Navigation – Plan du site
Recensions

Achim Lichtenberger, Terrakotten aus Beit Nattif, Eine Untersuchung zur religiösen Alltagspraxis im spätantiken Judäa (Contextualizing the Sacred 7)

Ida Oggiano
p. 418-420
Référence(s) :

Achim Lichtenberger, Terrakotten aus Beit Nattif, Eine Untersuchung zur religiösen Alltagspraxis im spätantiken Judäa (Contextualizing the Sacred 7), Turnhout, Brepols, 2016, 21,6 x 28, xvi +299 p., 440 ill. n/b, 6 ill. coul., ISBN : 978-2-503-56884-3.

Texte intégral

1Depuis quelque temps, la coroplathie figurée est l’objet d’études consacrées à la reconstruction, sur la base de la culture matérielle, de l’histoire d’une région spécifique. Les informations de nature différente (de l’étude des argiles et des techniques de production à celle de l’iconographie) font des figurines un outil très intéressant pour la reconstruction du paysage économique, social et culturel de la région où elles ont été produites et/ou importées et dans laquelle elles revêtent une fonction d’objet connecté aux activités culturelles. Parmi ces différents travaux, se trouve notamment le livre d’Achim Lichtenberger, publié dans la série Contextualizing the Sacred consacrée à l’étude de l’espace sacré et de sa culture matérielle dans le Proche-Orient ancien et en Égypte, entre 1000 av. J.-C. et 600 apr. J.-C. Les figurines ont été découvertes à Beit Natiff, un site de la Shéfélah, autrefois appelé Bethleteph. L’endroit était peuplé en majorité par des Juifs, du moins jusqu’à la révolte de Bar Kokhba (132-135 av. J.-C.), à la suite de laquelle ils en furent expulsés, de la même manière qu’ils l’avaient été, selon les sources, de la région de Jérusalem (chap. i-ii). Des Juifs revinrent dans la région après 200 apr. J.-C., lorsque le site fut intégré à la ville nouvellement fondée d’Eleuthéropolis/Beth Guvrin et que la région fut repeuplée, probablement avec les vétérans de l’armée romaine.

  • 1 A. Cohen-Weinberger & A. Lichtenberger, « Late Roman Workshop of Beit Nattif Figurines: Petrography (...)

2Les figurines ont été découvertes à l’intérieur de deux réservoirs, fouillés en 1934 par Dimitri Baramki. Ces derniers contenaient les déchets d’un atelier fonctionnant vers 300 apr. J.-C., qui fabriquait des figurines en terre cuite dans un style particulier, appelé le style Beit Nattif, et des lampes trouvées avec les matrices en pierre utilisées pour les produire (chap. iii). Le style schématique des représentations suggère que les figurines comme les lampes, ont été produites en utilisant des matrices en pierre. L’argile utilisée provient des formations rocheuses du Taqiye, comme l’a démontré l’analyse pétrographique (chap. iv1.

3A. Cohen-Weinberger & A. Lichtenberger, « Late Roman Workshop of Beit Nattif Figurines: Petrography, Typology, and Style », BASOR 376, p. 151-167.

4Le catalogue des figurines (chap. v) comprend 341 spécimens fragmentaires, correspondant à environ 60-100 figurines complètes (chap. vi). Il est organisé selon les types iconographiques, eux-mêmes divisés en sous-types :

  • type A. Figurines féminines (les plus communes, généralement nues et dans une position frontale ; elles sont ornées de bagues et d’autres bijoux), avec les sous-types suivants : a) avec les bras levés et pliés de manière symétrique ; b) pudica ; c) schématique ; d) gravida ; e) kourotrophos ; f) têtes ; g) de type indéfini ; h) avec un cadre architectural ;
  • type B. Figurines masculines ;
  • type C. Figurines d’enfants ;
  • type D. Figurines anthropomorphes non identifiables ;
  • type E. Animaux ;
  • type F. Autres objets.

5La description de chaque type est précédée d’un paragraphe dans lequel sont présentées les origines du motif iconographique et les comparaisons possibles : le type avec les bras levés et pliés de manière symétrique est connecté à la tradition du Proche-Orient mais, cependant, l’A. suggère également des comparaisons possibles avec la coroplathie de d’époque romaine ; le type dit « pudique », tout en se fondant sur le type de l’Aphrodite/Venus pudica d’époque hellénistique et romaine s’impose, selon l’auteur, comme une réécriture inspirée par les modèles de la tradition de l’âge du Fer qui renforcent la nudité des figurines ; les types du cavalier et de la kourotrophos pour lesquels, en dépit de nombreuses références dans la tradition coroplathique hellénistique et romaine, l’A. invoque une iconographie issue de la tradition de l’âge du Fer locale.

6Le style des figurines (chap. vii) est caractérisé par la combinaison d’éléments de différentes traditions artistiques qui, selon l’A., seraient pour la plupart d’origine proche-orientale et, pour une minorité, attribués à la tradition grecque et romaine. Des figurines présentant ces caractéristiques ont été trouvées sur plusieurs sites de Judée et du Levant (Ben Shemen, Gezer, Jérusalem, Khirbet Jiljil, Nesher-Ramla, Kefar Othnay-Megiddo, Kurkama, Pella) (chap. viii).

7Au moins trois ateliers ont été identifiés grâce à l’examen pétrographique : à Beit Nattif, dans la plaine côtière palestinienne, et dans un lieu encore non déterminé mais dont la production est caractérisée par un type d’argile plus rouge que pour les autres réalisations (chap. ix). Les figurines, bien que trouvées dans des contextes différents, allant du domestique au funéraire (chap. x) seraient liées, selon l’A., à la sphère divine, en particulier pour les trois principaux types iconographiques : la figurine féminine nue, le cavalier et la colombe (chap. xi).

8Le catalogue, précis et complet, comprenant également le matériel très fragmentaire, est accompagné d’images produites à partir de scans 3D réalisés par A. Bogdanovsky. Les images sont en noir et blanc, à l’exception de six photographies en couleurs des principaux types iconographiques, placées au début du volume.

9À qui était destinée la production des ateliers de potiers de Beit Nattif ? Selon l’A., les figurines seraient destinées à des païens récemment arrivés dans ce milieu, tandis que les destinataires des lampes, décorées avec des menorah, seraient les Juifs restés sur le site. Il semble que l’idée d’une division entre les identités religieuses, soulignée par les textes rabbiniques, doive être nuancée en faveur de celle d’une coexistence pacifique et d’une bonne interaction entre les communautés de païens et les Juifs, comme l’indique la culture matérielle. Ces résultats sont particulièrement importants car ils montrent, une fois encore, et ce à la suite d’une tendance suivie par des études bien documentées, consacrées à d’autres phases chronologiques (l’âge du Fer I, la période babylonienne et perse), que la culture matérielle peut contribuer à écrire l’histoire de la région palestinienne, fournissant souvent une vision un peu différente de celle obtenue en examinant les textes.

10Le travail est précis et il est le résultat d’une connaissance approfondie sur le sujet. On apprécie particulièrement le choix d’une approche qui prend en compte les différents aspects — iconographiques, stylistiques, fonctionnels et techniques — avec pour finalité de reconstruire l’histoire des objets comme celle de la société qui les a produits et utilisés.

11Il faut cependant apporter quelques précisions.

  1. L’interprétation de la « Cave I » de Jérusalem comme lieu de culte est pris pour acquis, sans que soient présentées les différentes théories concernant la fonction de ce contexte archéologique si problématique : une tombe ancienne qui a été réutilisée avec diverses fonctions au fil du temps 2.
  2. La nudité des figurines féminines est considérée comme une référence claire à la nature divine de l’image. Le thème de la nudité féminine dans les figurines a été largement étudié et son importance est au cœur d’un débat auquel il serait peut-être important de se référer 3.
  3. L’A. met plusieurs fois l’accent sur l’absence de liens directs entre les sources d’inspiration de l’âge du Fer (par exemple, le type de la gravida ou celle de la figurine féminine nue) et la production de l’Antiquité tardive de Beit Nattif. Il remarque aussi l’absence d’une chaîne directe de développement entre les modèles précurseurs de l’âge du Fer et ceux de l’époque hellénistique et romaine. En fait, il semble probable que les artisans qui ont créé la matrice de pierre des figurines ont été inspirés, plutôt que par un répertoire iconographique disparu depuis des siècles dans la région levantine, par d’autres objets connus dans la région, allant de la statuaire au sarcophage en passant par des objets circulant aisément comme les glyptiques, les pièces de monnaie ou encore les petits bronzes figurés.

12Sur les différentes fonctions de la Cave I : I. Eshel & K. Prag, Excavations by K. M. Kenyon in Jerusalem 1961-1967, IV. The Iron Age Deposits on the South-east Hill and Isolated Burials and Cemeteries Elsewhere, Oxford 1995, p. 5-158 et 209-220.

13Entre autres Z. Bahrani, « The Hellenization of Ishtar: Nudity, Fetishism, and the Production of Cultural Differentiation in Ancient Art », Oxford Art Journal 19/2, 1996, p. 3-16 ; Z. Bahrani, Women of Babylon: Gender and Representation in Mesopotamia, Londres, 2001 ; C. Uehlinger, « Nackte Göttin. B. In der Bildkunst », RLA 9, 2001, p. 53-64 ; C. Bonnet & V. Pirenne-Delforge, « “Cet obscure objet du désir”. La nudité féminine entre Orient et Grèce », MÉFRA 116, p. 827-870 ; J. Assante, « Undressing the Nude: Problems in Analyzing Nudity in Ancient Art, with an Old Babylonian Case Study », S. Schroer (éd.), Images and Gender: Contributions to the Hermeneutics of Reading Ancient Art (Orbis Biblicus et Orientalis 220), Fribourg/Göttingen, 2006, p. 177-207

14Dans la présentation du type de la pudica cependant, d’une part l’A. rappelle correctement le type de l’Aphrodite/Vénus pudica, d’autre part il attribue la petite variation de la position des mains — qui ne couvrent pas entièrement les parties intimes — à un choix volontaire de l’artisan qui agirait conformément à une perception de la nudité plus voisine de celle de la tradition proche-orientale.

15Nous croyons, cependant, que de telles variations sont plutôt attribuables à l’imprécision de l’artisan dans la reproduction de l’original en pierre (le type est rarement attesté dans les monnaies et dans la coroplathie) tandis que la référence à la nudité des figurines avec les mains sur les seins de la tradition locale, plus particulièrement dans le cas des Judean Pillar Figurines, apparaît peu (p. 33).

16L’utilisation de différents modèles pour la réalisation du type (pensons aux coiffures féminines inspirées par la « Scheitelzopf » en vogue à Rome après 270 apr. J.-C., p. 192) est une preuve claire que nous sommes en présence d’une création originale qui mélange les différents éléments provenant de différents médias.

17De même le type du cavalier, bien que présent dans la tradition de l’âge du Fer du Levant, est également répandu dans les différents médias de l’époque hellénistique et romaine (p. 89, fig. 23), ce qui rend superflu la référence faite par l’auteur aux figurines de l’âge du Fer. Il peut être avancé cependant que la présence de vétérans sur le site justifierait l’utilisation de cette iconographie ; nous pensons en effet que cette image ne doit pas être lue nécessairement comme une représentation d’une divinité.

18Pour conclure, alors que nous apprécions beaucoup l’idée de l’A. d’utiliser la culture matérielle pour reconstruire la vie quotidienne du site d’intégration, avec ou en opposition à ce qui est décrit par les textes rabbiniques, nous pensons que les références spécifiques à la documentation de l’âge du Fer, en tant que modèle, sont trop mises en avant sans qu’elles soient, à ce jour, concrètement prouvées.

Haut de page

Notes

1 A. Cohen-Weinberger & A. Lichtenberger, « Late Roman Workshop of Beit Nattif Figurines: Petrography, Typology, and Style », BASOR 376, p. 151-167.

2 Sur les différentes fonctions de la Cave I : I. Eshel & K. Prag, Excavations by K. M. Kenyon in Jerusalem 1961-1967, IV. The Iron Age Deposits on the South-east Hill and Isolated Burials and Cemeteries Elsewhere, Oxford 1995, p. 5-158 et 209-220.

3 Entre autres Z. Bahrani, « The Hellenization of Ishtar: Nudity, Fetishism, and the Production of Cultural Differentiation in Ancient Art », Oxford Art Journal 19/2, 1996, p. 3-16 ; Z. Bahrani, Women of Babylon: Gender and Representation in Mesopotamia, Londres, 2001 ; C. Uehlinger, « Nackte Göttin. B. In der Bildkunst », RLA 9, 2001, p. 53-64 ; C. Bonnet & V. Pirenne-Delforge, « “Cet obscure objet du désir”. La nudité féminine entre Orient et Grèce », MÉFRA 116, p. 827-870 ; J. Assante, « Undressing the Nude: Problems in Analyzing Nudity in Ancient Art, with an Old Babylonian Case Study », S. Schroer (éd.), Images and Gender: Contributions to the Hermeneutics of Reading Ancient Art (Orbis Biblicus et Orientalis 220), Fribourg/Göttingen, 2006, p. 177-207

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ida Oggiano, « Achim Lichtenberger, Terrakotten aus Beit Nattif, Eine Untersuchung zur religiösen Alltagspraxis im spätantiken Judäa (Contextualizing the Sacred 7) », Syria, 94 | 2017, 418-420.

Référence électronique

Ida Oggiano, « Achim Lichtenberger, Terrakotten aus Beit Nattif, Eine Untersuchung zur religiösen Alltagspraxis im spätantiken Judäa (Contextualizing the Sacred 7) », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5859

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals