Navigation – Plan du site
Témoignages

Henri Seyrig : Quelques souvenirs de Georges Le Rider

François de Callataÿ
p. 385-388

Texte intégral

1Georges Le Rider a déjà eu l’occasion de présenter un portrait officiel d’Henri Seyrig, au lendemain de son décès. À l’instigation des organisateurs de ce colloque qui est consacré aujourd’hui à Henri Seyrig, j’ai demandé à Georges Le Rider de me livrer des considérations plus personnelles. Il a en effet beaucoup fréquenté Henri Seyrig, dont on peut dire qu’il a été le fils spirituel, en quelque sorte, dans le domaine de la numismatique. Une grande amitié s’était établie entre eux.

La première rencontre

2Georges Le Rider a pour la première fois rencontré Henri Seyrig en 1952 dans le bureau de Fernand Chapouthier, qui était alors directeur adjoint de l’École normale supérieure et qui avait été le co-équipier d’Henri Seyrig à l’École d’Athènes. Comme Chapouthier était en correspondance régulière avec Seyrig et qu’il savait combien Le Rider s’intéressait déjà à la numismatique, il avait pris à cœur d’organiser cette rencontre. Le jour dit, Le Rider m’a avoué être entré dans son bureau un peu inquiet, pour y apercevoir un homme tout vêtu de noir, à l’air sévère, avec un aspect de notable de la IIIe République qui ajoutait à son caractère imposant. Seyrig lui donna rendez-vous quelques jours plus tard et, après une conversation assez longue, d’une heure environ, lui dit en substance :

« Allez à Athènes : passez-y trois ans qui marqueront vos souvenirs plus tard et vous inspireront beaucoup. Puis, après ces trois ans, venez chez moi à Beyrouth, où vous passerez aussi trois ans au moins auprès de moi : je vous donnerai quelques leçons de numismatique ».

Le numismate

3Georges Le Rider a connu essentiellement Henri Seyrig numismate et la correspondance dont il a fait don au Cabinet des Médailles le montre amplement, puisqu’il s’agit de lettres, souvent très détaillées, consacrées à la numismatique. En revanche, Le Rider ne l’a pas connu spécialement comme amateur d’art ni comme conseiller culturel. Seyrig était bien le directeur de l’Institut mais, pour lui, il était avant tout son maître en numismatique. À Beyrouth, Seyrig avait une position particulière : il était très respecté par le personnel archéologique libanais et notamment l’Émir Chehab, directeur à cette époque du Musée de Beyrouth, qui le considérait vraiment comme son maître. Il s’était fait une place dans cette ville, où l’on le regardait comme l’une des grandes personnalités françaises et internationales. On racontait même qu’un des ambassadeurs à Beyrouth aurait montré quelque jalousie à son égard, s’exclamant : « Mais enfin, c’est moi l’ambassadeur, ce n’est pas Monsieur Seyrig ! ».

4À vrai dire, la première partie de sa carrière scientifique se passa dans l’étude des monuments anciens, souvent d’ailleurs de petits monuments qu’il savait interpréter à merveille, et ce n’est qu’à partir de 1945-1946, quand l’Institut français d’archéologie fut créé, qu’il prêta une plus grande attention aux monnaies. Si l’on compare les deux volumes où ont été réunis ses articles, les Scripta varia et les Scripta numismatica, on voit que les Scripta numismatica tiennent une place importante dans son œuvre scientifique.

5Avec Seyrig le numismate, Le Rider m’a dit avoir vécu beaucoup de moments forts, qui ont parfois d’ailleurs tourné à sa confusion, au départ. Quand il pensait avoir trouvé une pièce intéressante chez un marchand de monnaies et consultait Henri Seyrig, il arrivait que ce dernier s’exclamât :

« Mais, mon cher, cette pièce est outrageusement fausse ! ».

6Au contraire, Le Rider lui soumettant une pièce, avec un peu d’hésitation :

« Mais bien sûr, mon cher, cette pièce est ruisselante d’authenticité ! ».

7Le Rider a conservé un souvenir tout particulier de certaines expressions de Seyrig. Il y avait ainsi une série monétaire qui représentait les Dioscures goûtant du raisin au milieu de vignes, dont Seyrig avait donné une description délicieuse : « Dioscures banquetant sous les pampres ». Il avait un style tout à fait remarquable et écrivait à la façon de grands auteurs comme Voltaire. C’était vraiment un délice de le lire. Le Rider se rappelle encore comment il avait un jour débattu avec Seyrig de l’adverbe « partant », que Seyrig aimait bien employer dans le sens de « donc ». Par exemple : « cette pièce est très rare. Partant, elle est digne d’intérêt ». À Le Rider qui lui faisait observer : « Monsieur, je sais très bien ce que “partant” veut dire, bien sûr, mais à nos collègues étrangers, qui connaissent le français mais peut-être pas toutes ses subtilités, “partant” doit poser un problème », Seyrig répondit : « eh bien, ils n’ont qu’à prendre leur dictionnaire. Ce “partant” est très beau ».

8Le Rider dit avoir continué à bénéficier des conseils de Seyrig à Paris, notamment pendant les deux années où celui-ci a été directeur des Musées de France, et se souvient d’un épisode assez amusant. Il venait — c’était dans l’après-midi — de visiter Vinchon, marchand de monnaies près de la Bibliothèque nationale, et y avait déniché un exemplaire représentant une sorte d’idole orientale, les bras levés : une pièce apparemment fort rare ! Henri Seyrig en ayant lui-même publié une qui s’en rapprochait un peu, Le Rider pria Vinchon de lui confier quelques heures la monnaie en question et courut au musée du Louvre, pour demander l’avis de Seyrig. Ce dernier étant en conseil de conservateurs, Le Rider lui fit passer par un huissier la pièce, accompagnée d’un billet lui demandant son avis sur son authenticité. Le brave huissier étant parvenu très discrètement à montrer la pièce à Seyrig, celui-ci bondit d’intérêt et d’allégresse, déclarant aux conservateurs stupéfaits que la séance était levée. Aussitôt, il courut rejoindre Le Rider, lui affirmant :

« Cette monnaie est non seulement authentique mais extrêmement intéressante. Combien vaut-elle ? ».

9Vinchon la vendait pour 800 francs à l’époque, ce qui n’était pas énorme. Et Seyrig de s’exclamer :

« Achetez-la tout de suite, parce que c’est une pièce exceptionnelle ! ».

10En tant que directeur des musées de France, Henri Seyrig avait comme secrétaire général, à cette époque, Raoul Curiel. Tous deux dotés de caractères d’exception, ils étaient déçus par la routine et le conservatisme administratifs. Seyrig ne tarda donc pas à mettre un terme à sa fonction et retourna à Beyrouth pour trois ou quatre ans encore.

11Plus personnellement, Le Rider m’a confié que c’est véritablement grâce à Seyrig qu’il a choisi de centrer ses recherches sur l’étude des questions financières et fiscales. Sans doute, en tant que conservateur du Cabinet des Médailles, aurait-il dans tous les cas poursuivi une carrière très studieuse : publier des trésors, publier telle acquisition nouvelle des Médailles… mais il ne serait peut-être jamais parvenu à voir les choses avec plus de hauteur, plus de largeur d’esprit. C’est sous l’influence de Seyrig qu’il comprit qu’une monnaie en soi pouvait être intéressante mais qu’elle le devenait beaucoup plus, replacée dans un ensemble, celui-ci doté d’une vie propre, ce qui permettait justement d’aller plus loin dans la connaissance des monnaies. C’est ainsi grâce à Seyrig que, de numismate, Le Rider pense être devenu historien. Seyrig en effet était convaincu de l’intérêt historique des séries monétaires et du fait qu’un juste classement permettait une vue d’ensemble du monnayage d’un État. De cela, Le Rider a gardé une reconnaissance profonde à Seyrig, qu’il considère vraiment comme son maître. Cela ne l’a bien sûr pas empêché de garder son indépendance à son égard, parfois même de le critiquer sur tel ou tel point. Mais toujours avec respect et admiration.

12Les six années passées ensuite par Georges Le Rider à la tête de la Bibliothèque nationale ont été pour lui une coupure, en quelque sorte. Ses charges étaient tellement prenantes qu’il n’avait plus le temps de s’occuper de numismatique, sinon de très loin. Et, une fois revenu, selon ses propres mots, « à la vie scientifique » et constatant le nombre important de publications faites pendant ces six ans, il se dit :

« je ne vais quand même pas recommencer, à mon âge et avec mon expérience, à publier et commenter des pièces ».

13C’est la pensée de Seyrig, une nouvelle fois, qui l’encouragea à sortir de cette ornière technique, pour adopter un mode de pensée plus général. La chance fit par ailleurs qu’un énorme trésor, donnant lieu à de vastes études, fut découvert à Gülnar en Turquie, alors que Le Rider quittait ses fonctions d’administrateur général de la Bibliothèque nationale et prenait la direction de l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul.

14Pour revenir à Henri Seyrig, Le Rider aime à se rappeler quelle joie intense il tirait de l’apparition de nouveaux documents, comme quand il revenait de Suisse, d’un séjour passé chez son cousin Lucien Naville, et qu’il avait vu des monnaies intéressantes. Naville était un très fin connaisseur d’Alexandre le Grand, bien qu’il n’ait jamais publié quoi que ce soit à ce sujet. Son seul livre porte sur les monnaies d’or de Cyrénaïque. Seyrig revenait enchanté de ces conversations, disant que sur bien des points Naville lui avait ouvert les yeux et il en était tout heureux. De même, quand il trouvait chez un antiquaire, notamment chez Sarafian à Beyrouth, un trésor de monnaies nouvelles, alors là, il rayonnait.

Séjours à Neuchâtel

15Après le départ d’Henri Seyrig de Beyrouth et son installation à Neuchâtel, en Suisse, Georges Le Rider lui rendit fréquemment visite. Henri Seyrig habitait un bel appartement, avec une vue superbe sur le lac, jusque sur l’autre rive où se trouve notamment le village de Cudrefin. Il s’amusait le soir à prendre sa lorgnette et disait : « Je regarde Cudrefin. Voyez comme c’est intéressant ! ». Seyrig ne fermait jamais sa porte, ni jour, ni nuit. Le Rider, lui demandant s’il ne prenait jamais de précautions supplémentaires pour mettre son appartement à l’abri des cambrioleurs, s’entendit répondre :

« Mon cher, si j’ai affaire à un cambrioleur de quelque envergure, il n’aura aucun mal à ouvrir la porte, et si je tombe sur un débutant, il me cassera tout. Alors j’aime autant laisser l’appartement ouvert ».

16Finalement d’ailleurs, Seyrig ne fut jamais cambriolé !

17Très accueillant, il mettait à la disposition de ses hôtes un studio indépendant. Pour Le Rider, ce furent des séjours très instructifs. Il apportait à Neuchâtel ses propres productions en cours, notamment son travail sur Philippe II, et les discussions étaient fructueuses.

18Véritable esthète, Seyrig possédait de très belles choses. Le joyau de sa collection numismatique est à présent au Cabinet des Médailles de Paris. Montrant une grande générosité, il faisait régulièrement des dons de pièces isolées acquises dans un lot de monnaies, tant de bronze que d’argent, en particulier de monnaies d’Arados. Il a également fait des dons à Londres, à Oxford et à New York.

L’homme

19Georges Le Rider s’est plu, enfin, à évoquer ce qu’Henri Seyrig lui avait confié de sa vie personnelle. Ses parents étaient de riches drapiers de Mulhouse, et se trouvèrent sérieusement affectés par la crise mondiale de 1928-1929. Seyrig les aimait tendrement et se montra un fils très attentionné. Son petit-fils Duncan Youngerman (sa fille, l’actrice Delphine Seyrig avait épousé le peintre américain Youngerman), ayant réuni les lettres qu’Henri Seyrig écrivait à ses parents entre 1920 et 1930, les fit lire à Le Rider qui fut profondément ému de ces témoignages de l’attachement de Seyrig pour ses parents et du désir qu’il avait de les instruire le plus possible de ses déplacements et de ses occupations.

20Georges Le Rider a insisté aussi sur un autre trait du caractère d’Henri Seyrig : le courage. Très modeste à cet égard, Seyrig n’aimait pas montrer ses décorations, notamment celles reçues à titre militaire. Il n’a jamais parlé à Le Rider de ses faits de guerre, qui pourtant étaient réels puisqu’il a obtenu la croix de guerre, avec deux citations pour le courage qu’il avait montré. C’était aussi, en 1940, particulièrement courageux de sa part de se rallier immédiatement au général de Gaulle et d’envoyer sa démission de directeur des antiquités de Syrie et du Liban au gouvernement de Vichy. Il fut un exemple dans ce domaine.

21Le Rider nous décrit encore Seyrig comme un homme affable, souriant. De caractère, il était maître de lui, enjoué et parfois taquin. Ainsi, Seyrig avait-il gentiment surnommé un savant français, qui s’appelait Février et publiait des articles fort austères sur Palmyre, « le Pluviôse » (du nom du mois de février dans le calendrier républicain). À propos d’un chercheur médiocre et besogneux, il s’écriait :

« Ce Pied-plat a commis un article ! ».

22En général, il aimait bien les réponses percutantes. À cet égard, Le Rider rapporte une anecdote amusante. À Beyrouth, où les confessions sont multiples (maronites, chrétiens papistes, chrétiens d’Orient, Arméniens, etc.) un jeune homme se présenta lors d’une réception à Seyrig :

« Je suis protestant et j’espère que vous vous inscrirez bientôt comme membre de notre cercle : cela fera plaisir à tout le monde ».

23Ce à quoi Seyrig répondit :

« Oh vous savez, il y a des choses dont on finit par se lasser… ».

  • 1 G. Le Rider, « Henri Seyrig 1895-1973 », SNR 52, 1973, p. 167-171.

24Il avait beaucoup d’esprit, un langage très choisi, si bien qu’il pouvait se montrer facétieux sans être offensant. Le petit sourire qu’il a sur la photographie reproduite en tête de sa nécrologie 1 est à cet égard très représentatif.

25Il était également polyglotte et s’efforçait de répondre à ses correspondants dans leur propre langue. Toutes les réponses qu’il faisait à ses interlocuteurs anglo-saxons étaient en anglais. Et Christof Boehringer a rapporté à Georges Le Rider que toutes les lettres reçues d’Henri Seyrig étaient rédigées en allemand, et dans un allemand parfait.

26Le Rider a ajouté que Seyrig s’était toujours montré bienveillant et amical avec lui, n’hésitant pas à lui confier ses propres doutes et répondant aux siens avec une pertinence qui, chaque fois, suscitait son admiration.

27Et Georges Le Rider de conclure :

« Henri Seyrig fut un homme hors du commun »

Haut de page

Notes

1 G. Le Rider, « Henri Seyrig 1895-1973 », SNR 52, 1973, p. 167-171.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François de Callataÿ, « Henri Seyrig : Quelques souvenirs de Georges Le Rider », Syria, III | 2016, 385-388.

Référence électronique

François de Callataÿ, « Henri Seyrig : Quelques souvenirs de Georges Le Rider », Syria [En ligne], III | 2016, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5338 ; DOI : 10.4000/syria.5338

Haut de page

Auteur

François de Callataÿ

Chef de département à la Bibliothèque royale de Bruxelles, professeur à l’Université libre de Bruxelles, directeur d’études à l’École pratiques des hautes études (EPHE), correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals