Navigation – Plan du site

Henri Arnold Seyrig (1895-1973), une passion pour la glyptique
III. Camées, intailles et bijoux gréco-romains

Mathilde Avisseau-Broustet
p. 211-221

Texte intégral

1La contribution d’Henri Seyrig à l’enrichissement des collections de l’Antiquité classique est une des plus importantes que le Cabinet des Médailles ait connues dans la seconde moitié du xxe s. En quantité et en qualité, la collection Seyrig s’approche de celles données par d’illustres prédécesseurs, tels le duc de Luynes (1862), Wilhelm Froehner (1925), Gustave Schlumberger (1929), le comte Chandon de Briailles (1950), Louis de Boisgelin, héritier de Louis de Clercq, tous collectionneurs mais surtout érudits.

Les entrées au Cabinet des Médailles : don et acquisition

2En 1970, Henri Seyrig, âgé de soixante-quinze ans, envisage de vendre ses collections de monnaies, pierres gravées et archéologie et demande à cet effet une estimation au numismate Herbert Cahn, directeur de la maison de vente Münzen und Medaillen à Bâle. Cependant deux ans plus tard, c’est au Cabinet des Médailles qu’il accepte d’une part de donner certains lots, d’autre part de vendre à un prix bien inférieur à leur valeur réelle un riche ensemble de monnaies et de pierres gravées et ce, grâce à son amitié avec Raoul Curiel, conservateur des monnaies orientales, et à l’entremise efficace du directeur Georges Le Rider.

  • 1  Archives du Cabinet des Médailles, année 1973 (1973 ACM 64). Tout au long de sa vie, Seyrig a fait (...)

3Par contre, les objets archéologiques — alors même que beaucoup correspondaient à des séries bien présentes au Cabinet des Médailles, comme des lécythes grecs à fond blanc, des bronzes grecs, hellénistiques et romains — ont été retirés de la vente (une note sur la liste des estimations faite par Herbert Cahn précise : « ces objets ne sont pas pour le Cabinet des Médailles » 1), peut-être parce que Seyrig, ancien directeur du musée du Louvre, les destinait à cette institution et que, par ailleurs, la somme demandée pour la collection de monnaies et de gemmes, certes basse par rapport à la valeur réelle, était cependant très élevée pour le Cabinet des Médailles puisqu’elle correspondait à six fois le budget annuel du département.

4Contrairement aux monnaies et aux empreintes de sceaux, acquises ou données tout au long de la carrière de Seyrig, les pierres gravées d’époque classique sont entrées en deux lots groupés, en 1972 et 1973.

  • 2  Raoul Curiel (1913-2000) était alors conservateur au Cabinet des Médailles, en charge de la numism (...)
  • 3  Archives centrales de la BnF, cote E 168.

5Le premier don s’est fait de façon si discrète qu’il n’en est fait aucune mention dans les registres d’entrée et dans les inventaires. La seule trace en est, dans les archives centrales de la Bibliothèque, une liste établie par Raoul Curiel 2 de tous les dons faits par Henri Seyrig, avec une estimation « plutôt basse » de leur valeur 3. On y voit qu’arrive fin 1972 une collection de cachets magiques gréco-égyptiens, dont le nombre n’est pas déterminé, estimée 100 000 F, accompagnée de divers objets archéologiques, estimés 140 000 F, non décrits. Ce sont les derniers dons importants faits par Seyrig au Cabinet des Médailles avant sa mort le 21 janvier 1973.

6Ces divers objets archéologiques, au nombre de cent trente-quatre, sont des cachets anatoliens, des scarabées égyptiens et phéniciens, des bagues, des amulettes et divers petits objets en bronze, dont certains portent encore de petites étiquettes de la main de Seyrig indiquant leur provenance.

7Le deuxième lot de pierres gravées a été acquis très peu de temps avant le décès inattendu d’Henri Seyrig grâce à l’intervention de Georges Le Rider, désireux de faire entrer au Cabinet des Médailles des séries importantes, propres à compléter les collections. La lettre adressée à cette occasion à l’administrateur de la Bibliothèque nationale est éloquente : « M. Henri Seyrig, mon maître, […] possède une admirable collection de monnaies et de pierres gravées, 420 monnaies grecques en or et argent, 41 monnaies byzantines en or, 130 intailles et camées […]. L’intérêt des objets qu’il a rassemblés est extrême. Guidé par une connaissance profonde de la numismatique et de la glyptique et par un instinct très sûr de collectionneur, il a pu réunir des pièces de premier ordre par leur rareté et leur importance artistique et historique », ajoutant dans une note manuscrite : « Il s’agit d’une acquisition si importante et exceptionnelle que je suis prêt à me battre avec acharnement » et, dans une autre lettre : « si nous faisons cette acquisition, M. Henri Seyrig m’a promis de me donner une collection de pierres gravées sassanides d’une valeur de 80 000 f environ », collection donnée effectivement en 1972.

8C’est ainsi que, le 21 décembre 1972, sont acquis, en plus de quatre cent soixante et onze monnaies grecques, romaines et byzantines, quatorze bijoux et cent vingt-huit pierres gravées pour la somme de 945 000 F suisses.

Le don de 1972 : les intailles magiques

9Aucun numéro d’inventaire n’a été trouvé pour les cent cinq intailles et les treize amulettes magiques données par Henri Seyrig, signalées dans nos archives 4. Trente-neuf d’entre elles, ainsi que cinq amulettes de bronze, ont été publiées en 1950 par Campbell Bonner, de l’Université du Michigan, dans un ouvrage pionnier en la matière, toujours très important, Studies in magical amulets, chiefly greaco-egyptian. Cet ouvrage a récemment donné lieu à une base informatique développée par Arpad Nagy et Véronique Dasen, du Museum of Fine Arts de Budapest et de l’Université de Fribourg, dont le but est de publier et de rendre accessible tout le corpus connu des gemmes magiques 5.

  • 6  Nos 389 à 398.

10Comme toujours, Henri Seyrig avait généreusement mis ses collections à la disposition de ce savant, reconnaissant tout l’intérêt d’un tel ouvrage. Celui-ci est d’ailleurs dédié « to the generous friendship of Henri Seyrig and the honored memory of Edward Theodore Newell ». Dans les remerciements, Bonner précise « in a generous act of cooperation, Mr Henri Seyrig offered me the use of his collection, and corrected my interpretation of certain pieces ». En fin d’ouvrage, une dizaine de numéros 6 ont d’ailleurs été rajoutés par Bonner à la demande de Seyrig, qui avait examiné ces objets et désirait les faire connaître. Bonner souligne : « Mr Seyrig has drawn several interesting amulets to my attention [] this appendix is one of Mr Seyrig’s substantial contributions to the book ». L’exemplaire de Bonner du Cabinet des Médailles provient de la bibliothèque de Seyrig, qui l’avait reçu pour compte rendu dans la Revue des Études grecques. Seyrig l’a complété d’un index manuscrit afin d’enrichir « l’index insuffisant du livre », par un relevé des inscriptions, notamment des verbes à l’impératif. C’est dire le soin approfondi apporté à la lecture de l’ouvrage et l’intérêt porté à ces gemmes qui réunissent plusieurs de ses domaines de prédilection : des inscriptions complexes, une iconographie très riche où se mêlent des influences grecques, égyptiennes, proche-orientales et juives.

  • 7  Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques, Res Ms 54009 SE (...)
  • 8 Entre 1922 et 1930, directeur de ce qui va devenir l’Institut français de Damas, bon arabisant, dé (...)

11Un petit cahier manuscrit de sa main 7 décrit soixante-neuf intailles, soit de sa collection, soit vues à Beyrouth ou dans les environs, dans des collections privées, nous donnant un aperçu du milieu qu’il fréquentait. Nous trouvons les noms non seulement de ses confrères, comme son prédécesseur à l’Institut français de Damas, Eustache de Lorey, directeur de 1922 à 1930 de ce qui s’appelait alors l’Institut des Arts musulmans 8, mais aussi des diplomates, tel Guillaume Poche, consul des Pays-Bas à Alep, des industriels, comme Casimir Eynard, propriétaire d’une filature.

  • 9  L’une a été publiée par Dunand 1939, 1248.
  • 10  Bonner 1950, D.70 (Seyrig 3), publiée par Simone Michel (2001) dans la collection Skoluda, no 50.

12Les provenances sont souvent indiquées, Athènes, pour les premières années d’acquisition (vingt-deux pierres), puis Beyrouth et ses environs, le Liban et la Syrie, Damas, Alep, Antioche, Latakié, Baalbeck, ainsi que quatre pierres de la trouvaille de Byblos 9 ; quelques provenances sont plus lointaines, comme Constantinople, Le Caire. Il semble donc que Seyrig ait assemblé cette collection depuis ses premières années athéniennes, dès 1922, et que son intérêt pour ces amulettes ait perduré puisque ce n’est que très tardivement qu’il a décidé de les donner au Cabinet des Médailles. Certaines intailles de sa collection, numérotées dans ce cahier, ne sont pas entrées au Cabinet des Médailles, comme un jaspe vert sombre gravé de Mithra égorgeant le taureau, passé dans la collection de l’orfèvre hambourgeois Wolfang Skoluda 10.

  • 11  Publiée dans Bonner 1950, D.395, « in private collection, Beyrouth », qui reprend les notes de Sey (...)

13Ses notices comportent aussi une description précise, accompagnée parfois de dessins, soit de l’ensemble, soit d’un détail, le relevé des inscriptions, une bibliographie de référence, des comparaisons avec d’autres pierres, vues dans des musées, tel le British Museum, ou chez des marchands (Cléanthe Pieridès à Limassol). Notes et photos ont visiblement été transmises à Campbell Bonner, qui les a utilisées dans son ouvrage, parfois telles quelles. La passion du collectionnisme ne l’anime pas : ces pierres restent des objets d’étude, pour lesquels il ne veut pas dépenser plus que ce qu’il estime raisonnable. C’est ainsi qu’il refuse d’acheter une hématite, vue « chez l’abbé Karam » 11, dont il donne cependant une description détaillée, un relevé précis des inscriptions, complexes, écrites en cercle sur plusieurs rangs serrés.

  • 12  AA.Seyrig.21.
  • 13  Seyrig.1973.1.525.23.
  • 14  Froehner.2850, cf. Seyrig 1965, p. 411-412.
  • 15  Seyrig.1973.1.525.23 et 1973.1.482.

14Ce cahier témoignant d’une recherche approfondie nous fait encore plus regretter la disparition des autres cahiers de notes, dont nous pouvons supposer l’existence au vu de quelques allusions ; il cite par exemple à propos d’une intaille magique de Chnoubis 12 une autre vue à Antioche, décrite dans son « carnet de Syrie ». Des dizaines d’empreintes, en plâtre ou plastilline, déposées au Cabinet des Médailles, montrent que, pour chaque série étudiée, il s’efforçait de réunir des exemplaires de comparaison. Par exemple, autour d’une cornaline d’Artémis d’Ephèse 13 de sa collection (ill. 1), qu’il identifie comme Aphrodite d’Aphrodisias, il réunit plusieurs empreintes, certaines annotées au revers : « à mon avis faux ». La rédaction du compte rendu du catalogue des intailles magiques du Cabinet des Médailles, publié par Armand Delatte et Philippe Derchain en 1964, a visiblement attiré son attention sur cette série, puisqu’il y discute l’authenticité d’une gemme similaire de la collection Froehner 14. À la suite de cet article, il achète deux intailles de ce type 15. La lecture de ce compte rendu montre bien que le numismate en lui est toujours en éveil : ce sont souvent les monnaies qui lui permettent d’interpréter des détails iconographiques et d’avancer des datations, en l’absence de tout contexte de fouilles.

Illustration 1.

Illustration 1.

Intaille en cornaline gravée d’une idole de l’Artémis d’Ephèse, Seyrig.1973.1.525.23, H. 2,6 cm

© Serge Oboukhoff, BnF / CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès

15Des séries rares ont été renforcées par Seyrig, comme les fuseaux en hématite, gravés de multiples divinités, égyptiennes comme Osiris, Anubis, Seth, grecques comme Hécate, la gorgone, juives-égyptiennes, comme les grandes divinités magiques que sont le coq anguipède et le dieu léontocéphale. Ces fuseaux, toujours en hématite, la « pierre de sang » qui contrôle les flux sanguins, forment des sortes de petits « panthéons magiques », dont le syncrétisme et la richesse de l’iconographie ont dû séduire Seyrig. Sur les six conservés au Cabinet des Médailles, quatre ont été donnés par Seyrig, l’un venant de Beyrouth, un autre de Tyr.

  • 16  Seyrig 1934, p. 1-11.

16En dehors des notes transmises à Campbell Bonner pour publication, lui-même a écrit un article, intitulé « Invidiae medici » 16, qui a ouvert la voie dans l’explication de quatre motifs récurrents : Tantale, l’ibis, Salomon ou Sisinius cavalier, pourfendeur d’un démon femelle, et le moissonneur. Il y prend en compte non seulement les pierres gravées mais aussi de petites amulettes de bronze, série habituellement négligée des chercheurs. Ses connaissances des textes et son déchiffrement attentif des inscriptions lui ont permis de comprendre le sens perdu de ces amulettes. Mais aussi son esprit rationnel, sa fréquentation du monde oriental et sa connaissance de pratiques encore en usage dans la Syrie moderne, lui font écarter des explications théologiques compliquées pour retrouver le sens populaire de ces amulettes prophylactiques :

« Ce groupe d’amulettes n’a jamais été expliqué correctement. Tantôt on voit dans cet ibis l’ibis de Thot, l’ibis sacré ; tantôt on y voit au lieu de l’ibis, l’oiseau bennou, âme d’Osiris. La réalité est bien plus humble et ces amulettes très populaires ne s’expliquent par aucune théologie. L’ibis passait chez les anciens pour un redoutable ennemi du mauvais œil… il paraît bien être au nombre des protecteurs que mentionne un talisman de Beyrouth. Cette qualité ne lui venait pas seulement de ce qu’il avait un bec extrêmement pointu mais encore qu’il était l’ennemi-né des serpents, des scorpions, des sauterelles, de tous ces fléaux contre lesquels le fellah égyptien doit se tenir constamment en garde. »

  • 17  Ainsi Seyrig.1973.1.525.31 et 1973.1.525.42.

17Vingt-deux intailles magiques sont encore entrées en 1973 ; elles avaient donc été mises de côté par Henri Seyrig, ôtées du lot offert l’année précédente. Plusieurs d’entre elles présentent une iconographie complexe et proche de monnaies 17. Ce sont donc cent quarante intailles et amulettes magiques qu’a apportées Henri Seyrig, enrichissant considérablement le fonds du Cabinet des Médailles, publié en 1964 par Delatte et Derchain, déjà riche de cinq cent vingt-six intailles.

18Les intailles magiques Seyrig ont été mises en ligne dans la publication nouvelle de l’ensemble du corpus des gemmes magiques du Cabinet des Médailles par Attilio Mastrocinque 18.

L’acquisition de 1973 : quatorze bijoux et cent vingt-huit pierres gravées gréco-romaines 19

  • 19  Une partie des pierres gravées acquises en 1973 sont déjà en ligne sur le site medaillesetantiques (...)

19Les pierres entrées au Cabinet des Médailles en mars 1973 ont été divisées en deux lots. Le premier, le plus « précieux » a été décrit et estimé pièce à pièce. Il comporte quatorze bijoux, surtout des pierres montées, et quarante-huit pierres gravées, dont un certain nombre de raretés, dénichées par l’œil expert d’Henri Seyrig, et parfois déjà publiées par ses soins. La présence de douze intailles « gréco-perses », de neuf portraits, hellénistiques et romains, et de huit camées à inscriptions nous montre quels étaient les thèmes et les périodes de prédilection de Seyrig. Un deuxième lot comprend quatre-vingt intailles antiques, non décrites, pour la modique somme de 22 000 F, dont un quart est constitué d’intailles magiques. S’y ajoutent des portraits romains, des sujets mythologiques rares. Aucune provenance n’est malheureusement donnée alors que les quelques publications de Seyrig montrent bien qu’il les connaissait.

20L’ensemble offre un panorama quasi complet de la glyptique grecque et romaine, allant du IIe millénaire av. J.-C. jusqu’au iiie s. de notre ère, à l’exception des scarabées étrusques, assez logiquement absents si l’on considère les lieux d’acquisition habituels de Seyrig, Athènes et la Syrie en majorité, parfois la Turquie, l’Égypte, bien qu’un certain nombre d’œuvres aient été acquises dans le marché de l’art européen, notamment en Suisse. Si l’on ne dénombre que seize camées, c’est là une proportion assez représentative de la rareté des œuvres en relief par rapport aux intailles. Plus de la moitié de ceux-ci sont des portraits romains, allant de l’époque républicaine au ive s., dont cinq d’époque sévérienne, probablement gravés au Proche-Orient. Cinq sont des « porte-bonheurs », gravés d’inscriptions de bonne chance, deux, destinés à des soldats, représentent un vexillum, drapeau militaire cantonné d’un tuba et d’un glaive.

  • 20  Monnaie de Septime Sévère, BMC Troas, pl. 3,2 ; d’Alexandre Sévère, SNG Aulock 7543.

21Les intailles grecques vont de l’époque minoenne à l’époque hellénistique. La représentation très complète de tous les styles et époques, par deux à quatre exemplaires bien choisis, marque la volonté de faire une collection d’étude cohérente. Le goût pour les belles pièces transparaît également, comme le montrent de petits chefs-d’œuvres des périodes les plus fertiles et inventives dans le développement de la glyptique, la fin de l’époque archaïque (ill. 2), l’époque hellénistique (ill. 3). Parmi les intailles d’époque romaine, peu de scènes mythologiques, mais généralement assez rares et en rapport avec des monnaies, ainsi une intaille en cornaline représentant les amours tragiques de Hero et Léandre (ill. 4) : Léandre nage vers la tour où l’attend Hero, un petit amour sur le rivage, scène très proche de monnaies sévériennes d’Abydos 20. Deux séries sont particulièrement bien représentées et ont fait l’objet d’études et d’articles de la part d’Henri Seyrig, ce sont les intailles gréco-perses et les portraits.

Illustration 2.

Illustration 2.

Scarabéoïde en jaspe, Eros à la lyre, fin du vie s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.509, H. 1,25 cm ; l. 1 cm

© Serge Oboukhoff, BnF / CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès

Illustration 3.

Illustration 3.

Intaille en cornaline montée en bague d’or, Hygie ailée, fin iie-ier s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.474, H. 2,1 cm (bague) ; 1,9 cm (intaille)

© Serge Oboukhoff, BnF / CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès

Illustration 4.

Illustration 4.

Intaille en cornaline, Héro et Léandre, ier s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.525.76, H. 0,8 cm ; l. 1 cm

© Serge Oboukhoff, BnF / CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès

Les cachets gréco-perses

  • 21  Tous les cachets achéménides du Cabinet des Médailles sont en ligne sur le site Achemenet (http:// (...)

22Sur les quatre-vingt-sept sceaux gréco-perses conservés au Cabinet des Médailles, dix proviennent de la collection Seyrig 21. Le vaste corpus des sceaux dits « gréco-perses » datés entre les guerres médiques et la conquête d’Alexandre, de la fin du vie s. av. J.-C. à la fin du ive s. av. J.-C., réunit des pierres, souvent des calcédoines bleutées, grands scarabéoïdes, dont la forme a été mise à la mode par les graveurs grecs, ou prismes, aux sujets animaliers ou mettant en scène des personnages assez peu variés : cavaliers perses triomphant d’hoplites grecs, de Scythes ou d’animaux ; animaux seuls ou en chasse, daims, cerfs, renards, lions, hyènes, chameaux ; scènes de la vie quotidienne perse : couples, jeunes femmes coiffées d’une longue tresse, scènes d’adoration. La question régulièrement soulevée est qui les a gravés, des artistes grecs au service des nouveaux maîtres ou des artistes orientaux nourris de l’influence grecque. Comme le fait remarquer John Boardman, qui a longuement étudié la question, il ne peut y avoir une seule réponse, si l’on considère d’une part la diversité des styles, d’autre part la durée (deux siècles) et le gigantisme de l’Empire perse.

  • 22  Seyrig 1952, p. 195-202.

23Seyrig est l’un premier à avoir réfléchi aux problèmes soulevés par ces sceaux, leur lieu de production, leur typologie et à les avoir exprimés de façon claire, précise et concise, dans un article paru en 1952 dans les Mélanges Herzfeld 22. Sa méthode de travail est intéressante puisque, modeste, loin de prétendre expliquer l’ensemble du corpus, il isole un groupe de pierres de forme particulière, propre à l’art « gréco-perse », des décaèdres à plusieurs facettes gravées qu’il attribue à un même atelier et, pour neuf sur les onze étudiés, à la même main. La raideur des figures, la maladresse des perspectives, l’absence de composition des éléments, simplement juxtaposés, lui font attribuer ce groupe à un artiste « non grec » plutôt que perse, mais connaissant l’art grec. Ce travail minutieux d’identifications d’ateliers a été repris et développé par John Boardman, permettant de mieux cerner la production, attribuée tantôt à des ateliers royaux purement perses, tantôt à des artistes grecs plus ou moins orientalisés. Les réflexions de Seyrig sur les conventions propres à l’art oriental apportent un éclairage souvent négligé par les hellénisants.

  • 23  Seyrig.1973.1.500 et 501.
  • 24  Le premier décaèdre « trouvé aux environs de Massyaf », a été acquis à Alep par un collectionneur (...)

24Seyrig part de l’étude de quatre décaèdres, deux de sa collection 23 (ill. 5), et deux en possession alors d’un collectionneur syrien 24, dont il reproduit les empreintes. Par la suite, Seyrig acheta ces deux décaèdres, comme beaucoup de pierres de collections privées publiées par ses soins. Acquisitions donc concertées, réfléchies, dans le but de réunir une documentation la plus complète possible sur un sujet donné. Vingt ans plus tard, ces décaèdres sont entrés au Cabinet des Médailles, pour y rejoindre deux autres exemplaires, cités dans son article. Ses connaissances numismatiques lui ont permis également d’affiner la datation de ce groupe par la comparaison d’une des gemmes, conservée à New York, avec une monnaie d’Héraclée de Bithynie, au taureau cornupète, frappée entre 394 et 364 av. J.-C., ce qui donne un jalon précieux.

Illustration 5.

Illustration 5.

Décaèdre en calcédoine bleutée, cavalier perse et hoplite grec (a) / animaux (b), fin du ve s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.502, H. 1,3 cm ; L. 2,5 cm ; L. avec bélière 3,6 cm

© BnF

Les portraits

  • 25 Seyrig 1969, p. 53-54 ; Vollenweider & Avisseau-Broustet 2003, p. 26-27, no 16 ; Weill Goudchaux 20 (...)

25Les portraits forment un groupe important dans la série des intailles et camées hellénistiques et romains, puisqu’on en compte au total vingt-deux, dont des pièces tout à fait exceptionnelles par leur iconographie et la qualité de leur gravure. C’est le cas de deux intailles à portrait, les deux pièces les plus chères, de très loin, de la collection Seyrig. Ce sont non seulement des chefs-d’œuvre de la glyptique du ier s. av. J.-C. mais aussi des jalons historiques importants. La première est un portrait de Jules César 25 acheté au Caire, œuvre, comme l’a bien relevé Seyrig, d’un artiste non pas romain, mais grec, de la cour lagide, et datable des années du voyage en Égypte, en 48-47 av. J.-C. César, « pris sur le vif », « à la physionomie saisissante » selon les mots de Seyrig, y porte non seulement la couronne de lauriers mais aussi, ainsi que l’a bien montré Guy Weill Goudchaux dans un article récent, le bandeau royal des Ptolémées, noué dans le cou, et orné de broderies ou d’applications métalliques en forme de 8, premier pas dans la tentation de la royauté qui devait le mener à sa perte (ill. 6).

Illustration 6.

Illustration 6.

Intaille en calcédoine bleutée, portrait de Jules César, Égypte, 48-47 av. J.-C., Seyrig.1973.1.515, H. 2,6 cm ; l. 2,1 cm

© BnF

  • 26  Seyrig.1973.1.516 ; acquise par Seyrig auprès d’Herbert Cahn, Münzen und Medaillen ; Seyrig 1968, (...)

26La seconde intaille, également une calcédoine, a été acquise en Suisse mais Seyrig rapporte qu’un de ses amis l’avait vue sur le marché de Téhéran, comme « trouvée en Elam » 26 (ill. 7). Elle représente Tibère jeune, dans un style encore imprégné d’art hellénistique, avec une maîtrise parfaite de la gravure et du polissage. Tibère n’y porte pas la couronne de lauriers, comme l’a dit à tort Seyrig, mais une couronne de myrte, aux feuilles arrondies et non lancéolées, couronne réservée à l’ovatio. Marie-Louise Vollenweider en a déduit que l’intaille aurait été gravée par un atelier de la cour et peut-être par Dioscouride lui-même, le meilleur artiste de la cour d’Auguste, à l’occasion du petit triomphe décerné à Tibère et son frère Drusus en 11 av. J.-C. pour ses victoires en Pannonie. Plusieurs siècles après, la pierre a été réutilisée à l’époque sassanide et gravée d’une inscription en pehlevi sur son pourtour puis, lors d’une troisième utilisation, elle a été percée pour être montée.

Illustration 7.

Illustration 7.

Intaille en calcédoine cendrée, portrait de Tibère, fin du ier s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.516, H. 3,3 cm ; l. 2,5 cm

© BnF

  • 27  Seyrig 1972, p. 117-120.
  • 28  Intaille en grenat acquise dans le commerce à Beyrouth, Seyrig.1973.1.512, Vollenweider & Avisseau (...)
  • 29  Seyrig.1973.1.514, intaille ronde en sardoine ; Seyrig 1972, p. 117, fig. 16 ; Vollenweider & Avis (...)
  • 30  Seyrig.1973.1.513 ; Vollenweider & Avisseau-Broustet 2003, no 29.

27Seyrig a publié deux autres portraits de sa collection 27, essayant de les identifier par comparaison avec des monnaies. L’un est un très beau portrait sur grenat d’un souverain hellénistique diadémé 28, l’autre, une intaille ronde sur sardoine d’un dynaste hellénistique, « de provenance syrienne » 29. Il a visiblement acheté ce dernier d’une part parce qu’il était intrigué par son iconographie, d’autre part pour le rapprocher d’un autre portrait de sa collection, comparable par le style, la forme et la matière, un portrait de Marc Antoine acquis à Alexandrie 30. L’identification lui a résisté et résiste toujours. Stylistiquement, cette tête se rattache aux portraits italiques et républicains du ier s. av. J.-C. mais représente un souverain hellénistique barbu et diadémé, dont aucune monnaie ne présente de parallèle exact.

Les bijoux

  • 31  Seyrig. 1973.1.483-2.
  • 32  Seyrig.1973.1.488.
  • 33  Seyrig.1973.1.475.

28Si les quatorze bijoux décrits dans la liste ne sont pas des bijoux de grande valeur mais des gemmes montées, parfois en bagues modernes sans grand intérêt, quelques montures antiques, de même époque que la pierre, sont d’origine, ainsi celle de l’Hygie ailée (ill. 3). Seules trois bagues à décor figuré offrent un aperçu de la bijouterie antique. L’une est une bague grecque en or, du ve s. av. J.-C., à chaton lancéolé gravé d’une Artémis entre deux boucs dressés 31 ; la deuxième, une bague d’argent à lourd chaton rond, de la fin du ive s. av. J.-C., présente une iconographie inhabituelle 32 : Héraclès, la léonté jetée à ses pieds, y est ceinturé par une déesse ailée, qui semble le retenir ou l’enlever, peut-être la messagère des dieux, Iris, venue lui annoncer le courroux d’Héra et le prochain massacre de ses enfants. La troisième, une lourde bague en bronze, de forme hellénistique, porte au chaton le portrait d’un Romain en relief, œuvre d’un artiste d’Asie Mineure 33.

  • 34  Acquis par Seyrig à Beyrouth ; publié par Alphonse Barb, dans un article dédié à la mémoire d’H. S (...)

29Deux bracelets sont particulièrement intéressants. Le premier, donné par Seyrig en 1973, est un bijou populaire, en alliage cuivreux, gravé de motifs complexes : un temple tétrastyle, un buste de Sérapis nimbé et radié, coiffé du kalathos, dans un temple, deux serpents à tête humaine, Isis-Thermoutis et Agathos Daimon, une sphinge assise, et d’inscriptions magiques combinant des mots grecs et des caractères 34.

  • 35  La maison Rollin & Feuardent, située au 12 rue Vivienne puis, après la mort de Rollin en 1883, au (...)
  • 36  Vente Drouot du 6 novembre 1972, expert Vinchon, no 628.
  • 37  Coche de la Ferté 1974.

30Le deuxième, en or, travaillé à jour, en opus interrasile, provenant de l’ancienne collection de Félix Feuardent, expert en numismatique et archéologie, collectionneur 35, a été acquis en vente publique au nom d’Henri Seyrig 36. Irène Aghion, alors conservateur au Cabinet des Médailles en charge des antiques, se rappelle qu’Henri Seyrig avait donné des crédits illimités à Raoul Curiel pour l’acheter pour le cabinet. Coche de la Ferté, dans sa publication du bijou 37, rapporte un échange de lettres avec Henri Seyrig au sujet de l’inscription, rare, EUTOKI, sur un bijou de la collection Stathatos. C’est en voyant cette inscription sur le bracelet mis en vente à Drouot que Seyrig décida de l’acheter pour le Cabinet des Médailles.

31Ce bijou, témoin d’un syncrétisme religieux, est orné d’une déesse combinant l’apparence de Vénus, seins nus, main à la chevelure, la corne d’abondance de Fortuna et la coiffure d’Isis. Le petit Harpocrate de bronze accroupi dans le naiskos central est de même encadré d’une coquille évoquant la naissance de Vénus et des cornes d’Hathor entourant le disque solaire, symbole d’Isis. Dans le corps du bracelet, aux rinceaux de vigne et de lierre, une inscription prophylactique EUTOKI, interprétée par Coche de la Ferté comme « accouche heureusement ».

32Dans les deux cas, objet de luxe comme objet populaire combinent des croyances, dans une surenchère de protection, une iconographie complexe, issue d’influences multiples et une inscription, ce qui ne pouvait laisser Seyrig indifférent.

Haut de page

Bibliographie

Barb (A.) 1972 « Magica Varia », Syria 49, p. 343-370.

Betti (F.) & Gariboldi (A.) 2009 « Una gemma con ritratto di Tiberio alla corte del Sasanidi », G. S. Chiesa & E. Gagetti (éd.), Aquileia e la glittica di eta ellenistica e romana, Trieste, Editreg, p. 247-257.

BMC Troas W. Wroth, A Catalog of the Greek Coins in the British Museum, Troas, Aeolis and Lesbos, Londres, 1894.

Bonner (C.) 1950 Studies in magical amulets, chiefly greaco-egyptian, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Boardman (J.) 2001 Greek Gems and Finger Rings. Early Bronze to Late Classical, Londres, Thames & Hudson, 2e éd.

Coche de la Ferté (E.) 1974 « Un bracelet d’époque romaine à usage obstétrique », Syria 51, p. 265-289.

Delatte (A.) & Derchain (Ph.) 1964 Les intailles magiques gréco-égyptiennes, Paris, BnF.

Dunand (M.) 1939 Fouilles de Byblos I, Paris, P. Geuthner.

Fussman (G.) & Thierry (F.) éd. 2000 Raoul Curiel, Un savant dans son siècle, catalogue de l’exposition, Paris, BnF.

Michel (S.) 2001 Bunte Steine – Dunkle Bilder: «Magische Gemmen», Münich, Biering & Brinkmann.

Plantzos (D.) 1999 Hellenistic Engraved Gems, Oxford, Clarendon Press.

Pouillon (F.) 2008 Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala / IISMM.

Seyrig (H.) 1934 « Invidiae medici », Berytus 1, p. 1-11.

Seyrig (H.) 1952 « Cachets achéménides », G. C. Miles (éd.), Archeologia Orientalia in memoriam Ernst Herzfeld, New York, J. J. Augustin, p. 195-202.

Seyrig (H.) 1965 « Compte rendu de Delatte Derchain », Syria 42, p. 409-410.

Seyrig (H.) 1968 « Un portrait de Tibère », RN X, p. 175-178.

Seyrig (H.) 1969 « Un portrait de Jules César », RN XI, p. 53-54.

Seyrig (H.) 1972 « Trois portraits de rois hellénistiques », Syria 49, p. 115-120.

SNG Aulock Sylloge Nummorum Graecorum, Deutschland, Sammlung Hans Von Aulock, Berlin, 1957-1967.

Vollenweider (M.-L.) & Avisseau-Broustet (M.) 1995 Camées et intailles I. Les portraits grecs du Cabinet des Médailles, Paris, BnF.

Vollenweider (M.-L.) & Avisseau-Broustet (M.) 2003 Camées et intailles II. Les portraits romains du Cabinet des Médailles, Paris, BnF.

Veymiers (R.) 2009 ʿ'Ιλεως τῷ φοροῦντι. Sérapis sur les gemmes et les bijoux antiques, Bruxelles, Académie royale de Belgique.

Weill Gouchaux (G.) 2010 « Jules César couronné dès 48 avant notre ère ? », Revue de la Bibliothèque nationale de France 35, p. 56-59.

Haut de page

Notes

1  Archives du Cabinet des Médailles, année 1973 (1973 ACM 64). Tout au long de sa vie, Seyrig a fait des dons à des musées, notamment au Metropolitan Museum et au musée du Louvre. Les dons au Cabinet des Médailles ne concernent que très peu d’objets en dehors des domaines de la numismatique et de la glyptique, étendus aux poids monétaires, sceaux byzantins, bagues… Ce sont une inscription magique sur feuille d’argent en 1969, puis, dans le lot d’objets entrés en 1972, un diplôme militaire en bronze, deux bracelets dont un magique, une base tripode romaine en bronze.

2  Raoul Curiel (1913-2000) était alors conservateur au Cabinet des Médailles, en charge de la numismatique orientale. Ami intime de Daniel Schlumberger et d’Henri Seyrig, il avait été, entre 1960 et 1962, adjoint de ce dernier à la direction des Musées de France. Raoul Curiel a été l’inlassable complice de Seyrig pour enrichir les collections du Cabinet des Médailles, cf. Fussman & Thierry 2000, p. 3.

3  Archives centrales de la BnF, cote E 168.

4  Archives centrales de la BnF, cote E 168. Les intailles et les amulettes magiques ont été inventoriées « AA.Seyrig.1 à 122 »

5  http://www2.szepmuveszeti.hu/talismans/object/list. D’ores et déjà, 1 276 numéros sont en ligne.

6  Nos 389 à 398.

7  Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques, Res Ms 54009 SEY 4.

8 Entre 1922 et 1930, directeur de ce qui va devenir l’Institut français de Damas, bon arabisant, découvreur en 1926 des mosaïques omeyyades de la grande mosquée de Damas, défenseur de l’art islamique, cf. Pouillon 2008, notice de Sophie Makariou.

9  L’une a été publiée par Dunand 1939, 1248.

10  Bonner 1950, D.70 (Seyrig 3), publiée par Simone Michel (2001) dans la collection Skoluda, no 50.

11  Publiée dans Bonner 1950, D.395, « in private collection, Beyrouth », qui reprend les notes de Seyrig.

12  AA.Seyrig.21.

13  Seyrig.1973.1.525.23.

14  Froehner.2850, cf. Seyrig 1965, p. 411-412.

15  Seyrig.1973.1.525.23 et 1973.1.482.

16  Seyrig 1934, p. 1-11.

17  Ainsi Seyrig.1973.1.525.31 et 1973.1.525.42.

18 http://books.openedition.org/editionsbnf//1182.

19  Une partie des pierres gravées acquises en 1973 sont déjà en ligne sur le site medaillesetantiques.bnf.fr.

20  Monnaie de Septime Sévère, BMC Troas, pl. 3,2 ; d’Alexandre Sévère, SNG Aulock 7543.

21  Tous les cachets achéménides du Cabinet des Médailles sont en ligne sur le site Achemenet (http://www.museum-achemenet.college-de-france.fr/).

22  Seyrig 1952, p. 195-202.

23  Seyrig.1973.1.500 et 501.

24  Le premier décaèdre « trouvé aux environs de Massyaf », a été acquis à Alep par un collectionneur syrien puis, après la publication, par Seyrig (1973.1.502). Boardmann 2001, p. 314 et fig. 291 p. 315, the Arndt Group, fin ve s. av. J.-C. Le second, de provenance inconnue, a également été acquis à Alep par un collectionneur syrien puis, après la publication, par Seyrig (1973.1.499). Boardmann 2001, p. 317 et fig. 295, the Pendants group.

25 Seyrig 1969, p. 53-54 ; Vollenweider & Avisseau-Broustet 2003, p. 26-27, no 16 ; Weill Goudchaux 2010, p. 56-59.

26  Seyrig.1973.1.516 ; acquise par Seyrig auprès d’Herbert Cahn, Münzen und Medaillen ; Seyrig 1968, p. 175-178 ; Vollenweider & Avisseau-Broustet 2003, p. 75-76, no 80 ; Betti & Gariboldi 2009, p. 247-257.

27  Seyrig 1972, p. 117-120.

28  Intaille en grenat acquise dans le commerce à Beyrouth, Seyrig.1973.1.512, Vollenweider & Avisseau-Broustet 1995, p. 167-168, no 172.

29  Seyrig.1973.1.514, intaille ronde en sardoine ; Seyrig 1972, p. 117, fig. 16 ; Vollenweider & Avisseau-Broustet 1995, p. 204-205, no 225 ; Plantzos 1999, p. 117, no 119.

30  Seyrig.1973.1.513 ; Vollenweider & Avisseau-Broustet 2003, no 29.

31  Seyrig. 1973.1.483-2.

32  Seyrig.1973.1.488.

33  Seyrig.1973.1.475.

34  Acquis par Seyrig à Beyrouth ; publié par Alphonse Barb, dans un article dédié à la mémoire d’H. S. (Barb 1972, p. 362-367 et 370, pl. XIX-XX) ; Veymiers 2009, p. 199-200 et p. 356-357, VI.CD.7, pl. 64.

35  La maison Rollin & Feuardent, située au 12 rue Vivienne puis, après la mort de Rollin en 1883, au 4 square Louvois, experte en numismatique, archéologie et livres, a été un pourvoyeur régulier du cabinet toute la seconde moitié du xixe s.

36  Vente Drouot du 6 novembre 1972, expert Vinchon, no 628.

37  Coche de la Ferté 1974.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Intaille en cornaline gravée d’une idole de l’Artémis d’Ephèse, Seyrig.1973.1.525.23, H. 2,6 cm
Crédits © Serge Oboukhoff, BnF / CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 2.
Légende Scarabéoïde en jaspe, Eros à la lyre, fin du vie s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.509, H. 1,25 cm ; l. 1 cm
Crédits © Serge Oboukhoff, BnF / CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 3.
Légende Intaille en cornaline montée en bague d’or, Hygie ailée, fin iie-ier s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.474, H. 2,1 cm (bague) ; 1,9 cm (intaille)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Illustration 4.
Légende Intaille en cornaline, Héro et Léandre, ier s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.525.76, H. 0,8 cm ; l. 1 cm
Crédits © Serge Oboukhoff, BnF / CNRS, Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration 5.
Légende Décaèdre en calcédoine bleutée, cavalier perse et hoplite grec (a) / animaux (b), fin du ve s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.502, H. 1,3 cm ; L. 2,5 cm ; L. avec bélière 3,6 cm
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5317/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 6.
Légende Intaille en calcédoine bleutée, portrait de Jules César, Égypte, 48-47 av. J.-C., Seyrig.1973.1.515, H. 2,6 cm ; l. 2,1 cm
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5317/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Illustration 7.
Légende Intaille en calcédoine cendrée, portrait de Tibère, fin du ier s. av. J.-C., Seyrig.1973.1.516, H. 3,3 cm ; l. 2,5 cm
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5317/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Avisseau-Broustet, « Henri Arnold Seyrig (1895-1973), une passion pour la glyptique
III. Camées, intailles et bijoux gréco-romains », Syria, III | 2016, 211-221.

Référence électronique

Mathilde Avisseau-Broustet, « Henri Arnold Seyrig (1895-1973), une passion pour la glyptique
III. Camées, intailles et bijoux gréco-romains », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5317 ; DOI : 10.4000/syria.5317

Haut de page

Auteur

Mathilde Avisseau-Broustet

Conservateur en chef à la Bibliothèque nationale de France, département des Médailles, monnaies et antiques, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals