Navigation – Plan du site
Recensions

Shai Gordin, Hittite Scribal Circles. Scholarly Tradition and Writing Habits

Alice Mouton
p. 396-397
Référence(s) :

Shai Gordin, Hittite Scribal Circles. Scholarly Tradition and Writing Habits (Studien zu den Boğazköy-Texten 59), Wiesbaden, Harrassowitz, 2015, 17 x 24, xxi + 461 p., ISBN : 978-3-447-10526-2.

Texte intégral

1Cet ouvrage est une version remaniée de la thèse de doctorat soutenue par l’auteur à l’Université de Berlin en 2012. Il s’ouvre sur une longue introduction (p. 1-50) qui place la problématique de l’auteur, à savoir l’étude du profil et des pratiques des scribes hittites, dans le contexte proche-oriental ancien. L’auteur y justifie également le choix de son corpus de textes : il s’est concentré sur les tablettes cunéiformes hittites sur lesquelles les scribes ont indiqué leur nom, leur généalogie et/ou leur appartenance à un cercle scribal, ce qui est surtout le cas pour les tablettes datant du xiiie s. av. J.-C. Le deuxième volet de l’ouvrage (p. 51-94) fournit la liste des noms de scribes inscrits sur les tablettes hittites, offre une synthèse sur la notion de « genres littéraires » et définit les critères d’identification des mains de scribes en tenant compte de la paléographie. Le troisième chapitre (p. 95-122) aborde, entre autres thèmes, l’appartenance des noms de scribes aux différentes langues du pays de Hatti (hittite, louvite, hourrite principalement), mais fournit aussi des réflexions sur les tablettes-catalogues en tant que témoins de l’activité scribale. Le quatrième volet (p. 123-145) examine le système hiérarchique des scribes hittites, alors que le cinquième est une étude prosopographique (p. 147-240) et le sixième un examen de plusieurs mains de scribes (p. 241-347). Enfin, le septième chapitre rassemble les réflexions de l’auteur sur la formation des écoles scribales hittites et, notamment, de la première école scribale attestée (p. 349-356). Il revient également sur les principaux résultats obtenus par son étude.

2Les remarques générales que l’auteur formule dans son introduction sur les formats des tablettes hittites sont utiles, bien qu’à cette occasion l’utilisation de l’expression « venerated votive objects » (p. 26) soit quelque peu malheureuse : un objet votif n’est pas « vénéré », il est simplement déposé en offrande devant la représentation de la divinité vénérée. Mise à part cette maladresse tout à fait anecdotique pour son propos, l’auteur met en évidence de nombreux aspects intéressants du formatage des tablettes hittites. Il remarque, notamment, la présence d’un signe cunéiforme plus grand que les autres au début d’un colophon, qui équivaudrait, selon lui, à une majuscule (p. 32). Concernant l’implication de scribes dans des cérémonies religieuses, outre l’exemple relevé par Sh. Gordin (p. 38), on pourra mentionner les nombreuses allusions à la présence de ces personnages lors de fêtes cultuelles (voir A. Mouton & C. Roche, « La polyvalence des scribes d’Anatolie hittite et d’Ougarit », in C. Roche-Hawley & R. Hawley (éd.), Devins et lettrés dans l’orbite de Babylone (Orient & Méditerranée archéologie 16), Paris, De Boccard, 2015, p. 191-204 et plus particulièrement p. 198-200). Dans cette introduction, les réflexions de l’auteur sur les colophons, qui forment le cœur de son étude, sont particulièrement intéressantes, même si l’on pourrait déplorer l’absence, ici et là, de translittérations dans les citations, alors qu’elles apparaissent pour d’autres passages : voir par exemple p. 43, où la première citation est donnée en translittération et traduction, mais la deuxième seulement en traduction. Ce phénomène se répète, malheureusement, à plusieurs endroits du livre, ce qui handicape le lecteur qui souhaiterait vérifier la translittération des passages cités. Concernant le rituel du fleuve de Tunnawi(ya), l’auteur indique (p. 43) : « It is interesting that this ritual of Tunnawiya is known by two titles (‘ritual for impurity’ and ‘ritual of the river’). This raises the possibility that it was known in two different traditions ». Cette suggestion semble contredire ce que le texte même indique : nu=za apāš antuhšaš naššu LÚ-aš našma MUNUS-za papranaš SÍSKUR kiššan šipanti ŠA I7=at=za SÍSKUR halziššanzi nu kī SÍSKUR 1-EN=pat « Cette personne-là, (qu’elle soit) homme ou femme, fait ce rituel sacrificiel de l’impureté. On l’appelle le rituel du fleuve. Ce rituel (est) un seul et même (rituel). » Contrairement à ce que suggère l’auteur dans sa traduction (p. 44), le texte n’indique pas que « certains appellent [le] rituel » d’une manière et d’autres d’une autre manière (il traduit : « Some call it the ritual of the river, but this ritual is one and the same. »). En réalité, le texte semble plutôt indiquer qu’il s’agit d’une seule et même tradition rituelle, même si le rituel peut être appelé de deux façons distinctes.

3Dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’auteur énumère sous la forme de tableaux le nom des scribes apparaissant dans les colophons des tablettes hittites, en indiquant le genre littéraire de chacun de ces documents. À ce propos, Gordin s’interroge plus en détail sur la notion même de genre littéraire dans le corps de textes hittites. Il résume les travaux précédemment publiés sur le concept de « littérature » et, notamment, sur le système de classification proposé par Theo van den Hout, système consistant à distinguer les unica, c’est-à-dire les textes dénués de duplicats, des manuscrits recopiés en plusieurs exemplaires. Tout comme le terme technique « ductus » (dont la définition fluctue d’un auteur à l’autre ; à la p. 83, l’auteur a, à ce propos, une approche un peu dogmatique qui balaie trop rapidement les interprétations alternatives sans chercher à justifier son propre choix), le sens de l’expression « littérature hittite » varie grandement selon les chercheurs, et un consensus n’a pas encore été trouvé. Tout comme Gordin (p. 76-77), je ne suis pas particulièrement convaincue par la pertinence de la distinction faite par certains chercheurs entre « textes descriptifs » et « textes prescriptifs », car ces deux catégories ne sont pas hermétiques l’une vis-à-vis de l’autre.

4Dans son troisième chapitre, l’auteur revient notamment sur son interprétation de la présence du signe SCRIBA sur de nombreux sceaux de dignitaires hittites de l’époque impériale (p. 106). Pour lui, ce signe n’indique pas forcément l’appartenance de ces dignitaires à la caste des scribes, mais seulement leur capacité à lire et écrire. Il reconnaît toutefois par la suite la possibilité, pour plusieurs membres de l’élite sociale, de cumuler la fonction de scribe avec une autre (p. 137). Les réflexions de Gordin sur la formulation inhabituelle de deux colophons dus à des scribes de nom hourrite sont également intéressantes (p. 109-110). Le fait que cette formulation même reflète la tradition scribale dont ces deux scribes seraient issus paraît assez convaincant. L’auteur remarque que les scribes indiquent généralement leur nom sur des manuscrits dont le contenu est dupliqué sur d’autres tablettes (p. 111), en d’autres termes sur des textes appelés « littéraires » par certains. La fonction des tablettes-catalogues envisagée par Gordin (p. 117), à savoir leur statut d’inventaires de manuscrits déplacés d’une collection à une autre, paraît plausible. L’auteur remarque que les « signatures » de scribes, pour reprendre son expression, sont beaucoup plus nombreuses sur les manuscrits de l’époque impériale que sur ceux datant des époques antérieures. Il en déduit un besoin croissant pour les scribes de s’identifier à un cercle en particulier (p. 120-121). Cependant, il omet, dans sa démonstration, de rappeler la nette supériorité en nombre des tablettes de l’époque impériale sur celles de l’Ancien Royaume, ce qui pourrait, en partie, expliquer la quantité plus importante de noms de scribes dans ce premier groupe.

5Dans sa cinquième partie traitant des rangs hiérarchiques des scribes hittites, Gordin suggère que les textes signés par des « apprentis » GÁB.ZU.ZU pourraient être des exercices donnés par leur professeur pendant une phase d’approfondissement de leur apprentissage (p. 131). La première phase de l’apprentissage se ferait en famille, la fonction de scribe se transmettant souvent de père en fils. Le sixième volet met en évidence la composition des deux principaux cercles de scribes pendant le règne de Hattušili III et une partie de celui de Tudhaliya IV, à savoir les cercles concurrents de Walwa-ziti et d’Anuwanza. L’auteur met à nouveau en évidence la prédominance des textes de fêtes cultuelles et de rituels parmi les textes « signés » par les scribes. Pour lui, cela s’expliquerait par la double utilisation de ces textes comme aide-mémoire pour experts rituels et cultuels et comme supports pédagogiques (p. 238). Par la suite, Gordin montre en détail des « mains de scribes », en d’autres termes, les spécificités graphiques de scribes appartenant aux deux grands cercles mentionnés, mais aussi au cercle de Ziti (II), l’un des successeurs d’Anuwanza. Pour l’auteur (p. 353), les signes archaïsants apparaissant ici et là dans les colophons seraient la marque de fabrique de scribes héritiers d’une longue et prestigieuse lignée.

6Les remarques de Gordin sur les premières apparitions de « signatures » de scribes (p. 350) semblent corroborer les théories actuelles d’une formation plus tardive qu’initialement pensé de la première « école » scribale hittite, à savoir dans les environs du règne de Telepinu. Revenant sur les deux grandes écoles scribales concurrentes du temps de Hattušili III, à savoir celle de Walwa-ziti et d’Anuwanza, l’auteur fait de manière indirecte une suggestion intéressante : le père de Walwa-ziti, le grand scribe Mittanamuwa, serait originaire du Mittani et responsable de l’introduction de formes alternatives de signes cunéiformes à Hattuša. Cette introduction et adoption progressive de formes différentes expliqueraient, selon Gordin, l’apparition de l’écriture dite « New Script » (p. 351 et 354), pendant que l’école d’Anuwanza et celles en dérivant directement, à savoir les cercles de Ziti II et d’Angulli seraient plus conservatrices et revendiqueraient l’héritage de la première école de Hattuša, comme l’expression « tablette de Hattuša » récurrente sur leurs colophons le suggérerait.

7Ainsi, Gordin nous offre une chronique vivante et détaillée de la vie des cercles scribaux de la Hattuša de l’époque impériale, et il doit être félicité pour cette enquête fouillée et passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Mouton, « Shai Gordin, Hittite Scribal Circles. Scholarly Tradition and Writing Habits », Syria, 94 | 2017, 396-397.

Référence électronique

Alice Mouton, « Shai Gordin, Hittite Scribal Circles. Scholarly Tradition and Writing Habits », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5822

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals