Navigation – Plan du site
Archéologie des rituels dans le monde nabatéen recherches récentes

Les sanctuaires de tradition indigène en province d’Arabie : identités régionales et territoires civiques

Laurent Tholbecq
p. 41-54

Résumés

Cet article vise à appliquer à l’Orient romain une lecture spatiale des espaces religieux, éprouvée dans les provinces occidentales, à l’aune d’une compréhension renouvelée des cadres institutionnels et religieux des régions périphériques à l’époque impériale et des enjeux symboliques de l’occupation religieuse du territoire. Une fois évoqués les limites et les apports de l’approche typo-chronologique des sanctuaires nabatéens anciennement mise en œuvre, l’intérêt des lectures spatiales est précisé, tout d’abord dans la ville de Pétra à l’époque nabatéenne puis sur le territoire nouvellement créé de la polis/civitas de Pétra, défini lors de la provincialisation du royaume nabatéen sous Trajan. La démonstration s’articule entre autres sur une étude renouvelée de l’iconographie du sanctuaire de Kh. edh-Dharih, définie à l’occasion de sa spectaculaire monumentalisation intervenue, comme à Kh. at-Tannur, durant la première moitié du iie s. n. è.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Limites et apports de la sériation morpho-typologique
Approches spatiales et sociales
Qualification des espaces religieux : sanctuaires, espaces (con)sacrés et lieux de réunion associatifs
Identités régionales et mobilité des fidèles
Kh. edh-Dharih et Kh. at-Tannur : deux sanctuaires ruraux d’époque préprovinciale monumentalisés à l’époque romaine
Relais routier ? Sanctuaire villageois ? Lieu de pèlerinage supra-régional ?
Territoires civiques et identités religieuses à l’époque romaine : une clef de lecture
Deux sanctuaires érigés aux confins septentrionaux du territoire de la polis/ciuitas de Pétra
La façade figurée de Dharih : une iconographie d’inspiration romaine
Création de la Provincia Arabia et diffusion de modes décoratives depuis l’Urbs
La divinité au Zodiaque de Kh. at-Tannur : la Tychè de Pétra

Aperçu du texte

En dépit des études qui leur ont été consacrées, une synthèse définitive relative aux sanctuaires des Nabatéens fait toujours défaut . Plusieurs raisons expliquent cette insuffisance. Tout d'abord, la variété des espaces religieux (petits oratoires à caractère privé, sanctuaires tribaux, grande architecture) défie une stricte approche typologique, sauf à reconnaître un dénominateur commun minimum (niche/présentoir, bétyle, espaces de convivialité…) ou à œuvrer strictement à l’intérieur de l’une de ces catégories . Ensuite, l'établissement des données souffre encore de l’ancienneté des premiers dégagements de sanctuaires nabatéens qui remontent aux années 1930 (Wadi Ramm, Kh. at-Tannur) et nécessitent des travaux de réévaluation, lesquels apportent petit à petit, tout comme la publication progressive des fouilles franco-jordaniennes de Kh. edh-Dharih et l’étude des alentours du Qasr al-Bint de Pétra, des éléments de réponse parfois décisifs . Parallèlement, le cadre épistémologique d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Tholbecq, « Les sanctuaires de tradition indigène en province d’Arabie : identités régionales et territoires civiques », Syria, 94 | 2017, 41-54.

Référence électronique

Laurent Tholbecq, « Les sanctuaires de tradition indigène en province d’Arabie : identités régionales et territoires civiques », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5783 ; DOI : 10.4000/syria.5783

Haut de page

Auteur

Laurent Tholbecq

Université libre de Bruxelles (ULB)APOHR, ArScAn, UMR 7041 (Nanterre) – laurent.tholbecq@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals