Navigation – Plan du site
Recensions

Jørgen Christian Meyer, Eivind Heldaas Seland & Nils Anfinset (éd.), Palmyrena: City, Hinterland and Caravan Trade between Orient and Occident. Proceedings of the Conference held in Athens, December 1-3, 2012

Maurice Sartre
p. 412-415
Référence(s) :

Jørgen Christian Meyer, Eivind Heldaas Seland & Nils Anfinset (éd.), Palmyrena: City, Hinterland and Caravan Trade between Orient and Occident. Proceedings of the Conference held in Athens, December 1-3, 2012, Oxford, Archeopress, 2016, 20,3 x 28,6, vi + 184 p., 74 pl. en coul., ISBN : 9781784912796.

Texte intégral

1Les actes de ce colloque, tenu sous les auspices de l’Université de Bergen et les chercheurs norvégiens impliqués dans la recherche en Palmyrène, rassemblent seize communications dont aucune ne peut laisser indifférent. Le seul lien entre elles est leur rapport à Palmyre et à la Palmyrène, mais cela suffit à donner à l’ensemble une forte cohérence.

2Kristina J. Hesse, « Palmyra, Pastoral Nomads, and the City-State Kings in the Old Babylonian Period: Interaction in a Semi-Arid Syrian Landscape », s’intéresse aux relations des nomades, notamment Sutéens, avec les États du moyen Euphrate et avec Palmyre. Grâce aux riches archives de Mari, elle montre combien ces nomades sont utilisés pour escorter des caravanes officielles (par exemple des ambassadeurs), ou fournir aux sédentaires certains biens alors même que d’autres textes les dénoncent comme de redoutables pillards depuis leur refuge du Jebel Bishri, que les voyageurs évitent soigneusement. Il ressort accessoirement de la documentation que Tadmor/Palmyre se situe hors du royaume de Mari, bien que la ville serve d’étape pour les convois envoyés vers l’ouest.

3Michael Sommer, « The Venice of Sands: Palmyrene Trade Revisited », entreprend de réviser certaines analyses sur le fonctionnement de la société et de la cité palmyréniennes quitte, parfois, à déformer quelque peu les propositions de ses devanciers. Il estime, avec raison, que les inscriptions caravanières de Palmyre nous renseignent peu sur la place réelle des riches Palmyréniens dans leur organisation. Opposant les propositions d’Ernest Will (auquel le titre fait évidemment référence) et de Gary Young, il considère que l’hypothèse du premier relative à des riches qui seraient essentiellement des « protecteurs de caravanes » ne peut être conservée telle quelle. Pour lui, bien loin d’être un groupe de notables (allusion directe au titre du livre de Jean-Baptiste Yon), voués au loisir et satisfaits de leur rôle d’évergètes, les riches Palmyréniens constituent au contraire une classe de guerriers, qui contrôle de fait les routes du commerce et assure donc la sécurité des caravanes. Ce qui ne me semble pas contradictoire avec les descriptions de ses prédécesseurs. De même, il consacre une page à remettre en cause ce que l’auteur de ces lignes a écrit il y a plus de 20 ans dans un article intitulé « Palmyre, cité grecque ? ». Il veut bien concéder que l’étude du vocabulaire des institutions semble me donner raison, mais c’est pour aussitôt douter que les mots désignent à Palmyre les mêmes institutions que dans une cité grecque classique. Sommer fait preuve ici d’une rigidité d’analyse qui est précisément ce qu’il reproche à ses prédécesseurs : qui a jamais dit que Palmyre fonctionnait comme Athènes classique ou même comme Ephèse impériale ? Lorsque j’écrivais cet article en 1996, le titre provocateur (ce qui n’a pas échappé à Sommer) visait à attirer l’attention des spécialistes de Palmyre sur le fait que ce qu’ils considéraient comme des étrangetés (parfois sans les comprendre, comme le grammateus entendu comme un scribe de tradition orientale) existaient dans toutes les cités de la partie orientale de l’Empire. Cela ne signifiait pas que toutes fonctionnaient à l’identique, de la même manière que l’on trouverait maintes différences entre les cités de Gaule, d’Espagne ou d’Afrique par rapport à celles d’Italie. Cela n’entamait en rien le caractère original et propre à Palmyre de son organisation sociale, de sa culture, de ses cultes, etc. Car, contrairement à ce que semble croire Sommer, je ne crois pas que la clef d’analyse des sociétés de la Syrie gréco-romaine soit dans une sorte d’opposition entre ce qui est gréco-romain et ce qui est « sémitique » (pour faire court) mais bien dans une constante adaptation des sociétés locales aux innovations qu’elles empruntent, en matière institutionnelle comme en matière culturelle. Enfin, pour clore sur ce point, il est plutôt hasardeux de tirer prétexte de l’ascension d’Odainath pour dénier à Palmyre le statut de polis : on ne lui connaît aucun titre municipal ou local, et la nature de son pouvoir est bien plutôt provinciale. D’ailleurs les institutions attestées de la colonie romaine de Palmyre fonctionnent sous Odainath comme au temps de Zénobie, preuve que l’ascension d’un notable palmyrénien — par ailleurs sénateur romain — n’a aucune incidence sur le mode de fonctionnement de sa cité d’origine.

4La communication de Michał Gawlikowski, « Trade across Frontiers: Foreign relations of a Caravan city », ébranle bien des certitudes. Partant d’une célèbre inscription constamment utilisée pour mentionner l’existence de marchands grecs et palmyréniens de Séleucie du Tigre parmi les premiers donateurs en faveur du nouveau temple de Bel, il montre que la mention de marchands ne figure pas dans le texte, et que ce que l’on interprète comme Séleucie renvoie probablement à tout autre chose, Karkha di bet-Selokh, la moderne Kirkouk. De fil en aiguille, il remet aussi en cause le rôle de Babylone comme comptoir palmyrénien et montre que l’on a tiré trop hâtivement des conclusions « économiques » de textes qui n’ont peut-être aucun rapport avec cette activité. Le rôle des Palmyréniens dans le commerce avec la Mésopotamie n’est pas en cause, mais ils sont bien plus présents à Vologésias et surtout à Spasinou Charax qu’ailleurs. Vers l’ouest, il remet également en cause l’idée d’un commerce palmyrénien qui atteindrait la Méditerranée via la « trouée de Homs » (mais vers quel port ?) et se demande si les marchandises qui transitent par Palmyre ne sont pas plutôt destinées pour l’essentiel au marché syrien. Hypothèse qui remet en cause bien des idées reçues, mais lucidité bien venue et qui rappelle à chacun la minceur des sources.

5Marta Żuchowska, « Palmyra and the Chinese Silk Trade », présente une très utile mise au point sur les relations entre Rome et la Chine. On en retiendra notamment l’idée que ni Chinois ni Romains ne se connaissent directement et que les textes chinois contemporains témoignent d’une grande méconnaissance des provenances réelles des produits. Par ailleurs, un produit comme la soie, dont la présence n’est pas niable (par exemple dans les tombes de Palmyre) échappe aux circuits du commerce, du moins sur une partie du parcours fragmenté qui la conduit dans l’Empire. D’ailleurs l’absence totale de monnaies romaines en Chine tranche avec les quelques centaines de monnaies byzantines et les milliers de monnaies sassanides, témoins d’un commerce effectif. Pour ce qui est des routes, l’auteur note avec raison que Palmyre ne se situe pas sur l’axe principal de la soi-disant « Route de la Soie », et que les produits chinois qui y parviennent le font par l’intermédiaire de l’Inde et du golfe Persique.

6Taco T. Terpstra, « The Palmyrene Temple in Rome and Palmyra’s Trade with the West », revient sur l’interprétation donnée à la présence d’une communauté palmyrénienne à Rome, bien attestée par les cultes des dieux palmyréniens rendus au Trastevere. Après avoir rendu compte des erreurs commises sur la localisation du sanctuaire des dieux palmyréniens, il écarte les deux hypothèses les plus souvent avancées, celle d’une communauté formée de descendants d’esclaves syriens comme celle d’un poste quasi diplomatique qui permettrait aux Palmyréniens d’agir comme groupe de pression sur les autorités romaines. Après avoir fait l’inventaire des trouvailles et tenté d’en définir la provenance, il estime de façon assez convaincante que la communauté palmyrénienne du Trastevere — située sur l’autre rive du Tibre par rapport aux principaux horrea de Rome — est essentiellement une communauté de marchands soucieux de profiter au mieux des opportunités offertes par le principal marché de l’Empire en matière de produits de luxe.

7Paola Mior, « The Road from Palmyra to Damascus in the Tabula Peutingeriana », revient sur l’itinéraire conservé sur le document de Vienne, qui décrit à l’évidence la route la plus septentrionale entre Palmyre et Damas, via Qaryatain et Nebk, et non pas la célèbre Strata Diocletiana, bien documentée par les milliaires et les vestiges de fortins. Elle en tire la conclusion, peu originale, que le document primitif utilisé par le copiste médiéval donnait un état de l’itinéraire entre Palmyre et Damas remontant sans doute au milieu du iie s., et ignore donc les développements ultérieurs.

8Claudia Bührig, « The Stage of Palmyra: Colonnated Streets, Spaces for Communication and Activities in the Eastern Roman Empire », s’appuyant principalement sur les exemples de Palmyre, Gérasa et Gadara, explique que l’absence de forum de style occidental dans les villes du Proche-Orient est compensée par l’étendue (en longueur comme en largeur) des rues à colonnades dont la construction se poursuit du ier au iiie, voire au ive s. dans presque toutes les cités de Syrie et d’Arabie. En réalité, ces rues, qu’elles se prolongent sur quelques centaines de mètres ou sur deux kilomètres, souvent très larges (jusqu’à 40 m), constituent des « fora en ligne » (Bührig reprend une expression de Hoffmann, le fouilleur de Gadara), offrant en quelque sorte tout au long des axes principaux le lieu du spectacle de la vie sociale et économique. De le même manière que les édifices qui bordent un forum sont signalés par des colonnes plus hautes ou d’une nature différente de celles d’un portique, le long des rues à colonnades les variations de hauteur, d’espacement ou de matériau aident à repérer et à mettre en scène un nymphée, des thermes, un théâtre ou l’entrée d’un axe secondaire.

9Pavel Alipov, « The Palmyrene Gods in the works of M. I. Rostovtzeff and C. Hopkins », se livre à un exercice d’historiographie mettant en parallèle les conceptions de Michael Rostovtzeff et celles de son premier et principal disciple américain, Clark Hopkins. Il souligne combien tous deux partageaient la vision d’un panthéon palmyrénien où les influences venues de l’Est, et notamment de l’Iran, l’emportaient sur les origines locales (Rostovtzeff allant même jusqu’à nier qu’il y ait des dieux strictement indigènes : Iarhibol et Aglibol seraient semi-babyloniens). Le savant russe accordait en revanche une grande importance au rôle de Palmyre et de Doura comme cités caravanières et identifiait le dieu cavalier à Azizu et le dieu chamelier à Arsu, combinant ainsi des emprunts à la Syrie du Nord et à l’Arabie.

10Christine Ertel et René Ployer, « A Roman Residential House in the ‘Hellenistic’ Town of Palmyra: Archaeology, Function and Urban Aspects - Vessel Glass », contestent avec vigueur les conclusions tirées dans la première publication de la fouille de la grande construction carrée avec cour fouillée par la mission syro-allemande au centre de la soi-disant « ville hellénistique ». Revenant sur la chronologie du bâtiment et notant au passage le caractère très partiel de la fouille, ils écartent sans hésiter la possibilité qu’il s’agisse d’un khan, voire d’un khan associé à la maison d’un riche marchand. Ils estiment que tout prouve qu’il s’agit d’une résidence privée (aménagements, trouvailles de céramiques et de verres), sans que l’on puisse même prétendre que le propriétaire soit lié dune façon ou d’une autre au commerce caravanier. Ils soulignent que l’édifice, bien attesté dès le milieu du ier s. av. J.-C. (mais il peut remonter plus haut), embelli à l’époque augustéenne, brûla entièrement au iie s. et fut aussitôt reconstruit. Il continue d’être en fonction jusqu’au ive s. au moins, et tous les indices militent en faveur d’un lent abandon dans l’Antiquité tardive. Ertel et Ployer contestent, en conséquence, le terme de « ville hellénistique » donné à ce quartier sud de Palmyre et estiment que la rive nord du wadi n’est pas moins hellénistique que le sud. Le parallèle qu’ils tracent entre le quadrillage hellénistique de Damas et celui de Palmyre serait sans doute plus pertinent s’il ne reposait pas sur les seules observations de Sauvaget dans les années 1930, sans possibilité de vérifications. Certes, le travail de Sauvaget fut très sérieux et rigoureux, mais la similitude du quadrillage, si on l’admet, ne suffit pas à récuser le basculement du centre de gravité de Palmyre vers le nord. Ertel et Ployer ont sans doute raison de souligner que la rive nord peut avoir été occupée dès l’époque séleucide (en tout cas c’est là que se situent des sanctuaires majeurs comme ceux d’Allat, Baalshamin, Nabu, qui n’ont pas été déménagés au début du ier s.), mais on ne peut contester que le développement monumental qui affecte ce quartier nord de la ville ne perturbe les installations plus anciennes : coude brusque de la grande rue pour rejoindre le temple de Bel (qui est orienté vers le quartier sud), réaménagement de l’entrée du temple de Nabu, placée au nord alors que des propylées monumentales avaient été construites au sud. Accorder au quartier sud le monopole de l’activité à l’époque hellénistique est sans aucun doute excessif, voire dangereux car trop peu a été fouillé au nord pour affirmer que des édifices de même époque ne s’y trouvent pas, mais l’appellation de « ville hellénistique », à condition de ne pas la prendre au pied de la lettre, traduit bien une étape décisive de la recherche archéologique à Palmyre, la découverte des premiers niveaux d’habitat hellénistique. En annexe, René Ployer donne un état des découvertes de verres antiques dans le bâtiment à cour qui sert de point de départ à l’article, qu’il faudra maintenant confronter à la publication de Khaled al-Asʿad  et Krystyna Gawlikowska, Ancient Glass of Palmyra Museum, Varsovie, 2017.

11Christiane Römer-Strehl, « Seleucid, Roman, and Mesopotamian Influence in Palmyrene Pottery and the Question of a Palmyrene Identity », utilise les nombreuses découvertes de céramique en contexte stratigraphique faites dans le quartier « hellénistique » pour essayer d’établir une chronologie des provenances qui éclaire les contacts extérieurs de Palmyre. Dans une première phase (iiie-1re moitié du iie s. av. J.-C.), la production locale (qui représente les deux tiers des trouvailles) s’inspire des modèles de Méditerranée orientale, tandis que la céramique importée provient des mêmes régions (Athènes, Rhodes). Dans le deuxième quart du iie s. av. J.-C., la part de céramique originaire de Mésopotamie s’accroît grâce aux importations de Parthian Glazed pottery, tandis que se poursuit la production locale. Celle-ci s’individualise dans le courant du ier s. (notamment pour les lampes) alors que l’on imite des modèles levantins pour les pots à cuire (dont la production locale ne début qu’au ier s. apr. J.-C.). Au moment où l’Eastern Sigillata A se diffuse massivement en Syrie, Palmyre offre un profil à mi-chemin entre la surabondance des découvertes de la Syrie côtière et la relative rareté des trouvailles en Mésopotamie. Tandis que la production locale domine dans la plupart des domaines (vaisselle de table, lampes), quitte à adapter des formes copiées de la côte levantine, ses produits ne s’exportent pas, et on ne trouve nulle part en Syrie de la poterie sûrement originaire de Palmyre.

12Kiyohide Sato, « Excavation of no 129-B House Tomb at the North Necropolis in Palmyra », propose une belle reconstitution de cette tombe prise dans le rempart tardif, en bordure de la nécropole nord. De petites dimensions, elle n’abrite que 12 rangées de loculi alignées selon l’axe nord-sud, chacune comportant trois emplacements. Le plus étonnant est sans doute le cimetière tardif de nourrissons (presque tous ont moins d’un an) découvert dans le remblais de l’escalier d’accès au tombeau.

13Saeko Miyashita, « The Vessels in Palmyrene Banquet Scenes: Tomb BWLH and BWRP and Tomb TYBL », constate que les coupes tenues par les défunts allongés sur les couvercles de sarcophages (qu’il me semble qualifier abusivement de scène de banquet) relèvent de deux modèles seulement, une coupe profonde à deux anses et un pied, et une coupe plate, carrée ou ronde, sans anse, l’une et l’autre pouvant être décorées de motifs géométriques. L’auteur fournit nombre d’exemples réels de ces coupes conservées dans les musées du monde entier.

14Takahiro Nakahashi, « On the Human Skeletal Remains Excavated from the Underground Tombs in Palmyra », s’est intéressé aux restes humains des tombeaux fouillés et restaurés par la mission japonaise dans la nécrople sud-est, les tombeaux (F) de Bwlh et de Bwrp, (H) de Tybl, et C. Si les mesures crâniennes placent les Palmyréniens à mi-chemin entre les Européens de l’Ouest et les habitants de l’Extrême-Orient, ils souffrent souvent d’arthrite, et l’hypoplasie révélée par leur dentition trahit de fortes carences alimentaires. Par ailleurs, le nombre d’enfants parmi les défunts paraît anormalement bas, ce qui laisse supposer que les plus jeunes d’entre eux ne bénéficiaient pas de sépultures propres. Le plus intéressant se situe dans la dentition. Les Palmyréniens souffrent dans leur grande majorité de fluorose, c’est-à-dire d’un excès de fluor, ce qui à la fois provoque une décoloration des dents et leur vaut une quasi-absence de caries !

15Cela justifie que K. Yoshimura, Shiqin Wu, T. Nakahashi et S. Saito s’interrogent dans l’article suivant, « Inorganic Impurities in Teeth of the Ancient Inhabitants of Palmyra », sur les causes de la dentition étincelante (d’après l’auteur de l’Histoire Auguste) de Zénobie. Ils l’expliquent par le fait que Zénobie devait s’abstenir de boire la même eau que ses concitoyens (toutes les sources de Palmyre sont riche en fluor), allant s’approvisionner à quelque nappe riche en calcaire conservée à distance de la ville. Il me semble que les auteurs oublient une hypothèse plus vraisemblable : que l’auteur de l’Histoire Auguste qui n’avait jamais vu les dents de Zénobie ne lui prête naturellement la dentition qui convient à une femme si puissante !

16Pour clore le volume, Knut Krzywinski et Jonatan Krzywinski, « Agriculture in Byzantine Palmyrena », essaient de voir à travers les pollens et coprolithes trouvés à Khalid al-Ali, tell situé dans les Palmyrénides au nord-ouest de Palmyre, si les conditions y furent réunies dans l’Antiquité pour que la population tire de cette région une partie des vivres dont elle avait besoin, notamment des céréales. La réponse est hésitante, et les auteurs reconnaissent que l’échantillon est trop faible pour être pertinent. Tout juste notent-ils qu’il existait une culture de fond de wadi pour l’orge à l’époque byzantine. Mais on ne sait pourquoi ils négligent le fait, d’une part, que l’étendue de l’oasis de Palmyre a pu permettre une production vivrière suffisante et, d’autre part, que même des produits de faible valeur comme les céréales font l’objet d’un commerce à longue distance. Il sera intéressant de comparer leurs résultats très localisés avec la vaste enquête sur les « marges arides » conduite par une équipe lyonnaise.

17Au total, un volume très bien conduit, d’où une polémique de bon aloi n’est pas absente, et qui aide à préciser et à remettre en cause bien des idées reçues. Ce qui, en définitive, est de bonne méthode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sartre, « Jørgen Christian Meyer, Eivind Heldaas Seland & Nils Anfinset (éd.), Palmyrena: City, Hinterland and Caravan Trade between Orient and Occident. Proceedings of the Conference held in Athens, December 1-3, 2012 », Syria, 94 | 2017, 412-415.

Référence électronique

Maurice Sartre, « Jørgen Christian Meyer, Eivind Heldaas Seland & Nils Anfinset (éd.), Palmyrena: City, Hinterland and Caravan Trade between Orient and Occident. Proceedings of the Conference held in Athens, December 1-3, 2012 », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5846

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals