Navigation – Plan du site
Archéologie des rituels dans le monde nabatéen recherches récentes

Nouveaux éléments concernant l’existence de symposia dans le secteur du Qasr al-Bint à Pétra

François Renel et Hervé Monchot
p. 55-70

Résumés

Parmi les bâtiments explorés ces dernières années dans la partie occidentale du téménos du Qasr al-Bint à Pétra, le « bâtiment B » semble avoir été utilisé comme un espace de banquets durant la période nabatéenne. Les fouilles ont montré qu’il appartenait au programme architectural du sanctuaire du Qasr el-Bint, remontant aux règnes d’Obodas III ou d’Arétas IV. Plusieurs indices architecturaux, chronologiques et matériels nous incitent à le mettre en relation avec la présence de symposia réalisés dans l’enceinte sacrée du temple. Cette hypothèse est notamment appuyée par la découverte de grandes quantités de restes fauniques et de céramique, incluant des bols et des coupes, de la céramique nabatéenne peinte et des lampes à becs multiples, dans les niveaux d’occupation les plus anciens. Il pourrait s’agir de restes de symposia.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Augé, Borel, Dentzer-Feydy et al. 2016, p. 282-285.

1Parmi les bâtiments fouillés récemment par la mission archéologique française de Pétra dans le secteur occidental du téménos du Qasr al-Bint, l’édifice dénommé « bâtiment B » pose, par sa position topographique, un certain nombre de questions quant à sa fonction au sein de cet ensemble cultuel (fig. 1). Les dégagements réalisés entre 1999 et 2013 ont démontré que ce bâtiment appartenait, comme le temple, à un vaste programme de réaménagement du secteur, mis en œuvre sous le règne du roi Arétas IV (9 av. J.-C.-40 apr. J.-C.) ou peut-être déjà sous son prédécesseur Obodas III (30-9 av J.-C.) 1. En 2003 était découvert, dans l’une des pièces de ce complexe, un dépotoir original par sa composition. L’étude de son mobilier céramique, combinée à celle des restes fauniques, livre un début de réponse quant à la fonction de cet édifice durant la période nabatéenne.

Figure 1.

Figure 1.

Localisation de l’édifice dit « bâtiment B » dans le centre-ville de Pétra (F. Renel, d’après Kanellopoulos 1999)

Les vestiges du « bâtiment B »

  • 2 Bachmann, Watzinger & Wiegand 1921, fig. 50.

2Les travaux réalisés par la mission française dans la partie occidentale du téménos du Qasr al-Bint visaient à vérifier les hypothèses émises au début du xxe s. par les membres du Deutsch-Türkischen Denkmalschutz-Kommandos, suite à leur visite du site en décembre 1916, quant à l’existence d’un souq au contact du temple, caractérisé selon eux par une série de pièces bordant sur trois côtés une vaste cour communiquant avec le téménos et le péribole du temple (fig. 22. La fouille de cette zone a révélé des inexactitudes dans le plan et sa restitution, tout en confirmant la relation étroite existant entre ces bâtiments et l’ensemble cultuel. Le bâtiment oriental, désigné ici comme « bâtiment B », s’élève à l’est du podium du temple du Qasr al-Bint, en retrait du mur méridional du téménos qui constitue sa façade septentrionale (fig. 3). Des limites de son emprise, nous ne connaissons à l’heure actuelle que le côté nord (i.e. le mur sud de la cour du téménos) et le côté ouest (soit le péribole qui flanque le temple). Une porte monumentale ouverte dans le mur sud du téménos, à une vingtaine de mètres à l’est du temple, livre l’accès à ce « bâtiment B ». Elle permet d’accéder à un vaste vestibule qui s’ouvre ensuite sur une grande cour à péristyle, bordée de salles sur au moins deux côtés. L’aile nord du complexe, conservée jusqu’à l’amorce du premier étage, est organisée de façon symétrique de part et d’autre du vestibule, avec des pièces disposées régulièrement, ouvrant sur l’espace central. Ces pièces ne présentent pas d’aménagements particuliers, mais semblent plutôt être des espaces de service, liés aux circulations, à l’eau ou à l’accès à un étage supérieur (fig. 4). Deux cages d’escalier sont ainsi implantées symétriquement de part et d’autre du vestibule. La reprise de la fouille du bâtiment en 2012 a par ailleurs mis au jour un second accès à cette cour, situé côté ouest, entre le péribole et la cour du bâtiment, muré dans le courant du ier s. apr. J.-C.

Figure 2.

Figure 2.

Plan du secteur occidental du téménos avec l’emprise du « bâtiment B »

© MAFP

Figure 3.

Figure 3.

Plan général du « bâtiment B », état 2014

© MAFP

Figure 4.

Figure 4.

Vue générale des vestiges fouillés du « bâtiment B » en 2003 avec la localisation de la pièce P3

© MAFP

  • 3 Mouton, Renel & Kropp 2008 ; Renel, Mouton, Augé et al. 2012.

3Le plan, la qualité des élévations et les éléments du décor mis au jour traduisent un programme architectural d’importance, planifié de concert avec le temple lui-même, comme le montre sa parfaite cohérence avec la métrologie utilisée pour la construction du sanctuaire. Sa datation, assurée en deux points, rattache son édification aux règnes d’Obodas III ou d’Arétas IV, ce qui tendrait à dater l’achèvement des travaux d’aménagement du téménos durant cette période. L’étude stratigraphique du secteur permet de distinguer au moins trois grandes phases chronologiques (fig. 5). La première précède la construction de l’édifice tel qu’il est conservé aujourd’hui. Datée du ier s. av. J.-C., elle renvoie à l’occupation domestique d’époque hellénistique identifiée sous le téménos et aux abords du bâtiment à abside 3. Le mur méridional du téménos et le « bâtiment B » qui s’y appuie sont édifiés durant la seconde moitié du ier s. av. J.-C. Le « bâtiment B » reste ensuite en fonction jusqu’à la fin du ier s. ou jusqu’au début du iie s. apr. J.-C. Après un hiatus chronologique, une réoccupation domestique de certains espaces est perceptible à partir du iiie s., et ce jusqu’à l’abandon complet de l’édifice durant la première moitié du ve s.

Figure 5.

Figure 5.

Coupe stratigraphique réalisée dans la pièce P3 avec les différentes phases d’occupation

© MAFP

Les rejets liés au banquet de la pièce 3 (ensembles B2022/2080/2082)

4Le contexte le plus précoce qui ait été découvert provient de la pièce 3 accolée au mur oriental du vestibule (fig. 4 et 6). Il correspond à un double dépôt que nous identifions comme un ou plusieurs rejets successifs de banquets cultuels. Un abondant matériel, à la fois céramique et faunique, reposait à plat sur la partie septentrionale du sol de la pièce (Us B2022) (fig. 7). Ces rejets se poursuivaient sur quelques dizaines de centimètres de profondeur au nord, au contact du mur de façade du bâtiment, au sein d’une dépression (Us B2080/82) comprise entre ce mur de clôture et les vestiges d’un mur relevant d’une phase antérieure (Us B2025). De nombreux vases accompagnaient les rejets fauniques (fig. 8) : coupes, coupelles, gobelets, cruche en céramique, lampes à huile et quelques éléments de verrerie dont une coupe en verre millefiori.

Figure 6.

Figure 6.

Vue générale de la pièce P3

© MAFP

Figure 7.

Figure 7.

Mobilier céramique en position de rejet découvert au sein du contexte B2022

© MAFP

Figure 8.

Figure 8.

Mobilier représentatif des contextes B2022 et B2080

© MAFP

L’assemblage céramique

5Parmi le très abondant matériel (2 747 tessons), essentiellement de facture locale, les productions fines destinées à la consommation des liquides occupent une part très importante. Environ 326 récipients ont été découverts au sein des contextes B2080/82 et B2022 dont 250 coupes en pâte semi-fine relevant de la catégorie des Nabataean Fine Wares. Cet assemblage, caractéristique des contextes nabatéens de la fin du ier s. av. J.-C., se distingue cependant des ensembles domestiques contemporains par la répartition de ce mobilier au sein d’un nombre limité de catégories fonctionnelles (tabl. 1).

Tableau 1.

Groupe d’usage Productions Formes US B2080 US B2022
NR NMI NR NMI
Cuisson et préparation Pâte sableuse commune Pot à cuire, cruche 215 6 117 10
Vaisselle de table Nabataean Fine Ware Coupe 834 179 263 12
Coupelle 248 58 90 8
Coupe apode 11 3 - -
Gobelet 3 2 - -
Cruche et flacon 26 11 - -
Indéterminé 479 - - -
Nabataean Painted Ware Coupe 312 17 70 4
Coupelle 37 3 - -
Stockage / conservation Production rhodienne ou apparentés Amphore 3 1 - -
Éclairage Nabataean Common Ware Lampe tabulaire 37 11 3 1
Total 2 204 291 543 35

Répartition du corpus par catégorie fonctionnelle

  • 4 Schmid 1995, p. 639, fig. 2.

6Le corpus semble en effet être limité quasi exclusivement au répertoire de la vaisselle de table (95 % du total des NMI), à l’exception de quelques pots à cuire et de tessons d’amphores fragmentaires. La majorité des formes de présentation liée à la table est issue des productions fines et semi-fines de couleur rouge orangé à brune. Les formes de bols et de coupes sont variées et renvoient au groupe 2 de S. G. Schmid (fig. 94. Les coupes à large ouverture, à parois évasées sur pied annulaire et bord en bandeau rentrant dominent cet ensemble (fig. 9, no 1-2). Elles sont associées à des coupes apodes (fig. 9, no 6), ainsi que des coupes (fig. 9, no 5) et coupelles (fig. 9, no 3) hémisphériques sur pied annulaire, le plus petit module étant le plus représenté. Leur faible capacité en termes de volume semble destiner ce type de récipients à la consommation de boisson forte comme le vin, davantage qu’à l’eau. Deux gobelets tronconiques à marli horizontal (fig. 9, no 7-8) sont associés à ces formes de service.

  • 5 Schmid 2000, p. 90, fig. 387-388.

7Plusieurs cruches, de dimensions et de morphologies variées, accompagnent cet ensemble et participent au service des liquides. L’une d’entre elles, fragmentaire, est de facture particulièrement soignée et conserve une applique moulée à tête de bélier à la base de l’anse (fig. 10). Ce fragment n’est pas sans rappeler une œnochoé décorée d’un relief de Silène, découverte à Ez-Zantur dans un contexte du troisième quart du ier s. av. J.-C. 5 Par ailleurs, certains vases présentent des formes spécifiques. Un skyphos fragmentaire, produit en pâte sableuse fine, est en effet associé à cet ensemble (fig. 9, no 9). L’élément le plus intéressant est la découverte d’une passoire (fig. 9, no 13) pourvue d’une anse verticale appartenant au service du vin dans le domaine méditerranéen, au même titre que plusieurs cratères (fig. 9, no 14) produits en pâte semi-fine ou en pâte commune. Ces derniers ont une forme basse à carène médiane prononcée et un bord à marli oblique qui traduit l’influence de la vaisselle métallique. Rappelons qu’au début du symposion, le vin était mélangé à de l’eau dans de gands vases ouverts (cratères), avant l’exercice de libations et sa consommation proprement dite.

Figure 9.

Figure 9.

Planche synoptique des céramiques fines des contextes B2022 et B2080. Coupes à large ouverture à bandeau (1-2) ; coupelle (3) et coupe (5) hémisphériques ; coupelle engobée (4) ; coupe apode (6) ; gobelets tronconiques à marli horizontal (7-8) ; skyphos (9) ; flacon (10) et cruche (11) ; lagynos engobé (12) ; passoire (13) et cratère (14)

© F. Renel, MAFP

Figure 10.

Figure 10.

Représentation de bélier en relief sur la base d’une anse d’oenochoé

© M. Zambello, MAFP

8Une production particulière apparaît bien représentée au sein de ces ensembles alors qu’elle s’avère absente d’autres contextes contemporains. Il s’agit de coupelles (fig. 9, no 4) et de lagynos (fig. 9, no 12) en pâte fine de couleur beige à orangé recouverte d’un engobe rouge épais et lustré. Les productions peintes nabatéennes (Nabataean Painted Ware) sont aussi bien représentées avec une vingtaine de coupes et coupelles. Celles-ci se répartissent, par leur décor, au sein des phases 2b (ca 25-1 av. J.-C.) et 2c (ca 1-20 apr. J.-C.) de S. G. Schmid (fig. 11), ce qui suggère une constitution du dépôt dans les premières années du ier s. apr. J.-C.

Figure 11.

Figure 11.

Coupes peintes (« Nabataean Painted Ware ») des phases 2b et 2c de Schmid

© Q. Twaissi, F. Renel, MAFP

  • 6 Negev 1986, groupe B, p. 95, no 796.

9Les formes destinées au transport ou au stockage ne sont guère représentées dans cet assemblage, sinon par des fragments d’amphores vinaires d’origine rhodienne ou apparentées. Le répertoire culinaire est lui aussi réduit à quatre pots à cuire (fig. 12). De forme globulaire avec une panse marquée par des cannelures et un fond convexe, ils sont recouverts d’un engobe délayé de couleur rougeâtre ou grise. Ils sont caractéristiques de la fin du ier s. av. J.-C. ou du début du ier s. apr. J.-C., comme en témoignent des parallèles identifiés à Oboda/Avdat 6. L’ensemble de ces vases destinés au service des boissons peut témoigner d’une unique phase de rejet ou constituer les rejets successifs de reliefs de banquets, sur une durée impossible à établir. On se demandera par ailleurs si certains de ces récipients, en particulier les coupelles de petit module produites en masse, n’étaient pas destinés à un usage unique, et abandonnés à l’issue d’un repas ou d’une célébration.

Figure 12.

Figure 12.

Pot à cuire

© F. Renel, MAFP

Les polycandela tabulaires d’époque nabatéenne

  • 7 Zanoni 1996, type FN A, fig. 925, p. 333 ; Grawehr 2006, A4, p. 273.
  • 8 La position des anses par rapport à l’inertie de la pièce ne semble pas pouvoir justifier un quelc (...)
  • 9 Par ex. en Nabatène : Barrett 2013, p. 177, fig. 17.1.
  • 10 Kassab-Tezgör & Sezer 1995.
  • 11 Bailey 1988, p. 220. Pour l’auteur, la forme la plus précoce de cet ensemble semble être dotée de (...)
  • 12 Rosenthal & Sivan 1978, p. 64. Il nous faut rappeler que cette publication est déjà ancienne et qu (...)

10La découverte la plus remarquable reste cependant celle d’un ensemble de lampes à huile tabulaires à becs multiples et de grandes dimensions retrouvées en position de rejet primaire au sein du contexte B2080 (fig. 13). Elles sont associées à une lampe de type nabatéen précoce daté de la seconde moitié du ier s. av. J.-C. 7 Un minimum de 11 lampes complètes ou fragmentaires a été dénombré. Morphologiquement, il s’agit de lampes moulées obtenues à partir d’un moule bivalve et produites localement. Deux types principaux ont été identifiés, de morphologie similaire et basés sur un système de fonctionnement identique ; ils sont caractérisés par leur grande dimension et leur faible relief. Deux modules distincts sont attestés (fig. 14-15). Le plus petit (module 1) présente des dimensions de 250 mm pour le plus grand côté (muni de becs), 150 mm dans sa largeur, une hauteur de 45 mm et est dépourvu de moyen de préhension spécifique. Le plus grand (module 2), doté d’anses de préhension, a des dimensions de 420 ou 480 mm dans la longueur pour une largeur identique de 130 mm et une hauteur de 45 mm. Deux anses verticales sont rapportées de part et d’autre des extrémités pour les plus gros modèles, situées, pour un cas, au contact du trou de remplissage. D’après son système de préhension et ses dimensions 8, ce type de lampes tabulaires ne semble pas être destiné à être pendu mais plutôt posé, soit sur des banquettes, soit porté (par exemple lors de processions). Les lampes à becs multiples sont relativement fréquentes dans l’Antiquité et présentent des formes variées. Un inventaire rapide montre la prédominance, toutes périodes confondues, d’un modèle adoptant une forme circulaire présentant des becs positionnés de façon rayonnante et ce, depuis la période hellénistique 9. Bien qu’aucune lampe d’un module strictement comparable aux modèles de Pétra ne soit recensée, il existe une série de lampes de forme rectangulaire, mais de dimensions plus petites, très proches morphologiquement. Deux aires de production ont été identifiées, réparties entre l’Égypte et la Turquie. De son côté, l’atelier pontique aurait fonctionné au cours du ier s. av. J.-C. 10 Dans le corpus égyptien, le modèle quadrangulaire semble avoir été populaire à la fin de la période ptolémaïque et au début de l’Égypte romaine 11 soit à une date proche de celle de notre série nabatéenne. Les modèles égyptiens sont néanmoins de dimensions bien moindres que l’ensemble provenant de Pétra. En outre, la littérature montre de grandes variations dans la chronologie de ce type de lampes puisque certains auteurs y voient les indices d’une production datée du iiie s. apr. J.-C. sur la base de l’iconographie du décor 12. Ces datations sont toutefois à prendre avec précaution dans la mesure où un grand nombre de ces lampes appartient à des collections anciennes sans contexte assuré. De leur côté, les lampes de la région d’Antinoë proviennent de contextes datés des iie et iiie s. apr. J.-C.

Figure 13.

Figure 13.

Lampes monumentales in situ découvertes au sein du contexte B2080 de la pièce P3

© MAFP

Figure 14.

Figure 14.

Polycandelon du contexte B2080. Lampes de module 1 (1-2) et 2 (3-5)

© MAFP

Figure 15.

Figure 15.

Polycandelon du contexte B2080. Lampes de module 1 (1) et 2 (2-3)

© M. Zambello, M. Bélarbi, MAFP

  • 13 Hellmann 1985, p. 91-92, fig. 349-350.
  • 14 Rosenthal & Sivan 1978, p. 64, no 260-261.

11Si, d’un point de vue technique, ces comparaisons présentent le même procédé de mise en œuvre, à savoir un moulage de la pièce en deux parties, elles possèdent cependant des variantes notables par rapport aux modèles de Pétra : la présence fréquente du trou de remplissage excentré au niveau d’un tenon localisé perpendiculairement au réservoir de façon médiane, la présence fréquente de becs localisés sur trois côtés de la pièce et, en dernier lieu, ce qui semble être la variation la plus importante, avec la présence récurrente d’un décor moulé sur la partie supérieure du réservoir, associée à une inscription sur sa base. Ce type de décor moulé apparaîtrait, selon Marie-Christine Hellmann, sous l’influence des productions italiques à partir de la fin du règne d’Auguste, soit postérieurement à la date de notre dépôt 13. D’autre part, ce développement du décor est aussi perceptible sur les lampes classiques de Pétra, d’abord modelées puis moulées, avec le développement du décor radial dans les mêmes horizons chronologiques que l’apparition du décor radial et des lampes à médaillon central décoré, imitées des productions italiques. En revanche, deux exemplaires de lampes tabulaires en provenance de la collection Schloessinger 14 présentent le même système de becs accolés que sur les lampes de Pétra, à savoir une seule rangée de becs le long de l’un des grands côtés. Ils varient cependant au niveau de la localisation du trou de remplissage situé dans un poucier intégré à la longueur opposée aux becs.

  • 15 Augé 2000, p. 32-35.
  • 16 Dentzer 2000, p. 23 ; Strabon, Géographie XVI, 4,21 = C 779.

12La découverte de ces lampes monumentales met en lumière un nouveau pôle de production jusque-là inconnu et permet d’engager une réflexion sur leur usage dans le domaine nabatéen. Ce type, de forme très massive et coûteux en termes de combustible, pose en effet la question de son utilisation à Pétra. Dans l’état de notre documentation, il n’a pas été retrouvé ailleurs, ni à Pétra ni en Nabatène. Il s’agit de toute évidence d’un matériel assez exceptionnel au sein du corpus des nombreuses lampes mises au jour en Nabatène, par ailleurs totalement absent des contextes domestiques fouillés ces dernières décennies. Il est tentant d’associer ce type de lampes aux banquets nabatéens les plus prestigieux ou à des festivals religieux qui se déroulaient à Pétra 15. Elles seraient un témoignage de la réunion des thiases à proximité du sanctuaire principal de la cité. Rappelons par ailleurs que Strabon, qui cite vers le tournant de notre ère son ami le philosophe Athénodore, mentionne de somptueux banquets chez le roi où la consommation est limitée à onze coupes par convive. Faut-il voir dans ce chiffre et les lampes de grand module à onze becs une relation avec un quelconque moment du rituel du banquet ? La coïncidence mérite d’être relevée 16.

Étude de la faune

  • 17 La séparation spécifique entre ces deux espèces n’est pas toujours facile : une grande majorité de (...)

13Lors de la fouille des trois unités stratigraphiques (US B2022, B2080 et B2081) de la pièce 3, 570 restes fauniques ont été mis au jour. Ils sont composés pour moitié de caprinés 17 (48,1 %) et pour moitié de poulet (48,2 %), les autres espèces étant marginales (tabl. 2).

Tableau 2.

Espèces NR % NRD NMI
Caprinés (Capra hircus/Ovis aries) 232 48,1 5
Poule (Gallus gallus domestica) 233 48,2 14
Dromadaire (Camelus dromedarius) 12 2,5 1
Cochon (Sus scrofa domesticus) 2 0,4 1
Râle des genêts (Crex crex) 2 0,4 1
Lièvre (Lepus capensis) 1 0,2 1
Perdrix (Alectoris chukar) 1 0,2 1
Oiseau indéterminé 7 -- --
Mammifère indéterminé 79 -- --
Total 570 100 24

Liste des espèces recensées dans la pièce P3 du bâtiment B (UF 2022, 2080 et 2082) en nombre de restes (NR) et NMI

Les caprinés

  • 18 Dans le contexte d'une étude archéozoologique, le Nombre Minimum d’Individus (NMI) est le nombre m (...)
  • 19 L’assemblage présente 16 ossements non-épiphysés, dont deux humérus distaux, ossements dont l’épip (...)

14Cet assemblage osseux de 232 ossements attribués aux caprinés représente un minimum 18 de six individus, quatre adultes (4 astragales droits) et deux juvéniles âgés à leur mort entre 3 et 4 mois 19. La détermination des restes osseux des caprinés de la pièce P3 a mis en évidence des fragments provenant de l’ensemble du squelette (fig. 16 et tabl. 3).

Figure 16.

Figure 16.

Profil squelettique des caprinés de la pièce P3 du « bâtiment B » du Qasr al-Bint en nombre de restes et en nombre minimum d’individus (en gras)Inventaire des restes de caprinés en NR (nombre de restes), NME et en pourcentage de survie (NMI de Combinaison = 6)

© H. Monchot

Tableau 3.

Éléments NR NME % Survie
Talus 5 5 41,7
Crâne 12 2 33,3
Sacrum 2 2 33,3
Tibia 5 4 33,4
Scapula 13 3 25,0
Humérus 3 3 25,0
Radius 4 3 25,0
Ulna 3 3 25,0
Pelvis 8 3 25,0
Métatarse 4 3 25,0
Vertèbres lombaires 12 7 16,7
Mandibule 3 2 16,7
Fémur 8 2 16,7
Sternum 1 1 16,7
Calcanéum 2 2 16,7
Côtes 59 20 12,82
Vertèbres thoraciques 15 8 10,25
Patella 1 1 8,4
Lunatum 1 1 8,4
Métacarpe 2 1 8,4
Vertèbres cervicales 4 3 7,1
Phalange 1 3 3 6,25
Phalange 2 3 3 6,25
Phalange 3 1 1 2,1
Autres carpiens 0 0 0
Cubonaviculaires 0 0 0
Vertèbres caudales 0 0 0
Chevilles osseuses 0 0 0

Inventaire des restes de caprinés en NR (nombre de restes), NME et en pourcentage de survie (NMI de Combinaison = 6)

  • 20 Le Nombre Minimum d’Éléments (NME) est calculé pour chaque os ou portion d’os sans tenir compte de (...)

15Le pourcentage de survie 20 calculé pour chaque ossement montre une (quasi-)absence des petits os (phalanges, carpiens, vertèbres caudales) et la relative abondance des éléments du tronc en nombre de restes (rachis et côtes) s’expliquerait par une fragmentation de ces ossements liés à une combinaison de facteurs post-dépositionnels et à la préparation culinaire. Le déficit en éléments de phalanges, pourtant nombreuses chez les caprinés (24 au total), pourrait s’expliquer si l’on considère que ces individus ont été dépecés ailleurs (ce qui est fort probable vu la configuration des lieux) ; un grand nombre de celles-ci ont pu rester attachées avec la peau lors du dépouillement, à moins que l’ensemble des bas de pattes et des métapodes aux phalanges ait été écarté lors de la mise en quartiers. Il est cependant souvent très difficile de distinguer les restes relevant des diverses phases de la préparation, de la conservation et de la consommation, car ces opérations peuvent être menées dans le même lieu et leurs rebuts rejetés et mélangés au même endroit. Seulement quatre ossements présentent des stries de découpe. Il s’agit de deux fragments de diaphyse de fémur (récupération de la viande), d’une extrémité distale de métatarse (désarticulation) et d’une vertèbre cervicale présentant une trace de couperet (désarticulation). Enfin, quatre ossements présentent des traces de calcination : un condyle occipital, un condyle distal de métapode et deux fragments de vertèbre thoraciques.

La poule

  • 21 L’identification des coqs s’effectue grâce à la présence d’un ergot sur les tarsométatarses, prése (...)
  • 22 C’est ainsi le cas dans les niveaux romains du castellum d’En Boqeq (1 278 restes, Lernau 2000), d (...)

16Au sein des divers déchets de la pièce P3, la poule est bien représentée par 233 restes. La représentation anatomique de cette volaille montre essentiellement la présence d’éléments associés aux membres, ailes et cuisses, tandis que les éléments crâniens, les petits os (comme les phalanges) ou encore ceux du squelette axial sont rares, voire absents (fig. 17). Plusieurs raisons peuvent être invoquées pour expliquer ce profil squelettique, comme l’absence de tamisage systématique des sédiments ou encore des processus taphonomiques post-dépositionnels (piétinement, érosion) rendant encore plus vulnérables les ossements les plus fragiles comme le sternum ou le sacrum. À cela peuvent être ajoutées, bien sûr, les activités humaines avec une sélection des abattis. Aucune coquille d’œuf n’a été identifiée. L’ensemble de ces ossements appartient à un minimum de quatorze individus, NMI estimé à partir des humérus. Parmi eux, on compte au moins deux mâles (coqs) 21 et trois juvéniles (poulets). Il n’est pas rare de retrouver aux époques romaine et byzantine des quantités importantes de volaille, témoignant de l’importance de la viande blanche dans l’économie et la cuisine locales 22.

Figure 17.

Figure 17.

Profil squelettique de la poule de la pièce P3 du bâtiment B du Qasr al-Bint en nombre de restes et en nombre minimum d’individus (NR/NMI)

© H. Monchot

Les autres espèces

  • 23 Barone 1976.
  • 24 Si les bovins sont absents de la pièce 3, ils sont signalés mais rarement abondants dans d’autres (...)
  • 25 Von den Driesch & Obermaier 2007.
  • 26 Studer & Schneider 2008.
  • 27 Harrison & Bates 1991 ; Helmer 1998.
  • 28 Une extrémité distale de métapode (voir la contribution d’H. Monchot, ce volume).
  • 29 Studer 2007.
  • 30 Studer 2007.

17Parmi les autres espèces domestiques, une métaphyse distale de métapode de porc non épiphysée souligne la présence d’un jeune individu âgé d’un peu plus de deux ans 23. On notera par ailleurs l’absence de restes de bovins 24. Le dromadaire est signalé par douze restes, soit huit fragments de diaphyse d’os longs, une phalange 2 entière, un os malléolaire gauche, une épiphyse distale de tibia et une métaphyse proximale de tibia. Ces derniers ossements appartiennent à un individu juvénile âgé de moins de deux ans 25. Cette présence du dromadaire n’est pas une surprise, tant cette espèce a joué un rôle important dans l’exploitation des régions désertiques, grâce notamment à ses exceptionnelles capacités d’endurance et de robustesse. Le dromadaire a joué un rôle capital dans l’économie — y compris dans la consommation — des centres caravaniers 26. Un crâne subcomplet atteste la présence du lièvre. Cet animal qualifié d’ubiquiste s’adapte à des milieux aussi divers que les steppes, les zones agricoles et même le désert, lorsque la végétation est suffisante. Le lièvre est une espèce polymorphe dont de nombreuses sous-espèces ont été décrites au Proche-Orient 27. Sans jamais être abondant, cet animal est également signalé à Pétra dans le Bâtiment C du Qasr al-Bint (n = 3), à la « Chapelle d’Obodas » 28 et à Ez-Zantur 29. Signalons enfin la présence de la perdrix choukar, identifiée par un fragment de tibiotarse, et du râle des genêts, identifié par un coracoïde gauche et un humérus droit ; ces oiseaux sauvages qui étaient chassés avaient déjà été identifiés dans les restes fauniques des maisons d’Ez-Zantur 30.

Conclusion et perspectives

  • 31 Studer 2007 ; Kansa 2011 ; Monchot 2014.
  • 32 Voir la contribution d’H. Monchot, ce volume.
  • 33 Kansa 2013 ; Charloux, Bouchaud, Durand et al. 2016 ; voir la contribution d’H. Monchot, ce volume

18Les fouilles réalisées sur l’angle nord-ouest du « bâtiment B » ont établi que ce complexe avait fonctionné en étroite relation avec le temple du Qasr al-Bint à l’époque nabatéenne. La liste faunique identifiée dans les contextes de cette période est semblable à celle décrite dans d’autres complexes de Pétra 31, mais se distingue nettement des rejets alimentaires retrouvés à la « Chapelle d’Obodas » 32. Ainsi, la consommation de caprinés est régulièrement avérée par les restes fauniques étudiés dans des espaces de banquets fouillés dans la région (e.g. « Chapelle d’Obodas », Dūmat al-Jandal ou Kh. at-Tannur) 33. En revanche, faute de comparaison, il est impossible d’établir pour l’heure si la consommation de volaille à cette époque constitue un mets spécifique de choix ou s’il reflète une consommation usuelle par les habitants de la capitale nabatéenne. Ces données, couplées à l’étude du mobilier céramique qui invite à supposer un usage unique de certains récipients, peut-être volontairement brisés après usage, et souligne le caractère exceptionnel du luminaire, engagent à reconnaître dans le dépotoir étudié les poubelles d’un ou plusieurs symposia. Dans l’état actuel de la documentation, deux hypothèses nous paraissent par conséquent pouvoir être avancées.

  1. Ces diverses constatations nous incitent à intégrer ce vaste ensemble dans l’espace du sanctuaire limitrophe. En dépit du caractère limité des dégagements intervenus sur le « bâtiment B », le fait que les vestiges exhumés correspondent métrologiquement et chronologiquement au programme dans lequel le temple s’intègre suggère une appartenance à un programme unique et, partant, une fonction étroitement liée au service du temple (culte, archives ou administration du culte). Nous proposerions donc, à titre de première hypothèse, d’y rechercher un bâtiment distribuant, autour d’une cour, des espaces destinés à abriter des banquets, qu’il s’agisse du siège de corporations ou, plus vraisemblablement, d’un lieu de réunion de thiases. Ces banquets cultuels sont rapportés par Strabon 34 et constituent l’un des actes importants de l’expression religieuse et sociale nabatéenne. Rappelons à cet égard la découverte dans les pièces qui flanquent l’adyton du Qasr al-Bint de pieds de klinai ou de tables en marbre et à protomés de lions dans lesquels F. Zayadine a voulu reconnaître le témoignage d’une utilisation de ces pièces à des fins de banquets 35. La situation topographique du « bâtiment B » paraît également appuyer cette hypothèse. Pour des raisons de liturgie et de pureté rituelle, ces espaces de banquets devaient se situer à proximité immédiate du lieu de culte, sans doute intégrés dans le téménos. Ainsi à Palmyre, la salle de banquet du temple de Bêl était-elle érigée dans le téménos à proximité du grand autel 36. Dans une disposition semblable, la « fondation rectangulaire » de Kh. edh-Dharih, probable espace de banquets de prestige, est-elle située à proximité immédiate de l’autel sacrificiel (au moins dans son état romain), dans un espace distinct des multiples triclinia qui jalonnent le pourtour des deux premières cours du sanctuaire 37. À Pétra, il serait aussi logique de rechercher à proximité immédiate du Qasr le siège du personnel en charge du culte 38.
  2. Une seconde proposition ferait de cet espace non une annexe du téménos du Qasr mais un lieu de culte indépendant, l’emprise du « bâtiment B » définissant dans ce cas un second sanctuaire. Les arguments allant en ce sens sont, d’une part, son ouverture sur le téménos du Qasr, par le biais d’une porte monumentale ouverte dans le péribole sud et qui l’agrège au vaste ensemble intégrant le temple et son autel principal et, d’autre part, son plan qui rappelle la configuration de certains temples nabatéens comme Tannur, érigés au centre d’une cour.
  • 39 Dans le même esprit, Charloux, Bouchaud, Durand et al. 2016.

19Un dernier élément doit être souligné : en usage tout au long de la période nabatéenne, le « bâtiment B » est abandonné vers la fin du ier s. apr. J.-C., peut-être à la faveur de la création de la Provincia Arabia en 106 apr. J.-C. On s’interrogera dès lors sur les raisons de la fermeture de cette annexe religieuse, au cœur même du principal sanctuaire de la ville, sauf à y voir un choix politique motivé par des suspicions envers ce type de rassemblement clanique et religieux 39.

La rédaction de Syria remercie Chadi Hatoum (doctorant Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) pour la traduction des résumés et mots-clés en arabe.

Haut de page

Bibliographie

Al-Muheisen (Z.) & Villeneuve (F.) 1994 « Découvertes nouvelles à Khirbet edh-Dharih (Jordanie), 1991-1994 : autour du sanctuaire nabatéen et romain », CRAI 138/3, p. 735-757.

Augé (C.) 2000 « La religion irrigue Pétra », Le Monde de la Bible 127, p. 32-35.

Augé (C.), Borel (L.), Dentzer-Feydy (J.) et al. 2016 « Un état des lieux des travaux de la mission archéologique française à Pétra, Jordanie (1999-2013) », Syria 93, p. 255-310.

Bachmann (W.), Watzinger (C.) & Wiegand (Th.) 1921 Petra (Wissenschaftliche Veröffentlichungen des Deutsch-Türkischen Denkmalschutz-Kommendos 3), Berlin/Leipzig.

Bailey (D. M.) 1988 A catalogue of the lamps in the British Museum: Roman provincial Lamps, Londres.

Barone (R.) 1976 Anatomie comparée des mammifères domestiques 1. Ostéologie, Paris, Vigot frères.

Barrett (D. G.) 2013 « The Lamps », McKenzie et al. 2013, vol. 2, p. 173-205.

Charloux (G.), Bouchaud (C.), Durand (C.) et al. 2016 « Banqueting in a Northern Arabian Oasis: a Nabatean Triclinium at Dūmat al-Jandal, Saudi Arabia », BASOR 375, p. 13-34.

Croft (P.) 1995 « Birds and small mammalian remains from Upper Zohar », R. P. Harper (éd.), Upper Zohar: an early Byzantine fort in Palestina Tertia. Final report of excavations in 1985-1986 (British Academy Monographs in Archaeology 9), Oxford, p. 87-95.

Dentzer (J.-M.) 2000 « L’espace et le temps chez les Nabatéens », Le Monde de la Bible 127, p. 22-25.

Grawehr (M.) 2006 « Die Lampen der Grabungen auf ez-Zantur in Petra », D. Keller & M. Grawehr, Petra, Ez-Zantur III. Ergebnisse der Schweizerisch-Liechtensteinischen Ausgrabungen (Terra Archeologica V), Mayence, p. 259-398.

Harrison (D. L.) & Bates (P. J. J.) 1991 The Mammals of Arabia, Seven Oaks, Kent.

Hellmann (M.-C.) 1985 Lampes antiques, II, Fonds général : lampes pré-romaines et romaines, Paris.

Helmer (D.) 1998 « Les lièvres de Mureybet (fouilles Cauvin). Essai d’interprétation climatique du site », Cahiers de l’Euphrate 8, p. 55-63.

Kansa (S. W.) 2011 « Petra Great Temple Animal Bones », M. S. Joukowsky (éd.), Petra Great Temple Excavation [http://opencontext.org/tables/608857cb8e0f5309add95460686cc67b].

Kansa (S. W.) 2013 « The animal bones », McKenzie et al. 2013, vol. 1, p. 72-83.

Kassab-Tezgör (D.) & Sezer (T.) 1995 Catalogues des lampes en terre cuite du musée archéologique d’Istanbul 1. Époques protohistorique, archaïque, classique et hellénistique, Istanbul.

Lernau (H.) 2000 « Geflügel und Fischknochen aus En Boqeq », M. Fisher, M. Gichon & O. Tal, En Boqeq. Excavations in an oasis on the Dead Sea II. The officina, An Early Roman Building on the Dead Sea Shore, Mayence, p. 149-181.

McKenzie (J. Sh.), Greene (J. A.), Reyes (A. T.) et al. (éd.) 2013 The Nabataean Temple at Khirbet et-Tannur, Jordan: final report on Nelson Glueck’s 1937 excavation 1. Architecture and Religion 2. Cultic Offerings, Vessels, and Other Specialist Reports (AASOR 67 et 68), Boston.

Monchot (H.) 2014 « Les restes fauniques du complexe de la Chapelle d’Obodas (Jabal Numayr) et du Qasr al-Bint à Pétra. Résultats préliminaires », L. Tholbecq (éd.), De Pétra à Wadi Ramm : le sud jordanien nabatéen et Arabe, Rapport des fouilles archéologiques 2013, Bruxelles, p. 131-137, p. 131-137.

Mouton (M.), Renel (F.) & Kropp (A.) 2008 « The Hellenistic Levels under the Temenos of the Qasr al-Bint at Petra », ADAJ 52, p. 51-71.

Negev (A.) 1986 The Late Hellenistic and Early Roman pottery of Nabataean Oboda: Final Report (Qedem, Monographs of the Institute of Archaeology 22), Jérusalem.

Renel (M.), Mouton (M.), Augé (C.) et al. 2012 « Dating the early phases under the temenos of the Qasr al-Bint at Petra », L. Nehmé & L. Wadeson (éd.), The Nabataeans in Focus: Current Archaeological Research at Petra (Supplement to the Proceedings of the Seminar for Arabian Studies), Oxford, p. 39-54.

Rosenthal (R.) & Sivan (R.) 1978 Ancient Lamps in the Schloessinger Collection (Qedem, Monographs of the Institute of Archaeology 8), Jérusalem.

Schmid (S. G.) 1995 « Nabataean Fine ware from Petra », SHAJ V, p. 637-647.

Schmid (S. G.) 2000 « Die Feinkeramik der Nabatäer. Typologie, Chronologie und kulturhistorische Hintergründe », S. G. Schmid & B. Kolb (éd.), Petra ez Zantur II. Ergebnisse der Schweizerisch-Liechtensteinischen Ausgrabungen (Terra Archaeologica 4), Mayence, p. 1-199.

Seyrig (H.), Amy (R.) & Will (E.) 1975 Le temple de Bêl à Palmyre, Paris.

Strabon Geography, Books 15-16, translated by H. L. Jones, Londres/Cambridge, 1930.

Studer (J.) 2007 « Animal exploitation in the Nabataean world », K. D. Politis (éd.), The World of the Nabataeans, International Conference “The World of the Herods and the Nabataeans”, London, British Museum 17-19 April 2001 (Oriens et Occidens 15), vol. 2, Stuttgart, p. 251-272.

Studer (J.) & Schneider (A.) 2008 « Camel use in the Petra Region, Jordan: 1st century ad », E. Vila, L. Gourichon, A. M. Choyke & H. Buitenhuis (éd.), Archaeozoology of the Near East VIII, International Symposium on the Archaeozoology of Southwestern Asia and Adjacent Areas, Lyon, p. 581-596.

Teixidor (J.) 1981 « Le thiase de Bêlastor et de Beelshamên d'après une inscription récemment découverte à Palmyre », CRAI 125/2, p. 306-314.

Toplyn (M. R.) 1994 Meat for Mars: Livestock, limitanei, and pastoral provisioning for the Roman Army on the Arabian frontier (ad 284-551). Unpublished PhD Harvard University, Cambridge Massachusetts.

Von den Driesch (A.) & Boessneck (J.) 1995 « Final report on the zooarchaeological investigation of animal bones finds from tell Heban, Jordan », Ø. S. LaBianca & A. Von den Driesch (éd.), Faunal remains: Taphonomical and Zooarchaeological Studies of the Animal Remains from Tell Hesban and Vicinity (Hesban 13), Berrien Springs, p. 65-108.

Von den Driesch (A.) & Obermaier (H.) 2007 « The hunt for wild dromedaries during the 3rd and 2nd millennia bc on the United Arab Emirates coast. Camel bone finds from the excavations at Al Sufouh 2, Dubai, UAE », Documenta Archaeobiologiae 6, p. 133-167.

Zanoni (I.) 1996 « Tonlampen», A. Bignasca et al., Petra, Ez Zantur I. Ergebnisse der Schweizerisch-Liechtensteinischen Ausgrabungen 1988-1992 (Terra Archaeologica 2), Mayence, p. 311-336.

Zayadine (F.) 1985 « Recent excavation & restoration at Qasr el Bint of Petra », ADAJ 39, p. 239-249.

Zayadine (F.), Larché (F.) & Dentzer-Feydy (J.) 2003 Le Qasr el-Bint de Pétra, L’architecture, le décor, la chronologie et les dieux, Paris.

Haut de page

Notes

1 Augé, Borel, Dentzer-Feydy et al. 2016, p. 282-285.

2 Bachmann, Watzinger & Wiegand 1921, fig. 50.

3 Mouton, Renel & Kropp 2008 ; Renel, Mouton, Augé et al. 2012.

4 Schmid 1995, p. 639, fig. 2.

5 Schmid 2000, p. 90, fig. 387-388.

6 Negev 1986, groupe B, p. 95, no 796.

7 Zanoni 1996, type FN A, fig. 925, p. 333 ; Grawehr 2006, A4, p. 273.

8 La position des anses par rapport à l’inertie de la pièce ne semble pas pouvoir justifier un quelconque type d’accroche.

9 Par ex. en Nabatène : Barrett 2013, p. 177, fig. 17.1.

10 Kassab-Tezgör & Sezer 1995.

11 Bailey 1988, p. 220. Pour l’auteur, la forme la plus précoce de cet ensemble semble être dotée de becs séparés du corps rectangulaire du réservoir.

12 Rosenthal & Sivan 1978, p. 64. Il nous faut rappeler que cette publication est déjà ancienne et que l’ensemble des lampes à becs multiples du corpus étudié provient d’une collection détachée de tout contexte stratigraphique ou archéologique.

13 Hellmann 1985, p. 91-92, fig. 349-350.

14 Rosenthal & Sivan 1978, p. 64, no 260-261.

15 Augé 2000, p. 32-35.

16 Dentzer 2000, p. 23 ; Strabon, Géographie XVI, 4,21 = C 779.

17 La séparation spécifique entre ces deux espèces n’est pas toujours facile : une grande majorité des critères ne sont pas fiables à 100 % et les éléments diagnostics comme les chevilles osseuses sont généralement mal conservés, voire absents. Les restes de ces espèces seront donc regroupés sous le terme générique de caprinés.

18 Dans le contexte d'une étude archéozoologique, le Nombre Minimum d’Individus (NMI) est le nombre minimal d’animaux que l’on peut individualiser dans un ensemble osseux donné. Le NMI peut être obtenu en comptant le nombre maximum de spécimens d’un élément anatomique en tenant compte de la latéralisation (« NMI de Fréquence »). Il peut également être calculé en tenant compte non seulement de la latéralisation de l’os mais aussi de la taille de la pièce et de l’âge et du sexe de l’animal qu’il représente (« NMI de Combinaison »).

19 L’assemblage présente 16 ossements non-épiphysés, dont deux humérus distaux, ossements dont l’épiphysation se déroule vers 3-4 mois : Barone 1976, p. 53.

20 Le Nombre Minimum d’Éléments (NME) est calculé pour chaque os ou portion d’os sans tenir compte de la latéralisation. Il permet de calculer le « Pourcentage de Survie » (Brain 1976). Le pourcentage de survie est égal au NME x 100 / NMI x QsP, Qsp étant la quantité d’un ossement présent chez un individu complet (e.g. 2 pour le tibia, 7 pour les cervicales, 8 pour les premières phalanges).

21 L’identification des coqs s’effectue grâce à la présence d’un ergot sur les tarsométatarses, présents uniquement chez les mâles.

22 C’est ainsi le cas dans les niveaux romains du castellum d’En Boqeq (1 278 restes, Lernau 2000), du fort de Leijun (1 753 restes, Toplyn 1994, tabl. 2.9), du fort d’Upper Zohar (2 029 restes, Croft 1995, tabl. 1), ou encore de Tell Hesban (993 restes, Von den Driesch & Boessneck 1995, tabl. 5.10).

23 Barone 1976.

24 Si les bovins sont absents de la pièce 3, ils sont signalés mais rarement abondants dans d’autres pièces du bâtiment « B » ou dans le bâtiment « C » du Qasr al-Bint (Monchot 2014).

25 Von den Driesch & Obermaier 2007.

26 Studer & Schneider 2008.

27 Harrison & Bates 1991 ; Helmer 1998.

28 Une extrémité distale de métapode (voir la contribution d’H. Monchot, ce volume).

29 Studer 2007.

30 Studer 2007.

31 Studer 2007 ; Kansa 2011 ; Monchot 2014.

32 Voir la contribution d’H. Monchot, ce volume.

33 Kansa 2013 ; Charloux, Bouchaud, Durand et al. 2016 ; voir la contribution d’H. Monchot, ce volume.

34 Strabon, Géographie, XVI, 4, 26.

35 Zayadine 1985, p. 243 ; Zayadine, Larché & Dentzer-Feydy 2003, p. 170, fig. 36c. On ignore cependant la date et le contexte de découverte précis de ces éléments mobiliers, peut-être remployés à une époque récente.

36 Seyrig, Amy & Will 1975, p. 241-243.

37 Al-Muheisen & Villeneuve 1994, p. 742-749.

38 J. Teixidor avançait ainsi l’idée que, à Palmyre, le thiase siégeait dans l’une des pièces du temple de Baalshamin : Teixidor 1981, p. 309.

39 Dans le même esprit, Charloux, Bouchaud, Durand et al. 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Localisation de l’édifice dit « bâtiment B » dans le centre-ville de Pétra (F. Renel, d’après Kanellopoulos 1999)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 2.
Légende Plan du secteur occidental du téménos avec l’emprise du « bâtiment B »
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Titre Figure 3.
Légende Plan général du « bâtiment B », état 2014
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 4.
Légende Vue générale des vestiges fouillés du « bâtiment B » en 2003 avec la localisation de la pièce P3
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 5.
Légende Coupe stratigraphique réalisée dans la pièce P3 avec les différentes phases d’occupation
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Figure 6.
Légende Vue générale de la pièce P3
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre Figure 7.
Légende Mobilier céramique en position de rejet découvert au sein du contexte B2022
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 8.
Légende Mobilier représentatif des contextes B2022 et B2080
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 9.
Légende Planche synoptique des céramiques fines des contextes B2022 et B2080. Coupes à large ouverture à bandeau (1-2) ; coupelle (3) et coupe (5) hémisphériques ; coupelle engobée (4) ; coupe apode (6) ; gobelets tronconiques à marli horizontal (7-8) ; skyphos (9) ; flacon (10) et cruche (11) ; lagynos engobé (12) ; passoire (13) et cratère (14)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Figure 10.
Légende Représentation de bélier en relief sur la base d’une anse d’oenochoé
Crédits © M. Zambello, MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 11.
Légende Coupes peintes (« Nabataean Painted Ware ») des phases 2b et 2c de Schmid
Crédits © Q. Twaissi, F. Renel, MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 12.
Légende Pot à cuire
Crédits © F. Renel, MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 13.
Légende Lampes monumentales in situ découvertes au sein du contexte B2080 de la pièce P3
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 14.
Légende Polycandelon du contexte B2080. Lampes de module 1 (1-2) et 2 (3-5)
Crédits © MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 15.
Légende Polycandelon du contexte B2080. Lampes de module 1 (1) et 2 (2-3)
Crédits © M. Zambello, M. Bélarbi, MAFP
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1001k
Titre Figure 16.
Légende Profil squelettique des caprinés de la pièce P3 du « bâtiment B » du Qasr al-Bint en nombre de restes et en nombre minimum d’individus (en gras)Inventaire des restes de caprinés en NR (nombre de restes), NME et en pourcentage de survie (NMI de Combinaison = 6)
Crédits © H. Monchot
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Titre Figure 17.
Légende Profil squelettique de la poule de la pièce P3 du bâtiment B du Qasr al-Bint en nombre de restes et en nombre minimum d’individus (NR/NMI)
Crédits © H. Monchot
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/5795/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Renel et Hervé Monchot, « Nouveaux éléments concernant l’existence de symposia dans le secteur du Qasr al-Bint à Pétra », Syria, 94 | 2017, 55-70.

Référence électronique

François Renel et Hervé Monchot, « Nouveaux éléments concernant l’existence de symposia dans le secteur du Qasr al-Bint à Pétra », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/5795 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.5795

Haut de page

Auteurs

François Renel

Institut national de recherches archéologiques préventives – francois.renel@inrap.fr

Articles du même auteur

Hervé Monchot

Labex Resmed – Université Paris Sorbonne, UMR 8167 « Orient & Méditerranée » – herve.monchot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals