Navigation – Plan du site

Henri Arnold Seyrig (1895-1973) : une passion pour la glyptique
II. La glyptique (paléo-) phénicienne

Éric Gubel
p. 203-210

Texte intégral

« Ma vie de savant : rien de moins pittoresque, de moins… poétique »
Henri Seyrig, Beyrouth, octobre 1961

Introduction

  • 1 Voir cependant la contribution de notre collègue F. Duyrat, dans ce même volume et particulièremen (...)

1Si les monnaies ont incontestablement représenté l’une des sources principales alimentant les études d’Henri Seyrig consacrées au Levant hellénistique et romain, l’intérêt de l’historien et grand numismate à vocation d’épigraphiste se portait également sur la glyptique, dont les marchés d’Alep et de Beyrouth étaient à l’époque toujours les plaques tournantes par excellence 1.

  • 2 Seyrig 1955. Pour l’une de ses découvertes dans une collection privée (celle du Dr Rudolf Schmidt à (...)

« Depuis quelques années, écrivait Henri Seyrig en 1955 en référant à son mandat de directeur de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth depuis 1946, j’ai réuni les empreintes de beaucoup de cachets, appartenant à des particuliers, et surtout à des commerçants sur divers marchés du Levant » 2.

  • 3 Seyrig 1955. Référence à l’ouvrage de Schaeffer-Forrer 1983.
  • 4 Seyrig 1963, p. 259 n. 1.

2Tout cela bien entendu dans un but scientifique et non mercantile, parce que « la majeure partie de ces empreintes verra le jour dans la publication des cylindres de Ras Shamra, où M. Schaeffer les utilisera comme termes de comparaison » 3. À propos de l’empreinte d’un cylindre prise chez un commerçant d’après lequel la pièce venait d’Amrit, l’érudit ne manquait pas de rappeler que « Ce genre d’indications est naturellement sujet à grande caution : nous ne l’enregistrons que par acquit de conscience » 4.

Cachets ouest-sémitiques inscrits

  • 5 Bordreuil 1986, p. 10 (= pl. III)-11 et la table de concordance à la p. 123 pour les références aux (...)

3En ce qui concerne les cachets ouest-sémitiques inscrits, c’est à notre regretté ami et collègue Pierre Bordreuil que la communauté scientifique internationale doit la valorisation de cette partie de la collection Seyrig (trente-cinq sceaux de types différents), réunie pour la première fois dans son exemplaire catalogue de 1986 5.

Cachets ouest-sémitiques anépigraphes

  • 6 Voir la contribution de M. Pic dans ce volume.

4Préparant l’édition d’un catalogue raisonné de l’ensemble de la glyptique phénicienne conservée à la Bibliothèque nationale de France, j’ai à mon tour le privilège de commémorer Henri Seyrig en portant à publication une quinzaine de sceaux anépigraphes, restés inédits jusqu’à ce jour dans les tiroirs du Cabinet des Médailles et que son don généreux avait sauvés de l’anonymat de quelque collection privée imperméable à l’examen scientifique. Avec Pierre Bordreuil et Marielle Pic, on ne peut toutefois que regretter l’absence des carnets dans lesquels Henri Seyrig notait, avec la remarquable rigueur méthodologique qui lui était propre, le lieu et la date de leur passage sur le marché syro-libanais en y ajoutant toujours le nom du vendeur, l’origine présumée des pièces, les parallèles et d’autres informations complémentaires 6.

  • 7 On trouvera un choix de ces études dans l’anthologie Culican 1986.
  • 8 Culican 1986, p. 230-232, pl. III (= notre ill. 1).
  • 9 Culican 1986, p. 228-229, fig. 6, p. 222-223, fig. 3, et p. 479, pl. VIII.
  • 10 Culican 1986, p. 250-251, fig. 11.

5William « Bill » Culican, éminent pionnier des études phéniciennes dans le monde anglo-saxon avec Richard D. Barnett, fut l’un des nombreux chercheurs à bénéficier des conseils et tuyaux d’Henri Seyrig quant aux collections privées locales lors de ses passages dans la capitale libanaise, sources de plusieurs publications pointues sur la glyptique, la céramique, les arts du métal et la coroplatie phénicienne 7. Avec sa générosité proverbiale, Henri Seyrig, qui n’avait que rarement exploité sa propre collection de cachets et d’empreintes acquise sur le marché de l’art, lui confia la publication de cinq sceaux pour illustrer ce qui allait devenir la première étude de fond sur l’iconographie sigillaire phénicienne (ill. 1) 8. Il n’avait, bien sûr, pas manqué d’attirer l’attention du savant australien sur l’importance de la collection de glyptique orientale conservée au Cabinet des Médailles 9 et de l’introduire auprès du milliardaire américain Burton Y. Berry afin de publier un scarabée de sa collection 10.

Illustration 1.

Illustration 1.

Empreintes et dessins de cachets phéniciens de la collection Henri Seyrig, Culican 1986 (cf. n. 8)

  • 11 Dentzer 1982, p. 32, pl. 5:27 et p. 32 n. 118 avec une description détaillée d’H. Seyrig p. 32, n.  (...)
  • 12 Gubel 1987, p. 114-126 no 54, pl. XXI.

6Rappelons enfin l’empreinte d’un scarabée gracieusement passée par Henri Seyrig à Jean-Marie Dentzer, pensionnaire à « son » IFAB (ill. 2), dont le motif est très voisin de l’iconographie du groupe dit « du Lyre Players » (joueurs/joueuses de lyre) 11. Correspondant à la catégorie II-f de ma typologie du mobilier phénicien, le trône avec ses plaquettes incrustées en ivoire ou en bois précieux est attesté dans les milieux phéniciens de la fin du ixe jusqu’au début du viie s., illustrant parfaitement l’impact des activités mercantiles phéniciennes en Cilicie et en Syrie du Nord postulé par Irene Winter, André Lemaire et Edouard Lipiński 12.

Illustration 2.

Illustration 2.

Empreinte de l’un des plus beaux sceaux du groupe dit « des joueurs/joueuses de lyre », Dentzer 1982 (cf. n. 11)

  • 13 Boardman 2003 (avec des entrées supplémentaires dans la version en ligne : http://www.beazley.ox.ac (...)
  • 14 Pour un exemple, voir Gubel 2012, fig. 1.
  • 15 Boardman 2003, p. 89, no 27/27, pl. 26, pour la didrachme, Jenkins 1991, 34,5.

7Un autre savant français, le comte Chandon de Briailles, vit sa collection glyptique grandir grâce aux conseils d’Henri Seyrig et la légua, toujours sur sa recommandation, au Cabinet des Médailles. À l’exemple du maître, lui aussi consacra des fiches à chaque achat, avec toute l’information dont il disposait. Si les photographies de ses cachets peuvent être consultées en ligne, les versions électronique et papier de l’admirable corpus des scarabées en jaspe vert constitué par Sir John Boardman se limitent malheureusement à une description succincte d’un matériel qui sera commenté en détail dans notre propre catalogue 13. Les lecteurs auront accès à un outil de haute technologie leur permettant de manipuler les images 3D à souhait et même d’en reproduire des dessins vectorisés par le système 14. L’ouvrage, prévu pour 2017, prêtera aussi une attention particulière à la comparaison entre l’iconographie monétaire et glyptique. À titre d’exemple, un scarabée à motif hellénisant montre un apobate sautant de son cheval lors de jeux publiques, motif attesté par un didrachme de la cité phénicienne de Motya en Sicile figurant le même sujet 15. La date de la frappe monétaire, ca 420 av. n. è., permet de mieux évaluer l’évolution de cette production sigillaire en termes chronologiques. Dans le même contexte, une comparaison entre l’image monétaire pré-alexandrine d’Arwad et des figurines votives tyriennes d’une favissa marine représentant le même dieu ichtyomorphe sera détaillée dans les actes du 8e congrès international des études phéniciennes et puniques (octobre 2013).

Gemmes décaédriques et intailles gréco-romaines

  • 16 Seyrig 1952, p. 195-202.
  • 17 Seyrig 1952, p. 202.

8Toujours prêt à participer aux volumes d’hommages dédiés à l’un ou l’autre de ses collègues, Seyrig publiait dans le recueil Ernst Herzfeld une étude sur quatre gemmes de forme décaédrique trouvées en Syrie, enrichissant le maigre dossier de ce type sigillaire qualifié de « gréco-perse » (ill. 3) 16. L’ex-Athénien en lui admettait dans sa conclusion « qu’ils sont le produit d’un art oriental influencé par la Grèce, mais il leur manque cette liberté, cette aisance humaine, cette intelligence immédiate de la nature, qui font seule la jeunesse éternelle de l’art grec » 17. Mais le même Athénien atypique d’ajouter, dans le même souffle, dans sa note finale :

  • 18 Seyrig 1952, p. 202, n. 28.

« Mais cette glyptique n’en est pas moins restée, au premier chef, une glyptique orientale, conçue par des cerveaux orientaux, et c’est à elle qu’appartiennent les intailles que nous venons de discuter » 18.

Illustration 3.

Illustration 3.

Sélection de cachets décaédriques de provenance syrienne, Seyrig 1952 (cf. n. 16)

  • 19 N’ayant pas la compétence requise pour approfondir ce sujet, je me borne ici à la seule référence (...)
  • 20 Seyrig 1965, spéc. p. 410 no 110.
  • 21 P. ex. Caylus 1764, pl. VIII:1 dont il faut souligner le contraste avec le scarabée tétraptère and (...)
  • 22 P. ex. Montfaucon 1722, p. 364, pl. CLVII. Pour un sphinx ailé de ce type, voir Boardman 2003, pl. (...)

9Une dernière catégorie de cachets ayant attiré à maintes reprises l’attention de Seyrig est celle des intailles gréco-romaines (y compris les intailles magiques gréco-égyptiennes) dont on retrouvera plusieurs exemples épars dans ses « études syriennes » 19. Dans un de ses comptes rendus, Henri Seyrig se montre fin connaisseur en la matière, exprimant son étonnement devant quelques intailles, en démasquant d’autres comme des faux à l’encontre de l’opinion courante de l’époque et proposant d’attribuer un autre cachet à la production phénicienne du ve s. av. n. è. (ill. 4) 20. Loin de moi l’idée de contredire le maître, mais force m’est d’avouer ne pas connaître de parallèle exact pour ce motif dans le répertoire iconographique de la glyptique phénicienne. Je saisis l’occasion pour signaler trois phénomènes qui m’ont frappé en parcourant, à la suite de mes compatriotes Armand Delatte et Philippe Derchain, les collections des gemmes magiques au Cabinet des Médailles. Premier constat : les motifs de certains exemplaires ne se rabattent pas sur des prototypes égyptiens proprement dit, mais bien plus souvent sur leurs interprétations égyptisantes propres à la glyptique phénicienne (ill. 5-6) 21. Deuxièmement, un certain nombre de motifs des cachets magiques reflète de loin ou de près des prototypes phéniciens affichant un style grec. Enfin, il est clair que dans un troisième cas, certaines gemmes magiques sont en réalité des cachets phéniciens dont le dos bombé avait été scié afin de créer une surface plate pour l’ajout d’une inscription de type Abraxas ou autre (ill. 7) 22. Bref, autant de nouvelles pistes appelant une recherche pluridisciplinaire.

Illustration 4.

Illustration 4.

Sceau qualifié de facture phénicienne, Seyrig 1965 (cf. n. 20)

Illustration 5.

Illustration 5.

Cachet magique dont le motif s’inspire d’un prototype phénicien (cf. n. 21 et fig. 6)

10Cachet phénicien en lapis-lazuli, Péronne, collection municipale, Avigad & Sass 1997, p. 82, no 103, dessin de l’auteur

Illustration 7.

Illustration 7.

Cachet magique biface, jadis dans la collection de l’abbaye bénédictine de Sainte-Geneviève, Paris (cf. n. 22)

  • 23 Morrisson 1986, p. 420.

11Avant d’entamer la dernière partie de ce survol, rappelons enfin que le Cabinet des Médailles doit aussi quelque 400 sceaux byzantins à la générosité d’Henri Seyrig, de nouveau accompagnés d’un « précieux inventaire de sa main avec de nombreuses indications de provenance » 23.

Sceaux-cylindres levantins

  • 24 Voir la contribution de M. Pic dans ce même volume pour un exemple.

12Le Cabinet conserve trois carnets comportant la fiche technique et la description complète de cylindres de la collection Seyrig, dont l’auteur avait déjà signalé quelques exemples dans des publications scientifiques de sa plume, voire passé à des spécialistes auxquels il avait confié, toujours avec sa générosité intellectuelle habituelle, le soin d’une étude plus approfondie 24.

13De par ses propres publications, Henri Seyrig peut à juste titre être qualifié ici comme l’un des pionniers de la recherche portant sur la glyptique dite « (paléo-)syrienne » du IIe millénaire av. n. è. Afin d’illustrer cet aspect de sa personnalité et de valoriser un pan de sa production qui n’a pas été abordé, je propose un choix de documents suivi de quelques remarques que j’espère utiles, en me bornant toutefois à du matériel déjà publié.

14Le premier cas, représenté par un cylindre mettant en scène des acrobaties exécutées par des dompteurs sur le dos de taureaux lui semblait « bien exprimer la façon dont un graveur syrien se représentait les habitants de la Crète ou de Mycènes » d’après les images qui lui étaient accessibles. Et Seyrig d’ajouter :

  • 25 Seyrig 1963, p. 253 avec renvoi à deux articles parus précédemment : Seyrig 1955, p. 34-37, 1956.

« Sans doute les cylindres ornés de tels sujets sont-ils moins rares qu’il ne semble d’abord ; sans doute en verra-t-on paraître d’autres lorsqu’on aura enfin, de la glyptique syrienne, les répertoires qu’elle mérite » 25.

  • 26 Collon 1975, no 111, 122.
  • 27 Collon 1994. Voir Otto 2000, p. 239-240. Sur la question cornélienne de savoir qui, de l’œuf ou de (...)

15En publiant son étude sur les archives cunéiformes du palais d’Alalakh-Atchana deux ans après sa mort, D. Collon pouvait en effet annoncer un autre exemplaire, une empreinte de cylindre trouvée dans un contexte des environs de 1700 av. n. è. 26. En 1994, la découverte récente des fresques du palais de Tell ed-Dabʿa lui permit enfin de renforcer le rôle de la Syrie dans la transmission de ce thème d’origine orientale en offrant davantage d’exemples glyptiques, dont ceux de la collection d’Henri Seyrig lui-même 27. Comme quoi l’austérité scientifique et une petite dose de clairvoyance allaient de temps en temps de concert dans l’œuvre d’Henri Seyrig…

  • 28 Seyrig 1963, p. 256-257, fig. 1, à compléter avec les références dans Edel 1995, p. 222, Dok. 60.
  • 29 Gubel 1987, pl. XXXI : 90 et dans la section des planches pour plusieurs exemples où l’arbre sacré (...)

16Un cylindre en hématite provenant de Damanhur dans le Delta occidental égyptien avait retenu l’attention du savant à cause de la stylisation de l’arbre sacré qu’il comparait avec un cylindre acquis à Tripoli (ill. 8, 9) 28. Inscrit au nom de Yakbahieda, serviteur d’Adad, le premier cylindre préfigure le motif levantin de deux souverains prêtant serment à l’instar des divinités, voire concluant un pacte à l’ombre de l’arbre sacré, thématique perpétuée au début du Ier millénaire dans l’art phénicien 29.

Illustration 8.

Illustration 8.

Empreinte d’un cylindre en hématite de Damanhour (Égypte), Seyrig 1963 (cf. n. 28)

Illustration 9.

Illustration 9.

Empreinte d’un cylindre en hématite de la région de Tripoli (Liban Nord), Paris, BnF (cf. n. 28)

  • 30 Seyrig 1963, p. 254-255, pl. XXI : 2 et Edel 1995, p. 272 Dok. 185.
  • 31 Edel 1995, p. 272, Dok. 184 et, sur les groupes d’hiéroglyphes mwt, p. 150 avec références.
  • 32 Demargne 1947, pl. IV.
  • 33 Seyrig 1969, p. 479-481 fig. 1 ; Collon 1987, p. 71, 73 no 315 : « Seals such as nos 313-315 influe (...)
  • 34 Collon, 1987, p. 156-157 n o 703.

17L’exemplaire de la région tripolitaine (ill. 9), provenant donc vraisemblablement de la plaine du ʿAkkar, dénote un anachronisme par la stylisation bien particulière de l’arbre sacré attesté dans une phase antérieure de la glyptique syrienne 30. Il présente plusieurs détails en commun avec un cylindre jadis dans la collection de son ami D. Schlumberger, Mulhousien comme lui, avec les mêmes volutes, les Baʾalim athlétiques et les frises du vautour mwt, le tout classé à juste titre par Edel dans un sous-groupe « libanais », terme auquel je préfère plutôt celui de « paléophénicien » (ill. 10) 31. De par le sujet, on peut comparer cette pièce à un cylindre de style égéo-, voire chypro-levantin du Musée national de Beyrouth sur lequel l’un des chasseurs tue un griffon, l’autre s’engageant dans une léontomachie 32. C’est au même groupe que je proposerais de rattacher, à la suite d’Édith Porada et d’Henri Seyrig, un cylindre en calcédoine déjà acquis par le musée de Vienne en 1913, où l’on retrouve notre paire de chasseurs divins traités de façon identique à leur parèdre sur le cylindre de Tripoli, faisant face ici à une divinité trônant « à la mésopotamienne » mais protégée par un griffon de type égéen (ill. 11) 33. Enfin, un cylindre en hématite à Yale représente nos chasseurs en prise dans une lutte 34.

Illustration 10.

Illustration 10.

Empreinte d’un cylindre en hématite de style paléophénicien (cf. n. 31), anciennement coll. Schlumberger

© P. Amiet

Illustration 11.

Illustration 11.

Cylindre en hématite et empreinte, Vienne, Kunsthistorisches Museum AS X 183 (cf. n. 33)

18S’il est clair qu’il faut situer, du point de vue chronologique, la production de ces cylindres au Bronze récent plutôt qu’au Bronze moyen, aucune proposition quant à son origine géographique n’a été présentée à ma connaissance, outre une préférence marquée pour le Levant central, plutôt que pour le Levant septentrional, opinion renforcée par les lieux d’acquisition « Liban » et « Tripoli ».

  • 35 Ciafaloni 2000, fig.1. Mallowan (1969) avait déjà pressenti l’impact du style égéo-levantin sur la (...)
  • 36 Actes du colloque sur la topographie historique (Louvain-la-Neuve, février 2014).

19La survivance du motif du héros athlétique rappelant des antécédents égéens dans une production (paléo-)phénicienne d’ivoires de la fin du IIe, voire de l’aube du Ier millénaire, va également dans ce sens 35. Sur l’une de ces plaquettes, le combat se déroule sur une montagne, dont la masse est exceptionnellement rendue par une sorte d’entremêlement de fils. Les meilleurs parallèles pour ce rendu stylistique rarissime se trouvent dans le décor au repoussé d’une série de coupes en or fortuitement trouvées, peu avant l’apparition des cylindres de Seyrig et de Schlumberger, à l’emplacement du Tell el-Talé sur la rive gauche du Nahr el-Bared parcourant la plaine du ʿAkkar au Liban Nord. Nous reviendrons ailleurs sur les données permettant d’identifier ce site à l’Ullaza des textes égyptiens, sur son rôle dans le commerce du lapis-lazuli et, enfin, sur son orientation vers le marché égéen 36. En attendant — noblesse oblige —, je propose d’attribuer les cylindres mentionnés plus haut à un « Groupe Seyrig ».

  • 37 Nous remercions G. Turner Esq. de nous avoir confié une coupure de journal (La Revue du Liban ?) d (...)

20J’espère que ces quelques lignes dévolues à l’intérêt que porta Henri Seyrig à la glyptique orientale contribueront, pour modestes qu’elles soient, à mieux évaluer sa contribution à un vaste panorama d’acquis culturels et scientifiques que ce savant exceptionnel a ouvert et dont les auteurs de ce volume ont fait revivre, chacun et chacune selon l’expertise qui leur est propre, la grandeur d’esprit. Pour terminer, expliquons notre choix de la citation figurant en tête de cette contribution. C’est dans une interview accordée à une revue libanaise parue fin octobre 1961 37, qu’Henri Seyrig déclarait en effet :

« Ma vie de savant : rien de moins pittoresque, de moins… poétique ».

21Embarrassée par une telle modestie, la réaction de la journaliste, Georgette Schehadé, mérite bien d’être rappelée dans le contexte de notre colloque :

« De son inépuisable trésor de connaissances, il [H.S. personnifiant l’archéologue-savant] tire les repères où il situera sans se tromper chaque pièce, avec la date et le lieu. Il ne se laissera pas égarer, car il connaît, pour chaque siècle, pour chaque regroupement humain, les pratiques cultuelles, les usages vestimentaires, le style du sculpteur et l’écriture. Dans les traditions et les cultes qui nous sont rendus, nous reconnaîtrons la source des nôtres [les Libanais], l’effort des peuples primitifs pour se concilier les forces de la nature, cette aspiration vers le divin qui est propre de l’homme. À leur tour puiseront à cette source tous ceux qui se spécialisent dans l’histoire des peuples, de l’art, des religions. C’est dire toute l’importance que présente pour notre culture une étude archéologique conduite avec rigueur. C’est dire l’importance d’un savant de la classe de M. Seyrig ».

Haut de page

Bibliographie

Amadasi-Guzzo (M.-G.) 1989 « Compte rendu de P. Bordreuil, Catalogue des sceaux ouest-sémitiques inscrits de la Bibliothèque nationale, du musée du Louvre et du Musée biblique de Bible et Terre Sainte, Paris, Bibliothèque nationale, 1986 », RSF 17/1, p. 147-148.

Avigad (N.) & Sass (B.) 1997 Corpus of West Semitic Stamp Seals, Jérusalem, Université hébraïque de Jérusalem.

Boardman (J.) 2003 Classical Phoenician Scarabs. A Catalogue and Study (BAR IS 1191), Oxford, Archaeopress.

Bordreuil (P.) 1986 Catalogue des sceaux ouest-sémitiques inscrits de la Bibliothèque nationale, du musée du Louvre et du Musée biblique de Bible et Terre Sainte, Paris, Bibliothèque nationale.

Caylus (A. C. Ph. de) 1764 Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines et gauloises, VI, Paris, N. M. Tilliard.

Cecchini (S. M.) 2000 « Avori ‘fenici’ ? », Actas del IV congreso internacional de estudios fenicios y punicos, III, Cadix, Publications universitaires de Cadix, p. 1277-1285.

Ciafaloni (D.) 2000 « Tradizione e innovazione negli avori fenici, 1. Motivi egei su una placca da Nimrud », Actas del IV congreso internacional de estudios fenicios y punicos, III, Cadix, Publications universitaires de Cadix, p. 971-986.

Collon (D.) 1975 The seal impressions from Tell Atchana/Alalakh (AOAT 27), Kevelaer/Neukirchen-Vluyn, Butzon & Bercker/Neukirchener Verlag.

Collon (D.) 1987 First Impressions. Cylinder Seals in the Ancient Near East, Londres, British Museum Press.

Collon (D.) 1994 « Bull-Leaping in Syria », Egypt and the Levant 4, p. 81-88.

Culican (W.) 1986 Opera Selecta. From Tyre to Tartessos, Göteborg, P. Åström.

Demargne (P.) 1947 La Crète dédalique, Paris, De Boccard.

Dentzer (J.-M.) 1982 Le motif du banquet couché dans le Proche-Orient et le monde grec du viie au ive siècle avant J.-C. (BÉFAR 246), Rome, ÉfR.

Edel (C.) 1995 Die ägyptischen Motive in der Glyptik des östlichen Mittelmeerraumes zu Anfang des 2. Jts. v. Chr. (OLA 71), Louvain, Peeters.

Gubel (É.) 1987 Phoenician Furniture. A Typology based on Iron Age Representations with Reference to the Iconographical Context (Studia Phoenicia 7), Louvain.

Gubel (É.) 2012 « Decoding Phoenician Art I: Pharaoh Triumphant », RSF 40, p. 21-38.

Jenkins (G.) 1991 Coins of Punic Sicily, I, Zürich, Schweizerische Numismatische Gesellschaft.

Mallowan (M.) 1969 « Ugarit and Nimrud. An Ivory Plaque from Fort Shalmaneser », Schaeffer 1969, p. 541-545.

Montfaucon (B. de) 1722 L’antiquité expliquée et représentée en figures, II, Paris, Delaulne.

Morrisson (C.) 1986 « Sceaux byzantins inédits de la collection Henri Seyrig », CRAI, p. 420-435.

Niemeier (W.-D.) & Niemeier (B.) 1998 « Minoan frescoes in the eastern Mediterranean », E. H. Cline & D. Harris-Cline (éd.), The Aegean and the Orient in the Second Millennium. Proceedings of the 50th Anniversary Symposium, Cincinnati, 18-20 April 1997 (Aegaeum 18), Liège, Université de Liège, p. 69-98.

Otto A. 2000 Die Entstehung und Entwicklung der Klassisch-Syrischen Glyptik, Berlin / New York, W. de Gruyter.

Schaeffer (C.) éd. 1969 Ugaritica, VI, Paris, P. Geuthner.

Schaeffer-Forrer (C.) 1983 Corpus des cylindres-sceaux de Ras Shamra-Ugarit et d’Enkomi-Alasia, Paris, ERC.

Seyrig (H.) 1952 « Cachets achéménides », G. C. Miles (éd.), Archaeologica Orientalia in memoriam Ernst Hertzfeld, New York, J. J. Augustin, p. 195-202.

Seyrig (H.) 1955 « Antiquités syriennes 60. Quelques cylindres orientaux », Syria 32, p. 29-48.

Seyrig (H.) 1956 « Cylindre représentant une tauromachie », Syria 33, p. 169-174.

Seyrig (H.) 1963 « Antiquités syriennes 86. Quelques cylindres syriens », Syria 40, p. 253-260.

Seyrig (H.) 1965 « Compte rendu de A. Delatte & Ph. Derchain, Les intailles magiques gréco-égyptiennes. Bibliothèque Nationale, Cabinet des médailles et antiques, Paris 1964 », Syria 42, p. 409-412.

Seyrig (H.) 1969 « Un Cylindre du Musée de Vienne », Schaeffer 1969, p. 479-481.

Seyrig (H.) 1972 « Antiquités syriennes 98-101 », Syria 49, p. 97-125.

Siebert (G.) 2001 « Portraits et silhouettes d’Alsace : Seyrig Henri Arnold », Revue d’Alsace 127, p. 372-376.

Haut de page

Notes

1 Voir cependant la contribution de notre collègue F. Duyrat, dans ce même volume et particulièrement le tableau illustrant la prépondérance des émissions monétaires des centres de la Phénicie du Nord achetées sans doute dans la plaine du ʿAkkar et les zones limitrophes.

2 Seyrig 1955. Pour l’une de ses découvertes dans une collection privée (celle du Dr Rudolf Schmidt à Soleure), voir Seyrig 1956.

3 Seyrig 1955. Référence à l’ouvrage de Schaeffer-Forrer 1983.

4 Seyrig 1963, p. 259 n. 1.

5 Bordreuil 1986, p. 10 (= pl. III)-11 et la table de concordance à la p. 123 pour les références aux numéros du catalogue. Voir aussi les remarques et corrections dans le compte rendu de M.-G. Amadasi-Guzzo (1989) et les nouvelles lectures et révisions proposées par Avigad & Sass 1997, p. 622 s. v. « Seyrig Collection » (28 sceaux). Pour la relation entre P. Bordreuil et H. Seyrig, voir la contribution de P. Bordreuil dans le présent volume.

6 Voir la contribution de M. Pic dans ce volume.

7 On trouvera un choix de ces études dans l’anthologie Culican 1986.

8 Culican 1986, p. 230-232, pl. III (= notre ill. 1).

9 Culican 1986, p. 228-229, fig. 6, p. 222-223, fig. 3, et p. 479, pl. VIII.

10 Culican 1986, p. 250-251, fig. 11.

11 Dentzer 1982, p. 32, pl. 5:27 et p. 32 n. 118 avec une description détaillée d’H. Seyrig p. 32, n. 118., voir Siebert 2001 : « Par un autre paradoxe, cet universitaire [H.S.] qui n’a jamais enseigné fut un très grand professeur, si l’on reconnaît ce métier au nombre et à la qualité de ceux qu’un maître a formés aux disciplines scientifiques. Les témoignages sont unanimes sur la capacité qu’avait Seyrig de détecter les talents et sur la générosité dont il savait faire preuve à leur égard, ne ménageant ni son temps, ni sa science quand il s’agissait de faire débuter ou progresser une recherche, parfois au détriment de ses propres dossiers inédits ».

12 Gubel 1987, p. 114-126 no 54, pl. XXI.

13 Boardman 2003 (avec des entrées supplémentaires dans la version en ligne : http://www.beazley.ox.ac.uk/Gems/scarab/scarab.htm.).

14 Pour un exemple, voir Gubel 2012, fig. 1.

15 Boardman 2003, p. 89, no 27/27, pl. 26, pour la didrachme, Jenkins 1991, 34,5.

16 Seyrig 1952, p. 195-202.

17 Seyrig 1952, p. 202.

18 Seyrig 1952, p. 202, n. 28.

19 N’ayant pas la compétence requise pour approfondir ce sujet, je me borne ici à la seule référence à Seyrig 1972, p. 106 fig. 6, p. 110 fig. 10, p. 112 fig. 12, p. 115-119, fig. 14, 17 et 18.

20 Seyrig 1965, spéc. p. 410 no 110.

21 P. ex. Caylus 1764, pl. VIII:1 dont il faut souligner le contraste avec le scarabée tétraptère androcéphale (ill. 6).

22 P. ex. Montfaucon 1722, p. 364, pl. CLVII. Pour un sphinx ailé de ce type, voir Boardman 2003, pl. 14 : no 15/2, 15 : no 15/24 pour l’attitude et la couronne et p. 57-60 pour les combinaisons avec uraeus et/ou symbole astral.

23 Morrisson 1986, p. 420.

24 Voir la contribution de M. Pic dans ce même volume pour un exemple.

25 Seyrig 1963, p. 253 avec renvoi à deux articles parus précédemment : Seyrig 1955, p. 34-37, 1956.

26 Collon 1975, no 111, 122.

27 Collon 1994. Voir Otto 2000, p. 239-240. Sur la question cornélienne de savoir qui, de l’œuf ou de la poule, est apparu le premier, voir Niemeier & Niemeier 1998.

28 Seyrig 1963, p. 256-257, fig. 1, à compléter avec les références dans Edel 1995, p. 222, Dok. 60.

29 Gubel 1987, pl. XXXI : 90 et dans la section des planches pour plusieurs exemples où l’arbre sacré est remplacé par un cartouche, voire un thymiatère.

30 Seyrig 1963, p. 254-255, pl. XXI : 2 et Edel 1995, p. 272 Dok. 185.

31 Edel 1995, p. 272, Dok. 184 et, sur les groupes d’hiéroglyphes mwt, p. 150 avec références.

32 Demargne 1947, pl. IV.

33 Seyrig 1969, p. 479-481 fig. 1 ; Collon 1987, p. 71, 73 no 315 : « Seals such as nos 313-315 influenced Cypriote iconography and 315 make use of Cretan and earlier Syrian motifs ». Edel 1995, p. 245, Dok. 117.

34 Collon, 1987, p. 156-157 n o 703.

35 Ciafaloni 2000, fig.1. Mallowan (1969) avait déjà pressenti l’impact du style égéo-levantin sur la production d’ivoires du Ier millénaire. Voir aussi Cecchini 2000, qui pense à un groupe d’ivoires précédant la production des ixe-viiie s. av. n. è et ramené comme butin de guerre par les Assyriens lors de l’annexion d’un centre phénicien au cours de cette dernière période.

36 Actes du colloque sur la topographie historique (Louvain-la-Neuve, février 2014).

37 Nous remercions G. Turner Esq. de nous avoir confié une coupure de journal (La Revue du Liban ?) de ses archives personnelles, qui ne porte malheureusement ni titre ni date précise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Empreintes et dessins de cachets phéniciens de la collection Henri Seyrig, Culican 1986 (cf. n. 8)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Titre Illustration 2.
Légende Empreinte de l’un des plus beaux sceaux du groupe dit « des joueurs/joueuses de lyre », Dentzer 1982 (cf. n. 11)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Illustration 3.
Légende Sélection de cachets décaédriques de provenance syrienne, Seyrig 1952 (cf. n. 16)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Illustration 4.
Légende Sceau qualifié de facture phénicienne, Seyrig 1965 (cf. n. 20)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Illustration 5.
Légende Cachet magique dont le motif s’inspire d’un prototype phénicien (cf. n. 21 et fig. 6)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Illustration 6.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Illustration 7.
Légende Cachet magique biface, jadis dans la collection de l’abbaye bénédictine de Sainte-Geneviève, Paris (cf. n. 22)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Illustration 8.
Légende Empreinte d’un cylindre en hématite de Damanhour (Égypte), Seyrig 1963 (cf. n. 28)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Illustration 9.
Légende Empreinte d’un cylindre en hématite de la région de Tripoli (Liban Nord), Paris, BnF (cf. n. 28)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Illustration 10.
Légende Empreinte d’un cylindre en hématite de style paléophénicien (cf. n. 31), anciennement coll. Schlumberger
Crédits © P. Amiet
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Illustration 11.
Légende Cylindre en hématite et empreinte, Vienne, Kunsthistorisches Museum AS X 183 (cf. n. 33)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5316/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Gubel, « Henri Arnold Seyrig (1895-1973) : une passion pour la glyptique
II. La glyptique (paléo-) phénicienne », Syria, III | 2016, 203-210.

Référence électronique

Éric Gubel, « Henri Arnold Seyrig (1895-1973) : une passion pour la glyptique
II. La glyptique (paléo-) phénicienne », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5316 ; DOI : 10.4000/syria.5316

Haut de page

Auteur

Éric Gubel

Directeur du Département des Antiquités, Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals