Navigation – Plan du site
Recensions

Hans-Peter Kuhnen (Hrsg.), Khirbat al-Minya: Der Umayyadenpalast am See Genezareth (Orient-Archäologie 36)

Denis Genequand
p. 420-422
Référence(s) :

Hans-Peter Kuhnen (Hrsg.), Khirbat al-Minya: Der Umayyadenpalast am See Genezareth (Orient-Archäologie 36), Rahden (Westf.), Marie-Leidorf, 2016, 21 x 29,7, 175 p., ISBN : 978-3-89646-666-2, ISSN : 1434-162X.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication des actes d’un colloque tenu à Berlin en 2011 autour du palais omeyyade de Khirbat al-Minya et de l’archéologie des débuts de l’Islam (Khirbat al-Minya und die Archäologie der frühislamischen Zeit) à l’invitation de l’Orient-Abteilung du Deutsches Archäologisches Institut et de l’Institut für Altertumswissenschaften de l’Université Johannes Gutenberg de Mayence (auquel l’auteur de ces lignes a participé, mais n’a pas contribué à la publication). Le volume est le 36e de la série Orient-Archäologie du Deutsches Archäologisches Institut, dans laquelle l’archéologie islamique est relativement bien représentée, reflétant ainsi l’une des orientations de l’antenne de Damas du même institut, fondée en 1979 par Michael Meinecke. Il regroupe une introduction et sept contributions portant sur Khirbat al-Minya et la région du lac de Tibériade. Le titre et l’introduction sont en allemand, mais les sept articles sont en anglais et il aurait sans doute mieux valu donner à ce volume un titre en anglais. L’ouvrage est richement illustré de plans et de photos en couleurs. Tous les articles sont suivis de résumés en anglais, allemand et arabe. Le sommaire est aussi donné en arabe, de même que toutes les légendes des figures.

2Khirbat al-Minya est un palais omeyyade établi sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade. Il a été partiellement fouillé par une mission allemande au cours de quatre campagnes entre 1932 et 1938, puis a été brièvement repris par une mission israélo-franco-américaine en 1959. Le site a fait l’objet de travaux renouvelés par des équipes israélienne et allemande à partir de 2005.

3L’introduction rappelle les conditions qui ont conduit à l’organisation du colloque et en résume les deux journées, tout en passant en revue les grandes lignes des différentes communications qui y ont été présentées, dont plusieurs ne sont pas publiées.

4Le volume s’ouvre ensuite avec un article de C. Schneider, M. Dotterweich et H.-P. Kuhnen qui livre les résultats préliminaires d’une prospection géoarchéologique menée en plusieurs endroits de la rive nord-ouest du lac de Tibériade. Une approche combinée mêlant principalement géomorphologie et archéologie a permis de repérer une série de sites datés entre 300 av. J.-C. et 1300 apr. J.-C. et qui présentent des couches de sédiments exploitables pour comprendre les changements environnementaux. Si les résultats préliminaires permettent déjà de mettre en évidence des indices de changements abrupts dans l’évolution des paysages, cette prospection avait surtout pour but de définir plus clairement les sites sur lesquels des investigations plus poussées devraient être conduites.

5Le deuxième article, par H.-P. Kuhnen, est complémentaire du premier et exploite de manière plus complète les données archéologiques récoltées lors de la même prospection. Il commence par une synthèse des différentes approches et théories qui ont façonné l’archéologie du paysage en Palestine et dans les régions voisines depuis le xixe s., puis détaille un certain nombre de constatations faites sur le terrain. D’une part, les observations sur les sites côtiers permettent de relever des variations très significatives — plus de 4 m — du niveau du lac entre l’époque hellénistique et les débuts de l’Islam. D’autre part, à l’intérieur des terres, les reliefs sont caractérisés par une forte érosion et une dégradation des sols, alors que les vallées et la plaine côtière voient les sites antiques et tardo-antiques recouverts par d’importants dépôts alluvionnaires. Ces deux phénomènes, qui sont bien évidemment liés, témoignent de changements dans le régime hydrologique durant l’Antiquité tardive. Deux points ont retenu plus particulièrement notre attention. Le premier concerne la transformation de la ruine du palais omeyyade de Khirbat al-Minya en réservoir d’eau à l’époque médiévale (p. 47-50). Les observations sont assez convaincantes, en particulier les modifications des maçonneries qui correspondraient à l’arrivée et à l’évacuation de l’eau, et des analyses plus détaillées des sédiments associés dans la cour du palais seraient bienvenues pour définitivement valider cette hypothèse sans parallèle connu de reconversion d’un palais des débuts de l’Islam. Le second point, plus problématique, concerne la datation du moulin hydraulique de Khirbat Rubdiya, qui est donnée comme remontant à l’époque des Croisades (p. 36-37, 52-54 ; idem dans l’article précédent p. 13-14), sans pour autant que cette datation, capitale pour le débat sur les changements hydrologiques ou paysagers, soit prouvée ou confortée par une référence bibliographique. L’article de W. Zwickel, plus loin dans le même volume, note d’ailleurs explicitement qu’il n’y a pas de moulins hydrauliques antérieurs à l’époque ottomane dans la région prospectée (p. 87). Tant l’architecture que l’excellent état de conservation du moulin de Khirbat Rubdiya laissent plutôt penser qu’il s’agit d’un moulin ottoman, tout au moins dans son état conservé. D’ailleurs, même la formation massive de travertin dans les canaux de fuite trouve des parallèles dans des moulins ottomans tardifs de Jordanie.

  • 1 D. Genequand, Les établissements des élites omeyyades en Palmyrène et au Proche-Orient (BAH 200), (...)

6M. Ritter republie ensuite une inscription de fondation omeyyade fragmentaire trouvée lors de la campagne de 1936 à Khirbat al-Minya, mais qui n’avait été que brièvement publiée de manière peu satisfaisante en 1939 et qui n’a jamais été reprises par la suite dans les différents corpus d’épigraphie arabe de la région. Il discute le contexte archéologique de la trouvaille, donne une nouvelle lecture du texte et le replace dans le contexte plus large de l’ensemble des inscriptions de fondation omeyyades. Une liste complète de ces dernières est également donnée en annexe. Au-delà des formules religieuses et de la titulature califale, on retiendra surtout de cette inscription qu’elle attribue la construction d’un bâtiment non connu — mais il s’agit très certainement du palais — à un calife al-Walid et qu’elle mentionne le nom de la ville de Beyrouth et celui, incomplet, d’un personnage qui a supervisé les travaux. Si le texte ne permet pas de savoir s’il s’agit du calife al-Walīd b. ʿAbd al-Malik (86-96/705-715) ou al-Walīd b. Yazīd (125-126/743-744), le second semble avoir la préférence de Ritter en raison des rapprochements faits avec les inscriptions peintes de Quṣayr ʿAmra. On notera encore que Ritter réfute à juste titre les arguments souvent mis en avant par Schneider, Grabar et d’autres pour attribuer l’inscription à un autre site, mais ne tient pas compte des publications de l’auteur de ces lignes réfutant de la même manière les arguments de Grabar qui attribue sans raison valable une position secondaire à l’inscription de Qaṣr al-Ḥayr al-Sharqī 1.

7 D. Genequand, Les établissements des élites omeyyades en Palmyrène et au Proche-Orient (BAH 200), Beyrouth, Ifpo, 2012, p. 154-157. Voir son compte rendu, par J. Loiseau, Syria 91, 2014, p. 510-512.

8Dans la contribution suivante, W. Zwickel discute les conditions géographiques prévalant autour du lac de Tibériade à l’époque islamique. Il évoque d’abord la répartition des terres cultivables autour du lac, en soulignant que les reliefs, en particulier les fortes pentes, rendent la région généralement peu favorable à l’agriculture, à l’exception de zones de plateau à l’intérieur des terres et de la Vallée du Jourdain, au sud du lac. Puis il se livre à quelques estimations du nombre de personnes pouvant vivre dans la région en fonction des surfaces de terres cultivables. Ces chiffres, qui ne sont guère soutenus par quelques solides références, sont à prendre avec précaution. Il aborde ensuite la question de l’axe routier de Damas à Jérusalem et de ses différentes variantes autour du lac. Il traite enfin de l’occupation du territoire de manière diachronique. Sans vouloir être exhaustif, il se fonde sur les principales prospections régionales et les fouilles archéologiques publiées. Cette approche lui permet de proposer un panorama de l’évolution de l’occupation, illustré par une série de cartes chronologiques et complété, pour l’époque ottomane, par les données des registres fiscaux. Il faut noter que la périodisation politique utilisée implique des tranches chronologiques très inégales entre elles et livre donc des résultats qui peuvent être biaisés sur la densité de l’occupation (entre 90 ans pour l’époque omeyyade et 400 ans pour l’époque ottomane).

9K. Cytryn résume les résultats de deux projets de fouilles menés plus ou moins récemment par l’Université Hébraïque de Jérusalem. Le premier, à partir de 2009, dans la ville de Tibériade (Ṭabariyya, Tiberias), est un projet majeur de l’archéologie islamique au Proche-Orient et concerne la grande mosquée de la ville. La reprise d’une fouille plus ancienne et son extension ont révélé que ce que l’on croyait être les vestiges d’un marché byzantin étaient en fait ceux d’une grande mosquée du tout début de l’époque islamique. Quatre phases de construction et de modification ou reconstruction ont été mises en évidence entre le viie et le xie s. Le second projet présenté ici, mené en 2005 et 2006, a concerné une nouvelle analyse architecturale du palais de Khirbat al-Minya et surtout la fouille de deux pièces de l’aile occidentale du monument, qui sont présentées de manière détaillée pour la première fois.

10La contribution de J. Häser nous déplace sur l’autre rive du Jourdain et est consacrée aux établissements ruraux du début de l’époque islamique en Jordanie. Si l’article commence bien par une synthèse de l’état de la recherche sur les débuts de l’Islam dans les campagnes jordaniennes — travail très tributaire de synthèses faites par Walmsley et quelques autres —, il est surtout orienté vers la présentation des niveaux byzantins et omeyyades de Tall Zirāʿa, un établissement du nord-ouest de la Jordanie fouillé depuis 2003. Ce sont des unités domestiques contiguës et organisées autour de cours qui ont été mises en évidence, avec une continuité d’occupation entre les époques byzantine et omeyyade et un abandon, à la suite du tremblement de terre de 749 apr. J.-C. Il est probable que l’ensemble des constructions dégagées appartiennent à un établissement monastique.

11Dans le dernier article de l’ouvrage, F. Bloch reprend les grandes lignes de l’histoire de la recherche et de l’exploration de Khirbat al-Minya en la replaçant dans son contexte. Elle aborde ensuite quelques questionnements non résolus de manière satisfaisante, en particulier sur la céramique et sur la chronologie et la nature des occupations postérieures à l’époque omeyyade (occupation à l’époque abbasside, production de sucre à l’époque médiévale, datation du bain proche du palais).

  • 2 F. Bloch, « Ḫirbat al-Minya: Die unglasierte Keramik », F. Bloch, V. Daiber & P. Knötzele, Studien (...)
  • 3 A. R. Dreiser, Die Sgrafitto und Champlevé-Keramik aus Ḫirbat al-Minya am See Genezareth. Inédit, (...)
  • 4 M. Ritter, « Umayyadische Ornament und christliche Motive: Marmorrelieffroese (Champlevé) im Palas (...)

12En conclusion, cet ouvrage regroupe des informations utiles mais assez disparates sur Khirbat al-Minya et la région du lac de Tibériade à l’époque islamique. Ce sont probablement les articles relayant les approches géoarchéologiques et géomorphologiques et la publication de l’inscription de fondation qui retiendront le plus l’attention des lecteurs. Ce volume forme un complément nécessaire aux récentes études et publications de F. Bloch 2, A. Dreiser 3 et M. Ritter 4 — toutes issues de travaux de Master présentés à l’Université de Bamberg — qui ont fait le point sur les données récoltées par la mission allemande des années 1930.

13 F. Bloch, « Ḫirbat al-Minya: Die unglasierte Keramik », F. Bloch, V. Daiber & P. Knötzele, Studien zür spätantiken und frühislamischen Keramik: Ḫirbat al-Minya–Baalbek–Resafa (OrA 18), Rahden (Westf.), 2006, p. 1-109.

14 A. R. Dreiser, Die Sgrafitto und Champlevé-Keramik aus Ḫirbat al-Minya am See Genezareth. Inédit, Universität de Bamberg, 2011.

15 M. Ritter, « Umayyadische Ornament und christliche Motive: Marmorrelieffroese (Champlevé) im Palast von Ḫirbat al-Minya », A. Heidenreich & L. Korn (dir.), Beiträge zur Islamischen Kunst und Archäologie 3, Wiesbaden, 2012, p. 113-137. M. Ritter, Der umayyadische Palast des 8. Jahrhunderts in Ḫirbat al-Minya am See von Tiberias: Bau und Baudekor, Wiesbaden, 2017.

Haut de page

Notes

1 D. Genequand, Les établissements des élites omeyyades en Palmyrène et au Proche-Orient (BAH 200), Beyrouth, Ifpo, 2012, p. 154-157. Voir son compte rendu, par J. Loiseau, Syria 91, 2014, p. 510-512.

2 F. Bloch, « Ḫirbat al-Minya: Die unglasierte Keramik », F. Bloch, V. Daiber & P. Knötzele, Studien zür spätantiken und frühislamischen Keramik: Ḫirbat al-Minya–Baalbek–Resafa (OrA 18), Rahden (Westf.), 2006, p. 1-109.

3 A. R. Dreiser, Die Sgrafitto und Champlevé-Keramik aus Ḫirbat al-Minya am See Genezareth. Inédit, Universität de Bamberg, 2011.

4 M. Ritter, « Umayyadische Ornament und christliche Motive: Marmorrelieffroese (Champlevé) im Palast von Ḫirbat al-Minya », A. Heidenreich & L. Korn (dir.), Beiträge zur Islamischen Kunst und Archäologie 3, Wiesbaden, 2012, p. 113-137. M. Ritter, Der umayyadische Palast des 8. Jahrhunderts in Ḫirbat al-Minya am See von Tiberias: Bau und Baudekor, Wiesbaden, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Genequand, « Hans-Peter Kuhnen (Hrsg.), Khirbat al-Minya: Der Umayyadenpalast am See Genezareth (Orient-Archäologie 36) », Syria, 94 | 2017, 420-422.

Référence électronique

Denis Genequand, « Hans-Peter Kuhnen (Hrsg.), Khirbat al-Minya: Der Umayyadenpalast am See Genezareth (Orient-Archäologie 36) », Syria [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/syria/5863

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals