J.) 1977 Corpus des inscriptions et antiquités sud-arabes, t. 1, sect. 2, Antiquités, Louvain, Peeters.

Porada (É.) 1948 « The cylinder Seals of the Late Cypriote Bronze Age », AJA 52, p. 178-198.

Porada (É.) 1966 « Les cylindres de la jarre Montet », Syria 43, p. 243-258.

Schaeffer-Forrer (C. F.-A.) 1983 Corpus des cylindres-sceaux de Ras Shamra-Ugarit et d’Enkomi-Alasia, Paris, ERC.

Seyrig (H.) 1955 « Antiquités syriennes 60. Quelques cylindres orientaux », Syria 32, p. 29-48.

Seyrig (H.) 1956 « Cylindre représentant une tauromachie », Syria 33, p. 169-174.

Seyrig (H.) 1960 « Antiquités syriennes 78. Les dieux de Hiérapolis », Syria 37, p. 233-252.

Seyrig (H.) 1963 « Antiquités syriennes 86. Quelques cylindres syriens », Syria 40, p. 253-260.

Seyrig (H.) 1969 « Un cylindre du Musée de Vienne », C. Schaeffer (éd.), Ugaritica,VI, Paris, P. Geuthner, p. 479-481.

Thierry (F.) 2001 « Raoul Curiel, conservateur des monnaies orientales (1966-1978) », Fussman & Thierry 2001, p. 15-37.

Haut de page

Notes

1 Ingholt et al. 1955.

2 Mesnil du Buisson 1962. TM 49, p. 650, pl. XXIV, inventaire, Y 19 907, cette tessère est le premier don de Seyrig à la Bibliothèque nationale.

3 Inventaire : Seyrig.1972.1317.144 ; dim. : L : 3 : l : 2,6 ; H : 1,3 cm. Arnaud 2002, no 6, fig. 6, p. 35.

4 Inventaire : Seyrig.1972.1317.146 ; dim : L : 3,4 ; l : 1 ; ép. : 0,75 cm. Arnaud 1998, p. 200 ; Niederreiter en préparation.

5 Inventaire : Seyrig.1972.114 ; Dim : H : 2,1 ; L : 3,5 ; ép. : 1,4 cm. Aynard & Nougayrol 1971.

6 Nougayrol 1970. La petite amulette en calcédoine, porte le no Seyrig.1972.1317.112 et l’œil est le no Seyrig.1972.1317.113. La pointe de flèche en bronze (Seyrig.1972.1317.111) est publiée dans « Notes brèves », RAAO 65, 1971, p. 179, no 6. Un poids en calcédoine à inscription cunéiforme, inédit, porte le no Seyrig.1972.1317.145.

7 Fussman 2001.

8 Thierry 2001.

9 Gyselen 1993. Publication précédée par la publication de Gignoux 1978.

10 Ces cachets sont enregistrés au département des Monnaies, médailles et antiques, sous l’inventaire Seyrig.1972.1317.89 à 102. Ils ont été publiés dans Pirenne 1977.

11 Masson 1975.

12 Porada 1966. La note p. 243 précise : « A l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, M. Seyrig m’a montré sa documentation glyptique dont il m’a généreusement permis d’illustrer deux exemples ici ».

13 Seyrig 1963, p. 259 n. 1.

14 Seyrig 1969, fig. 1, D.

15 Bordreuil 1986, no 120. Sceau enregistré au département des Monnaies, médailles et antiques, comme venant de la collection Seyrig, 1972.1317.137.

16 Collection Chandon de Briailles léguée le 23 février 1953 et enregistrée sous la cote générale Y 23 455 Bis.

17 Lettre conservée dans les archives Seyrig du département des Monnaies, médailles et antiques à la Bibliothèque nationale de France.

18 Seyrig 1955.

19 Schaeffer-Forrer 1983.

20 Seyrig 1955, p. 39, n. 1.

21 Amiet 1993.

22 Seyrig 1955, n. 4, p. 35.

23 Seyrig 1955 : cylindre mycénisant, pl. III, no 1, p. 29, inv. Seyrig.1980.292.63 ; cylindre chypriote, pl. III, no 2, p. 30, inv. Seyrig.1980.292.12 ; cylindre avec scène de tauromachie, pl. IV, no 2, p. 34, inv. Seyrig.1980.292.15 ; cylindre avec scène de hiérogamie, pl. IV, no 3, p. 38, inv. Seyrig.1980.292.88 ; cylindre au nom de Atarshamayn, pl. III, no 5, p. 42, inv. Seyrig.1980.292.69 ; cylindre avec scène de lamentation, pl. IV, no 1, p. 37, inv. Seyrig.1980.292.81. Le sceau d’Atarshamin a été surtout étudié par Pierre Bordreuil qui a donné un numéro d’inventaire erroné 1973.1343.4, qui n’existe pas dans les inventaires du département ; il faut donc bien attribuer le numéro d’inventaire Seyrig.1980.292.69 à ce sceau araméen. Bordreuil 1986, no 85, p. 75.

24 Voir la contribution d’É. Gubel, dans ce volume, et Bordreuil 1986.

25 Porada 1948, p. 184 et suiv.

26 Seyrig 1955, n. 3 p. 38.

27 Seyrig 1963. Cylindre, pl. XXI, 1, p. 253, inv. Seyrig.1980.292.130 ; cylindre, pl. XXI, 2, p. 254, inv. Seyrig.1980.292.129 ; cylindre, pl. XXI, 3, p. 259, inv. Seyrig.1980.292.121 ; cylindre, pl. XXI, 4, p. 259, inv. Seyrig.1980.292.150 ; cylindre, pl. XXI, 5, p. 257, inv. Seyrig.1980.292.148 ; cylindre, pl. XXI, 6, p. 257, proche de inv. Seyrig.1980.292.77.

28 Seyrig 1956.

29 Seyrig 1960, no 4 (Seyrig.1980.292.147), no 8 (Seyrig.1980.292.144), no 11 (Seyrig.1980.292.17), no 12 (Seyrig.1980.292.43).

30 Porada 1966, fig. c et f.

31 Leclant 1960. Le sceau-cylindre est reproduit pl. I, B. Le sceau-cylindre a été enregistré sous le no d’inventaire Seyrig.1980.292.29.

32 Schaeffer-Forrer 1983, p. 67 et 68.

33 Amiet 1963.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Sceau personnel inscrit en arabe « Henri Seyrig, conseiller des Monuments Historiques, 1348/1929 »
Crédits © M. Pic
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Titre Illustration 2a.
Légende Sceaux sassanides, don 1972. De gauche à droite : autel et deux personnages (1972.1317.16) ; lion androcéphale (1972.1317.67) ; chèvre couchée (1972.1317.26) ; cavalier (1972.1317.32)
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 971k
Titre Illustration 2b.
Légende Sceaux sassanides, don 1972. De gauche à droite : chameau (1972.1317.1108) ; buste royal (1971[sic]509) ; lion (1972.1317.10)
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Illustration 3a.
Légende Cachets sud-arabiques, don 1972
Crédits © M. Pic
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Illustration 3b.
Légende Cachets sud-arabiques, don 1972. En haut à gauche, Seyrig.1972.1317.99, en haut à droite, Seyrig.1972.1317.100, en bas Seyrig.1972.1317.101 et 1972.1317.101b
Crédits © M. Pic sauf Seyrig.1972.1317.99 et 1972.1317.100, BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Illustration 4.
Légende Cachets hittites, don 1972
Crédits © M. Pic
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Illustration 5a.
Légende La collection de sceaux-cylindres d’Henri Seyrig
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1019k
Titre Illustration 5b.
Légende Cahiers d’inventaire de la collection de sceaux-cylindres d’Henri Seyrig
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Illustration 5c.
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 5d.
Légende Empreintes de sceaux sur une plaque de métal
Crédits © M. Pic
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Illustration 6.
Légende Cylindres publiés dans Antiquités syriennes 60, Syria 32, 1955
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Titre Illustration 7.
Légende Cylindres publiés dans Antiquités syriennes 86, Syria 40, 1963
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 8a.
Légende Cylindres publiés par Porada 1966 (de haut en bas, inv. Seyrig.1980.292.5 et 1980.292.95)
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Illustration 8b.
Légende Cylindres publiés par Leclant 1960 (inv. Seyrig.1980.292.29)
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Illustration 8c.
Légende Cylindres publiés par Schaeffer 1983 (de haut en bas, inv. Seyrig.1980.292.68 et 1980.292.70)
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Illustration 8d.
Légende Cylindres publiés par Amiet 1963
Crédits © Archives BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5314/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marielle Pic, « Henri Arnold Seyrig (1895-1973), une passion pour la glyptique
I. La collection de sceaux et sceaux-cylindres », Syria, III | 2016, 183-201.

Référence électronique

Marielle Pic, « Henri Arnold Seyrig (1895-1973), une passion pour la glyptique
I. La collection de sceaux et sceaux-cylindres », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5314 ; DOI : 10.4000/syria.5314

Haut de page

Auteur

Marielle Pic

Directrice du Département des Antiquités orientales, musée du Louvre

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals