Navigation – Plan du site
Recensions

Öhnan Tunca & Miguel Molist avec la collaboration de Walter Cruells (éd.), Tell Amarna (Syrie) I. La période de Halaf

Pascal Butterlin
p. 344-346
Référence(s) :

Öhnan Tunca & Miguel Molist avec la collaboration de Walter Cruells éd., Tell Amarna (Syrie) I. La période de Halaf, Association pour la Promotion de l’Histoire et de l’Archéologie Orientales 3, Peeters, Louvain/Paris/Dudley (MA), 2004, 283 p., un cd avec trois planches couleur. Prix : 40 €. ISBN 978‑90‑429‑1424‑7.

Texte intégral

1Il s’agit du premier volume des publications de la mission archéologique de l’Université de Liège en Syrie, consacré aux travaux menés conjointement sur le site de Tell Amarna, dans le secteur de Tishrin, à huit kilomètres au sud de Jerablus, par cette mission et l’université autonome de Barcelone sous la direction de Miguel Molist, dont les recherches à Halula dans le même secteur portent précisément sur cette période et ses origines. Ce premier volume est consacré aux vestiges et monuments de la période Halaf : effleurés en 1992 et 1993 par l’équipe belge, ils ont fait l’objet d’une étude plus intensive en 1997 en collaboration avec l’équipe de Miguel Molist. Il en sort une belle étude exhaustive sur la période de Halaf à Tell Amarna, qui vient s’insérer dans les données tout à fait nouvelles sur la culture de Halaf et son évolution glanées dans la moyenne vallée de l’Euphrate au cours des années 90.

2Cette étude comprend 12 chapitres : quatre chapitres sont consacrés à la présentation des données archéologiques et stratigraphiques de base : introduction (Tunca), contexte géologique et géomorphologique du chantier L (Cornet et Alvarez Perez), descriptions des divers sondages menés dans la zone L (Cruells), et étude microstratigraphique d’une séquence du chantier L (Courty). Trois chapitres sont consacrés à la céramique : description de la poterie (Cruells), caractérisation de la production céramique Halaf à Amarna (Clop Garcia, Alvarez Perez, Hatert), analyse des peintures sur six échantillons de céramique Halaf de Amarna (Gilbert). Quatre chapitres sont consacrés au reste du matériel : un bref chapitre intitulé « other artifacts » (Cruells) est consacré au reste des objets en céramique et aux vases de pierre, deux chapitres sont consacrés à l’industrie lithique (Ferrer) et macrolithique (Cruells et Clop Garcia), un chapitre enfin à l’analyse des restes de faune (Sana). L’ensemble enfin est clos par une très importante conclusion (Cruells, Molist et Tunca) qui situe les restes de Amarna dans le contexte général de la période de Halaf (chap. xii).

3La présentation de l’ensemble des données archéologiques est parfaitement claire et on suit très bien non seulement les étapes de la recherche mais aussi, c’est crucial, ses limites : sur les quinze sondages ouverts dans la zone L, dont 12 en 1997, au sud‑est du tell principal, seules trois couches ont livré du matériel considéré comme in situ. C’est là le problème majeur de cette recherche. Un seul sondage a livré des vestiges architecturaux — il s’agit d’un mur de pierres — et deux autres types de dépôts ont livré du matériel dans une situation qui peut être considérée comme in situ : dans les sondages L 15 a, niveau 4 et L 15 b, 3 ; dans les sondages 15 a et b, 17, 18 et 22, du sédiment grisâtre très riche en matériel archéologique et enfin dans les sondages L 18, niveau 9, L 17, niveau 7 et L 22, niveau 6. Ces contextes d’après Cruells proviendraient d’aires de débris extérieures ou, dans un cas, d’une couche de destruction d’un niveau.

4Tout le reste du matériel provient du lessivage secondaire de dépôts anthropiques : le site Halaf lui‑même est situé entre deux ou trois mètres de profondeur et n’a donc pas pu être fouillé. 12 983 items ont donc été définis (essentiellement de la céramique peinte Halaf — 32,30 % — et de la céramique commune — 32,60 %) mais on ne nous dit pas par la suite ce qui, dans ce matériel, provient des niveaux réputés in situ. Cruells déduit de ces observations que le site en question devait être un site saisonnier et non pas une installation de grande ampleur. C’est possible au vu de ce que nous connaissons maintenant des stratégies économiques pratiqués par les « Halafiens », mais constitue un argument a silentio. Comme dans la plupart de ces analyses de matériel, une fois toutes ces réserves sur la nature des données et leurs limites émises, on les écarte du débat pour étudier le matériel dans son ensemble. Dans le cas présent, les données stratigraphiques sont remarquablement bien présentées et on déplore d’autant plus qu’elles n’informent pas par la suite le protocole de recherche suivi qui englobe tout le matériel sans discrimination.

5L’étude de ce matériel est au demeurant très clairement présentée et justifie en partie (contre nos propres remarques) la démarche suivie : le matériel céramique se révèle en effet être d’une remarquable homogénéité qui permet d’assigner à l’ensemble une datation Halaf moyen. La céramique est clairement décrite, les planches et notices sont d’un usage aisé et les renvois et comparaisons abondants. On a donc là le sentiment que l’on dispose ici d’un inventaire homogène qui pourra servir de référence pour la moyenne vallée de l’Euphrate, si ce n’est, faut‑il le répéter, que les éléments de contrôle stratigraphiques sont limités. La définition claire d’un horizon Halaf moyen reste pourtant encore un sujet controversé, comme le souligne Cruells lui‑même, quand il évoque aussi bien ses travaux à Amarna que ceux qu’il a conduits avec Tunca à Chagar Bazar, sur le sondage Mallowan. Amarna offre donc un bel inventaire très bien étudié, mais ses bases stratigraphiques restent en partie conjecturales.

6L’homogénéité de l’ensemble permet toutefois aux auteurs, dans un excellent et très utile dernier chapitre, de situer les données d’Amarna dans le cadre plus général des études « halafiennes », dont on sait à quel point elles ont progressé à la suite des recherches dans le Balikh d’une part, dans le moyen Euphrate d’autre part. Le matériel de Amarna est très comparable à celui du premier site halafien jamais identifié, Tell Yunus, par Woolley. Il appartient à la période la mieux représentée sur l’Euphrate de la période de Halaf, et correspond à la période VI de Halula qui a livré, on le sait, une remarquable séquence depuis le Préhalaf (périodes I, II et III) jusqu’au Halaf tardif (période VII). L’étude du matériel lithique et de la faune permet enfin aux auteurs d’esquisser prudemment quelques pistes sur les stratégies économiques suivies par ces Halafiens dans la vallée de l’Euphrate : ils occupent à Amarna un campement qui a été intermittent, leurs ressources étant surtout fondées sur l’élevage, un élevage qui se spécialise dans la production de laine et de lait, la viande étant fournie par les bovidés et les porcs. L’outillage lithique (essentiellement du silex) laisse entrevoir des activités agricoles mais l’absence de structures empêche là encore d’aller trop loin. Amarna offre donc l’image d’un de ces établissements temporaires, sur lesquels Akkermans a insisté, dans un espace qu’il faut aujourd’hui clairement ranger dans les zones nucléaires de la culture de Halaf, et non dans une périphérie « conquise » tardivement. En dépit donc des limites que les auteurs ont clairement présentées, il s’agit là d’une étude de référence majeure sur la céramique et la culture de Halaf sur l’Euphrate syrien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Butterlin, « Öhnan Tunca & Miguel Molist avec la collaboration de Walter Cruells (éd.), Tell Amarna (Syrie) I. La période de Halaf », Syria, 86 | 2009, 344-346.

Référence électronique

Pascal Butterlin, « Öhnan Tunca & Miguel Molist avec la collaboration de Walter Cruells (éd.), Tell Amarna (Syrie) I. La période de Halaf », Syria [En ligne], 86 | 2009, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/562

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals