Navigation – Plan du site

Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire (1922-1929)

Olivier Picard
p. 295-305

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution de Matthieu René-Hubert, ce volume.

1Les précédentes communications ont fait ressortir le rôle capital qu’a joué l’École française d’Athènes au début de la carrière scientifique d’Henri Seyrig. Avant d’y entrer en 1922, c’est un homme jeune qui cherchait encore sa voie, qui a fait une guerre courageuse comme lieutenant d’artillerie, qui rencontre la Grèce, au hasard d’une affectation, son envoi à l’armée d’Orient sur le front bulgare en 1917 1. Ce transfert, accepté d’abord à regret, suscite une double métamorphose. D’abord la découverte de la Grèce déclenche chez lui une passion irrésistible. Cette découverte s’est faite par l’intermédiaire de l’Orient turc, un paysage qui a maintenant en grande partie disparu. Il le note à son arrivée à Thessalonique :

« Vue prestigieuse de la ville, de ses remparts et de ses minarets […] l’on voyait les remparts grimper jusqu’à l’acropole, contenant la foule des maisonnettes de la ville, d’où s’élançaient les minarets blancs. Et dehors, devant le rempart, la campagne nue, sans une maison [...]. Le changement des heures, les variations de la lumière sur cette vue merveilleuse, où semblait vivre d’une vie vraie toute la poésie d’une miniature, me conquirent définitivement … ».

  • 2 Survol en date du 3 juillet 1917 et des jours suivants. Seyrig parle d’une « profonde impression », (...)

2La lumière, les paysages, le spectacle de cette société non européenne qui vit à Thessalonique, tout le fascine 2. Même réaction quelques années plus tard quand il découvre Kavalla :

  • 3 Lettre à sa mère du 29 avril 1923.

« je me levai dès l’aube pour aller parcourir les quartiers turcs, groupés dans les anciens murs de la ville sur un rocher qui avance dans la mer. Je n’ai jamais rien vu d’aussi pleinement turc en Macédoine : presque tout le monde porte le fez ou le turban, les mosquées sont nombreuses et très fréquentées ; sur les fontaines et sur les monuments sont dessinées de belles inscriptions turques ; et les maisons sont du type turc, carrées, à un seul étage avec un toit bas à quatre versants, peintes en blanc ou en bleu lessive, avec beaucoup de fenêtres à encadrement noir et petits carreaux. Les moucharabiehs sont devenus rares, de même que les femmes ne se voilent guère dans la rue […]. Mais ce qu’il y a de plus intéressant, une grande école de théologie construite par Méhémet-Ali, pacha d’Egypte né à Cavalla […] » 3

  • 4 V. Bérard apparaît dans le Survol, dans une note en date du 15 janvier 1918 : « Mon oncle de Lacro (...)
  • 5 Lettre à son père du 22 février 1918.

3Il décide alors de faire sa vie dans ce monde. Une rencontre avec Victor Bérard 4, que connaissait son grand-oncle, le conforte dans l’idée qu’il est possible d’entrer à l’École d’Athènes, qu’il avait découverte entretemps. Reste à faire admettre ce projet à son père, ce qui ne fit pas sans peine 5, et à en payer le ticket d’entrée, apprendre le grec, au prix d’un travail sans relâche qui lui permet d’être reçu à l’agrégation de grammaire. Sitôt agrégé, il est admis à Athènes.

  • 6 Fougères 1927, p. 162.

4C’est là, dans ces années 1922-1929, que se produit la seconde métamorphose : sa personnalité le fait émerger au premier rang du petit groupe des membres de l’École d’Athènes (que j’appellerai l’École). Ce jeune Athénien (c’est le titre des membres) aurait dû rester trois ans, durée normale du séjour. Certes, en fonction des programmes des fouilles et aussi de la rareté des candidats, les directeurs successifs pratiquent ce que G. Fougères appelle le « rengagement de vétérans » 6. Cependant, rester à Athènes un total de sept années, être nommé — en 1928, pour un temps très bref — secrétaire général de l’École, c’est exceptionnel. Et d’Athènes, il repart non pour la France et l’Université, ce qui est l’itinéraire normal suivi par ses camarades, mais dans la direction opposée, vers « l’Orient », pour entrer de plain-pied dans le rôle dans lequel il sera désormais connu de tous, pour s’installer dans le pays et dans les fonctions qui le mettent au premier plan de l’histoire de la redécouverte du Proche-Orient. Bref, il est d’ores et déjà l’homme que sa réputation maintenant précède et que ce colloque cherche à mieux connaître.

5Je ne prétends évidemment pas expliquer cette mutation, mais du moins je voudrais essayer de marquer l’originalité de l’homme et de sa démarche, en analysant les qualités propres de cet « Athénien peu ordinaire », en le replaçant dans cette petite ruche bourdonnante de « chercheurs » (le mot n’est pas encore employé à ce moment) qu’est l’École française d’Athènes. Je le situerai d’abord parmi ses camarades, puis dans l’institution ; nous le suivrons dans ses premiers travaux, nous scruterons ses curiosités, ses préférences.

  • 7 Sur l’École de ces années, on trouvera des informations dans BCH 1996. Voir aussi Schmid 1996.
  • 8 Viviers 1996, p. 181-184.
  • 9 Picard 1920 ; Homolle 1922.
  • 10 La liste des membres par année d’entrée (1846-1946) se lit sur la figure de frontispice de Demange (...)

6À la mi-mars 1923, après le voyage traditionnel en Italie et le séjour à la Villa Médicis, Henri Seyrig arrive dans la maison de la rue Didot, où les membres sont installés dans le « pavillon des membres » 7, à côté de la maison du directeur à laquelle ils sont réunis par la bibliothèque, au voisinage de l’annexe destinée aux membres étrangers, belges, hollandais, suisses, danois, ou autres, à une époque où le français est encore très largement une langue scientifique internationale 8. L’École se remettait en ordre de marche après l’interruption de la guerre 9. H. Seyrig y trouve quatre « anciens » et il y accueillera six autres 10. La règle veut que tous soient célibataires et donc qu’ils partagent une vie commune, entrecoupée de nombreux voyages et des séjours sur les sites. Seyrig a lié une amitié durable avec plusieurs d’entre eux, notamment Louis Robert, avec qui il échangera toute sa vie une longue correspondance, mais aussi Georges Daux, qui lui avait donné des leçons de grec à Paris, ou Fernand Chapouthier, pour ne citer que quelques noms. Il ne les quittera jamais complètement et sept d’entre eux, sur dix, le retrouveront plus tard dans notre Compagnie, entre les murs de l’Institut.

  • 11 Lemerle 1975.

7Et pourtant, ce nouvel arrivé, très soucieux de son élégance, comme le montre une photo sur le balcon du pavillon des membres (ill. 1), au caractère assez vif, paraît bien différent de ses camarades. Par sa formation d’abord. Tous sont normaliens, ou presque : si Jean Charbonneaux n’est pas passé par la case Rue d’Ulm, c’est qu’il était en khâgne quand la Grande Guerre éclate ; quant à Pierre de La Coste Messelière, ce gentilhomme de la science, comme le définira Paul Lemerle (un autre Athénien, à peine plus jeune) 11, c’est la tradition familiale qui explique qu’il ait suivi une voie différente, mais elle aussi dès le début nourrie de grec, alors que Seyrig — qui s’est défini comme un médiocre écolier — note pendant sa campagne en Macédoine son « regret d’ignorer le grec », qu’il ne commence à étudier qu’en 1919.

Illustration 1.

Illustration 1.

Henri Seyrig à l’École française d’Athènes (1923)

© Archives Seyrig

  • 12 Fougères 1923, p. 264-265.
  • 13 Lettre à son père du 22 mars 1923.
  • 14 Lettre à sa mère du 7 mars 1923.

8Par le cheminement de leur vocation ensuite. C’est l’amour de la littérature grecque, l’admiration des grands marbres classiques, selon une tradition venue de Winckelmann, qui les avaient attirés à Athènes. L’esthétique — l’esthétique classique — joue un rôle majeur dans leur vocation : ils cherchent à retrouver le Beau dont les Anciens avaient percé les mystères. Ils y sont encouragés par les jugements que les membres de notre Académie portent sur leurs travaux. Déplorant la médiocrité du matériel étudié, un ancien directeur de l’École note que l’auteur avait été « privé du plaisir d’admirer » 12. Henri Seyrig a lui aussi un goût très vif pour l’art, surtout pour le dessin et la peinture dont il apprécie les expressions les plus variées, les plus modernes aussi. Est-ce le fruit de l’intérêt que, dans son enfance, il portait aux plantes dont il faisait des herbiers ?, est-ce l’exercice que pratiqua le jeune artilleur pour analyser les plans successifs du relief — on lui doit des relevés de positions qui montrent son talent d’aquarelliste — ?, il apparaît particulièrement sensible aux couleurs, à la végétation, au paysage. Dans le récit d’une visite à Rhamnonte au début de son séjour 13, il note certes la présence des monuments antiques mais il s’attarde plus sur les couleurs du paysage méditerranéen (qu’il avait découvertes lors d’une brève affectation en Algérie pendant la guerre), si différent de ceux de son enfance. Déjà, de son voyage en Italie, il retenait « Paestum […] et Orvieto [qui] m’apparaissent aujourd’hui comme de magnifiques unités, où le paysage, le monument, les idées se fondent pour former un seul contour et devenir presque pour moi des symboles » 14. Réaction comparable à son arrivée à Corinthe :

  • 15 Lettre à sa mère du 14 mars 1923.

« Au lever du soleil, nous arrivons devant Corinthe, la mer était plus calme, et les rayons du soleil ne faisaient qu’effleurer le paysage ; c’était un admirable coup d’œil : l’Acrocorinthe comme un rocher immense et escarpé, et entre lui et la mer où nous passions, une petite plaine couverte de blé vert vif, au milieu de laquelle étaient groupées sans ordre les maisons blanches du vieux Corinthe, avec quelques cyprès et quelques arbres sombres ; au fond s’élevaient des montagnes neigeuses, et au premier plan c’était le bleu de la mer. Tout cela m’enchantait et me faisait retrouver d’un seul coup tout ce que j’avais aimé à Salonique » 15.

9C’est aussi un amateur de littérature qui lit beaucoup, les grands écrivains de son temps, des poètes, et qui se fait envoyer des livres récents mais qui ne consacre pas ses loisirs à lire ou relire les grandes œuvres de l’Antiquité (sauf le Manuel d’Épictète, cité pendant la guerre).

  • 16 Lettre à son père du 16 mai 1924.
  • 17 Lettre à son père du 7 novembre 1928.

10Un autre point me paraît le distinguer de ses camarades, propre à attirer l’attention de ses directeurs successifs. Ici encore, je serais bien incapable de discerner la part de l’héritage familial transmis par ces industriels du textile et l’acquis procuré par les responsabilités d’un lieutenant d’artillerie, chargé de plusieurs dizaines d’hommes et parfois d’une batterie entière, de son approvisionnement et de sa logistique. Seyrig montre, notamment dans le récit de ses discussions avec le contremaître de Thasos, Polygnote, pour l’embauche des ouvriers, le montant de leur salaire quotidien, un esprit pratique et un sens de la gestion qui n’étaient pas l’apanage commun. Il conclut le récit d’une négociation par cette remarque : « la fouille de l’acropole ne vaut vraiment pas davantage » 16. Il sait aussi, après examen, prendre une décision (le mot revient souvent dans ses écrits), et s’y tenir. Commentant quelques années plus tard ses fonctions de secrétaire général, il note que « le travail scientifique est intéressant, malgré les papiers, les électriciens, les domestiques… De toutes les places que peut m’offrir l’Université, il n’en est aucune où je jouisse jamais de l’indépendance et de la facilité que je trouve ici. » Et il conclut qu’il gère les « questions administratives et financières pour l’avenir de l’École et la transformation heureuse du secrétariat en ‘un poste scientifique’ » 17.

  • 18 Haussoulier 1925, p. 92.
  • 19 Lettres à sa mère du 14 mars 1923 et à son père du 15 mars, où il ne voudrait pas « que la chose s (...)
  • 20 Knoepfler 1996, p. 289-292.
  • 21 Marcadé 1969.
  • 22 Survol, dans l’été 1923.

11En revanche, il est clair qu’il n’est pas vraiment attiré par l’Université. À l’époque, les membres avaient trois obligations : participer aux fouilles sur les sites de l’École, préparer les deux mémoires qu’ils devaient à l’Institut, dont le sujet devait être en relation directe avec leur séjour en Grèce 18, mais aussi — et ceci était capital pour leur retour en France — choisir, de préférence dans le matériel inédit des fouilles de l’École, le sujet auquel ils consacreraient par la suite leur magnum opus, la thèse d’État qui leur permettrait d’accéder à une chaire professorale. Seyrig remplit pleinement — et manifestement avec une satisfaction intellectuelle qu’il ne dissimule pas — les deux premières tâches. Il fut aussi question, dès son arrivée, de sujet de thèse. Le directeur, Charles Picard, lui suggéra un sujet d’une ampleur considérable, le corpus des sculptures trouvées dans la fouille de Délos. Seyrig en parle à l’occasion, mais il ne semble pas s’être vraiment mis au travail, en rassemblant la documentation photographique qui était nécessaire 19. Il n’en sera plus question par la suite, en particulier lors du séjour qu’il fera à Délos 20 et il faudra que le sujet soit proposé à des jeunes Athéniens de plusieurs promotions, jusqu’à ce que le regretté Jean Marcadé lui consacre son monumental Au Musée de Délos 21. Quand on lui suggérera un jour de se porter candidat à l’Université de Strasbourg, il répondit qu’il était « bien trop attaché à l’Orient » 22.

12Il est une autre obligation des membres que Seyrig remplit avec un plaisir évident, c’est le voyage, la découverte des sites antiques. Il poussera ce goût très loin, jusqu’au Proche-Orient, dans des circonstances que nous préciserons tout à l’heure.

  • 23 Voir Chatelain 1920 ; Homolle 1921, p. 27-46 ; Chatelain 1922.

13L’École d’Athènes, quand il y arrive, se rétablit des rudes effets de la guerre, qui avait entraîné l’arrêt de toute activité propre et même sa fermeture au moment de l’affaire du Pirée en 1916. Les deux tomes 39 (1915) et 40 (1916) du Bulletin de Correspondance hellénique publient encore des travaux récents de l’École, mais le volume unique 41-43, daté de 1917-1919, paru en 1921, est consacré aux Observations sur les premiers habitats de la Macédoine recueillies par le Service archéologique de l’Armée d’Orient : il s’ouvre sur une photo du général Sarrail visitant une fouille. Plusieurs anciens membres et notamment le futur directeur, Charles Picard, avaient servi dans l’Armée d’Orient, où leur connaissance de la langue et du pays les recommandait pour les services de renseignements. Il ne semble pas qu’Henri Seyrig ait été en contact avec eux à ce moment. Il faut attendre 1919 pour que le directeur et de nouveaux membres entrent en fonction et 1921 pour que le BCH reprenne sa parution régulière et que l’École retrouve le nombre canonique de six membres 23.

14Le quart de siècle qui avait précédé la guerre avait été particulièrement brillant pour elle. La « Grande Fouille » de Delphes et celle des maisons de Délos, avec les prodigieuses découvertes de leurs mosaïques, avaient attiré l’attention d’un public dépassant très largement les milieux universitaires. L’Exposition universelle de 1901 avait même accueilli, parmi les découvertes les plus significatives du xixe s., une reconstitution grandeur nature du Trésor de Siphnos et les deux sites deviennent des escales régulières des croisières, alors en plein essor. En 1919, l’ambition du directeur est à la fois de retrouver cette réputation et d’élargir les champs d’étude de l’École. Deux « grands » sites viennent enrichir son domaine scientifique, le palais minoen de Mallia et la cité de Thasos : Ch. Picard avait ouvert l’exploration systématique de celle-ci dès 1911 et son horizon, du fait de la guerre, s’élargit à Philippes. C’est à Thasos que Seyrig va déployer l’essentiel de son activité d’archéologue. Le site l’enthousiasme avant même qu’il en fasse connaissance :

« à mesure que j’étudie Thasos et ce qui concerne la Macédoine et la Péonie, je vois davantage combien il reste à faire dans cette région-là, et il est bien possible que je trouve dès mon premier voyage quelque beau sujet d’étude » ;

15et dans une autre lettre :

  • 24 Lettres à son père du 15 mars et du 8 avril 1923.

« Pour l’instant, je mets au 1er plan mon travail sur la Macédoine, ou sur Thasos, qui se prêtera bien mieux à un développement historique, ce qui est mon idéal » 24.

  • 25 Holtzmann 1994, no 6-8, p. 29-59, pl. VIII-XIV.
  • 26 Blondé, Muller & Mulliez 2000 ; Muller 2012.

16Il y est envoyé dès le printemps 1923. La recherche partait de deux monuments, le rempart, dont il fallait préciser le tracé dans la ville basse et repérer les portes qui se signalaient par de magnifiques reliefs, comme la Porte du Silène et celle de Zeus l’avaient montré dès 1911 (ill. 2-3), et d’autre part les murs où Emmanuel Miller avait trouvé en 1864 les reliefs d’Apollon Nymphagète et d’Hermès, maintenant au Musée du Louvre 25. On pensait alors qu’il s’agissait du prytanée, connu par les textes, à proximité de l’agora, donc du centre politique ; on y reconnaît maintenant le dernier état de la porte d’un rempart intérieur 26. Les deux sommets de l’acropole attiraient certes l’attention par de puissants murs de terrasse, mais les sondages déçurent les espoirs et l’exploration de ces lieux fut abandonnée.

Illustration 2.

Illustration 2.

Le relief d’Héraclès sur la porte de Dionysos et d’Héraclès à Thasos (Musée d’Istanbul)

© ÉfA

Illustration 3.

Illustration 3.

Le Silène de la porte du Silène à Thasos

© O. Picard

  • 27 Pottier 1924.

17L’École mène une fouille systématique : cela veut dire que l’objectif est de redécouvrir l’état monumental de l’Antiquité, considéré comme plus ou moins stable depuis son aménagement, jusqu’à ce qu’il soit ruiné au Moyen Âge. La recherche procède par sondages et tranchées d’exploration, afin de dégager des monuments antiques et de retrouver inscriptions et sculptures. L’archéologue établit alors une hiérarchie claire entre les découvertes. Comme l’expose E. Pottier, « l’architecture […] est en Grèce le premier des arts et la plastique elle-même lui est le plus souvent subordonnée. La sculpture et la peinture apportent un décor approprié à la construction » 27. Les rapporteurs demandent aux membres d’admirer et d’expliquer pourquoi ils admirent, en sachant décrire avec précision et dessiner ce qu’ils relèvent.

  • 28 G. Fougères, dans Haussoulier 1925, p. 93-96.
  • 29 Lettre du 26 août 1926, conservée à l’École d’Athènes, citée par Knoepfler 1996, p. 303, n. 15.
  • 30 Picard 1962, p. 134-147 ; Holtzmann 1994, p. 64-66.

18À côté de multiples sondages, on doit à Henri Seyrig deux découvertes importantes à Thasos, celle d’une porte à relief, la plus au nord du rempart maritime, et le sanctuaire de Poséidon. Il découvrit la porte dès sa première année, et étudia le relief, à vrai dire assez abîmé, dans son mémoire de deuxième année. C’est une procession de quatre divinités, menée par Hermès, le seul qui soit sûrement reconnaissable et qui donne aujourd’hui son nom à la porte. L’originalité de la scène et l’usure rendaient l’interprétation délicate, mettant d’emblée Seyrig face à ce genre d’énigmes qu’il aimera tant analyser avec précision et résoudre dans ses Antiquités Syriennes. La solution qu’il propose est d’y voir « l’ascension, le retour à la lumière, de Sémélé, ramenée des enfers par son fils Dionysos sous la conduite d’Hermès Psychopompe ». Le rapporteur, G. Fougères, ne cache pas un certain scepticisme : « les photographies nous laissent dans le royaume des ombres et il est possible que M. Seyrig les ait bien interprétées » 28. Seyrig supporte assez mal la critique 29. Mais Ch. Picard garde cette explication et le dernier exégète se refuse à conclure 30.

  • 31 BCH 1925, p. 464-465, Guide de Thasos, p. 96-98.

19La fouille du Poséidonion, sur un terrain donné par un généreux propriétaire, est un modèle des pratiques de l’École. En 1925, un sondage avait permis à H. Seyrig et A. Bon de découvrir deux autels et des inscriptions qui identifiaient le sanctuaire 31 ; tous deux reprennent la fouille en 1927, et dégagent le sanctuaire dans son intégralité. Un détail : décrivant un des autels dans son premier rapport, Seyrig notait :

« il est clair que le prêtre sacrifiait en regardant l’orient, ce qui ne laisse pas d’être caractéristique pour l’aspect du culte ».

  • 32 Bon & Seyrig 1929.

20Cette attention portée au rite suscita un point d’interrogation de Ch. Picard, et la remarque disparut de la publication de 1929. Celle-ci donne une description très précise des monuments, accompagnée de tout l’appareil nécessaire de plans, coupes et photos, ainsi que l’étude des inscriptions ; une petite trouvaille est signalée, celle d’un follis de la Tétrarchie, qui permet d’affirmer que le sanctuaire était encore fréquenté à cette époque 32. On a là une préfiguration de la méthode que Seyrig fera appliquer au Levant, par exemple pour le dégagement du temple de Palmyre ou celui d’Héliopolis.

21Ces travaux, ses premiers articles, font apparaître une volonté de rigueur dans le raisonnement, que les rapporteurs et ses directeurs soulignent tous, son refus de se laisser emporter par l’imagination. Le travail d’un de ses mémoires est ainsi défini :

« exposé net, discussion prudente et loyale, méthode irréprochable ».

  • 33 Survol, en date du 5 octobre 1919.

22Un passage de son Survol montre que ces qualités étaient déjà bien présentes dès l’année de son Diplôme d’Études Supérieures (devenu depuis le Master 1). Le sujet, l’étude de la maison homérique, lui avait été suggéré par V. Bérard. « Il s’agit, écrit Seyrig, de déduire des textes homériques les détails et surtout le plan de l’habitation. Je ne tarde pas à m’embrouiller dans les contradictions qu’impliquent les divers passages du texte, à me rendre compte qu’il faudrait, pour en décider, avoir déjà une opinion sur la constitution de ce texte. Mais les philologues eux-mêmes ne sont pas d’accord. Je m’en ouvre à Bérard, qui paraît trouver qu’un peu de volonté m’aiderait à prendre un parti, — le sien. Finalement, je décide de donner à mon mémoire la forme d’un ‘lexique des termes homériques relatifs à l’habitation’, dont la confection et la discussion m’instruisent, sans m’obliger à entrer dans des affirmations que je crois peu scientifiques » 33.

23On ne s’étonnera donc pas que, au milieu de ces travaux dans la lignée de l’École, l’originalité de Seyrig se révèle petit à petit. Il se démarque de l’hellénocentrisme esthétisant qui caractérise ses camarades. L’attitude d’Henri Seyrig est bien différente, elle s’apparente plus à celle de l’historien qui constitue — il l’écrit à plusieurs reprises — son objectif scientifique. La reconnaissance du Beau, oui, mais à condition de ne pas se laisser submerger par une émotion irrationnelle. Ses discussions avec les pensionnaires de la Villa Médicis, lors de son passage à Rome, lui permettent de mieux définir ce qu’il veut faire :

« ils n’ont pas l’esprit philosophique — on ne saurait leur en faire grief — et ne conçoivent guère que l’on regarde une œuvre du point de vue de la civilisation, de l’histoire de l’esprit humain ».

24Plus tard, dans une lettre du 7 mars 1923, il écrit :

« il n’existe qu’une manière pour moi d’envisager les faits historiques, et jusqu’à nouvel ordre je considère comme un manque de probité, en matière d’histoire, cette tendance à laisser influencer son jugement par les affections du cœur ».

  • 34 Voir la contribution de Matthieu René-Hubert, ce volume.
  • 35 Survol en apporte plusieurs confirmations.
  • 36 Seyrig 1949 = Seyrig 1986.
  • 37 Knoepfler 1996, p. 288, 301 note bien l’intérêt de Seyrig pour les monnaies de Thasos, même s’il es (...)

25Autre trait caractéristique, le goût pour les petits objets porteurs de riches informations historiques, et en premier lieu les monnaies. M. René-Hubert a montré 34 comment Seyrig avait commencé dès son passage en Algérie à acquérir des monnaies, qu’il continua de le faire lors de la campagne de Macédoine et qu’il se constitua un début de bibliothèque 35. La numismatique, qui n’avait guère figuré jusqu’à présent parmi les thèmes scientifiques de l’École, n’apparaît alors qu’à l’arrière-plan de ses premiers écrits, où est mentionné le silène des statères archaïques de Thasos (ill. 4). Mais un examen plus attentif montre qu’elle occupe une place déjà très grande. Lorsqu’il est sollicité pour participer aux Mélanges Charles Picard, quarante ans plus tard, il propose une pièce au poids exceptionnel, presque 69 g, ce qui en fait la pièce « la plus lourde que l’on ait publiée jusqu’ici », remarquable par la technique de fabrication du flan, spécimen extraordinaire du début du monnayage en Grèce du Nord. Elle fut « acquis[e] d’un émigré macédonien », Seyrig laisse au lecteur le soin de deviner par qui, la mention de l’émigré renvoyant aux échanges de populations de ces années 36. La pièce est maintenant au Cabinet des Médailles. Celui-ci lui doit également, entre autres, une riche série de monnaies de bronze de Thasos. Ces pièces sans grand pouvoir d’achat, mais indispensables pour analyser la politique monétaire d’une cité, n’intéressaient guère à l’époque les numismates (et encore moins les archéologues). La série thasienne est composée de manière à comprendre au moins un exemplaire sinon de chaque émission, du moins de chaque groupe monétaire et il en faut en conclure qu’H. Seyrig a consacré beaucoup de soin à reconstituer les séries monétaires de Thasos, sans qu’il en ait laissé trace dans ses écrits 37.

Illustration 4.

Illustration 4.

Le Silène sur un statère archaïque thasien

© O. Picard

  • 38 Seyrig 1961 = Seyrig 1985.

26Il ne se limite pas aux monnaies et occupe déjà ses moments de loisir à Athènes, comme il le fera plus tard à Beyrouth et ailleurs, à fréquenter les antiquaires de Monastiraki, dont le commerce était beaucoup plus florissant jusqu’à ce que des mesures de plus en plus protectrices du patrimoine le fassent disparaître. Il évoquera quelques années plus tard dans une note de Syria 38, à propos d’une statuette fausse, la « provenance que m’ont indiquée […] les marchands d’Athènes chez qui je la voyais, et qui allaient la vendre à un savant anglais renommé ». Cette image ne lui est jamais sortie de la mémoire et le sujet l’intrigue, « surtout à partir du moment où je me suis orienté davantage vers les antiquités de la Syrie ». Trente-cinq plus tard, il en reconnaît un autre exemplaire au musée de Boulogne-sur-Mer, où il acquiert la certitude qu’il s’agit d’un faux, sans doute fabriqué en France au xixe s.

27Monnaies et petits objets sont pour lui un bon critère pour reconnaître un archéologue. Faisant en 1922 la connaissance de Daniel Schlumberger, qu’il apprécie beaucoup et qu’il appellera à ses côtés dès le début de ses fonctions à Beyrouth, il note dans son Survol :

« Daniel vient me voir. Il me plaît beaucoup. Je lui montre des monnaies grecques, mais il n’a aucune réaction devant l’objet, et je vois tout de suite que ce sera plutôt un historien qu’un archéologue ».

28La phrase paraît très caractéristique des curiosités scientifiques et de la méthode du jeune Athénien : il ne récuse pas l’histoire, dont il se réclame à plusieurs reprises, mais il entend la nourrir par l’étude directe des documents eux-mêmes, en particulier des petits objets inscrits, que lui apporte l’archéologie et dont il tire les informations incontestables qui lui permettent de rectifier ces grandes synthèses dont il se méfie.

29Il est une forme de l’histoire qui a très tôt et très vivement passionné H. Seyrig, c’est l’histoire des religions : il y développe un intérêt marqué par un point de vue résolument rationaliste, qui va de pair avec un agnosticisme affiché à plusieurs reprises : très jeune il ne cache pas ses réticences devant l’éducation, les pratiques religieuses. Au moment de la découverte de la Grèce, à Thessalonique, il écrit dans le Survol :

« Je faisais venir mes premiers livres d’archéologie et d’histoire des religions : il se trouva que ce furent ceux de Salomon Reinach, et d’abord son Orpheus. Au départ de Salonique, j’avais dévoré ses Cultes, mythes et religions avec plus d’enthousiasme que de compétence, et ma décision était prise ».

30Les pratiques religieuses, les images qu’elles produisent, les rites et leurs manifestations sociales sont pour lui, comme les paysages de la Grèce, la meilleure voie d’accès à ce monde étranger auquel il entend se consacrer pleinement.

  • 39 Seyrig 1927 = Seyrig 1985, p. 527-584.
  • 40 Typique est sa réponse à J. Pouilloux, que rapporte Knoepfler 1996, p. 288.

31Nous l’avons vu, son premier mémoire à l’Institut était consacré à l’exégèse d’un relief de Thasos, où il avait reconnu une scène mythologique. Le second traite de Quatre cultes de Thasos, quatre divinités en particulier, surtout Héraclès, sous ses deux aspects de héros grec, à qui l’on offre des sacrifices infernaux, et de grand dieu syrien, et à côté Dionysos Sabazios, dieu dont il affirme l’origine thrace auquel, à Thasos, sont associés le cavalier thrace et les dieux égyptiens 39. À chaque fois, ce qui l’intéresse, ce sont les influences des peuples non grecs sur les cultes de la cité. On pourrait répartir les membres de l’École qui ont travaillé à Thasos en deux catégories : ceux qui ne veulent y voir que la cité grecque et ceux qui estiment que Thasos est incompréhensible si l’on ne tient pas compte de ses échanges avec les Thraces ; Seyrig se range incontestablement parmi ceux-ci 40. Un passage le montre bien : soulignant « le bouillonnement du sentiment religieux, que marque à Thasos aussi bien que dans la région pangéenne l’activité considérable des thiases dionysiaques », il conclut un peu plus loin :

  • 41 Seyrig 1927, p. 214-216 = Seyrig 1985, p. 563-565.

« On ne peut douter que le culte thasien ne soit le successeur direct du vieux culte édone (tribu thrace) de l’île, donc avant l’arrivée des Pariens » 41.

32Évoquant alors la scène de l’enlèvement de la ménade sur les statères du début du monnayage thasien, il célèbre « tant de verdeur, de rude mythologie […] ; c’est donc bien une mythologie thrace ».

  • 42 Fossey & Perdrizet 1897.
  • 43 Perdrizet 1898, 1912, 1914.
  • 44 Perdrizet 1903, 1904.
  • 45 Perdrizet 1910.

33L’hypothèse que le culte de Dionysos viendrait de Thrace, que le dieu ne serait qu’une version grecque de Sabazios, de même que certaines expressions comme « la région pangéenne » renvoient à quelqu’un qui a exercé une très forte influence sur Henri Seyrig. C’est Paul Perdrizet (1870-1938), dont il fait la connaissance dès le début de son séjour à Athènes. Celui-ci a été membre de l’École d’Athènes, a participé à la fouille de Delphes, dont il a publié les Petits bronzes, terres cuites, antiquités diverses. Il a voyagé en Macédoine et en Thrace, publiant récits de voyages et notes consacrées à Géta roi des Édones, à Scaptè hylé, etc. Dès avant la guerre, il a également voyagé à Chypre, au Proche-Orient, dont il donne le compte rendu dans un « Voyage dans la Syrie du Nord » 42, recueillant inscriptions, statuettes et monuments figurés, tuiles timbrées : on croirait une première version des futures Antiquités syriennes. Perdrizet s’intéresse également à l’histoire des religions, en Grèce et ailleurs : à côté de plusieurs études sur Némésis 43 ou sur Hermès criophore 44 (qui sont une série de notes plus ou moins longues) ou sur des reliefs divers, on trouve un mémoire sur le dieu Mên, en Asie Mineure, des « Documents du xviie siècle relatifs aux Yazidis », un groupe religieux kurde, ou même une étude sur la « Vierge de Miséricorde ». Petits objets, paysages lointains, vie religieuse, nous rencontrons par avance tous les thèmes qui séduiront Seyrig. Un livre mérite une attention particulière, les Cultes et Mythes du Pangée 45, que Perdrizet publie en 1910. L’introduction commence par une sentence bien frappée :

« Le Pangée compte parmi les cimes sacrées d’où se sont répandues sur le monde ancien des effluves mystiques, des ferments religieux dont l’action, pour impondérable qu’elle soit, ne saurait être niée ».

34On a vu qu’H. Seyrig adoptera très largement ce point de vue, qui était très nouveau à l’époque.

35À l’énumération des rapprochements qu’on peut établir entre ces pages et les écrits thasiens de Seyrig, je préfèrerai l’éloge que celui-ci fit très tôt de son maître :

  • 46 Lettre à sa mère, 19 avril 1923.

« À propos de Perdrizet, j’ai beaucoup utilisé ses travaux, ces temps derniers, tant ceux sur la numismatique que ceux sur la Macédoine en général. Et plus je vais, plus je vois sa valeur comme archéologue. Tout ce qu’il fait est surtout extraordinairement intelligent : c’est là un mot banal, mais une chose plus rare qu’on ne croirait chez les archéologues » 46.

  • 47 Voir la contribution de Samuel Provost, ce volume.

36Il ne fait pas de doute qu’une vive sympathie s’est établie d’emblée entre les deux hommes. Perdrizet proposa tout de suite à Henri Seyrig de l’accompagner au Liban et en Syrie. Samuel Provost en parle de son côté 47 et je n’y reviendrai pas.

37La rencontre avec Paul Perdrizet et le départ progressif vers Beyrouth nous font quitter l’École d’Athènes. Mais l’expérience athénienne et sa propédeutique vers les civilisations voisines du monde grec furent décisives pour Henri Seyrig. En 1952, quand il reçut le jeune Georges Le Rider que le directeur de la Rue d’Ulm lui avait recommandé afin de le guider dans sa vocation de numismate, c’est sans aucun doute sa propre histoire, l’expérience qu’il y vécut qui remontent à sa mémoire quand il lui dit :

  • 48 Voir la contribution de François de Callataÿ sur Georges Le Rider, ce volume.

« Allez à Athènes : passez-y [des] an[née]s qui marqueront vos souvenirs plus tard et vous inspireront beaucoup » 48.

Je remercie très vivement M. Duncan Youngerman, petit-fils d’H. Seyrig, de m’avoir donné accès à la correspondance de son grand-père. J’ai dépouillé toutes les lettres des années 1920 à 1931 et fait des recherches sur celles des années de guerre : j’y renvoie sous la forme « Lettre à … et la date ». J’ai également utilisé les notes autobiographiques qu’H. Seyrig avait réunies et dont D. Youngerman a tiré une édition dactylographiée, Henri Seyrig, Survol 1895-1951. J'y renvoie sous le titre Suvol.

Haut de page

Bibliographie

Blondé (F.), Muller (A.) & Mulliez (D.) 2000 « Le passage des Théores à Thasos : une énigme résolue ? », CRAI, p. 885-908.

Bon (A.) & Seyrig (H.) 1929 « Le sanctuaire de Poséidon à Thasos », BCH 53, p. 317-350.

Chatelain (L.) 1920 « Rapport sur l’École d’Athènes », CRAI, p. 89-92.

Chatelain (L.) 1922 « Rapport sur l’École d’Athènes », CRAI, p. 63-79.

Demangel (R.) 1946 Centenaire de l’École française d’Athènes (BCH 70, Suppl.), Paris, De Boccard.

BCH 1925 « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques », BCH 49, p. 434-465.

BCH 1996 Cent cinquantenaire 1846-1996 (BCH 120), Paris, De Boccard.

Guide de Thasos Guide de Thasos (Sites et monuments 3), Paris, De Boccard, 2000.

Fossey (C.) & Perdrizet (P.) 1897 « Voyage dans la Syrie du Nord », BCH 21, p. 66-91 et 165-166.

Fougères (G.) 1923 « Rapport sur l’École d’Athènes », CRAI, p. 264-165.

Fougères (G.) 1927 « Rapport sur l’École d’Athènes », CRAI, p. 153-166.

Haussoulier (B.) 1925 « Rapport sur l’École d’Athènes », CRAI, p. 91-101.

Holtzmann (B.) 1994 La sculpture de Thasos, Corpus des reliefs, I. Reliefs à thème divin (Études thasiennes 15), Paris, De Boccard.

Homolle (Th.) 1921 « Rapport sur l’École d’Athènes », CRAI, p. 27-46.

Homolle (Th.) 1922 « Rapport sur les Écoles françaises d’Athènes et de Rome », CRAI, p. 162-179.

Knoepfler (D.) 1996 « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », BCH 1996, p. 285-309.

Lemerle (P.) 1975 « Allocution du Président », CRAI, p. 8-11.

Marcadé (J.) 1969 Au Musée de Délos, Étude sur la sculpture hellénistique découverte dans l’île (BÉFAR 215), Paris, De Boccard.

Muller (A.) 2012 « Mutations et permanence architecturale au cœur de Thasos (viiie s. av. J.-C., viie s. ap. J.-C.), CRAI, p. 1855-1889.

Perdrizet (P.) 1898 « Némésis », BCH 22, p. 599-602.

Perdrizet (P.) 1903 « Hermès criophore », BCH 27, p. 300-313.

Perdrizet (P.) 1904 « Hermès criophore », BCH 28, p. 435.

Perdrizet (P.) 1910 Cultes et Mythes du Pangée (Annales de l’Est 24/1), Paris / Nancy, Berger-Levrault.

Perdrizet (P.) 1912 « Némésis », BCH 36, p. 248-274.

Perdrizet (P.) 1914 « Némésis », BCH 38, p. 69-100.

Picard (C.) 1920 « L’École française d’Athènes de 1914 à 1919 », BCH 44, p. i-xxvi.

Picard (C.) 1962 Les Murailles, I. Les portes sculptées à images divines (Études thasiennes 8).

Pottier (E.) 1924 « Rapport sur l’École d’Athènes », CRAI, p. 105-111.

Schmid (M.) 1996 « Les bâtiments de l’École française d’Athènes et leur évolution », BCH 1996, p. 127-151.

Seyrig (H.) 1927 « Quatre cultes de Thasos », BCH 51, p. 178-233 et p. 369-373.

Seyrig (H.) 1949 « Double octodrachme de la Chalcidique », Mélanges d’archéologie et d’histoire Charles Picard (RA), Paris, PUF, p. 968-970.

Seyrig (H.) 1961 « Sur une fausse antiquité d’Antioche », Syria 38, p. 346-348.

Seyrig (H.) 1985 Scripta Varia (BAH 125), Paris, P. Geuthner, p. 523-524.

Seyrig (H.) 1986 Scripta Numismatica (BAH 126), Paris, P. Geuthner, p. 1-3.

Viviers (D.) 1996 « Un enjeu de politique scientifique : la Section étrangère de l’École française d’Athènes », BCH 1996, p. 173-190.

Haut de page

Notes

1 Voir la contribution de Matthieu René-Hubert, ce volume.

2 Survol en date du 3 juillet 1917 et des jours suivants. Seyrig parle d’une « profonde impression », puis, à son retour à Toulon, en date du 30 décembre, de l’« évolution qui s’est faite en moi pendant la campagne d’Orient. Milo, Salonique me frappent si vivement, que je n’ai plus le désir de vivre ailleurs qu’en Grèce ».

3 Lettre à sa mère du 29 avril 1923.

4 V. Bérard apparaît dans le Survol, dans une note en date du 15 janvier 1918 : « Mon oncle de Lacroix, à qui je parle de mes projets athéniens, me met en relation avec Victor Bérard, qui me dit que je puis très bien apprendre le grec et réussir à Athènes, ce qui achève de me décider ». Il sera ensuite très souvent mentionné dans des lettres envoyées de Paris, dans les années 1919-1922. On verra ci-dessous son rôle dans le choix du sujet de Diplôme d’Études Supérieures d’H. Seyrig.

5 Lettre à son père du 22 février 1918.

6 Fougères 1927, p. 162.

7 Sur l’École de ces années, on trouvera des informations dans BCH 1996. Voir aussi Schmid 1996.

8 Viviers 1996, p. 181-184.

9 Picard 1920 ; Homolle 1922.

10 La liste des membres par année d’entrée (1846-1946) se lit sur la figure de frontispice de Demangel 1946.

11 Lemerle 1975.

12 Fougères 1923, p. 264-265.

13 Lettre à son père du 22 mars 1923.

14 Lettre à sa mère du 7 mars 1923.

15 Lettre à sa mère du 14 mars 1923.

16 Lettre à son père du 16 mai 1924.

17 Lettre à son père du 7 novembre 1928.

18 Haussoulier 1925, p. 92.

19 Lettres à sa mère du 14 mars 1923 et à son père du 15 mars, où il ne voudrait pas « que la chose s’ébruitât, et vînt prématurément aux oreilles (par exemple) de M. Perdrizet ». Le 22 mars, il écrit à son père : « je finirai peut-être par m’occuper de la sculpture de Délos, bien que ce sujet paraisse moins riche à la réflexion qu’on ne me l’avait laissé croire d’abord : on n’y trouvera de nouveautés que sur quelques détails, et le fruit de l’étude sera donc assez mince ».

20 Knoepfler 1996, p. 289-292.

21 Marcadé 1969.

22 Survol, dans l’été 1923.

23 Voir Chatelain 1920 ; Homolle 1921, p. 27-46 ; Chatelain 1922.

24 Lettres à son père du 15 mars et du 8 avril 1923.

25 Holtzmann 1994, no 6-8, p. 29-59, pl. VIII-XIV.

26 Blondé, Muller & Mulliez 2000 ; Muller 2012.

27 Pottier 1924.

28 G. Fougères, dans Haussoulier 1925, p. 93-96.

29 Lettre du 26 août 1926, conservée à l’École d’Athènes, citée par Knoepfler 1996, p. 303, n. 15.

30 Picard 1962, p. 134-147 ; Holtzmann 1994, p. 64-66.

31 BCH 1925, p. 464-465, Guide de Thasos, p. 96-98.

32 Bon & Seyrig 1929.

33 Survol, en date du 5 octobre 1919.

34 Voir la contribution de Matthieu René-Hubert, ce volume.

35 Survol en apporte plusieurs confirmations.

36 Seyrig 1949 = Seyrig 1986.

37 Knoepfler 1996, p. 288, 301 note bien l’intérêt de Seyrig pour les monnaies de Thasos, même s’il est difficile d’en conclure qu’il « se souciait de jeter les bases d’un corpus de cet atelier monétaire », ou qu’il « envisageait sans doute un ouvrage d’ensemble sur l’histoire et les cultes de Thasos à travers les monnaies, bref une thèse ».

38 Seyrig 1961 = Seyrig 1985.

39 Seyrig 1927 = Seyrig 1985, p. 527-584.

40 Typique est sa réponse à J. Pouilloux, que rapporte Knoepfler 1996, p. 288.

41 Seyrig 1927, p. 214-216 = Seyrig 1985, p. 563-565.

42 Fossey & Perdrizet 1897.

43 Perdrizet 1898, 1912, 1914.

44 Perdrizet 1903, 1904.

45 Perdrizet 1910.

46 Lettre à sa mère, 19 avril 1923.

47 Voir la contribution de Samuel Provost, ce volume.

48 Voir la contribution de François de Callataÿ sur Georges Le Rider, ce volume.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Henri Seyrig à l’École française d’Athènes (1923)
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration 2.
Légende Le relief d’Héraclès sur la porte de Dionysos et d’Héraclès à Thasos (Musée d’Istanbul)
Crédits © ÉfA
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Illustration 3.
Légende Le Silène de la porte du Silène à Thasos
Crédits © O. Picard
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5328/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Illustration 4.
Légende Le Silène sur un statère archaïque thasien
Crédits © O. Picard
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5328/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Picard, « Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire (1922-1929) », Syria, III | 2016, 295-305.

Référence électronique

Olivier Picard, « Henri Seyrig, un Athénien peu ordinaire (1922-1929) », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5328 ; DOI : 10.4000/syria.5328

Haut de page

Auteur

Olivier Picard

Professeur émérite à l'Université Paris-Sorbonne, membre de l'Institut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals