Navigation – Plan du site

Henri Seyrig, Auguste Spijkerman et les institutions de recherche à Jérusalem

Bruno Callegher
p. 347-368

Texte intégral

  • 1 On rappelle ici seulement Le Rider 1973 ; Knoepfler 1996 ; Siebert 2001 ; pour toute information b (...)
  • 2 Bagatti 1973a, 1973b ; Corbo 1975, où l’on rappelle que le savant était né en 1920 à Sint Nicolaas (...)
  • 3 Ils sont mentionnés dans quelques phrases de Seyrig 1986, p. 261, n. 1 et p. 286 [reconnaissance p (...)
  • 4 Bagatti 1973a, paru ensuite dans Spijkerman 1975, souligne que : « [AS] fu in contatto con i numis (...)
  • 5 ASBF : on lit ainsi dans quelques lettres de HS envoyées à AS.

1Ma rencontre avec Henri Seyrig 1 date de 2010, quand commença la réorganisation des archives et de la collection numismatique du Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem. Il s’avéra alors nécessaire de mettre en relation les documents du Studium avec ceux conservés à l’École biblique et archéologique française dans le domaine numismatique. Auguste Spijkerman (1920-1973) 2, le numismate du Studium, m’était connu depuis des années ; toutefois les contacts entre le deux savants n’apparaissaient que dans les notes des articles de l’archéologue Beyrouthin 3 ou dans quelques lignes de la biographie consacrée au franciscain hollandais 4. Leurs lettres, les rapports manuscrits et dactylographiés et les monnaies issues de fouilles de la région, qui entrent à divers titres dans le domaine de recherche des deux savants et constituent la vraie raison de leurs contacts, nous amènent au milieu du xxe s. À cette époque, on voyageait en taxi de Beyrouth ou Damas vers la Vieille ville de Jérusalem sans trop d’encombres et les enveloppes portaient des adresses de ce genre : « Studium Biblicum Franciscanum. Old City. Jerusalem – Hachemite Kingdom Jordan » 5. L’appartenance juridique de la Vieille ville à la Jordanie, et donc au vaste monde arabe, favorisait non seulement l’échange de lettres mais également les relations personnelles et directes entre les chercheurs des nombreuses institutions de ces régions et notamment avec l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, dont Henri Seyrig fut le directeur de 1946 à 1967. Il était donc presque naturel de partager recherches, résultats des fouilles ou d’explorations, de discuter à propos de restaurations archéologiques et de se signaler réciproquement des bibliographies spécialisées. D’ailleurs, la récupération des pièces archéologiques qui finissaient dans les circuits des antiquaires se déroulait dans un horizon plus large et avec moins de contraintes qu’aujourd’hui. Passer des heures à négocier avec les antiquaires des souks de Beyrouth, Damas, Amman ou Jérusalem représentait, pour de nombreux érudits de cette génération, une obligation professionnelle ; mais c’était également l’occasion de faire des découvertes, de confirmer certaines informations voire de se consacrer à la recherche passionnante de nouveaux renseignements archéologiques et numismatiques. Avec confiance, Henri Seyrig écrit à Auguste Spijkerman, le 4 juin 1962 :

  • 6 ASBF : lettre d’HS envoyée de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, 4 juin 1962.

« Auparavant j’aurai le plaisir de nous revoir, et grâce à vous mes petits voyages à Jérusalem sont de petites oasis numismatiques dont je me réjouis longtemps à l’avance » 6.

2Les relations de Seyrig avec Jérusalem n’étaient-elles donc qu’un « plaisir numismatique » ? Elles l’étaient, bien sûr, mais elles ont immédiatement pris la forme de véritables voyages d’études, de relations scientifiques, de recherches sur des dossiers difficiles et délicats. Et c’est justement à l’époque, dans un cadre géopolitique complexe et à l’occasion d’études pionnières, que se situent les deux thèmes essentiels de mon rapport : les relations entre l’archéologue et l’École puis, comme conséquence directe de cela, ses relations avec Auguste Spijkerman.

L’École biblique et archéologique française

  • 7 Je remercie le R. P. Jean-Baptiste Humbert, qui m’a permis d’examiner les documents des fouilles d (...)
  • 8 Briend 2002 ; Trimbur & Humbert 2011.
  • 9 AEBAF : lettre d’HS « Beyrouth, le 12 mai 1955 au révérend Père R. de Vaux », trouvée par hasard d (...)
  • 10 BnF, Département des Monnaies, Médailles et Antiques. Archives scientifiques d’Henri Seyrig (Monna (...)
  • 11 Information du P. Pawel Trzopek, que je remercie.
  • 12 Dussaud 1952 , 1954, 1955, 1957 ; voir aussi les comptes rendus des livres et des articles sur Qumr (...)

3Il est encore impossible de définir précisément le moment où ont commencé les rapports entre l’École et l’Institut de Beyrouth. Malgré de nombreuses recherches dans les archives des dominicains à Jérusalem, dont la dernière remonte à juillet de cette année 2014, je n’ai trouvé aucune correspondance entre les professeurs et le directeur de l’Institut 7sauf une lettre à Roland de Vaux (1903-1971) 8sur laquelle on reviendra 9. Il est bien sûr possible que des réponses — comme des lettres qui lui ont été adressées par certains collègues archéologues — soient conservées dans les différentes sections des archives à Paris ou à Neuchâtel, archives qu’il m’a été jusqu’à présent impossible de consulter mais dont je connais l’importance 10. De plus, aucune donnée ne semble ressortir de la chronique du couvent dans laquelle, habituellement, étaient consignés pour chaque journée, même de manière sommaire, les visites, collaborations, conférences et événements notables. La teneur de la chronique, il est vrai, ne suivait pas des règles précises mais dépendait largement du rédacteur 11. Toutefois les nouvelles de la revue Syria, codirigée à cette époque par Seyrig, montraient un grand intérêt pour ce qui était réalisé ou conçu par les dominicains, en particulier sur le sujet de l’histoire des manuscrits de la mer Morte 12.

  • 13 Dans l’énorme bibliographie sur les fouilles de ce site, les publications de référence sont Vaux 1 (...)
  • 14 Assertion fondée sur la lecture des journaux de fouilles et de la documentation manuscrite, que j’ (...)
  • 15 Recherche effectuée à la fin de juillet 2014 dans l’AEBAF.
  • 16 Dans ce cas aussi, la prudence s’impose en raison de la faiblesse documentaire de l’AEBAF.
  • 17 Milik & Seyrig 1958.
  • 18 Vaux 1953b. Voir aussi dans l’AEBAF, le manuscrit (dactylographié) « Communication à l’Académie des (...)
  • 19 Vaux 1953b.
  • 20 Auteur des éditions fondamentales des manuscrits et de l’épigraphie de Qumrân et, plus généralemen (...)
  • 21 La référence pour les monnaies de cette ville devait être Sydenham 1933.
  • 22 Seyrig 1986, p. 453.
  • 23 En effet, après avoir participé au sauvetage des manuscrits de la mer Morte (Harding 1949), il fut (...)

4À propos de la collaboration scientifique entre Seyrig et de Vaux, les papiers et les rapports manuscrits très détaillés des fouilles de Khirbet Qumrân 13, si l’on exclut la lettre déjà mentionnée, ne fournissent aucune référence explicite 14. Même conclusion après l’examen du dossier personnel de Roland de Vaux 15. Pourtant, à cette époque, plusieurs indices bibliographiques démontrent que des contacts scientifiques solides se sont établis entre le directeur de l’Institut de Beyrouth et l’équipe de l’École. L’archéologue de Beyrouth avait déjà étudié de façon approfondie la numismatique séleucide et, plus généralement, la numismatique grecque et romaine de la Province de Syrie-Palestine pour laquelle sa compétence était largement reconnue ; c’est pourquoi les dominicains ont fait appel à lui pour étudier un trésor retrouvé dans le désert de Judée. Il se peut que la première mission 16 ait été l’étude du trésor découvert, probablement en 1952 au wadi Murabbaʿat, et qui venait d’apparaître dans le souk de Jérusalem 17. La date est importante, car elle coïncide avec la période « exceptionnelle » de l’histoire des manuscrits trouvés à plusieurs reprises dans les grottes de la mer Morte... et le wadi Murabbaʿat 18 se situe à quelques kilomètres au sud de Khirbet Qumrân. Il faut ajouter qu’en janvier et février 1952 les archéologues de l’École avaient mené des fouilles dans la grotte du wadi Murabbaʿat, dont l’occupation avait été datée à l’époque de la deuxième révolte de 132-135 è. chr. dans la mesure où « cette date est assurée par les monnaies » 19. Nous pouvons supposer que l’un des responsables de la cooptation scientifique du numismate de Beyrouth fut Józef Tadeusz Milik (1922-2006), un jeune prêtre polonais spécialiste des langues sémitiques, arrivé à l’École en 1951 justement pour étudier les manuscrits de la mer Morte 20. Les deux savants se sont partagé le trésor : Milik a étudié les pièces nabatéennes, Seyrig les deniers romains frappés dans la région, en particulier à Césarée de Cappadoce 21. Il adopta une méthode descriptive exemplaire suivie uniquement d’un bref commentaire concentré sur ces dernières monnaies, tant il était conscient de la difficulté de trouver des éléments de comparaison et regrettait qu’« un trésor assez considérable de monnaies d’argent de Césarée, découvert il y a quelques années prés de Tokat, aux environs de l’ancienne Amasie, et observé à Istanbul [bien sûr dans le bazar] est assez caractéristique lorsqu’on le compare à celui de Murabbaʿat, et je regrette de n’avoir pu l’enregistrer en détail » 22. Nous ne connaissons pas exactement le moment du début de l’étude du trésor sans les archives Milik : nous pouvons en déduire que, pour examiner les monnaies, HS se rendrait de Beyrouth à Amman, où le trésor avait été acheté grâce à M. G. Lankester Harding (1901-1979) 23, Directeur des Antiquités de Jordanie ; par la même occasion, il a peut-être également visité l’École des dominicains à Jérusalem.

  • 24 Vaux 1956, p. 567-569 : « Dans le loc. 120, à droite de la porte entrante, deux pots étaient enfoui (...)
  • 25 Vaux 1956, p. 567-568 : « Pendant un court séjour qu’il a fait à Jérusalem, M. H. Seyrig, Directeur (...)

5La mission la plus importante qui lui fut confiée concerne un important trésor appelé à un vif débat. Comme on le sait, le 21 mars 1955, dans le Locus 120 de Khirbet Qumrân, fut découvert un trésor constitué de shekels, tétradrachmes/didrachmes, deniers romains républicains, caché dans différentes parties du même locus 24. De Vaux, responsable de la fouille, confia immédiatement l’étude préliminaire à son collègue de Beyrouth 25 et de cet engagement nous parle la lettre du 12 mai 1955, dont nous proposons le texte intégral, ici, pour la première fois :

  • 27 L’enfouissement d’un unique trésor dans différentes parties d’un même endroit/site est clairement (...)
  • 28 Même s’il n’est pas conservé actuellement à l’École biblique et archéologique française, le manusc (...)

6Ainsi, en mai de la même année, HS analysa le grand trésor en suivant strictement la répartition en lot A, B, C assignée par de Vaux 27 et il en dressa une liste manuscrite très claire 28. Son travail se développe en effet sur trente feuillets, divisés en deux sections.

  • 29 Gebhard et al. 1956.
  • 30 Les journaux de fouilles indiquent les trois lots du trésor avec les numéros suivants : 2543, 2545 (...)

7Dans la première (feuillets 1 à 12), anticipant presque la méthode qui sera suivie par les Fundmünzen der Antike 29, le savant a enregistré de manière très synthétique le type de shekels, tétradrachmes/didrachmes, ordonnés par marque et autorité de frappe. Pour chaque élément, il a reproduit dans une graphie très claire les lettres sémitiques et les monogrammes. Il a aussi isolé les pièces illisibles ou lisibles seulement grâce à des détails, mais certainement attribuables à la ville de Tyr ou à des autorités en raison de l’iconographie. La rédaction du manuscrit nous permet de déduire que pour HS la mention « illisible » indiquait, à ce moment-là et dans les conditions de conservation des monnaies, l’impossibilité d’identifier les données essentielles : les monogrammes, les lettres sémitiques et aussi les images sur les coins. La dernière partie fut réservée aux six deniers romains, identifiés ici avec une grande précision. Il vérifia surtout la cohérence numérique des trois lots avec les données du journal de fouille. Le premier lot (A) comptait 222 pièces (ill. 1), le deuxième (B) 186 pièces (ill. 2), le troisième (C) 153 pièces (ill. 3). Ces chiffres différaient légèrement de ceux indiqués dans la bibliographie, qui donne 223 pièces pour le lot A et 185 pièces pour le lot B 30.

Illustration 1.

Illustration 1.

Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 1 (recto). Lot A

© AEBAF

Illustration 2.

Illustration 2.

Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 6 (recto). Lot B

© AEBAF

Illustration 3.

Illustration 3.

Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 9 (recto). Lot C

© AEBAF

  • 31 HS fait référence à Newell 1938 et Newell 1941
  • 32 Sydenham 1952.

8Les feuillets 13 à 30 représentent la reconstruction de l’ensemble du trésor dans l’ordre chronologique et regroupé par monogrammes ; à la p. 27 sont énumérées les monnaies avec « Dates illisibles et impossibles à restituer » ou « Pièces complètement illisibles » mais avec l’indication « tétradrachmes/didrachmes ». Dans les p. 28-29, il a rassemblé et mis en évidence les « Monnaies séleucides (variétés non ment.[tionnées] par Newell, soulignées en rouge » 31, tandis qu’à la p. 30, il a classé les six deniers romains en ajoutant les références bibliographiques du répertoire Sydenham, ouvrage de référence à l’époque 32.

  • 33 Ce trésor n’est même pas mentionné au moins dans une note, pour les chronologies parallèles, dans (...)
  • 34 Lönnqvist 2007, p. 2. Il est à noter, inter alia, que l’auteur est son propre éditeur. Inexplicable (...)
  • 35 Je dois à l’amabilité de Frédérique Duyrat, directrice du Département des Monnaies de la Bibliothè (...)
  • 36 Sharabani 1980.
  • 37 Donceel 1992 ; Lönnqvist & Lönnqvist 2006 ; Lönnqvist 2007.

9Suivant les données archéologiques proposées par de Vaux et la cohérence chronologique de l’ensemble, Seyrig a examiné les trois parties comme une accumulation unique ainsi que l’indique l’annotation portée en haut, à droite, à la première page du « Trésor de Qumrân. Inventaire des trois lots, établi à Jérusalem par moi, mai 1955 » ; mêmes informations dans la p. 13 : « Trésor de Qumrân. Sauf mention contraire les pièces sont des tétradrachmes ». Cependant, il ne parvint jamais à la publication 33. Comme nous le verrons, Auguste Spijkerman s’est servi plus tard de ce manuscrit. Ici, pour l’instant, je remarque simplement que ce dernier constitue la pierre angulaire de toute étude du trésor. Les pièces, réparties en trois lots, sont répertoriées et numérotées en indiquant la valeur nominale, la frappe ou l’atelier, les monogrammes et les lettres sémitiques. Les précisions et les nuances de l’inventaire démontrent la compétence absolue de l’auteur concernant la classification de la série de Tyr et, plus généralement, des monnaies séleucides. On peut donc logiquement déduire que, s’il n’a pas identifié les monogrammes, les lettres sémitiques ou le type monétaire, il ne put confondre les monnaies de la République romaine avec des pièces séleucides, des monnaies romaines impériales (deniers et antoniniennes) ou avec les rares monnaies d’argent nabatéennes. Et pourtant, ce travail énorme et rigoureux n’a pas été pris en compte par certains numismates, si ce n’est pour en réfuter la validité scientifique ou la méthode. De toute façon, on ne peut se limiter à écrire que la « liste » existe et affirmer ensuite, sans aucune explication, que la liste (et quelle liste ! d’une rigueur méthodologique impressionnante) « is […] not accessible for this study » 34. Si l’on ne tient pas compte de la liste de Seyrig, au moins dans la version que je connais 35 et dont je propose ici quelques illustrations, je pense qu’il est vain d’étudier ce trésor fondamental pour l’histoire et la chronologie du site. « The Seyrig’s List » aurait été, paraît-il, connue de Marcia Sharabani, qui ne l’exploite pas dans sa publication sur les 153 pièces du trésor de Qumrân conservées au Musée Rockefeller 36. Elle ne le fut pas plus utilisée par les chercheurs suivants, qui parlèrent de cette découverte de manière approximative 37. Ou s’ils la connaissaient, ils ont préféré l’ignorer dans la mesure où sa clarté aurait immédiatement suscité des doutes, et nécessité de confirmer ou réfuter, mais sur des bases fiables, toutes les données présentées dans ce précieux travail. Autrement dit : il aurait fallu réfuter la classification et le dénombrement des pièces effectués par un spécialiste de cette envergure, et démontrer avec un raisonnement et des données numismatique — et non pas entre les lignes d’une façon subreptice — qu’H. Seyrig ne savait pas compter avec précision et qu’il confondait les séries monétaires.

  • 38 Bottini & Luca 2010.
  • 39 Lönnqvist 2007, p. 2.

10De plus, l’information selon laquelle le Fr. Michele Piccirillo (1944-2008) 38, un franciscain fort estimé du Studium Biblicum, aurait été en mesure de fournir des informations « about the history of the preparation of Henry Seyrig’s coin list (Qumrân silver hoard) » 39 est douteuse pour des raisons chronologiques. Piccirillo a en effet été nommé professeur et directeur du Musée du Studium Biblicum seulement en 1974, un an après la mort de Seyrig et d’Auguste Spijkerman, le franciscain mentionné plus haut dont nous parlerons plus tard, et que Piccirillo n’a connu que de manière indirecte. Piccirillo avait quinze ans lorsqu’il arriva à Jérusalem le 24 septembre 1960, adolescent, pour commencer son noviciat à Emmaüs Qubeibeh le jour même. Il séjourna à Bethléem de 1961 à 1964, puis il étudia au couvent de Saint-Sauveur jusqu’en 1969. Il fut à l’Institut biblique jusqu’en 1973. Ainsi, dans les années 1955-1960 Piccirillo n’était pas en Palestine ; par la suite il fut un jeune religieux en formation et n’a certainement pas participé aux activités scientifiques des professeurs du Studium. Bref, les études sur le trésor du Locus 120 sont à reprendre depuis le début, c’est-à-dire à partir de la « Seyrig’s List ». Les points saillants sont les suivants :

  • le nombre « réel » des monnaies dans les trois lots ;
  • la fiabilité de la « Seyrig’s List » dans toutes ses trente pages ;
  • la fiabilité de la note finale pour le « lot A » (ill. 4.1-2), où sont très clairement décrits six (et seulement six) deniers romains républicains, information répétée dans la synthèse du document, à la p. 30 du manuscrit 40 ;
  • la corrélation entre la liste de Seyrig et la classification établi ensuite par Spijkerman, et étayée par sa campagne photographique ;
  • la comparaison réelle entre les monnaies conservées dans les Musées de Jérusalem et d’Amman et les monnaies identifiées par Seyrig.

Illustration 4.1.

Illustration 4.1.

Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 5 (recto). Lot A

© AEBAF

Illustration 4.2.

Illustration 4.2.

Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 30 (recto). Note finale : deniers romains

© AEBAF

Auguste Spijkerman et le Studium Biblicum Franciscanum

  • 41 Ceyssens 1996.
  • 42 Voir ASBF, ad vocem : par ex. Lemaire 1948.
  • 43 Spijkerman 1958-1959 ; Callegher 2007, p. 12-13.

11En mai 1955, tandis que le directeur de Beyrouth commençait à recenser le trésor, à quelques centaines de mètres, au-delà de la Porte de Damas, le jeune Auguste Spijkerman se convertissait littéralement à la numismatique. Le franciscain néerlandais, arrivé à Jérusalem le 16 août 1954, parlait et écrivait couramment l’allemand, le français et l’anglais. Il maîtrisait parfaitement le grec, écrivait ses cours et ses sermons en latin et avait été envoyé pour enseigner la langue syriaque aux étudiants du Studium. Bref, de formation philologique, il se passionna presque immédiatement pour la monnaie. Grâce à cette affinité « philologique » et à sa maîtrise linguistique il devint un correspondant d’Henri Seyrig. Suivons la chronologie des documents conservés au Studium Biblicum. Probablement — à ce sujet aussi la documentation est incomplète —, Spijkerman fut-il chargé de l’étude des pièces provenant des fouilles de Khibert Qumrân au moment où la recherche archéologique sur le terrain était désormais presque achevée, c’est-à-dire en 1955, ou plus sûrement en 1956. Peut-être fut-il introduit par son prédécesseur à la tête du Musée du Studium, son confrère le père Paulin Lemaire (1896-1963) 41, lui aussi numismate, discret et méconnu, qui dans les années trente et quarante avait répertorié presque toute la collection numismatique de la Flagellation, dressant de larges catalogues, aujourd’hui conservés dans les archives du Studium, mais « inconnus » 42. Nous savons, et cela est confirmé par plusieurs mentions bibliographiques, surtout dans les études des archéologues de l’École, qu’à partir de la campagne de novembre-décembre 1951 et même pendant les campagnes suivantes, les dominicains déposaient chez les franciscains pour nettoyage et restauration, toutes les pièces récupérées dans les fouilles. Au moins jusqu’à la fin de l’année 1953, leur référence ne pouvait être que de Paulin Lemaire qui, avec son confrère Nazareno Moretti, avait acquis la notoriété pour avoir nettoyé le grand trésor de tétradrachmes du milieu du iiie s. n. ère, découvert à Capharnaüm au début du xxe s. et abandonné dans la poussière pendant plusieurs décennies 43. En 1952, comme on l’a dit, Spijkerman était à Rome pour finir ses études, il n’était pas encore arrivé à Jérusalem. Il convient de prendre avec précaution les affirmations suivantes :

  • 44 Humbert 2009, p. 54 qui répète la tradition orale de l’École

« Pendant les campagnes des fouilles, les monnaies enregistrées sur le site étaient déposées chaque semaine au Studium Biblicum Franciscanum (SBF) de Jérusalem puisque c’est là que le P. Spijkerman s’employait à les décrasser et à en faire une première lecture. Les collectes étaient chaque année déposées par le SBF au siège des Antiquités, le Palestine Archaeological Museum (Rockefeller Foundation), lequel faisait fonction de succursale pour Jérusalem du Service des Antiquités de Jordanie. Le SBF ne conserve que quelques dizaines de monnaies issues de l’ultime campagne de 1956 à Aïn Feshkha. Il faut accepter que les monnaies ont disparu de Musée de Rockefeller […]. Nous n’avons accès qu’au fichier établi par A. Spijkerman dans la période qui a suivi immédiatement les fouilles dans les années cinquante… » 44.

  • 45 ASBF, ad vocem, où on lit qu’AS a pris sa fonction de directeur du Musée à compter du 15 septembre (...)
  • 46 Il sera publié dans ma recherche, mais je ne le commenterai pas ici. Le manuscrit est maintenant d (...)
  • 47 Donceel & Donceel-Voûte 1994, p. 4, n. 14. Il est plutôt vrai, bien au contraire, que le couple Don (...)
  • 48 De cette entreprise essentielle bien qu’inédite, qu’il faudra nécessairement mettre en parallèle a (...)

12Il est donc possible que Spijkerman ait commencé à répertorier les monnaies issues des fouilles de Qumrân seulement dans la seconde moitié de l’année 1955, ou peut-être même en 1956 45, en tous cas en dressant un registre manuscrit de 50 p. 46. Je souligne seulement en passant que, au contraire de ce qu’on a écrit et répandu, les monnaies isolées n’ont pas disparu 47 ; pour leur grande majorité, elles sont conservées dans le Cabinet numismatique du Studium, en excellent état et surtout avec la numérotation exacte correspondant à celle du fichier (une pièce = une fiche, avec l’intégration manuscrite des lettres, symboles, monogrammes, axe des coins, etc.). Même s’il se trouve depuis le 1988 chez les dominicains, le fichier dactylographié, qui comporte de nombreuses corrections et additions manuscrites de la main d’AS, appartient au Studium 48. Pour notre recherche, il est très intéressant à parcourir si on a la patience de le faire : concernant les monnaies isolées découvertes dans les différentes unités stratigraphiques (loci) de Qumrân, ce fichier établit en effet la relation entre le manuscrit Spijkerman, les numéros inscrits sur les feuilles en dessous des plastiques du stockage, et les pièces réelles conservées.

  • 49 Puech 1989.
  • 50 Spijkerman & Starcky 1958.
  • 51 En effet dans Milik & Seyrig 1958, p. 12, n. 1, on lit : « Je remercie M. l’abbé J. Starcky, qui a (...)
  • 52 ASBF, ad vocem.

13Revenons à la relation entre Seyrig et Spijkerman. L’une des premières études numismatiques de Spijkerman, qui date de 1958, mène directement à Beyrouth. Dans la Revue biblique de cette année-là, il publia en effet, en collaboration avec l’abbé Jean Starcky (1909-1988) 49, l’article « Un nouveau lot de monnaies palestiniennes » 50. C’était l’édition d’un trésor découvert sur le marché à Jérusalem, composé principalement d’émissions romaines provinciales de Césarée, Neapolis, Aelia Capitolina, Sébaste, Gaza, etc., c’est-à-dire les monnayages et les recherches qui deviendront le sujet des études d’AS. Si l’on revient au personnage de Starcky et à son rôle à l’Institut de Beyrouth, il est impossible qu’un si proche collaborateur de Seyrig n’ait pas fait allusion à ce jeune Néerlandais, « vraiment passionné » pour les monnaies de la Terre Sainte 51. De même, lors de l’un de ses séjours réguliers dans l’« oasis numismatique » à Jérusalem, Henri Seyrig se rend au Musée du Studium, dirigé à l’époque par AS. Nous pouvons suivre le déroulement de la visite en direct grâce à la Chronique du musée, rédigée presque quotidiennement par le religieux néerlandais, dans sa propre langue ou en anglais 52. HS y fut accueilli par Spijkerman le 21 juin 1958. Dans la chronique du jour, le franciscain écrit :

« June. 21 – Henri Seyrig, the numismatist, was here this afternoon. He gave me some very useful information regarding the recently discovered hoard and identified about forty coins which I did not know, mainly Greece and Asia Minor. It was a little consolation to see that [there] were many others which he did not know ».

14Un Spijkerman enthousiaste, dans le cadre de sa recherche, nomme son hôte « Le numismate » et se mesure immédiatement avec lui en reconnaissant sa grande compétence, mais qui accepte aussi son aide généreuse et ses conseils à propos du trésor qu’il étudiait avec Starcky : le célèbre visiteur a identifié de nombreuses pièces « unknown » sur lesquelles AS avait des doutes. C’est une rencontre entre chercheurs ayant connu des expériences différentes. Cela est confirmé dans la lumineuse lettre du 23 juin 1958, qu’HS écrit dès son retour à Beyrouth. La lettre se développe sur quatre pages, dans un style sans formalités, plutôt avec une approche scientifique, une sorte d’approbation et d’encouragement pour son jeune correspondant ; en même temps se poursuivent des discussions numismatiques, restées inachevées quelques jours auparavant dans le musée. On sent l’empressement du savant (mais c’était sans doute sa méthode) à ne pas omettre d’apporter une réponse plausible aux doutes ou aux incertitudes d’un débat : directe, sans formules préliminaires, la lettre commence ainsi :

« Dès mon retour à Beyrouth j’ai regardé quelques-unes des questions que nous avions soulevées dans notre conversation de samedi. Voici donc un ou deux informations ».

  • 53 La référence devait être Imhoof-Blumer 1883, où en effet manquent les monnaies de Césarée Maritime
  • 54 BMC Palestine, pl. III, 1-2 et maintenant avec SNG. ANS Palestine, etc., nrr. 760-761 = Coins of th (...)

15Nous connaissons donc les pièces examinées et il est possible de les identifier car aujourd’hui, le Cabinet du Studium abrite une unique monnaie des types mentionnés dans certains passages de la lettre. C’est sans doute trop peu pour établir une corrélation sûre mais le fait qu’il n’y ait qu’une seule monnaie semble important à noter. Retraçons leur entretien : ils avaient d’abord examiné un bronze de Césarée Maritime et discuté de la petite image, la divinité qui se trouve en bas à droite (ill. 5.1) et Seyrig écrit, bien qu’Imhoof-Blumer ne le mentionne pas dans son ouvrage 53, « [j]e n’en pense pas moins que votre monnaie représente le port de Césarée » parce qu’« il faut se rappeler que la ville s’appelait Kaisareia pros tô Sebastô Limêni. L’image s’explique donc toute seule ». Des doutes étaient nés en raison de la forme différente du tympan du temple et de la position de la légende sur le flan : ici, à droite. […] AVG FL et à l’exergue [CAE] SAR [ENSIS], ce qui était partiellement comparable avec BMC Palestine 54. Pour un autre bronze (ill. 5.2), la solution conseillée était :

  • 55 Bibliographie exacte.

« La monnaie sur laquelle on lit Euklès sous un cavalier au galop est de Magnésie du Méandre : BMC Ionia, p. 163, no 44 » 55.

16Dans la lettre, la référence au catalogue des monnaies grecques du British Museum suggère qu’il n’était pas entièrement accessible à Jérusalem et qu’AS identifiait les monnaies avec une bibliographie qui n’était pas à jour ou limitée à quelques répertoires et catalogues. D’autres informations sur des pièces douteuses indiquent d’ailleurs une approche essentiellement philologique et épigraphique.

  • 56 Rouvier 1900, p. 167. Pour la monnaie d’Arados, la mise à jour est Duyrat 2003, 2005, p. 71-72, nrr (...)
  • 57 Pour lire ces lettres grecques, il n’y avait à cette époque que le BMC Phoenicia, à la p. XXXIII.

17« La petite monnaie avec un aplustre doit être d’Aradus comme je le pensais [ill. 5.3]. C’est probablement celle que Rouvier décrit sous le nr. 247 56, avec une mauvaise lecture. J’en ai moi-même un exemplaire, ou l’on voit qu’il ne faut pas lire tau alpha sigma comme nous avons cru : le tau est en réalité un qoph phénicien mal fait, c’est une simple marque d’atelier, et la date 201 se lit alors tout simplement » 57.

18Ils avaient aussi identifié une pièce inédite (ill. 5.4) :

« La monnaie d’Hippos sous Néron avec un cheval est inédite, j’en ai un exemplaire où l’orthographe est correcte, et il y en a d’autres à Paris et à l’Université américaine de Beyrouth. En bas, je crois lire sur mon exemplaire alpha lambda rhô, ce qui va bien avec Néron si l’on compte selon l’ère de la Décapole ; cela donne 68/69 ».

  • 58 Spijkerman 1978, pl. 36, nr. 2.

19Cette pièce sera publiée dans Spijkerman 58 et maintenant confirmée dans RPC I, nr. 4808. Et, pour une autre pièce :

« La monnaie mystérieuse sur laquelle nous lisons la date 44, avec la tête d’Auguste jeune, est sûrement de Gadara [ill. 5.5]. Le fait que la date est précédée par la lettre L, et la fabrique de la pièce y sont favorables, et je ne vois vraiment pas de quelle autre ville elle serait. Je ne trouve cette pièce nulle part. La lettre L est parfois utiles pour déterminer l’origine des pièces : je me permets de vous envoyer un opuscule que j’ai publié jadis aux États-Unis et que vous n’avez sans doute pas, dans [lequel] je donne quelques détails là-dessus ».

  • 59 Spijkerman 1978, pl. 26, nr. 9.

20Cette pièce, également, a été publiée par Spijkerman 59 et est maintenant confirmée dans RPC I, nr. 4809.

Illustration 5.1.

Illustration 5.1.

Bronze de Césarée Maritime (Traianus)

© ASBF

Illustration 5.2.

Illustration 5.2.

Bronze de Magnésie du Méandre (Euklès)

© ASBF

Illustration 5.3.

Illustration 5.3.

Bronze d’Aradus

© ASBF

Illustration 5.4.

Illustration 5.4.

Bronze de Néron (Antioche ad Hippum)

© ASBF

Illustration 5.5.

Illustration 5.5.

Bronze d’Auguste (Gadara)

© ASBF

Illustration 5.6.

Illustration 5.6.

Bronze d’Héliogabale (Tripoli)

© ASBF

21Une monnaie avait toutefois laissé les chercheurs perplexes (ill. 5.6) :

« La monnaie que j’ai attribuée à Botrys me laisse perplexe. La première lettre B n’est pas du tout claire. Comme vous pouvez le lire dans Syria 31, 1954, p. 77, j’ai cru pouvoir établir que Botrys se servait de l’ère d’Actium, alors que votre pièce porte lambda/phi, c’est-à-dire 530, ce qui ne peut se compter que sur l’ère des Séleucides, et convient parfaitement au règne de Macrin. Ainsi, de deux [choses] l’une : je me suis trompé dans ma lecture de votre pièce, et vous pourrez le vérifier ; ou bien je me suis trompé en attribuant l’ère d’Actium à Botrys […]. Si la monnaie n’est pas de Botrys, elle ne pourrait guère être que de Tripolis, d’Orthosie ou de Césarée du Liban ».

  • 60 BMC Phoenicia, p. 223, nr. 120, pl. XXVIII, 5.

22En fait, cet assarion est un coin d’Héliogabale, frappé à Tripoli entre 220 et 221, attribution soutenue précisément grâce à ces deux lettres, lambda/phi situées à gauche de l’escalier menant au temple d’Astarté, comme mentionné dans la lettre 60.

23La correspondance se terminait par une approbation et presque une investiture :

« Tout cela vous témoignera, mon Père, de l’intérêt que j’ai trouvé à ces moments passés auprès de vous, dans cette collection où vous maintenez la belle tradition du P[ère] P[aulin] Lemaire. Ce m’est une joie de la savoir en d’aussi bonnes mains. Je ne perds pas de vue le désir que j’ai de venir passer une semaine à Jérusalem, pour y passer un peu plus de temps que je n’ai pu jusqu’ici dans les musées, et notamment dans le vôtre ».

24La syntonie devait être cordiale parce que Henri Seyrig conclut sa lettre avec un post-scriptum personnel :

« Si vous passez à La Haye, je pense que vous irez au Cabinet des médailles : veuillez alors transmettre mon souvenir à Mme Zadokos-Jitta et à Mr Enno van Gelder, qui m’y ont reçu avec une hospitalité que je n’oublie pas ».

25La collection numismatique du Studium et le nouveau conservateur étaient apparus à l’horizon de Seyrig et il leur restera longtemps fidèle. Quelques jours seulement s’écoulèrent (moins de deux semaines) avant que le projet du retour ne devienne réalité. Le 6 juillet, Seyrig signe en effet le grand livre des visiteurs. Entre le 7 et le 9 juillet, période de travail-recherche au Studium, AS trace le compte rendu de journées intenses : la chronique s’étend, particulièrement précise, sur une dizaine de pages :

« 7-9. Mr. Henry Seyrig came over once more from Beyrouth and worked three days in our Museum, mainly on the coins. I showed him also the hoard from Capernaum actually displayed in a room on the second floor… ».

  • 61 Il s’agit du trésor de Capharnaüm : Spijkerman 1958-1959, 1975, nrr. 767-2314.
  • 62 Bellinger 1940.

26Les observations du « numismate », précisément sur le trésor de tétradrachmes de la seconde moitié du iiie s. 61, eurent comme résultat que « [s]everal attributions had to be changed ». De tous les conseils correctifs échangés entre les deux collègues, A Spijkerman dresse une liste exhaustive, ponctuelle et surtout respectueuse de la contribution de l’illustre savant. Ainsi note-t-il, à propos de Bellinger 62, que « Seyrig informed me that he would rather assign to Ptolemais the coins usually attributed to Ortosia and to Heliopolis those of Cyprus ». Un peu plus loin que « Seyrig drew my attention on same mis-attributions in our collection » en particulier à propos des émissions de Gabala confondues avec celles de Gadara, de celles qui sont habituellement attribuées à Epiphaneia de Syrie et qui devraient être données à Epiphaneia de Cilicie, de celles d’Apamée de Syrie qui sont plutôt frappées à Apamée de Phrygie, et plusieurs autres corrections à apporter. Ensuite, lors de la visite, ils mirent également l’accent sur l’épigraphie car « Seyrig saw the Roman Inscription acquired recently. According to his opinion it should be assigned to the time of Trajan or Hadrian for epigraphical reasons ». Conscients que les répertoires disponibles auraient dû être corrigés et complétés par les nouvelles identifications, ils continuèrent donc à réfléchir et à raisonner sur des sujets alors peu connus et difficiles, notamment à propos de la monnaie romaine provinciale, avec ses questions non résolues comme la chronologie, les ateliers et les inscriptions.

  • 63 Voir supra, n. 28.
  • 64 On lit tout cela dans une lettre de transmission conservée dans l’ASBF, signée par AS : Amman 19/1 (...)

27Pour Spijkerman, 1958 fut presque certainement l’année du début de l’étude du trésor d’argent de Qumrân. Aborder ici ce sujet complexe nécessiterait d’abord d’expliquer comment et pourquoi, à la fin des années soixante-dix, on a décidé de disperser une partie des documents de Seyrig et de Spijkerman 63. Cela demanderait trop de pages et serait, au moins partiellement, hors sujet de cet article. Je me borne à rappeler que pour le trésor du Locus 120 (shekels, tétradrachmes, didrachmes et deniers romains), A Spijkerman débuta sa classification en partant de l’inventaire établi par Seyrig en mai 1955 et demanda « l’autopsie » de l’ensemble. En effet, le 19 novembre 1960, Adnan Hadidi, Conservateur du Musée d’Amman, lui remit à Jérusalem, directement au Studium, à ce moment-là en Jordanie, une partie des pièces conservées, même si elles étaient le malheureux résultat de la division de cette découverte fondamentale : « 87 shekels de Tyr, 17 tétradrachmes de Démétrius II, 33 tétradrachmes d’Antiochus VII, 53 sicles séleucides, 6 deniers consulaires romains » 64. De cette recherche, qui en termes de méthode dépendait beaucoup de la « classification » de Seyrig, on possède une preuve directe grâce à la documentation papier et photographique conservée. L’identification et les données numismatiques, enregistrées en tableaux, s’étendent sur une trentaine de pages. Elles montrent la numérotation continue, la séparation du Trésor en trois lots (A, B, C), une double chronologie suivant l’ère de la ville et le système conventionnel, les monogrammes et les lettres sémitiques, le diamètre et le poids, le lieu où les pièces sont conservées (A = Amman, J = Jérusalem). On voit parfois des lignes vides, dans lesquelles manquent certaines données. Il s’agit de pièces enregistrées dans la « Seyrig’s List » mais que Spijkerman n’a pas examinées directement, à savoir la partie du trésor qui n’était pas sortie d’Amman. Après avoir souligné la correspondance numérique exacte entre son calcul et celui de Seyrig (lot A = 222, B = 186, C = 153), le franciscain décrit sommairement dans le résumé final le rôle de son collègue de Beyrouth (ill. 6). De toutes les informations contenues dans cette page extraordinaire, nous déduisons que les deux numismates classent six (et seulement six) deniers romains républicains, donnée qui aurait dû être refusée par ceux qui ont soutenu que, dans ce trésor, les deniers romains était plus nombreux et, de plus, que leur chronologie s’étendait vers la seconde moitié du iie s. de l’ère chrétienne.

Illustration 6.

Illustration 6.

Manuscrit AS. Trésor de Qumrân, f. 30 (recto). Résumé final

© ASBF

  • 65 Seyrig 1986, p. 261, n. 2.
  • 66 Kadman 1961.
  • 67 Spijkerman 1962.

28Quand H. Seyrig expose sa méthode de recherche et d’étude numismatique 65, en commentant le volume sur les monnaies d’Akko Ptolemais 66, il a écrit : « Un recueil de monnaies de bronze doit être fondé, dans la plus large mesure, sur un examen personnel des exemplaires » et s’appuie sur une référence bibliographique, le compte rendu d’A. Spijkerman 67, dont il a peut-être lu une version dactylographiée. Tous deux pratiquaient donc la méthode de « l’autopsie » de la monnaie, de l’examen minutieux, de la comparaison en cas de doute, du contrôle de nouvelles pièces avec celles collectionnées, une méthode qui demande du temps mais qui assure une description fiable de la monnaie, à partir de l’épigraphie, des images et de la métrologie.

  • 68 Seyrig 1964.

29Les bonnes relations Beyrouth-Jérusalem se sont maintenues au fil des ans. En effet, dans les archives du Studium-collection Spijkerman sont conservées plusieurs lettres de Seyrig qui abordent toutes le même sujet, la numismatique, sous ses différents aspects : l’utilisation des légendes monétaires dans la chronologie, les nouvelles découvertes avec des pièces pouvant être inédites et suscitant donc le besoin de comparaison ou de conseils. Il y a également un texte dactylographié avec des corrections manuscrites de Seyrig : le « XIII. Sur quelques ères syriennes », un chapitre d’un long article paru en 1964 68. À partir de ces données, on peut supposer que les années de relations les plus intenses sont de 1958 à 1965. Cependant, nous ne savons pas si les documents qui nous sont parvenus représentent tout l’échange entre les deux savants ou seulement un fragment, même si la réponse est à rechercher dans l’examen des différents fonds Seyrig. J’ai cependant l’impression que beaucoup a été perdu. Toutefois, les relations épistolaires, commencées en 1958, n’ont jamais cessé : le 9 novembre 1972, en réponse à une note de Spijkerman (que je ne connais pas), H. Seyrig écrit de Neuchâtel :

  • 69 La référence devait être Saulcy 1874, p. 306, peut-être à une pièce frappée par Commodus entre 189 (...)

« Cher & révérend ami, merci de votre mot du 5 novembre. Vous avez mieux lu Saulcy que moi, et votre restitution est certaine. J’hésite seulement à croire que les lettres I.A.A. étaient omises sur la monnaie : peut-être que celle-ci était mal lisible, et qu’elle portait KAΠ.I.A.A. – AΛE.MAK.Γ. Quoi qu’il en soit, votre lecture montre que le culte d’Alexandre a continué jusqu’au iiie siècle. » 69.

30Il conclut, peut-être avec une certaine nostalgie, que « C’est un grand plaisir de recevoir de vos nouvelles. Est-ce vous ne nous préparez pas quelque savante publication ? ».

  • 70 Spijkerman 1975.
  • 71 Spijkerman 1972.
  • 72 Spijkerman 1978, p. 121.
  • 73 Seyrig 1973.

31À ce moment-là, Spijkerman s’occupait de la classification des monnaies des fouilles urbaines de Capharnaüm 70, il avait sous presse son catalogue du trésor de l’Hérodion (831 pièces cachées à l’époque de la deuxième révolte juive) 71 et avait presque conclu le manuscrit et les moulages pour les planches de son livre sur les monnaies frappées dans la Décapole et la province d’Arabie, qui sera publié à titre posthume 72. Seyrig, de son côté, avait sur son bureau les épreuves de ses « Trésors du Levant » 73. Des années plus tard donc, même s’ils étaient loin l’un de l’autre, ils poursuivaient leurs échanges sur des sujets numismatiques dont ils avaient discuté, aimablement, à partir du printemps 1958.

32Le 31 janvier 1973 Georges Le Rider, qui lui avait rendu visite au Studium l’année précédente, écrivait au franciscain :

« Mon père, c’est avec un très grand plaisir que j’ai reçu votre publication des monnaies de l’Herodion. Je vous suis extrêmement reconnaissant de me l’avoir envoyée. Les fouilles ont mis au jour un très importante documentation numismatique, et en particulier le trésor de la Seconde Révolte ».

33Il ajoutait en conclusion :

  • 74 Lettre dans l’ASBF.

« Je ne sais si vous avez appris de la mort de M. Henri Seyrig, décédé à Neuchâtel le 21 janvier » 74.

34Il ne s’était passé que quelques jours : il se peut que la nouvelle de la disparition de son correspondant soit arrivée avec la lettre du conservateur du Cabinet des Médailles. Quelques mois plus tard, le 23 juin, Spijkerman décéda à son tour. Pour le moment, il faut être prudent pour évaluer l’importance qu’a eu cette relation mais je pense que, pour tous les deux, elle avait surtout un sens scientifique. Quelle que soit notre opinion, de 1958 à 1972, les contacts ne semblent avoir jamais cessé, et leurs lettres étaient toujours concentrées sur ce qui constituait le sujet d’étude et recherche : les monnaies de Syrie-Palestine, et leur importance en tant que documents historiques.

Cette communication représente l’avant-propos d’une monographie sur les monnaies découvertes dans les fouilles réalisés à Khirbet Qumrân au début des années cinquante par les archéologues de l’École biblique et archéologique française ; elle traite du rôle qu’ont joué Henri Seyrig et Auguste Spijkerman dans ce domaine. L’étude, en collaboration avec l'École biblique et le Studium Biblicum Franciscanum, m’a été confiée à la fin de l’année 2011 par le R. P. Jean-Baptiste Humbert de l’École, par le R. P. Claudio Bottini, doyen du Studium et le R. P. Eugenio Alliata, directeur du Musée-Studium Biblicum. Les deux institutions ont en charge la conservation des archives d’Auguste Spijkerman et d’Henri Seyrig, ainsi que des monnaies isolées sorties de fouilles de Qumrân. L’un des chapitres de ma recherche, présentée ici sommairement, est consacré au rôle d’Henri Seyrig dans la classification du grand trésor de shekels, tétradrachmes, drachmes et deniers romains républicains découvert dans le Locus 120 de Qumrân, au travail inédit accompli par Auguste Spijkerman sur ce même trésor et, en conséquence, aux rapports scientifiques entre les deux savants à Jérusalem pendant les années cinquante. Je remercie Cécile Morrisson et Jean-Baptiste Humbert pour la lecture, la correction de mon français et les conseils.

Haut de page

Bibliographie

Amiet (P.) 1961 « Compte rendu de P. Benoit et al., Discoveries in the Judean Desert. II. Les Grottes de Murabbaʿat, Oxford, Clarendon Press, 1961 », Syria 38, p. 331-334.

Ariel (D. T.) & Fontanille (J.-Ph.) 2012 The Coins of Herod. A modern Analysis and Die Classification, Leyde/Boston, Brill.

Arif (A. S.) 1986 A Treasury of Classical and Islamic Coins. The Collection of Amman Museum, Londres, A. Probsthain.

Bagatti (B.) 1973a « P. Augusto Spijkerman (1920-1973) », LA 23, p. 387-390.

Bagatti (B.) 1973b « Padre Augustus Spijkerman”, Acta Custodiae Terrae Sanctae 18, p. 176.

Bellinger (A. R.) 1940 The Syrian tetradrachms of Caracalla and Macrinus, New York, ANS.

Benoit (P.) et al. 1961 Discoveries in the Judean Desert. II. Les Grottes de Murabbaʿat, Oxford, Clarendon Press.

BMC Ionia B. V. Head, A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum. Catalogue of the Greek Coins of Ionia, Londres, Longmans, 1892 [réimpr. à Bologne, Forni, 1964].

BMC Palestine G. F. Hill, A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum. Catalogue of the Greek Coins of Palestine, Londres, Longmans, 1914 [réimpr. à Bologne, Forni, 1965].

BMC Phoenicia G. F. Hill, A Catalogue of the Greek Coins in the British Museum. Catalogue of the Greek Coins of Phoenicia, Londres, Longmans, 1910.

Bottini (G. C.) & Luca (M.) éd. 2010 Michele Piccirillo: francescano archeologo tra scienza e provvidenza, Milan, Terra Santa.

Briend (J.) 2002 « Vaux, Roland de (1903-1971) », TRE 34, ad indicem.

Callegher (B.) 2007 Monete dall’area urbana di Cafarnao (1968-2003), Cafarnao IX (PSBF, Collectio Maior 47), Jérusalem, Terra Santa.

Callegher (B.) sous presse « Note su Augustus Spijkerman numismatico (1920-1973) », LA.

Cargill (R.) 2009 Qumran through (Real) Time: A Virtual Reconstruction of Qumran and the Dead Sea Scroll (Bible in Technology 1), Piscataway, Gorgias Press.

Ceyssens (L.) 1996 « Le P. Paulin Lemaire (1896-1963), Frère Mineur belge, éminent érudit biblique », Bulletin Trimestriel de l’Institut Archéologique du Luxembourg-Arlon 72/3-4, p. 39-48.

Coins of the Holy Land 2013 Y. Meshoreret al., Coins of the Holy Land. The Abraham and Marian Sofaer Collection, I-II, New York, ANS, 2013.

Corbo (V.) 1975 « Prefazione », Spijkerman 1975, Cafarnao III. Le monete della città (PSBF, Collectio Maior 19), Jérusalem, Franciscan Printing Press, p. 10.

Donceel (R.) 1992 « Reprise des travaux de publications des fouilles au Khirbet Qumrân », RB 99, p. 557-573.

Donceel (R.) & Donceel-Voûte (P.) 1994 « The Archaeology of Khirbet Qumran », ANYAS, 722, p. 1-38 (www.DOI: 10.1111/j.1749-6632.1994.tb30461.x).

Dussaud (R.) 1952 « L’activité de l’École archéologique française de Jérusalem » Syria 29, p. 401-403.

Dussaud (R.) 1954 « La troisième campagne de fouilles à Khirbet Qumrân », Syria 31, p. 380-381.

Dussaud (R.) 1955 « Khirbet Qumrân », Syria 32, p. 161-163.

Dussaud (R.) 1957 « L’activité archéologique, en 1956, de l’École biblique et archéologique française à Jérusalem », Syria 34, p. 397-399.

Duyrat (F.) 2003 « La politique monétaire d’Arados : les alexandres (ive-iie siècles avant notre ère) », Topoi 4, p. 25-52.

Duyrat (F.) 2005 Arados hellénistique. Étude historique et monétaire (BAH 173), Beyrouth, Ifpo.

Gebhard (H.), Kraft (K.), Küthmann (H.), Franke (P. R.) & Christ (K.) 1956 « Bemerkungen zur kritischen Neuaufnahme der Fundmünzen der römischen Zeit in Deutschland», JNG 7, p. 9-71.

Harding (G. L.) 1949 « The Dead Sea Scrolls », PEQ 81, p. 112-116.

Harding (G. L.) 1952 « Khirbet Qumrân and Wadi Murabbaʿat », PEQ 84, p. 104-109.

Herner (A.) 1954 « Compte rendu de S. A. Birnbaum, The Qumrân (Dead Sea) Scrolls and Palaeography, New Haven, 1952 », Syria 31, p. 137-140.

Hirschfeld (Y.) 2004 Qumran in Context: Reassessing the Archaeological Evidence, Peabody, Hendrickson.

Humbert (J.-B.) 2009 « L’archéologie de Qumran. Le dossier numismatique », École biblique et archéologique française de Jérusalem. Rapport d’activités, Année académique 2007-2008, p. 53-56.

Humbert (J.-B.) & Chambon (A.) 1994 Fouilles de Khirbet Qumrân et de ʿAïn Feshkha, I, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Imhoof-Blumer (F.) 1883 Monnaies grecques, Amsterdam, J. Miller.

Kadman (L.) 1961 Corpus Numorum Palaestinensium. IV. The Coins of Akko Ptolemais, Jérusalem, Israel Numismatic Society.

Kapera (Z.) 2009 « Józef Tadeusz Milik (1922-2006): qumranolog i orientalista », Qumran. Pomiędzy Starym, a Nowym Testamentem (Analecta Biblica Lublinensia II), Lublin, Wydawn, KUL.

Knoepfler (D.) 1996 « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », BCH 120/1, p. 285-309.

Laing (L. R.) 1969 Coins and Archaeology, Londres, Weidenfeld & Nicolson.

Le Rider (G.) 1973 « In memoriam Henri Seyrig », SNR 52, p. 167-171.

Lemaire (P.) 1948 « Catalogue des monnaies trouvées à Capharnaüm. I. Tétradrachmes du type Antiochien. II. Monnaies romaines », Jérusalem, ASBF ad vocem.

Lönnqvist (K.) 2007 The report of the Amman Lots of the Qumran Silver Coin Hoards, Amman, Kenneth Lönnqvist.

Lönnqvist (K.) & Lönnqvist (M.) 2006 « The Numismatic Chronology of Qumran: Fact and Fiction », NC 166, p. 121-165.

Macdonald (M.) 1980 « A Bibliography of Gerald Lankester Harding », ADAJ 24, p. 8-12.

Magen (Y.) & Peleg (Y.) 2007 The Qumran Excavations 1993-2004. Preliminary Report (JSP 6), Jérusalem, Israel Antiquities Authority.

Magness (J.) 2000 « A Reassessment of the Excavations of Qumran », L. H. Schiffman, E. Tov, J. VanderKam & G. Marquis (éd.), The Dead Sea Scroll: Fifty Years After Their Discovery, 1947-1997, Jérusalem, Israel Exploration Society, p. 708-719.

Milik (J. T.) 1952 « Fragments d’un Midrash de Michée dans les manuscrits de Qumrân », RB 59, p. 412-418.

Milik (J. T.) & Seyrig (H.) 1958 « Trésor monétaire de Murabbaʾāt », RN 6, 1, p. 11-26.

Newell (E. T.) 1938 The coinage of the Eastern Seleucid mints, from Seleucus I to Antiochus III (Numismatic Studies 1), New York, ANS.

Newell (E. T.) 1941 The coinage of the Western Seleucid mints from Seleucus I to Antiochus III (ANSP 4), New York, ANS.

Parrot (A.) 1953 « Comptes rendus de H. H. Rowley, The convenanters of Damascus and the Dead Sea Scrolls et suivants », Syria, 30, p. 360-361.

Parrot (A.) 1954 « Compte rendu de G. Vermès, Les manuscrits du désert de Juda, Tournai, Desclée et Cie, 1953 », Syria, 31, p. 140.

Porat (R.), Eshel (H.) & Frumkin (A.) 2007 « Finds from the Bar Kokhba revolt from two caves at En Gedi », PEQ 139/1, p. 35-53.

Puech (É.) 1989 « In memoriam. L’Abbé Jean Starcky (1909-1988) », RQ 53, p. 3-6.

Reece (R.) 2003 Roman coins and archaeology. Collected Papers (Collection Moneta 32), Wetteren, Moneta.

Rouvier (J.) 1900 « Numismatique des Villes de la Phénicie », JIAN 3, p. 125-168.

Saulcy (F. de) 1874 Numismatique de la Terre Sainte, Paris, Rothschild [réimpr. à Bologne, Forni, 1976].

Seyrig (H.) 1959 « Temples, cultes et souvenirs historiques de la Décapole», Syria 36, p. 60-78.

Seyrig (H.) 1964 « Monnaies hellénistiques», RN 6, 6, p. 7-67.

Seyrig (H.) 1973 Trésors du Levant anciens et nouveaux, Paris, P. Geuthner.

Seyrig (H.) 1986Scripta Numismatica, éd. Le Rider (G.), Paris, P. Geuthner.

Shanks (H.) 2006 « Milestones: Jozef Milik (1922-2006) », BAR 32/3, p. 18.

Sharabani (M.) 1980 « Monnaies de Qumrân au Musée Rockefeller de Jérusalem », RB 87, p. 274-284.

Siebert (G.) 2001 « Seyrig Henri Arnold », Revue d’Alsace 127, p. 372-376.

SNG. ANS Palestine Sylloge Nummorum Graecorum. The Collection of the American Numismatic Society, 6. Palestine – South Arabia, New York, ANS, 1981.

Spijkerman (A.) 1958-1959 « A Hoard of Syrian Tetradrachms and Eastern Antoniniani from Capharnaum », LA 9, p. 283-329.

Spijkerman (A.) 1962 « The Coins of Akko Ptolemais », RB 69, p. 628-630.

Spijkerman (A.) 1972 Herodion III. Catalogo delle monete (PSBF, Collectio Maior 20), Jérusalem, Franciscan Printing Press.

Spjikerman (A.) 1975 Cafarnao III. Le monete della città (PSBF, Collectio Maior 19), Jérusalem, Franciscan Printing Press.

Spijkerman (A.) 1978 The Coins of the Decapolis and Provincia Arabia, Jérusalem, Franciscan Printing Press.

Spijkerman (A.) & Starcky (J.) 1958 « Un nouveau lot de monnaies palestiniennes », RB 65, p. 568-584.

Stern (E.) 1993 « The Wadi Murabbaʿat Caves », The New Encyclopedia of Archaeological Excavations in the Holy Land 3, p. 833-835.

Sydenham (E. A.) 1933 The coinage of Caesarea in Cappadocia, Londres, Spink & Son.

Sydenham (E. A.) 1952 The coinage of the Roman Republic, Londres, Spink & Son.

Trimbur (D.) & Humbert (J.-B.) 2011 « The École biblique et archéologique française: a Catholic, French, and archaeological institution », K. Galor & G. Avni (éd.), Unearthing Jerusalem: 150 years of archaeological research in the Holy City, Winona Lake, Eisenbrauns, p. 95-108.

Vaux (R. de) 1953a « Fouilles au Khirbet Qumrân. Rapport préliminaire », RB 60, p. 83-106.

Vaux (R. de) 1953b « Les grottes de Murabbaʿat et leurs documents », RB 60, p. 245-267.

Vaux (R. de) 1954 « Fouilles au Khirbet Qumrân. Rapport préliminaire sur la deuxième campagne », RB 61, p. 206-236.

Vaux (R. de) 1956 « Fouilles au Khirbet Qumrân. Rapport préliminaire sur les 3e, 4e et 5e campagnes », RB 63, p. 533-577.

Vaux (R. de) 1973 Archaeology and the Dead Sea Scroll, Londres, Oxford University Press.

Vaux (R. de) 1996 Die Ausgrabungen von Qumran und En Feschcha. IA. Die Grabungstagebücher, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Haut de page

Notes

1 On rappelle ici seulement Le Rider 1973 ; Knoepfler 1996 ; Siebert 2001 ; pour toute information biographique et bibliographique, voir les articles dans ce même volume. On utilisera parfois l’abréviation : HS (Henri Seyrig) et AS (Auguste Spijkerman).

2 Bagatti 1973a, 1973b ; Corbo 1975, où l’on rappelle que le savant était né en 1920 à Sint Nicolaasga, Hollande ; pour un examen biographique et bibliographique et un examen de sa recherche numismatique, voir Callegher sous presse.

3 Ils sont mentionnés dans quelques phrases de Seyrig 1986, p. 261, n. 1 et p. 286 [reconnaissance pour l’aide dans la recherche à propos du « monnayage de Ptolémaïs en Phénicie » et l’envoi des moulages des exemplaires conservés dans la collection du Studium : pl. I, nr. 4, 9].

4 Bagatti 1973a, paru ensuite dans Spijkerman 1975, souligne que : « [AS] fu in contatto con i numismatici […] anche fuori di Palestinia, come il compianto H. Seyrig ».

5 ASBF : on lit ainsi dans quelques lettres de HS envoyées à AS.

6 ASBF : lettre d’HS envoyée de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, 4 juin 1962.

7 Je remercie le R. P. Jean-Baptiste Humbert, qui m’a permis d’examiner les documents des fouilles de Khirbet Qumrân et le P. Guy Tardivy pour l’accès aux documents personnels du R. P. Roland de Vaux, deux dossiers contenants uniquement les comptes économiques et les différentes rédactions des rapports sur ces fouilles.

8 Briend 2002 ; Trimbur & Humbert 2011.

9 AEBAF : lettre d’HS « Beyrouth, le 12 mai 1955 au révérend Père R. de Vaux », trouvée par hasard dans le dossier de Vaux- Qumrân : annotations et feuillets sans ordre.

10 BnF, Département des Monnaies, Médailles et Antiques. Archives scientifiques d’Henri Seyrig (Monnayages royaux, villes, trésors, listes de collections étrangères).

11 Information du P. Pawel Trzopek, que je remercie.

12 Dussaud 1952 , 1954, 1955, 1957 ; voir aussi les comptes rendus des livres et des articles sur Qumrân dans Parrot 1953, 1954 ; Herner 1954.

13 Dans l’énorme bibliographie sur les fouilles de ce site, les publications de référence sont Vaux 1953a, 1954, 1956, 1973 ; également essentiels : Humbert & Chambon 1994 ; Vaux 1996 ; Magness 2000 ; Hirschfeld 2004 ; Magen & Peleg 2007 ; Cargill 2009.

14 Assertion fondée sur la lecture des journaux de fouilles et de la documentation manuscrite, que j’ai examinés en 2011-2014, grâce à la courtoisie de J.-B. Humbert, que je remercie.

15 Recherche effectuée à la fin de juillet 2014 dans l’AEBAF.

16 Dans ce cas aussi, la prudence s’impose en raison de la faiblesse documentaire de l’AEBAF.

17 Milik & Seyrig 1958.

18 Vaux 1953b. Voir aussi dans l’AEBAF, le manuscrit (dactylographié) « Communication à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 4 avril 1952 » ; Benoit et al. 1961 et le compte rendu d’Amiet 1961 ; Stern 1993 ; Porat, Eshel & Frumkin 2007.

19 Vaux 1953b.

20 Auteur des éditions fondamentales des manuscrits et de l’épigraphie de Qumrân et, plus généralement, des études sur les manuscrits de la mer Morte. Pour sa première contribution à propos de Qumrân dans la Revue biblique, cf. Milik 1952. À propos de son rôle dans ces études : Shanks 2006 ; Kapera 2009.

21 La référence pour les monnaies de cette ville devait être Sydenham 1933.

22 Seyrig 1986, p. 453.

23 En effet, après avoir participé au sauvetage des manuscrits de la mer Morte (Harding 1949), il fut engagé avec de Vaux dans les fouilles du wadi Murabbaʿat (Harding 1952). Pour des données biographiques et bibliographiques voir Macdonald 1980. Les références explicites au trésor manquent dans Arif 1986.

24 Vaux 1956, p. 567-569 : « Dans le loc. 120, à droite de la porte entrante, deux pots étaient enfouis entre le sol de la période Ib et celui de la période II. Ce sont de petits pots à large ouverture et sans anse, dont le type est étranger au séries de Qumrân. Ils étaient fermés par un bouchon de fibres de palmier et remplis de monnaies d’argent. L’un en contenait 223, l’autre 185. Contre le mur nord du même locus et à un niveau pareil, un troisième vase était caché et enfermait plus de 150 monnaies ».

25 Vaux 1956, p. 567-568 : « Pendant un court séjour qu’il a fait à Jérusalem, M. H. Seyrig, Directeur de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth, a eu l’obligeance d’examiner ce trésor et nous lui devons les informations suivantes. Le contenu des trois vases est identique. A part quelques exceptions, le lot se compose de monnaies de Tyr et presque exclusivement de tétradrachmes […]. Quoi qu’il en soit, ce trésor complète notre connaissance du monnayage tyrien et nous informe sur ce qu’était la circulation monétaire en Palestine dans la période qui précède immédiatement l’ère chrétienne ».

26 AEBAF. Une annotation manuscrite sur la même lettre démontre qu’elle était connue par Robert Donceel.

27 L’enfouissement d’un unique trésor dans différentes parties d’un même endroit/site est clairement décrit par Vaux 1956. Des pratiques similaires, en cas d’événements soudains ou sous la poussée des catastrophes, sont bien connues dans le domaine de la numismatique : c’est presque un topos : Laing 1969, p. 52-66 ; Reece 2003, nrr. 27, 28, 29.

28 Même s’il n’est pas conservé actuellement à l’École biblique et archéologique française, le manuscrit que j’ai examiné reste la propriété intellectuelle de l’École. J’ai reçu du R. P. Jean-Baptiste Humbert la permission de l’étudier, ce dont je le remercie.

29 Gebhard et al. 1956.

30 Les journaux de fouilles indiquent les trois lots du trésor avec les numéros suivants : 2543, 2545, 2547. Cf. Vaux 1956, qui rapporte le calcul au moment de la découverte et ne considère donc pas les classements proposés dans la liste de Seyrig. Cependant, quiconque a travaillé sur des monnaies retrouvées dans des contextes archéologiques aura expérimenté que les calculs effectués à l’époque de la découverte peuvent varier, quoique légèrement, après le nettoyage ou la restauration. Par exemple, justement dans les trésors, il arrive que des pièces soient agglomérées les unes avec les autres. Le numéro indiqué dans Vaux 1956 est accepté sans aucune référence aux sources par Lönnqvist 2007. De toute façon, la faible différence n’a aucun effet sur la structure et la chronologie de l’enfouissement.

31 HS fait référence à Newell 1938 et Newell 1941

32 Sydenham 1952.

33 Ce trésor n’est même pas mentionné au moins dans une note, pour les chronologies parallèles, dans Seyrig 1973.

34 Lönnqvist 2007, p. 2. Il est à noter, inter alia, que l’auteur est son propre éditeur. Inexplicablement, dans la bibliographie des p. 3-6 de cette compilation consacrée spécialement à une « short history of research » et à « The Amman lot: a reconstruction of the hoard composition », manquent deux travaux fondamentaux : la référence à l’enquête photographique et aux données d’archive réunies par A. Spijkerman lors da sa refonte de 1960 et la publication en planches photographiques de presque tout le « silver hoard of Qumran » conservé au Musée d’Amman, pour laquelle on fait référence à Arif 1986. L’examen de la liste de Seyrig comparée avec les photographies de Spijkerman, développées en 1960 (ASBF), avec Sharabani 1980 et aussi avec Arif 1986 auraient certainement bénéficié à l’étude de Lönnqvist mentionnée ci-dessus. À cet égard, on peut se référer à Humbert 2009, p. 54-55.

35 Je dois à l’amabilité de Frédérique Duyrat, directrice du Département des Monnaies de la Bibliothèque nationale de France, l’information qu’il existe une copie du même manuscrit, rédigée semble-t-il par le même savant, conservée et consultable dans les archives de la Bibliothèque.

36 Sharabani 1980.

37 Donceel 1992 ; Lönnqvist & Lönnqvist 2006 ; Lönnqvist 2007.

38 Bottini & Luca 2010.

39 Lönnqvist 2007, p. 2.

40 Vaux 1996, p. 129. Puisque l’un des points d’appui des arguments de Lönnqvist 2007 est la recomposition originale du trésor (mais on ne dit pas à partir de quelle base documentaire), qui note la présence de « Roman denarii (12) and one Nabatean silver coin », je souligne que Arif 1986 aurait été éclairant. Certains tableaux, les références bibliographiques et la méthode de rédaction de ce catalogue démontrent qu’en 1985, au Musée d’Amman, on n’identifiait pas avec assurance les émissions romaines républicaines ; de plus, le stockage du matériel numismatique n’était pas réparti par sites ou lieux de fouilles/provenance. En fait, dans les tableaux des p. 150-151, qui portent le numéro J 8109 du Musée, la pièce no 17 est un denier républicain frappé par P. Laeca (110-109 avant J.-C.) = RRC 301/1, mais il n’est pas indiqué par Lönnqvist 2007. De même, ne semblent pas connus les neuf deniers romains républicains, publiés dans Milik & Seyrig 1985, p. 23, nrr. 1-9 (Sydenham 595 = RRC 336 (C. Allius Bala) ; Sydenham 976 = RRC 463 (Mn. Cordius Rufus) ; Sydenham 1216, 1217, 1221, 1227, 1330, 1243, 1244 = RRC 544/14, 15, 18, 23, 26, 36, 37 (M. Antonius). Toutefois, Lönnqvist 2007, p. 9, soutient que : « There are neither six Republican denarii presently in the three published hoards but only four (at least only four exist in Amman); all the four Roman Republican denarii are very early indeed and represent the earliest specimens recovered in whole are [sic !] of Syria-Palestine) ». Je signale également que l’étude minutieuse de Arif 1986, tab. J 11694, p. 171, nr. 6 (probable AE di Ahmed I-atelier Miṣr (1603-1617) aligné avec monnaies ptolémaïque), tab. J 8102, p. 172-173, qui comprend denari et tétradrachmes du iie-iiie s. à côté d’un statère de Thasos (ca. 510-490 avant J.-C.), aurait démontré au moins l’incohérence chronologique et suscité des doutes sur l’origine des monnaies publiées avec le même acronyme. L’ observation est d’autant plus surprenante quand on connaît Arif 1986, pl. J 8110, p. 202-204. Si le numéro J. 8110 indique le trésor de Qumrân, comme on peut le déduire du catalogue, les trois lots seraient répartis entre les p. 10-11, 12-14 et suivantes, avec un peu plus de cohérence dans les p. 15-21, pour finir à la p. 27 où est publié un « bronze coin » d’Antoninvs Pivs Avg. Dans ce dernier cas, Arif n’est pas en mesure de faire la distinction entre les pièces de cuivre et d’argent, car la « bronze coin » n’est pas une monnaie de cuivre mais, sans doute, d’argent, c’est-à-dire un denier de Caracalla (211-217). Surtout, dans les tableaux p. 202-204, elle mélange les monnaies romaines républicaines et impériales sans indiquer aucune information ou provenance dans le catalogue. Les planches reproduisent quatre des six deniers classés dans la liste Seyrig : Sydenham 417 = J 8110 Ob.12/Rev.12 : nr. 18 = RRC 274/1 ; Sydenham 661 = J 8110 Ob.11/Rev.11 : nr. 29 = RRC 340/1 ; Sydenham 540a = J 8110 Ob.11/Rev.11 : nr. 30 = RRC 302/1 ; Sydenham 723 = J 8110 Ob.11/Rev.11 : nr. 28 = RRC 350A/2. Il manque seulement deux deniers de la liste rédigée par l’archéologue de Beyrouth: Sydenham 455 = RRC 233/1 et Sydenham 1181 = RRC 517/2 (voir aussi Ariel & Fontanille 2012, p. 34). Mon classement se fonde seulement sur les photos, il est donc à prendre sous réserve. Néanmoins, on observe l’absence de seulement deux sur les six pièces romaines républicaines très bien identifiées par Seyrig ; il n’est pas exclu qu’elles aient étés déplacées dans les années qui précédent Arif 1986. Rappelons un point essentiel pour les études à venir : les ensembles monétaires publiées dans Arif 1986 ont étés préparés spécifiquement en vue de « ces » photographies, ce que démontrent à l’évidence le recours à la numérotation « mobile », qui change de forme dans chaque image, et aussi la présence d’une échelle à côté de signes d’identité avec les différents acronymes. On ne peut donc exclure qu’après de Vaux, la confusion dans le trésor de Qumrân se soit accrue précisément au cours de la campagne photographique. Ensuite ces documents numismatiques sont restés inchangés au fil des ans, ce qui a induit en erreur les chercheurs suivants. La déclaration de Lönnqvist 2007, p. 30 (où il est fait référence à Donceel 1992, p. 559-560) : « It is possible therefore to abandon the idea that the late Roman denarii in the Qumran silver hoard are intrusive », devrait au moins être réexaminée, avec des conséquences sur les suppositions ou les hypothèses chronologiques de cet article.

41 Ceyssens 1996.

42 Voir ASBF, ad vocem : par ex. Lemaire 1948.

43 Spijkerman 1958-1959 ; Callegher 2007, p. 12-13.

44 Humbert 2009, p. 54 qui répète la tradition orale de l’École

45 ASBF, ad vocem, où on lit qu’AS a pris sa fonction de directeur du Musée à compter du 15 septembre 1956, comme c’est d’ailleurs mentionné au frontispice du « Museum of the Flagellation. Chronicle. Vol. I. Sept. 15th 1956 ».

46 Il sera publié dans ma recherche, mais je ne le commenterai pas ici. Le manuscrit est maintenant déposé auprès de l’Israel Antiquities Authority. Le permis d’étude relève du Studium Biblicum Franciscanum qui est le tuteur juridique des manuscrits et de tout inédit d’AS. En tout cas, il a connu un usage partiel dans Lönnqvist & Lönnqvist 2006, article où l’on ne considère pas comme existant physiquement les monnaies dont on traite.

47 Donceel & Donceel-Voûte 1994, p. 4, n. 14. Il est plutôt vrai, bien au contraire, que le couple Donceel connaissait la quantité et le lieu de stockage des monnaies — « single finds » — de Qumrân/fouilles de Vaux. On en trouve l’attestation dans une lettre dactylographiée de mai 1988, signée par Robert Donceel lui-même (ASBF), où il certifie avoir prélevé dix monnaies parmi les trouvailles isolées de Qumrân : « Le monete seguenti sono state tolte dalla cartella senza che si debba considerare una probabile distruzione (vista la certezza della identificazione dal [sic] padre Spijkerman e il volume probabile degli esemplari nella serie in questione » [= KhQ 491, 493, 495, 552, 556, 801, 811, 1354, 1426, 2026] ; jusqu’à présent on ne connaît pas de trace écrite du retour des monnaies à leur place légitime et cette méthode « scientifique » se qualifie d’elle-même.

48 De cette entreprise essentielle bien qu’inédite, qu’il faudra nécessairement mettre en parallèle avec le manuscrit de Spijkerman, Lönnqvist & Lönnqvist 2006 n’en a pas connaissance. La collation entre les deux types de documents et les pièces « réelles », redécouvertes au cours de ma réorganisation du Cabinet des Médailles du Studium Biblicum, deviendra l’une des bases de ma recherche.

49 Puech 1989.

50 Spijkerman & Starcky 1958.

51 En effet dans Milik & Seyrig 1958, p. 12, n. 1, on lit : « Je remercie M. l’abbé J. Starcky, qui a bien voulu préparer les photographies des pièces ainsi que les tableaux paléographiques ».

52 ASBF, ad vocem.

53 La référence devait être Imhoof-Blumer 1883, où en effet manquent les monnaies de Césarée Maritime.

54 BMC Palestine, pl. III, 1-2 et maintenant avec SNG. ANS Palestine, etc., nrr. 760-761 = Coins of the Holy Land 2013, p. 26, nr. 21, pl. 23, nr. 21.

55 Bibliographie exacte.

56 Rouvier 1900, p. 167. Pour la monnaie d’Arados, la mise à jour est Duyrat 2003, 2005, p. 71-72, nrr. 2505-2569.

57 Pour lire ces lettres grecques, il n’y avait à cette époque que le BMC Phoenicia, à la p. XXXIII.

58 Spijkerman 1978, pl. 36, nr. 2.

59 Spijkerman 1978, pl. 26, nr. 9.

60 BMC Phoenicia, p. 223, nr. 120, pl. XXVIII, 5.

61 Il s’agit du trésor de Capharnaüm : Spijkerman 1958-1959, 1975, nrr. 767-2314.

62 Bellinger 1940.

63 Voir supra, n. 28.

64 On lit tout cela dans une lettre de transmission conservée dans l’ASBF, signée par AS : Amman 19/11/1960.

65 Seyrig 1986, p. 261, n. 2.

66 Kadman 1961.

67 Spijkerman 1962.

68 Seyrig 1964.

69 La référence devait être Saulcy 1874, p. 306, peut-être à une pièce frappée par Commodus entre 189/190 dans la ville de Capitolias, monnaie ensuite publiée dans Spijkerman 1978, nr. 15.4. L’origine de la vile, qui remonte à Alexandre le Grand, avait été discutée dans Seyrig 1959 ; pour cette raison que le conservateur numismate du Studium Biblicum avait cherché une comparaison ou l’approbation de Seyrig même.

70 Spijkerman 1975.

71 Spijkerman 1972.

72 Spijkerman 1978, p. 121.

73 Seyrig 1973.

74 Lettre dans l’ASBF.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 1 (recto). Lot A
Crédits © AEBAF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Illustration 2.
Légende Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 6 (recto). Lot B
Crédits © AEBAF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Illustration 3.
Légende Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 9 (recto). Lot C
Crédits © AEBAF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Illustration 4.1.
Légende Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 5 (recto). Lot A
Crédits © AEBAF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Illustration 4.2.
Légende Manuscrit HS. Trésor de Qumrân, f. 30 (recto). Note finale : deniers romains
Crédits © AEBAF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Illustration 5.1.
Légende Bronze de Césarée Maritime (Traianus)
Crédits © ASBF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Illustration 5.2.
Légende Bronze de Magnésie du Méandre (Euklès)
Crédits © ASBF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 771k
Titre Illustration 5.3.
Légende Bronze d’Aradus
Crédits © ASBF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Illustration 5.4.
Légende Bronze de Néron (Antioche ad Hippum)
Crédits © ASBF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Illustration 5.5.
Légende Bronze d’Auguste (Gadara)
Crédits © ASBF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Illustration 5.6.
Légende Bronze d’Héliogabale (Tripoli)
Crédits © ASBF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Titre Illustration 6.
Légende Manuscrit AS. Trésor de Qumrân, f. 30 (recto). Résumé final
Crédits © ASBF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5333/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Callegher, « Henri Seyrig, Auguste Spijkerman et les institutions de recherche à Jérusalem », Syria, III | 2016, 347-368.

Référence électronique

Bruno Callegher, « Henri Seyrig, Auguste Spijkerman et les institutions de recherche à Jérusalem », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5333 ; DOI : 10.4000/syria.5333

Haut de page

Auteur

Bruno Callegher

Professeur à l'Université de Trieste

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals