Navigation – Plan du site
Nécrologie

Georges Tate (1943-2009)

Marc Griesheimer
p. 341-342

Texte intégral

1Le décès de Georges Tate prive la communauté scientifique qui œuvre sur l’Orient antique et médiéval d’un acteur talentueux, dynamique et généreux. Historien et archéologue des premiers siècles de Byzance, sa vie et ses travaux ont été étroitement liés au Proche-Orient et aux institutions qui ont animé la recherche archéologique française au Liban, en Jordanie et en Syrie.

2Quelques dates permettent de fixer le cadre de son intérêt passionné pour cette région. Normalien, agrégé d’histoire, Georges Tate arriva au Liban en 1969. Il fut d’abord professeur d’histoire à l’École supérieure des Lettres de Beyrouth (1969-1975), puis il consacra quinze années à l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient. Dès octobre 1975, en tant que secrétaire scientifique, il assista Ernest Will, alors directeur, dans le contexte difficile des premiers mois de la guerre du Liban. L’Institut français d’archéologie de Beyrouth n’avait alors d’activité qu’au Liban ; pour sauver l’institution, E. Will entreprit de lui donner une dimension régionale en développant les recherches de terrain en Syrie et en Jordanie où un centre fut créé à Amman. Il revint à G. Tate de lui succéder en 1980 à la direction de l’IFAPO, de poursuivre les programmes de collaboration avec les autorités et les archéologues de chacun des trois pays, et d’ouvrir de nouveaux chantiers en Jordanie et en Syrie. En 1985, le gouvernement syrien reconnut l’existence officielle d’un centre permanent à Damas. L’IFAPO doit beaucoup au courage et à la ténacité de G. Tate qui sut donner à l’institution le dynamisme et le rayonnement indispensables pour traverser les longues années de guerre au Liban. Ces vingt et un an de résidence à Beyrouth et Damas ont durablement nourri ce qu’il appelait « l’intérêt qu’il avait d’emblée éprouvé pour cette région et son histoire ».

3Georges Tate était un homme du Massif Calcaire. Il avait au fil des missions de prospection réunit une documentation exceptionnelle autant par sa masse que par sa qualité. C’est cependant avec rigueur et détermination qu’il dépassa la fascination qui avait quelque peu entravé les travaux de ses prédécesseurs et posa les fondements d’une histoire sérielle. Il sut interroger les façades des maisons et le décor des baies, noter aussi les agrandissements et les transformations de l’habitat, et les inscrire dans une démarche résolument quantitative. L’architecture domestique fut convoquée pour retracer la vie des villages désertés et inscrire leur histoire sur le temps long entre le iie et le viie siècle. Ses « campagnes de la Syrie du Nord » offrent l’histoire de villageois sans Histoire, mais parfois pas sans anecdote, telle celle des deux cousins de Kferhaya qu’il se plaisait à rappeler. Un cénotaphe, découvert dans ce village, précise qu’ils furent assassinés dans une auberge près de Laodicée. Cette imposante thèse est solidement fondée sur des démonstrations chiffrées, peu contestables, et démontre de façon irréfutable l’existence à l’époque romaine d’une société villageoise égalitaire et prospère.

4Pendant près de trente ans (1980-2009), Georges Tate a témoigné son intérêt et sa fidélité à cette région en assurant la direction de la mission archéologique de Syrie du Nord ; il suscita aussi bien des recherches individuelles et eut le mérite de lancer deux grands programmes de fouilles, à Dehes dans le jabal Barisha d’abord, et à partir de 1990 à Sergilla dans le jabal Zawiyé. Il aimait répéter que sa vaste enquête d’histoire rurale devait être confrontée aux résultats de la fouille de villages qui permettraient ainsi de préciser des évolutions micro-régionales. Il en avait perçu tout l’intérêt lorsqu’il réunissait la base documentaire de sa thèse ; son étude de la morphologie des villages connaîtra malheureusement une publication posthume.

5Georges Tate était un homme d’action dont la poigne ferme ne laissait pas indifférent. En témoignent ses voyages incessants et dangereux pour assurer l’unité d’un institut régional pendant quinze ans et aussi les choix qui furent les siens en tant que Directeur scientifique adjoint du Département des Sciences de l’Homme et de la Société du CNRS (1997-2001) et, peu après à Bagdad, lorsqu’il fut nommé Conseiller de coopération et d’action culturelle près l’Ambassade de France en Irak (2004-2007).

6C’était aussi un homme de dialogue qui savait prendre le temps d’écouter son interlocuteur. La fonction professorale compta assurément parmi les expériences heureuses de sa vie : à Beyrouth, puis à l’Université de Franche-Comté (1990-1994), enfin à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en Yvelines (1994-2009).

7Son goût du dialogue institutionnel se manifesta aussi, alors que Directeur scientifique adjoint du Département SHS du CNRS, chargé du suivi des relations du CNRS avec le ministère de la Recherche et le ministère des Affaires étrangères pour la Méditerranée et le Proche et le Moyen-Orient, il participa à l’élaboration de la réforme des instituts de recherche relevant du ministère des Affaires étrangères qui aboutit, entre autre, à l’acte de naissance de l’Institut français du Proche-Orient.

8L’IFPO salue la mémoire de Georges Tate qui sut donner en des temps difficiles une impulsion décisive à l’archéologie française au Proche-Orient. Nul doute que sa personnalité, si attachante, et sa vive intelligence manqueront désormais à nos débats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Griesheimer, « Georges Tate (1943-2009) », Syria, 86 | 2009, 341-342.

Référence électronique

Marc Griesheimer, « Georges Tate (1943-2009) », Syria [En ligne], 86 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/545

Haut de page

Auteur

Marc Griesheimer

Directeur du département scientifique
« Archéologie et histoire de l’Antiquité » de l’IFPO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals