Navigation – Plan du site
Recensions

Rykle Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon, AOAT, Band 305, Ugarit-Verlag, John Alan Halloran, Sumerian Lexicon, a Dictionnary Guide to the Ancient Sumerian Language

Bertrand Lafont
p. 343-344
Référence(s) :

Rykle Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon, AOAT, Band 305, Ugarit-Verlag, Münster, 2004, 25 cm, VIII-712 p. Prix : 74 €. ISBN : 3-927120-82-0.

John Alan Halloran, Sumerian Lexicon, a Dictionnary Guide to the Ancient Sumerian Language, Logogram Publishing, Los Angeles, 2006, 24 cm, XIV-318 p. Prix : 79 USD/ 50 £ (paperback), 110 USD/70 £ (hardcover). ISBN - 13 : 978-0-9786429-1-4 ; ISBN - 10 : 0-9786429-1-0.

Texte intégral

1Les deux ouvrages dont il est rendu compte ici sont deux outils de travail à destination des assyriologues.

2Le premier est l’œuvre de R. Borger, professeur à l’université de Göttingen, qui aura consacré une partie de sa vie à fournir aux étudiants et au monde savant les instruments de travail dont ils ont besoin pour affronter les arcanes de l’écriture et de la documentation cunéiformes. Comment oublier par exemple que, à l’époque où les ordinateurs n’existaient pas encore, son Handbuch der Keilschriftliteratur, publié à partir de 1967, fut l’un des usuels les plus précieux de l’assyriologie ?

3Son nouveau « Lexique des signes de l’écriture mésopotamienne » vient remplacer, près de trente ans après sa première parution, son indispensable Assyrisch-babylonische Zeichenliste (ABZ), paru en 1978, plusieurs fois réédité jusqu’en 1995 et aujourd’hui épuisé, ouvrage qui venait lui-même compléter le Manuel d’épigraphie akkadienne que R. Labat avait entièrement réalisé à la main et publié dès 1948.

4Le titre même de cette nouvelle somme (à citer comme « MesZL ») qui figure désormais sur toutes les tables de travail des cunéiformistes met bien en avant que c’est l’ensemble des systèmes d’écriture utilisés en Mésopotamie pendant plus de trois millénaires qui est cette fois pris en compte, et non plus seulement le seul système assyro-babylonien : ont été intégrés les usages du sumérien, du paléo-akkadien, de l’assyrien, du babylonien et de leurs principales déclinaisons dialectales, ce qui est une gageure quand on sait que sumérien et akkadien sont deux langues morphologiquement différentes, même si l’histoire les a intimement liées et si elles ont utilisé et développé un seul et même système d’écriture.

5Du coup, le cœur de l’ouvrage est organisé autour de deux parties principales, clairement distinguées contrairement aux principes adoptés dans ABZ : la première traite de l’usage logographique des signes cunéiformes, avec leur valeur phonétique de base et leur utilisation principalement en sumérien ; la seconde s’attache à l’usage de ces signes dans les mots et syllabes de l’akkadien.

6Depuis le Šumerisches Lexikon (ŠL) d’A. Deimel, publié en 1947, on n’avait plus disposé d’une telle somme sur l’histoire et l’usage des signes cunéiformes et sur la lexicographie suméro-akkadienne. Une mise à jour des travaux anciens s’imposait d’autant plus que, jusqu’à ce nouvel opus de R. Borger, on se fondait encore et toujours sur la vieille liste des 598 signes cunéiformes inventoriée par Deimel, reprise telle quelle dans le Manuel comme dans ABZ. Les travaux de lexicographie et de déchiffrement ayant bien évidemment fait de grands progrès depuis lors, il convenait de tout réorganiser, ce qu’a entrepris l’auteur en tenant compte des résultats de soixante ans de recherches. Il propose dès lors une nouvelle liste qui distingue désormais 907 signes cunéiformes différents (soit un tiers de signes supplémentaire) : c’est cette liste qui est reprise et traitée de façon spécifique dans les principaux chapitres de cet ouvrage de plus de 700 pages.

7Le premier chapitre (44 pages) fournit d’abord la liste récapitulative, selon leur dessin normalisé d’époque néo-assyrienne, de ces 907 signes cunéiformes, pour lesquels sont fournies des clefs relatives à leur usage en informatique (code ASCII).

8Les deux chapitre suivants (420 pages) constituent, on l’a vu, le cœur de l’ouvrage : l’un reprend la liste classée des 907 signes cunéiformes, selon leur valeur essentiellement logographique dans le vocabulaire du sumérien, avec des commentaires sur leur paléographie et la façon dont ils sont composés ; l’autre présente et commente la même liste, mais cette fois selon l’usage qui est fait des signes pour noter les mots et syllabes de l’akkadien.

9Quant aux quatre derniers chapitres (248 pages au total), ils constituent autant d’index renvoyant aux chapitres initiaux et qui présentent d’abord une liste alphabétique récapitulative de toutes les valeurs idéogrammatiques ou phonétiques des signes cunéiformes, en suivant le système de classement des homophones parfois appelé « BCE » car mis à jour par (B)orger, (C)ivil et (E)llermeier (chap. iv) ; ensuite un glossaire akkadien faisant la liste de tous les mots de cette langue pouvant être notés par des logogrammes (chap. v) ; puis une liste alphabétique des signes servant d’éléments aux constructions de grammaire sumérienne (chap. vi) ; et enfin une centaine pages de paléographie donnant toutes les variantes graphiques recensées dans les textes assyro-babyloniens pour chacun des 907 signes cunéiformes de la liste (chap. vii). Concernant ce travail sur la paléographie, l’auteur a inclus dans ses tableaux plusieurs milliers de caractères relevés et dessinés à la main, en plus de certains caractères normalisés et dessinés sur ordinateur. Mais on ne trouve là que la paléographie des signes d’époque assyro-babylonienne (IIe et Ier millénaires) : il n’y a rien sur la forme archaïque des signes et leur évolution au IIIe millénaire. Par ailleurs, le format du livre ayant été réduit par rapport à ABZ, ce qui ne facilite pas la lecture des tableaux d’évolution des signes, on peut considérer que, de ce point de vue, la présentation telle qu’elle existe dans le Manuel de R. Labat reste inégalée.

10La mise à jour tant attendue de ŠL et d’ABZ est donc là désormais, qui constitue une somme témoignant d’une érudition considérable. Pour les débutants, les étudiants avancés, tout autant que pour les spécialistes, MesZL constitue le complément à jour et indispensable de l’Akkadisches Handwörterbuch (AHw), du Chicago Assyrian Dictionary (CAD), du Concise Dictionary of Akkadian (CDA) et du Philadelphia Sumerian Dictionary (PSD) : ce sont là les outils de base de l’assyriologue d’aujourd’hui. Mais sans doute ce livre est-il aussi l’un des derniers témoignages de ces façons de faire « à l’ancienne » : l’avenir est sûrement désormais à la réalisation d’outils informatiques directement accessibles par internet, à l’image de ce qu’est en train de devenir le PSD (cf. ePSD, http://psd.museum.upenn.edu).

11Le second ouvrage est un lexique de la langue sumérienne, compilation de 6 400 mots du vocabulaire sumérien, établi et publié à compte d’auteur à Los Angeles par un ancien étudiant de R. K. Englund (UCLA). Il s’agit en fait d’un tirage, dans une mise en page qui en rend l’utilisation agréable, d’une liste de vocabulaire publiée sur le web dès 1999, sur un site toujours en activité aujourd’hui (http://www.sumerian.org) et dont la fréquentation a d’emblée connu un certain succès dans la mesure où il n’existait guère, jusqu’à la fin du siècle dernier, de véritable dictionnaire de la langue sumérienne. Cet outil a donc pu rendre certains services. Mais la situation a changé depuis lors, notamment avec la mise en ligne concomitante du site de l’Electronic Corpus of Sumerian Literature (ETCSL, Oxford), du Digital Corpus of Cuneiform Lexical Texts (DCCLT, Berkeley) et surtout des ressources du Philadelphia Sumerian Dictionary (ePSD, voir ci‑dessus) qui fournissent dorénavant, en ligne, des données autrement plus solides et complètes : leur fréquentation fait d’un seul coup vieillir le petit outil créé par J. Halloran, qui se contente de donner, pour chacun des mots dont il a établi la liste, une simple traduction en anglais, sans aucune contextualisation ni aucun exemple d’emploi, sans tenir compte des genres de textes ni des époques, et sans aucune indication bibliographique. Son ouvrage s’essaye en revanche à diverses tentatives « d’étymologisation » du vocabulaire sumérien autour d’hypothèses et spéculations qui demanderaient parfois sans doute à être légitimées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Lafont, « Rykle Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon, AOAT, Band 305, Ugarit-Verlag, John Alan Halloran, Sumerian Lexicon, a Dictionnary Guide to the Ancient Sumerian Language », Syria, 86 | 2009, 343-344.

Référence électronique

Bertrand Lafont, « Rykle Borger, Mesopotamisches Zeichenlexikon, AOAT, Band 305, Ugarit-Verlag, John Alan Halloran, Sumerian Lexicon, a Dictionnary Guide to the Ancient Sumerian Language », Syria [En ligne], 86 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.549

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals