Navigation – Plan du site
Recensions

Alessandro de Maigret & Christian Julien Robin (dir.), Tamnaʿ (Yémen). Les fouilles italo-françaises. Rapport final

Jean-François Breton
p. 404-405
Référence(s) :

Alessandro de Maigret & Christian Julien Robin (dir.), Tamnaʿ (Yémen). Les fouilles italo-françaises. Rapport final (Orient & Méditerranée. Archéologie 20), Paris, de Boccard, 2016, 21 x 29, 636 p., 680 ill. dont 19 coul. et 2 cartes, ISBN : 978-2-7018-0441-5.

Texte intégral

1En 1999, une mission franco-italienne entreprenait la fouille de Tamnaʿ, la capitale de l’antique royaume de Qataban, en Arabie du Sud, et cinq campagnes de fouille furent effectuées jusqu’en 2005, sous la direction d’Alessandro de Maigret et de Christian Robin.

2La mission entreprit tout d’abord des recherches complémentaires sur le bâtiment dit « TT1 » (Tamna Temple 1) et la nécropole voisine de Hayd bin ʿAqīl, partiellement fouillés par l’American Foundation for the Study of Man en 1950 et 1951, sous la direction de William F. Albright, puis des fouilles exhaustives d’édifices nouveaux, le « Temple d’Athirat » et la « Place du marché ». Le présent volume rend compte des seuls trois premiers chantiers, la « Place du marché » devant faire l’objet d’une publication ultérieure.

3En première partie, C. Robin, dressant un minutieux tableau chronologique des rois de Qataban, évoque la dernière mention d’un roi de Qataban entre 160 et 190, et fixe entre 200 et 210 le partage du royaume entre Hadhramawt et Radmān. La fin de Qataban se situerait entre 160 et 205. Les raisons s’inscriraient dans le contexte général du déclin de certaines oasis du piémont intérieur du Yémen, de la récession du commerce caravanier et de l’essor de puissances voisines.

4En deuxième partie, A. de Maigret publie l’essentiel de la fouille du temple de Yashhal, bâtiment imposant de 19,40 x 22,70 m, édifié au ive s. av. J.-C. et abandonné au iie s. apr. J.-C. Ce sanctuaire a livré pas moins d’une centaine d’inscriptions très fragmentaires publiées par M. Arbach (p. 259-281). La prédominance des dédicaces faites à Athirat donne à penser que ce bâtiment est un sanctuaire dédié à cette déesse, mais d’autres divinités y sont aussi attestées : ʿAthtar et Warakh ainsi que les filles de Īl. A. de Maigret expose ensuite très (voire trop) brièvement une séquence chronologique de Tamnaʿ entre le ixe s. av. J.-C. et la première moitié du iie s. apr. J.-C. (p. 200-204).

5La troisième partie fait état des compléments de fouille du bâtiment dénommé TT1 (Tamna Temple 1) par la mission américaine dont la nature demeure encore incertaine : temple ou résidence royale ? Depuis 1950, date de la fouille, ce débat agite les savants et les compléments de 2005 ne permettent guère de trancher définitivement. L’architecte Romolo Loreto restitue, lui, un bâtiment à étages plus proche d’un palais que d’un sanctuaire. Le matériel recueilli en 2005 est brièvement exposé (contribution de R. Loreto, p. 315-323), et on pourrait regretter que les cahiers de fouille de J.-L. Swauger, l’archéologue en charge de la fouille en 1950, pourtant disponibles, n’aient pas été utilisés ; tout le matériel de TT1 aurait ainsi pu être regroupé et exploité. La question de la datation de cet édifice ne cesse de poser problème : viie s. av. J.-C. ou seulement ive s. av. J.-C. ? La datation haute, attribuée à G. van Beek (« Recovering the Ancient Civilization of Arabia », Biblical Archaeologist 1952-1, p. 12-13) l’inscrirait dans une série de résidences attestées de Sirwāh à Yeha (Tigray). Quant à la datation basse, elle serait le résultat d’un sondage effectué dans l’une des pièces proches de la cour centrale (room L11-L12) publié par Vittoria Buffa (p. 325-339). Pour trancher, il aurait fallu sans doute aussi entreprendre d’autres sondages contre le puissant soubassement de cet édifice, haut de 10,30 m.

6La quatrième partie est consacrée à la nécropole de Hayd bin ʿAqīl, aménagée sur un piton rocheux dominant la ville et partiellement fouillée par A. M. Honeyman et R. A. Shalkop et publiée par R. L. Cleveland (« An Ancient South Arabian Necropolis. Objects from the Second Campaign (1951) in the Timnaʾ Cemetery », Baltimore, 1965). Les huit tombes nouvellement dégagées par S. Antonini (numérotées T1 à T8) sont organisées de façon similaire : un petit édifice à couloir central ouvrant de part et d’autre sur des loculi superposés sur deux ou trois niveaux, séparés par des plaques de schiste noir. Ces sépultures, s’échelonnant entre le iie s. av. J.-C. et la première moitié du ier s. apr. J.-C. et pillées au cours des âges, ont fourni un matériel relativement peu abondant (stèles funéraires, autels à encens, vases miniature, flacons à parfums, etc.). Les dédicaces démontrent que les grandes familles de Tamnaʿ possédaient leur propre tombe ; ainsi la tombe 1 regroupait les membres de la famille Dhrʾn, qui possédaient plusieurs maisons dans la capitale (contribution de A. Agostini, p. 428-442).

7Curieusement, la cinquième partie analyse la céramique des maisons autour de la place du marché sans liaison avec leur architecture. L’étude de S. Antonini et de V. Buffa (p. 445-482), très détaillée et abondamment illustrée, servira de référence pour la céramique d’autres sites.

8Présentée comme « la première ville antique du Yémen où une fouille extensive a été entreprise », Tamnaʿ s’inscrit en fait dans la lignée des grands chantiers de fouille des capitales sudarabiques, Shabwa (dès 1975), Mārib (dès 1985) et Sirwāh (dès 1991). On s’en tiendra à quelques brèves comparaisons avec Shabwa. Tout d’abord, il semble que la période d’occupation de Tamnaʿ, du ixe s. av. J.-C. au iie s. apr. J.-C., soit plus brève que celle de la ville de Shabwa. Celle-ci montre un habitat en brique crue « urbanisé » entre le xiie et le xie s. av. J.-C. tandis que le palais royal n’aurait été détruit qu’aux ive-ve s. Tamnaʿ, avec ses quelques 1 850 m de pourtour et sa superficie intérieure d’une vingtaine d’hectares, est une métropole à peine plus étendue que Shabwa (1 500 m de rempart intérieur et une superficie intra-muros de 18 ha environ avec l’extension d’al-Hajar).

9Son système défensif, fait de maisons juxtaposées, et percé de quatre portes (notamment une au sud munie d’un glacis convexe fouillée en 1950, et une au nord-ouest avec ses piliers de pierre inscrits), diffère du mur continu à saillants de nombreuses villes. Il est toutefois à regretter que cet ensemble relativement bien conservé n’ait pas retenu l’attention des archéologues italiens, tout comme la « ville basse » ou le « quartier extra-muros », au sud de la ville, datés au moins du ive s. av. J.-C. (voir J.-F. Breton, « Quelques dates pour l’archéologie sudarabique », Arabia Antiqua, 1996, p. 107-108).

10Les données publiées ici par la mission italienne enrichissent considérablement notre vision de l’architecture religieuse et funéraire de l’Arabie du Sud, et complètent les recherches inégalement publiées — il est vrai — de la mission américaine. Du point de vue historique, l’apport le plus notable concerne la période finale jusqu’à l’abandon de Tamnaʿ, peu après le milieu du iie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Breton, « Alessandro de Maigret & Christian Julien Robin (dir.), Tamnaʿ (Yémen). Les fouilles italo-françaises. Rapport final », Syria, 94 | 2017, 404-405.

Référence électronique

Jean-François Breton, « Alessandro de Maigret & Christian Julien Robin (dir.), Tamnaʿ (Yémen). Les fouilles italo-françaises. Rapport final », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5835

Haut de page

Auteur

Jean-François Breton

UMR 7041, ArsCAN, maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals