Navigation – Plan du site
Recensions

Christian Marek, In the Land of a Thousand Gods. A History of Asia Minor in the Ancient World

Maurice Sartre
p. 405-406
Référence(s) :

Christian Marek, In the Land of a Thousand Gods. A History of Asia Minor in the Ancient World, in collab. with Peter Frei, transl. by Steven Rendall, Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2016, 15 x 23, 824 p., 105 fig. n/b. 4 dessins au trait, 23 tabl., 23 cartes, ISBN : 978-0-691-15979-9.

Texte intégral

1La parution d’une édition en anglais du maître livre que Christian Marek publia en 2010 en allemand (Geschichte Kleinasiens in der Antike, Munich, C. H. Beck) donnera sans aucun doute à cette somme magistrale l’audience qu’elle mérite, et cela bien au-delà du monde anglophone. Maître reconnu, avec quelques autres, des études classiques sur l’Anatolie et l’Asie Mineure, Christian Marek réussit un tour de force qui laisse admiratif : retracer l’histoire de la péninsule anatolienne depuis la Préhistoire (le premier chapitre couvre modestement la période « ca. 2000000-10000 av. notre ère », ce qui laisse évidemment rêveur) jusqu’à la fin de l’Antiquité, considérée ici correspondre au triomphe du christianisme au temps de Constantin. On pourrait évidemment discuter ce choix final, car les Pères Cappadociens et les évêques des ve et vie s. n’appartiennent pas moins à la culture classique que ceux qui les ont précédés mais, puisqu’il fallait trouver un point d’arrêt, celui-ci en valait bien un autre.

2La plus occidentale des terres de l’Est et la plus orientale des terres de l’Occident, comme la définit Marek, n’est pas seulement un lieu de passage, un pont entre les continents (notion d’ailleurs arbitraire même si elle s’impose dès l’Antiquité), mais surtout un formidable creuset où se mêlent les peuples et les cultures. Marek passe assez vite sur les périodes les plus anciennes, mais on en retiendra en particulier combien le Sud-Est anatolien (et le nord de la Syrie) joue une rôle capital dans l’élaboration du passage au néolithique ; les enseignements de Göbekli Tepe et de quelques sites voisins ont renouvelé de fond en comble la manière d’envisager les origines de l’architecture monumentale, de la symbolique des signes et du rayonnement d’un sanctuaire collectif. Plus détaillé au fur et à mesure que l’on s’approche de l’époque gréco-romaine, l’ouvrage de Marek brosse un tableau très séduisant des cultures de l’Anatolie entre l’âge du Bronze et la fin de l’époque achéménide, mettant notamment en valeur à la fois la variété des peuples et la capacité de chacun à emprunter à d’autres ce qui lui convient.

3Le morceau de résistance est constitué par l’époque gréco-romaine qui occupe les deux tiers du texte, sans compter les tableaux et autres annexes diverses. L’époque hellénistique occupe un chapitre unique où Marek regroupe à la fois les aspects politiques de type événementiel — ce qui n’est pas une mince affaire quand on connaît la complexité des relations entre royaumes ou entre royaumes et cités — et ce qui relève de la culture au sens le plus large. Adoptant un plan qui combine à la fois la chronologie et la géographie, Marek a le souci de ne pas négliger les royaumes hellénisés de l’intérieur, Cappadoce, Pont, Paphlagonie ou Commagène, qui occupent donc une place de choix. Mais dans le même temps, refusant de consacrer des développements séparés aux aspects culturels, Marek mêle habilement histoire politique au sens strict et descriptions du fonctionnement des cités et des royaumes, aussi bien que les aspects économiques et sociaux marquants. Cette imbrication des divers champs de l’exposé pourrait conduire à la confusion ; or c’est exactement le contraire qui se produit : tout en restant parfaitement clair dans son exposé principal, Marek introduit ainsi des exemples concrets qui illustrent son propos et donnent vie à ce qui pourrait n’être qu’un exposé théorique. Dans ces conditions, on lit sans aucune lassitude le détail d’une histoire aux multiples méandres.

4Les trois chapitres suivants (vii à ix), plus fouillés encore, sont consacrés à l’époque impériale, et Marek y adopte une structure plus classique : un premier chapitre brosse la vie des provinces depuis leur création jusqu’à Aurélien, le suivant examine tous les problèmes relatifs à l’administration romaine en Anatolie sous le Principat, le dernier enfin regroupe les développements sur l’économie, la société et la culture à la même époque. Si la structure est classique, on se doit de souligner combien Marek fournit, sur chaque point, une synthèse parfaitement à jour, tenant compte des découvertes les plus récentes. D’une bibliographie immense, il a su extraire le plus pertinent, et l’on retrouve là les qualités soulignées plus haut, la caractère vivant, concret, des descriptions. Il est vrai que l’abondance des inscriptions, témoins de la vie quotidienne sans les déformations des élaborations littéraires, aide grandement à brosser ce tableau, et Marek connaît à merveille le corpus épigraphique des provinces anatoliennes.

5Comme toute synthèse de grande ampleur, celle-ci pourra susciter la critique sur tel ou tel point de détail, mais elle reste un instrument de travail extrêmement sûr et bien informé, ce qu’il existe de mieux en ce domaine. De plus, une bibliographie classée, des annexes, et surtout des index très détaillés facilitent la recherche. Car, si l’on prend plaisir à une lecture en continu, c’est aussi et surtout un ouvrage de référence qui ne quittera guère la table de ceux qui travaillent sur l’Asie Mineure. Les spécialistes de la Syrie gréco-romaine auraient tout à gagner à fréquenter assidûment cette somme qui les aidera sans aucun doute à mieux comprendre comment fonctionnent les provinces hellénophones de l’Empire et à prendre la mesure à la fois des similitudes et des différences entre des provinces voisines. Sans compter qu’une partie de la Syrie antique est aujourd’hui située en Turquie, et que Syrie et Anatolie ne sont pas des mondes séparés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sartre, « Christian Marek, In the Land of a Thousand Gods. A History of Asia Minor in the Ancient World », Syria, 94 | 2017, 405-406.

Référence électronique

Maurice Sartre, « Christian Marek, In the Land of a Thousand Gods. A History of Asia Minor in the Ancient World », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5839

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals