Navigation – Plan du site
Recensions

Rolf A. Stucky, Oskar Kaelin, Hans-Peter Mathys (éd.), Proceedings of the 9th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 9-13 June 2014, Basel

Jean-Louis Huot
p. 389-391
Référence(s) :

Rolf A. Stucky, Oskar Kaelin, Hans-Peter Mathys (éd.), Proceedings of the 9th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 9-13 June 2014, Basel, Wiesbaden, Harrassowitz, 2016, 17 x 24. Vol. 1 : Travelling Images. Transfer and Transformation of Visual Ideas; Dealing with the Past Finds, Booty, Gifts, Spoils, Heirlooms; Collections at Risk: Sustainable Strategies for Managing Near Eastern Archaeological Collections, 550 p., 218 ill., 3 diagrammes, 6 cartes, 4 pl., 3 schémas, 17 tabl., ISBN : 978-3-447-10587-3. Vol. 2: Egypt and Ancient Near East, Perception of Alterity; Ancient Near Eastern Traditions vs. Hellenization/Romanization; Reconstructing Ancient Eco-Systems; Islamic Session, 478 p., 170 ill., 12 diagrammes, 27 cartes, 11 tabl., ISBN : 978-3-447-10614-6. Vol. 3: Reports, 789 p., 305 ill., 10 diagrammes, 36 cartes, 4 schémas, 23 tabl. ISBN 978-3-447-10615-3.

Texte intégral

1Avec une régularité de métronome, les éditions Harrassowitz publient en trois gros volumes (1 817 p. en tout) les actes du 9e Congrès international sur l’archéologie du Proche-Orient ancien (9th ICAANE), tenu à Bâle en juin 2014. La formule semble immuable : des « thèmes » qui se veulent novateurs, répartis dans les deux premiers volumes, et les traditionnels « reports » (dans le dernier volume, le plus épais) sur les travaux les plus récents. On ne redira pas ici ce que nous avons déjà exprimé à l’occasion des précédentes publications issues de cette vaste entreprise (cf. en dernier lieu http://syria.revues.org/​4352, notre recension du 8th ICAANE/2012). Si ces volumes sont un peu moins volumineux que les précédents, ils demeurent d’une ampleur respectable. Pour qui veut prendre connaissance des dernières fouilles (à défaut des dernières publications), la formule est utile. On reste cependant plus sceptique sur l’intérêt des articles regroupés selon des thèmes plus accrocheurs que pertinents. Mais, après tout, c’est très tendance… Enfin, on versera encore une larme sur la disparition de la langue française (huit articles sur cent quarante).

2Le premier volume s’intéresse d’abord aux « images voyageuses » (Travelling Images, Transfer and Transformation of Visual Ideas).Vingt-deux articles sont regroupés sous ce titre, organisés par O. Kaelin, de l’Université de Bâle. Certains l’éclairent vraiment, comme celui de O. Kaelin lui-même, sur le Smiting God ou le sphinx. D’autres n’ont qu’un lointain rapport avec lui, quel que soit leur intérêt propre (publication de nouveaux sceaux supposés provenir de Ziwiye, par exemple, ou encore telle étude sur des figurines préhistoriques anatoliennes). Un essai sur les éléments égyptisants des statues ammonites récemment découvertes à Amman, par Joël Burnett, attire l’attention sur ce groupe remarquable, où l’on reconnaît des effigies royales, ou des représentations divines. Le lecteur se promène ensuite tantôt dans la céramique peinte d’Arslantepe-Malatya au Bronze ancien, tantôt sur tel motif, bien banal par ailleurs (la rosette, le croissant de lune). Ces articles sont suivis de simples résumés de thèses de doctorat récentes. Mais de vrais problèmes sont parfois soulevés. Ainsi en va-t-il de la rareté du motif du roi dans le monde visuel du royaume d’Urartu (J. Linke). L’opposition avec le monde néo-assyrien est flagrante. Les rois d’Urartu se passeraient-ils du medium de l’image ? D’autres articles ont des rapports plus lointains avec le thème, quel que soit l’intérêt du sujet abordé, le bit-hilani, les orthostates araméens, voire les motifs peints halafiens ou encore les cercueils en bronze néo-assyriens ou néo-babyloniens. Sur huit cercueils en tout répartis sur quatre sites, de Nimrud à Arjan en passant par Ur et Ram Hormuz, on voit bien que cet objet est chez lui en Assyrie. Mais en Elam ? « Transfert d’idée visuelle », nous dit-on. On rattache vraiment le sujet au thème par les cheveux !

3La deuxième section du premier volume s’attache au « rapport avec le Passé » (Trouvailles, butins, dépouilles, héritages) sous la houlette de Rolf Stucky. Elle s’ouvre par un résumé fort utile des nombreuses campagnes de fouille menées à Tell Chuera par A. Moortgaat et poursuivies par W. Orthmann puis J.-W. Meyer. On notera ensuite une étude de la célèbre cruche en or trouvée récemment dans la tombe III de Nimrud, qui vient compléter la précédente analyse de cet objet par son inventeur dans le catalogue Assyria to Iberia édité par J. Aruz et al. en 2014, p. 125-131, où elle est magnifiquement photographiée p. 129. Les auteurs soulignent, après d’autres, l’intérêt du décor au sujet des relations de la cour assyrienne avec le milieu artistique « international » durant le viiie s., qu’il s’agisse de Gordion, d’Alishar ou des cités philistines. Superbe exemple, probablement, d’un cadeau diplomatique de prix, ou expression d’un tribut. Cette section s’achève sur une intéressante mise au point sur Kish au IIIe millénaire du point de vue urbanistique, à la suite du démarrage d’un projet en 2007 sous la direction de N. Marchetti, rejoint en 2012 par F. Pinnock et P. Butterlin. L’article offre d’utiles résumés sur le sondage Y, repris ici en huit phases (ED I-III) et sur d’autres fouilles anciennes, ce qui donne l’occasion d’un tableau convaincant du développement urbain du tell Ingharra au Dynastique archaïque. Mais la situation politique actuelle ne doit guère être favorable au développement de telles entreprises internationales, vu l’état de la situation en Iraq.

4Le second volume propose trois autres « thèmes ». La première section aborde, sous la conduite de Susanne Bickel (Bâle) la « Perception de l’Altérité » dans le cadre des relations entre l’Égypte et le Proche-Orient ancien. R. Angevin propose une étude des rapports entre l’industrie lithique et le « commerce interrégional » entre l’Égypte et le Levant au IVe millénaire, c’est-à-dire un parallèle entre les « grattoirs tabulaires » de la Basse-Égypte et les célèbres « lames cananéennes » du Proche-Orient. Il n’y voit pas les témoins d’un réseau d’échanges. J. Becker revient sur les peintures murales de Tell el-Dabʾa dans leur rapport avec l’iconographie égéenne, un dossier sur lequel la bibliographie est déjà abondante. J. Jungfleisch, à sa suite, aborde le même sujet. A. Massafra revient sur la question de la présence égyptienne en Palestine du Sud à l’aube du Bronze récent, d’après les attestations de céramiques importées à Tell Ajjul. Sur ce site, la céramique égyptienne existe en grande quantité dès le début du Bronze récent, suggérant une forte présence égyptienne. Giulia Tucci s’intéresse aux statues royales et aux stèles égyptiennes retrouvées dans les « bâtiments publics » du sud du Levant. On sait que la durée du dominion égyptien dans cette région est discutée. En effet, les monuments égyptiens existent dès les XXe et XIXe dynasties, en plus grande abondance que ceux datant de la XVIIIe.

5La section suivante porte sur le thème de l’hellénisation et de la romanisation du Proche-Orient face à des traditions proprement orientales, sous le patronage de B. Jacobs (Bâle). Sur ce sujet très vaste, G. Coqueugniot s’intéresse aux traditions orientales par rapport à la culture gréco-romaine à « Europos-Doura » (comme il convient de s’exprimer dorénavant, dit-on) essentiellement à partir de l’analyse de l’Agora de ce site. Dans cette section se succèdent des études sur Beyrouth à l’époque hellénistique (à BEY 144), sur les importations de céramique attique sur la côte levantine à l’époque perse, surtout à Sidon, sur les influences achéménide et grecque en Lycie aux vie-ive s. (à propos de cette étude particulièrement, mais la remarque est générale, on déplorera encore une fois la « qualité » de cartes tirées directement de l’ordinateur et inutilisables telles que reproduites à petite échelle sur le papier), sur la musique dans les cérémonies religieuses du Proche-Orient romanisé, sur la céramique recueillie jadis par la mission Tucci à Qalʾa-ye Sam dans le Seistan iranien, sur la Lycie au ive s., sur la céramique romaine dans le Sud-Est anatolien, ou encore sur la céramique hellénistique en Phrygie… On voit que les sujets sont variés et le rapport exact avec le thème assez lâche.

6Ce volume regroupe ensuite des travaux sous le thème de la « reconstruction des éco-systèmes anciens » (J.-M. Le Tensorer, Bâle) qui veulent s’inscrire à la suite des hypothèses proposées jadis par notre regretté J. Cauvin. Sur les trente études proposées pendant le congrès, six seulement sont ici publiées. Là encore, la variété des sujets abordés est grande : quel impact ont eu des « mega-sites » de Mésopotamie centrale (région d’al Medaʾin), à travers des époques s’étalant sur la longue durée jusqu’au Moyen Âge ? Retour sur la « Syrie aride » à propos des travaux conduits naguère par J. Besançon et B. Geyer (où l’on retrouve des cartes inutilisables) et échos tardifs de vieilles controverses sur la raison profonde de la disparition des sociétés chalcolithiques du Ghassoulien (changement climatique ou évolution de la société ?). Cette section s’achève sur une audacieuse tentative de mettre en relation l’abondance des épingles métalliques dans les tombes de la région de Carchémish avec le développement du textile dans l’économie locale.

7Le volume abrite enfin la traditionnelle « Islamic Session » organisée cette fois par D. Genequand (Genève) avec un papier sur le château du Kharaneh en Jordanie, dont on rapproche le décor de façade d’un monument de Tureng Tepe (Gorgan) fouillé jadis par l’équipe de J. Deshayes et publié par R. Boucharlat et O. Lecomte en 1983 (ce qui nous vaut une référence bibliographique à un « A. Goddard » qu’on suppose être André Godard. On a bien, p. 408, un « Conard II » dans lequel on aura reconnu Conrad II du Saint-Empire… Y a-t-il encore un relecteur chez Harrassowitz ?). Dans ce dernier article encore, une trop grande abondance d’images aboutit à des figures assez catastrophiques. On remarque enfin, par B. S. Laurent et I. Awwad, un intéressant papier sur la « mosquée du viie siècle » du Haram esh-Sharif de Jérusalem dont trois portes de l’enceinte témoignent encore de nos jours. Cette mosquée de Moawiya est sans doute le plus ancien monument musulman de l’esplanade du Temple.

8Le dernier volume, le plus épais de la série, rassemble, sans souci d’un « thème » quelconque, les traditionnels comptes rendus de travaux récents, répartis par pays. On y distingue désormais l’Iraq de l’« Iraq-Kurdistan ». La Syrie fait encore bonne figure, avec neuf articles. La Turquie, en revanche, n’est présente qu’à travers sept articles, l’Iran six, le Levant (Israël et Liban) cinq, la Jordanie six. On notera une section « Ouzbekistan-Turkmenistan-Afghanistan » avec cinq articles, Oman avec trois et enfin un « Azerbaïdjan-Géorgie-Régions du Caucase » avec trois. On ne saurait les énumérer tous ici et chacun y trouvera du grain à moudre. Cette longue série de rapports permet de prendre conscience des terrains où se développe la recherche, en contrepartie de ceux où elle est forcée de stagner, voire de disparaître. On prend ainsi la mesure de la place grandissante du Kurdistan, avec des travaux à Ziyaret Tepe, Qasr Shemamok, la plaine de Rania ou encore Kunara. La Syrie n’est mentionnée qu’à propos de la publication de travaux déjà anciens, interrompus par force (par exemple à Tell Ahmar) ou la publication d’essais de synthèse comme celui de F. Hole sur le moyen Khabur à la fin de l’époque d’Obeid, qui rouvre le vieux dossier d’une possible émigration depuis le sud de la Mésopotamie en s’appuyant sur quelques parallèles (les bols « en cloche », les « clous recourbés », les modèles de bateau), ce qui ne suffit pas à renouveler la question. On notera la présence de nombreux travaux italiens en Turquie, une zone où la France est désormais totalement absente. On relève, au Levant, l’intérêt porté à l’industrie lithique de Tell Arqa (F. Marchand) pour une période, l’âge du Bronze, qui naguère encore, n’attirait guère les préhistoriens. Jadis, la fouille de Larsa en avait donné l’exemple, grâce aux travaux d’É. Coqueugniot. Mais il est parfois difficile d’aborder un domaine éloigné du sien. Il nous paraît dangereux d’écrire, à propos des « outils caractéristiques du Dynastique Archaïque I au début du IIIe millénaire sur des sites comme Larsa » que ce sont des « sites sans occupation antérieure et sans possibilité de pollution par du matériel ancien » (p. 510). Cette remarque est en effet erronée. Il suffit de se rapporter à l’article de M. Lebeau « Note sur les lointaines origines de Larsa », J.-L. Huot et al., Larsa, travaux de 1985, Paris, 1989, p. 17-18, qui fait le point sur la présence de tessons Obeid 2 et Obeid 1 à la surface de ce grand site historique. M. Lebeau concluait : « Nous avons ainsi la preuve d’une implantation contemporaine de l’Obeid 1 au cœur même de la future cité de Larsa (E. Babbar et Ziggourat). Les origines du site peuvent donc remonter au milieu du VIe millénaire »…

9L’Asie centrale commence à recevoir la place qu’elle mérite au sein de l’Ancient Near East. Quelques articles en témoignent. On notera en particulier une très utile mise au point, rédigée en français par nos collègues Cordoba (Madrid) et Mamedov (Ashgabat) sur l’âge du Fer au Dehistan, et en particulier sur les travaux d’O. Lecomte à Geoktchik Depe, où une mission espagnole a repris le flambeau en bénéficiant des archives libéralement communiquées par leur prédécesseur français. J’y vois reprise l’hypothèse d’une sorte de « mausolée », pour tenter d’interpréter le vaste bâtiment dont O. Lecomte avait commencé le dégagement et qui est « la plus grande construction du Dehistan archaïque », qui avait « probablement une fonction religieuse ou funéraire ». En effet, quelle autre hypothèse serait envisageable pour rendre compte de cette étrange construction ? Souhaitons une bonne suite aux travaux espagnols sur ce site prometteur. On notera également un résumé fort utile des énormes travaux effectués naguère à Gonur Depe par V. Sarianidi (décédé en décembre 2013), rédigé par N. Dubova. Sur ce site, peut-être le plus célèbre de la culture BMAC, ce sont plus de 4 400 tombes qui furent dégagées. Les travaux continuent heureusement sur la « colline verte », la capitale probable de l’ancienne Margiane. On remarque également une mise au point bienvenue sur les mines et la métallurgie de Mes Aynak en Afghanistan, qui renouvelle le dossier de la métallurgie antique. Dans le même esprit de reprise de la recherche dans ces zones, on notera la section consacrée aux pays du Caucase, si curieusement absents de nos horizons jusqu’aux décennies récentes. En Azerbaïdjan comme en Géorgie, désormais, les travaux battent son plein, et c’est heureux.

10Enfin, quelques articles disparates, regroupés sous le titre de General Topics, s’intéressent aux problèmes de conservation des sites (à côté, étrangement, d’un papier bizarre sur le char néo-assyrien et d’un autre sur les données astronomiques et leur usage pour l’établissement de la chronologie). On ne sait toujours pas comment « conserver » des ruines de brique crue. Quand on contemple les résultats assez piteux de tentatives diverses de reconstruction, de protection, de « couverture » par des toitures aussi inutiles qu’inesthétiques, on se dit que la bonne vieille méthode du ré-enfouissement, telle qu’on la pratiquait jadis en maugréant, à Larsa, pour se conformer aux règles alors en vigueur en Iraq, avaient, après tout, du bon. Les pillards n’arriveront pas à tout « redécouvrir » !

11Il est imprudent de rendre compte, en quelques lignes de ces 1 817 p. de rapports et d’études. Avec les inconvénients de la formule, ces trois gros pavés permettent au moins, ne serait-ce qu’en les feuilletant, de prendre la mesure du fait que, malgré les circonstances dramatiques qu’on connaît, la recherche en archéologie « orientale » ne semble pas trop faiblir et qu’elle s’ouvre à d’autres champs non moins vastes que ceux qui firent les beaux jours de la discipline durant le siècle dernier, avant les désastres contemporains. Espérons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Huot, « Rolf A. Stucky, Oskar Kaelin, Hans-Peter Mathys (éd.), Proceedings of the 9th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 9-13 June 2014, Basel », Syria, 94 | 2017, 389-391.

Référence électronique

Jean-Louis Huot, « Rolf A. Stucky, Oskar Kaelin, Hans-Peter Mathys (éd.), Proceedings of the 9th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 9-13 June 2014, Basel », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5811

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals