Navigation – Plan du site

Gerrha d’Arabie, cité séleucide

Christian-Julien Robin
p. 223-250

Texte intégral

1Dans les enseignements que j’ai suivis à l’École pratique des hautes études dans les années 1970, le nom d’Henri Seyrig revenait souvent. Ce pouvait être des renvois à l’œuvre scientifique, très fréquents chez Georges Le Rider, ou des souvenirs plus politiques, en rapport avec la direction des Antiquités de Syrie ou la France libre, comme chez Maxime Rodinson. Henri Seyrig était incontestablement l’un des maîtres de la génération précédente. Mais je n’ai pas eu la chance de le connaître. Tout au plus lui ai-je été présenté, une après-midi de 1971 ou 1972, au Cabinet des Médailles, par Jacqueline Pirenne dont j’étais alors le « collaborateur technique ».

  • 1 Seyrig 1941 a.
  • 2 Seyrig 1941 b, p. 252-263.
  • 3 Seyrig 1965 (la remarque sur l’inscription de Cos se trouve p. 26, n. 2).

2Il est vrai qu’Henri Seyrig ne s’est intéressé que très exceptionnellement à l’immense péninsule Arabique. Il a ainsi rédigé une étude sur les postes romains du Ḥijāz 1 ou une autre sur les relations de Palmyre avec le golfe Arabo-persique 2. Il a aussi donné son avis sur des textes grecs concernant incidemment l’Arabie. C’est une simple note de ce genre, publiée en 1941, qui me servira de point de départ. Dans un article traitant de la fondation de Gerasa (aujourd’hui Jerash, en Jordanie), Henri Seyrig s’interrogeait sur la plus ancienne inscription mentionnant cette cité. Il écartait une inscription de Cos dans laquelle Otto Eissfeldt croyait pouvoir restituer l’ethnique Ger[asênos]. Se fondant sur un avis de Joseph Milik, il écrivait : « Kasmaios fils d’Abdaios est un nom improbable pour un Gérasénien à cette date ancienne » [vers l’an 200 av. è. chr.]. Plutôt que Ger[asênos], il proposait de restituer Ger[raios], « Gerrhéen », c’est-à-dire « de Gerrha » en Arabie 3.

  • 4 Paton & Hicks 1891, p. 116, no 64, Jardin de Spiros.
  • 5 Eissfeldt 1941, Gerasa, col. 433-436.

3Quand elle avait été découverte, cette inscription de Cos, qui était remployée dans un puits, était inaccessible. On n’avait pu en faire qu’une copie très imparfaite 4. C’est seulement en 1941 que sa lecture définitive avait été établie par O. Eissfeldt 5 :

Epi Tachippou mênos Pa[namou]
Kasmaios Abdaiou Ger[asênos]
ton bômon Hêliôi kai the[ois tois] synbômo<i>s

4Il s’agissait donc d’une dédicace à Hêlios, le Soleil, par un certain Kasmaios Abdaiou Ger[….], citoyen de Gérasa selon O. Eissfeld, ou de Gerrha si l’on suivait l’opinion de J. Milik et d’Henri Seyrig.

  • 6 CIH 921 + Ry 547 (= RÉS 3605 bis) + fragment inédit, l. 5, republié dans Robin & Prioletta 2013, p. (...)

5Entre ces deux possibilités, c’est curieusement l’épigraphie du Yémen qui offre l’argument le plus déterminant. Une inscription en langue sabaʾique conservée au British Museum, qui provient certainement de Maʾrib au Yémen, mentionne un personnage homonyme. Elle enregistre une offrande à Shams (le nom arabique du Soleil) par une importante délégation d’individus originaires du golfe Arabo-persique. Cette délégation compte notamment « …] Qāsimâ, Ismāʿīl et Misk, les fils de ʿAbd » (]Qs¹mʾ w-ʾs¹mʿl w-Ms¹k bny ʿbd6.

  • 7 Si ce n’était pas le cas, on ne saurait exclure que l’un soit le descendant de l’autre puisqu’il e (...)

6L’identification de Qāsimâ fils de ʿAbd (originaire du Golfe) et de Kasmaios Abdaiou le Ger[rhéen] est d’autant plus plausible que l’anthroponyme Qāsimâ est assez rare. Mais, pour être raisonnablement assurée, il faudrait prouver que l’inscription de Maʾrib et celle de Cos sont contemporaines 7.

  • 8 Prioletta 2011, p. 288-289. Sur l’ère séleucide, voir Abel 1938.

7Il se trouve, par un hasard étonnant, que l’inscription de Maʾrib est précisément datée de « la deuxième année de Séleucos le roi » (s¹nt ṯntn S¹lk mlkʾ). Il s’agit très probablement de Séleucos Ier, le fondateur de la dynastie séleucide et le créateur de l’ère dite « séleucide ». Mais plutôt qu’à l’ère séleucide dont le point de départ fut situé fictivement en 312/311 av. è. chr., la datation se référerait aux années de règne réelles : comme le roi accède au trône en 305/304 av. è. chr., l’inscription de Maʾrib remonterait à 303/302 av. è. chr. 8.

8La date de l’inscription de Cos est plus difficile à cerner malgré la mention d’un magistrat éponyme. Mais on l’a effectivement datée de l’époque hellénistique, vers 200 av. è. chr. Quoi qu’il en soit, même si Qāsimâ fils de ʿAbd (originaire du Golfe) et Kasmaios Abdaiou le Ger[rhéen] ne sont pas le même personnage, mais deux proches parents, il n’en demeure pas moins assuré que des gens du Golfe, issus de la même famille, se rendent successivement au Yémen et à Cos. Par ailleurs, l’inscription de Cos précise qu’au moins l’un des auteurs de l’inscription de Maʾrib est non seulement originaire du Golfe, mais plus précisément un Gerrhéen. On l’avait déjà supposé en se fondant sur la langue, l’onomastique et la vénération de Shams ; on en a désormais la mention explicite.

  • 9 Cette contribution prolonge de deux manières Robin & Prioletta 2013, où on trouvera un dossier de (...)

9Dans ce colloque consacré à l’œuvre scientifique d’Henri Seyrig, vous me permettrez de ne pas revenir davantage sur les publications du maître, mais plutôt d’illustrer comment la naissance d’une archéologie arabique et son rapide développement à partir de 1970 ont apporté de nouvelles connaissances sur les grandes cités caravanières en relation avec les royaumes hellénistiques. Je prendrai l’exemple de l’une des plus fameuses, Gerrha, que je viens d’évoquer, parce que, à la suite de plusieurs découvertes récentes, il n’est pas inutile de faire le point sur sa localisation, ses monuments épigraphiques, ses émissions monétaires, son nom sémitique et son histoire 9.

La localisation de Gerrha

  • 10 C’est seulement depuis le xe s. è. chr. que l’archipel est nommé ainsi ; précédemment il était app (...)

10Si l’on en croit Polybe, Strabon, Pline et Ptolémée, Gerrha, dont le nom sémitique n’a pas encore été définitivement identifié, fut une importante cité commerçante de l’Arabie orientale à l’époque hellénistique, faisant office de relais entre l’Arabie méridionale et les grands marchés du Proche-Orient. Elle se trouvait quelque part entre les modernes al-Kuwayt et Qaṭar, probablement à la hauteur de l’archipel d’al-Baḥrayn 10, à l’intérieur des terres.

L’état de la question

11Pour identifier plus précisément l’emplacement de Gerrha, trois démarches ont été mises en œuvre. La première consiste à inventorier les indications topographiques transmises par les sources antiques. L’auteur le plus explicite est Strabon, Géographie, XVI.3.3 :

« Après avoir navigué le long de la côte d’Arabie sur une distance de 2 400 stades [400 km pour un stade de 0,165 km], on arrive à Gerrha, une cité située sur un golfe profond […] La ville se trouve à une distance de 200 stades [33 km] de la mer… ».

12Peu après (Géographie, XVI.3.4), Strabon ajoute :

  • 11 Tyros (ou Tylos) est l’appellation grecque de la plus grande île de l’archipel d’al-Baḥrayn ; Arad (...)

« En naviguant plus loin, on arrive à d’autres îles, je veux dire Tyros et Arados » 11.

13Pline (Histoire naturelle, VI.32.147-148) confirme cette localisation :

  • 12 Ce texte, compris ainsi par Sprenger 1875, § 149, a été ponctué différemment depuis lors : « La vi (...)

« La ville de Gerrha, de cinq milles [7,4 km pour un mille de 1,482 km] d’étendue, possède des tours faites de blocs de sel carrés, à cinquante milles de la côte [74 km]. Le pays d’Attene. En face, à autant de milles, se trouve l’île de Tylos, fort renommée pour la profusion de ses perles, avec la ville homonyme… » 12.

14On aurait donc sur la côte, en face de l’archipel d’al-Baḥrayn, un pays nommé Attene, qui serait le port de Gerrha. Cette dernière se trouverait à l’intérieur des terres, à 33 km de la mer selon Strabon et à 74 selon Pline.

  • 13 En arabe, jarʿāʾ et jaraʿa signifient respectivement « area of sand high in the centre » et « a ro (...)
  • 14 Al-Hamdānī, Ṣifa, p. 137 : « C’est alors al-Aḥṣāʾ, haltes et campements appartenant aux banū Tamīm, (...)

15Une deuxième démarche vise à identifier un toponyme arabe médiéval ou moderne qui, transcrit en grec, aurait pu donner Gerrha. On a ainsi proposé Hagar, nom de la moderne oasis d’al-Hufūf dans l’Antiquité et jusque vers le xe s. è. chr., le jabal Qurayn, le port d’al-ʿUqayr, et surtout al-Jarʿāʾ, nom d’une zone sableuse 13 proche d’al-Hufūf où se tenait un important marché au xe s. 14. Cette dernière identification, proposée par Sprenger au xixe s., a d’autant plus séduit que le nom d’al-Jarʿāʾ ressemble beaucoup à celui de Gerrha et que les deux sites sont des centres de commerce.

  • 15 Schuol 2000, p. 206-207.
  • 16 Potts 1984, 1990, II, p. 84-97. Olivier Callot (2010, p. 387) s’est rallié à ce point de vue.

16Une troisième démarche donne la priorité à l’archéologie : Gerrha se trouverait là où les vestiges hellénistiques sont les plus conséquents. Cette méthode oriente tout naturellement vers Thaʾj (ou Thāj) (à près de 200 km au nord–nord-ouest d’al-Hufūf et à une cinquantaine de kilomètres de la côte), vaste site où on peut encore reconnaître le tracé d’une puissante enceinte et un vaste faubourg qui s’étend au sud 15. Cette enceinte, qui s’étend sur 2 500 m, dessine un quadrilatère irrégulier de 990 m sur 825. Construite en pierre, elle se compose d’un mur rectiligne épais de 4,5 m, avec une grosse tour à chacun des angles. Près de 500 monticules au nord-ouest et au sud-ouest du site signalent des tombes. Bien que la position de Thaʾj s’accorde difficilement avec les données de Strabon et de Pline, l’archéologue états-unien Daniel T. Potts y localise Gerrha 16.

17Ces trois démarches offrent une pluralité de solutions entre lesquelles il est difficile de choisir.

Gerrha et Hagar

18Dans une étude qui vient de paraître (2013), Alessia Prioletta et moi avons mis en évidence un nouvel argument qui nous paraît décisif. Selon les sources classiques, Gerrha forme un binôme avec la Chatténie (Chattenia) ou avec Attene qui est une autre graphie du même nom. C’est explicite dans Polybe (Histoire, XIII.II.9) et dans Pline (déjà cité), et simplement suggéré par Ptolémée qui situe le pays des Attaioi à côté de celui des Gerrhaioi (Géographie, VI.7.15-16).

  • 17 Synodicon orientale, p. 387.
  • 18 Al-Ṭabarī, Taʾrīkh al-rusul wa-ʾl-mulūk, I, p. 820 ; trad. Nöldeke, p. 20 et n. 3 ; trad. Bosworth (...)

19Dans les sources en langues sémitiques, la Chatténie, qui est appelée Ḥaṭṭâ (syriaque), Khaṭṭ (sabaʾique) et al-Khaṭṭ (arabe), forme un couple avec Hagar. Il s’agit tout d’abord du recueil des synodes de l’Église d’Orient en langue syriaque, qui mentionne un siège épiscopal réunissant Ḥaṭṭâ et Hagar. Lors d’un synode convoqué en 576 par le catholicos Ézéchiel, « Mar Isaac, évêque de Hagar et Pîṭ Ardashîr (Pyṭ ʾrdšyr) » n’est pas présent, mais fait savoir qu’il en approuve les décrets 17. Or Pîṭ Ardashîr est le nom persan de Ḥaṭṭâ (arabe al-Khaṭṭ), comme nous l’apprend l’historien arabo-islamique Al-Ṭabarī dans son énumération des huit villes fondées par le souverain sāsānide Ardashīr Ier (224-242) : « et à al-Baḥrayn, Fasā/Pasā Ardashīr qui est la ville d’al-Khaṭṭ » 18.

20La seconde source est une inscription ḥimyarite récemment découverte, qui n’est pas datée mais peut être située entre septembre 552 et juin 554. Son auteur, le roi Abraha, énumère cinq régions de l’Arabie septentrionale qui viennent de se soumettre à son autorité.

  • 19 Robin & Ṭayrān 2012 : … w-s¹(4)tqḏw kl ʾʿrb Mʿdm[ w-H]grmw-H̲ṭ w-Ṭym w-Yṯrb w-Gz(m).

« … et (Abraha) (4) s’empara de tous les Arabes de Maʿaddum[, Ha]garum-et-Khaṭṭ, Ṭayyum, Yathrib et Guzā(m) » 19.

  • 20 Les arguments en faveur de cette identification sont développés dans Robin & Prioletta 2013, p. 13 (...)

21Hagarum, arabe Hajar, est le nom ancien de l’oasis qui s’appelle aujourd’hui al-Hufhūf ou, plus couramment, al-Hufūf, à 55 km de la côte. Khaṭṭ, en arabe al-Khaṭṭ, est le nom ancien d’al-ʿUqayr, le port de Hajar 20. Ṭayyum, arabe Ṭayyiʾ, est une grande tribu de l’Arabie centrale, dans la région de Ḥāʾil, à 500 km à l’ouest de Hagar. Yathrib est le nom antique d’al-Madīna al-munawwara (en français Médine), à quelque 500 km à l’ouest de Ḥāʾil. Enfin, Guzām est probablement la graphie ḥimyarite de l’arabe Judhām, une tribu entre Tabūk et al-ʿAqaba, à plus de 500 km au nord d’al-Madīna.

22Quatre de ces toponymes sont éloignés les uns des autres de 500 km ou davantage. Seuls Hagarum et Khaṭṭ sont voisins : ils constituent probablement le nom double d’une entité administrative unique, déjà indirectement attestée par le siège épiscopal de Hagar et Pîṭ Ardashîr.

23Si la Chatténie forme un binôme avec Gerrha dans les sources classiques et si Khaṭṭ (= la Chatténie) en constitue un avec Hagar dans les sources sémitiques, on peut en déduire que Gerrha se situe là où on trouve Hagar quelques siècles plus tard.

Hagar et al-Hufūf

24Les sources arabes des premiers siècles de l’Islam permettent de localiser le toponyme Hajar (qui correspond au Hagar pré-islamique) sans la moindre ambiguïté, grâce à de très nombreuses occurrences. C’était le nom de la grande oasis qui s’appelle aujourd’hui al-Hufūf. C’était également le nom de la vaste région qui s’étendait entre les modernes al-Kuwayt et Qaṭar, région dont l’oasis de Hagar était alors la capitale. En arabe, cette même région pouvait également être appelée al-Baḥrayn comme nous l’avons vu et, en syriaque, Bêt Qaṭrayê (Byt Qṭryʾ). L’archipel que nous nommons aujourd’hui al-Baḥrayn se nommait alors Uwāl.

  • 21 Au Yémen, le substantif hajar (hgr dans les langues sudarabiques préislamiques) qui signifie « vil (...)

25Cette identification de Hajar avec al-Hufūf se fonde tout d’abord sur la tradition savante arabo-islamique, notamment les encyclopédies géographiques (Muʿjam) d’Al-Bakrī et de Yāqūt ou la description de la péninsule par Al-Hamdānī (Ṣifa). Elle s’accorde avec les récits de la conquête islamique (par exemple celui d’Al-Balādhurī, Futūḥ). Elle est d’autant mieux assurée que Hajar est un toponyme très rare en Arabie, en dehors du Yémen 21.

26La Hagarum de l’inscription d’Abraha, dont la mention est antérieure de moins d’un siècle à la conquête islamique, est certainement identique à la Hajar des sources islamiques. On peut dire la même chose de la Hagar des listes épiscopales syriaques, soixante-quinze ans avant Abraha.

27C’est donc dans l’oasis d’al-Hufūf qu’il faut rechercher la localisation de Gerrha. On a souvent objecté que l’absence de vestiges d’époque hellénistique était un obstacle à cette proposition. Cette difficulté est plus apparente que réelle. Al-Hufūf est aujourd’hui une agglomération immense dont le développement a détruit bien des sites archéologiques. D’ailleurs, deux importantes forteresses qui ont été le siège du pouvoir — al-Mushaqqar à l’époque sāsānide et al-Aḥsāʾ sous les Ismaéliens — n’ont pas laissé de traces repérables.

28Malgré ces destructions, on peut toujours reconnaître à al-Hufūf plusieurs secteurs riches en vestiges anciens qui n’ont jamais été explorés.

29On peut ajouter que la palmeraie d’al-Hufūf est impressionnante par ses dimensions et sa richesse : l’oasis est évidemment le meilleur candidat pour le site d’une importante cité caravanière de l’Antiquité.

Les inscriptions arabiques qui peuvent être mises en relation avec Gerrha

30La principale nouveauté des dernières décennies réside dans trois ensembles de textes épigraphiques découverts en Arabie qui peuvent être mis en relation avec Gerrha : les inscriptions du golfe Arabo-persique en écriture sudarabique ; celles du golfe Arabo-persique en écriture araméenne ; celles du Yémen rédigées par des gens originaires du Golfe.

Les inscriptions du golfe Arabo-persique en écriture sudarabique

  • 22 Sima 2002 ; Robin & Prioletta 2013, p. 149-153.

31Quelques dizaines d’inscriptions en écriture sudarabique ont été trouvées en Arabie orientale 22. Si on compte tous les documents écrits, y compris les lettres isolées sur des tessons, trente-six proviennent de la région qui s’étend entre le Kuwayt et Qaṭar, huit de la péninsule de ʿUmān, un de l’archipel d’al-Baḥrayn et un du site d’Uruk dans le sud du ʿIrāq.

32Dans leur grande majorité, les inscriptions véritables sont des stèles funéraires donnant l’identité du défunt ou de la défunte selon un formulaire quasi invariable : « tombeau et stèle de X fils/fille de Y du clan de Z » (wgr w-qbr X bn/bnt Y ḏ/ḏʾt ʾhl Z). Il peut arriver que la stèle mentionne plusieurs générations d’ancêtres et plusieurs niveaux dans la pyramide tribale (clan, fraction, tribu).

33L’onomastique des défunts est la principale source de données sur la langue. Elle se caractérise notamment par un nombre significatif d’anthroponymes pourvus des suffixes , -w et -y. Parmi les autres caractères linguistiques intéressants, on retiendra que le pronom d’attribution est ḏ- au masculin, ḏʾt au féminin et ʾlwt au pluriel. L’article hn- est attesté à plusieurs reprises, mais toujours dans des noms propres.

34Les divinités attestées isolément sont ʿzf[et Yḡš ; celles qui apparaissent dans des noms théophores sont Shams (S²ms¹ dans Mrʾs²ms¹), Bêl (Bl dans ʾtbl), Allāt ou han-Ilāt (hn-ʾlt dans ʾmthnʾlt, ʿwdhnʾlt et Grmhnʾlt), Kutbà (Ktby dans S²mtktby), Manāt (Mnt dans Tymmntʾ) et Ruḍà (Rḍw dans [ʾm]trḍw).

35La datation de ces inscriptions est très approximative. Quelques tessons inscrits ont été trouvés dans des couches archéologiques qui s’étagent entre le iiie s. av. è. chr. et le ier apr. Les légendes de deux types de monnaies du Golfe, qui datent de la fin du iiie s. et du iie s. av. è. chr. offrent un second repère chronologique.

36La graphie n’est pas d’un grand secours. On notera tout d’abord un fait singulier : si les légendes monétaires sont d’allure très sudarabique, les inscriptions sur pierre ont un style graphique différent, avec d’autres options esthétiques : par exemple, la hauteur des lettres est souvent très proche de la largeur, les cercles du wāw et du ʿayn sont très grands, etc. On ignore si cette divergence s’explique par une différence de date.

  • 23 Robin 1974, p. 115-118.

37Dans les inscriptions sur pierre, on peut distinguer deux styles successifs 23, dont la date absolue est encore incertaine. On commence cependant à disposer de quelques repères qui impliquent une utilisation de l’écriture sudarabique à une date relativement tardive : deux inscriptions de Thaʾj sont datées selon les années de règne de rois de Characène, Attambélos (ʾtbl) et Orobazès (ʾrbḏ) :

  • « la première année de ʾtbl le roi » (s¹nt ʾḥdy ʾtbl mlkʾ, Sima 21) ;
  • « l’année six d’Orobazès fils de Ydʿny le roi » ([n]t s¹t ʾrbḏ bn Ydʿny mlkʾ 24).

38Sans doute ces inscriptions ne mentionnent-elles pas la Characène mais, à deux reprises, elles se réfèrent à un souverain dont le nom se retrouve dans la liste royale de Characène. La vraisemblance est donc grande qu’il s’agit bien de rois de Characène, même si l’hypothèse de rois locaux d’Arabie orientale portant les mêmes noms ne saurait être complétement écartée.

  • 25 Sur ce royaume (sources, archéologie, chronologie etc.), se reporter en dernier lieu à Schuol 2000 (...)
  • 26 Robin 1974, p. 115-118.

39Huit souverains de Characène se sont appelés Attambélos, entre 47 av. è. chr. et 195 apr. ; le premier règne de 47/46 à 25/24 av. è. chr. Quant à Orobazès, ce nom a été porté par deux rois, le premier vers 18/19 è. chr. et le second entre 150/151 et 165 environ è. chr. 25 Il en résulte que les deux inscriptions datées peuvent être situées au plus tôt en 47 av. è. chr. et 23 apr. L’écriture sudarabique a donc été utilisée dans le Golfe beaucoup plus longtemps que je ne l’avais supposé précédemment, puisque je situais son abandon vers le milieu du iie s. av. è. chr., lors de la chute des Séleucides 26. Une autre conséquence est que le site de Thaʾj a été durablement une possession du royaume de Characène.

Les inscriptions du Golfe en écriture araméenne

  • 27 Puech 1998 ; Healey & Bin Seray 1999-2000.

40Les inscriptions du Golfe en écriture araméenne sont au nombre de vingt environ si on compte tous les documents écrits, mais seulement cinq si on ne retient que les textes véritables 27. Ces textes sont tous plus ou moins problématiques : on ne les comprend guère, même quand ils sont correctement publiés, ce qui est l’exception. Les provenances sont Faylaka (1) au Kuwayt ; Thaʾj (6 ou 7) et al-Qaṭīf (1) en Arabie séoudite ; al-Baḥrayn (1) et les Émirats arabes unis (12).

  • 28 Robin & Prioletta 2013, p. 153.

41Trois ou quatre des inscriptions trouvées à Thaʾj présenteraient l’intérêt de juxtaposer un texte en écriture sudarabique et un autre en écriture araméenne. Mais aucune n’a encore été publiée de manière satisfaisante 28.

42La seule donnée qui puisse être retenue est que l’usage de l’araméen a été répandu dans l’ensemble du Golfe, probablement à toutes les époques.

Les inscriptions du Yémen rédigées par des gens originaires du Golfe

  • 29 Robin & Prioletta 2013, notamment p. 153-159 et 165-171.

43Une autre avancée très récente est la mise en évidence de cinq ou six inscriptions du Yémen dont les auteurs sont des gens originaires du Golfe 29. Ces inscriptions présentent l’intérêt d’être beaucoup plus substantielles que celles du Golfe : elles constituent désormais la principale source pour la langue, l’onomastique et les divinités des populations de l’Arabie orientale.

44L’une d’entre elles énumère de nombreux individus qui font une dédicace à Shams dans la ville de Maʾrib. Or, comme nous l’avons vu, l’un de ces individus, Qāsimâ fils de ʿAbd, porte le même nom que l’auteur d’une dédicace grecque à Hélios dans l’île de Cos, Kasmaios Abdaiou le Ger[rhéen]. Le fait que ce Kasmaios se déclare explicitement ger[rhéen] permet de faire l’hypothèse que les inscriptions du Yémen rédigées par des gens originaires du Golfe nous renseignent non seulement sur le Golfe, mais aussi sur Gerrha.

45Deux inscriptions, celle de Qāsimâ fils de ʿAbd et une autre, utilisent un mode de datation — inattendu au Yémen — fondé sur les années de règne de Séleucos Ier (c. 305-280 av. è. chr.). L’utilisation d’un tel mode de datation implique que la patrie des auteurs de ces inscriptions était soumise d’une manière ou d’une autre à l'autorité du souverain séleucide.

  • 30 Robin & Prioletta 2013, no 3, 4, 5, 6 et 8, p. 167-171.

46Les offrandes que les gens du Golfe commémorent sont systématiquement destinées à Shams (le Soleil) 30 et, éventuellement, à d’autres divinités qui lui sont associées :

  • Robin & Prioletta 2013, no 3 : « Shams et les divinités de Ḡr (d’une part), la Déesse, Celle qui est aux Cieux, Fils-de-Mlky, Fille-de-Mlkyʾ et (3) les divinités de Grḍ (d’autre part) » (S²ms¹ w-ʾlht Ḡr w-hn ʾlt w-ḏt b-S¹mwy w-Brmlky w-Btmlkyʾ w-(3)ʾlht [Grḍ 31]) ;
  • Robin & Prioletta 2013, no 6 : « Shams et (7) Celle qui est aux Cieux » (S²ms¹ w-(7)ḏt b-S¹mwy)
  • Robin & Prioletta 2013, no 8 : « Shams et la Déesse » d’une part, et Nlrgl d’autre part (« … a construit et restauré les murs de la demeure [arabe manzil] de Shams et de hal-Lāt, et la stèle de Nlrgl…», … bny w-s¹(3)ḥdṯ gnʾy mzl S²ms¹ w-h-Lt w-(4)nṣb Nlrgl…).

47Quant aux divinités que l’on relève dans les anthroponymes théophores, ce sont Shams (ʾws¹s²ms¹, ʿwḏs²ms¹, Ls²ms¹, Mrʾs²ms¹, S²ms¹mṣlm, Tym S²ms¹), Allāt (ʿbdlt, Ḥmlt), Bêl (Zbydbl), Īl (ʾs¹mʿl), Qfwʾ (Tymqfwʾ), Shayʿ (ʿbd S²yʿ) et Yṯʿn (ʿbdyṯʿn).

  • 32 Robin & Prioletta 2013, p. 161.

48La divinité Shams que les gens du Golfe vénèrent pose un problème qui n’est pas résolu : on ignore si c’est un dieu ou une déesse. En faveur d’une déesse, on peut invoquer deux arguments : dans la langue arabe, al-Shams, le Soleil, est un mot féminin (qui contraste avec al-Qamar, la Lune, qui est masculin) ; et, en Arabie du Sud, Shams est effectivement une divinité féminine. Mais il n’est nullement sûr que la divinité Shams, dans le Golfe, soit une déesse. La tradition savante arabo-islamique mentionne en Arabie orientale une « idole » nommée shums dont le genre n’est pas indiqué 32 ; quant à Shamash, en Mésopotamie, région avec laquelle l’Arabie orientale a des liens multiples, c’est un dieu.

49Les inscriptions ne permettent pas de trancher. Quant aux monnaies qui portent le nom de Shams, la question est de savoir si le personnage imberbe, ceint d’un diadème, qui prend la place de Zeus sur le trône, est une image de cette divinité (voir ci-dessous).

Le monnayage de Gerrha

50Pendant l’époque hellénistique — et seulement alors — un abondant monnayage a été frappé dans le golfe Arabo-persique. Il imite systématiquement les tétradrachmes d’Alexandre le Grand. En 1974, j’avais proposé de reconnaître six types monétaires principaux. Ce classement a été adopté, mais aussi considérablement enrichi, par Daniel T. Potts, Olivier Callot et, plus récemment par d’autres chercheurs, qui ont distingué un grand nombre de « classes » dans le sixième type.

51Pour dater les six types, on peut se fonder tout d’abord sur les trésors monétaires qui contiennent des monnaies du Golfe. Plusieurs grands trésors hellénistiques découverts en Iran et en Turquie, dont la date d’enfouissement est établie assez précisément, offrent pour certains types un terminus ante quem. Les trésors trouvés en fouille au Kuwayt et au Baḥrayn sont moins significatifs parce qu’ils ne comportent guère que des monnaies locales, précisément celles que nous cherchons à dater.

52Toujours pour dater ces six types monétaires, on peut également avoir recours au style des monnaies, notamment à la plus ou moins grande fidélité de l’imitation et à la qualité de la gravure : il est assez vraisemblable que les innovations sont de plus en plus nombreuses avec le temps et que les imitations soignées précèdent les copies grossières.

  • 33 Callot 2010, p. 398-400.

53Pour chacun des six types, il est désormais possible de proposer une date initiale, parfois assez précise. En revanche, il n’y a pas d’accord sur leur attribution. Si tous les auteurs s’entendent pour attribuer certains types à Gerrha, ce ne sont pas toujours les mêmes : je renvoie à l’étude récente d’Olivier Callot qui résume sous forme de tableau les attributions et les dates déjà proposées 33. Nous présentons les six types en examinant tout d’abord les monnayages au nom de Shams, puis ceux avec un anthroponyme, l’ordre à l’intérieur de ces deux catégories étant chronologique.

Trois types (1-3) émis au nom de la divinité Shams

Type 1. Les monnaies avec le nom de Shams écrit en entier 34 (ill. 1)

  • 34 Huth 2010 a, p. 44-45, no 106 et 106 a (tétradrachmes) et 107-108 (oboles) ; Potts 1991, no 46-50, (...)

54Des monnaies de belle qualité, qui conservent au revers la légende d’origine (Alexandrou), ajoutent dans le champ à gauche le mot Shams (S²ms¹) écrit en caractères arabiques (de bas en haut, sur le bord gauche). Elles innovent également en remplaçant Zeus, sur le trône, au revers, par un jeune homme imberbe, ceint d’un diadème dont on distingue les fanons.

  • 35 Robin & Prioletta 2013, p. 161. 

55Shams est incontestablement la principale divinité de la rive arabique du Golfe comme le montrent les inscriptions du Yémen rédigées par des gens originaires du Golfe et la tradition arabo-islamique déjà évoquées, ou encore les inscriptions grecques composées par des Gerrhéens à Cos et à Délos 35.

  • 36  Huth 2010 b, p. 111-112, Huth 2012, p. 342-346.
  • 37 Robin 2012, p. 79-80 ; Robin & Prioletta 2013, p. 160-161.

56On s’est demandé si ce jeune homme était l’image de Shams 36. C’est plausible, même si aucun autre monnayage arabique ne représente assurément une divinité sous une apparence humaine 37. Une autre difficulté résulte du fait que Shams, le « Soleil », est une déesse en Arabie méridionale et que c’est un nom féminin en arabe.

57La vraisemblance que le jeune homme sur le trône, même s’il porte le diadème, représente un souverain paraît assez faible : d’un côté, il prend la place de Zeus ; de l’autre, le souverain est d’ordinaire représenté en effigie et non en pied.

58Faute de meilleure solution et avec hésitation, nous supposons donc que le jeune homme est une image de Shams qui serait un dieu en Arabie orientale. Cette hypothèse présente au moins l’avantage de donner un même genre au dieu Shams (Soleil) qui est vénéré par les gens du Golfe et au dieu Hélios (Soleil) auquel des Gerrhéens font des offrandes à Cos et à Délos.

  • 38 La date du trésor d’al-Baḥrayn est problématique parce que les 292 tétradrachmes d’argent qu’il co (...)
  • 39 Cabinet des Médailles, acquisition 1964 : voir Callot 1990, p. 226.

59Les monnaies au nom de Shams, qui ont circulé dans le Nord du Golfe, entre le Kuwayt et Qaṭar, sont peu nombreuses. Ce sont trois tétradrachmes qui ont été trouvés dans le trésor de l’île d’al-Baḥrayn dont la datation est discutée — peut-être 140 av. è. chr. — 38 et un quatrième conservé à Paris, de provenance inconnue 39 (ill. 1). Des oboles présentant un revers semblable ont été découvertes par Daniel T. Potts ; sur les neuf exemplaires connus, six proviennent du Jabal Kanzān (à quelque 20 km au nord-est d’al-Hufūf), un de Thaʾj et deux d’al-Mulayḥa (Émirats arabes unis).

Illustration 1.

Illustration 1.

Un tétradrachme au nom de Shams, acquis en 1964 (Cabinet des Médailles, Paris, mentionné dans Callot 1990, p. 226, R 4373)

  • 40 Huth 2010 a, p. 44, « Thaj/Gerrha (?) ».
  • 41 Callot 2010, p. 398.
  • 42 Huth 2010 a, p. 44.

60Du fait de son excellente facture et de sa proximité avec le modèle macédonien, ce type monétaire serait le plus ancien des monnayages locaux dans le Golfe. Tous les spécialistes l’attribuent à Gerrha, parfois avec hésitation comme Martin Huth 40. Olivier Callot 41 et Martin Huth 42 le datent vers 230-220 av. è. chr.

61On pourrait même se demander si cette monnaie n’a pas été frappée dans un atelier régulier dont les Séleucides venaient de perdre le contrôle au profit d’une autorité locale. Le constat que Gerrha a été séleucide au début du iiie s. s’accorderait avec une telle hypothèse.

Type 2. Les monnaies avec le nom de Shams réduit à la première lettre (appelée shīn), écrite horizontalement 43

  • 43 Huth 2010 a, no 104-105, p. 42-43 ; Potts 1991, no 53-56, p. 33, quatre oboles provenant du jabal K (...)

62Sur des monnaies semblables aux précédentes, mais de moindre qualité, le nom de Shams est remplacé par la lettre (appelée en arabe shīn) dont c’est certainement l’abréviation. Cette lettre shīn conserve l’orientation qu’elle avait dans le mot Shams : elle se présente donc couchée. C’est pourquoi ce type est appelé « au shīn horizontal ».

  • 44 Le Rider 1989, p. 250 ; Callot 2010, p. 384-385. Le premier trésor (répertorié par les numismates s (...)
  • 45 Selon Olivier Callot (2010, p. 385), ce sont « some tetradrachms [and] a unique drachm ».
  • 46 Potts 1991, no 53-56, p. 33. Olivier Callot (2010, p. 386) mentionne Thaʾj par erreur.

63Plus de la moitié des exemplaires connus de ce type (seize sur plus de vingt-six), provient de deux trésors monétaires trouvés dans l’île kuwaytienne de Faylaka (dont le nom grec était Ikaros) 44 ; quelques autres ont été trouvés isolément sur le même site 45 ; six oboles enfin ont été trouvées en surface au jabal Kanzān, non loin d’al-Hufūf (Arabie séoudite) 46. Il semblerait donc que ces monnaies au shīn horizontal aient circulé dans le Nord du Golfe.

64L’atelier qui les a frappées est le même que celui du type 1 (avec le nom de Shams en entier) ou un imitateur. Concernant la date, elle est certainement postérieure à celle du type 1 qui a servi de modèle.

65Olivier Callot (2010, p. 398) attribue ces monnaies à Ikaros (aujourd’hui l’île kuwaytienne de Faylaka) et les date de 222-204 av. è. chr., données reprises par Martin Huth (2010 a, p. 42).

Type 3. Les monnaies avec le nom de Shams réduit à la première lettre (appelée shīn), écrite verticalement 47 (ill. 2-5)

  • 47 Huth 2010 a, p. 48-49, séries au shin vertical, no 111-112 (tétradrachmes) et 113-114 (oboles) ; Po (...)
  • 48 Potts 1991, p. 34 ; 1994, p. 15, 16, 17 et 18-19.
  • 49 Le Rider 1965, p. 201, no 495, et pl. XLV, 495, 1-4. Ce trésor, qui se compose de quatre-vingt-troi (...)
  • 50 Callot 1990, p. 226.

66On connaît un grand nombre de monnaies semblables aux précédentes, mais avec la lettre (shīn) redressée, c’est-à-dire écrite verticalement. Daniel T. Potts, en a fait un inventaire minutieux 48. Ce sont tout d’abord 223 tétradrachmes. Parmi eux, 216 proviennent de deux trésors : quatre du trésor no 5 de Suse en Iran enfoui après 140 av. è. chr. 49 (ici ill. 2, 3 et 4) et 212 de celui d’al-Baḥrayn, peut-être de même date (voir n. 38). Sur les sept tétradrachmes restant, seule l’origine de deux est connue : l’un à été trouvé dans les fouilles françaises d’al-Baḥrayn et l’autre à al-Mulayḥa. Un troisième a été vu à Téhéran ; les quatre derniers sont conservés par la Bibliothèque nationale de Paris (1, ill. 550 et par l’American Numismatic Society (3).

Illustrations 2.

Illustrations 2.

Tétradrachme au shīn vertical (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 495, Paris 2, 3 et 4)

Illustration 3.

Illustration 3.

Tétradrachme au shīn vertical (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 495, Paris 2, 3 et 4)

Illustration 4.

Illustration 4.

Tétradrachme au shīn vertical (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 495, Paris 2, 3 et 4)

Illustration 5.

Illustration 5.

Un tétradrachme au shīn vertical (Cabinet des Médailles, Paris, mentionné dans Callot 1990, p. 226, R 4240)

67Les oboles sont au nombre de cinquante-cinq : trois, trouvées en fouille à Faylaka (al-Kuwayt), ont été publiées par Olivier Callot ; les cinquante-deux autres, qui proviennent de Thaʾj (2), ʿAyn Jawān (1), la Mine de sel (2), « al-Sha’ba » (2), le jabal Kanzān (14) et al-Hufūf (9) en Arabie séoudite, et d’al-Dūr (9) et al-Mulayḥa (13) dans les Émirats arabes unis, ont été publiées par Daniel T. Potts.

68Les provenances suggèrent que ces monnaies ont circulé dans tout le Golfe, y compris la péninsule de ʿUmān. L’atelier de frappe est probablement le même que celui des types 1 et 2 ou un imitateur. La date du type 3 est probablement postérieure au type 2, puisque la copie (avec un shīn non plus couché comme dans le type 1, mais vertical) s’écarte davantage de l’original.

69Olivier Callot (2010, p. 399), comme tous ses prédécesseurs, attribue ce type 3, dont la frappe commencerait vers le milieu du iie s. av. è. chr., à Gerrha. Les émissions, si on se fonde sur leur dégradation progressive, se sont probablement poursuivies pendant un temps relativement long.

70Comme nous venons de le voir, trois types de monnaies ont été frappés sous l’autorité de Shams, dont le nom est écrit en entier ou en abrégé. Il n’est guère douteux que Shams est ici la grande divinité (dieu plutôt que déesse ?) des populations du Golfe. En Arabie, d’autres monnayages portent le nom ou le symbole d’une divinité, notamment à Sabaʾ (symbole du grand dieu Almaqah, ʾlmqh), au Ḥaḍramawt (nom du grand dieu Sayīn, S¹yn) ou à Qaryat dhāt Kahlum (aujourd’hui Qaryat al-Faʾw, monogramme du grand dieu Kahl, Khl). On peut en déduire soit que les temples jouaient un certain rôle dans les émissions monétaires et, de manière plus générale, dans la vie économique, soit que certaines entités politiques avaient pour fondement le culte collectif d’une même divinité.

71Concernant l’attribution de ces monnaies, Olivier Callot, qui se fonde sur la distribution des trouvailles, fait l’hypothèse de deux ateliers, Gerrha (types 1 et 3) et Ikaros (type 2). Il me semble préférable de retenir la solution la plus simple et la plus économe : un seul atelier frappant successivement ces trois types. On observera d’ailleurs que le type 2 dérive manifestement du type 1.

72La mention de Shams, la grande divinité de l’Arabie orientale, sur ces types monétaires suggère qu’ils ont été émis par l’autorité suprême de la région, probablement le royaume dont Gerrha était la capitale.

Trois types (4-6) émis au nom d’un souverain

73Trois autres types d’imitation des tétradrachmes d’Alexandre remplacent la légende grecque Alexandrou, qui se lit au revers, par le nom d’un souverain local, écrit soit en sudarabique soit en araméen.

Type 4. Les monnaies au nom d’Abīyathaʿ (en écriture sudarabique) (ill. 651

  • 51 Huth 2010 a, p. 50-51 ; Potts 1991, p. 18, qui recensait alors dix-neuf exemplaires provenant de Me (...)

74Sur vingt-quatre monnaies, la légende Alexandrou est remplacée par ʾbyṯʿ (Abīyathaʿ) écrit en caractères sudarabiques. Toujours au revers, l’image du Zeus barbu, assis sur un trône, avec un aigle posé sur la main droite, tendue en avant, est remplacée par celle d’un homme jeune, imberbe, jouant apparemment de la flûte ; devant lui, on trouve systématiquement la lettre sudarabique alif dont on ignore la signification dans ce contexte.

Illustration 6.

Illustration 6.

Un tétradrachme au nom de Abīyathaʿ (Aberdeen), d’après Huth 2010, no 115, p. 50 et 51.

75Onze de ces monnaies, soit presque la moitié, proviennent de trésors monétaires. Ce sont :

  • quatre tétradrachmes : un dans le trésor de Gordion (Turquie) no V, enfoui vers 200 av. è. chr. ; un dans celui de Mektepini (Turquie) enfoui vers 190 av. è. chr. ; et deux dans celui de Faylaka (CH 8.342 : voir n. 44) ;
  • six drachmes et une demi-drachme dans le même trésor de Faylaka 52.

76Neuf monnaies de ce type ont été trouvées sur divers sites du Kuwayt, d’Arabie séoudite et des Émirats arabes unis :

  • Faylaka (une monnaie de poids inconnu) ;
  • Thaʾj (un tétradrachme) ;
  • Jabal Kanzān (deux drachmes et trois demi-drachmes) ;
  • Al-Hufūf (une obole) ;
  • Al-Mulayḥa (une obole).

77La provenance de deux drachmes, d’une drachme et d’une monnaie de poids inconnu n’a pas été enregistrée.

78La distribution de ces trouvailles donne à penser que les monnaies frappées par Abīyathaʿ ont circulé dans tout le Golfe, aussi bien entre le Kuwayt et Qaṭar que dans la péninsule de ʿUmān, et même qu’elles ont été acceptées dans les échanges internes au monde hellénistique.

  • 53 Callot 2010, p. 385, 399.

79La frappe, si l’on se fonde sur les trésors, est antérieure à 200 av. è. chr. Elle serait postérieure à celle du type 1 au nom de Shams, en raison des innovations introduites dans le type du revers, même s’il est évident que cet argument n’est pas décisif. Olivier Callot propose donc comme date 220-204 av. è. chr., soit les deux décennies qui précèdent l’expédition d’Antiochos III (223-187) contre Gerrha ; précédemment on avait proposé 220-200, 230-220 ou 240-200 53.

Type 5. Les monnaies au nom de « Ḥārithat roi de Hagar » (en écriture sudarabique) (ill. 754

  • 54 Le Rider 1965, no 497/1 et 2, p. 201-202 et pl. XLV ; Robin 1974, p. 87-88 et pl. I, 3 ; Huth 2010  (...)

80On ne connaît que trois monnaies avec la légende « Ḥārithat roi de Hagar » (Ḥrṯt mlk Hgr), écrite en caractères sudarabiques, à la place d’Alexandrou, en grec. Ce sont toutes trois des tétradrachmes d’argent d’un poids régulier, mais d’une facture maladroite. Le personnage imberbe du revers ne joue plus de la flûte comme sur les monnaies d’Abīyathaʿ, mais porte une protomê de cheval sur sa main droite, tendue en avant. Quant au alif, il est remplacé par un palmier.

Illustration 7.

Illustration 7.

Un tétradrachme de Ḥārithat roi de Hagar (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 497, Paris 2 ; argent, 16,85 g) (Notice no FRBNF41838120 ; Image 1, IFN-10305727, droit ; Image 2, IFN-10305727, revers)

81La provenance de ces trois tétradrachmes ne nous éclaire guère sur la localisation de Hagar. Deux ont été découverts dans un trésor de Suse no 5 enfoui après 140 av. è. chr. Le troisième, dont on ignore l’origine, est conservé au Cabinet des Médailles de Winterthur (Suisse).

  • 55 On peut observer également que, sur les franges désertiques du Yémen, il est habituel qu’un même n (...)

82Hagar, dans le titre « roi de Hagar », est probablement le nom d’une tribu ou d’une population, et non celui d’une ville ou d’une région (voir ci-après). Hagar ne serait donc pas l’oasis qui est attestée en Arabie orientale à la fin de l’Antiquité et aux premiers siècles de l’Islam, mais plus vraisemblablement une population de l’Arabie orientale au Ier millénaire avant l’ère chrétienne, qui a donné son nom à l’oasis. Le passage d’un ethnonyme à un toponyme a de nombreuses illustrations : en France, bien des villes ont un nom qui dérive de celui du peuple gaulois dont elles étaient la capitale (comme les Parisii qui donnent leur nom à Paris). Au Yémen, plusieurs sites antiques sont nommés aujourd’hui d’après leur tribu antique, comme Maʿīn (l’antique Qarnā, capitale du royaume de Maʿīn) 55.

  • 56 Dussaud 1936, avec un croquis qui situe « Chaulatéens et Agræens » à « Doumah (al-Djôf »).
  • 57 Voir notamment Callot 2010, p. 399, et Huth 2010 a, p. 50.
  • 58 Robin & Prioletta 2013, p. 134 et passim.

83En 1936, René Dussaud avait proposé de rechercher Hagar dans la région de Dūmat al-Jandal en se fondant sur des indications assez vagues de Strabon et de Ptolémée, relatives aux Agréens 56. Dans les « Monnaies provenant de l’Arabie du Nord-Est », article publié en 1974, je ne m’étais pas écarté de cette proposition. Depuis lors, diverses études ont situé le royaume de Hagar à Dūma 57. Cette hypothèse me paraît aujourd’hui infondée : d’une part, la localisation la plus naturelle de la tribu de Hagar est l’oasis qui porte le même nom quelques siècles plus tard ; d’autre part, le lien supposé entre Dūma et Hagar, qui repose sur des indications topographiques soit très vagues soit d’interprétation incertaine, est d’autant plus problématique que Dūma était la capitale de Qedar aux époques assyrienne et perse 58.

  • 59 Callot 2010, p. 399, retient : « mid-2nd c. BCE » ; Huth 2010 a, p. 52, propose « c. 150-100 BCE ».
  • 60 Selon Georges Le Rider (1965, p. 202), les deux exemplaires de Suse, qui ont probablement « circul (...)

84La date d’enfouissement du trésor no 5 de Suse (après 140 av. è. chr.) et la grande ressemblance des monnaies de Ḥārithat avec celle d’Abīʾēl (voir ci-après) permettent de situer Ḥārithat vers 150 si l’on suit Olivier Callot 59 ou plutôt dans les décennies qui précèdent 140 si on prend en compte l’usure des monnaies 60.

Type 6. Les monnaies au nom d’Abīʾēl (en écriture araméenne) (ill. 8-961

  • 61 Huth 2010 a, p. 54-63 attribue cette série à la « Oman Peninsula, Mleiha (?) » et distingue : les s (...)
  • 62 Macdonald 2010, notamment p. 409 et 413.

85Des monnaies en très grand nombre portent au revers, à la place d’Alexandrou, une légende en caractères araméens commençant par « Abīʾēl » (ʾbʾl, parfois ʾbyʾl). La suite de la légende présente de sérieuses difficultés d’interprétation : on lit tout d’abord br (suivi d’un nom commençant par T-), « fils de T… », à moins que ce ne soit brt, « fille de » ; ce sont ensuite au moins quatre séquences de lettres différentes 62.

  • 63 Huth 2010 a, no 118-120 (légende ʾbʾl brtbgln).

86Dans la plupart des séries, le personnage du revers est identique à celui des émissions de Ḥārithat : c’est un jeune homme imberbe, portant une protomê de cheval sur sa main droite, tendue en avant ; devant lui, on retrouve l’image du palmier ; la légende présente plusieurs variations (ill. 8 et 9). Cependant, sur certaines séries qui paraissent les plus anciennes, le personnage ne porte pas cette protomê de cheval, mais l’aigle de l’original macédonien, et il n’y a pas de palmier 63. Dans ce cas, la parenté est évidente avec les monnaies au nom de Shams (types 1-3) ; la légende se lit alors « Abīʾēl brtbgln ». D’autres variations peuvent être notées, comme l’ajout de divers lettres et symboles ou encore une nikê à la place du palmier.

  • 64 Altheim & Stiehl 1968, p. 95 et fig. 38 (p. 484).
  • 65 Callot 2010, p. 400 ; Huth 2010 a, p. 54-63.

87On a dénombré deux tétradrachmes au nom d’« Abīʾēl » dans le trésor monétaire no 5 de Suse (enfoui après 140 av. è. chr. ; ill. 8) et soixante-dix-sept dans celui d’al-Baḥrayn (enfoui vers 140 av. è. chr. selon Olivier Callot : voir n. 38). On en aurait trouvé un sur le site de Thaʾj 64. Toutes les autres monnaies avec la légende Abīʾēl dont on connaît l’origine proviennent de la péninsule de ʿUmān, plus précisément des sites d’al-Mulayḥa et d’al-Dūr dans les Émirats arabes unis. C’est pourquoi l’opinion selon laquelle ce monnayage proviendrait d’ateliers de la péninsule de ʿUmān, sans doute al-Mulayḥa à l’origine, puis peut-être al-Mulayḥa et al-Dūr, s’est récemment imposée 65.

Illustration 8.

Illustration 8.

Un tétradrachme d’Abīʾēl (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 498, Paris 2 ; argent, 16,77 g) (Notice no FRBNF41838122 ; Image 1, IFN-10305729, droit ; Image 2, IFN-10305729, revers)

Illustration 9.

Illustration 9.

Un tétradrachme d’Abīʾēl, acquisition Seyrig 1973.1.446 (argent, 16,49 g) (Notice no FRBNF41838121 ; Image 1, IFN-10305728, droit ; Image 2, IFN-10305728, revers)

  • 66 Arnold-Biucchi 1991 distingue deux « vastes groupes » (p. 101) : cinq séries en bon argent, de poid (...)

88Le très grand nombre d’émissions et la dégradation progressive des types suggèrent que la frappe s’est étendue sur une période de plusieurs siècles. Si les premières sont très semblables aux monnaies avec le nom de Shams (avec l’aigle), puis à celles de Ḥārithat (avec la protomê de cheval), très vite le style se dégrade et le bronze remplace l’argent 66.

  • 67 Callot 2010, p. 400.

89Olivier Callot date les émissions avec l’aigle, sur lesquelles la légende se lit Abīʾēl brtbgln, de la fin du iiie s. ou du début du iie s. av. è. chr. Les émissions avec la légende Abīʾēl brtlbš dateraient du milieu du iie s. av. è. chr. Les frappes dureraient jusqu’au iie s. è. chr. 67

90L’attribution de ces trois derniers types monétaires se heurte à de redoutables difficultés. Les monnaies au nom de « Ḥarithat roi de Hagar » sont assurément le monnayage officiel du royaume de Hagar, que nous identifions avec le royaume dont la capitale est Gerrha (voir ci-après).

  • 68 Callot 2010, p. 399.

91On s’accorde à considérer que Abiyathaʿ est lui aussi un roi de Hagar, certainement antérieur à Ḥārithat 68. Les points communs sont le personnage imberbe qui remplace le Zeus des alexandres et l’emploi du sudarabique dans la légende. Mais les différences, notamment de style, ne sont pas négligeables. L’absence du titre « roi de Hagar » s’explique peut-être par le fait que, sur le modèle, Alexandre ne mentionnait pas de titre. Nous nous rallions à l’hypothèse que les monnaies d’Abīyathaʿ et de Ḥārithat ont été frappées par le même atelier faute d’une meilleure solution.

92Les monnaies au nom d’Abīʾēl, enfin, présentent plusieurs caractères dont l’interprétation est incertaine. Elles se distinguent des types 1-5 par un changement d’écriture : l’alphabet araméen à la place du sudarabique. D’un point de vue typologique, elles se rangent en deux grandes catégories : la plupart présentent une grande parenté stylistique avec le monnayage de Ḥārithat tandis que certaines s’inspirent des monnaies au nom de Shams (types 1-3). La seule donnée chronologique assurée est la présence de monnaies au nom de Ḥārithat et de « Abīʾēl brtlbš » dans le trésor monétaire no 5 de Suse (enfoui après 140 av. è. chr.).

93Une première interprétation serait de supposer que les monnaies au nom d’Abīʾēl poursuivent le monnayage de Ḥārithat roi de Hagar dans les territoires méridionaux après qu’une partie du royaume (Thaʾj en tout cas, comme nous l’avons vu) a été annexée par la Characène (qui est fondée en 127 av. è. chr.). Mais il nous semble préférable de supposer que le monnayage d’Abīʾēl (qui imite celui au nom de Shams et celui de Ḥārithat) est frappé par un royaume voisin, dans la péninsule de ʿUmān.

94En résumé, nous supposons que le royaume de Hagar (dont Gerrha est la capitale) a frappé parallèlement deux séries de types monétaires.

95Trois types au nom de la grande divinité régionale :

  • Type 1 : les monnaies avec le nom de Shams écrit en entier (vers 230-220) ;
  • Type 2 : les monnaies avec le nom de Shams réduit à la première lettre (appelée shīn), écrite horizontalement (vers 220-200) ;
  • Type 3 : les monnaies avec le nom de Shams réduit à la première lettre (appelée shīn), écrite verticalement (après 200).

96Deux types au nom d’un souverain :

  • Type 4 : les monnaies au nom d’Abīyathaʿ (vers 220-200) ;
  • Type 5 : les monnaies au nom de « Ḥārithat roi de Hagar » (entre 200 et 140).

97L’attribution des monnaies au nom d’Abīʾēl est plus incertaine. S’il n’est pas impossible qu’elles aient été frappées par le royaume de Hagar, hypothétiquement après celles de Ḥārithat, l’attribution à un royaume voisin, dans la péninsule de ʿUmān, semble l’emporter désormais.

Le nom sémitique de Gerrha : Ḡr plutôt que Hagar

98Au début de cette intervention, j’ai mis en évidence que deux sources sémitiques du vie s. è. chr., l’inscription d’Abraha et le Synodicon orientale, associaient Hagar et Khaṭṭ et que trois auteurs classiques, plus anciens il est vrai, Polybe, Pline et Ptolémée, établissaient une relation semblable entre Gerrha et la Chatténie/Attene (noms grec et latin de Khaṭṭ). J’en déduisais que Gerrha devait se situer à l’endroit où, quelques siècles plus tard, Hagar allait être attestée.

  • 69 Nous reprenons ici un certain nombre d’observations déjà faites dans Robin & Prioletta 2013, mais (...)

99Le caractère quelque peu alambiqué de cette formulation résulte d’une incertitude : s’il n’est pas exclu que Gerrha soit la transposition en grec du toponyme sémitique Hagar, puisque les deux noms se ressemblent, une autre proposition paraît préférable 69. Elle se fonde sur deux constatations.

  • 70 Robin 2003.

100La première est que les noms propres Hagar et Gerrha, à l’époque hellénistique, semblent appartenir à deux catégories différentes : les noms de population d’une part et les noms de lieu d’autre part. Hagar se trouve dans des sources d’époque hellénistique et dans d’autres qui s’étagent entre le ve et le xe s. è. chr. Comme sources d’époque hellénistique, nous disposons tout d’abord des trois tétradrachmes de « Ḥārithat roi de Hagar ». Or, dans les titulatures royales d’Arabie, le nom propre qui détermine un titre de roi est presque toujours un nom de tribu ou de peuple, mais très rarement un toponyme. Hagar apparaît également dans une inscription du Yémen antérieure à l’ère chrétienne, comme la provenance d’une étrangère épousée par un Minéen ; dans ce cas, on ne saurait dire si Hagar est un ethnonyme ou un toponyme. C’est enfin l’adjectif de relation hgry, « hagarite », au duel féminin (hgrytnhn), qui qualifie deux femmes inhumées à Haram (Jawf du Yémen), dans une inscription également d’époque hellénistique : or, dans les inscriptions sudarabiques, les adjectifs de relation sont presque tous formés sur des noms de tribu ; très rares sont ceux qui dérivent de noms de lieu ou de famille 70. On peut donc en conclure que, à l’époque hellénistique, Hagar est plutôt le nom d’une population.

101En revanche, dans les sources des ve-xe s. è. chr., Hagar n’est plus le nom d’une population, mais celui d’un lieu, désignant au sens étroit l’oasis d’al-Hufūf et au sens large toute la région entre la Mésopotamie et la péninsule de Qaṭar, région appelée également à cette époque al-Baḥrayn (en arabe) et Bêt Qaṭrayê (en syriaque). Comme je l’ai déjà dit, il n’est pas sans parallèle qu’un ethnonyme devienne un toponyme.

102Si, à l’époque hellénistique, Hagar désigne probablement une population, Gerrha est incontestablement une « ville » : polis en grec (Strabon, Géographie, XVI.3.3) et oppidum en latin (Pline, Histoire naturelle, VI.32.147).

  • 71 Robin & Prioletta 2013, p. 146-140.

103La seconde constatation se rapporte à l’usage des ethnonymes Gerrhéens et Agréens dans les sources classiques. Si les Gerrhéens sont manifestement les habitants de Gerrha, l’identité des Agréens (dont le nom pourrait dériver de Hagar) est difficile à cerner puisque leur habitat semble se situer soit en Arabie du Nord (Ératosthène, dans Strabon, Géographie, XVI. 4.2) soit dans la région du Golfe près de l’Euphrate (Pline, Histoire naturelle, VI.159, Ptolémée, Géographie, V.19.2, et peut-être Denys le Périégète, Périégèse, vers 956) 71.

104Il n’est pas impossible d’insérer l’ensemble de ces données dans un schéma cohérent, comportant, il est vrai, une grande part d’hypothèse :

  • Le sémitique Hagar, à l’époque hellénistique, est le nom d’un vaste ensemble tribal de l’Arabie du Nord-Est, s’étendant des rives de l’Euphrate à la péninsule de ʿUmān. C’est pourquoi on le trouve associé avec l’Arabie orientale, avec la vallée de l’Euphrate et avec les franges occidentales du désert de Syrie. On connaît de façon assurée un roi de Hagar et de manière hypothétique plusieurs. Dans les derniers siècles de l’Antiquité, le nom de Hagar ne désigne plus une tribu, mais son ancienne capitale.
  • Le grec Gerrha désigne une importante cité caravanière dont les habitants sont appelés Gerrhéens. Cette cité, qu’on peut localiser dans l’oasis d’al-Hufūf, est probablement la capitale d’un vaste territoire ou ensemble de tribus en Arabie orientale, qui ne peut être que Hagar. Les sources classiques ne mentionnent pas de roi : lors des négociations menées avec le séleucide Antiochos III (223-187), Polybe n’évoque que « les habitants de Gerrha » (Histoire, XIII.II.9). La grande divinité de Gerrha est appelée Hélios en grec et Shams dans les langues locales.
  • Les Agréens des Classiques, ou tout au moins certains d’entre eux, sont les membres de l’ensemble tribal nommé Hagar dans les langues sémitiques.
  • 72 Le ghayn du sémitique se transcrit régulièrement par un gamma : voir Ḡzh/Ḡzt qui donne Gaza.

105Si cette reconstruction est valide, Gerrha n’est pas la transcription en grec de Hagar, mais celle du nom de sa capitale. Aucun texte sémitique ne nomme explicitement cette capitale, mais une hypothèse peut être formulée. Un nom propre, Ḡr, dont la transcription en grec peut être Gerrha 72, se trouve dans deux textes du Yémen.

106Dans le premier, des individus originaires du Golfe commémorent une offrande à leurs divinités :

« … ont dédié à Shams et aux divinités de Ḡr (d’une part), à la Déesse (han Ilāt), à Celle qui est aux Cieux, à Fils-de-Mlky, à Fille-de-Mlkyʾ et (3) aux divinités [de Grḍ] (d’autre part)… »,

  • 73 A-20-216, inscription no 3 dans Robin & Prioletta 2013, p. 167.

… hqnyw S²ms¹ w-ʾlht Ḡr w-hn ʾlt w-ḏt b-S¹mwy w-Brmlky (w)-Btmlkyʾ w-(3)ʾlht [Grḍ]… 73.

107La phraséologie suggère que Ḡr et Grḍ sont les deux principales composantes du pays d’origine des auteurs ; ces deux composantes — tribus, régions ou villes — ont pour divinités principales Shams (le Soleil) pour la première et la Déesse associée à trois autres divinités pour la seconde.

108On peut observer que le nom de Ḡr vient en premier, ce qui convient bien pour une capitale. Par ailleurs, comme pour Gerrha, la principale divinité de Ḡr est le Soleil.

109Le second texte du Yémen ne mentionne pas Ḡr, mais l’adjectif de relation qui en est tiré, Ḡry. Il a pour auteur un individu originaire du Golfe qui commémore l’aménagement d’un sanctuaire consacré à ses divinités en territoire qatabānite :

« …] du lignage S¹wfm originaire de Ḡr a construit et (3) restauré les murs de la demeure de Shams et de la Déesse (hal-Lāt), et (4) la stèle de Nlrgl »,

  • 74 CSAI I, 16 = MuB 522, inscription no 8 dans Robin & Prioletta 2013, p. 171.

… ]()-ʾl S¹wfm Ḡryn bny w-s¹(3)ḥdṯ gnʾy mzl S2ms¹ w-h-Lt w-(4)nṣb Nlrgl 74

110L’auteur de ce texte, qui est un étranger, s’identifie par la mention de son origine, Ḡr, tribu ou lieu. On peut en déduire que Ḡr est un nom bien connu. Cet individu vénère en premier Shams, ce qui s’accorde avec les données du texte précédent.

111Il reste à se demander quelle est la nature du nom propre Ḡr, toponyme ou ethnonyme. Le premier texte n’en dit rien. Le second comporte l’adjectif d’origine qui dérive de Ḡr. Au Yémen, comme nous l’avons déjà souligné, un tel adjectif est d’ordinaire formé sur un ethnonyme. Mais il n’est pas établi qu’il en va de même dans toute l’Arabie. Dans la pratique de l’arabe à l’époque islamique, les adjectifs de relation sont formés aussi fréquemment avec des noms de lieu qu’avec des noms de tribu. Nous faisons donc l’hypothèse que Ḡr est un toponyme.

112En résumé, le nom sémitique à l’origine de Gerrha serait Ḡr. Si c’était exact, Ḡr pourrait être vocalisé Gharr. Gharr/Gerrha serait la résidence des rois de Hagar ou, si on préfère, la capitale du royaume. Les sources classiques distingueraient les gens de Gerrha, appelés Gerrhéens, des habitants du royaume, appelés « Agréens ».

Premiers jalons pour une histoire de Gerrha

113Les inscriptions récemment découvertes au Yémen et dans le Golfe complètent désormais les données tirées des monnaies. L’ensemble permet d’esquisser une première périodisation dans l’histoire de l’Arabie orientale et de progresser dans la solution des problèmes en suspens.

Gerrha soumise à Séleucos Ier

114S’il est établi que les Séleucides ont dominé les îles du golfe Arabo-persique, comme Ikaros (Faylaka, al-Kuwayt) ou Tylos (la grande île de l’archipel d’al-Baḥrayn), jamais il n’a été supposé que leur royaume s’était étendu sur une partie de la péninsule Arabique. Arrien (Anabase, VII.5) rapporte d’ailleurs qu’Alexandre, au moment de sa mort, avait le projet de conquérir l’Arabie, ce qui implique qu’il ne l’avait pas fait. Or, deux inscriptions du Yémen prouvent désormais que les populations de la rive arabique du Golfe, y compris celles de Gerrha, ont été soumises à l’autorité de Séleucos Ier (c. 305-280).

  • 75 Communications à Londres en juillet 2007 au Seminar for Arabian Studies et à Rome en juin 2008 aux (...)
  • 76 Prioletta 2011.

115La première de ces deux inscriptions a été réinterprétée récemment par Norbert Nebes 75 et la seconde vient d’être publiée par Alessia Prioletta 76. Elles ont certainement pour auteurs des individus originaires du Golfe comme l’indiquent toutes les données factuelles (noms, formulation de l’identité, divinités et divers traits de langue), sans parallèle au Yémen. Norbert Nebes et Alessia Prioletta faisaient même l’hypothèse que c’étaient des Gerrhéens, mais sans argument précis. Les deux inscriptions sont datées d’après les années de règne d’un souverain nommé S¹lk :

  • « la deuxième année de S¹lk le roi », s¹nt ṯntn S¹lk mlkʾ (CIH 921 + Ry 547 + fragment inédit, inscription no 4 dans Robin & Prioletta 2013, p. 168-169) ;
  • « la septième année de S¹lk roi », b-s¹nt s¹bʿ S¹lk mlk (A-20216, inscription no 3 dans Robin & Prioletta 2013, p. 167).

116Selon Norbert Nebes et Alessia Prioletta, S¹lk est le roi Séleucos Ier (c. 305-280). Si les nombres 2 et 7 renvoient bien à ses années de règne, les deux inscriptions sont datées de 303/302 et 298/297 av. è. chr.

  • 77 Voir Robin & Prioletta 2013, p. 173-174 (Routes d’Arabie, no 136). Séleucie du Tigre est la seule (...)
  • 78 On aurait plutôt attendu Ṣlqy et Ṣlq : dans la transcription des noms étrangers, les langues sémit (...)

117L’identification de S¹lk avec Séleucos paraît assurée. La preuve est donnée par le nom de Séleucie du Tigre (Seleukeia) qui est transcrit S¹lky par des caravaniers yéménites dans une inscription commémorant une offrande dans un temple de Qaryat al-Faʾw (à 300 km au nord–nord-est de Najrān) 77. Si Seleukeia est transcrit S¹lky, Seleukos est logiquement écrit S¹lk 78.

118L’identification du roi S¹lk avec l’un des Séleucos de la dynastie séleucide paraît probable, même s’il n’est pas totalement impossible qu’un prince local se soit appelé Séleucos. Parmi ces Séleucos de la dynastie séleucide, le meilleur candidat est incontestablement le premier (c. 305-280), puisque le deuxième (246-226) a eu un règne chaotique et que le troisième (225-223) n’a pas régné sept ans. Il est donc vraisemblable que les deux inscriptions du Yémen, comme le supposaient Norbert Nebes et Alessia Prioletta, sont datées d’après les années de règne de Séleucos Ier.

119Une conséquence importante en découle, que les deux chercheurs ne mentionnent pas : si, en 303/302 et 298/297 av. è. chr., les gens du Golfe datent leurs inscriptions d’après les années de règne d’un souverain séleucide, c’est qu’ils sont soumis à l’autorité de ce dernier. Il en résulte que, aux alentours de 300, la rive arabique du Golfe a été séleucide comme je l’ai déjà indiqué.

120Il est même possible d’être plus précis et d’affirmer que Gerrha a été séleucide. Comme nous l’avons vu, l’un des auteurs de CIH 921 + Ry 547 + fragment inédit (inscription datée d’après les années de règne de Séleucos Ier) s’appelle Qāsimâ fils de ʿAbd (Qs¹mʾ bn ʿbd). Si on identifie ce personnage avec Kasmaios fils d’Abdaios le Ger[rhéen] (Kasmaios Abdaiou Ger[asênos]) de l’inscription de Cos, on peut affirmer que l’un au moins des auteurs de CIH 921 + Ry 547 + fragment inédit est un Gerrhéen et que tous le sont peut-être. L’intuition de Norbert Nebes est désormais confirmée.

121Gerrha aurait donc été soumise à l’autorité séleucide au début de la période hellénistique. Comme on ne connaît pas d’opération militaire macédonienne en Arabie, la vraisemblance est que Gerrha a fait sa soumission pour préserver ses intérêts commerciaux. Un texte nous confirme que les Gerrhéens étaient alors actifs dans la Mésopotamie séleucide :

« La ville de Gerrha est à 200 stades de la mer. La principale industrie des Gerrhéens consiste à transporter par terre les aromates et les autres marchandises de l’Arabie. Ce n’est pourtant pas ce que dit Aristobule : il affirme, au contraire, que les Gerrhéens font le commerce surtout par eau, transportant leurs marchandises en Babylonie à l’aide de radeaux, remontant l’Euphrate jusqu’à Thapsaque et prenant là seulement la voie de terre pour se rendre à leurs différentes destinations » (Ératosthène, cité par Strabon, Géographie, XVI.3.3, traduction Amédée Tardieu).

122Aristobule de Cassandréia, un contemporain d’Alexandre le Grand et des diadoques, serait mort vers 290.

  • 79 Callot 2010, p. 385.

123Si Gerrha a été séleucide vers 300, on comprend mieux, désormais, pourquoi le roi Antiochos III (223-187), après sa fameuse expédition en Asie, a fait un détour par l’Arabie en 205 ou 204 79. Il cherchait tout naturellement à rétablir l’autorité séleucide sur les régions où elle s’était auparavant exercée.

124Quant au monnayage de Gerrha, inauguré vers 230 avec la belle série au nom de Shams (ci-dessus type no 1), on peut se demander s’il ne prend pas la suite d’un atelier séleucide.

Gerrha, cité caravanière, indépendante et sans roi

125Lors des négociations qu’Antiochos III (223-187) conduit avec « les habitants de Gerrha », aucun roi n’est mentionné :

« La Chatténie est, d’une façon générale, un pays pauvre, mais elle est parsemée de bourgades et de fortins, car les gens de Gerrha ont des ressources abondantes. Ce sont eux qui la cultivent…
Les habitants de Gerrha prièrent le roi de ne pas leur ôter les dons que leur avaient faits les dieux, c’est-à-dire la paix et une indépendance perpétuelles. Lorsqu’on lui eut traduit leur message, Antiochos accéda à leur requête…
Lorsque le roi eut officiellement reconnu leur indépendance, les gens de Gerrha marquèrent aussitôt leur reconnaissance par un don de cinq cents talents d’argent [près de 12,5 tonnes], de mille talents d’encens [25 tonnes] et de deux cents talents de myrrhe [5 tonnes]. Antiochos s’embarqua alors pour gagner l’île de Tylos, puis repartit vers Séleucie » (Polybe, Histoire, XIII.II.9).

  • 80 Lammens 1911.

126Ces fragments donnent l’impression que Gerrha est alors non pas un royaume, mais plutôt une « république marchande », pour reprendre l’expression d’Henri Lammens à propos de Makka 80. Dans un tel contexte, il n’est pas illogique que le monnayage soit frappé sous l’autorité d’une divinité. Cependant, on connaît des monnaies au nom d’un roi de Hagar, Ḥārithat, postérieur à l’expédition et un autre type monétaire au nom d’Abīyathaʿ (un autre roi de Hagar ?) certainement antérieur : faut-il en conclure que Gerrha a eu des rois, au moins par intermittence ?

Les rois de Hagar

127Les seules données sur l’existence de rois indigènes en Arabie, dans la région du Golfe, à l’époque hellénistique, sont les monnaies. Pour un seul, « Ḥārithat roi de Hagar », nous disposons d’un nom de royaume. La nature du terme Hagar a été discutée ci-dessus. De façon très hypothétique, nous supposons que c’est un vaste ensemble tribal qui a donné quelques siècles plus tard son nom à l’oasis d’al-Hufūf, parce que cette oasis (alors appelée Ḡr = Gerrha ?) était sa capitale. Ḥārithat serait donc le souverain d’un royaume incluant Gerrha. Il régnerait dans les décennies qui précèdent 140, vraisemblablement après l’expédition d’Antiochos III (205 ou 204).

128Les monnaies au nom d’Abīyathaʿ sont plus anciennes, probablement antérieures à l’expédition d’Antochios III : la présence de quelques-unes dans les trésors monétaires Gordion V et Mektepini (Turquie) s’expliquerait par le fait que le « don » de 500 talents d’argent fait par les Gerrhéens à Antiochos III a été payé en partie avec des tétradrachmes frappés localement, qui sont entrés alors dans la circulation monétaire du royaume séleucide. Il est plausible qu’Abīyathaʿ règne sur le même royaume que Ḥārithat : les deux rois rédigent la légende de leurs monnaies dans la même écriture et représentent le personnage du revers de la même manière, sous les traits d’un homme jeune et imberbe. Le fait qu’ils ne lui donnent pas le même attribut (soit une flûte soit une protomê de cheval) est inexpliqué. La distribution des monnaies d’Abīyathaʿ suggère que ce personnage a autorité sur les territoires entre la Mésopotamie et Qaṭar, ce qui s’accorde avec le territoire qui peut être reconnu à Hagar.

129Un dernier type monétaire, avec de nombreuses variétés, comporte une légende qui commence avec Abīʾēl, un nom de personne. Même si la légende est désormais écrite en araméen et non plus en sudarabique, ce monnayage s’inspire manifestement de celui de Hagar. Mais, comme nous l’avons vu, il pose des problèmes qui ne sont pas encore résolus. Il est possible que Abīʾēl soit le nom d’un souverain, mais ce n’est pas assuré. Le doute vient du fait que la séquence de lettres qui suit Abīʾēl dans les légendes monétaires présente d’étonnantes variations ; par ailleurs, il est possible que le premier mot après Abıīʾēl soit « fille » (brt) et non « fils » (br), ce qui impliquerait que Abīʾēl est une femme. La distribution des trouvailles suggère que ce type, même s’il a rejoint la circulation générale, comme le prouvent le trésor no 5 de Suse et celui d’al-Baḥrayn, a été utilisé avant tout dans la péninsule de ʿUmān et sans doute frappé dans cette région. De manière très hypothétique, Abīʾēl pourrait être le souverain d’un royaume voisin de Hagar dans la péninsule de ʿUmān.

Gerrha et la Characène

130Comme nous l’avons vu, deux inscriptions du Golfe en écriture sudarabique sont datées par référence à un roi de Characène : Attambelos le roi (ʾtbl mlkʾ) et Orabazes fils de Ydʿny le roi (ʾrbḏ bn Ydʿny mlkʾ). Ces deux inscriptions ont été trouvées à Thaʾj, ce qui implique que la Characène s’est étendue durablement jusqu’à cette ville, qui se situe à près de 200 km au nord–nord-ouest d’al-Hufūf. On ignore si Gerrha a été annexée, elle aussi, par la Characène.

  • 81 Schuol 2000, p. 7.

131Huit souverains de Characène se sont appelés Attambélos et deux Orobazès 81. Pour autant qu’on puisse en juger, l’usage de l’écriture sudarabique dans le Golfe est plus vraisemblable aux débuts de l’histoire du royaume de Characène, qui est fondé en 127 av. è. chr. De manière très hypothétique, je retiendrais donc de préférence Attambelos Ier qui règne de 47/46 à 25/24 av. è. chr. et Orobazès Ier qui se situe vers 18/19 è. chr. La Characène aurait donc étendu son influence sur l’Arabie orientale, tout au moins jusqu’à Thaʾj, dans la seconde moitié du ier s. av. è. chr. et au début du ier s. apr. Jusqu’à présent, on limitait son territoire au Bas-ʿIrāq.

Gerrha et l’Arabie méridionale

132Les inscriptions du Yémen dont les auteurs sont des gens du Golfe constituent la première preuve archéologique d’échanges terrestres directs entre l’Arabie méridionale et le Golfe. Ce sont également les premières qui impliquent la participation d’étrangers dans le commerce caravanier du Yémen. Il n’est guère douteux que ces bouleversements sont la conséquence des conquêtes d’Alexandre et de la vraisemblable domination séleucide sur l’Arabie orientale au début du iiie s.

  • 82 Al-Ansary 1981.

133Le développement de ces échanges au début de l’époque hellénistique offre un repère chronologique précieux pour l’histoire de Qaryat (aujourd’hui Qaryat al-Faʾw), une petite oasis à 300 km au nord-nord-est de Najrān, en direction du Golfe, où d’importants vestiges ont été mis au jour par l’Université du roi Saʿūd 82.

  • 83 Diverses inscriptions datant du règne de Téglat-Phalasar III rapportent que trente-cinq tribus ara (...)
  • 84 Cité par Potts 1990, II, p. 85-86.

134L’histoire de l’Arabie orientale qui se dessine progressivement présente plusieurs nouveautés. À deux reprises, sous Séleucos Ier et vers le tournant de l’ère chrétienne, elle dépend de royaumes mésopotamiens. D’autres liens ont sans doute existé. Strabon rapporte que Gerrha était habitée par les « descendants d’une ancienne colonie de Chaldéens bannis de Babylone » (Géographie, XVI.3.3). Les sources néo-assyriennes citent un groupe nommé Ḫaggarānu parmi les tribus araméennes installées en Babylonie, qui furent vaincues par les souverains assyriens Téglath-Phalasar III (745-729 av. è. chr.) et Sennachérib (722-705 av. è. chr.) 83 ; la vraisemblance est grande qu’il s’agit de la tribu de Hagar. Nicandre de Colophon, un médecin et un poète des iiie ou iie s. av. è. chr., évoque dans ses Alexipharmaka (un ouvrage sur les poisons) « les nomades de Gerrha et ceux qui labourent leurs champs près de l’Euphrate » 84.

135On savait, grâce à quelques inscriptions grecques et aux allusions des Classiques, que les habitants du Golfe, et plus particulièrement ceux de Gerrha, avaient joué un rôle important dans le commerce international à l’époque hellénistique. Les séries monétaires qui peuvent être attribuées aux Gerrhéens le confirment, tandis que l’on retrouve la trace du négoce gerrhéen au Yémen et dans une île grecque.

136Enfin, la géographie historique de l’Arabie orientale se décante progressivement. De manière encore hypothétique, un vaste royaume nommé Hagar aurait dominé la rive arabique du Golfe ; sa capitale, dans l’actuelle oasis d’al-Hufūf, se serait appelé Ḡr, nom sémitique de la cité marchande que les Grecs appellaient Gerrha.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Al-Bakrī (Abū ʿUbayd ʿAbd Allāh b. ʿAbd al-ʿAzīz… al-Andalusī)
Texte : Muʿjam mā ʾstaʿjam min asmāʾ al-bilād wa-ʾl-mawāḍiʿ (al-Maʿhad al-khalīfī li-l-abḥāth al-maghribiyya, Bayt al-Maghrib), 4 vol., éd. Muṣṭafà ʾl-Saqqā, Le Caire, Maṭbaʿat Lajnat al-Taʾlīf wa-ʾl-Tarjama wa-ʾl-Nashr, 1364/1945.

Al-Balādhurī (Abū ʾl-Ḥasan)
Texte : Futūḥ al-Buldān, éd. Riḍwān Muḥammad Riḍwān, Le Caire, al-Maṭbaʿa al-Miṣriyya, 1932.
Traduction : The Origins of the Islamic State, beeing a translation from the Arabic, accompanied with annotation, geographic and historic notes of the Kitāb Futūḥ al-Buldān of al-Imām abu-l ʿAbbās Aḥmad ibn Jābir al-Balādhurī, by Philip Khūri Ḥitti (Studies in History, Economics and Public Law LXVIII, no. 163), Columbia University, 1916 (reproduit en 2002 par Georgias Press).

Al-Hamdānī (Abū Muḥammad al-Ḥasan b. Aḥmad b. Yaʿqūb), Ṣifa
Texte : Müller (D. H.) 1884-1891, al-Hamdânî’s Geographie der arabischen Halbinsel, 2 vol., Leyde, Brill (reprise par le même éditeur, 1968).

Synodicon orientale
Texte et traduction : Synodicon orientale ou Recueil de synodes nestoriens, publié, traduit et annoté par Jean-Baptiste Chabot (Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques, publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 37), Paris, Imprimerie nationale, 1902.

Al-Ṭabarī (Abū Jaʿfar Muḥammad b. Jarīr)
Texte : Taʾrīkh al-rusul wa-ʾl-mulūk, I. Annales quos scripsit Abu Djafar Mohammed Ibn Djarir at-Tabari, cum aliis edidit M. J. De Goeje, Prima series, ii, recensuerunt J. Barth et Th. Nöldeke, Leyde, Brill (reproduction photomécanique).
Traduction allemande : Geschichte der Perser und Araber zur Zeit der Sasaniden, aus der arabischen Chronik des Tabari, übersetzt und mit ausführlichen Erläuterungen und Ergänzungen versehn von Th. Nöldeke, 1879. [Reprise, Leyde, Brill, 1973].
Traduction anglaise : The History of al-Ṭabarī, V, The Sāsānids, the Byzantines, the Lak(h)mids, and Yemen, translated by C. E. Bosworth (Bibliotheca persica), State University of New York Press, 1999.

Yāqūt (Shihāb al-Dīn Abū ʿAbd Allāh Yāqūt b. ʿAbd Allāh al-Ḥamawī ʾl-Rūmī ʾl-Baghdādī)
Texte : Muʿjam al-buldān : Jacut’s geographisches Wörterbuch, herausgegeben von Ferdinand Wüstenfeld, Leipzig, Deutsche Morgenländische Gesellschaft, in Commission bei F. A. Brockhaus, 1924 [2e impression de l’édition de 1866-1873].

Études

Abel (F.-M.) 1938 « L’ère des Séleucides », RevBibl 47, p. 198-213.

Altheim (F.) & Stiehl (R.) 1968 Die Araber in der alten Welt, V/1, Berlin, W. de Gruyter.

Al-Ansary (A. R.) 1981 Qaryat al-Fau. A Portrait of Pre-Islamic Civilisation in Saudi Arabia, Riyad, Université de Riyad.

Al-Moghannam (A. S.) (Al-Mughannam [ʿA. Ṣ.]) et al. 1420/2000 « A Preliminary Report on the Excavation of al-Uqair, north-west of Abu Zahmul in al-Ahsa Region », Atlal 15, p. 45-86 et pl. 12-26 [version arabe p. 55-95].

Al-Saʿīd (S.) « L’inscription funéraire de Thāj », à paraître.

Arnold-Biucchi (C.) 1991 « Arabian Alexanders », W. E. Metcalf (éd.), Mnemata: papers in memory of Nancy M. Waggoner, New York, ANS, p. 99-115.

Bowersock (G.) 1986 « Tylos and Tyre: Bahrain in the Graeco-Roman World », H. Al-Khalifa & M. Rice (éd.), Bahrain through the ages. The archaeology, Londres, Kegan Paul Int., p. 399-406.

Callot (O.) 1990 « Les monnaies dites “arabes” dans le nord du golfe Arabo-persique à la fin du iiie siècle avant notre ère », Y. Calvet & J. Gachet (éd.), Failaka, fouilles françaises 1986-1988 (TMO 18), Lyon, De Boccard, p. 221-240.

Callot (O.) 2010 « A New Chronology for the Arabian Alexanders », Huth & van Alfen 2010, p. 383-402.

Dussaud (R.) 1936 « Sur les chemins de Suse et de Babylone », Mélanges Franz Cumont (Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire orientales et Slaves IV), 2 vol., Bruxelles, Secrétariat de l’Institut, vol. 1, p. 143-150.

Eissfeldt (O.) 1941 « Zu syrischen Tempeln und Kulten in hellenistisch-römischer Zeit », Orientalistische Literaturzeitung 44, Gerasa, col. 433-441.

Groom (N. St J.) 1983 A Dictionary of Arabic Topography and Placenames, Beyrouth, Librairie du Liban / Londres, Longman.

Healey (J. F.) & Bin Seray (H.) 1999-2000 « Aramaic in the Gulf: Towards a Corpus », Aram 11-12, p. 1-14.

Huth (M.) 2010 a Coinage of the Caravan Kingdoms. Ancient Arabian Coins from the Collection of Martin Huth (Ancient Coins in North American Collections), New York, ANS.

Huth (M.) 2010 b « Gods and Kings: on the Imagery of Arabian Coinage », Huth & Van Alfen 2010, p. 107-123.

Huth (M.) 2012 « The wordly and the heavenly in Arabian coinage », Sachet & Robin 2012, p. 339-358.

Huth M. & Van Alfen (P. G.) éd. 2010 Coinage of the Caravan Kingdoms, Studies in Ancient Arabian Monetization (NS 25), New York, ANS.

Lammens (H.) 1911 « La république marchande de La Mecque, en l’an 600 de notre ère », Institut égyptien, Bulletin, Ve série, t. IV, p. 23-54 [étude reprise et développée dans La Mecque à la veille de l’hégire, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1928].

Le Rider (G.) 1965 Suse sous les Séleucides et les Parthes (Mémoires de la Mission Archéologique en Iran 38), Paris, P. Geuthner.

Le Rider (G.) 1989 « Le golfe Persique à l’époque séleucide : exploration archéologique et trouvailles monétaires », RN, 6e série, 31, p. 248-252.

Macdonald (M. C. A.) 2010 « The ‘Abiel’ Coins of Eastern Arabia A Study of the Aramaic Legends », Huth & Van Alfen 2010, p. 403-547.

Mawsūʿat asmāʾ al-amākin (Encyclopédie des noms de lieu) Mawsūʿat asmāʾ al-amākin fī ʾl-mamlaka al-ʿarabiyya al-saʿūdiyya, Riyad, Dārat al-malik ʿAbd al-ʿAzīz / Hayʾat al-masāḥa al-jiyūlūjiyya al-saʿūdiyya), 6 vol., 1424/2003.

Paton (W. R.) & Hicks (E. L.) 1891 The Inscriptions of Cos, Oxford, Clarendon Press.

Potts (D. T.) 1984 « Thaj and the location of Gerrha », PSAS 14, p. 87-91.

Potts (D. T.) 1990 The Arabian Gulf in Antiquity, I. From Prehistory to the Fall of the Achaemenid Empire, II. From Alexander the Great to the Coming of Islam, Oxford, Clarendon Press.

Potts (D. T.) 1991 The Pre-Islamic Coinage of Eastern Arabia, with an appendix by Rémy Boucharlat and Monique Drieux (CNI Publications 14), Copenhague, Museum Tusculanum Press.

Potts (D. T.) 1994 Supplement to: The Pre-Islamic Coinage of Eastern Arabia (CNI Publications 16), Copenhague, Museum Tusculanum Press.

Prioletta (A.) 2011 « The Sabaic inscription A-20-216: a new Sabaean-Seleucid synchronism », PSAS 41, p. 283-294.

Puech (É.) 1998 « Inscriptions araméennes du Golfe : Failaka, Qalaʿat al-Baḥreïn et Mulayḥa », Transeuphratène 16, p. 31-55.

Robin (Chr. J.) 1974 « Monnaies provenant de l’Arabie du Nord-Est », Semitica XXIV, p. 83-125 et pl. I.

Robin (C. J.) 2003 « La vocalisation de Ns²n, nom antique d’as-Sawdāʾ (Jawf du Yémen), d’après une nouvelle inscription sabéenne », J. Lentin & A. Lonnet (éd.), Mélanges David Cohen. Études sur le langage, les langues, les dialectes, les littératures, offertes par ses élèves, ses collègues, ses amis, présentés à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, Paris, Maisonneuve & Larose, p. 569-579.

Robin (C. J.) 2012 « Matériaux pour une typologie des divinités arabiques et de leurs représentations », Sachet & Robin 2012, p. 7-118.

Robin (C. J.) & Prioletta (A.) 2013 « Nouveaux arguments en faveur d’une identification de la cité de Gerrha avec le royaume de Hagar (Arabie orientale) », Sem&Class 6, 2013, p. 131-185.

Robin (C. J.) & Ṭayrān (S.) 2012 « Soixante-dix ans avant l’Islam, l’Arabie toute entière dominée par un roi chrétien », CRAI, p. 525-553.

Sachet (I.) & Robin (C. J.) éd. 2012 Dieux et déesses d’Arabie, images et représentations, Actes de la table ronde tenue au Collège de France (Paris) les 1er et 2 octobre 2007 (Orient et Méditerranée 7), Paris, De Boccard.

Schuol (M.) 2000 Die Charakene. Ein mesopotamisches Königreich in hellenistisch-parthischer Zeit (Oriens et Occidens 1), Stuttgart, Fr. Steiner.

Seyrig (H.) 1941 a « Antiquités syriennes 37. Postes romains sur la route de Médine », Syria 22, p. 218-223.

Seyrig (H.) 1941 b « Antiquités syriennes 38. Inscriptions grecques de l’agora de Palmyre », Syria 22, p. 223-270

Seyrig (H.) 1965 « Antiquités syriennes 87. Alexandre le Grand, fondateur de Gérasa », Syria 42, p. 25-28.

Sima (A.) 2002 « Die hasaitischen Inschriften », N. Nebes (éd.), Neue Beiträge zur Semitistik. Erstes Arbeitstreffen der Arbeitsgemeinschaft Semitistik in der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft vom 11. Bis 13. September 2000 an der Friedrich-Schiller-Universität Jena (Jenaer Beiträge zum Vorderen Orient 5), Wiesbaden, Harrassowitz, p. 167-200.

Sprenger (A.) 1875 Die alte Geographie Arabiens, als Grundlage der Entwicklungsgeschichte des Semitismus, Bern. [Reprise : Amsterdam, Meridian Publishing, 1966.]

Tadmor (H.) 1994 The inscriptions of Tiglath-Pileser III king of Assyria. Critical edition, with Introduction, Translations and Commentary, Jérusalem, The Israel Academy of Sciences and Humanities.

Haut de page

Annexe

Annexe

Index des toponymes de l’Arabie orientale

Abū Ẓabī (arabe moderne).

al-AḤSĀʾ (région, arabe moderne) : voir al-BAḤRAYN.

al-Aḥsāʾ (arabe médiéval et moderne) : place-forte d’al-BAḤRAYN que Nāṣir b. Khusraw situe au tiers de la distance entre Hajar (auj. al-Hufūf) et la mer ; selon l’archéologue séoudien Maḥmūd Yūsuf al-Hājirī, les savants de la région s’accordent pour localiser al-Aḥsāʾ à al-Baṭṭāliyya (25° 26’ 1” 38 N ; 49° 37’ 50” 34 E), à 7,5 km au nord-est d’al-Hufūf.

Antioche de la mer Érythée (grec) : voir Spasinou Charax.

ARADOS (île, grec) : voir SAMĀHIJ.

Atta Kômê (grec) : voir al-Khaṭṭ.

Attaioi (population, grec) : voir al-Khaṭṭ.

ATTENE (région, latin) : voir al-Khaṭṭ.

al-ʿAyn (arabe moderne).

ʿAyn Jawān (site archéologique, arabe moderne).

al-BAḤRAYN (région, arabe proto-islamique) = HAJAR (région, arabe proto-islamique) = BÊT QAṬRAYÊ (syriaque) = al-AḤSĀʾ (arabe moderne).

al-BAḤRAYN (archipel, arabe médiéval et moderne) = TYLOS (archipel, grec et latin) = TYROS (archipel, grec) = TALŪN (?) (syriaque) = UWĀL (île, arabe proto-islamique).

BÊT QAṬRAYÊ (région, syriaque) : voir al-BAḤRAYN.

CHARACENE (région, grec) : voir MAYSHĀN.

CHATTENIA (région, grec) : voir al-Khaṭṭ.

DĀRĪN (île, arabe proto-islamique) = DAYRÎN (île, syriaque) = TĀRŪT (île, arabe moderne).

DAYRÎN (île, syriaque) : voir DĀRĪN.

Dubay (arabe moderne).

al-Dūḥa (arabe moderne).

al-Dūr (site archéologique, arabe moderne).

FAYLAKA (île, arabe moderne) = IKAROS (île, grec).

Gerrha (grec) : voir Ḡr et Hajar.

Grḍ (sabaʾique) : toponyme (?) à localiser probablement en Arabie orientale. Nom antique de Thāj ?

Ḡr (sabaʾique) : toponyme (?) à localiser probablement en Arabie orientale, peut-être du côté de Hajar. Si c’était le cas, il pourrait être la graphie sémitique de Gerrha.

Hagar(um) : voir Hajar.

HAJAR (région, arabe proto-islamique) : voir al-BAḤRAYN.

Hajar (oasis, arabe proto-islamique) = Hagar (tribu, nordarabique) = Hagar (tribu, maʿīnique) = Hagarum (sabaʾique ḥimyarite) = Hagar (syriaque) = al-Hufūf (arabe moderne). La ville appelée Gerrha en grec, dont le nom pourrait dériver de Ḡr, se trouvait probablement dans cette oasis.

Ḥaṭṭâ (syriaque) : voir al-Khaṭṭ.

al-Ḥinna (site archéologique, arabe moderne).

al-Hufūf (arabe moderne) : voir Hajar.

IKAROS (île, grec) = FAYLAKA (île, arabe moderne).

Jabal Qurayn (arabe moderne).

al-Jarʿāʾ (arabe médiéval) : nom d’un marché dont la localisation est inconnue, à proximité de Hajar.

Juwātha : place-forte d’al-BAḤRAYN à 18 km au nord-est de Hajar (auj. al-Hufūf) et à 3 km au nord est d’al-Kilābiyya.

Kāẓima (arabe proto-islamique) : aujourd’hui al-Kuwayt.

Khaṭṭ (arabe moderne) : site archéologique de l’émirat de RAʾS al-KHAYMA.

al-KHAṬṬ (région, arabe médiéval) : nom du littoral entre le ʿIrāq et le Yémen ou d’une partie de ce littoral.

al-Khaṭṭ (arabe proto-islamique) = Khaṭṭ (sabaʾique ḥimyarite) = Ḥaṭṭâ (syriaque) = Pîṭ-Ardashîr (persan) = Atta Kômê (grec) = al-ʿUqayr (arabe moderne). La région correspondante est appelée CHATTENIA (grec) = ATTENE (latin), et sa population Attaioi (grec).

al-KUWAYT (région, arabe moderne), nom qui dérive d’al-Kuwayt.

MASHMAHÎG (île, persan et syriaque) : voir SAMĀHIJ.

MAZŪN (région, arabe préislamique) : voir ʿUMĀN.

MAYSHĀN (région, araméen) ou MÉSÈNE (d’après le grec) = CHARACÈNE (d’après la capitale, Spasinou Charax).

MÉSÈNE (région, grec) : voir MAYSHĀN.

al-Mulayḥa (site archéologique, arabe moderne).

AL-MUḤARRAQ (île, arabe) : voir SAMĀHIJ.

al-Mushaqqar : place-forte d’al-BAḤRAYN dont la localisation est inconnue, sans doute aux environs de Hajar (auj. al-Hufūf).

Najrān de HAJAR, ou Najrān d’al-BAḤRAYN : localité d’al-BAḤRAYN dont l’emplacement est inconnu.

Pîṭ-Ardashîr (persan) : voir al-Khaṭṭ.

QAṬAR (région, arabe moderne).

al-Qaṭīf (arabe proto-islamique et moderne).

RAʾS AL-KHAYMA (région, arabe moderne).

Raʾs Tannūra (arabe moderne).

Salwà (arabe moderne).

SAMĀHIJ (île, arabe proto-islamique) = ARADOS (île, grec) = MASHMAHÎG (île, persan et syriaque) = AL-MUḤARRAQ (île, arabe).

Samāhij (arabe moderne) : auj. bourgade sur l’île d’al-Muḥarraq.

al-SĪF (région, arabe médiéval) : nom du littoral de la péninsule de ʿUMĀN.

Spasinou Charax (grec) : capitale de la CHARACÈNE, dont la localisation précise, dans le Bas-ʿIrāq, est discutée. Elle fait suite à une fondation hellénistique appelée notamment Antioche de la mer Érythrée.

Ṣuḥār (arabe proto-islamique et moderne).

TALŪN (évêché, syriaque) : voir al-BAḤRAYN.

TĀRŪT (île, arabe moderne) : voir DĀRĪN.

Thāj ou Thaʾj (arabe proto-islamique et moderne) = Grḍ ?

TYLOS (île, grec et latin) : voir al-BAḤRAYN.

TYROS (île, grec) : voir al-BAḤRAYN.

ʿUMĀN (région, arabe proto-islamique et moderne) = MAZŪN (région, arabe préislamique).

al-ʿUqayr (arabe moderne) : voir al-Khaṭṭ.

UWĀL (île, arabe proto-islamique) : voir al-BAḤRAYN.

al-YAMĀMA (région, arabe proto-islamique et moderne) = YAMĀMATĀN (sabaʾique ḥimyarite).

al-Zāra (arabe proto-islamique) : place-forte d’al-BAḤRAYN à localiser, selon l’archéologue séoudien Maḥmūd Yūsuf al-Hājirī, à al-ʿAwāmiyya, aux abords nord-ouest d’al-Qaṭīf).

Cartes

Carte 1.

Carte 1.

Le Golfe Arabo-persique à la veille de l’Islam

© d’après H. David-Cuny

Carte 2.

Carte 2.

L’Arabie et le Proche-Orient antiques

© A. Emery

Haut de page

Notes

1 Seyrig 1941 a.

2 Seyrig 1941 b, p. 252-263.

3 Seyrig 1965 (la remarque sur l’inscription de Cos se trouve p. 26, n. 2).

4 Paton & Hicks 1891, p. 116, no 64, Jardin de Spiros.

5 Eissfeldt 1941, Gerasa, col. 433-436.

6 CIH 921 + Ry 547 (= RÉS 3605 bis) + fragment inédit, l. 5, republié dans Robin & Prioletta 2013, p. 168-169.

7 Si ce n’était pas le cas, on ne saurait exclure que l’un soit le descendant de l’autre puisqu’il est habituel que les mêmes anthroponymes se répètent de génération en génération dans une même famille : par exemple, Qāsimâ fils de ʿAbd pourrait être le grand-père de Qāsimâ fils de ʿAbd (fils de Qāsimâ fils de ʿAbd). La probabilité que deux personnages originaires du Golfe, sans lien de parenté, portent le même nom et le même patronyme paraît faible.

8 Prioletta 2011, p. 288-289. Sur l’ère séleucide, voir Abel 1938.

9 Cette contribution prolonge de deux manières Robin & Prioletta 2013, où on trouvera un dossier de toutes les sources relatives à Gerrha : elle réexamine les émissions monétaires de l’Arabie orientale et esquisse une première synthèse historique (qui comporte une part importante d’hypothèses). Pour une bibliographie sur Gerrha, se reporter aussi à Schuol 2000, p. 423-426.

10 C’est seulement depuis le xe s. è. chr. que l’archipel est nommé ainsi ; précédemment il était appelé Uwāl en arabe, Tylos en grec, etc. (Robin & Prioletta 2013, p. 185). Dans les sources arabo-islamiques antérieures au xe s., al-Baḥrayn désigne la vaste région continentale qui s’étend entre les modernes al-Kuwayt et Qaṭar.

11 Tyros (ou Tylos) est l’appellation grecque de la plus grande île de l’archipel d’al-Baḥrayn ; Arados désigne l’île voisine appelée aujourd’hui al-Muḥarraq. Sur ces îles et la parenté de leur nom avec celui de deux cités phéniciennes, voir Bowersock 1986.

12 Ce texte, compris ainsi par Sprenger 1875, § 149, a été ponctué différemment depuis lors : « La ville de Gerrha de cinq milles d’étendue ; elle possède des tours faites de blocs de sel carrés. [148] À cinquante milles de la côte est le pays d’Attene ; en face de cette côte, à autant de milles, l’île de Tylos, fort renommée pour la profusion de ses perles, avec la ville homonyme… », Oppidum Gerra, V p. amplitudine, turres habet ex salis quadratis molibus. A litore L regio Attene ; ex adverso Tylos insula totidem milibus a litore, plurimis margaritis celeberrima cum oppido eiusdem nominis…

13 En arabe, jarʿāʾ et jaraʿa signifient respectivement « area of sand high in the centre » et « a round hill of sand without vegetation » (Groom 1983, p. 126). Ce nom se retrouve fréquemment dans la toponymie médiévale et moderne : voir par exemple l’inventaire des toponymes de l’Arabie séoudite qui en mentionne quarante-cinq (Mawsūʿat asmāʾ al-amākin, 2, p. 404-405).

14 Al-Hamdānī, Ṣifa, p. 137 : « C’est alors al-Aḥṣāʾ, haltes et campements appartenant aux banū Tamīm, plus précisément à Saʿd des banū Tamīm ; son marché était sur une dune appelée al-Jarʿāʾ sur laquelle les Arabes faisaient leurs échanges » (fa-ʾl-Aḥsāʾ manāzil wa-dūr li-banī Tamīm thumma li-Saʿd min banī Tamīm wa-kāna sūqu-hā ʿalà kathīb yussamà ʾl-Jarʿāʾ tatabāyaʿa ʿalay-hi ʾl-ʿArab).

15 Schuol 2000, p. 206-207.

16 Potts 1984, 1990, II, p. 84-97. Olivier Callot (2010, p. 387) s’est rallié à ce point de vue.

17 Synodicon orientale, p. 387.

18 Al-Ṭabarī, Taʾrīkh al-rusul wa-ʾl-mulūk, I, p. 820 ; trad. Nöldeke, p. 20 et n. 3 ; trad. Bosworth, p. 16 et n. 64.

19 Robin & Ṭayrān 2012 : … w-s¹(4)tqḏw kl ʾʿrb Mʿdm[ w-H]grm w-H̲ṭ w-Ṭym w-Yṯrb w-Gz(m).

20 Les arguments en faveur de cette identification sont développés dans Robin & Prioletta 2013, p. 139-141. Traditionnellement, on localisait al-Khaṭṭ à al-Qaṭīf, une bourgade côtière située à 110 km au nord d’al-ʿUqayr. Mais cette hypothèse ne s’accorde pas avec une donnée de l’historien arabo-islamique Al-Balādhurī qui distingue al-Qaṭīf et al-Khaṭṭ lors d’un partage territorial (Futūḥ, texte p. 81, traduction, p. 124). On peut ajouter qu’il est plus logique de situer le port de Hajar à al-ʿUqayr, éloigné de 55 km, plutôt qu’à al-Qaṭīf (l’hypothèse précédemment retenue), à 120 km. L’objection selon laquelle al-ʿUqayr n’avait pas livré de vestiges antiques est désormais levée (Al-Moghannam 2000, p. 79).

21 Au Yémen, le substantif hajar (hgr dans les langues sudarabiques préislamiques) qui signifie « ville, bourg » se trouve dans de nombreux toponymes, par exemple Hajar Kuḥlān, l’antique Tamnaʿ (Tmnʿ).

22 Sima 2002 ; Robin & Prioletta 2013, p. 149-153.

23 Robin 1974, p. 115-118.

24 Al-Saʿīd à paraître.

25 Sur ce royaume (sources, archéologie, chronologie etc.), se reporter en dernier lieu à Schuol 2000. Une liste des souverains est donnée par le sommaire p. 7.

26 Robin 1974, p. 115-118.

27 Puech 1998 ; Healey & Bin Seray 1999-2000.

28 Robin & Prioletta 2013, p. 153.

29 Robin & Prioletta 2013, notamment p. 153-159 et 165-171.

30 Robin & Prioletta 2013, no 3, 4, 5, 6 et 8, p. 167-171.

31 La restitution de Grḍ se fonde sur l’invocation qui se lit à la fin de l’inscription : « [avec Sha]ms,(4) la Déesse, Celle qui est aux Cieux, Fils-de-Mlkyʾ, Fille-de-Mlkyʾ et les divinités de Grḍ, avec ʿA(5)thtar et Al<ma>qah, avec dhāt Ḥimyam et avec dhat Nashqum », [b-S²]ms¹ (4) w-hn-ʾlt-w-ḏt-b-S¹mwy (w-B)[r](mlkyʾ) w-Btmlkyʾ w-ʾlht Grḍ (w)-b (ʿ)(5)ṯtr w-ʾl<m>qh w-b-ḏt Ḥmym w-b-ḏt Ns²qm

32 Robin & Prioletta 2013, p. 161.

33 Callot 2010, p. 398-400.

34 Huth 2010 a, p. 44-45, no 106 et 106 a (tétradrachmes) et 107-108 (oboles) ; Potts 1991, no 46-50, p. 30-31, cinq oboles provenant de Thaʾj (1) et du jabal Kanzān (4) ; Potts 1994, no 8-11, p. 13, quatre oboles provenant du jabal Kanzān (2) et d’al-Mulayḥa (2). Dans son étude des « alexandres arabiques », Carmen Arnold-Biucchi ne traite pas de ce type (1991).

35 Robin & Prioletta 2013, p. 161. 

36  Huth 2010 b, p. 111-112, Huth 2012, p. 342-346.

37 Robin 2012, p. 79-80 ; Robin & Prioletta 2013, p. 160-161.

38 La date du trésor d’al-Baḥrayn est problématique parce que les 292 tétradrachmes d’argent qu’il contenait sont tous des monnaies locales : trois avec le nom de Shams ; 212 avec un shīn vertical ; soixante-dix-sept avec la légende « Abīʾēl… ». On a d’abord situé son enfouissement entre 245 et 215 (Le Rider 1989, p. 250-251) ; aujourd’hui, Olivier Callot (2010, p. 393) opte pour 140 av. è. chr. environ.

39 Cabinet des Médailles, acquisition 1964 : voir Callot 1990, p. 226.

40 Huth 2010 a, p. 44, « Thaj/Gerrha (?) ».

41 Callot 2010, p. 398.

42 Huth 2010 a, p. 44.

43 Huth 2010 a, no 104-105, p. 42-43 ; Potts 1991, no 53-56, p. 33, quatre oboles provenant du jabal Kanzān ; Potts 1994, no 12-13, p. 14, deux oboles provenant du jabal Kanzān. Voir aussi Arnold-Biucchi 1991, p. 104-105.

44 Le Rider 1989, p. 250 ; Callot 2010, p. 384-385. Le premier trésor (répertorié par les numismates sous le numéro IGCH 1767) contenait treize tétradrachmes : un d’Antiochos III (atelier de Suse) et douze imitant ceux d’Alexandre avec un shīn horizontal. Le second trésor (auquel Olivier Callot donne le sigle CH 8.342) se composait de seize monnaies, dix tétradrachmes et six drachmes : quatre tétradrachmes séleucides de l’atelier de Suse (un de Séleucos II et trois d’Antiochos III), quatre tétradrachmes au shīn horizontal, deux tétradrachmes avec la légende Abīyathaʿ à la place d’Alexandrou et six drachmes également d’Abīyathaʿ.

45 Selon Olivier Callot (2010, p. 385), ce sont « some tetradrachms [and] a unique drachm ».

46 Potts 1991, no 53-56, p. 33. Olivier Callot (2010, p. 386) mentionne Thaʾj par erreur.

47 Huth 2010 a, p. 48-49, séries au shin vertical, no 111-112 (tétradrachmes) et 113-114 (oboles) ; Potts 1991, no 57-74, p. 34-36, dix-huit oboles provenant de Thaʾj (2), ʿAyn Jawān (1), Mine de sel (1) et « al-Shaʾba » (2) en Arabie séoudite, et al-Dūr dans les Émirats arabes unis (9) ; Potts 1994, no 15-48, p. 16-19, trente-quatre oboles provenant du jabal Kanzān (11), d’al-Hufūf (9) et de la Mine de sel (1) en Arabie séoudite et d’al-Mulayḥa (13) dans les Émirats arabes unis. « al-Shaʾba » est situé par Daniel T. Potts (1991, carte p. 10) à mi-chemin entre le jabal Kanzān et al-Hufūf. Voir aussi Arnold-Biucchi 1991, p. 102-104.

48 Potts 1991, p. 34 ; 1994, p. 15, 16, 17 et 18-19.

49 Le Rider 1965, p. 201, no 495, et pl. XLV, 495, 1-4. Ce trésor, qui se compose de quatre-vingt-trois tétradrachmes et de quatorze drachmes (avec un doute sur le dernier nombre) « a été enfoui probablement dans la seconde moitié du iie siècle ou au plus tard au début du ier siècle av. J.-C. » (ibid., p. 246).

50 Callot 1990, p. 226.

51 Huth 2010 a, p. 50-51 ; Potts 1991, p. 18, qui recensait alors dix-neuf exemplaires provenant de Mektepini (un tétradrachme), Gordion (un tétradrachme), Faylaka (deux tétradrachmes, six drachmes, une demi-drachme et une monnaie de poids inconnu), Thaʾj (un tétradrachme), jabal Kanzān (deux monnaies de poids inconnu) ou sans provenance connue (deux tétradrachmes, une drachme et une monnaie de poids inconnu) ; Potts 1994, p. 9-10, qui ajoute cinq monnaies provenant du jabal Kanzān (une drachme et deux oboles), al-Hufūf (une obole) et al-Mulayḥa (une obole). Voir aussi Arnold-Biucchi 1991, p. 105-106.

52 Georges Le Rider (1989, p. 250) ne mentionnait que six drachmes.

53 Callot 2010, p. 385, 399.

54 Le Rider 1965, no 497/1 et 2, p. 201-202 et pl. XLV ; Robin 1974, p. 87-88 et pl. I, 3 ; Huth 2010 a, p. 52-53 ; Callot 2010, p. 393-394 ; Robin & Prioletta 2013, p. 132-133. Voir aussi Arnold-Biucchi 1991, p. 106-107.

55 On peut observer également que, sur les franges désertiques du Yémen, il est habituel qu’un même nom propre soit utilisé comme toponyme et comme ethnonyme : les exemples les plus notables sont Nagrān et Ṣirwāḥ, qualifiés aussi bien de « ville » (hgr) que de « commune (tribu sédentaire) » (s²ʿb). Mais on manque d’éléments pour affirmer qu’il en allait de même avec Hagar.

56 Dussaud 1936, avec un croquis qui situe « Chaulatéens et Agræens » à « Doumah (al-Djôf »).

57 Voir notamment Callot 2010, p. 399, et Huth 2010 a, p. 50.

58 Robin & Prioletta 2013, p. 134 et passim.

59 Callot 2010, p. 399, retient : « mid-2nd c. BCE » ; Huth 2010 a, p. 52, propose « c. 150-100 BCE ».

60 Selon Georges Le Rider (1965, p. 202), les deux exemplaires de Suse, qui ont probablement « circulé assez longtemps avant d’être thésaurisés », pourraient donc dater de la fin du iiie s.

61 Huth 2010 a, p. 54-63 attribue cette série à la « Oman Peninsula, Mleiha (?) » et distingue : les séries au nom d’Abīʾēl fille de Baglan (c. 200 av. è. chr.) ; les séries au nom d’Abīʾēl fille de Labash (c. 150 av. è. chr.) ; les imitations d’Abīʾēl fille de Baglan et d’Abīʾēl fille de Labash (iie-ier s. av. è. chr. ?) ; les imitations très grossières de date encore plus basse (ier s. è. chr. ?). Voir aussi Arnold-Biucchi 1991, p. 107.

62 Macdonald 2010, notamment p. 409 et 413.

63 Huth 2010 a, no 118-120 (légende ʾbʾl brtbgln).

64 Altheim & Stiehl 1968, p. 95 et fig. 38 (p. 484).

65 Callot 2010, p. 400 ; Huth 2010 a, p. 54-63.

66 Arnold-Biucchi 1991 distingue deux « vastes groupes » (p. 101) : cinq séries en bon argent, de poids attique, datées de la seconde moitié du iiie s. av. è. chr. (p. 101-108 ; ici les types 2-6) ; les émissions dégradées d’argent et de bronze de date postérieure (p. 108-110).

67 Callot 2010, p. 400.

68 Callot 2010, p. 399.

69 Nous reprenons ici un certain nombre d’observations déjà faites dans Robin & Prioletta 2013, mais réorganisées de manière à dégager une conclusion plus claire. Cette nouvelle présentation est le résultat de discussions avec Alessia Prioletta.

70 Robin 2003.

71 Robin & Prioletta 2013, p. 146-140.

72 Le ghayn du sémitique se transcrit régulièrement par un gamma : voir Ḡzh/Ḡzt qui donne Gaza.

73 A-20-216, inscription no 3 dans Robin & Prioletta 2013, p. 167.

74 CSAI I, 16 = MuB 522, inscription no 8 dans Robin & Prioletta 2013, p. 171.

75 Communications à Londres en juillet 2007 au Seminar for Arabian Studies et à Rome en juin 2008 aux Rencontres sabéennes.

76 Prioletta 2011.

77 Voir Robin & Prioletta 2013, p. 173-174 (Routes d’Arabie, no 136). Séleucie du Tigre est la seule Séleucie où des caravaniers yéménites puissent raisonnablement se rendre à une date qui serait le ier s. av. è. chr.

78 On aurait plutôt attendu Ṣlqy et Ṣlq : dans la transcription des noms étrangers, les langues sémitiques optent le plus souvent pour les consonnes emphatiques, comme en arabe dans Qayṣar, qaṣr ou ṣirāṭ pour le latin « Cæsar », « castrum » ou « stratum », mais ce n’est pas systématique.

79 Callot 2010, p. 385.

80 Lammens 1911.

81 Schuol 2000, p. 7.

82 Al-Ansary 1981.

83 Diverses inscriptions datant du règne de Téglat-Phalasar III rapportent que trente-cinq tribus araméennes établies en Babylonie, notamment les Ḫaggarānu, se sont rebellées et ont été conquises par les Assyriens : « From the beginning of my reign until my 17th regnal year, the (tribes of) … … Li’tau, Marusu, Amatu, Hagaranu … … – all the Aramaeans by the bank of the Tigris, Euphrates and Surappi rivers, up to Uqnu river by the shore of the Lower Sea – I captured. I defeated and despoiled them. I annexed all the Aramaeans, as many as there were, to Assyria. I placed my eunuch over them as governor » (Tadmor 1994, p. 159-161). Ici, les Ḫaggarānu sont énumérés après les ʿAmmatu ; dans les inscriptions de Sennachérib et en particulier dans celle qui relate la première campagne militaire de ce souverain, les Ḫaggarānu sont nommés avec les Nabatu et les Li’tān.

84 Cité par Potts 1990, II, p. 85-86.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Un tétradrachme au nom de Shams, acquis en 1964 (Cabinet des Médailles, Paris, mentionné dans Callot 1990, p. 226, R 4373)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustrations 2.
Légende Tétradrachme au shīn vertical (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 495, Paris 2, 3 et 4)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 3.
Légende Tétradrachme au shīn vertical (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 495, Paris 2, 3 et 4)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 4.
Légende Tétradrachme au shīn vertical (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 495, Paris 2, 3 et 4)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 5.
Légende Un tétradrachme au shīn vertical (Cabinet des Médailles, Paris, mentionné dans Callot 1990, p. 226, R 4240)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 6.
Légende Un tétradrachme au nom de Abīyathaʿ (Aberdeen), d’après Huth 2010, no 115, p. 50 et 51.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Titre Illustration 7.
Légende Un tétradrachme de Ḥārithat roi de Hagar (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 497, Paris 2 ; argent, 16,85 g) (Notice no FRBNF41838120 ; Image 1, IFN-10305727, droit ; Image 2, IFN-10305727, revers)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 8.
Légende Un tétradrachme d’Abīʾēl (trésor de Suse no 5 ; Le Rider 1965, no 498, Paris 2 ; argent, 16,77 g) (Notice no FRBNF41838122 ; Image 1, IFN-10305729, droit ; Image 2, IFN-10305729, revers)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Illustration 9.
Légende Un tétradrachme d’Abīʾēl, acquisition Seyrig 1973.1.446 (argent, 16,49 g) (Notice no FRBNF41838121 ; Image 1, IFN-10305728, droit ; Image 2, IFN-10305728, revers)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 858k
Titre Carte 1.
Légende Le Golfe Arabo-persique à la veille de l’Islam
Crédits © d’après H. David-Cuny
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 2.
Légende L’Arabie et le Proche-Orient antiques
Crédits © A. Emery
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5319/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian-Julien Robin, « Gerrha d’Arabie, cité séleucide », Syria, III | 2016, 223-250.

Référence électronique

Christian-Julien Robin, « Gerrha d’Arabie, cité séleucide », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5319 ; DOI : 10.4000/syria.5319

Haut de page

Auteur

Christian-Julien Robin

Directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals