Skip to navigation – Site map

Henri Seyrig, du Service des antiquités de Syrie au Centre de recherches archéologiques de Valbonne

Jean-Marie Dentzer
p. 335-345

Full text

Introduction

  • 1 Voir n. 11.
  • 2 Chevalier 2002, p. 296-298.
  • 3 Dans une lettre à R. Dussaud (AIBL RD 1152) du 12/6/1934, il écrit : « Tout cela m’empêche de trav (...)

1Deux pôles se dessinent dans la vie de savant d’Henri Seyrig. Le premier, qui domine, est un projet scientifique personnel qu’il n’a cessé de développer sans rupture et de diversifier, avec bonheur, dans toutes les périodes de sa vie, dès son départ à l’École française d’Athènes en 1922. Un second apparaît en 1928, lorsque Henri Seyrig, cette fois nommé secrétaire général de la même École 1, a été confronté à une tâche nouvelle, de nature différente et chargée de responsabilités, celle de prendre part à la gestion de cette institution scientifique prestigieuse et à une diversité d’activités plus complexes qui risquaient de l’éloigner de la cohérence de ses projets scientifiques. Il continua par la suite à assumer ce type de responsabilités administratives dans ses différentes fonctions pendant la plus grande partie de sa vie, sans cependant jamais perdre de vue l’ensemble de son projet scientifique initial 2. Cette double orientation, qui ne cesse d’apparaître dans sa correspondance professionnelle autant que privée, a été pour lui une source de tensions mais celles-ci ont été assumées pendant toute sa vie avec lucidité 3.

  • 4 Knoepfler 1996, p. 286 ; Siebert 2001, p. 272-273.
  • 5 H. Seyrig avait découvert également le paysage méditerranéen avec des monuments romains, à Timgad (...)
  • 6 Will 1973, p. 260, 1993, p. 386.

2D’autre part, la vie et l’activité scientifique d’Henri Seyrig ont été marquées par deux événements de taille, les deux « grandes » guerres qui ont infléchi l’histoire du xxe s. à l’échelle mondiale. Après les champs de bataille de l’Est de la France vécus par le jeune artilleur décoré à Verdun, H. Seyrig s’est trouvé engagé en 1917 dans le contingent de l’Armée d’Orient à Salonique 4. Cet épisode prit pour lui une signification particulière et inattendue. Il lui a fait vivre une première rencontre passionnée avec la Grèce réelle, ses paysages et ses habitants, qu’il avait déjà rencontrés dans les livres, sans doute sous des couleurs plus pâles, au cours de sa formation classique 5. Cette expérience lui révéla pleinement sa vocation, qu’il a confirmée, après la fin de la Première Guerre mondiale, en décidant de préparer à la Sorbonne une agrégation de grammaire, pour perfectionner, en particulier, sa connaissance de la langue grecque 6.

  • 7 Will 1973, p. 260 ; Chevalier 2002, p. 297.
  • 8 Will 1993, p. 386 ; Knoepfler 1996, p. 286.
  • 9 Will 1973, p. 260, 1993, p. 386.
  • 10 Chevalier 2002, p. 5-6 ; 13-16.
  • 11 Chevalier 2002, p. 283-284.

3Il fut nommé, en 1922, membre à l’École française d’Athènes 7 et ce fut pour lui une grande période de découvertes : il participa, en Grèce 8, aux travaux de plusieurs grands chantiers de fouilles de l’École, à Samothrace et à Thasos, et à des programmes épigraphiques sur le site de Delphes avec P. de la Coste-Messelière, mais aussi à des voyages d’exploration, qui l’ont conduit beaucoup plus loin, à Chypre puis jusqu’en Syrie et en Égypte 9. Toute cette zone du Proche-Orient avait appartenu, jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale à l’Empire ottoman 10. Une partie de ses territoires, comprenant le Liban et la Syrie, a été placée temporairement, entre les deux guerres mondiales, sous le statut du Mandat français 11, qui l'a ouverte plus largement à l’Occident et en particulier aux membres de l’École française d’Athènes. Ce fut l’occasion des premières missions d’H. Seyrig en Syrie et au Liban.

  • 12 Will 1993, p. 386 ; Chevalier 2002, p. 297.
  • 13 Will 1973, p. 261. Il faut signaler son attachement particulier aux sites de Baalbek, de Palmyre et (...)
  • 14 Will 1973, p. 294.
  • 15 Knoepfler 1996.
  • 16 Knoepfler 1996, p. 301.

4Dans les premiers de ces voyages, H. Seyrig fut guidé par des anciens de l’École d’Athènes, compétents et amicaux, dont le plus proche fut pour lui P. Perdrizet 12. Ainsi, à partir de la Grèce, son terrain d’expériences s’élargit et lui fit découvrir très vite un nouveau champ archéologique, qui restera son domaine de prédilection 13. Le carnet de notes conservé à Neuchâtel témoigne de l’orientation très claire des intérêts d’H. Seyrig vers la Syrie en 1925 14. H. Seyrig put ainsi rapidement prendre la mesure de l’ensemble de cette zone, dans son étendue et dans la variété de ses paysages et de ses ressources antiques 15. Il ne manqua pas d’y observer également avec attention des pratiques cultuelles toujours vivantes, en particulier autour des icônes 16.

  • 17 Seule la céramique restait à l’écart, sauf pour les timbres amphoriques : Knoepfler 1996, p. 300.
  • 18 Will 1973, p. 264-265.

5Cette série d’explorations, qui comportaient aussi des expériences de fouilles, a confirmé à H. Seyrig l’intérêt et l’efficacité de la méthode de travail, d’ailleurs classique, dans laquelle il s’engageait. Elle partait, pour l’essentiel, d’objets matériels 17, qui allaient de monuments d’architecture à des séries de petits objets, inscriptions, monnaies ou encore des représentations figurées, parfois liées à des textes, pour analyser et interpréter méthodiquement leurs différents aspects, en même temps que les techniques mises en œuvre et leurs fonctions. On pouvait ainsi les rattacher finalement à des problématiques historiques précisément localisées et datées 18.

  • 19 Will 1993, p. 387 ; Chevalier 2002, p. 297.
  • 20 Il avait découvert, à Athènes, des lacunes dans les séries et dans les échanges de publications, d (...)
  • 21 Lettre d’H. S. à R. D. 2/10/1927 = AIBL RD 1011.
  • 22 Collection de Syria à l’École d’Athènes : lettre d’H. S. à R. D. 17/2/1926 = AIBL RD 1009.

6Cependant, en 1928, Henri Seyrig fut nommé secrétaire général de l’École d’Athènes et chargé de nouvelles responsabilités, d’un ordre différent des exigences de l’érudition. À partir de cette date, sa correspondance révèle la place croissante dans son activité et ses préoccupations quotidiennes, des institutions elles-mêmes. Déjà pendant son séjour comme membre, il avait appris à bien connaître les activités et les fonctions de l’École 19. Il en était désormais responsable. Une gestion intelligente des différentes tâches administratives était nécessaire pour permettre finalement aux archéologues et aux historiens de mener à bien leurs recherches. Il fallait leur ouvrir l’accès aux sites, aux musées et aux collections et mettre à leur disposition aussi bien les autorisations que les outils de travail nécessaires dont une bibliothèque, qui restera pour H. Seyrig l’instrument central de ces Écoles. Une de ses premières tâches, qu’il a retrouvée dans toutes les phases de sa carrière au Proche-Orient, a été de veiller à tenir à jour et à organiser les collections et de trouver pour cela les fonds nécessaires 20 ou, à défaut, des solutions de remplacement comme le service 21 ou l’échange de livres 22.

  • 23 Will 1996, p. 996.

7Cette gestion n’allait pas sans difficultés. La correspondance le montre confronté aux lourdeurs bureaucratiques, aux difficultés et aux lenteurs des communications, sources de gaspillages de temps et d’argent. Elle note que l’information circule particulièrement mal entre des institutions relevant d’administrations séparées. L’École d’Athènes avait pourtant le privilège d’appartenir à la classe la plus ancienne et la plus prestigieuse d’institutions scientifiques françaises et ne relevait que d’un seul ministère de tutelle, celui de l’Enseignement public. Parvenir à une gestion plus intelligente et plus efficace de ces institutions scientifiques et bien choisir les personnes semble être devenu l’engagement central pour H. Seyrig 23.

8Ce travail était loin de relever de l’application d’une simple routine administrative dans le contexte politique entre les deux guerres mondiales, qui ont remis en question les statuts des pays du Proche-Orient et l’organisation de leurs institutions, y compris celles qui étaient responsables de la direction et de la gestion du patrimoine archéologique et artistique.

  • 24 Chevalier 2002, p. 5-6, 13-16.
  • 25 Chevalier 2002, p. 283-321.
  • 26 Voir Chevalier 2002, p. 1-4, 283 : cite Babelon 1919a et 1919b.
  • 27 Dussaud 1920.
  • 28 Chevalier 2002, p. 283.
  • 29 Chevalier 2002, p. 289.
  • 30 Chevalier 2002, p. 284.

9Le Proche-Orient, qui avait fait partie, jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale, de l’Empire ottoman 24, a été réorganisé. La zone englobant la Syrie et le Liban a été placée temporairement, par les accords Sykes-Picot, corrigés par la conférence de San Remo, sous le Mandat français 25. Cette solution politique, qui suscitait de larges espoirs de changement, a ouvert plus largement l’accès à ces pays. Après la période de l’Empire ottoman où l’archéologie occupait une place très limitée, l’entre-deux-guerres a été marqué, dans tous les domaines, par un fort développement des activités au Proche-Orient. Elles se plaçaient, à présent, dans un contexte dynamique de concurrence internationale, soutenue par un intérêt économique nouveau porté à la région par les puissances occidentales. Il est significatif que, dès 1919, la question de l’archéologie ait été posée solennellement par E. Babelon dans l’allocution inaugurale du Congrès français de Syrie, réuni dans le cadre du Congrès de la Chambre de Commerce de Marseille 26. René Dussaud présenta les résultats des travaux dans le premier numéro de Syria 27. À la clôture du congrès, qui a émis le souhait de la création d’un Service des antiquités, plusieurs vœux ont été présentés par les participants en faveur de la création de musées officiels et de bibliothèques dans les principaux centres de la Syrie 28. Ils ont demandé aussi le dépôt des objets antiques dans des musées locaux, la création d’une École française d’Arabe et des Sciences musulmanes à Damas et enfin la création d’une Direction des antiquités et des arts chargée de la protection des monuments et des sites historiques. Les modèles de certains de ces projets ont été empruntés à des créations françaises réalisées en Afrique du Nord 29. À peine débarqué à Beyrouth, le 21 novembre 1919, le général Gouraud a intégré le problème des antiquités dans ses préoccupations 30.

  • 31 Chevalier 2002, p. 285.
  • 32 Lettre à R. Dussaud (AIBL RD 1244) du 1/7/1938.
  • 33 Lettre à R. Dussaud (AIBL RD 1180) du 6/3/1936.
  • 34 Situation trouble encore en 1936 : lettre d’H. S. à R. Dussaud du 6/3/36 = AIBL RD 1180. H. Seyrig (...)
  • 35 Will 1973, p. 260, 1993, p. 388.

10Les transformations imposées à l’ordonnance politique de la région ont provoqué, dans certains cas, des réactions 31. Les tensions qui accompagnèrent l’occupation de certaines zones de la Syrie, des revendications nationalistes et des troubles de grande ampleur à Damas ainsi que la révolte druze entre 1925 et 1927 ont suscité des phases de répression parfois brutale de la part des autorités françaises et ne facilitèrent pas l’instauration paisible du Mandat 32. Nous trouvons des traces de ces difficultés dans la correspondance d’H. Seyrig 33, qui a porté un jugement particulièrement sévère sur certaines pratiques françaises 34. Pour lui, cette répression risquait, en effet, de compromettre, dans l’avenir, les relations entre les institutions françaises et la population syrienne et, en particulier, avec les responsables des Antiquités du pays. Par contraste, il faut souligner l’entente cordiale qu’H. Seyrig avait déjà su établir personnellement avec ses interlocuteurs en Syrie et au Liban. Elle a certainement contribué à faciliter ensuite le passage sans heurt du Service des antiquités aux deux États indépendants en 1945 35.

  • 36 Chevalier, p. 285-289.
  • 37 Chevalier, p. 284-286.

11Le traité définitif ne fut signé qu’en septembre 1936 et prévoyait l’indépendance de la Syrie dans les trois ans 36. Un traité parallèle fut signé avec le Liban en novembre 1936. Dès avant l’entrée en vigueur du Mandat, les autorités françaises commencèrent l’organisation du pays dans le cadre du Haut-Commissariat, nouvel organe administratif implanté au sérail à Beyrouth 37. C’est de lui que relevait le bureau du chef de Service des œuvres françaises au Levant et du conseiller pour l’archéologie.

  • 38 Chevalier p. 445-453.
  • 39 Will 1996, p. 994 ; Chevalier 2002, p. 454.
  • 40 Chevalier 2002, p. 291-295. Les attributions du service des Antiquités résumées par Chevalier 2002 (...)
  • 41 Chevalier 2002, p. 291.
  • 42 Will 1993, p. 387.
  • 43 Will 1993, p. 387 ; Chevalier 2002, p. 295-297. La compétence d’H. S. a été soulignée par G. Puaux, (...)

12Dans la perspective d’un mandat français à caractère provisoire, il fut, d’autre part, décidé de confier désormais au ministère des Affaires étrangères français la mission d’organiser la gestion des Antiquités, à travers la création de la Commission consultative des fouilles et recherches archéologiques en Asie occidentale 38. J. Chamonard, ancien membre de l’École française d’Athènes, fut chargé de construire le Service des antiquités de l’administration du Mandat, sous la tutelle de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qui jouait déjà auparavant un rôle de premier plan au Proche-Orient avec des publications de base comme le Recueil des Historiens des Croisades et le Corpus inscriptionum semiticarum. Sa Commission de Syrie-Palestine, dont ont fait partie E. Pottier, C. Clermont-Ganneau et R. Dussaud, fut chargée du contrôle des activités archéologiques 39 et C. Virolleaud fut nommé directeur du Service des antiquités de Syrie, autonome depuis 1920 40. Il occupa ce poste de 1920 à 1929 et mit au point la réglementation sur les antiquités, créa les musées de Beyrouth, d’Alep et de Damas et soutint des missions françaises à Byblos et Ras Shamra-Ougarit 41. R. Dussaud, élu à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1923 et nommé conservateur du département des Antiquités orientales au musée du Louvre en 1928, effectua en 1929, pour le ministère des Affaires étrangères, une inspection dans les deux pays 42. Elle y révéla une absence de protection pour un certain nombre de monuments historiques. Ce constat conduisit R. Dussaud à faire remplacer C. Virolleaud par H. Seyrig comme directeur du service des Antiquités 43.

  • 44 Will 1993, p. 387 ; Chevalier 2002, p. 297.
  • 45 Université de Princeton à Antioche ; Université de Yale à Doura-Europos ; missions allemandes : Vo (...)

13Après l’abandon par la France, en 1937, de son mandat sur la Syrie et le Liban, une réorganisation du service des Antiquités, rendu à l’administration syrienne, a appelé H. Seyrig à cumuler temporairement ses fonctions de directeur de ce service avec celles de directeur de l’Institut français de Damas à partir de 1938 44. On voit apparaître ici la préférence d’H. Seyrig pour des solutions provisoires souples afin d’assurer la transition des pays vers l’indépendance complète. Ce cumul fait ressortir aussi l’intérêt qu’H. Seyrig attachait à la formule d’un institut de type français, dont il avait l’expérience personnelle et qui pouvait prendre en charge certaines fonctions, en priorité celles à caractère scientifique, d’une Direction des antiquités. Cette solution permettait aussi de remédier, d’une manière souple et provisoire, à l’insuffisance de personnel local formé et disponible pour prendre en charge les nouvelles responsabilités du service. L’Institut français fut chargé de contribuer à sa formation et à préparer, le cas échéant, la mise en place d’un nouveau type d’organisation. Dans ces circonstances, H. Seyrig a également engagé une politique d’ouverture de la Syrie à des missions étrangères 45.

14L’application de ces projets n’alla pas sans difficultés multiples. Cependant, en raison même de la complexité de la structure administrative de la période du Mandat français, qui gardait un caractère provisoire et devait ménager l’avenir, cette période a représenté une phase d’expérimentation utile et intéressante de différents types de structures nécessaires à la gestion du patrimoine archéologique.

La Seconde Guerre mondiale

  • 46 Will 1993, p. 389, 1996, p. 995. En 1942, D. Schlumberger suivit le même chemin.

15La Seconde Guerre mondiale a dispersé les équipes qui constituaient le noyau des institutions archéologiques françaises au Proche-Orient. Alors que d’autres archéologues français sont restés sur place, fidèles aux autorités de Vichy, H. Seyrig s’est rallié en 1941 à la France libre, comme plusieurs de ses collègues et amis (Daniel Schlumberger, Claude Schaeffer, Antoine Bon), avant de rejoindre Londres en 1942 46.

  • 47 Voir la contribution de J. Bocquet dans ce volume.
  • 48 Lettre à R. Dussaud du 20/7/1945 ; AIBL RD 1290.

16Le général de Gaulle a chargé alors H. Seyrig d’une vaste mission aux États-Unis et en Amérique du Sud, dans le cadre du ministère des Affaires étrangères de la France libre 47. L’objectif était d’établir des contacts avec les Français mais aussi des Libanais résidant dans cette vaste zone pour les engager aux côtés de la France libre. Il faut souligner qu’H. Seyrig a alors été appelé à prendre part, comme conseiller culturel à New York, à la réorganisation des institutions culturelles françaises aux États-Unis, dans le cadre d’un programme politique 48. Dans le même temps, il a pu reprendre, dans le domaine scientifique, ses relations personnelles anciennes avec des collègues des universités américaines engagés dans l’étude du Proche-Orient antique.

  • 49 Chevalier 2002, p. 476-479.
  • 50 Chevalier 2002, p. 477.

17Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le général Catroux a proclamé l’indépendance de la Syrie et du Liban mais le transfert des pouvoirs n’a été effectif qu’en 1944. Dans ces circonstances délicates, l’intervention directe ou indirecte de la France dans la gestion des Antiquités de la Syrie et du Liban devait être reconsidérée avec soin. En 1945 a été créée, au ministère des Affaires étrangères, la Direction générale des relations culturelles, à laquelle ont été transmises les attributions de l’ancien Service des Œuvres, dont relevaient la gestion des instituts français à l’étranger et les relations avec les autorités locales 49. Le regroupement de ces responsabilités à l’intérieur d’un même ministère représentait, pour H. Seyrig, une solution positive et, sur place, la proximité avec les services des ambassades était un réel gage de collaboration efficace. Les crédits destinés à des fouilles étaient transmis à la Direction générale des Antiquités du Liban, où Maurice Chéhab a été placé à la tête des Services archéologiques le 15 janvier 1945 50.

  • 51 Correspondance déposée aux archives de l’AIBL.

18Cet ensemble renouvelé d’expériences complexes n’a pas manqué d’élargir la compétence technique d’Henri Seyrig, que nous voyons se préciser et s’approfondir dans la correspondance avec des interlocuteurs comme R. Dussaud, en même temps que son jugement lucide sur les personnes et leurs capacités 51.

Fonctions des instituts français

  • 52 Lettre envoyée de San Francisco à R. Dussaud le 20/7/1945.
  • 53 Lettre d’H. S. à Miette de Beyrouth 10/7/1953, Archives Seyrig.

19Avec l’accord du gouvernement libanais, H. Seyrig a persuadé, en 1946, le gouvernement provisoire français de l’intérêt d’ouvrir à Beyrouth, dans la vieille maison Beyhum, un Institut d’archéologie pour sauver l’héritage scientifique français au Proche-Orient. Sa correspondance précise les conditions dans lesquelles il compte le diriger, dans une perspective réaliste. Pour cette raison, il demande de pouvoir se rendre auparavant sur place pour estimer concrètement la situation 52 et de disposer d’un financement suffisant pour ne pas perdre son temps. Il souligne aussi son intention de reprendre, en même temps, ses activités scientifiques personnelles d’une manière normale. À cette occasion, H. Seyrig redéfinit les fonctions qu’il attribue à ces instituts. Ceux qu’il a dirigés successivement à Athènes, Damas et Beyrouth ne se limitaient pas à offrir le gîte et le couvert à des chercheurs de passage, pour des missions plus ou moins longues. Ils constituaient d’abord dans l’esprit d’Henri Seyrig — ce qu’ils sont toujours, mais dans un champ qui a été élargi pour englober aujourd’hui l’étude des sociétés contemporaines — des espaces pour développer des projets scientifiques attachés à la région et pouvant aller de la géographie et de l’étude de l’environnement à l’ethnographie, à l’archéologie et à l’histoire de toutes les périodes, ainsi qu’aux langues anciennes et actuelles 53. Ce programme n’était pas réservé aux hôtes français de nos maisons, mais ouvert aussi à des chercheurs d’autres pays et plus particulièrement aux étudiants et aux chercheurs issus de la région, ces derniers pouvant éventuellement aller compléter leur formation en France.

  • 54 Par exemple la lettre du 3/11/29 (AIBL RD 1033).
  • 55 Lettre du 15/6/1929 (AIBL RD 1024).
  • 56 Importance de la bibliothèque de Beyrouth : lettre d’H. Seyrig à Miette, Beyrouth 10/7/1953, archi (...)

20Après une mission de fouilles ou de prospections, les locaux disponibles devaient permettre aussi d’entreposer provisoirement, pour leur étude, le matériel découvert et la documentation, photographies et dessins. Les échanges d’informations entre archéologues autour des objets et des documents représentaient une étape essentielle. D’autre part, une documentation de qualité constituait à la fois des archives précieuses et le premier pas conduisant à la publication, objectif majeur pour H. Seyrig. Il a, d’autre part, été conscient de la dégradation fréquente des monuments et des sites et a tenu à assurer leur protection par l’intervention d’équipes techniques. Leur noyau était constitué d’architectes et de techniciens français qui associaient une compétence graphique rigoureuse à l’intelligence de la construction et de sa protection 54. Ils étaient chargés de recruter et de former sur place de jeunes techniciens pour ces mêmes tâches 55. Des photographes devaient réaliser une documentation aussi complète et fidèle que possible sur les découvertes et fournir les clichés nécessaires pour les planches des publications. H. Seyrig était très attaché à leur qualité, que l’on retrouvait dans les publications. Aux chercheurs et aux techniciens, l’Institut français pouvait servir de port d’attache naturel ainsi que de centre d’échanges et de formations 56. Pour réunir et informer un public plus large, des locaux plus vastes pouvaient être offerts dans les centres culturels par les services de l’Ambassade. Les liens étroits de nos instituts avec les services culturels du ministère des Affaires étrangères prenaient ici tout leur sens.

  • 57 Très nombreuses références, en particulier sous la référence RD dans les archives de l’AIBL, par e (...)
  • 58 Par exemple, paiement à Geuthner : lettre à René Dussaud du 4/5/1934 (AIBL RD).

21Dans ces fonctions, la bibliothèque devait jouer, comme déjà à Athènes, un rôle de premier plan : les ouvrages qui y étaient réunis apportaient des références pour guider l’interprétation des découvertes nouvelles et amorcer leur publication. La rédaction, l’illustration et la diffusion des publications apparaissent constamment au premier plan des préoccupations d’H. Seyrig dans sa correspondance avec René Dussaud 57 et leur financement était pour lui un souci permanent 58.

22L’Institut de Beyrouth est devenu pour H. Seyrig un lieu privilégié où il était heureux de venir travailler, même pendant la dernière période de sa vie où le centre de son activité se trouvait déplacé à Paris. Il occupa son poste de directeur de l’Institut français de Beyrouth jusqu’en 1967, date à laquelle D. Schlumberger lui succéda (ill. 1-5).

Illustration 1.

Illustration 1.

Vue de la maison Beyhoum, à l'angle de la rue de l'Alliance et de la rue Georges-Picot

© C. Ciceione, coll. A. Schlumberger

Illustration 2.

Illustration 2.

La « mission chypriote » à la table de l’Institut de Beyrouth. De gauche à droite : É. Coche de la Ferté, Claude Schaeffer, Henri Abdel Nour, la cuisinière Djamileh, Mme Schaeffer, H. Seyrig, L. Périchon, H. de Contenson (?), O. Schaeffer, W. Forrer. De dos : J. Starcky (Gelin 2005, p. 325, fig. 6)

© Archives Seyrig

Illustration 3.

Illustration 3.

De gauche à droite, Daniel Schlumberger, Pierre Coupel (architecte), L. Périchon (bibliothécaire) dans le petit salon du premier étage de l’Institut de Beyrouth

© Archives Seyrig

Illustration 4.

Illustration 4.

Le grand salon du premier étage à l’Institut de Beyrouth

© Archives Seyrig

Illustration 5.

Illustration 5.

Henri Seyrig et L. Périchon dans la bibliothèque au rez‐de‐chaussée de l’Institut de Beyrouth

© Archives Seyrig

Le nouveau champ de la recherche archéologique française : méthodes et structures de recherche

  • 59 Gardin 1996.
  • 60 Gardin 1996, p. 1013-1018, particulièrement p. 1015.

23À partir des années 1950 quelques, chercheurs français, dont Jean-Claude Gardin, ont commencé à explorer de nouveaux champs d’études et à expérimenter des méthodes neuves pour les appliquer à la recherche archéologique qui se développait en France 59. Un certain nombre de ces travaux portait sur une vaste zone allant de la Méditerranée à l’Asie centrale, qui intéressait plus particulièrement Henri Seyrig. Il rencontra plusieurs de ces chercheurs et, bien qu’appartenant lui-même, avec sa génération, à l’école classique des sciences de l’Antiquité construite à partir de textes, d’objets et de monuments, il montra son intérêt pour des démarches qui cherchaient des informations nouvelles sur l’histoire humaine à travers d’autres sources apportées par les sciences physiques et les sciences de la nature 60. Elles offraient, en plus de repères chronologiques, des informations sur l’environnement, l’agriculture et les technologies qui pouvaient éclairer le développement des sociétés anciennes.

  • 61 Gardin 1996.
  • 62 Gardin 1996, p. 1014 : essai d’une machine mécanographique, rue Maublanc, avec Gardin, Francis et D (...)
  • 63 Lettre à René Dussaud du 13/5/1956 (AIBL RD 1357).
  • 64 Gardin 1956.
  • 65 Gardin 1976.
  • 66 Gardin 1975.

24H. Seyrig a été très sensible également, dans la dernière partie de sa vie, aux résultats obtenus par les techniques de traitement de l’information 61. Elles permettaient l’analyse d’une information complexe et formalisée en utilisant d’abord un procédé dit « mécanographique », faisant usage de cartes perforées, puis informatique, avec l’aide de l’ordinateur. C’est le domaine qu’avait choisi J.-C. Gardin, qui présenta son projet à H. Seyrig. Ce dernier, qui n’avait manifesté pourtant jusqu’à cette date aucun intérêt particulier pour ce genre de recherches, lui offrit cependant de demander au CNRS un programme axé sur deux thèmes intitulés « méthodes formelles » et « machines », afin d’en mesurer l’intérêt 62. Ce projet fut accepté et la première banque de données fut présentée par J. Deshayes en 1956 sous le titre « Le fichier mécanographique de l’outillage, des Balkans à l’Indus » dans une brochure éditée par l’Institut d’archéologie de Beyrouth, avec une préface d’H. Seyrig 63. Un autre fichier était destiné à réunir la glyptique du IIe millénaire 64 et les formes de poterie 65. Il fût suivi par d’autres applications. J.-C. Gardin chercha à définir les effets logiques de la création des bases de données sur les disciplines d’érudition 66. Ainsi se dessinèrent de nouvelles approches archéologiques parfois regroupées sous le nom d’« archéométrie ».

  • 67 Gardin 1996, p. 1015.

25En 1959 fut créé le « Centre d’analyse documentaire pour l’archéologie » dont H. Seyrig présida pendant plusieurs années le Comité de direction, et auquel participèrent aussi trois membres de l’AIBL, Pierre Demargne, André Parrot et Claude Schaeffer, à côté de Claude Lévi-Strauss pour l’ethnologie et Jean Wyart pour les sciences de la nature 67.

Nouvelles institutions organisant la recherche archéologique

26Nous l’avons vu, dès sa nomination comme secrétaire général de l’École française d’Athènes, H. Seyrig fut confronté à la gestion quotidienne, parfois peu rationnelle et difficile, d’institutions qui relevaient de services aux contours indécis, finalement peu responsables, et parfois d’itinéraires administratifs mal définis. L’absence d’organisation aboutissait aussi à une fragmentation de la recherche archéologique. La restructuration des instituts français au Proche-Orient, à laquelle il a participé d’une manière directe, dans la période située entre et autour des deux guerres mondiales et dans l’après-guerre, lui a permis de mieux définir les différents niveaux de compétences administratives nécessaires, regroupées, dans les pays étrangers indépendants, autour de la Direction des relations culturelles du ministère des Affaires étrangères. Cette réorganisation représenta un progrès réel. En revanche, la gestion des institutions de recherche archéologiques restait une question posée en France même.

  • 68 AIBL RD 4783.
  • 69 Gardin 1996, p. 1016.
  • 70 AIBL RD 4783.

27Après la Seconde guerre mondiale H. Seyrig, à l’écoute des analyses faites par des archéologues de générations plus jeunes, chercha de son côté, un remède contre « les désordres de l’archéologie française » et la fragmentation de la recherche archéologique, du point de vue administratif et financier, entre des organismes de tutelle différents 68. Il défendit devant la Commission consultative des recherches archéologiques, créée en 1947, ses vues sur la coordination nécessaire avec d’autres instances poursuivant les mêmes objectifs et la nécessité d’une politique nationale, fondée sur des considérations scientifiques et couvrant à la fois la France et l’étranger 69, et sur la nécessité de promouvoir un meilleur usage des techniques nouvelles en archéologie. Ces perspectives pouvaient être discutées dans le cadre d’un projet préliminaire qui visait à créer un « centre de recherches archéologiques » (CRA) imaginé comme un modèle réduit d’une institution fédérative future. La question de base était celle qu’H. Seyrig s’était posée à plusieurs reprises dans sa carrière, en partant du constat que les décisions et la gestion en matière d’archéologie relevaient de ministères ou de directions différentes, ce qui faisait perdre beaucoup de temps et d’argent. H. Seyrig, qui s’était heurté à ces problèmes dans ses fonctions administratives à Athènes, Damas et Beyrouth, s’engagea aussitôt pour soutenir la création d’un CRA, comme le montre le courrier, accompagné d’un dossier très complet, qu’il adressa à J. Sirinelli 70. Il y joignit un exemplaire des statuts du Deutsches Archäologisches Institut qui représentait pour lui un exemple d’efficacité. Cet institut tenait ses moyens de plusieurs sources et ministères mais strictement regroupés d’une part, et, d’autre part, de sa direction unifiée à Berlin. À une échelle plus réduite, mais dans une orientation parallèle de services d’intérêt commun, H. Seyrig avait déjà développé une formation d’archéologues aux techniques de fouilles et créé, dès 1948, le Bureau d’architecture antique. Le Service d’architecture antique lui succéda dans le cadre du CNRS.

28Cette démarche soutenue par H. Seyrig aboutit en 1970 à la création du Centre de recherches archéologiques, au sein du CNRS. H. Seyrig en fut nommé président.

Conclusions

29H. Seyrig n’a pas eu l’occasion d’appliquer dans ses propres recherches les techniques et les méthodes nouvelles qu’il a encouragées. Son engagement en faveur du grand projet de renouveler des institutions archéologique françaises ne l’a pas empêché de ressentir une certaine fatigue. D’autre part, pendant toute cette dernière phase de sa carrière où se multipliaient les réunions et les discussions, il n’a jamais cessé de poursuivre les voies de ses recherches antérieures en approfondissant les perspectives qu’il s’était fixées au départ. Ses publications ont continué à paraître à un rythme qui n’était pas fort différent de celui de ses années les plus productives. Il n’a jamais cessé d’enrichir de découvertes son corpus de documents et de l’utiliser pour approfondir ses réflexions. Il ne faut pas oublier non plus tout le temps qu’il consacrait à tous ses interlocuteurs de bonne volonté, jeunes ou vieux, qu’il écoutait et guidait dans le respect et la discrétion.

30C’est ainsi que s’est réuni autour de lui un groupe de collaborateurs et d’amis mais aussi de correspondants sans lesquels il est nous est difficile de l’imaginer, avec, en particulier, les figures de Schlumberger, de Starcky, de Will, de Gardin, mais aussi les interlocuteurs de sa correspondance que nous connaissons mieux à présent et auxquels nous devons d’avoir conservé ces témoignages.

  • 71 Will 1993, p. 385.

31Pour conclure, il faudrait souligner aussi le rôle joué par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres qui l’a finalement reçu, en 1952 71, en dépit de sa discrétion et de son goût de l’indépendance, comme « membre libre ». Elle a apprécié et appuyé autant son travail archéologique et historique que, dans différentes phases de sa carrière, ses initiatives pour une organisation plus efficace de nos institutions de recherche sur l’Antiquité. Actuellement, elle en conserve avec soin la mémoire et des références inédites à ses travaux dans sa correspondance qui confirme son goût pour un dialogue toujours ouvert.

Il faut remercier ici les responsables de différents fonds d’archives qui nous ont permis d’accéder à des documents en grande partie inédits et de les utiliser ici. Notre reconnaissance va d’abord à Duncan Youngerman, petit-fils d’Henri Seyrig, qui nous a accueilli chaleureusement et a collaboré avec nous à ce projet depuis plusieurs années. Il nous a permis de retrouver dans la correspondance à caractère personnel, adressée par H. Seyrig aux différents membres de sa famille, outre des informations précieuses, le reflet de l’intelligence, de l’ouverture amicale ainsi que de l’humour qu’H. Seyrig manifestait dans sa vie. Nous devons remercier aussi les responsables des différents fonds d’archives de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et de l’Institut de France, où les correspondances avec René Dussaud, responsable de la Commission consultative des fouilles et des recherches archéologique de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et avec Louis Robert, très proche d’Henri Seyrig par ses champs de recherches et ses exigences de méthode, occupent une place de premier plan. Il faut citer aussi le Fonds Paul-Perdrizet à l’Université de Lorraine (voir aussi la communication de S. Provost dans ce volume). D’autres collections restent encore à explorer, en particulier au ministère des Affaires étrangères.

Top of page

Bibliography

Babelon (E.) 1919a « Allocution inaugurale », Congrès français de la Syrie II, Paris/Marseille, p. 3.

Babelon (E.) 1919b « Le Congrès français de la Syrie. Les travaux de la section d’archéologie et d’histoire », CRAI 63, 3, p. 225-228.

Dussaud (R.) 1920 « Congrès français de la Syrie (3, 4 et 5 janvier 1919) », Syria 1, p. 72-73.

Chevalier (N.) 2002 La Recherche Archéologique française au Moyen-Orient : 1842-1947, Paris, ERC.

Dentzer (J.-M.) 1996 « Les perspectives d’avenir (de l’IFAPO) », CRAI 140, 3, p. 1019-1026.

Gardin (J.-C.) 1956 Code pour l’analyse des cylindres orientaux, Paris, Centre d’analyses documentaires pour l’archéologie [ronéotypé, non publié].

Gardin (J.-C.) 1975 « Effets logiques des bases de données sur les disciplines d’érudition », Revue internationale des sciences sociales 27, p. 815-830.

Gardin (J.-C.) 1976 Code pour l’analyse des formes de poteries, Paris, CNRS.

Gardin (J.-C.) 1996 « Une archéologie moderne : les initiatives d’Henri Seyrig », CRAI 140, 3, p. 1019-1026.

Knoepfler (D.) 1996 « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière », BCH 120, p. 285-309.

Le Rider (G.) 1973a « Henri Seyrig 1895-1973 », SNR 52, p. 167-171.

Le Rider (G.) 1973b « Henri Seyrig 1895-1973 » et « Bibliographie des travaux publiés par Henri Seyrig », CRAI 6, 15, p. 9-10 et p. 11-12.

Margueron (J.-C.) 1996 « Le prestige de l’Orient ancien : les grandes missions archéologiques françaises », CRAI 140, 3, p. 1003-1011.

Puaux (G.) 1952 Deux années au Levant. Souvenirs de Syrie et du Liban (1939-1940), Paris, Hachette.

Siebert (G.) 2001 « Seyrig Henri Arnold », Revue d’Alsace 127, p. 372-376.

Will (E.) 1973 « Henri Seyrig (10 novembre 1895 - 21 janvier 1973) : nécrologie », Syria 50, p. 259-265.

Will (E.) 1993 « Notice sur la vie et les travaux de Henri Seyrig », CRAI 137, 2, p. 384-394.

Will (E.) 1996 « Cinquante ans d’histoire : de l’Institut français de Beyrouth à l’Institut français du Proche-Orient », CRAI 140, 3, p. 993-1001.

Top of page

Notes

1 Voir n. 11.

2 Chevalier 2002, p. 296-298.

3 Dans une lettre à R. Dussaud (AIBL RD 1152) du 12/6/1934, il écrit : « Tout cela m’empêche de travailler avec suite. Dieu sait cependant si je me contente de travail morcelé. En réalité c’est une chimère de vouloir combiner, dans ce service, ce qui en fait l’objet véritable (conservation et administration) avec la recherche scientifique. Mais celle-ci est mon objet véritable à moi, et je suis lié à l’autre. Il y a des moments où je vois cela avec beaucoup de lassitude. Voilà douze ans que j’habite l’Orient et certes je ne désire pas revoir l’Occident, mais cela m’a marqué tout de même ». Comparant ses tâches à Beyrouth et à Damas, il reconnaît à la résidence dans cette dernière ville la possibilité d’échapper aux obligations de service pour travailler aux publications.

4 Knoepfler 1996, p. 286 ; Siebert 2001, p. 272-273.

5 H. Seyrig avait découvert également le paysage méditerranéen avec des monuments romains, à Timgad et Lambèse le 30 décembre 1916 et à Lambiridi le 20 février 1917, au cours d’une escale en Algérie avec des camarades de son unité. De cet épisode témoigne son texte autobiographique, Survol 1895-1951.

6 Will 1973, p. 260, 1993, p. 386.

7 Will 1973, p. 260 ; Chevalier 2002, p. 297.

8 Will 1993, p. 386 ; Knoepfler 1996, p. 286.

9 Will 1973, p. 260, 1993, p. 386.

10 Chevalier 2002, p. 5-6 ; 13-16.

11 Chevalier 2002, p. 283-284.

12 Will 1993, p. 386 ; Chevalier 2002, p. 297.

13 Will 1973, p. 261. Il faut signaler son attachement particulier aux sites de Baalbek, de Palmyre et du Krak des Chevaliers mais aussi l’intérêt avec lequel il a suivi les fouilles de Doura et l’exploration de la Palmyrène par D. Schlumberger : Will 1973, p. 261, 1993, p. 387.

14 Will 1973, p. 294.

15 Knoepfler 1996.

16 Knoepfler 1996, p. 301.

17 Seule la céramique restait à l’écart, sauf pour les timbres amphoriques : Knoepfler 1996, p. 300.

18 Will 1973, p. 264-265.

19 Will 1993, p. 387 ; Chevalier 2002, p. 297.

20 Il avait découvert, à Athènes, des lacunes dans les séries et dans les échanges de publications, des crédits de bibliothèque insuffisants. Ainsi, pour assurer la diffusion de Syria, il faut payer Geuthner : lettre d’H. S. à R. D. 27/12/29 = AIBL RD 1040.

21 Lettre d’H. S. à R. D. 2/10/1927 = AIBL RD 1011.

22 Collection de Syria à l’École d’Athènes : lettre d’H. S. à R. D. 17/2/1926 = AIBL RD 1009.

23 Will 1996, p. 996.

24 Chevalier 2002, p. 5-6, 13-16.

25 Chevalier 2002, p. 283-321.

26 Voir Chevalier 2002, p. 1-4, 283 : cite Babelon 1919a et 1919b.

27 Dussaud 1920.

28 Chevalier 2002, p. 283.

29 Chevalier 2002, p. 289.

30 Chevalier 2002, p. 284.

31 Chevalier 2002, p. 285.

32 Lettre à R. Dussaud (AIBL RD 1244) du 1/7/1938.

33 Lettre à R. Dussaud (AIBL RD 1180) du 6/3/1936.

34 Situation trouble encore en 1936 : lettre d’H. S. à R. Dussaud du 6/3/36 = AIBL RD 1180. H. Seyrig note aussi les dégâts subis par des monuments antiques en Syrie du fait de l’occupation française.

35 Will 1973, p. 260, 1993, p. 388.

36 Chevalier, p. 285-289.

37 Chevalier, p. 284-286.

38 Chevalier p. 445-453.

39 Will 1996, p. 994 ; Chevalier 2002, p. 454.

40 Chevalier 2002, p. 291-295. Les attributions du service des Antiquités résumées par Chevalier 2002 (p. 294 n. 243) à partir de l’organisation des rapports envoyés à la SDN sont : I. L’organisation et la législation ; II. Les monuments historiques (1e Inventaire et classement, 2e Urbanisme ; 3e Conservation des antiquités) ; III. Fouilles archéologiques (1e Missions étrangères, 2e Missions des États ou du Service des antiquités) ; IV. Musées (sous la responsabilité directe des États) ; V. Publications ; VI. Archives photographiques.

41 Chevalier 2002, p. 291.

42 Will 1993, p. 387.

43 Will 1993, p. 387 ; Chevalier 2002, p. 295-297. La compétence d’H. S. a été soulignée par G. Puaux, haut-commissaire de 1939 à 1940 (ibid. p. 296-297) : Puaux 1952, p. 73.

44 Will 1993, p. 387 ; Chevalier 2002, p. 297.

45 Université de Princeton à Antioche ; Université de Yale à Doura-Europos ; missions allemandes : Von Oppenheim à Tell Halaf et Krencker sur les temples du Liban : Will 1973, p. 261-262, 1993, p. 387-388, 1996, p. 995.

46 Will 1993, p. 389, 1996, p. 995. En 1942, D. Schlumberger suivit le même chemin.

47 Voir la contribution de J. Bocquet dans ce volume.

48 Lettre à R. Dussaud du 20/7/1945 ; AIBL RD 1290.

49 Chevalier 2002, p. 476-479.

50 Chevalier 2002, p. 477.

51 Correspondance déposée aux archives de l’AIBL.

52 Lettre envoyée de San Francisco à R. Dussaud le 20/7/1945.

53 Lettre d’H. S. à Miette de Beyrouth 10/7/1953, Archives Seyrig.

54 Par exemple la lettre du 3/11/29 (AIBL RD 1033).

55 Lettre du 15/6/1929 (AIBL RD 1024).

56 Importance de la bibliothèque de Beyrouth : lettre d’H. Seyrig à Miette, Beyrouth 10/7/1953, archives Seyrig.

57 Très nombreuses références, en particulier sous la référence RD dans les archives de l’AIBL, par exemple lettre du 10/4/1934 (AIBL RD 1148).

58 Par exemple, paiement à Geuthner : lettre à René Dussaud du 4/5/1934 (AIBL RD).

59 Gardin 1996.

60 Gardin 1996, p. 1013-1018, particulièrement p. 1015.

61 Gardin 1996.

62 Gardin 1996, p. 1014 : essai d’une machine mécanographique, rue Maublanc, avec Gardin, Francis et Deshayes : lettre à Miette du 6/3/1955 (archives Seyrig) ; audience avec Bourbon Busset qui a bien compris l’intérêt du projet mécanographique : lettre à Miette 9/3/1955 (archives Seyrig) ; Gardin présente ses expériences aux États-Unis et en Allemagne : lettre à Miette de Cornett Chahouane 18/9/1956 (archives Seyrig) ; ibid. 12/4/1960 ; visite à Bittel (Francfort) : Gardin se contenterait d’échantillons, Seyrig veut la réalisation de véritables instruments de travail : ibid. 12/4/1960, ibid. 14/4/1960.

63 Lettre à René Dussaud du 13/5/1956 (AIBL RD 1357).

64 Gardin 1956.

65 Gardin 1976.

66 Gardin 1975.

67 Gardin 1996, p. 1015.

68 AIBL RD 4783.

69 Gardin 1996, p. 1016.

70 AIBL RD 4783.

71 Will 1993, p. 385.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1.
Caption Vue de la maison Beyhoum, à l'angle de la rue de l'Alliance et de la rue Georges-Picot
Credits © C. Ciceione, coll. A. Schlumberger
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5332/img-1.jpg
File image/jpeg, 812k
Title Illustration 2.
Caption La « mission chypriote » à la table de l’Institut de Beyrouth. De gauche à droite : É. Coche de la Ferté, Claude Schaeffer, Henri Abdel Nour, la cuisinière Djamileh, Mme Schaeffer, H. Seyrig, L. Périchon, H. de Contenson (?), O. Schaeffer, W. Forrer. De dos : J. Starcky (Gelin 2005, p. 325, fig. 6)
Credits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5332/img-2.jpg
File image/jpeg, 614k
Title Illustration 3.
Caption De gauche à droite, Daniel Schlumberger, Pierre Coupel (architecte), L. Périchon (bibliothécaire) dans le petit salon du premier étage de l’Institut de Beyrouth
Credits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5332/img-3.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Illustration 4.
Caption Le grand salon du premier étage à l’Institut de Beyrouth
Credits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5332/img-4.jpg
File image/jpeg, 217k
Title Illustration 5.
Caption Henri Seyrig et L. Périchon dans la bibliothèque au rez‐de‐chaussée de l’Institut de Beyrouth
Credits © Archives Seyrig
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5332/img-5.jpg
File image/jpeg, 217k
Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-Marie Dentzer, « Henri Seyrig, du Service des antiquités de Syrie au Centre de recherches archéologiques de Valbonne », Syria, III | 2016, 335-345.

Electronic reference

Jean-Marie Dentzer, « Henri Seyrig, du Service des antiquités de Syrie au Centre de recherches archéologiques de Valbonne », Syria [Online], III | 2016, Online since 01 June 2018, connection on 20 September 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5332 ; DOI : 10.4000/syria.5332

Top of page

About the author

Jean-Marie Dentzer

Professeur honoraire à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l'Institut

By this author

Top of page

Copyright

© Presses IFPO

Top of page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals