Navigation – Plan du site
Autres articles

La région de Byblos de la fin du VIe au début du IIIe millénaire : formation d’un réseau territorial

Johnny Samuele Baldi
p. 123-155

Résumés

Centre proto-urbain et urbain majeur du Levant, Byblos constitue un site assez bien connu grâce aux fouilles ayant dégagé une partie de son habitat chalcolithique et du début de l’âge du Bronze. Néanmoins, les connaissances sur son territoire sont extrêmement limitées pour ces périodes. Dans le cadre d’un projet du Département d’archéologie et d’histoire ancienne de l’Institut français du Proche-Orient (DAHA), une prospection d’une parcelle de 14 x 7 km a été effectuée, découvrant 24 installations humaines datant de la préhistoire récente. En croisant les données spatiales et celles inhérentes à la technologie céramique de l’assemblage collecté, des chaînes opératoires traditionnelles ont été identifiées et leur distribution a été confrontée avec la localisation et le développement des sites. Le réseau de relations territoriales et techno-culturelles qui a été reconstitué témoigne de règles organisationnelles précises, qui se mettent en place à l’âge proto-urbain et montrent une continuité remarquable.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Introduction : un « vide » à remplir
Méthodologie : des relations techniques dans une perspective territoriale
Traditions techniques : façonnage et fabriques céramiques
Modes de façonnage
1. Façonnage par creusage d’une motte d’argile
2. Façonnage par montage de colombins de 4,5 cm d’épaisseur
3. Façonnage par montage de colombins de 2,5 cm d’épaisseur
4. Façonnage par montage de colombins de 2-2,5 cm d’épaisseur et tournassage
Fabriques céramiques
Entre VIe et IIIe millénaire : une chronologie des céramiques de surface
Le Chalcolithique ancien et moyen
Le Chalcolithique récent
Le Bronze ancien II et III
Sites et relations techno-culturelles : aperçu d’un réseau territorial proto-urbain
Conclusions

Aperçu du texte

Introduction : un « vide » à remplir

Malgré de nombreux débats et incertitudes sur son essor en tant que centre proto-urbain majeur du Levant , Byblos constitue sans aucun doute le site libanais le plus important et le mieux connu pour ce qui est de la préhistoire récente. Les études concernant l’architecture  et les pratiques funéraires  ont permis de reconstituer les paliers d’une « complexité sociale » grandissante aussi bien sur le plan spatial que sur celui organisationnel. Par conséquent, le parcours de Byblos vers l’urbanisation a récemment pu être encadré dans une vaste perspective régionale  et être également mis en parallèle avec l’évolution de Jéricho et d’autres centres du Levant Sud .

Les grandes étapes de l’évolution de Byblos à la préhistoire récente sont bien connues. L’occupation néolithique, d’abord attestée entre le front de mer et la pente de l’une des deux collines constituant le site, a progressivement atteint une surface d’environ 1,2 ha, avec de petites maisons...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johnny Samuele Baldi, « La région de Byblos de la fin du VIe au début du IIIe millénaire : formation d’un réseau territorial », Syria, 94 | 2017, 123-155.

Référence électronique

Johnny Samuele Baldi, « La région de Byblos de la fin du VIe au début du IIIe millénaire : formation d’un réseau territorial », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5654 ; DOI : 10.4000/syria.5654

Haut de page

Auteur

Johnny Samuele Baldi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals