Navigation – Plan du site
Recensions

Edgard Peltenburg (éd.), Tell Jerablus Tahtani, Syria, I: Mortuary Practices at an Early Bronze Age Fort on the Euphrates River

Frank Braemer
p. 394-395
Référence(s) :

Edgard Peltenburg (éd.), Tell Jerablus Tahtani, Syria, I: Mortuary Practices at an Early Bronze Age Fort on the Euphrates River (Levant Supplementary Series 17), Oxford/Philadelphie, Oxbow Books, 2015, 21 x 29,7, 392 p., ISBN : 9781785701436.

Texte intégral

1Les opérations d’archéologie préventive sur l’Euphrate syrien, dans la zone du lac de barrage Tishrin, continuent d’apporter des documents importants et nouveaux pour notre compréhension des systèmes sociaux antiques. Le premier volume de la publication des treize saisons (1992-2004) de la fouille du site de Tell Jerablus Tahtani est un remarquable exemple du genre : analyse minutieuse des données de la fouille par les spécialistes de chaque discipline suivie d’un long développement interprétatif extrêmement convaincant rédigé par le regretté Eddie Peltenburg, directeur du projet, décédé il y a peu.

2Ce premier volume est consacré à l’étude des deux cimetières et de la tombe monumentale qui ont été installés dans deux secteurs du petit tell (2,7 ha, 16 m de hauteur) situé en rive droite de l’Euphrate, à 5 km au sud de la métropole régionale de Carchemish. L’élévation du tell a pour origine majeure la construction, à la fin du premier quart du IIIe millénaire, d’une forteresse sur un tertre constitué par un village groupé de la fin du IVe millénaire, qui a remplacé une agglomération extensive (env. 12 ha) de la période Uruk (LC3) du début du IVe millénaire. L’étude de la forteresse et de l’habitat fera l’objet du second volume de la publication.

3La présentation du cadre régional par T. J. Wilkinson, appuyée sur les données de terrain obtenues par le Land of Carchemish Survey (2006-2010), montre que le site est représentatif des installations du IIIe millénaire par sa taille — la région est caractérisée alors par un habitat dispersé en nombreux petits villages de 1 à 3 ha — et sa fonction de forteresse sur un point de contrôle de traversée de l’Euphrate qu’il faut associer en rive gauche au site jumeau de Tell Shiukh Fawqani — l’existence de paires de sites en ces points stratégiques ayant été reconnue de longue date. Une étude anthracologique de la végétation ancienne (K. Deckers) complète cette présentation.

4L’établissement de la chronologie absolue de l’occupation du site (E. Peltenburg et D. Hamilton) est fondé sur une analyse bayésienne de 28 dates radiocarbone et intégrée dans le système de référence régional (Middle Euphrates Valley) construit par le projet supra-régional ARCANE. L’occupation du Bronze ancien couvre la totalité du IIIe millénaire, elle fut suivie par quelques tombes de l’âge du Fer et une brève occupation romaine.

5Le cimetière de la fin du IIIe millénaire (51 des 71 tombes retrouvées sur le site) est réparti en deux secteurs. L’un intra muros, au nord, regroupe essentiellement (60 %) des tombes d’enfants de moins de 5 ans contemporaines de l’habitat du site, l’autre extra muros, au sud, est associé à la présence d’une tombe monumentale (t. 302) installée sur une terrasse extérieure au mur d’enceinte. Le dromos de la tombe débouche sur la voie conduisant à la porte principale de la forteresse. Le cimetière Sud-Est est, pour une large part, postérieur à l’abandon de la forteresse et de l’habitat, montrant que le tell est resté un lieu de mémoire collective. La tombe collective monumentale (15 x 10 m) est une construction en encorbellement à dromos recouverte d’un tumulus. Les autres tombes ont des formes variées (fosses, vases cassés ou entiers, pithoi, cistes de grandes dalles). La plupart sont des sépultures primaires, mais quelques enterrements secondaires sont peut-être identifiables dans des tombes à chambre ou à ciste.

6La synthèse des informations (E. Peltenburg) montre que les tombes individuelles ont reçu des offrandes de valeurs comparables, pauvres en objets exotiques, à l’exception de deux tombes qui doivent être associées à la t. 302. Cette dernière est un véritable monument, visible et mis en évidence à la porte de la forteresse ; il est conçu pour être un lieu d’interactions sociales sur la durée, entretenant une mémoire collective de l’enterrement sur une période relativement longue de 18 à 30 individus accompagnés de 390 vases, 32 objets métalliques et 19 autres objets. Les rites funéraires incluent des repas et le nombre important de calices (du type « coupe à champagne ») laisse entrevoir l’usage de boisson alcoolisées. À la suite de ce premier usage, on perçoit quelques enterrements ponctuels suivis de l’écroulement de la structure, la zone devenant une décharge. Une deuxième phase d’usage du monument est caractérisée par le dépôt d’objets (215 vases, 45 objets métalliques et 15 autres objets) qui doivent être interprétés comme des signes de commémorations accompagnés de dépôts d’objets métalliques. En effet, des piles d’ossements disposés le long des murs démontrent la présence de pratiques contrôlées de réduction de sépulture. Les individus déposés correspondent à une distribution normale d’âge ce qui peut être interprété comme indice d’un usage collectif de la sépulture par les membres d’un lignage, plutôt que par un groupe d’âge tel celui des anciens d’une communauté. Le plan de l’édifice bâti en pierres disposées en encorbellement est proche de celui des temples in antis caractéristiques de cette période. Le dépôt en masse d’objets métalliques peut également avoir pour fonction la mise à l’écart des réseaux d’échanges de quantités importantes de valeurs métalliques, forme de régulation du « marché », le tout dans un cadre de dons somptuaires dans un lieu attaché au lignage (G. Philip). E. Peltenburg intègre ensuite cette sépulture monumentale dans une étude de l’ensemble des 12 grandes tombes monumentales connues dans la zone de l’Euphrate à la même période, de Gre Virike à Rumeilah. Il les rattache à des usages connus par les textes d’Ebla, en particulier celui de l’enterrement des rois en dehors de la ville. Il associe ainsi ces usages à la présence de lignages dominants dans les grandes cités de la deuxième moitié du IIIe millénaire, lignages qui rattachent par ces pratiques leur origine à des villages. Ainsi il va jusqu’à suggérer, à la suite d’une analyse très stimulante, que Jerablus Tahtani pourrait être le village d’origine de la lignée des rois de la cité voisine de Carchemish.

7La description et le catalogue détaillé (collectif) des tombes et de leur contenu sont suivis par une étude anthropologique des 102 individus dont 72 juvéniles (âge, pathologies), et chimique (isotopes stables) des ossements (D. A. Lunt, Z. Parras, C. Pickard, M. E. Watt), de la céramique (D. Bolger, E. Peltenburg), des objets métalliques principalement de la t. 302 (G. Philip), des bijoux (reconstitution de bijoux complexes) et des figurines (K. Eremin, A. Jackson, C. McCartney), des restes animaux dont des offrandes de pigeons dans la t. 302 (P. Croft), des macrorestes végétaux — ceux de la tombe monumentale ne montrent aucune spécificité — (S. Colledge, C. Stevens) et des mollusques (J. Ridout-Sharpe).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Braemer, « Edgard Peltenburg (éd.), Tell Jerablus Tahtani, Syria, I: Mortuary Practices at an Early Bronze Age Fort on the Euphrates River », Syria, 94 | 2017, 394-395.

Référence électronique

Frank Braemer, « Edgard Peltenburg (éd.), Tell Jerablus Tahtani, Syria, I: Mortuary Practices at an Early Bronze Age Fort on the Euphrates River », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5820

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals