Navigation – Plan du site

Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique

Denis Knoepfler
p. 307-334

Texte intégral

« L’une des meilleures manières de recréer la pensée d’un homme : reconstituer sa bibliothèque » (M. Yourcenar, Carnet de notes des Mémoires d’Hadrien)

  • 1 Schwarzenbach 2008, p. 52, lettre no 26 du 11 janvier 1934, avec des notes bien informées sur Henri (...)

1De passage à Beyrouth en 1934, l’exploratrice et écrivain(e) zurichoise de grand talent qu’a été Annemarie Schwarzenbach — petite-fille du général Wille, officier prussophile qui avait épousé une cousine de Bismarck et commandé l’armée suisse en 1914 — commençait une lettre à un très cher ami parisien par ces mots 1 :

« Je crois que je commence à aimer les Français ».

2Ce n’était pas là un compliment de pure forme à l’adresse du destinataire de la lettre, le jeune Claude Bourdet, fils d’un auteur dramatique justement oublié et d’une poétesse qui mérite de ne pas l’être — et ne l’est point : Catherine Pozzi. Non, cet épanchement de francophilie fut provoqué chez la Suissesse par le constat que ses protecteurs au Liban étaient tous français :

« Votre Haut-commissaire, dit-elle à son correspondant, votre amiral et — très amicalement, Monsieur et Mme Seyrig, directeur des Antiquités, et le jeune Daniel Schlumberger ».

  • 2 « Henri Seyrig et les archéologues suisses en Syrie et au Liban ».
  • 3 Voir la contribution de Duncan Youngerman, « Henri Seyrig ab ovo », dans ce volume.
  • 4 Comme le rappelle G. Le Rider (1973a), en particulier p. 169, « des arrières grands-parents d’H. S (...)
  • 5 Son écriture a été formellement identifiée par M. Duncan Youngerman.

3De fait, bien des Helvètes ont éprouvé de vifs sentiments d’affection, et d’abord d’admiration, pour le couple Seyrig. Parmi eux, plusieurs savants réputés : ainsi, comme l’a marqué mon compatriote et vieil ami Rolf Stucky dans sa communication au colloque 2, Paul Collart, Marguerite et Denis van Berchem, puis Christiane Dunant, enfin le futur professeur Stucky lui-même. L’homme qui est le sujet de notre colloque paraît, de son côté, avoir toujours été favorablement disposé à l’égard de la Suisse et de ses ressortissants. C’est qu’il se sentait un peu chez lui dans ce pays voisin de son lieu de naissance, Héricourt, et surtout de Mulhouse (ville alliée, au surplus, de la Confédération suisse sous l’Ancien Régime !), qui était le domicile de sa famille 3. Dès son enfance, en effet, il avait régulièrement séjourné dans le Jura neuchâtelois, auquel le rattachaient des liens et des souvenirs familiaux suffisamment vivaces pour qu’il y revînt plus tard avec sa femme et leurs enfants 4. J’ai retrouvé d’ailleurs dans un ouvrage de sa bibliothèque une carte postale adressée en 1919 depuis le village de Fleurier, dans le canton de Neuchâtel, au « lieutenant Seyrig, 2e (régiment) d’art(illerie) de montagne », cantonné à Nice (ill. 1). Or l’auteur de l’envoi, qui n’est autre que sa mère 5, lui dit à propos du village dont on a la vue au revers :

« N’est-ce pas que cette carte est jolie, elle donne bien l’impression de notre vallon ».

  • 6 Chef-lieu du district du Val-de-Travers, ce bourg s’enorgueillit d’être la patrie d’un prix Nobel (...)
  • 7 Elle m’a été communiquée par Samuel Provost et Delphine Ackermann (voir la note liminaire).
  • 8 L’idée de traiter d’un tel sujet lui était certainement venue peu auparavant : car c’est en avril- (...)

4Notre vallon ! De fait, la famille Lacroix-Seyrig possédait — et possède toujours — un beau chalet de vacances au-dessus de ce village (ill. 26. Cette familiarité avec la Suisse voisine est pleinement confirmée par une lettre remarquable des archives familiales 7. Datée du 15 juin 1926, au milieu de la période athénienne, cette lettre d’Henri Seyrig à son père est en effet d’un intérêt biographique exceptionnel, puisque l’auteur y décrit sa vie à l’École, ses relations avec le directeur Pierre Roussel et surtout ses projets d’avenir, qui dépendent alors largement de la question de savoir s’il aura ou non le poste de Secrétaire général auquel son aîné, Robert Demangel, pourrait être amené à renoncer en cas d’élection à Lyon : il fait voir qu’un tel poste, sans l’enthousiasmer, lui offrirait la possibilité de travailler dans de bonnes conditions à sa recherche sur le culte des empereurs romains 8 :

« Aucun poste parmi ceux qui me seraient accessibles en France, écrit-il, ne m’en permettrait l’achèvement. De plus, à moins d’accepter un poste infime, je serais relégué sans doute fort loin de l’Alsace, qui est avec la Suisse le seul pays auquel je trouve un autre attrait que celui des paysages, le seul auquel je me sente attaché par votre présence et mes souvenirs ».

5Donc, en 1926 encore, Seyrig entretient avec la Suisse une relation privilégiée, comparable seulement, dans son esprit, à celle qui l’attache à la patrie — au sens le plus précis du mot — alsacienne.

Illustration 1.

Illustration 1.

Carte postale avec une vue de Fleurier (Canton de Neuchâtel, Suisse) adressée au lieutenant Seyrig par sa mère en 1919

© BPU, Fonds Henri-Seyrig

Illustration 2.

Illustration 2.

Chalet de la famille Lacroix – Seyrig à Fleurier vers 1900

© Archives Seyrig

  • 9 Pour sa participation aux fouilles en 1924 et 1925 (avec Hermine de Saussure), voir Demargne & Gal (...)
  • 10 Les principaux membres de cette famille ont l’honneur d’une notice plus ou moins développée dans u (...)
  • 11 D. Youngerman, dans ce volume.

6Ce lien devait se renforcer encore par son mariage avec Hermine de Saussure en 1930. À se marier Henri Seyrig songeait déjà quatre ans plus tôt, puisque, dans la même lettre athénienne à son père, il voyait — entre autres avantages offerts par le poste de Secrétaire général de l’École — celui « d’être logé de telle sorte qu’il ne me sera pas impossible de me marier, le cas échéant ». Certes, il ne va pas jusqu’à dire à son cher papa si cette idée est encore purement théorique. Mais, au détour d’une autre phrase, il fait mention de deux demoiselles qui, visiblement, viennent de séjourner à l’École avec une discrétion dont il croit devoir faire l’éloge, car leur attitude a contrasté avec celle d’une autre jeune femme, architecte de formation, que Madame Roussel, l’épouse du directeur, s’est mis en tête de faire entrer dans la salle à manger des membres de l’École, asile jusque-là inviolé de leur masculine intimité ! À une chose pareille, dit-il, « Mlle Oulié et Mlle de Saussure n’avaient jamais songé », elles. On connaît assez bien ces deux jeunes personnes, Marthe Oulié, parce que, passionnée d’archéologie minoenne, elle a travaillé dans les fouilles françaises de Mallia et dessiné avec talent maints objets de Cnossos 9, Hermine de Saussure parce que cette descendante d’une illustre famille genevoise 10 — qui était cependant de nationalité française, ayant vécu jusque-là à Paris — devait épouser un jour le jeune savant issu d’une double lignée d’aventuriers mués en grands bourgeois. Leur petit-fils, Monsieur Duncan Youngerman (à qui j’emprunte l’essentiel de cette définition sociologique), nous a rappelé que c’est à Athènes, plus précisément à la cantine de l’École, que ses grands-parents se rencontrèrent pour la première fois durant l’hiver 1923-1924 11.

  • 12 Dans les carnets de Neuchâtel, il est fait mention de ce second séjour à Samothrace du 8 au 17 jui (...)
  • 13 Oulié & Saussure 1926, avec (en frontispice) une photo du voilier et de son « capitaine » (qui n’ét (...)
  • 14 Les fouilles qu’H. S. montra aux visiteuses sur l’Acropole — essentiellement le dégagement d’une p (...)

7Mais peut-être est-ce seulement le 18 juin 1924, dans l’île de Thasos, que des sentiments plus tendres prirent naissance. On sait en effet qu’Henri Seyrig, accompagné de son camarade et très cher ami Fernand Chapouthier, revint ce jour-là d’un second voyage d’étude à Samothrace 12. Or, à cette même date, comme on l’apprend dans La Croisière de « Perlette » — ce récit plein de charme et d’humour que Marthe et Hermine (ou Miette pour les intimes) ont laissé de leur voyage en mer Égée (ill. 3) — le cotre sans moteur des deux navigatrices fut empêché de quitter le port de Liménas à Thasos en raison d’une menace de gros temps ; « quand nous retournons à bord pour préparer l’appareillage du soir, nous voyons entrer dans le port un petit caïque dans lequel S. et C. — autrement dit Seyrig et Chapouthier ! — arrivent de Samothrace en piteux équipage » (fin de la citation) 13. Les jeunes navigatrices en rient peut-être sous cape. Mais, le lendemain, tandis que Chapouthier veut bien se rendre à Kavalla pour leur procurer des cartes marines, elles retournent sur le site archéologique : « nous faisons, disent-elles, un dernier tour sur l’Acropole où S(eyrig) nous montre ses fouilles » 14 : on s’arrête devant la grotte dédiée à Pan et aux Nymphes, lieu tout désigné pour que le charme opère ! Mais il faudra attendre une demi-douzaine d’années encore, et quelques mésaventures terrestres, pour que l’une des deux nymphes rescapées de la mer de Thrace finisse par unir son destin au brillant cicerone de l’Acropole thasienne.

Illustration 3.

Illustration 3.

Frontispice et page de titre de La Croisière de « Perlette », par M. Oulié et Hermine de Saussure (photographiée en tant que « capitaine » dans un port de la mer Égée)

© D. Knoepfler

  • 15 R. Stucky (dans ce volume) fait état, sur ce point, d’une lettre bien significative d’H. S. à son (...)
  • 16 Pourtalès 1937, roman cité ici d’après l’édition Folio de 1980 (en 2 vol.), avec une préface de Fra (...)
  • 17 Lors de l’exposé oral, cette mise en valeur de Neuchâtel à des fins touristiques a été illustrée p (...)
  • 18 Présenté naguère au Président François Mitterrand lors d’une visite officielle en Suisse. Au print (...)
  • 19 Saussure 1958. Il ressort de cet ouvrage qu’elle avait fait plusieurs séjours à Neuchâtel dès 1952. (...)
  • 20 Sur ce don en particulier, avec reproduction de l’ivoire sculpté, voir la notice parue peu de mois (...)

8Cet épisode paraît nous éloigner de la Suisse : en réalité, il nous en rapproche singulièrement. Car Hermine de Saussure, quoique genevoise ou même parisienne, ne dut pas jouer un rôle secondaire dans la préférence donnée à Neuchâtel, en 1966, comme lieu de retraite du couple Seyrig. Ce choix ne s’imposait pas absolument : n’eût-il pas été plus raisonnable, pour l’archéologue et le collectionneur toujours en mouvement qu’était Henri Seyrig, de s’installer à Bâle 15, ville qu’il affectionnait depuis toujours, ou à Genève, la cosmopolite cité des de Saussure, des Naville et des van Berchem, dotée de surcroît d’un aéroport international ? À l’inverse, Neuchâtel pouvait apparaître comme « la ville la plus oubliée d’Europe » 16, pour reprendre la formule de l’écrivain franco-suisse Guy de Pourtalès (que Miette en tout cas, sinon son mari, avait connu personnellement). Cité minuscule, assurément, mais disposant tout de même d’une université — sans parler de quelques lignes de chemins de fer la reliant au reste du monde —, jouissant surtout d’un magnifique panorama alpestre vanté depuis longtemps par la publicité touristique 17. Aux yeux de Miette, Neuchâtel avait encore un autre atout : sa Bibliothèque publique abritant, entre autres manuscrits de Jean-Jacques Rousseau, le texte autographe des Rêveries du promeneur solitaire 18. Or, vers 1950 déjà, Madame Seyrig avait entamé l’étude de ce fonds, et l’on sait que sa recherche devait aboutir en 1958 à un ouvrage considérable — véritable thèse de doctorat — sur « Rousseau et les manuscrits des Confessions » 19. Elle fut du reste une bienfaitrice de cette Bibliothèque, en participant à l’achat de nouveaux manuscrits et en faisant cadeau à l’Association neuchâteloise des Amis de Jean-Jacques Rousseau d’un ivoire sculpté de grand prix, qui représente une conversation animée entre le philosophe de Genève — un peu neuchâtelois aussi, du reste — et Voltaire (ill. 420. Sur la question de savoir où s’établir après le départ de Beyrouth en 1966, il est donc permis de penser qu’Hermine la rousseauiste et le plutôt voltairien Henri n’eurent pas à débattre trop longtemps : car ce dernier, dans une lettre au professeur Denis van Berchem écrite lors d’un retour temporaire au Liban en 1967, exprimait bien où était désormais son port d’attache :

  • 21 Lettre découverte et publiée par R. Stucky, dans ce volume. Neuchâtel fut ainsi le dernier domicil (...)

« J’aime toujours ce pays (…) et mon passé. Mais, au fond, ma vie est là où sont mes épouse, livres et tableaux : et je n’ai la nostalgie que de Neuchâtel » 21.

Illustration 4.

Illustration 4.

Ivoire sculpté représentant une conversation entre Rousseau et Voltaire, offert par Hermine de Saussure-Seyrig à la BPU de Neuchâtel

© BPU de Neuchâtel

  • 22 North 1960. Sur cet artiste (1909-1990), voir le catalogue de l’exposition qui lui a été consacrée (...)
  • 23 Rappelons que Delphine Seyrig (1932-1990) avait triomphé en 1961 dans L’année dernière à Marienbad(...)
  • 24 Voir Annales de l’Université de Neuchâtel 1971/1972, p. 107-108, avec un éloge lu par le doyen d’a (...)
  • 25 L’intéressée, Mme Denise de Rougemont — présente à Paris lors du colloque « Henri Seyrig » — l’a r (...)
  • 26 Comme a bien voulu me le préciser mon collègue Roland Kehr, incomparable connaisseur de l’histoire (...)
  • 27 Il s’agissait du no 3 dans la bibliographie imprimée en tête de Badoud 2011. Aussitôt après, je pu (...)
  • 28 Le Rider (1973b, p. 10) évoque une conversation téléphonique qu’il eut avec lui « pendant son séjo (...)
  • 29 Seyrig 1973. Parmi toutes les dettes de reconnaissance que j’ai contractées à l’égard de G. Le Ride (...)

9L’arrivée du couple Seyrig dans cette « petite ville rangée » — comme la dénommait avec justesse, en 1960, un talentueux artiste local 22 — ne passa donc pas tout à fait inaperçue, et la renommée, alors déjà considérable, de l’actrice Delphine Seyrig 23 ajouta à la chose une touche mondaine, voire populaire. En tout cas, l’Université — sur la proposition des antiquistes locaux — prit assez rapidement, en 1971, l’initiative de conférer à Henri Seyrig le titre de docteur honoris causa 24, une distinction qui, certes, n’ajoutait rien à sa gloire mais dut néanmoins, peut-on imaginer, lui être agréable en raison de son attachement pour ce petit pays : d’emblée, il avait mis ses connaissances au service de la conservatrice du médailler local au Musée d’Art et d’Histoire 25 ; et, pour un prix symbolique, il céda au Musée d’ethnographie de Neuchâtel — honorablement connu — plusieurs pièces de sa collection amérindienne 26. Qu’il me soit permis de faire état, ici, d’un souvenir personnel, en me bornant au strict nécessaire. En 1969, tout jeune diplômé mais déjà élève de quelques maîtres parisiens, j’avais eu l’impertinence d’envoyer à Henri Seyrig un premier et fort léger article scientifique 27 : aussitôt, par téléphone, il me fixa un rendez-vous et j’eus ainsi le bonheur de passer un moment en sa compagnie dans le bel appartement donnant sur le lac ; plus que cette vue lacustre qui m’était familière, j’admirais discrètement l’étonnante bibliothèque qui, du bureau, débordait sur le salon. Ce fut, pour ainsi dire, mon unique contact direct avec lui, car dans l’été 1970 je partis pour Athènes et n’en revins que trois ans plus tard. Or, fin janvier 1973, j’apprenais la triste nouvelle de son décès à Neuchâtel, où il mettait la dernière main à son étude sur les Trésors du Levant anciens et nouveaux, dédié à la mémoire de son cousin et très cher ami de Genève Lucien Naville, excellent numismate. Notre regretté confrère Georges Le Rider 28, qui vint souvent à Neuchâtel durant cette période, l’assista à distance dans l’ultime travail de mise au point et assura l’édition de l’ouvrage 29.

  • 30 1973, on s’en souvient peut-être, est l’année du premier choc pétrolier ; les budgets publics s’en (...)
  • 31 Cf. Knoepfler 1994. J. Tréheux n’était jamais allé au Proche-Orient, mais il avait pu rencontrer Se (...)
  • 32 Cf. Sandoz 2006. Ce linguiste, professeur aux universités de Berne et de Neuchâtel, avait entamé da (...)
  • 33 J’ai plaisir à noter que si la fille de cet ancien collègue à la Faculté des lettres de Neuchâtel, (...)
  • 34 Une photocopie de cette lettre du 10 juillet 1973 au doyen de la Faculté des lettres est conservée (...)

10Homme prévoyant, Henri Seyrig avait pris des dispositions quant au sort de sa magnifique bibliothèque. Afin de ne pas léser les siens en la léguant tout simplement à une institution publique, il accorda à l’Université de Neuchâtel — dans la conviction, sans doute, qu’une petite maison en tirerait un meilleur parti qu’une grande université déjà bien pourvue en livres — un droit de préemption. Pour l’institution bénéficiaire il y eut certes un effort financier à faire, car le montant fixé n’était pas négligeable, de l’ordre de 200 000 francs suisses, somme bien inférieure, cependant, à celle que la vente auprès d’un libraire spécialisé aurait pu rapporter. D’autre part, les conditions économiques n’étaient déjà plus, alors, celles qui avaient prévalu jusque-là en Suisse et en Europe 30. Mais plusieurs de mes maîtres neuchâtelois, qui connaissaient Seyrig de plus ou moins longue date et l’avaient en très haute estime, plaidèrent pour l’achat de la bibliothèque auprès des autorités : c’était d’abord l’épigraphiste « athénien » — et aussi nancéen — Jacques Tréheux 31, plus tard professeur à la Sorbonne, puis le linguiste comparatiste, helléniste et iranisant Georges Redard, correspondant étranger de l’Académie 32, enfin le philologue Walter Spoerri, du reste alsacien comme Seyrig 33. Ils trouvèrent un appui décisif auprès d’un des vice-recteurs d’alors, le romaniste Jean Rychner, savant de grande envergure attaché à la tradition des études classiques, qui sut obtenir une subvention de l’État de Neuchâtel et de la Confédération suisse. L’opération fut ainsi rondement menée. En juillet 1973 déjà, le bibliothécaire de la Faculté des lettres, le latiniste et sanskritiste Henri Quellet, pouvait demander au doyen de faire nommer un surnuméraire dès la rentrée universitaire suivante pour procéder au catalogage de la bibliothèque Seyrig ; et il faisait d’emblée une proposition nominative en la personne de l’auteur de la présente communication, en raison de sa spécialisation dans le domaine des sciences de l’Antiquité classique 34. Était-ce le bon choix ? Objectivement, je n’en sais rien, car le spécialiste — ou plutôt apprenti-spécialiste — pourrait bien être le pire des bibliothécaires, s’il lui prenait envie de lire ne serait-ce qu’un quart des ouvrages qu’il aurait la charge de mettre en fiches ! Certes, je crois avoir vaillamment résisté, le plus souvent, à cette forte tentation. Mais que d’heures délicieuses j’ai passées à compulser ces beaux livres en compagnie, pour ainsi dire, de celui qui les avait acquis ou reçus, puis régulièrement consultés et souvent annotés, que d’informations j’ai glanées qui m’ont ensuite servi dans mon enseignement et dans ma recherche. Une chose, en tout cas, est certaine : du jour où j’ai commencé ce travail, qui m’occupa près de deux ans, Henri Seyrig, de savant un peu lointain qu’il était pour moi jusque-là, est devenu un maître aussi proche, intellectuellement et même physiquement, que ceux dont j’avais été l’élève direct. Et par une étrange coïncidence, c’est dans l’île de Thasos, où je travaillais en cet été 1973 aux côtés d’Olivier Picard et de plusieurs de nos camarades athéniens, que me fut communiquée la nouvelle de ma nomination à ce poste inattendu, véritable planche de salut pour moi et les miens en une période un peu difficile sur le plan professionnel.

  • 35 Cet inventaire, déposé aujourd’hui à la BPU de Neuchâtel (Fonds Henri-Seyrig), avait été confié à (...)
  • 36 Voir les contributions d’É. Gubel et de M. Pic dans ce volume. Dans ce domaine, la curiosité d’H.  (...)
  • 37 D’autres ouvrages consacrés à l’étude des monnaies — ainsi le Traité et les Catalogues d’Ernest Ba (...)
  • 38 Ainsi The Greek-English Lexicon de Liddell, Scott et Jones, le Roescher’s Lexikon der gr. und röm. (...)
  • 39 La plupart des autres publications de L. Robert étaient placées un peu plus loin, dans la travée 1 (...)
  • 40 Pour les liens étroits que D. Schlumberger entretint avec H. S. depuis l’expédition de Syrie en 19 (...)
  • 41 Lui aussi en contact étroit avec Seyrig, à la fois comme « Thasien », puis en tant que spécialiste (...)

11Pour imaginer ce qu’était la bibliothèque Seyrig avant son transfert à l’Université et son inéluctable métamorphose, on possède un précieux document écrit de la main même de son propriétaire (ill. 5) : c’est, à usage personnel, un aperçu des principaux secteurs de rangement des livres dans l’appartement de Neuchâtel, simple billet glissé dans l’une des cinq boîtes qui contiennent encore, sous forme de fiches manuscrites, l’inventaire de toute la bibliothèque (ill. 635. Il en ressort que l’essentiel des ouvrages scientifiques était rangé en un peu moins de vingt travées (numérotées de 1 à 18) dans le bureau même et l’antichambre entièrement tapissés de livres, y compris l’espace situé entre les deux fenêtres (travées F1 à F4), avec aussi une « armoire à glissière » contenant les ouvrages de glyptique (GL), un des domaines d’élection — on le sait — d’Henri Seyrig 36. Cette bibliothèque de travail se prolongeait sur une paroi du salon (S), où se trouvait un meuble appelé « bibliothèque tournante » (T). L’inventaire lui-même, grâce aux indications portées sur les fiches, permettrait de reconstituer très précisément le contenu de chaque travée. On peut, à tout le moins, satisfaire une légitime curiosité en déterminant de quoi était fait le cœur de la bibliothèque, « les deux travées à droite de mon fauteuil », comme l’écrit Seyrig : est-ce là que se trouvaient rangés les ouvrages de numismatique hellénistique et d’archéologie syrienne dont il devait avoir un usage fréquent dans les travaux qu’il menait alors ? Eh bien, pas vraiment : certes, la travée 9 était réservée aux catalogues de monnaies des principales collections publiques et privées 37 mais, dans la travée 8, la plus proche de sa table de travail, il y avait essentiellement des grammaires du grec et du latin, des dictionnaires de langue ou d’antiquités 38, des index spécialisés, le Bulletin épigraphique 39, des répertoires d’onomastique et des travaux de métrologie ou de chronologie, bref tout ce qu’un historien-archéologue doit avoir à portée de main s’il tient à être irréprochable sur le plan de la philologie aussi. Comme on pouvait le présumer, en revanche, les livres relégués au 1er étage de l’appartement (avec un chiffre romain désignant chacune des travées) n’étaient pas de ceux qu’il devait utiliser quotidiennement. Il y avait là, pourtant, des ouvrages également précieux, telle la série des Mémoires de la Délégation française d’Afghanistan, terrain de chasse privilégié de son ami Daniel Schlumberger 40 et du successeur de ce dernier, notre confrère Paul Bernard 41. On y trouvait aussi les livres portant sur des domaines géographiquement marginaux par rapport à ses propres centres d’intérêt : par exemple sur Rome et l’Italie, sur l’Afrique romaine, sur Byzance, sur l’Inde et même la Chine, ou alors sur des catégories de documents qu’il ne négligeait pas, assurément, mais où il ne se reconnaissait pas de compétences particulières : ainsi la céramique, toutes époques confondues, l’art grec archaïque ou l’architecture paléo-chrétienne, la civilisation islamique du Proche-Orient, etc. Enfin, cette bibliothèque située à l’étage abritait toutes sortes de livres ressortissant à l’histoire moderne et contemporaine, à l’actualité, à l’économie et à l’histoire littéraire. Sauf exception, ces livres-là ont été retranchés de l’ensemble cédé à l’Université de Neuchâtel. Peut-être se trouvent-ils toujours dans l’appartement Seyrig au no 81 de la rue des Saars.

Illustration 5.

Illustration 5.

« Catalogue de la bibliothèque », par Henri Seyrig, ou répartition des principales sections de celle-ci dans son appartement de Neuchâtel

© BPU, Fonds Henri-Seyrig

Illustration 6.

Illustration 6.

Les cinq boîtes et le fichier manuscrit de la bibliothèque avant 1973

© BPU, Fonds Henri-Seyrig

  • 42 Dont il put acquérir aussi l’ouvrage non moins célèbre — et non moins rare ! — sur Le mont Olympe (...)
  • 43 Barbet 2004. L’exemplaire même de Seyrig déposé à Neuchâtel a servi dans la première phase de cette (...)
  • 44 Indication qui figure encore, à l’intention du relieur libanais, dans certains volumes.
  • 45 On observe en effet que les recueils constitués de travaux antérieurs à ca 1950 ont une reliure de (...)
  • 46 Ainsi quelques articles de Macridy Bey sont reliés sous le titre Larnaca, Thasos, Notion, des trav (...)
  • 47 G. Le Rider, chez F. de Callataÿ (dans ce volume), apporte son témoignage sur ce jeu de mot qu’il (...)

12Plus encore que le nombre des ouvrages — que l’on peut estimer tout de même à plusieurs milliers de volumes, sans compter les innombrables brochures et tirés à part —, ce qui frappait d’emblée, c’était leur belle apparence, tenant peut-être d’abord au fait qu’il y avait parmi eux beaucoup d’in-quarto ou même d’in-folio impressionnants (ill. 7), comme la Mission de Macédoine de Léon Heuzey 42 avec l’architecte H. Daumet, les volumes de la Collection De Clerq ou ceux de la Collection Stathatos, les grandes publications de fouilles dans tout le Proche-Orient (Baalbek, Antioche, Palmyre, etc.), le texte et les planches des Reisen in Kleinasien und Nordsyrien de G. Humann et O. Puchstein, l’imposant volume des Villes de Pamphylie et de Pisidie du comte Charles Lanckoronsky ou encore l’ouvrage pionnier de Michael Rostovtseff sur La Peinture décorative antique en Russie méridionale (en russe), publié à Saint-Pétersbourg en 1913-1914, un des rares exemplaires conservés en Europe occidentale avant la traduction toute récente de l’ouvrage sous l’égide de notre Académie 43. Plus généralement, cette impression venait de ce qu’un très grand nombre de volumes présentait un dos en « cuir marron clair » 44 assez brillant, chose qui, aujourd’hui encore, permet de repérer à distance un livre provenant du Fonds Henri-Seyrig. Cette reliure demi-peau (exécutée très certainement à Beyrouth après la Seconde Guerre mondiale et surtout entre ca 1950 et 1966, à de rares exceptions près selon toute apparence 45) témoigne à elle seule du soin qu’Henri Seyrig mettait à conserver ses livres, qu’il s’agisse d’ouvrages acquis ou d’ouvrages reçus ou même seulement de tirés à part regroupés en recueils sous une reliure toute semblable à celle des livres proprement dits (ill. 8). Outre le patronyme de l’auteur, ces recueils factices portent le plus souvent au dos un titre très général (tel que Mélanges ou Varia), mais quelques-uns sont plus explicites 46 ou, au contraire — de prime abord — plus énigmatiques : ainsi deux essais sur Palmyre publiés par un orientaliste du nom de Février sont désignés (au dos d’une reliure tout aussi soignée que celle des autres volumes) sous un titre facétieux, précédé d’un pseudonyme qui témoigne de la même verve caustique : « Pluviôse, Impertinences palmyréniennes » 47 !

Illustration 7.

Illustration 7.

Quelques spécimens d’ouvrages Seyrig de grand format après leur insertion dans la Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel

© D. Knoepfler

Illustration 8.

Illustration 8.

Quelques spécimens de recueils factices (Varia ou Mélanges) reliés en demi-peau, la plupart sans doute entre ca 1950 et 1966 (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

  • 48 Y compris celui de Beyrouth, selon toute apparence ; cf. n. 44-45.
  • 49 C’est aussi le cas de quelques volumes anciennement constitués (avant ca. 1940) : par exemple pour (...)
  • 50 Autres savants dont les travaux ont été ainsi réunis en un ou plusieurs volumes : Andreas Alföldi, (...)

13Une fois installé à Neuchâtel, l’archéologue ne cessera pas complètement de recourir aux services d’un relieur 48, mais il se contentera désormais de reliures plus économiques en toile. Ainsi en va-t-il du recueil des derniers travaux de Daniel Schlumberger jusqu’en 1972, volume qui, par un autre trait encore, se distingue de la plupart des autres spécimens de Varia : c’est que Seyrig n’eut visiblement pas le temps d’en écrire de sa main la table des matières détaillée 49, comme il le faisait très régulièrement pour de tels recueils 50 (ainsi, à titre d’exemple, pour les travaux d’Isidore Lévy entre 1913 et 1959 [ill. 9]). Tout en ayant été faite sur le même modèle, celle que l’on trouve sur la page de garde du volume de Schlumberger n’est qu’un travail de seconde main, en quelque sorte, puisqu’elle est l’œuvre de l’assistant-bibliothécaire chargé du catalogage après 1973.

Illustration 9.

Illustration 9.

Table des matières, de la main de Seyrig, d’un volume de Varia réunissant les travaux d’I. Lévy parus entre 1913 et 1959 (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

  • 51 Cf. Knoepfler 2013, p. 127 sqq. pour l’exemplaire Seyrig de la Mission de Phénicie ; sur cette œuvr (...)

14Il n’est guère aisé, on s’en doute, de faire l’histoire précise de cette bibliothèque. Elle s’est constituée de manière organique, à partir du moment où Henri Seyrig décida de se vouer à l’étude de l’Antiquité. L’installation à Beyrouth en 1929 a visiblement marqué un tournant, car d’emblée Seyrig voulut s’instruire sur tous les aspects de la recherche archéologique dans les régions du Proche-Orient placées sous le mandat français. On peut ainsi rapporter à cette période l’acquisition d’un classique tel que La Mission de Phénicie d’Ernest Renan (un volume de texte et un volume de planches, Paris, Imprimerie Impériale, 1864-1874) 51 : le magnifique exemplaire de Neuchâtel porte en effet un ex-libris d’un type très rare dans la bibliothèque (ill. 10), si même ce n’est pas un unicum : on y voit, encadré de divers symboles, l’image du petit mammifère appelée sarigue, qui se caractérise par la façon originale dont ce marsupien véhicule sa progéniture sur le dos, les petits étant accrochés à son long appendice caudal par leur propre queue ! Grâce à un document familial spontanément communiqué par M. Duncan Youngerman, il est possible de saisir tous les éléments de cette composition héraldique. « Je viens de recevoir l’épreuve d’un ex-libris que j’ai fait faire », écrit en effet Henri Seyrig dans une lettre adressée d’Athènes à sa future épouse, en date du 12 juin 1929 ; et de poursuivre :

  • 52 Mlle Van Leeuwen-Boonkamp, communication personnelle de D. Youngerman.
  • 53 M. Youngerman a bien voulu, dans un courriel du 16 novembre 2013, me faire le commentaire suivant  (...)

« C’est une dessinatrice hollandaise 52 de l’École qui me l’a dessiné et je vous l’envoie. Au milieu est une bête dont le nom est voisin du mien, et de chaque côté la chouette athénienne et la roue de Mulhouse. Je ne pensais pas encore à la Syrie… » 53.

  • 54 On rappellera cependant que la fortune de ses parents, « riches drapiers de Mulhouse » (G. Le Ride (...)
  • 55 Non seulement le Recueil des inscriptions grecques et latines de l’Égypte (Letronne 1842-1848), ma (...)
  • 56 Annales du Musée Guimet, 33, 1909 : « A Monsieur Léon Heuzey, respectueux hommage de l’auteur », si (...)
  • 57 Les exemplaires de ces deux séries avaient déjà eu une longue histoire avant d’aboutir dans sa bib (...)
  • 58 Sans oublier les volumes de H. Mattingly, Roman Imperial Coinage in the British Museum.
  • 59 Ainsi le volume intitulé Rois de Syrie (Babelon 1890), dont H. S. réussit à identifier le premier (...)
  • 60 Voir déjà le tome II (1929), introduction (dans l’ex. de Neuchâtel on trouvera in fine des papiers (...)

15Voilà qui doit inciter à la modestie tous les interprètes des types monétaires : car qui aurait pu songer à retrouver dans cette roue à crémaillère les armes d’une ville alsacienne vouée à l’industrie ! D’autre part, le terminus chronologique fourni par la lettre est précieux : c’est bien à la veille de quitter Athènes pour l’Orient qu’il dut acquérir l’ouvrage de Renan, espèce de vade mecum (en dépit de son format peu maniable !) pour le futur directeur du Service des Antiquités de la Syrie et du Liban. Mais c’est dès le séjour athénien, voire plus tôt encore, que la fréquentation assidue des antiquaires dut lui permettre de consacrer une partie de ses ressources financières 54 à l’achat d’autres raretés : ainsi la plupart des travaux du grand Jean-Antoine Letronne 55 ou un mémoire de Lucien Delaporte avec un envoi manuscrit à Léon Heuzey en 1909 56, ou encore, dans le domaine de la numismatique grecque et romaine, les vénérables manuels d’Eckhel et de Mionnet 57. Très vite, il paraît avoir cherché à se constituer une bibliothèque qui contînt les catalogues des principaux médaillers publics et des collections privées de référence : ainsi le Catalogue of Greeks Coins du British Museum 58, puis ceux de Glasgow (Hunterian Collection) et de Cambridge (Fitzwilliam Museum), les catalogues de la Bibliothèque de France publiés par E. Babelon 59, les recueils des Monnaies d’Athènes et des Monnaies des Ptolémées dus à N. Svoronos ; enfin ceux de Copenhague et de la Collection Von Aulock publiés dans la série de la Sylloge Nummorum Graecorum. Sur le plan de l’épigraphie, il fut un peu moins systématique, sans doute parce que les grands corpus — en particulier celui de Berlin — se trouvaient à portée de main là où il travaillait, à Athènes d’abord puis à Beyrouth. Mais il fut attentif à acquérir des recueils épigraphiques dont la publication commençait ou s’achevait dans ces années-là, comme les Monumenta Asiae Minoris Antiquae (1928-), les Inscriptiones Graecae ad res Romanas pertinentes (1906-1927), le Supplementun Epigraphicum Graecum (1923-), sans parler, bien sûr, des Inscriptions grecques et latines de la Syrie, dont il encouragea personnellement la continuation à partir de 1929 ; de fait, les auteurs de cette publication, les Pères R. Jalabert et L. Mouterde lui exprimèrent leur reconnaissance presque dès le début de l’entreprise 60.

Illustration 10.

Illustration 10.

L’exemplaire Seyrig de E. Renan, Mission de Phénicie, avec l’ex-libris à la sarigue créé en 1929 à Athènes (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

  • 61 Cf. S. Provost, dans ce volume.
  • 62 Ainsi le livre de J. Ebersolt (1910), ou un mémoire adressé par C. Picard « à Monsieur Paul Perdri (...)
  • 63  Perdrizet 1908. Cf. Knoepfler 1996a, p. 298 ; cet exemplaire reste malheureusement introuvable à l (...)
  • 64 Voir d’une part une lettre du 6 juin 1950 où D. Schlumberger annonce à sa « chère cousine Lucile » (...)

16Certains éléments de la bibliothèque doivent lui être venus directement de quelques-uns de ses devanciers les plus proches. En tout cas, dès les années 1920, il reçut directement de Paul Perdrizet, à qui il était profondément attaché et qu’il considérait comme son véritable maître, les ouvrages magnifiques que ce savant publia sur l’Égypte gréco-romaine avant comme après la Première Guerre mondiale : c’est ainsi que le volume des Terres cuites grecques d’Egypte de la Collection Fouquet, exemplaire no 3 sur un tirage limité à 300, porte une émouvante dédicace de l’auteur « à Monsieur Seyrig : même à Athènes ne bois pas pour moi l’eau du Léthé, Strasbourg 19 déc. 26 » (un lustre, donc, après la parution de l’ouvrage en 1921), allusion discrète aux deux voyages qu’ils avaient fait ensemble, peu auparavant, en Syrie 61 (ill. 11). On est enclin à penser que Seyrig hérita, après la mort de Perdrizet en 1937, d’un lot d’ouvrages venant de sa bibliothèque — par exemple une série de dissertations allemandes des alentours de 1900 sur des thèmes d’histoire religieuse, domaine passablement pratiqué par lui — puisque l’on conserve à Neuchâtel non seulement des mémoires portant un envoi à ce savant 62, mais aussi l’exemplaire « imprimé spécialement pour M. Paul Perdrizet » du livre de Georges Radet, L’histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, paru en 1901 (ill. 12), de même que l’exemplaire personnel des Petits bronzes de Delphes publié par le même archéologue 63. Les recherches de Samuel Provost sur le Fonds Paul-Perdrizet de l’Université de Strasbourg révèlent cependant que c’est seulement à partir de 1949 que la totalité de cette bibliothèque fut mise en vente, par décision de sa veuve, qui était, rappelons-le ici, la fille du célèbre ébéniste et verrier Émile Gallé. Seyrig eut certes son rôle à jouer dans cette affaire, comme l’atteste une correspondance familiale que notre jeune collègue a bien voulu mettre à ma disposition 64. Mais si le directeur de l’Institut français de Beyrouth se porta alors acquéreur d’un certain nombre d’ouvrages ayant appartenu à Perdrizet, c’est avant tout, semble-t-il, pour compléter la bibliothèque de cet établissement.

Illustration 11.

Illustration 11.

Envoi de Paul Perdrizet à Seyrig de son livre Terres cuites grecques d’Égypte de la Collection Fouquet (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

Illustration 12.

Illustration 12.

« Exemplaire spécialement imprimé pour M. Paul Perdrizet » de L’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, 1901, Paris, A. Fontemoing par G. Radet (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

  • 65 Par exemple, un mémoire de W. Wrede (Wrede 1928), avec une dédicace manuscrite à « Herrn Direktor (...)
  • 66 Heberdey & Wilhelm 1896.
  • 67 Seyrig n’eut sans doute pas le loisir de suivre les cours de Maurice Holleaux (1861-1932) au Collè (...)
  • 68 Ainsi l’opuscule de M. Holleaux (Holleaux 1889), un envoi de l’auteur « à Monsieur B. Haussoullier (...)
  • 69 Ces documents seront exploités par Delphine Ackermann (voir note liminaire).
  • 70 Cf. Hansen 1983, no 416, avec toute la bibliographie.
  • 71 Notamment une très intéressante lettre d’H. S. datée de mai 1933, qui commence par ces mots : « Mo (...)

17Un certain mystère enveloppe également, du moins à mes yeux, les modalités exactes de la transmission à Seyrig de travaux venant manifestement de la bibliothèque de Pierre Roussel : ainsi divers livres et surtout tirés à part qui lui sont nommément dédicacés 65, ou un volume des épigraphistes autrichiens Heberdey et Wilhelm, Reisen in Kilikien 66, expressément légué à ce savant, à en juger par une étiquette très délabrée où l’on peut reconnaître, me semble-t-il, l’écriture de Maurice Holleaux 67 (ill. 13). C’est peut-être par le même canal que sont parvenus chez Seyrig des publications ayant appartenu, selon toute apparence, à l’épigraphiste Bernard Haussoullier 68 ou à d’autres savants de cette génération, tels Maxime Collignon et Charles Michel. Ce qui est sûr, c’est que Seyrig était resté très lié avec Roussel depuis le temps du séjour athénien, même si en 1926, on l’a vu, le futur secrétaire de l’École faisait de fortes réserves non pas sur les compétences scientifiques — éclatantes — du directeur, mais sur sa capacité à modérer l’activisme intempestif de son épouse ! Un recueil factice d’articles de Pierre Roussel contient plusieurs lettres adressées par ce dernier à Seyrig, dont l’une très intéressante sur un voyage que le couple Roussel fit en Asie Mineure en 1932 et une autre, l’année suivante, sur les fouilles menées par les archéologues français à l’Hérakleion de Thasos (ill. 1469 : l’auteur prend la peine d’y transcrire, avant publication, le texte d’une belle dédicace en vers à Héraklès 70 ; mais sur la même page, rebondissant sur des nouvelles que lui a communiquées son correspondant, il exprime son inquiétude face à la montrée du nazisme en Allemagne en cette année 1933. Cependant, le dossier Roussel de Neuchâtel se rapporte avant tout à un célèbre document grec découvert en Syrie par Seyrig lui-même, l’inscription de Rhosos, avec une lettre d’Octave aux autorités de cette cité, dont Seyrig avait confié la publication à son cher directeur. Tout montre ainsi que les deux savants demeurèrent dans les meilleurs termes jusqu’à la disparition de Pierre Roussel en 1945 71.

Illustration 13.

Illustration 13.

Étiquette avec l’indication « légué à Pierre Roussel » (probablement de la main de M. Holleaux) sur la couverture de Heberdey & Wilhelm 1896 (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

Illustration 14.

Illustration 14.

Feuillet d’une lettre de P. Roussel à Seyrig sur les fouilles de Thasos, avec la transcription de l’épigramme d’Akératos (lettre insérée dans Roussel, Varia, Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

  • 72 Le second de ces mémoires, Dussaud 1929, porte la dédicace suivante : « A Mr. Henri Seyrig, Direct (...)
  • 73 Mélanges Maspéro, II : « à M. Henri Seyrig, hommage reconnaissant d’une note qui lui doit ce qu’ell (...)
  • 74 van Berchem 1936, article envoyé en « hommage et remerciements », puis relié par le dédicataire en (...)
  • 75 En tête de son livre sur Le Royaume sud-arabe de Qatabân et sa datation (Pirenne 1961), au nom aus (...)
  • 76 Bellinger 1961 ; le volume porte en effet cette dédicace : « For Henri Seyrig, who has contributed (...)
  • 77 Pour leur correspondance entre 1925 et 1947 (lettres conservées à l’Academia Belgica de Rome et da (...)
  • 78 Dans sa lettre dactylographiée, datée de Beyrouth le 27 février 1955 (copie carbone), H. S. exprim (...)
  • 79 Aux cinq volumes reliés s’ajoute un dossier contenant notamment les résumés de l’enseignement de L (...)
  • 80 Leur amitié paraît s’être nouée dès l’arrivée de L. R. à l’École d’Athènes en 1927. De l’intimité (...)
  • 81 « Noch grünen mir meine Kinder in ihrem ersten Frühlinge, nahe bei einander stehend und gemeinsam (...)

18D’une manière générale, ce qui a sans doute le plus fortement contribué à accroître et surtout à diversifier la bibliothèque d’Henri Seyrig, c’est la notoriété que le jeune savant acquiert du fait de sa nomination en 1929 au poste de directeur du Service des Antiquités des pays sous mandat. C’est à ce titre qu’il reçoit d’emblée quantité de livres et de brochures couvrant tout l’espace du Proche et même du Moyen-Orient, sans parler des autres secteurs du monde antique. Symptomatique, à cet égard, est l’envoi de deux gros mémoires que lui fait, en 1930 déjà, le spécialiste de Baalbek et de la Syrie romaine, René Dussaud, pas étranger du reste à sa désignation à ce poste 72. Beaucoup témoignent explicitement de la reconnaissance des auteurs envers le dédicataire : ainsi, dès avant la Seconde Guerre mondiale, un envoi du Père dominicain J.-L. Vincent à propos d’une inscription de Gaza 73 et un autre de l’historien suisse Denis van Berchem sur la question des tessères romaines 74 ; plus tard — et pour ne prendre, ici encore, que quelques exemples, choisis presque au hasard — un envoi non dépourvu d’émotion de l’arabisante belge Jacqueline Pirenne 75 ou celui, très touchant aussi, du numismate américain Alfred Bellinger pour l’aide décisive apportée à la publication des monnaies d’Ilion (ill. 15a76. Ce flot n’a jamais tari, si l’on met à part les sombres années de la guerre, et encore. Les noms les plus prestigieux sont représentés : parmi les étrangers, ou pourrait mentionner Franz Cumont — dont les liens avec Seyrig ont été particulièrement étroits 77 –, Elias Bickerman, A. D. Nock, Harald Ingolt, Martin P. Nilsson, Michael Rostovtseff, Aurel Stein et tant d’autres ; au nombre des Français, nos anciens confrères orientalistes René Dussaud, Édouard Dhorme, André Parrot, Claude Schaeffer, Daniel Schlumberger, André Dupont-Sommer et, bien sûr, Jean Leclant, sans oublier les hellénistes Charles Picard, Georges Daux, Robert Flacelière, Pierre Amandry, Ernest Will, François Chamoux et Jean Pouilloux (pour ne mentionner que les défunts) ; de la main de ce dernier on conserve du reste à Neuchâtel une longue lettre datée du 21 mars 1955 relative au tome I de ses Recherches sur l’histoire de Thasos (1954), en réponse aux observations que, de manière très amicale, lui avait faites Seyrig, resté « Thasien » de cœur malgré l’éloignement 78. Quant à Louis Robert, il était parmi ses plus proches amis, en dépit d’un écart de près de dix ans et malgré des différences de tempérament, de milieu et de style. De fait, tous les livres du maître de l’épigraphie grecque — sans parler de ses articles soigneusement regroupés 79 — se trouvaient présents dans la 11e travée de la bibliothèque et ils étaient manifestement, pour la très grande majorité d’entre eux, des dons de l’auteur. Publié en 1963, l’exemplaire de Neuchâtel des Noms indigènes dans l’Asie Mineure gréco-romaine pourrait du reste témoigner — si besoin était — de la familiarité qui régnait entre les deux hommes, car on y lit cet envoi inattendu : « à Henri Seyrig, en fidèle affection, ces réflexions d’un voyageur, le dentiste An. Atoll » (ill. 15b), plaisanterie de potache que le spécialiste de l’Anatolie et plus particulièrement de la Carie n’osait sans doute faire qu’avec les plus intimes de ses anciens camarades athéniens 80. Faisant d’ailleurs imprimer dès 1938, pour « ses amis et compagnons de travail », une brochure intitulée Bibliographie et Index (1924-1937), Robert en adressait tout naturellement un exemplaire à Seyrig, avec une assez longue citation en allemand, dont il n’avait pas même besoin de mentionner l’auteur, sachant bien que son ami, en connaisseur qu’il était de toute la grande littérature européenne, saurait y reconnaître un passage assez caractéristique de Nietzsche, Also sprach Zarathustra 81.

Illustration 15.

Illustration 15.

Envois de livres à Seyrig : Troy, The coins, par A. R. Bellinger ; Noms indigènes dans l’Asie Mineure gréco-romaine, par L. Robert (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

  • 82 Même chose encore pour Dupont-Sommer & Robert 1964, avec un index et des observations critiques. O (...)
  • 83 Des feuillets de notes, avec des photos, ont ainsi été glissés dans l’exemplaire de Greek Walls (S (...)
  • 84 Turcan 1961, p. 45-54, avec un envoi à H. S. La brochure contient — outre la lettre partiellement c (...)

19Un dernier trait — avant de conclure par quelques mots sur le sort de cette bibliothèque — doit être encore souligné : c’est que l’on a affaire à la bibliothèque d’un homme pour qui les livres étaient d’abord des instruments de travail, même si leur aspect esthétique ne le laissait certainement pas indifférent. De cela on a de multiples preuves. Henri Seyrig fait beaucoup plus que feuilleter : il annote, il résume, il indexe même. Ainsi rédige-t-il de sa main une table détaillée, qui manque dans le volume imprimé, du contenu d’un fascicule, spécialement important pour lui, des Inscriptions de Délos 82 ; même chose pour les planches de l’ouvrage de Svoronos sur L’Hellénisme primitif de la Macédoine (ill. 16a-b). La confection d’index pour les ouvrages d’autrui est peut-être la chose qui surprend le plus aujourd’hui les lecteurs trop pressés que nous sommes, sans parler des plus jeunes, qui s’en remettent pieds et poings liés aux moteurs de recherche. Seyrig ne se livrait certes pas à cet exercice de manière systématique, mais seulement pour les livres auxquels il se référait fréquemment. Je donne ici en exemple — parce qu’il me semble intéressant à plus d’un titre — l’ouvrage du numismate britannique Michael Grant, From Imperium to Auctoritas, paru en 1946. Il y a un petit index au dos de la couverture (ill. 17), qui permet de retrouver aisément les ateliers monétaires. Le livre contient aussi un dossier de lettres, qui montre l’attention avec laquelle Seyrig prit d’emblée connaissance de l’étude et témoigne de la courtoisie avec laquelle il répondit — en anglais — aux demandes de l’auteur. Un dossier de cette ampleur est certes chose plutôt rare dans les ouvrages de la bibliothèque : mais il y en a néanmoins plus d’un exemple 83. Et parfois un papier isolé vient révéler un travail critique que l’on ne soupçonnait guère : Seyrig a ainsi consigné sur un feuillet ses observations sur un livre à paraître de l’historien Elias Bickerman, rencontré une dernière fois à Princeton en 1967 (ill. 18). Surtout, il faut prendre garde qu’une simple brochure peut contenir un trésor documentaire : par exemple, glissé dans un tiré à part 84, le double d’une longue lettre dactylographiée (dont l’original est peut-être perdu) à Ernest Will à propos d’un relief gallo-romain du Musée de Vienne (France), qu’il s’appliqua à revoir lors de son séjour en France en 1961. Car Seyrig donne à son ami la primeur d’une décision non encore officielle prise quelques mois plus tôt :

  • 85 La lettre est datée du 11 novembre 1961 et expédiée de Beyrouth, où H. S. dit à son correspondant (...)
  • 86 Cette affaire a été évoquée par E. Fontan dans sa communication sur « Henri Seyrig et les musées d (...)

« Avant de quitter Paris, j’ai envoyé ma démission au ministre, pour prendre effet le 31 mai prochain (1962). Je l’ai d’abord gardée secrète, mais n’y ai plus de raison maintenant 85 que les journaux m’apprennent que, depuis lors, le Conseil d’État a cassé ma nomination à la direction des musées. Voilà qui devrait me rendre libre immédiatement, puisque je ne suis plus capable de prendre une décision légale. Je n’avais occupé ce poste qu’à contrecœur, et maintenant on a l’obligeance de m’assurer que je ne l’ai jamais occupé du tout » 86.

  • 87 « Comme je vous l’ai dit, je trouve à l’article de Turcan rien d’irrespectueux, ni d’intentionnell (...)

20Ce qui est remarquable, c’est qu’après ce préambule où perce une certaine amertume, Seyrig fait preuve d’une parfaite sérénité dans le compte rendu de l’examen archéologique auquel il s’est livré à Vienne. Or, là aussi, l’affaire était délicate, puisqu’il s’agissait de prendre position sur une interprétation que venait de donner notre (futur) confrère Robert Turcan d’une pièce énigmatique, dont Ernest Will s’était lui-même occupé après Charles Picard : avec une admirable honnêteté intellectuelle, Seyrig tranche en faveur du jeune chercheur et dit sans ambages à son vieil ami qu’il a eu tort de suivre le patron de l’archéologie classique française et, plus encore, d’avoir réagi négativement à la nouvelle étude 87 ! Tout Henri Seyrig, me semble-t-il, est dans ce beau document.

Illustration 16.

Illustration 16.

Tables des matières rédigées par Seyrig pour un volume des Inscriptions de Délos ; index pour L’hellénisme primitif de la Macédoine de N. Svoronos (Bibliothèque de la faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

Illustration 17.

Illustration 17.

Index établi par Seyrig pour M. Grant, From Imperium to Auctoritas, 1946 (Bibliothèque de la faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)

© D. Knoepfler

Illustration 18.

Illustration 18.

Document relatif à un manuscrit d’E. Bickerman lu par Seyrig à Princeton en 1967

© BPU de Neuchâtel

  • 88 Comme il l’a rappelé dans sa communication au colloque (ce volume). Le signataire de ces lignes av (...)
  • 89 Furent vendus en particulier les périodiques que l’université possédait déjà, comme Syria, et d’au (...)
  • 90 Elle avait été créée, à l’instigation de l’auteur de ces lignes, dès l’installation en 1986 de la (...)
  • 91 Une présentation de la bibliothèque, sous le titre « Henri Seyrig le numismate, l’Université de Ne (...)
  • 92 Un paquet d’ex-libris fut effectivement remis à l’Université de Neuchâtel en 1973 et l’on put ains (...)

21Mais qu’est-il donc advenu, depuis 1973, des livres et des papiers achetés par l’État de Neuchâtel ? Je conclus là-dessus très brièvement. L’Université n’étant pas un musée, la nécessité s’imposa d’emblée d’intégrer cette bibliothèque à celles des instituts et des séminaires concernés au sein de la Faculté des lettres. Cela eut deux conséquences, certes fâcheuses, mais inévitables. Dans un premier temps, il fallut procéder à un partage en fonction du contenu des ouvrages, mais aussi des intérêts manifestés par les directeurs d’instituts. La part du lion revint certes aux sciences de l’Antiquité classique, mais l’Institut des langues orientales hérita assez naturellement de tout ce qui relevait de l’étude du Proche et du Moyen-Orient pré-hellénistique, y compris sur le plan archéologique. D’autres instituts encore eurent leur part, quoique nettement plus modeste. La seconde conséquence de ce parti pris utilitariste fut que les doublons durent être vendus, mais précisons que cette vente eut un caractère limité et personnel, s’adressant à un petit cercle d’amateurs « éclairés », dont fut Rolf Stucky 88. Elle permit ainsi à l’Université de récupérer une modeste partie des fonds investis 89. Tous les autres volumes furent enregistrés sur fiches cartonnées, qui furent intégrées aux divers fichiers existant alors, mais toujours avec l’indication H. S. (en bas à gauche) pour rappeler la provenance de l’ouvrage. Bien que ces fichiers ne servent plus guère aujourd’hui, la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel a eu la sagesse d’en établir une copie numérisée aisément consultable de partout. Depuis une quinzaine d’années, le classement des livres de la collection Seyrig a subi les effets du changement assez drastique introduit par l’informatisation des bibliothèques, celles de Suisse Romande en l’occurrence. Du fait de la disparition de quelques disciplines ou de la réorientation de certains instituts, bien des ouvrages de la bibliothèque Seyrig, en particulier dans le domaine de l’orientalisme, ont cessé d’être placés en accès direct pour être rangés, sans aucune logique d’ordre scientifique, dans des compactus moins aisément accessibles, ce qui, assurément, devrait aussi les protéger à l’avenir. En fait, c’est dans l’Institut des sciences de l’Antiquité — et plus particulièrement dans une petite salle réservée aux étudiants avancés et aux chercheurs 90 — qu’ont été rangés les ouvrages relevant de l’épigraphie et de la numismatique gréco-romaines, noyau de la bibliothèque (ill. 1991. Le nom de Salle Seyrig a été officialisé par l’administration. C’est là, de fait, que l’on peut voir la plus forte concentration d’ouvrages jadis rangés avec méthode dans le bureau du maître et portant tous désormais le sobre ex-libris (ill. 20) que Seyrig avait fait faire tardivement, sans doute déjà dans la perspective de la vente de la bibliothèque 92. Mais ces beaux livres côtoient les nouvelles acquisitions faites depuis 1973 dans le domaine des inscriptions et des monnaies tant grecques que romaines. Ainsi la bibliothèque Seyrig est restée, en certaines parties au moins, une bibliothèque vivante, conformément au vœu (peut-on penser) de ce savant qui était loin d’être un laudator temporis acti.

Illustration 19.

Illustration 19.

Une partie des volumes dans la « Salle Seyrig » de l’Université de Neuchâtel

© D. Knoepfler

Illustration 20.

Illustration 20.

Spécimen de l’ex-libris placé dans la plupart des ouvrages provenant de la Bibliothèque Seyrig

© D. Knoepfler

  • 93 Dans un premier temps, en effet — comme le révèle un certain nombre d’étiquettes encore existantes (...)
  • 94 Par exemple, deux lettres de la numismate Bluma Trell (New York University), avec laquelle H. S. c (...)
  • 95 Le Nouvel Observateur, no du 29 janvier au 4 février 1973, p. 38-39, intitulé « Un père illustre ». (...)

22Un dernier point, qui ne concerne pas le passé — ni même le présent — mais le futur : il reste en effet un gros travail à effectuer encore, c’est le classement, à peine ébauché et de façon peu satisfaisante, des milliers de tirés à part. Ceux-ci demeurent à peu près dans l’état où les avait laissés Seyrig, c’est-à-dire rangés par ordre alphabétique des noms d’auteur — après qu’il eut renoncé à un classement thématique ou géographique dont certaines étiquettes portent encore la trace 93 — dans de grands cartables de couleur bleu sombre ou noir (ill. 21), au nombre d’une centaine, entreposés eux-mêmes au sous-sol du bâtiment de la faculté. Il y a là, de toute évidence, un trésor, à la fois par la masse des publications rares, voire introuvables et par l’ample réseau de relations scientifiques et amicales dont témoigne cet ensemble extraordinairement bigarré. Toute suggestion faite hic et nunc — ou plus tard — pour mettre ce fonds en valeur sera donc volontiers transmise aux responsables de la Bibliothèque de l’Université. S’il faut, d’un côté, regretter le présent état de choses, il est permis, de l’autre, de se réjouir d’avoir encore devant les yeux les dossiers tels que Seyrig les avait lui-même constitués à la fin de sa vie. C’est peut-être en feuilletant ces innombrables brochures imprimées en tant de lieux divers, en retrouvant parmi elles des papiers, des notes, des lettres (dont les plus récentes datent de l’automne 1972) 94, que l’on comprend pourquoi la mort assez brutale d’Henri Seyrig le 21 janvier 1973 suscita une si vive et sincère affliction en de très nombreux milieux, jusque dans un magazine comme Le Nouvel Observateur 95 : car tous — archéologues de terrain, historiens, numismates, conservateurs de musée, collectionneurs d’objets d’art ou même « simples » journalistes ! — nous perdions avec lui un homme éminemment apte et naturellement disposé à répondre (ne serait-ce que par l’expression d’un doute) aux questions de chacun de nous.

Illustration 21.

Illustration 21.

Les dossiers de tirés à part recueillis ou reçus par Seyrig (compactus au sous-sol de la faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel).

© D. Knoepfler

Cette recherche a bénéficié de l’aide de plusieurs personnes, que je tiens à remercier ici : à l’Université de Neuchâtel, Mme M. Stubenvoll, bibliothécaire en chef, et M. Giancono Giallanza, assistant à l’Institut des sciences de l’Antiquité, que mon collègue le professeur Hédi Dridi, titulaire de la chaire d’archéologie méditerranéenne, a bien voulu mettre à ma disposition pour scanner les pages de titre ou les notes manuscrites d’un certain nombre d’ouvrages de la bibliothèque Seyrig. Je sais gré à mon élève et ancien assistant à Neuchâtel et au Collège de France, M. Thierry Châtelain, directeur de la Bibliothèque Publique et Universitaire — où un Fonds Henri-Seyrig a été créé récemment — de m’avoir notamment fourni un cliché de l’ivoire donné à cet établissement par Hermine de Saussure-Seyrig et des fichiers qui y sont conservés. Deux anciens membre de l’École française d’Athènes, M. Samuel Provost à l’Université de Nancy et Mme Delphine Ackermann à l’Université de Poitiers (elle-même docteur des Universités de Neuchâtel et de Nancy) m’ont fourni de très utiles informations, celui-là sur le Fonds Paul-Perdrizet (voir la contribution de S. Provost, ce volume), celle-ci sur les documents Seyrig conservés à l’ÉfA, à l’examen desquels elle a consacré une étude qui, faute de pouvoir être publiée dans le cadre de ce colloque, fera l’objet d’un article à part. M. Romaric Bardet, A.T.E.R. au Collège de France, m’a assisté dans la confection du dossier d’illustrations. Enfin et surtout, je suis redevable de maints renseignements à M. Duncan Youngerman, qui a toujours répondu avec la plus cordiale obligeance à mes demandes concernant l’environnement familial de son grand-père.

Haut de page

Bibliographie

Babelon (E.) 1890 Les rois de Syrie, d’Arménie et de Commagène : catalogue des monnaies grecques de la Bibliothèque nationale, Paris, Rollin & Feuardant.

Badoud (N.) dir. 2011 Philologos Dionysios. Mélanges offerts au professeur Denis Knoepfler, Genève, Droz.

Barbet (A.) dir. 2004 Mikhaïl Rostovtseff. La Peinture décorative antique en Russie méridionale, trad. A. Fraysse et A. Rychtecky, Paris, De Boccard.

Bellinger (A. R.) 1961 Troy, The Coins (Supplementary Monographs 2), Princeton, Princeton University Press.

Bonnet (C.) 2013 « Ernest Renan et les paradoxes de la Mission en Phénicie », H. Laurens (éd.), Ernest Renan, la Religion, la Science, la République, Paris, O. Jacob, p. 101-120.

van Berchem (D.) 1936 « Tessères ou calculi. Essai d’interprétation des jetons romains en plomb », RN 4/39, p. 297-315.

Chambet (C.-P.) 1972 « Un salon et 25 000 pièces », Feuille d’Avis de Neuchâtel – L’Express 27 janvier, p. 10.

Chapouthier (F.) 1930 Les écritures minoennes au Palais de Mallia, Paris, P. Geuthner.

Chapouthier (F.) 1935 Les Dioscures au service d’une déesse, Paris, De Boccard.

Conze (A.) 1860 Reisen auf den Inseln des thrakischen Meeres, Hanovre, C. Rümpler.

Conze (A.) 1865 Reise auf die Insel Lesbos, Hanovre, C. Rümpler.

Cumont (F.) 1896 « L’éternité des empereurs romains », Revue d’Histoire et de Littérature religieuses 1, p. 435-452.

Cumont (F.) 1897 « Hypsistos », Revue de l’Instruction publique en Belgique, suppl. 40, p. 1-15.

Cumont (F.) 1913 Musée Royaux du Cinquantenaire. Catalogue des sculptures et inscriptions antiques (monuments lapidaires), Bruxelles, Vromant.

Demargne (P.) & Gallet de Santerre (H.) éd. 1953 Fouilles exécutées à Mallia par l’École française d’Athènes. Exploration des maisons et quartiers d’habitation (1921-1948), Études crétoises IX ; Mallia, I, Paris, P. Geuthner.

Dunant (C.) & Pouilloux (J.) 1958 Études thasiennes, V. Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, Paris, De Boccard.

Dupont-Sommer (A.) & Robert (L.) 1964 La Déesse de Hiérapolis Castabala, Paris, A. Maisonneuve.

Dussaud (R.) 1929 « Deux nouveaux bronzes de Jupiter Héliopolitain au Musée du Louvre », Monuments et Mémoires de la Fondation Eugène Piot, XXX, Paris, E. Leroux p. 77-100.

Ebersolt (J.) 1910 Le Grand Palais de Constantinople et le Livre des Cérémonies, Paris, E. Leroux.

Fagnan (E.) éd. 1881-1885 A.-J. Letronne. Œuvres choisies, 6 vol., Paris, E. Leroux.

Février (J. G.) 1931a La religion des Palmyréniens, Paris, J. Vrin.

Février (J. G.) 1931b Essai sur l’histoire politique et économique de Palmyre, Paris, J. Vrin.

Giroud (J.-C.) & Schlup (M.) éd. 2013 Eric de Coulon, affichiste (1888-1956). Patrimoine de la Bibliothèque Publique et Universitaire, Neuchâtel, Association des amis de l’affiche suisse.

Hansen (P. H.) 1983 Carmina Epigraphica Graeca I, Berlin, W. de Gruyter.

Heberdey (R.) & Wilhelm (A.) 1896 Reisen in Kilikien, ausgeführt 1891 und 1892 (Denkschriften der Kaiserlichen Akademie der Wissenschaften ; Philosophisch-historische Classe 44.6), Vienne, C. Gerold’s Sohn.

Heuzey (L.) 1860 Le mont Olympe et l’Acarnanie. Exploration de ces deux régions, avec l’étude de leurs antiquités, de leurs populations anciennes et modernes, de leur géographie et de leur histoire, Paris, Firmin-Didot.

Heuzey (L.) 1876-1877 Mission archéologique de Macédoine, Paris, Firmin-Didot.

Holleaux (M.) 1889 Discours prononcé par Néron à Corinthe en rendant aux grecs la liberté, 28 novembre 67 J.-C., Lyon, Pitrat aîné.

Holleaux (M.) 1933 « Une inscription de Séleucie-de-Piérie », BCH 57, p. 6-67 [= Études d’épigraphie et d’histoire grecques, III, Paris, De Boccard, 1942, p. 199-254].

Humann (G.) & Puchstein (O.) 1890 Reisen in Kleinasien und Nordsyrien. Ausgeführt im Auftrage der Königlichen Preussischen Akademie der Wissenschaften, Berlin, D. Reimer.

Knoepfler (D.) 1994 « Jacques Tréheux (1914-1994) », Annales 1993/1994 de l’Université de Neuchâtel, p. 279-282.

Knoepfler (D.) 1996a « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un “Athénien” atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », Cent cinquantenaire 1846-1996 de l’École française d’Athènes (BCH 120), p. 285-309.

Knoepfler (D.) 1996b « Préface », Spoerri (M.), Monnaies provinciales de l’Orient romain. Collections du Cabinet de numismatique (Cahiers romands de numismatique 5), Neuchâtel / Lausanne, Musée d’art et d’histoire, p. 10.

Knoepfler (D.) 2013 « Le recours aux inscriptions dans l’Histoire des origines du christianisme : souci de renouvellement ou coquetterie d’érudit ? », H. Laurens (éd.), Ernest Renan, la science, la religion, la République, Paris, O. Jacob, p. 121-143.

Knoepfler (D.) 2010 « Les agonothètes de la Confédération d’Athéna Ilias. Une interprétation nouvelle des données épigraphiques et ses conséquences pour la chronologie des émissions monétaires du Koinon », Studi ellenistici 24, p. 33-62.

Lanckoronski (C.) 1890-1893 Les Villes de Pamphylie et de Pisidie, 2 tomes, Paris, Firmin-Didot.

Le Rider (G.) 1973a « Henri Seyrig », SNR 52, p. 167-171.

Le Rider (G.) 1973b « Henri Seyrig, 1895-1973 », RN 6e série, XV, p. 7-10.

Letronne (J.-A.) 1842-1848 Recueil des inscriptions grecques et latines de l’Égypte, Paris, Imprimerie royale.

Mélanges Maspero, II 1937 Orient grec, romain et byzantin (MIFAO 67), Le Caire, Ifao.

North (M.) 1960 Neuchâtel, petite ville rangée, Neuchâtel, Ides et Calendes.

Oulié (M.) 1926 Les animaux dans la peinture de la Crète préhellénique, Paris, F. Alcan.

Oulié (M.) 1930 Quand j’étais matelot, Paris, 1930 [réédité en 2004 sous le titre Cinq filles en Méditerranée – 1925, Rennes, Ouest-France].

Oulié (M.) & Saussure (H. de) 1926 La Croisière de « Perlette », 1700 milles dans la Mer Egée, illustré par Henri-B. de Saussure, Paris, Hachette.

Perdrizet (P.) 1908 Fouilles de Delphes. V. Monuments figurés 1. Petits bronzes. – Terres cuites. Antiquités diverses, Paris, A. Fontemoing.

Picard (C.) 1931 « Les influences étrangères au tombeau de Petosiris : Grèce ou Perse ? », BIFAO 30, p. 201-227.

Pirenne (J.) 1961 Le Royaume sud-arabe de Qatabân et sa datation d’après l’archéologie et les sources classiques, jusqu’au Périple de la Mer Erythrée (Bibliothèque du Muséon 48), Louvain, Publications universitaires et Institut orientaliste.

Pouilloux (J.) 1954 Études thasiennes, III. Recherches sur l’histoire et les cultes de Thasos, Paris, De Boccard.

Pourtalès (G. de) 1937 La Pêche miraculeuse, Paris, Gallimard.

Pourtalès (G. de) 2014 Journal de la Guerre 1914-1918, éd. établie, annotée et présentée par S. Pétermann, Genève, Zoé.

Raggi (A.) 2006 Seleuco di Rhosos. Cittadinanzae privilegi nell’Oriente greco in età tardo-repubblicana (Studi ellenistici 18), Pise, Giardini.

Renan (E.) 1864-1874 Mission de Phénicie, Paris, Imprimerie nationale.

Robert (L.) 1974 Opera Minora Selecta (Épigraphie et antiquités grecques, IV, Bibliographie et rapports sur les cours et les travaux), Amsterdam, A. M. Hakkert

Rostovtseff (M.) 1913-1914 La Peinture décorative antique en Russie méridionale (en russe), Saint-Pétersbourg.

Rougemont (D. de) 1974 « Cabinet de numismatique », Bibliothèques et Musées (de la ville de Neuchâtel), p. 64-72.

Rougemont (D. de), North (M.) & Baillod (J.-P.) éd. 1972 2000 ans de monnaies à Neuchâtel, [exposition tenue] du 30 juin au 17 septembre 1972, Neuchâtel, Musée d’art et d’histoire.

Sandoz (C.) 2006 « Georges Redard (1922-2005) », Cahier Ferdinand de Saussure, Revue suisse de linguistique générale 58, 2005, p. 21-25.

Saussure (H. de) 1958 Rousseau et les manuscrits des Confessions, Paris, De Boccard.

Saussure (H. de) 1974 Étude sur le sort des manuscrits de Jean-Jacques Rousseau, Neuchâtel, H. Messeiller.

Schwarzenbach (A.) 2008 Lettres à Claude Bourdet, 1931-1938, éd. établie, trad. et annotée par D. L. Miremont, Carouge/Genève, Zoé.

Scranton (R. L.) 1941 Greek Walls, Cambridge Mass., HarvardUniversityPress.

Seyrig (H.) 1924 « Chronique des fouilles », BCH 48, p. 502.

Seyrig (H.) 1928 Compte rendu de Baalbek, herausgegeben von Th. Wiegand, Litteris V 3, 1928, p. 165-178 (= Scripta Varia, p. 51-64).

Seyrig (H.) 1929 « Inscriptions de Gythion », Revue Archéologique 1929/1, p. 84-106 (= Scripta Varia, p. 671-693).

Seyrig (H.) 1932 « Antiquités syriennes 7. Décret de Séleucie et ordonnance de Séleucus IV », Syria 13, p. 255-259.

Seyrig (H.) 1970 « L’inscription du tétrarque Lysanias à Baalbek », A. Kuschke & E. Kutsch (éd.), Archäologie und Altes Testament. Festschrift für Kurt Galling zum 8. Januar 1970, Tübingen, J. C. B. Mohr, p. 252-254.

Seyrig (H.) 1971 « Monnaies hellénistiques », RN 6e série, 13, p. 7-25.

Seyrig (H.) 1973 Trésors monétaires séleucides, II. Trésors du Levant anciens et nouveaux (BAH 94), Paris, P. Geuthner.

Stähelin (F.) & Stehlin (K.) 1925 « Das Römerdenkmal in Basel », Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde 23, p. 155-166.

Terrier (Ph.) 2011 Le Pays de Neuchâtel vu par les écrivains de l’extérieur du milieu du xixe siècle à l’aube du xxie siècle, Hauterive (Neuchâtel), Attinger.

Thiersch (H.) 1930 Ependytes und Ephod. Gottesbild und Priesterkleid im alten Vorderasien (Geisteswissenschaftliche Forschungen 8), Stuttgart, W. Kohlhammer.

Turcan (R.) 1961 « Cybèle et la Déesse Syrienne : à propos d’un relief du Musée de Vienne (Isère), Revue des Études Anciennes 63, 1-2, p. 45-54.

Will (E.) 1973 « Henri Seyrig (10 novembre 1895 – 21 janvier 1973) : nécrologie » Syria 50, p. 259-265.

Wrede (W.) 1928 « Der Maskengott », Ath. Mitt. 53, p. 66-95.

Haut de page

Notes

1 Schwarzenbach 2008, p. 52, lettre no 26 du 11 janvier 1934, avec des notes bien informées sur Henri et Hermine Seyrig, de même que sur D. Schlumberger.

2 « Henri Seyrig et les archéologues suisses en Syrie et au Liban ».

3 Voir la contribution de Duncan Youngerman, « Henri Seyrig ab ovo », dans ce volume.

4 Comme le rappelle G. Le Rider (1973a), en particulier p. 169, « des arrières grands-parents d’H. S. du côté maternel étaient neuchâtelois (famille de Lacroix), et c’est dans un endroit pittoresque du Val-de-Travers, près du cirque rocheux du Creux-du-Van, qu’il passa bien des étés ».

5 Son écriture a été formellement identifiée par M. Duncan Youngerman.

6 Chef-lieu du district du Val-de-Travers, ce bourg s’enorgueillit d’être la patrie d’un prix Nobel de physique (1920), Charles-Edouard Guillaume (cf. Dictionnaire historique de la Suisse, t. 6 (2006), p. 101-102, dont il est loisible de penser qu’il était connu de la famille Seyrig (même si les archives familiales ne paraissent pas conserver le souvenir de cette relation probable). La vue de Fleurier qui illustre cette carte postale (déposée maintenant dans le Fonds Henri-Seyrig de la BPU de Neuchâtel) a fait l’objet d’une première publication dans Pèlerinage des souvenirs. En mémoire de Martine Knoepfler, née Buchet 1944-2009, p. 11 et pl. IV, opuscule édité en 2010 par l’auteur de cette communication, et cela à cause des liens que la famille de son épouse entretenait avec ce village.

7 Elle m’a été communiquée par Samuel Provost et Delphine Ackermann (voir la note liminaire).

8 L’idée de traiter d’un tel sujet lui était certainement venue peu auparavant : car c’est en avril-mai de cette même année 1926 qu’au cours d’un voyage dans le Péloponnèse fait en compagnie de son ami Fernand Chapouthier (qui commençait alors à travailler sur les antiquités de Sparte), Seyrig put copier à Gytheion la célèbre inscription — encore inédite à cette date — relative au culte de Tibère et de la famille impériale, document essentiel dont il devait donner une édition améliorée, avec traduction et commentaire (Seyrig 1929). Un carnet de voyage déposé à la BPU de Neuchâtel contient les notes prises à l’occasion de ce voyage : voir Knoepfler 1996a, p. 292 et n. 53. Sur le séjour d’H. S. à Athènes, on verra aussi, maintenant, les réflexions plus générales d’O. Picard dans ce volume.

9 Pour sa participation aux fouilles en 1924 et 1925 (avec Hermine de Saussure), voir Demargne & Gallet de Santerre 1953, page de titre (cf. aussi le vol. X des Études crétoises). Parmi ses publications, on relèvera Les animaux dans la peinture de la Crète préhellénique (Oulié 1926), dont un exemplaire se trouvait dans la bibliothèque Seyrig.

10 Les principaux membres de cette famille ont l’honneur d’une notice plus ou moins développée dans un tout récent volume du Dictionnaire historique de la Suisse, t. 11 (2011), p. 95 sqq. Mais ce n’est pas le cas d’Hermine, en dépit de ses travaux sur Rousseau, ni non plus, du reste, d’H. Seyrig lui-même, malgré ses liens avec ce pays et les services rendus aux archéologues suisses.

11 D. Youngerman, dans ce volume.

12 Dans les carnets de Neuchâtel, il est fait mention de ce second séjour à Samothrace du 8 au 17 juin 1924. Pour la publication qui en résulta en 1925, cf. Knoepfler 1996a, p. 287-288 et n. 24. La « longue intimité intellectuelle » qui s’était nouée dès avant le séjour athénien entre les deux camarades trouve son expression chez Chapouthier 1935, p. VII (dont l’exemplaire de Neuchâtel porte cet envoi : « à mon ami H. S., cet ouvrage que je lui offre sous le signe des dieux amis »). On relèvera aussi la dédicace de Chapouthier à Seyrig de ses Écritures minoennes au Palais de Mallia (1930) : « propter decem annorum amicitiam ».

13 Oulié & Saussure 1926, avec (en frontispice) une photo du voilier et de son « capitaine » (qui n’était autre qu’Hermine !) ; pour le séjour à Thasos, voir p. 163-165. L’année suivante (1925), les deux amies, avec trois autres jeunes femmes dont la future ethnologue Ella Maillart, firent en Méditerranée un voyage dont le récit a été publié par M. Oulié (1930).

14 Les fouilles qu’H. S. montra aux visiteuses sur l’Acropole — essentiellement le dégagement d’une partie de la forteresse génoise — durent être d’ampleur assez réduite (cf. Seyrig 1924, p. 502), car son activité à Thasos depuis 1923 s’était concentrée sur la Porte dite « de Sémélé » ; et c’est en 1925 seulement qu’il entama l’exploration de l’important quartier dit « du Champ Dimitriadis », avec des découvertes marquantes. « La fouille de l’acropole ne vaut vraiment pas davantage », écrivait d’ailleurs Seyrig dans un récit de ses négociations avec le contremaître thasien (cité par O. Picard, dans ce volume).

15 R. Stucky (dans ce volume) fait état, sur ce point, d’une lettre bien significative d’H. S. à son ami D. van Berchem après que celui-ci eut été nommé à Bâle en 1956 : « vous voilà dans une des plus belles chaires de l’Europe (…) : il n’y a pas de public plus éclairé (que les Bâlois). Si je devais habiter l’Europe, c’est une des rares villes que je choisirais ». À partir de 1967, il s’y rendit souvent, non seulement pour y étudier ou y acquérir des monnaies que son ami le numismate Herbert Cahn proposait à la vente, mais aussi pour y visiter des expositions d’art moderne et contemporain.

16 Pourtalès 1937, roman cité ici d’après l’édition Folio de 1980 (en 2 vol.), avec une préface de François Nourrissier datée de 1969, 2e livre, ch. I, vol. I, p. 87 sqq. pour l’évocation de la vie à Neuchâtel avant 1914, quand le héros du livre, Paul de Vilars, y séjourne comme l’avait fait l’auteur lui-même dans sa jeunesse (la citation en p. 95 : « dites-moi ce que vous êtes venu chercher dans la ville la plus oubliée d’Europe » ; cf. encore vol. II, p. 309 : « jamais cette ville ne lui parut plus retirée de la vie des vivants »). Cf. Terrier 2011, p. 199 sqq. pour d’autres extraits. Guy de Pourtalès a laissé un charmant portrait de Miette (sa petite-cousine par alliance), rencontrée lors d’un bal à Strasbourg le 31 décembre 1918 : « La petite Miette coiffée d’un nœud rouge éclatant et en costume d’Alsacienne était tout à fait jolie » (Pourtalès 2014, p. 734).

17 Lors de l’exposé oral, cette mise en valeur de Neuchâtel à des fins touristiques a été illustrée par une affiche datant de 1929, due à É. de Coulon, dessinateur suisse de talent qui connut un grand succès dans la France de l’entre-deux-guerres : voir Giroud & Schlup 2013, p. 40-41. Si H. S. appréciait grandement « la vue la plus aimable du monde » qu’offrait son appartement de la rue des Saars, il affectait d’être moins sensible au panorama « sur les Alpes (pour ceux qui les aiment !) » qu’à « la vue sur le lac » (voir les deux lettres de 1966 à D. van Berchem alléguées par R. Stucky, dans ce volume). Son épouse n’y était pas moins attachée, comme en témoignerait, au besoin, une carte postale montrant une « Vue depuis Chaumont » qu’elle nous adressait, à ma femme et à moi, en janvier 1976, alors que nous séjournions à Princeton : « Que cette vue des Alpes ne vous donne pas le mal du pays ! ».

18 Présenté naguère au Président François Mitterrand lors d’une visite officielle en Suisse. Au printemps 2014, un nouvel « Espace Rousseau » a été inaugurée à la BPU.

19 Saussure 1958. Il ressort de cet ouvrage qu’elle avait fait plusieurs séjours à Neuchâtel dès 1952. En 1974 encore, elle publiait dans cette ville une Étude sur le sort des manuscrits de Jean-Jacques Rousseau (Saussure 1974).

20 Sur ce don en particulier, avec reproduction de l’ivoire sculpté, voir la notice parue peu de mois après le décès de la donatrice au début de 1984 dans le journal local, Feuille d’Avis de Neuchâtel – L’Express, 21-22 juillet 1984, p. 7, sous le titre « Une rousseauiste peu commune », article bien informé dû à la bibliothécaire M(aryse) S(urdez), alors responsable des fonds manuscrits.

21 Lettre découverte et publiée par R. Stucky, dans ce volume. Neuchâtel fut ainsi le dernier domicile d’H. S. jusqu’à son décès dans l’hôpital de cette ville le 21 janvier 1973, tandis que son épouse, qui lui survécut plus de dix ans, y demeura presque jusqu’à la fin de ses jours.

22 North 1960. Sur cet artiste (1909-1990), voir le catalogue de l’exposition qui lui a été consacrée en 2009 par la Bibliothèque Publique et Universitaire, où sont déposées ses archives artistiques.

23 Rappelons que Delphine Seyrig (1932-1990) avait triomphé en 1961 dans L’année dernière à Marienbad d’Alain Resnais ; pour la réaction très positive de Seyrig au succès (relativement tardif) de sa fille, voir D. Youngerman, dans ce volume.

24 Voir Annales de l’Université de Neuchâtel 1971/1972, p. 107-108, avec un éloge lu par le doyen d’alors de la Faculté des lettres, le professeur Marc Eigeldinger. Peu après, à Berne en novembre 1972, H. S. fut nommé membre d’honneur de la Société suisse de numismatique (cf. Le Rider 1973a, p. 171). Il est surprenant qu’il n’ait été honoré ni à Lausanne ni à Genève, alors qu’il fut manifestement, pendant son mandat en Syrie et au Liban, à l’origine de la fouille du sanctuaire de Baalshamin à Palmyre dirigée par son ami Paul Collart, professeur dans ces deux universités (voir R. Stucky, dans ce volume).

25 L’intéressée, Mme Denise de Rougemont — présente à Paris lors du colloque « Henri Seyrig » — l’a rappelé à diverses reprises : voir notamment Rougemont et al. 1972 ; Rougemont 1974. Cf. aussi Chambet 1972 ; Knoepfler 1996b.

26 Comme a bien voulu me le préciser mon collègue Roland Kehr, incomparable connaisseur de l’histoire des collections du Musée d’ethnographie de Neuchâtel, en divers messages de septembre 2013 à propos d’H. S. : « Sa vente de pièces (coll. 70.9.1 à 43) surtout amérindiennes au MEN [a eu lieu] peu d’années avant son décès ; [il s’était] directement fourni à la Haye Foundation pour certaines de ces pièces (masques de la côte NW, si j’ai bonne mémoire) ».

27 Il s’agissait du no 3 dans la bibliographie imprimée en tête de Badoud 2011. Aussitôt après, je pus lui envoyer le no 5, qui traitait d’antiquités conservées à Neuchâtel, puis les deux premiers articles publiés par l’École française d’Athènes (ibid. no 6 et 7). J’ai retrouvé ces travaux fort bien classés dans la collection des tirés à part d’H. S. En retour, celui-ci avait eu l’amabilité de m’adresser, « en sincère hommage et remerciement », son article « Monnaies hellénistiques » (Seyrig 1971), de même que son étude sur « L’inscription du tétrarque Lysanias à Baalbek » (Seyrig 1970).

28 Le Rider (1973b, p. 10) évoque une conversation téléphonique qu’il eut avec lui « pendant son séjour à l’Hôpital de Neuchâtel » en janvier 1973. Cf. aussi sa nécrologie détaillée d’H. S. (Le Rider 1973a). Tout récemment, à l’occasion même du colloque Seyrig, il a rappelé les passages qu’il fit lui-même à Neuchâtel chez H. S. : « très accueillant, il mettait à la disposition de ses hôtes un appartement indépendant. Pour G. Le Rider, ce furent des séjours très instructifs. Il apportait à Neuchâtel ses propres productions en cours, notamment son travail sur Philippe II, et les discussions étaient fructueuses » (F. de Callataÿ, dans ce volume).

29 Seyrig 1973. Parmi toutes les dettes de reconnaissance que j’ai contractées à l’égard de G. Le Rider, l’une des premières — après celle qu’a constitué son enseignement à l’École pratique des hautes études, suivi entre 1968 et 1970 — fut de recevoir de lui un exemplaire des Trésors anciens et nouveaux, dont la préface était datée de « Neuchâtel, janvier 1973 ». Puis il y eut, de 1973 à 1975, un fructueux échange de lettres au sujet de la bibliothèque Seyrig elle-même.

30 1973, on s’en souvient peut-être, est l’année du premier choc pétrolier ; les budgets publics s’en ressentirent immédiatement, sinon durablement.

31 Cf. Knoepfler 1994. J. Tréheux n’était jamais allé au Proche-Orient, mais il avait pu rencontrer Seyrig à Athènes, Paris ou Nancy, avant de le revoir à Neuchâtel à partir de 1967.

32 Cf. Sandoz 2006. Ce linguiste, professeur aux universités de Berne et de Neuchâtel, avait entamé dans les années cinquante une vaste enquête sur les dialectes iraniens de l’Afghanistan : il fut donc en contact avec D. Schlumberger et dut rencontrer Seyrig lui-même lors d’une escale à Beyrouth. À en juger, cependant, par la collection de tirés à part, ni Redard ni Tréheux ne paraissent avoir jamais envoyé leurs travaux à H. S.

33 J’ai plaisir à noter que si la fille de cet ancien collègue à la Faculté des lettres de Neuchâtel, Mme Marguerite Spoerri Butcher, est aujourd’hui une numismate reconnue, c’est à l’existence de la bibliothèque Seyrig qu’elle doit, au moins indirectement, sa vocation.

34 Une photocopie de cette lettre du 10 juillet 1973 au doyen de la Faculté des lettres est conservée dans les archives de la Bibliothèque de l’Université de Neuchâtel (j’en dois la connaissance à la directrice de cet établissement). En voici le passage essentiel : « C’est la raison pour laquelle, et d’entente avec M. Tréheux, professeur d’archéologie classique et d’histoire ancienne, je formule par la présente la demande que M. Denis Knoepfler, qui est spécialisé en archéologie classique, soit chargé, au titre d’assistant temporaire et pour une année, du travail de cotation et de cataloguement des ouvrages susmentionnés. J’espère que cette requête pourra être satisfaite, car il importe que cette si riche et précieuse bibliothèque soit dès que possible mise à la disposition des étudiants et des chercheurs ».

35 Cet inventaire, déposé aujourd’hui à la BPU de Neuchâtel (Fonds Henri-Seyrig), avait été confié à Marie Leuba-Ellenberger (1945-2007), alors étudiante en théologie et lettres, auteur en 1972 d’un mémoire inédit sur « La titulature des rois parthes arsacides », dans l’avant-propos duquel elle remercie H. S. pour son hospitalité.

36 Voir les contributions d’É. Gubel et de M. Pic dans ce volume. Dans ce domaine, la curiosité d’H. S. s’est étendue bien au-delà de la sphère gréco-romaine : elle a embrassé en fait toute la glyptique syro-phénicienne, y compris les cylindres avec inscriptions cunéiformes, comme en témoignent les collections qu’il a léguées au Cabinet des Médailles de la BnF (cf. aussi Mathilde Avisseau-Broustet, dans ce volume). Une fois parvenus à l’Université, les ouvrages relevant de la glyptique ont nécessairement dû être ventilés entre ce qui était en 1973 le SLO (« Séminaire de linguistique et d’orientalisme ») — où furent déposés les travaux de L. Delaporte, E. Poralla, M. Mallowan et de bien d’autres archéologues orientalistes — et le SP (« Séminaire de philologie classique », auquel se rattachait l’enseignement d’archéologie et d’histoire ancienne), qui hérita des recueils de glyptique grecque et romaine comme aussi des ouvrages de sigillographie et, plus généralement, d’archéologie et d’histoire byzantines.

37 D’autres ouvrages consacrés à l’étude des monnaies — ainsi le Traité et les Catalogues d’Ernest Babelon, de même que les principales revues numismatiques — se trouvaient rangés dans la travée 16, tandis que la travée 18 accueillait la série, tenue à jour, des in-folio de la Sylloge Nummorum Graecorum, de même que les travaux de Georges Le Rider.

38 Ainsi The Greek-English Lexicon de Liddell, Scott et Jones, le Roescher’s Lexikon der gr. und röm. Mythologie (la publication du LIMC ne devait commencer que plus tard), le Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines de Daremberg et Saglio, etc.

39 La plupart des autres publications de L. Robert étaient placées un peu plus loin, dans la travée 11, secteur des ouvrages d’histoire grecque et romaine (10-12).

40 Pour les liens étroits que D. Schlumberger entretint avec H. S. depuis l’expédition de Syrie en 1925 jusqu’à sa mort en 1972, voir le bel article nécrologique publié par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1978, dû à son collègue de Strasbourg, puis confrère Pierre Amandry.

41 Lui aussi en contact étroit avec Seyrig, à la fois comme « Thasien », puis en tant que spécialiste du Moyen-Orient hellénistique.

42 Dont il put acquérir aussi l’ouvrage non moins célèbre — et non moins rare ! — sur Le mont Olympe et l’Acarnanie (Heuzey 1860).

43 Barbet 2004. L’exemplaire même de Seyrig déposé à Neuchâtel a servi dans la première phase de cette entreprise, quand notre collègue de Lausanne Michel Fuchs conçut, vers 1985, le projet d’une traduction de l’ouvrage resté si méconnu de Rostovtseff (cf. p. xi sqq. de l’introduction).

44 Indication qui figure encore, à l’intention du relieur libanais, dans certains volumes.

45 On observe en effet que les recueils constitués de travaux antérieurs à ca 1950 ont une reliure demi-toile plus simple : ainsi les volumes contenant certains des articles les plus anciens de savants tels que M. Rostovtseff (Mélanges, 1926-1940) ou L. Robert (Mélanges, 1930-1933 et 1934-1935 ; le second de ces volumes, étant en mauvais état, a été rangé parmi les tirés à part, sans être catalogué) ; les quatre autres volumes de la série Robert ne paraissent pas avoir été confectionnés avant le milieu des années soixante. C’est nécessairement après son départ de Beyrouth que Seyrig fit relier, toujours de la même façon, le tome VI, paru en 1968, des Études d’épigraphie et d’histoire grecques de M. Holleaux et le dernier tome factice du Bulletin épigraphique, qui réunit les années 1967-1970 ; mais peut-être est-ce néanmoins dans l’atelier bérytain habituel que le travail fut encore commandé à distance.

46 Ainsi quelques articles de Macridy Bey sont reliés sous le titre Larnaca, Thasos, Notion, des travaux de C. Picard sous celui de Thrace, Macédoine, Thasos. Un cas particulier est constitué par le volume qui, sous le titre Thasiaca, réunit des travaux de plusieurs « Thasiens » (A. Bon, A. de Coiney, G. Daux, P. Devambez, M. Launey), dont Seyrig lui-même, notamment son article sur « Quatre cultes de Thasos », avec — chose curieuse — un envoi à P. Roussel (cf. n. 65).

47 G. Le Rider, chez F. de Callataÿ (dans ce volume), apporte son témoignage sur ce jeu de mot qu’il avait dû entendre dans la bouche de Seyrig (mais il ne cite pas expressément le titre du volume, qu’il n’avait peut-être pas eu l’occasion de voir à Beyrouth ou à Neuchâtel). L’auteur ainsi malicieusement désigné était un orientaliste honorablement connu, James Germain Février, directeur d’études délégué à l’EPHE qui avait publié simultanément deux essais palmyréniens, l’un sur La Religion des Palmyréniens, l’autre sur l’Histoire politique et économique des Palmyréniens (Février 1931a, 1931b) ; reliés en un volume, ces deux ouvrages furent nécessairement lus avec attention par H. S. au début de ses fouilles à Palmyre. Il fit relier également les fascicules de l’Inventaire des inscriptions de Palmyre dû à Jean Cantineau.

48 Y compris celui de Beyrouth, selon toute apparence ; cf. n. 44-45.

49 C’est aussi le cas de quelques volumes anciennement constitués (avant ca. 1940) : par exemple pour une partie des articles d’A. D. Nock ou de M. Rostovtseff.

50 Autres savants dont les travaux ont été ainsi réunis en un ou plusieurs volumes : Andreas Alföldi, Denis van Berchem, Fernand Chapouthier, Franz Cumont, Glanville Downey, Jean Formigé, Octave Guéraud, Ernst Honigmann, le Père Jalabert, P. Jouguet, Gawril Kazarov, Isidore Lévy, le Père René Mouterde (4 vol.), Martin P. Nisson, Arthur Darby Nock (2 vol.), Paul Perdrizet, Friedrich Pfister, André De Ridder, Louis Robert (5 vol. : cf. n. 79), Pierre Roussel, Michael Rostovtseff (pas moins de 7 vol. !), Georges Seurre, Henri Stern et d’autres encore.

51 Cf. Knoepfler 2013, p. 127 sqq. pour l’exemplaire Seyrig de la Mission de Phénicie ; sur cette œuvre, Bonnet 2013.

52 Mlle Van Leeuwen-Boonkamp, communication personnelle de D. Youngerman.

53 M. Youngerman a bien voulu, dans un courriel du 16 novembre 2013, me faire le commentaire suivant : « L’animal est la sarigue, marsupien du continent américain. La représentation des deux petits sur son dos est assez prophétique, puisque Henri sera bientôt père de deux enfants, état qu’il était encore loin d’envisager. Quant à la Syrie, bien qu’il y ait été très attaché, c’est bien la chouette qui correspond le mieux à Henri, qui n’a cessé de dire jusqu’à la fin de sa vie : la Grèce est ma vraie patrie ».

54 On rappellera cependant que la fortune de ses parents, « riches drapiers de Mulhouse » (G. Le Rider chez F. de Callataÿ, dans ce volume), fut durablement affectée par la crise de 1928-1929 précisément.

55 Non seulement le Recueil des inscriptions grecques et latines de l’Égypte (Letronne 1842-1848), mais aussi les six volumes réunissant ses Œuvres choisies (Fagnan 1881-1885).

56 Annales du Musée Guimet, 33, 1909 : « A Monsieur Léon Heuzey, respectueux hommage de l’auteur », signé L. Delaporte.

57 Les exemplaires de ces deux séries avaient déjà eu une longue histoire avant d’aboutir dans sa bibliothèque, ainsi qu’en témoignent des ex-libris et des noms de possesseurs antérieurs.

58 Sans oublier les volumes de H. Mattingly, Roman Imperial Coinage in the British Museum.

59 Ainsi le volume intitulé Rois de Syrie (Babelon 1890), dont H. S. réussit à identifier le premier possesseur en constatant que l’une des monnaies décrites en p. cxiv était caractérisée, dans une note manuscrite portée en marge, comme « ma médaille » : or, il s’agit d’une pièce du Cabinet de Berlin provenant de la collection Morel.

60 Voir déjà le tome II (1929), introduction (dans l’ex. de Neuchâtel on trouvera in fine des papiers relatifs à une étude par Seyrig de l’inscription no 531) ; plus tard, le Père Claude Montdésert, professeur à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth, remerciera H. S. d’avoir mis à la disposition des éditeurs ses copies des inscriptions trouvées par la Mission Perdrizet-Seyrig à Séleucie de Syrie (t. IV, 1955) ; pour tout le contexte, voir S. Provost, « Les deux missions de Paul Perdrizet et d’Henri Seyrig en Syrie et leurs prolongements (1924-1928) », dans ce volume.

61 Cf. S. Provost, dans ce volume.

62 Ainsi le livre de J. Ebersolt (1910), ou un mémoire adressé par C. Picard « à Monsieur Paul Perdrizet, dont on citera toujours en modèle les fines études sur l’art “alexandrin”, respectueux hommage » (Picard 1931). Parmi les plus anciens tirés à part de Franz Cumont reliés par Seyrig en un volume factice de Mélanges, il en est plusieurs aussi qui pourraient provenir de la bibliothèque de Perdrizet, notamment l’article « Hypsistos » (Cumont 1897), car en p. 11 se trouve une note manuscrite sur une inscription d’Édesse de Macédoine où je crois reconnaître l’écriture de ce savant : pour un autre indice, cf. n. 77.

63  Perdrizet 1908. Cf. Knoepfler 1996a, p. 298 ; cet exemplaire reste malheureusement introuvable à l’heure qu’il est.

64 Voir d’une part une lettre du 6 juin 1950 où D. Schlumberger annonce à sa « chère cousine Lucile » (Mme Paul Perdrizet) que Seyrig est depuis peu à Paris : « nous avons dressé ensemble la liste des livres qui l’intéressent pour son Institut » ; d’autre part une lettre de Jean Perdrizet, libraire à Strasbourg, à « sa tante Lucile » du 2 janvier 1951 : « J’attends toujours une lettre de M. Schlumberger, mais j’en ai reçu ce matin une de M. Seyrig qui, je te l’avais dit, était venu me voir avant de partir pour la Syrie : je te la ferai suivre quand j’aurai terminé ce qu’il me demande ». Pour les péripéties de cette vente, cf. S. Provost, dans ce volume.

65 Par exemple, un mémoire de W. Wrede (Wrede 1928), avec une dédicace manuscrite à « Herrn Direktor Roussel » ou un article de l’historien suisse Felix Stähelin, « Das Römerdenkmal in Basel » (Stähelin & Stehlin 1925), qui porte l’envoi « A M. Pierre Roussel hommage de l’auteur F. St. ».

66 Heberdey & Wilhelm 1896.

67 Seyrig n’eut sans doute pas le loisir de suivre les cours de Maurice Holleaux (1861-1932) au Collège de France et le grand épigraphiste ne voyagea plus guère durant cette dernière phase de vie. Mais le Fonds Louis-Robert (cf. n. 80) conserve une lettre d’H. S. à M. H. expédiée de Mulhouse le 11 décembre 1926. Puis les deux hommes furent en contact épistolaire à propos du fameux décret de Séleucie de Piérie, dont la découverte par Seyrig fut annoncée par les soins de Holleaux à l’Académie le 29 janvier 1932 ; si l’inventeur en donna une édition délibérément sommaire dans Syria (Seyrig 1932), c’est à Holleaux qu’il en confia le commentaire, publié à titre posthume dans le Bulletin de Correspondance Hellénique (Holleaux 1933). H. S. possédait évidemment les œuvres majeures de Holleaux mais il n’y a pas de tiré à part de ce savant dans sa bibliothèque (si l’on fait abstraction de cinq rapports parus dans les CRAI sur les fouilles de Délos entre 1905 et 1909). Le nom de Seyrig figure par ailleurs dans une lettre inédite de Holleaux à Cumont (cf. Bonnet 2013).

68 Ainsi l’opuscule de M. Holleaux (Holleaux 1889), un envoi de l’auteur « à Monsieur B. Haussoullier, affectueux hommage ». Deux ouvrages d’A. Conze (1860, 1865), portent au dos les initiales B. H. qui me paraissent désigner assez clairement cet épigraphiste. Mais rien n’indique un contact direct entre H. S. et B. H.

69 Ces documents seront exploités par Delphine Ackermann (voir note liminaire).

70 Cf. Hansen 1983, no 416, avec toute la bibliographie.

71 Notamment une très intéressante lettre d’H. S. datée de mai 1933, qui commence par ces mots : « Monsieur le directeur, je suis très heureux de ce que vous acceptiez d’étudier l’inscription de Rhosos. Vous trouverez ci-joint ma copie : ce qui est à l’encre donne ma première lecture ; ce qui est au crayon a été écrit en présence de la pierre, devant laquelle j’ai passé plusieurs jours ». Ce dossier de la Bibliothèque Seyrig a été utilise par A. Raggi (2006, avec la note liminaire) dans la minutieuse réédition qu’il a donnée de ce document célèbre.

72 Le second de ces mémoires, Dussaud 1929, porte la dédicace suivante : « A Mr. Henri Seyrig, Directeur du Service des Antiquités en Syrie et au Liban, en remerciement pour sa belle étude sur La triade Héliopolitaine, et les Temples de Baalbek, R. D. ». Pour le rôle de Dussaud, cf. Will 1973, p. 260 ; voir aussi, maintenant, C. Bonnet, dans ce volume, avec l’extrait d’une lettre de 1929 (?) où le jeune directeur signale à Cumont qu’il a « envoyé à M. Dussaud un mémoire sur Baalbek », qui doit être son compte rendu développé de l’ouvrage édité sous ce titre en 1928 par Th. Wiegand (voir Seyrig 1928).

73 Mélanges Maspéro, II : « à M. Henri Seyrig, hommage reconnaissant d’une note qui lui doit ce qu’elle peut avoir de bon, fr(ère) L. H. Vincent, dominicain ». Ce tiré à part, étant relié, a été catalogué et classé avec les ouvrages.

74 van Berchem 1936, article envoyé en « hommage et remerciements », puis relié par le dédicataire en ouverture d’un recueil d’articles de cet historien.

75 En tête de son livre sur Le Royaume sud-arabe de Qatabân et sa datation (Pirenne 1961), au nom aussi d’André Maricq, auteur d’un appendice épigraphique, décédé peu avant l’impression de l’ouvrage (Maricq avait envoyé à H. S. son édition des Res Gestae Regis Saporis) : « à Monsieur Henri Seyrig, parrain de leur amitié, en témoignage de gratitude et de très déférent attachement ». H. S. fut lié aussi, plus tard, à Henri de Contenson, archéologue de l’Arabie pré-islamique, dont il reçut de nombreux tirés à part.

76 Bellinger 1961 ; le volume porte en effet cette dédicace : « For Henri Seyrig, who has contributed so much to the substance of this book and to the pleasure of writing it, Alfred Bellinger, June, 1960 (sic) ». Pour l’intérêt des observations inédites faites par Seyrig sur le monnayage d’Alexandria Troas et de la Confédération d’Athéna Ilias, voir Knoepfler 2010, p. 51 n. 79.

77 Pour leur correspondance entre 1925 et 1947 (lettres conservées à l’Academia Belgica de Rome et dans les Archives Seyrig), voir la communication de Corinne Bonnet, dans ce volume. La bibliothèque Seyrig contenait pratiquement tous les ouvrages de Cumont, la plupart acquis bien après leur publication, sans que l’on sache toujours s’il s’agit de dons fait par l’auteur à H. S. lui-même : ainsi l’ouvrage intitulé Catalogue des sculptures et inscriptions antiques (monuments lapidaires) (Cumont 1913), avec l’envoi « hommage dévoué de Franz Cumont », pourrait bien, compte tenu de sa date, faire partie des livres hérités de Perdrizet ou de Roussel. D’assez nombreux tirés à part remontant au début de la carrière de Cumont portent des envois où manque le nom du dédicataire. L’un, inscrit sur l’article intitulé « L’éternité des empereurs romains » (Cumont 1896), pique la curiosité, puisqu’il s’adresse « À l’explorateur de D (…..) hommage affectueux, F. C. » (du toponyme il ne reste plus que l’initiale, puis, après une lacune, le bas d’une lettre qui paraît être un f : Doura et Délos semblent ainsi exclus, mais on serait tenté de lire D[elphes]], ce qui pourrait bien désigner, vu la date, Théophile Homolle ou, bien plutôt, Paul Perdrizet !

78 Dans sa lettre dactylographiée, datée de Beyrouth le 27 février 1955 (copie carbone), H. S. exprimait à son « cher camarade » tout le plaisir éprouvé « devant ce produit d’une tradition à laquelle je suis si attaché, et dont vous vous montrez un maître si incontestable (…). Si loin que je sois aujourd’hui de la plupart des sujets que vous touchez, comment n’être pas ravi devant la manière dont vous renouvelez par exemple l’inscription de Paros ? Et j’ai eu bien des surprises à tant de pages ! ». Ces deux lettres, avec les notes critiques d’H. S., se trouvaient glissées dans le tome I des Recherches.

79 Aux cinq volumes reliés s’ajoute un dossier contenant notamment les résumés de l’enseignement de L. Robert au Collège de France et à l’EPHE. (repris depuis dans Robert 1974) et surtout les travaux envoyés à H. S. peu d’années avant son décès en 1973.

80 Leur amitié paraît s’être nouée dès l’arrivée de L. R. à l’École d’Athènes en 1927. De l’intimité de leurs relations témoigne au demeurant une abondante correspondance : dans le Fonds Louis-Robert de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres se trouvent, sous la rubrique Seyrig, 158 lettres, la plupart d’H. S. à L. R., la plus ancienne ayant été expédiée de Mulhouse le 20 août 1928, la dernière de Neuchâtel le 30 septembre 1969. Il sera évidemment utile de publier un jour cette correspondance.

81 « Noch grünen mir meine Kinder in ihrem ersten Frühlinge, nahe bei einander stehend und gemeinsam von Winden geschüttelt, die Bäume meines Gartens und besten Erdreichs » (G. Colli & M. Montinari [éd.], Nietzsche. Sämtliche Werke: Kritische Studienausgabe, t. 4, Munich, Deutscher Taschenbuch / Berlin, W. de Gruyter, 1999, p. 204).

82 Même chose encore pour Dupont-Sommer & Robert 1964, avec un index et des observations critiques. On pourrait multiplier les exemples.

83 Des feuillets de notes, avec des photos, ont ainsi été glissés dans l’exemplaire de Greek Walls (Scranton 1941) ; une lettre intéressante du 25 mai 1938 expédiée de Beyrouth par H. S. au philologue allemand W. Marg à propos d’un compte rendu par H. Schmökel dans Gnomon du livre de Thiersch 1930 se trouve, avec une série de notes manuscrites, dans l’exemplaire neuchâtelois de cet ouvrage (ces divers papiers sont déposés dans le Fonds Henri-Seyrig de la BPU de Neuchâtel). Pour les notes relatives au monnayage d’Ilion, cf. n. 76.

84 Turcan 1961, p. 45-54, avec un envoi à H. S. La brochure contient — outre la lettre partiellement citée ci-après — une lettre d’Ernest Will du 15 octobre 1961 (date ajoutée par H. S.) à « mon cher Seyrig », accompagné d’une note critique destinée à la publication, et une lettre de Robert Turcan à H. S. datée du 20 septembre 1961 (lettre manuscrite où Seyrig, éprouvant quelque difficulté à déchiffrer l’écriture, a recopié certains mots au crayon), et enfin des « Notes prises à Vienne » sur deux feuillets de petit format.

85 La lettre est datée du 11 novembre 1961 et expédiée de Beyrouth, où H. S. dit à son correspondant être arrivé « après divers détours en France, en Italie et en Turquie ».

86 Cette affaire a été évoquée par E. Fontan dans sa communication sur « Henri Seyrig et les musées de France, un directeur, un donateur, un conseiller ». Voir aussi Georges Le Rider chez F. de Callataÿ, dans ce volume.

87 « Comme je vous l’ai dit, je trouve à l’article de Turcan rien d’irrespectueux, ni d’intentionnellement désinvolte. Je crois que vous avez tort d’en être offensé (…). Quoi qu’en soit, son analyse du relief est très méthodique et attentive, et je crains que vous n’ayez été, sur cet article-là une victime de plus parmi toutes celles qu’ont déjà faites l’assurance et la frivolité de Picard. »

88 Comme il l’a rappelé dans sa communication au colloque (ce volume). Le signataire de ces lignes avait pu lui-même, en 1975, acquérir quelques-uns de ces doublons : ainsi l’Historia Nummorum de B. V. Head, Philippes de Macédoine de P. Collart, Études thasiennes III et V de J. Pouilloux (et C. Dunant), The Historical Geography of Asia Minor de W. M. Ramsay, etc.

89 Furent vendus en particulier les périodiques que l’université possédait déjà, comme Syria, et d’autres, comme Bérytos, qui était trop spécialisés. La faculté des lettres, par son séminaire des sciences de l’Antiquité, eut à cœur de poursuivre l’abonnement des revues numismatiques qui n’étaient pas au Cabinet des médailles du Musée d’Art et d’Histoire, par exemple The Numismatic Chronicle et les publications périodiques de l’American Numismatic Society.

90 Elle avait été créée, à l’instigation de l’auteur de ces lignes, dès l’installation en 1986 de la Faculté des lettres et sciences humaines dans ce bâtiment alors nouveau.

91 Une présentation de la bibliothèque, sous le titre « Henri Seyrig le numismate, l’Université de Neuchâtel bénéficie de sa recherche », fut faite dans la presse locale : voir L’Impartial (de La Chaux-de-Fonds) du 17 décembre 1990, p. 22, avec une photo de la Salle Seyrig.

92 Un paquet d’ex-libris fut effectivement remis à l’Université de Neuchâtel en 1973 et l’on put ainsi en accoler dans les ouvrages qui n’en portaient pas encore. H. S. paraît avoir abandonné très vite l’idée d’utiliser pour ses livres l’amusant ex-libris à la sarigue imaginé en 1929 (voir supra et n. 53), et il n’est pas sûr qu’il ait songé à le remplacer par un autre avant le déménagement de sa bibliothèque de Beyrouth à Neuchâtel.

93 Dans un premier temps, en effet — comme le révèle un certain nombre d’étiquettes encore existantes — Seyrig avait constitué des dossiers autour de grands thèmes (tels que « architecture grecque/romaine », « sculpture grecque », « textiles », « cultes syriens », etc.) ou en rapport avec un espace géographique déterminé (« Égypte gréco-romaine », « Europe occidentale »), plus exceptionnellement avec un seul site archéologique (ainsi « Doura ») ; ou réservés à la production d’un seul savant.

94 Par exemple, deux lettres de la numismate Bluma Trell (New York University), avec laquelle H. S. collaborait alors pour un ouvrage sur Baalbeck (Baalbel ?) — un certain nombre de ces documents manuscrits a été déposé, pour plus de sûreté, dans le nouveau Fonds Henri-Seyrig de la Bibliothèque publique et universitaire (BPU).

95 Le Nouvel Observateur, no du 29 janvier au 4 février 1973, p. 38-39, intitulé « Un père illustre ». Cf. aussi L’Express (Paris) no 1126, 5 au 11 février 1973, p. 83 (médiocre), et déjà Le Monde du 26 janvier 1973, qui a publié une notice plus classique due à la plume de notre confrère Georges (et non pas Jacques, comme écrit là par inadvertance) Le Rider. J’ai plaisir à remercier ici l’une de mes auditrices au Collège de France, Mme Véronique Faux, de la Bibliothèque nationale de France, pour avoir bien voulu rechercher à mon intention ces nécrologies parues dans la presse parisienne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Carte postale avec une vue de Fleurier (Canton de Neuchâtel, Suisse) adressée au lieutenant Seyrig par sa mère en 1919
Crédits © BPU, Fonds Henri-Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Illustration 2.
Légende Chalet de la famille Lacroix – Seyrig à Fleurier vers 1900
Crédits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 3.
Légende Frontispice et page de titre de La Croisière de « Perlette », par M. Oulié et Hermine de Saussure (photographiée en tant que « capitaine » dans un port de la mer Égée)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration 4.
Légende Ivoire sculpté représentant une conversation entre Rousseau et Voltaire, offert par Hermine de Saussure-Seyrig à la BPU de Neuchâtel
Crédits © BPU de Neuchâtel
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Titre Illustration 5.
Légende « Catalogue de la bibliothèque », par Henri Seyrig, ou répartition des principales sections de celle-ci dans son appartement de Neuchâtel
Crédits © BPU, Fonds Henri-Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Illustration 6.
Légende Les cinq boîtes et le fichier manuscrit de la bibliothèque avant 1973
Crédits © BPU, Fonds Henri-Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 765k
Titre Illustration 7.
Légende Quelques spécimens d’ouvrages Seyrig de grand format après leur insertion dans la Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration 8.
Légende Quelques spécimens de recueils factices (Varia ou Mélanges) reliés en demi-peau, la plupart sans doute entre ca 1950 et 1966 (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Illustration 9.
Légende Table des matières, de la main de Seyrig, d’un volume de Varia réunissant les travaux d’I. Lévy parus entre 1913 et 1959 (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Illustration 10.
Légende L’exemplaire Seyrig de E. Renan, Mission de Phénicie, avec l’ex-libris à la sarigue créé en 1929 à Athènes (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Illustration 11.
Légende Envoi de Paul Perdrizet à Seyrig de son livre Terres cuites grecques d’Égypte de la Collection Fouquet (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Illustration 12.
Légende « Exemplaire spécialement imprimé pour M. Paul Perdrizet » de L’Histoire et l’œuvre de l’École française d’Athènes, 1901, Paris, A. Fontemoing par G. Radet (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Illustration 13.
Légende Étiquette avec l’indication « légué à Pierre Roussel » (probablement de la main de M. Holleaux) sur la couverture de Heberdey & Wilhelm 1896 (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Titre Illustration 14.
Légende Feuillet d’une lettre de P. Roussel à Seyrig sur les fouilles de Thasos, avec la transcription de l’épigramme d’Akératos (lettre insérée dans Roussel, Varia, Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Illustration 15.
Légende Envois de livres à Seyrig : Troy, The coins, par A. R. Bellinger ; Noms indigènes dans l’Asie Mineure gréco-romaine, par L. Robert (Bibliothèque de la Faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Illustration 16.
Légende Tables des matières rédigées par Seyrig pour un volume des Inscriptions de Délos ; index pour L’hellénisme primitif de la Macédoine de N. Svoronos (Bibliothèque de la faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Illustration 17.
Légende Index établi par Seyrig pour M. Grant, From Imperium to Auctoritas, 1946 (Bibliothèque de la faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel)
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Illustration 18.
Légende Document relatif à un manuscrit d’E. Bickerman lu par Seyrig à Princeton en 1967
Crédits © BPU de Neuchâtel
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Illustration 19.
Légende Une partie des volumes dans la « Salle Seyrig » de l’Université de Neuchâtel
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Illustration 20.
Légende Spécimen de l’ex-libris placé dans la plupart des ouvrages provenant de la Bibliothèque Seyrig
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 993k
Titre Illustration 21.
Légende Les dossiers de tirés à part recueillis ou reçus par Seyrig (compactus au sous-sol de la faculté des lettres et sciences humaines de Neuchâtel).
Crédits © D. Knoepfler
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5330/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Knoepfler, « Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique », Syria, III | 2016, 307-334.

Référence électronique

Denis Knoepfler, « Henri Seyrig à Neuchâtel : le savant et l’homme à travers sa bibliothèque scientifique », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5330 ; DOI : 10.4000/syria.5330

Haut de page

Auteur

Denis Knoepfler

Professeur honoraire au Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals