Navigation – Plan du site
Archéologie des rituels dans le monde nabatéen recherches récentes

Architecture religieuse nabatéenne et rituels : quelques problèmes et limites méthodologiques

Laurent Tholbecq
p. 13-16

Résumés

Deux questions sont abordées ici en guise d’introduction au dossier « Rituels en Nabatène ». Tout d’abord celle de la présence, à côté du reposoir à bétyles (mwtb) d’un espace sacrificiel, avant et après la création de la Province d’Arabie ; ensuite, à travers l’étude des pièces hypèthres présentes dans les traditions architecturales religieuses de l’arc Arabie/Égypte, est posée la question du déterminisme rituel de formes architecturales empruntées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Articles pertinents dans Insoll 2011 ; Raja & Rüpke 2015.
  • 2 Expressions sociales du fait religieux : procession, sacrifice, libation, fumigation, offrandes, p (...)

1En guise d’introduction et de mise en perspective des approches mises en œuvre dans ce dossier, il a paru utile de présenter quelques limites posées par l’interprétation de l’architecture religieuse nabatéenne. En posant une question en apparence simple : la lecture des espaces religieux permet-elle d’identifier certaines des actions qui s’y déroulaient ? L’ethnologie et l’anthropologie ont démontré la variété des contextes dans lesquels des rituels sont mis en œuvre, et la complexité de leurs significations 1. En contexte religieux, ils constituent l’expression privilégiée d’une communauté donnée et incarnent, dans un formalisme strictement codifié, un mode de communication et de médiation de ce groupe au monde immatériel, dans le cadre d’une conception religieuse définie. Nous plaçant exclusivement ici du point de vue de l’archéologue et de l’antiquiste, la question revient à explorer en quoi l’architecture renseigne les diverses catégories rituelles définies par exemple dans le ThesCRA 2. Nous limitant ici à quelques exemples significatifs, deux perspectives seront explorées : la morphologie des structures et la définition des espaces.

Interpréter les structures : un espace sacrificiel à proximité du mwtb ?

  • 3 Nehmé 2012b, p. 49-50, no 85.1 (191)
  • 4 Tholbecq 2011b, p. 34-37, fig. 5-8.
  • 5 Tholbecq 2011b, p. 34-37, fig. 5-8 ; Tholbecq 2016a.

2L’un des dispositifs les plus emblématiques des pratiques cultuelles nabatéennes est certainement celui conservé sur les hauteurs du Jabal al-Madhbaḥ, à Pétra 3. Il associe, on le sait, une très grande salle de banquet hypèthre (ca 14,50 x 6,50 m), un présentoir à bétyles rupestre (mwtb de ca 1,90 x 2,80 x 0,90 m) et une plateforme rupestre adjacente, accessible par un petit escalier, au sommet de laquelle est ménagée une dépression circulaire de 1,15 m de diamètre, surcreusée en son centre. Plusieurs précisions doivent être apportées. La première concerne le mwtb. Les vestiges rupestres visibles aujourd’hui étaient à l’origine complétés par une élévation maçonnée, ce dont témoignent des saignées, négatifs de murs conservés aux angles de la structure. D’une largeur de 20 à 25 cm, elles recevaient des blocs d’assise dont la hauteur ne peut bien entendu pas être précisément restituée. Le temple de Kh. edh-Dharih a, de son côté, conservé les aménagements de ce présentoir à bétyles : sa surface possède, on le sait aussi, des mortaises destinées à ficher les bétyles, surmontant des bassins de réception des liquides de libation 4. Ce dispositif peut être transposé à Pétra : les assises disparues permettent de restituer sur le sommet du mwtb du Madhbaḥ des dalles de pavement, percées d’une mortaise centrale au moins. Le surcreusement visible au centre du monument rupestre est nettement trop grand pour constituer une mortaise (1,10 x 0,35 x ca 12 cm) mais peut en effet correspondre à l’emplacement d’un bassin de réception de liquides de libation situé sous le/les bétyle(s). La structure voisine est bien plus problématique : elle est traditionnellement interprétée comme espace sacrificiel en raison d’un petit canal rupestre partant de sa dépression circulaire centrale et s’écoulant, lit-on, vers un bassin rupestre. Deux problèmes me paraissent se poser. D’une part, ce canal ne rejoint nullement la niche-bassin en question mais se perd dans un escalier d’accès, invalidant par conséquent l’idée généralement reçue d’une récupération du sang des victimes sacrifiées sur la plateforme. À mon sens, cette fonction sacrificielle peut même être mise en doute. Car d'autre part, en effet, aucun des autres sanctuaires nabatéens connus — en particulier antérieurs à l’époque romaine, on y reviendra — ne présente une telle infrastructure associée. À Pétra même, le dispositif qui s’en rapproche le plus prend place dans un espace funéraire (BD 693) et s’intègre en réalité dans une typologie de stibadia rupestres, espaces semi-circulaires ou circulaires, bien représentés à Pétra 5. Pourrait-il dans ce cas s’agir d’un stibadium ? La présence d’un accubitum, très érodé il est vrai, pourrait justifier cette lecture et suggérer, par conséquent, l’existence à cet endroit d’un second espace de banquet, distinct du grand triclinium hypèthre voisin. En d’autres termes, il me semble que cette lecture sacrificelle du dispositif — à ce point prégnante qu’elle explique le nom donné à ce sommet par les bédouins au xixe s. —, doit à tout le moins être tenue pour hypothétique.

  • 6 Villeneuve & Al-Muheisen 2008, p. 1513-1514, fig. 7 et 13.
  • 7 Glueck 1965, p. 157 et fig. 91.
  • 8 À titre d’exemples, l’autel du temple d’Artémis à Gerasa/Jérash (12 x 12 m) est totalement arasé : (...)
  • 9 Augé et al. 2016, p. 273-279 et fig. 4.1-4.5.

3Ceci revient à poser la question de l’existence d’infrastructures de sacrifices — appelons-les autels à holocaustes — à proximité du mwtb. Et de s’interroger sur leur existence avant l’époque romaine. Les exemples les plus éloquents sont en effet livrés par les sanctuaires de Kh. edh-Dharih et de Kh. at-Tannur qui disposent l’un et l’autre, dans leur état romain, d’autels monumentaux. À Kh. edh-Dharih, il se présente comme un massif carré de 3,64 m de côté dont l’assise inférieure a été préservée dans les réorganisations d’époque byzantine et omeyyade qui ont affecté le sanctuaire ; en l’absence d’autre autel sur l’esplanade du téménos et en raison de sa présence à proximité immédiate d’un accès au téménos au seuil peu élevé (permettant par conséquent le passage d’animaux), F. Villeneuve suggère d’interpréter cette structure comme autel plutôt que comme reposoir à bétyles 6. À Kh. at-Tannur, les vestiges guère commentés d’une structure carrée de ca 2 m de côté (portée à ca 2,45 m dans sa phase la plus récente) ont été conservés sur une assise dans l’angle nord-est du téménos 7. Situés dans les deux cas à proximité immédiate d’une entrée du téménos distincte de sa principale entrée axiale monumentale — à Dharih, une entrée latérale nord-est, à Tannur, une porte secondaire qui lui est dévolue au nord de l’entrée principale du sanctuaire —, ils pourraient effectivement être interprétés comme deux autels sacrificiels de type romain. Le seul autre exemple caractérisé d’autel monumental indépendant et intégré à un téménos identifié à ce jour en Nabatène est celui du Qasr al-Bint de Pétra. Il s’agit là de l’un des rares autels de tradition gréco-romaine entièrement conservés dans le Levant méridional, les exemples de la Décapole restant très mal connus 8. De 14 x 12,10 m, escaliers monumentaux compris, il présente plusieurs phases de construction dont la datation absolue n’a pas pu être établie, faute de contextes non perturbés 9. Tout au plus peut-on conclure à la postériorité du grand escalier monumental qui flanque le monument côté sud et articule ce dernier au principal temple de la ville. Aucun argument ne permet pour l’heure de déterminer si cette adjonction date de l’époque nabatéenne, autour d’un autel correspondant à un premier état du temple désormais assuré et antérieur à celui visible aujourd’hui, ou si elle date de l’époque romaine autour d’un autel plus ancien, qu’il soit lié aux états nabatéens du Qasr al-Bint ou non. À ce jour, aucune autre structure de ce type n’a été identifiée dans le téménos d’un sanctuaire de Nabatène, avant ou après la création de la Province d’Arabie. On le voit, la question de la présence d’un espace sacrificiel spécifique à proximité du mwtb, aussi bien avant qu’après l’annexion romaine, est plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord.

Interpréter les espaces : parentés architecturales et rituels

  • 10 Zayadine et al. 2003, p. 35-36 ; élévation ouest du mur 2 : p. 150, fig. 16.
  • 11 Zayadine et al. 2003.
  • 12 Gawlikowski 1998, p. 33-36.
  • 13 Villeneuve & Muheisen 2003, p. 93-97.

4La question de la couverture des temples nabatéens a suscité la curiosité de plusieurs chercheurs, sans que, faute de preuves, une solution ferme puisse être apportée. La présence de rainures d’encastrement de tuiles sur l’une des élévations latérales internes du Qasr al-Bint de Pétra (mur 2, face ouest) et celle de tuiles dans la destruction du bâtiment incitaient F. Larché à restituer sur l’ensemble de l’édifice une toiture à double pente, dont le faîtage se serait situé dans l’axe des frontons 10. La proposition paraît assurée mais doit peut-être être nuancée en ce sens qu’il n’est pas établi que cette toiture couvrait assurément l’ensemble de l’édifice. Comme F. Larché l’indique, cette toiture repose sur trois charpentes indépendantes, portées par quatre murs parallèles définissant trois espaces, vestibule d’accès, cella principale et, contre la paroi postérieure, adyton flanqué de deux pièces latérales 11. Par ailleurs et plus spécifiquement, les murs de l’adyton, l’espace centré abritant le mwtb du temple, ne sont pas conservés sur une hauteur suffisante pour assurer que cet espace était bel et bien couvert. L’indépendance des charpentes permet donc d’imaginer là, si nécessaire, une ouverture. Je me rangerais bien volontiers à la proposition d’une couverture totale de l’édifice si, d’une part, la question ne se posait également dans d’autres temples nabatéens et si, d’autre part, il n’existait une tradition de pièces hypèthres dans des temples par ailleurs partiellement ou presque totalement couverts, dans les régions adjacentes. M. Gawlikowski, qui s’était en son temps interrogé sur l’éventuel caractère hypèthre du temple de Kh. edh-Dharih, militait pour une absence de couverture au-dessus du mwtb et de la pièce « cella » qui le précède 12, opinion visiblement partagée par F. Villeneuve 13. Sans préjuger des solutions qui seront apportées à ce problème par la publication définitive de l’édifice, il paraît utile de rappeler ici l’existence de tels espaces hypèthres dans les traditions architecturales religieuses de l’Égypte ptolémaïque et romaine et de l’Arabie méridionale contemporaine.

  • 14 Coppens 2007 ; Coppens 2014.
  • 15 Tholbecq 2003, p. 311-313. 
  • 16 Tholbecq 2003, p. 298-299. E.g. As-Sawdaʾ, anc. Nashān (Jawf), Temple de ʿAthtar (viiie s.-vie s. (...)
  • 17 Présentation générale et bibliographie antérieure : Hammond 2003 ; plan p. 224, fig. 245.

5F. Coppens a ainsi étudié l’wabet (wʿb.t), un dispositif spécifique qui s’est développé en Égypte, entre le ive s. av. n. è. et l’époque romaine, dans les temples de tradition pharaonique et qui associe au sein de la construction une cour à ciel ouvert et une chapelle surélevée couverte ; pourvu de cryptes et situé à proximité d’escaliers permettant d’accéder aux toits du temple, ce dispositif est lié aux fêtes du Nouvel An, à la régénérescence des statues divines et à la confirmation du pouvoir royal 14. On ne manquera pas d’être frappé par la similitude formelle de cette structure avec l’adyton de Kh. edh-Dharih, qui associe lui aussi cryptes, mwtb et proximité d’accès par un escalier aux parties assurément couvertes qui surmontent les pièces qui flanquent l’adyton central 15. Cette ouverture au-moins partielle du temple est également avérée entre le vie s. et la fin du ier s. av. n. è. dans certains édifices religieux d’Arabie du Sud, dans une forme hypostyle qui n’est pas sans évoquer l’organisation spatiale du temple « aux lions ailés » de Pétra : de plans rectangulaires, ces temples intègrent une plateforme d’exposition des idoles dans leur partie postérieure, parfois contre le mur du fond, parfois en ménageant un espace de circulation à l’arrière, la couverture du bâtiment étant supportée par deux ou quatre rangées de piliers parallèles définissant trois ou cinq nefs ; les architectes et les archéologues qui ont étudié ces monuments considèrent que les nefs latérales sont couvertes, à l’inverse de la nef centrale, située face à la plateforme aux idoles, laissée sub diuo 16. Il est vraisemblable que la cella du temple « aux lions ailés » de Pétra, du reste précédée comme le Qasr al-Bint par un vestibule barlong prostyle, présentait de la même manière un espace ouvert dégagé devant son mwtb mais des bas-côtés couverts 17. Cette parenté architecturale entre les temples nabatéens et ces deux traditions architecturales voisines ne laisse pas d’intriguer, quels que soient les vecteurs qui ont pu les relier. Quelle que soit la lecture rituelle qui doit leur être appliquée, la communauté formelle de telles originalités architecturales, qui contrastent nettement avec le vocabulaire méditerranéen, doit être reconnue.

La rédaction de Syria remercie Chadi Hatoum (doctorant Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) pour la traduction des résumés et mots-clés en arabe.

Haut de page

Bibliographie

Augé (C.), Borel (L.), Dentzer-Feydy (J.) et al. 2016 « Un état des lieux des travaux de la mission archéologique française à Pétra, Jordanie (1999-2013) », Syria 93, p. 255-310.

Breton (J.-F.) 1992 « Le sanctuaire de Athar Dhu-Risāf (République du Yémen) », CRAI, p. 429-453.

Breton (J.-F.) 2011 Le sanctuaire de ʿAthtar dhū-Risāf de ʿas-Sawdā (Arabia Antica 7), Rome.

Coppens (F.) 2007 The Wabet. Tradition and Innovation in Temples of the Ptolemaic and Roman Period, Prague.

Coppens (F.) 2014 « Designing the Sacred in early Ptolemaic Times: A Continuum of Concepts », E. Frood & R. Raja (éd.), Redefining the Sacred, Religious Architecture and Text in the Near East and Egypt, 1000 bc-ad 300, Turnhout, p. 107-150.

Gawlikowski 1998 « Les sanctuaires du Proche-Orient dans la recherche récente », Topoi 8.1, p. 31-52.

Glueck (N.) 1965 Deities and Dolphins: The Story of the Nabataeans, New York.

Hammond (Ph. C.) 2003 « The Temple of the Winged Lions », Markoe 2003, p. 223-229.

Insoll (T.) 2011 The Oxford handbook of the archaeology of ritual and religion, Oxford.

Markoe (G.) éd. 2003 Petra rediscovered, Lost city of the Nabataeans, New York.

Nehmé (L.) 2012b Atlas archéologique et épigraphique de Pétra : de Bāb as-Sīq au Wādī al-Farasah (Épigraphie et archéologie 1), Paris.

Parapetti (R.) 1989 « Scavi e restauri italiani nel santuario di Artemide 1984-1987 », Syria 66, p. 1-39.

Raja (R.) & Rüpke (J.) 2015 A Companion to the Archaeology of Religion in the Ancient World, Chichester.

Sedov (A. V.) 2005 2005 Temples of Ancient Hadramawt (Arabia Antica 3), Pise.

Seigne (J.) 1997 « De la grotte au périptère. Le sanctuaire de Zeus Olympien à Jérash », Topoi 7, p. 993-1004.

Tholbecq (L.) 2003 Le Temple nabatéen. Chronologie, architecture et religion : étude des origines, des modèles et de l’évolution du sanctuaire en milieu sémitique (iie s. av. J.-C.-ive s. ap. J.-C.). Dissertation doctorale, Université Catholique de Louvain.

Tholbecq (L.) 2011b « Infrastructures et pratiques religieuses nabatéennes. Quelques données provenant du sanctuaire tribal de la “Chapelle d’Obodas” à Pétra », V. Rondot, F. Alpi & F. Villeneuve (éd.), La pioche et la plume. Autour du Soudan, du Liban et de la Jordanie. Hommages archéologiques à Patrice Lenoble, Paris, p. 31-44.

Tholbecq (L.) 2016a « Les stibadia de Pétra : un état de la question », L. Tholbecq (éd.), Mission archéologique française de Pétra : rapport des campagnes archéologiques 2015-2016, Bruxelles, p. 105-149.

Villeneuve (F.) & Al-Muheisen (Z.) 2003 « Dharih and Tannur, Sanctuaries of Central Nabataea », Markoe 2003, p. 83-100.

Villeneuve & Al-Muheisen 2008 « Le sanctuaire nabatéo-romain de Dharih (Jordanie) : nouvelles découvertes 2001-2008 », CRAI 152/4, p. 1495-1520.

Zayadine (F.) et al. 2003 Le Qasr el-Bint de Pétra, L’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris.

Haut de page

Notes

1 Articles pertinents dans Insoll 2011 ; Raja & Rüpke 2015.

2 Expressions sociales du fait religieux : procession, sacrifice, libation, fumigation, offrandes, purification, rites de consécration, de fondation, initiation, héroïsation et apothéose, banquet, danse, musique, rites et activités relatifs aux images de culte. Intermédiaires : divination, prière, gestes et actes de prière, gestes et actes de vénération, hikésie, asylie, serment, malédiction, profanation, magie, commémoration, personnel de culte. Rituels sociaux : étapes et circonstances particulières de la vie (naissance et petite enfance, enfance et adolescence, mariage, vieillesse, mort et inhumation, santé, maladie, médecine, fortune et infortune, travail, chasse, voyage, agriculture, artisanat, commerce, chasse, pêche, voyages terrestres, voyages en mer, festivals et jeux). Lieux de culte, Espaces privés espaces publics : privé/public, cultes domestiques, cultes publics, associations et collèges, institutions. Polarités de la vie religieuse : masculin/féminin, inclusion/exclusion.

3 Nehmé 2012b, p. 49-50, no 85.1 (191)

4 Tholbecq 2011b, p. 34-37, fig. 5-8.

5 Tholbecq 2011b, p. 34-37, fig. 5-8 ; Tholbecq 2016a.

6 Villeneuve & Al-Muheisen 2008, p. 1513-1514, fig. 7 et 13.

7 Glueck 1965, p. 157 et fig. 91.

8 À titre d’exemples, l’autel du temple d’Artémis à Gerasa/Jérash (12 x 12 m) est totalement arasé : Parapetti 1989, p. 15, fig. 3 ; dans la même ville, la/les phase(s) de l’autel du temple de Zeus postérieure(s) à l’intégration de Gerasa dans la Province d’Arabie restent peu claires, en dépit de l’excellente étude qui leur a été consacrée : Seigne 1997, p. 1000-1001. Les autels des grands sanctuaires de Gadara/Umm Qays et de Philadelphia/Amman n’ont pas été retrouvés.

9 Augé et al. 2016, p. 273-279 et fig. 4.1-4.5.

10 Zayadine et al. 2003, p. 35-36 ; élévation ouest du mur 2 : p. 150, fig. 16.

11 Zayadine et al. 2003.

12 Gawlikowski 1998, p. 33-36.

13 Villeneuve & Muheisen 2003, p. 93-97.

14 Coppens 2007 ; Coppens 2014.

15 Tholbecq 2003, p. 311-313. 

16 Tholbecq 2003, p. 298-299. E.g. As-Sawdaʾ, anc. Nashān (Jawf), Temple de ʿAthtar (viiie s.-vie s. av. n. è.) : Breton 1992, p. 437, fig. 5 ; Breton 2011 (n.v.) ; Raybūn (Hadhramawt), temple d’ʿIstar dhāt-Hadrān (viiie s.-iie/ier s. av. n. è.) : Sedov 2005, p. 109-118 ; Raybūn (Hadhramawt), temple d’Hadhrān (ve s.-fin ier s. av. n. è.) : Sedov 2005, p. 92, fig. 28 ; Raybūn V (ive/iiie s.-fin ier s. av. n. è.) : Sedov 2005, p. 103, fig. 34.

17 Présentation générale et bibliographie antérieure : Hammond 2003 ; plan p. 224, fig. 245.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Tholbecq, « Architecture religieuse nabatéenne et rituels : quelques problèmes et limites méthodologiques », Syria, 94 | 2017, 13-16.

Référence électronique

Laurent Tholbecq, « Architecture religieuse nabatéenne et rituels : quelques problèmes et limites méthodologiques », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/5754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.5754

Haut de page

Auteur

Laurent Tholbecq

Chaire d’archéologie des provinces romaines, Université libre de BruxellesAPOHR, ArScAn, UMR 7041, Nanterre – laurent.tholbecq@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals