Navigation – Plan du site
Témoignages

Henri Seyrig, l’helléniste oriental

Pierre Bordreuil
p. 371-377

Texte intégral

1Comment expliquer, trente ans après sa mort, l’« Orientation » d’Henri Seyrig ? Pourrait-on discerner encore aujourd’hui les multiples facteurs qui ont dû conduire vers les rives de l’Orient cet universitaire, né peu avant le tournant du xxe s., dont le parcours de jeunesse avait été jusque-là des plus « classiques » ? Il en aurait probablement, avec sa simplicité désarmante, donné des clés mais ce genre d’interrogation vient généralement à l’esprit alors qu’il est trop tard pour obtenir de réponse, a fortiori venant d’un personnage aussi impressionnant que l’était Henri Seyrig. J’ignore si quelque familier l’avait entendu s’expliquer à ce sujet mais, leur nombre s’étant aujourd’hui singulièrement raréfié, je vais essayer de proposer quelques éléments de réponse. Ils sont fondés plus particulièrement sur les dernières années de sa vie, pendant lesquelles, résidant à Beyrouth, j’ai eu le privilège de le rencontrer, de figurer parmi les nombreux bénéficiaires de son inépuisable générosité scientifique et d’être l’un des derniers à pouvoir en témoigner.

2C’est vers la fin de la Première Guerre mondiale que son affectation à l’armée d’Orient l’amène à Salonique, premier contact avec un monde grec qui va désormais le passionner et où se dégage déjà comme un parfum d’Orient. Une fois revenu à Paris, l’enseignement de Victor Bérard et son intuition fondamentale de l’imprégnation orientale des civilisations méditerranéennes dites « classiques » allait influencer le jeune savant, en dépit du discrédit, heureusement bien oublié aujourd’hui, dont les thèses de Bérard furent l’objet. D’autre part, leur originalité, pour ne pas dire leur étrangeté pour l’époque, ne devait probablement pas déplaire à celui qui, à plusieurs reprises au cours de sa carrière scientifique, serait amené à remettre en question nombre d’idées reçues. En rédigeant un mémoire sur la maison homérique, il allait pénétrer dans le pays de l’aède ionien.

3De 1922 à 1929, il fait partie de l’École française d’Athènes. Pendant ce séjour, il rencontre Hermine de Saussure, navigatrice experte, qui deviendra sa femme. Il accompagne en 1923 Paul Perdrizet en Syrie, participe à ses fouilles archéologiques de Séleucie de Piérie et publie un article sur les dieux de Baalbek. La cité du soleil devait d’ailleurs l’accompagner tout au long de sa vie et de son œuvre scientifique ; comment ne pas imaginer que la luminosité du Levant a aussi participé de ce tropisme oriental ; j’entends encore la voix inimitable de sa fille Delphine rappeler qu’elle était « née à Beyrouth dans la plus belle lumière du monde ! ».

4Les origines protestantes d’Henri Seyrig ont été parfois rappelées. Faudrait-il y voir une des raisons de l’attrait exercé par les pays bibliques au sens large sur des historiens comme lui qui avaient conservé des liens plus ou moins lâches avec leur culture spirituelle familiale, pouvant aller jusqu’à un certain agnosticisme ? Il est difficile de répondre à cette question mais on ne peut que constater une certaine continuité qui ira de René Dussaud à Ernest Will en passant par Paul Perdrizet, Henri Seyrig, Daniel Schlumberger, Jean Sauvaget, Robert Amy, André Parrot, Claude Schaeffer et André Caquot.

5L’indépendance d’esprit d’Henri Seyrig, protestant contre l’armistice de 1940, allait se manifester au cours des mois suivants, pendant que la communauté française, fort importante au Liban qui était encore sous mandat français de la Société des Nations, se déchirait entre une majorité « maréchaliste », tenante de l’État français, une fraction fidèle au général Giraud et quelques partisans de la France libre du général de Gaulle. J’ai connu la chance de rencontrer, trois décennies plus tard, les membres de cette sorte de cellule de résistance œcuménique alsacienne qui regroupait, autour d’Henri Seyrig, Daniel Schlumberger et l’abbé Jean Starcky, alors en délicatesse, pour les raisons que l’on imagine, avec les autorités de l’Université Saint-Joseph où il enseignait. Parmi les proches figurait la forte personnalité de Louise Wegman, elle aussi d’origine alsacienne, directrice du Collège protestant français et grande amie des Seyrig.

6Accordant ses actes à ses convictions, chacun d’eux allait alors tracer la route de son engagement personnel : ce fut la diplomatie pour Henri Seyrig, représentant de la France libre au Mexique, puis conseiller culturel à Washington ; ce fut la voix de la France libre en Afrique pour Daniel Schlumberger et pour le fidèle Raoul Curiel qui allèrent animer Radio-Brazzaville ; ce fut l’aumônerie militaire pour Jean Starcky, rejoignant en Égypte l’armée de Lattre et participant aux campagnes d’Afrique et d’Italie, de Bir Hakeim à Monte Cassino. Symbole du désarroi de l’Alsace meurtrie, dans le même temps, son frère Georges, resté au pays, était enrôlé de force par l’occupant dans les « malgré-nous ».

  • 1 Ward 1968.

7C’est en février 1967 que je fis la connaissance d’Henri Seyrig. Boursier de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres auprès de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem (alors en Jordanie), je m’étais rendu à Beyrouth via Damas pour assister au premier congrès sur les Phéniciens organisé par l’American University of Beirut 1. J’avais été d’emblée intrigué par la présence de ce personnage prestigieux, par le discours de cet helléniste pour qui les Phéniciens méritaient mieux qu’un rôle de précurseur plus ou moins lointain, « faire-valoir » imparfaits du monde classique. J’ignorais que le ministère des Affaires étrangères venait subitement de s’aviser qu’on avait « oublié » de lui signifier (ainsi qu’à d’autres !) son admission à faire valoir ses droits à la retraite à partir du 1er janvier 1967. Âgé de soixante et onze ans, il ne pouvait que s’incliner mais la décision ministérielle, au ton peut-être trop comminatoire à son goût, l’avait profondément irrité. Pendant ce congrès, nous partagions l’hospitalité de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, qu’il avait dirigé pendant vingt ans. Regagnant à pied le palais Beyhum, distant de quelques centaines de mètres de l’Université américaine, nous avions bavardé en évoquant, me semble-t-il, l’espoir improbable d’une paix dans la région dont la perspective allait s’éloigner davantage trois mois plus tard. Arrivés devant la porte de l’Institut, je m’effaçai pour le laisser passer au bénéfice de l’âge. C’est alors qu’il s’exclama avec une certaine hauteur mais sans aucune acrimonie : « Je vous en prie, passez le premier, je suis encore chez moi ! ». Je compris, un peu plus tard seulement, combien cette brusque mise à la retraite l’avait affecté.

8Résidant à Beyrouth à partir de l’automne 1968, je retrouvai mon professeur d’archéologie de Strasbourg, Daniel Schlumberger, qui avait succédé à Henri Seyrig à la direction de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth. Ne pouvant se résoudre à quitter complètement le Liban, ce dernier y revenait régulièrement, à la demande de son vieil ami l’Émir Maurice Chéhab, directeur des Antiquités du Liban, poursuivre le classement des collections de monnaies du Musée national. Or, quelques années auparavant, tous deux avaient essuyé une campagne de presse calomnieuse qui avait tenté de salir l’émir et Henri Seyrig en les accusant de trafic d’antiquités. Motif commode autant que discutable, dans la mesure où la législation libanaise de l’époque (plus de vingt ans avant la convention Unidroit de 1991) autorisait, sous contrôle de la Direction des antiquités, l’achat, le commerce et l’exportation d’antiquités d’origine non libanaise. La calomnie fit long feu, le responsable de la cabale, aujourd’hui décédé, ayant été révoqué, quitta le pays. L’innocence une fois établie de certains des amis de ce responsable, soupçonnés à tort de complicité, amena rapidement Henri Seyrig à faire savoir aux divers intéressés que, pour lui, l’incident était clos et l’affaire classée.

9Avant de rapporter, au moyen de deux exemples, ce que « l’helléniste oriental » a pu apporter à l’épigraphiste néophyte puis au sémitisant chenu que je suis devenu, deux anecdotes vécues en disent long sur la multiplicité de ses intérêts. On connaissait son goût pour l’art moderne illustré par le mobile de son ami Calder qui éclairait le plafond de l’Institut d’archéologie et pour sa fréquentation assidue des salles obscures, mais on sait moins que son appétit de vivre incluait aussi les nourritures terrestres. Au retour d’un séjour à Palmyre, en l’absence de la cuisinière qui était en congé de fin de semaine, Henri Seyrig et Daniel Schlumberger avaient dû avoir recours aux ressources du réfrigérateur. Fort heureusement, il contenait une grande quantité de becfigues déjà apprêtés, qu’il suffisait de réchauffer. Ces oisillons, fort appréciés des gastronomes libanais, étaient alors victimes de véritables hécatombes en fin d’été et en début d’automne. Henri Seyrig, après en avoir dévoré une belle quantité, constata avec satisfaction tout en tapotant son embonpoint : « Eh bien ! Je vois que je n’ai rien perdu de mon avidité ». Quelque temps plus tard, Daniel Schlumberger avait peine à me raconter l’histoire pour cause de fou rire inextinguible.

10À la fin des belles années beyrouthines, au début des années 1970, la bibliothèque de l’Institut français d’archéologie ne désemplissait guère, fréquentée aussi bien par les pensionnaires de l’Institut, des étudiants en mal de thèse, que par des archéologues en début ou en fin de fouilles au Liban ou en Syrie. Henri Seyrig ne manquait, pendant ses séjours, d’y venir dans l’après midi, consulter quelque ouvrage. En même temps, il aimait à s’entretenir avec les lecteurs qu’il connaissait, c’est-à-dire avec la quasi-totalité de la salle. C’est ainsi qu’un jour, alors que j’étais plongé dans je ne sais plus quel livre, il vint me poser avec le plus grand sérieux la question : « Alors, la science avance ? ». Interloqué et balbutiant une ou deux phrases banales, je me vis couper la parole par ces mots définitifs : « De toute façon, cela ne sert à rien ! ». Une telle affirmation dénotait certes un goût du paradoxe, une certaine désillusion mais aussi, et peut-être surtout, une façon, somme toute assez saine, de relativiser l’importance de nos acquis scientifiques.

  • 2 Bordreuil 1986.
  • 3 Seyrig 1955, p. 42s.

11C’est probablement à la fin de 1970 que je me suis entretenu avec lui d’un sujet auquel je m’intéressais depuis mon entrée au CNRS, trois ans auparavant : la glyptique ouest-sémitique inscrite, que j’avais découverte en classant, avec le regretté Bernard Delavault, les empreintes conservées dans le cabinet du Corpus Inscriptionum Semiticarum à l’Institut de France. Épigraphiste néophyte, je connaissais pourtant son intérêt pour la sigillographie mais j’ignorais à quel point j’allais bénéficier de sa générosité et de sa confiance. Il m’informa qu’il possédait des documents qui pourraient m’intéresser et qu’il allait les léguer au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale. Je l’entends encore dire à son successeur : « Daniel ! J’ai décidé de confier à Monsieur Bordreuil la publication de ma collection de sceaux inscrits ». J’étais incontinent convié à me rendre à Neuchâtel pour l’enregistrer. Cette journée passée, quelques mois plus tard, à déchiffrer, à mesurer et à prendre les empreintes d’une bonne trentaine de cachets et cylindres inédits en compagnie d’un tel commensal, reste à ce jour un grand souvenir. En feuilletant le catalogue de sceaux de la Bibliothèque nationale, du Louvre et du musée biblique publié en 1986 2, je demeure encore étonné par la qualité et l’originalité des documents qu’il avait su rassembler, alors même qu’il ne se prétendait nullement spécialiste d’épigraphie sémitique. De la trentaine de sceaux légués au Cabinet des Médailles, je n’ai pu récuser aucun exemplaire et quatre d’entre eux retiennent aujourd’hui mon attention. Sur le cylindre de jaspe rose de la fin du ixe s. (no 85 = ill. 1), portant l’inscription araméenne : « Sceau de Baraq serviteur de Atarshamīn », la scène présente la déesse face à son serviteur debout devant un autel, dans une attitude d’adoration. Publié en 1955 3, ce document, d’un intérêt exceptionnel, est certainement, du point de vue chronologique, l’une des premières trouvailles d’épigraphie sémitique d’Henri Seyrig et non des moindres.

Illustration 1.

Illustration 1.

Sceau-cylindre en jaspe, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1973.1343.4

© BnF

12On trouve encore dans le legs Seyrig un bâtonnet de basalte noir de section rectangulaire (no 4 = ill. 2) sur laquelle est gravé l’étendard de Sīn. Il porte sur le côté deux mots dont les lettres sont d’aspect phénicien. Le premier mot est PʿR, suivi de ḤMN, dont la première lettre a été maladroitement modifiée, vraisemblablement dans un second temps. Le caractère sigillaire de l’inscription n’est pas douteux puisque celle-ci se lit sur l’empreinte et non pas sur la matrice. En revanche, le caractère complètement nouveau de cet objet inscrit, seul de son espèce, ainsi que la bizarrerie apparente de l’inscription, auraient dû logiquement inciter Henri Seyrig à le récuser. Pourtant, une fois de plus, son flair ne semble pas l’avoir trompé. En effet, le premier mot du syntagme peut être identifié au toponyme Paʿar. Située près de la crête de la chaîne de l’Amanus, entre Alexandrette et Antioche, cette ville sera Pagras à l’époque hellénistique. Or, le nom sémitique de l’Amanus était bien orthographié ḤMN. De plus, l’étendard de Sīn est connu par les reliefs et les inscriptions de Zincirli toutes proches.

Illustration 2.

Illustration 2.

Pierre de touche en basalte, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1973.1.525

© BnF

13Il reste à expliquer la fonction de cet objet : sa matière, le basalte, en faisait une pierre de touche destinée à vérifier l’aloi de métaux précieux. On peut supposer qu’il existait à Paʿar de l’Amanus un poste où cet instrument permettait de contrôler, puis de sceller, coffres et sacs de métaux précieux qui franchissaient la montagne. L’interprétation, en l’absence de documents homologues, présente pourtant une cohérence certaine qui n’apparaissait pas d’emblée mais l’objet lui-même n’avait pas échappé à l’intuition d’Henri Seyrig.

14Sur un cachet de calcédoine blonde (no 37 = ill. 3) figure un « Hermès berger » conventionnel, vêtu de la chlamyde, coiffé du pétase et muni du caducée. Dans le champ, trois lettres d’aspect phénicien composent le titre divin BʿL : « Baʿal ». Or, la troisième lettre n’est pas un /L/ phénicien mais, selon toute évidence, un lambda. On voit que le lapicide, probablement par distraction, a confondu la consonne phénicienne avec son homologue grecque.

Illustration 3.

Illustration 3.

Cachet en calcédoine, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1973.1.489

© BnF

15Le flair d’Henri Seyrig lui a ainsi permis de mettre la main sur un sceau qui non seulement présente un exemple rarissime d’inscription sigillaire digraphe gréco-phénicienne mais qui en outre était une sorte de parapheur servant certainement à authentifier des documents administratifs et/ou des oracles émanant d’un temple de Baʿal-Hermès. La preuve en est apportée par le sens de l’inscription : celle-ci n’est pas lisible sur la matrice mais sur l’empreinte.

16Le quatrième document (no 136 = ill. 4) est un cylindre de calcédoine bleutée représentant une scène de sacrifice du feu à deux personnages qui révèle son caractère persan. L’inscription en écriture araméenne dans le champ qui porte le qualificatif « zaratoushtrien » avait été lue d’emblée par Henri Seyrig, qui avait ainsi acquis l’objet en toute connaissance de cause.

Illustration 4.

Illustration 4.

Sceau-cylindre en calcédoine, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1972.1343.8

© BnF

17Ces quatre sceaux donnent une idée de ce flair, déjà évoqué, qui ne se fondait pas sur des considérations esthétiques mais sur un contact répété et prolongé avec un matériel glyptique abondant et varié dont le Beyrouth des années 1950 et 1960 était la plaque tournante. Avoir été à même, en quelques décennies, de dénicher et d’acquérir, entre autres documents d’importance majeure, le cylindre de Baraq qui est le plus ancien sceau à inscription araméenne connu jusqu’à présent, la pierre de touche phénicienne de Paʿar de l’Amanus, le cachet gréco-phénicien de Baʿal-Hermès et le cylindre araméo-perse « zaratoushtrien » dénotait de plus un éclectisme peu commun, embrassant l’ensemble du Ier millénaire levantin.

  • 4 Bordreuil 2012.

18Quarante ans plus tard, en 2011, de manière inattendue, j’ai eu l’occasion de croiser à nouveau l’œuvre scientifique d’Henri Seyrig, pour y découvrir des informations qui restent toujours valables. J’avais été invité par l’Université catholique de Louvain à traiter, lors de la séance inaugurale du Centre d’histoire des religions Cardinal-Albert-Riess, un sujet d’histoire des religions sémitiques englobant le IIe et le Ier millénaire av. J.-C. 4. Il m’a semblé que la confrontation du prophète Élie et des prophètes de Baʿal et d’Astarté au Carmel, relatée dans I Rois 18, pouvait répondre à la question en raison de convergences entre le dieu de l’orage ougaritain du IIe millénaire et celui du Carmel du Ier millénaire ; deux notations d’Henri Seyrig m’ont paru particulièrement pertinentes et utiles à mon propos :

  • 5 Seyrig 1962, p. 101.
  • 6 Avi-Yonah 1952, p. 123.
  • 7 Seyrig 1963, p. 20.

19La première remarque soulignait que le transfert à Zeus du patronage antérieur des dieux phéniciens de l’orage s’applique tout spécialement au culte pratiqué sur le mont Carmel, appelé par le pseudo-Scylax « la montagne sacrée de Zeus » et à son dieu, « forme du grand dieu phénicien de la montagne et de la foudre, un frère de Baʿal Saphôn, de Baʿal Libnan, de Hadad Akrôreitès » 5. D’autre part, une dédicace, trouvée au sommet du Carmel, identifiait le dieu du lieu à Jupiter Héliopolitain 6, « le grand Baal de l’orage dieu suprême des panthéons locaux, dont le culte était généralement pratiqué sur les montagnes et sur les hauts lieux 7 ».

  • 8 Seyrig 1960, p. 249.
  • 9 CIS I, 122 (= KAI no 47, p. 64), l. 1.
  • 10 Bordreuil 2012, p. 43.

20La seconde remarque concerne la présence dans l’épisode de I Rois 18, des prophètes de ʿAshtart, présence généralement totalement négligée par l’exégèse vétérotestamentaire. Or, leur mention en ce lieu, bien que fugitive, établit à l’évidence un lien entre ʿAshtart et le dieu dont les prophètes de Baʿal attendaient la manifestation. La plus ancienne confirmation se trouve dans un texte d’Eudoxe de Cnide daté du ive s. av. J.-C., cité par Seyrig, associant le Zeus tyrien, alias Baʿal shamīm, avec son épouse Astérie dont le nom est la forme grécisée d’Astarté-Ashtart. Ils forment même une triade dont le parèdre mineur est leur fils Héraklès 8, nommé en toutes lettres « Héraklès des Tyriens », qui sera expressément identifié à Milqart dans la bilingue de Malte 9. Cette observation éclairante, publiée il y a un demi-siècle, mais demeurée alors inconnue des biblistes, permet d’élargir « la polémique anti baʿalique contenue dans ce texte en une charge contre les trois principales divinités tyriennes. Au-delà de celle-ci, il est vraisemblable que l’insertion du récit de I Rois 18 dans le texte biblique portait de plus en arrière-plan la stigmatisation de la ville prestigieuse au second et au premier millénaire, admirée tout autant pour l’habileté de ses architectes, de ses artisans et de ses artistes que détestée pour sa dévotion aux rivaux de Yahweh » 10 .

  • 11 C’est la date de sa conversion à l’archéologie « orientale » proposée par Knoepfler 1996, p. 299.

21Revenant à la question liminaire des facteurs qui ont pu être à l’origine d’un destin oriental, personnel et scientifique aussi riche qu’atypique, on pourrait privilégier une sorte d’appel de l’Orient, perçu entre Salonique et Alexandrette au cours des années 1920 et confirmé à Palmyre, dès 1925 11. L’histoire du xxe s. et la Première Guerre mondiale l’avaient entraîné vers le Levant et la seconde l’y a ramené pour créer l’instrument de travail exceptionnel que fut l’Institut français d’archéologie de Beyrouth, tant pour la formation d’archéologues et d’historiens que pour la coopération avec les institutions libanaises et syriennes. Un ascendant personnel, une générosité scientifique qui l’a toujours amené à se garder de toute forme de préjugé devaient marquer profondément ceux qui ont eu le bonheur de collaborer avec lui et en particulier les pensionnaires de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth de la fin des années 1940 à la fin des années 1960. On remarquera aussi que sa perception, amorcée certainement à partir de ses années parisiennes, d’une antiquité proche-orientale faite, malgré tout, davantage de continuités que de ruptures, l’amènera à discerner tout au long de son œuvre scientifique et à mettre en valeur les substrats locaux.

22Cent deux contributions sont parues pour la plupart dans Syria, de 1931 à 1965, sous le titre général d’« Antiquités syriennes ». Elles concernent des objets d’antiquité au sens concret, isolés ou regroupés : inscriptions, monnaies, sceaux, ronde-bosses, etc. Chacun renvoie à l’une de ces Antiquités au sens abstrait, à l’une de ces périodes successives dont la spécificité et la richesse propre ont été si bien décelées, identifiées et commentées dans leur continuité historique par Henri Seyrig, à savoir : l’Antiquité syrienne byzantine, celle de la Syrie classique, voire l’Antiquité syrienne des âges du Fer et du Bronze.

23Avi-Yonah (M.) 1952 « Mount Carmel and the God of Baalbek », IEJ 2, p. 118-124.

24Bordreuil (P.) 1986 Catalogue des sceaux ouest-sémitiques inscrits de la Bibliothèque Nationale, du Musée du Louvre et du Musée biblique de Bible et Terre Sainte, Paris, Bibliothèque Nationale.

25Bordreuil (P.) 2012 « Trois divinités tyriennes dans le récit de I Rois 18 », Res Antiquae 9, p. 29-44.

26KAI H. Donner & W. Röllig, Kanaanäische und Aramäische Inschriften, 3e éd., Wiesbaden, Harrassowitz, 1971.

27Knoepfler (D.) 1996 « De la Grèce au Proche-Orient avec Henri Seyrig : un Athénien atypique au tournant de sa carrière (1922-1929) », BCH 120/1, p. 285-309.

28Seyrig (H.) 1955 « Quelques cylindres orientaux », Syria 32, p. 29-48 (= Antiquités syriennes 60, p. 143s.)

29Seyrig (H.) 1960 « Antiquités syriennes 78. Dieux de Hiérapolis », Syria 37, p. 233-252 [repris dans Antiquités syriennes VI, Paris, P. Geuthner, 1966 , p. 79-98].

30Seyrig (H.) 1962 « Antiquités syriennes 80. Divinités de Ptolémaïs », Syria 39, p. 193-205 [repris dans Antiquités syriennes VI, Paris, P. Geuthner, 1966, p. 100-112].

31Seyrig (H.) 1963 « Antiquités syriennes 83. Les grands dieux de Tyr à l’époque grecque et romaine », Syria 40, p. 17-32 [repris dans Antiquités syriennes VI, Paris, P. Geuthner, 1966, p. 121-130].

32Ward (W. A.) éd. 1968 The role of the Phoenicians in the interaction of Mediterranean civilizations, Beyrouth, The American University of Beirut.

Haut de page

Notes

1 Ward 1968.

2 Bordreuil 1986.

3 Seyrig 1955, p. 42s.

4 Bordreuil 2012.

5 Seyrig 1962, p. 101.

6 Avi-Yonah 1952, p. 123.

7 Seyrig 1963, p. 20.

8 Seyrig 1960, p. 249.

9 CIS I, 122 (= KAI no 47, p. 64), l. 1.

10 Bordreuil 2012, p. 43.

11 C’est la date de sa conversion à l’archéologie « orientale » proposée par Knoepfler 1996, p. 299.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Sceau-cylindre en jaspe, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1973.1343.4
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Illustration 2.
Légende Pierre de touche en basalte, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1973.1.525
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Illustration 3.
Légende Cachet en calcédoine, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1973.1.489
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Illustration 4.
Légende Sceau-cylindre en calcédoine, BnF, MMA coll. Henri Seyrig, 1972.1343.8
Crédits © BnF
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5336/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Bordreuil, « Henri Seyrig, l’helléniste oriental », Syria, III | 2016, 371-377.

Référence électronique

Pierre Bordreuil, « Henri Seyrig, l’helléniste oriental », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5336 ; DOI : 10.4000/syria.5336

Haut de page

Auteur

Pierre Bordreuil

Directeur de recherche honoraire au CNRS (1937-2013)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals