Navigation – Plan du site
Recensions

Annie Sartre-Fauriat, Les voyages dans le Ḥawrân (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818).

Pierre-Louis Gatier
p. 370-374
Référence(s) :

Annie Sartre-Fauriat, Les voyages dans le Ḥawrân (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818), Ausonius Editions, Mémoires 11 ; Bibliothèque archéologique et historique, 169), Institut Ausonius – Institut français du Proche-Orient, Bordeaux-Beyrouth, 2004. Un volume de 22,2 x 28 cm, relié, 331 p. + XX pl. en couleurs, 116 fig. ds. t. + les pages paires 24 à 160 ; prix : 72 €. ISBN : 2-910023-39-7.

Texte intégral

1Il faut louer les éditions Ausonius et l’IFPO d’avoir donné à Annie Sartre-Fauriat les moyens de produire un élégant volume consacré à William John Bankes. Rien n’a été épargné pour faire de ce savant ouvrage un “beau livre” : papier glacé, jaquette pelliculée en couleur, solide reliure à la Bradel, maquette et mise en page recherchées. Les trente planches finales en couleur, jointes aux multiples figures en noir et blanc, en particulier celles des pages paires 24 à 160, contribuent au plaisir du lecteur. Les reproductions complètes des manuscrits de Bankes placées en regard des transcriptions et traductions de l’a. permettent les contrôles érudits. De même les photographies de trois longues lettres, l’une de James Silk Buckingham à Johann Ludwig Burckhardt et les deux autres de Burckhardt à Bankes, occupent les pages 277 à 288. Sinon toutes nécessaires, ces reproductions sont utiles, puisque elles mettent en contact direct avec les mots écrits de la main même de Bankes et de ses confrères. En dépit d’une jaquette chargée – qui reproduit l’une des aquarelles de Bankes – et d’un dos de reliure envahi de caractères et de logos épais, le livre a belle allure, sitôt ouvert. Il n’est pas si fréquent de voir l’édition scientifique obéir aux impératifs du goût.

  • 1 P. Usick, Adventures in Egypt and Nubia. The travels of William John Bankes (1786-1855), London, 20 (...)

2L’Anglais William John Bankes (1786-1855), qui n’avait pratiquement rien publié, était fréquemment mentionné par ses contemporains. Il est passé en quelques années, grâce à Annie Sartre-Fauriat et à quelques autres, du statut de voyageur de deuxième importance à celui de témoin essentiel pour l’archéologie et l’épigraphie du Proche-Orient, à la suite de la découverte dans les deux dernières décennies du vingtième siècle, notamment par Norman N. Lewis, de ses archives, préservées pendant près de deux siècles dans la demeure familiale de Kingston Lacy dans le Dorset. Pour ce qui concerne l’Égypte et la Nubie, il semble que son apport avait été moins oublié, ne serait-ce que par l’existence de sa collection d’antiquités conservées à Kingston Lacy, au premier rang de laquelle figure un obélisque de belles dimensions rapporté de Philae et installé dans le parc. L’attention a récemment été attirée sur cette partie des voyages de Bankes, qui semble la plus riche de l’ensemble de son séjour en Orient1, celle qui a fourni la documentation la plus abondante dont environ 1 500 dessins. Appartenant à une famille de la gentry aisée, condisciple de Byron à Cambridge, membre du Parlement, Bankes accomplit entre 1813 et 1820 un voyage autour de la Méditerranée qui dépasse en ampleur et en durée le traditionnel Grand Tour des Britanniques de son temps. Après un séjour au Portugal et en Espagne – consacré à l’achat de tableaux de maîtres et également à la réalisation de ses premiers croquis, dessins et peintures de monuments – puis en Italie, Bankes débarque à Alexandrie dans l’été 1815. Il en repart à l’automne 1819 pour l’Italie, avant de regagner sa patrie en avril 1820. Entretemps, il a beaucoup circulé en Orient.

  • 2 Voir maintenant, sur une partie de ces voyages, A. Sartre-Fauriat et M. Sartre, « Le voyage de Will (...)
  • 3 Dans la légende de ces cartes, certains lecteurs auront du mal a saisir ce qui distingue un « villa (...)
  • 4 Voir, parmi les articles parus avant l’année 2004 qui ne figurent pas dans la bibliographie des p.  (...)

3Son premier séjour au Proche-Orient palestinien et syrien, outre une excursion au mont Sinaï en août-septembre 1815, débute en décembre 1815 en suivant la route terrestre par Gaza, Ascalon et Jaffa vers Jérusalem. Bankes visite une première fois les ruines de Jérash-Gerasa. Il va à Oumm Qeis-Gadara et à Beth-Shéan-Scythopolis. De nombreux autres sites, parmi lesquels Tibériade, Césarée, Acre, Tyr, Sidon, et un séjour chez Lady Hester Stanhope à Joun (Mar Elias) ponctuent sa progression vers Damas. De là il se rend dans le Hauran, puis à Baalbek, Alep, Palmyre – non sans quelques désagréments dus aux bédouins – à Hama, Tripoli et aux Cèdres d’Ehden, d’où il rapporte des graines qui lui permettront de planter les arbres qui décorent encore de nos jours les jardins de Kingston Lacy. À partir de juin 1816, Bankes passe à Chypre, voit les îles de l’Égée, Constantinople, le Péloponnèse, la Grèce centrale et l’Asie Mineure occidentale2, avant de revenir au Proche-Orient en novembre 1817. Ce deuxième séjour en Syrie et en Palestine – jusqu’à l’automne 1818 où il retourne en Égypte – le mène à nouveau dans le Hauran, mais aussi à Jérash, où il se rend à deux reprises pendant l’année 1818, à Beth-Shéan, à Jaffa et à Jérusalem. Il visite des régions moins accessibles, comme les bords de la mer Morte, Araq el-Émir et Kérak. Il est ainsi le premier Européen à rapporter des dessins de Pétra, redécouverte peu auparavant par Burckhardt. Au total, les deux portions proche-orientales, levantines, du voyage correspondent environ à deux années et demi pendant lesquelles Bankes déploie une activité incessante sans guère prendre de repos, hormis les quelques semaines où il est immobilisé par une maladie à Jaffa. Dans sa copieuse introduction, l’a. situe dans le contexte des voyages de Bankes les deux expéditions dans le Hauran, la première entre le 28 mars et le 12 avril 1816, et la seconde du 10 janvier au 2 mars. Elle reconstitue au mieux des itinéraires que la documentation conservée ne permet d’établir que de manière imprécise et qu’elle synthétise sur les cartes des p. 289 et 2903. Quelques autres travaux, avant ou après l’ouvrage recensé ici, ont porté sur l’apport de Bankes à divers sites du Proche-Orient, pour la plupart extérieurs au Hauran4.

  • 5 Usick 2002, p. 65-66 et 71-72.

4Bankes a certainement été un pionnier, l’un des découvreurs – au sens où le mot de découvreur peut s’entendre à son époque – des sites archéologiques de l’Égypte, la Nubie et du Proche-Orient, le premier Européen à Oumm el-Jemal, le deuxième à Pétra, l’un des premiers à Palmyre. Son goût du danger, dans des contrées peu sûres, pourrait être lié à son éducation de sportsman soucieux de se distinguer d’autrui et avide de défis et de compétitions. Il explique la durée de ses séjours dans des régions alors méconnues, en contraste avec l’Italie, la Grèce et l’Asie Mineure où son passage est plus rapide. Il l’entraîne également dans des pratiques à risques, comme la visite clandestine de lieux de pèlerinage musulman, ou encore des fouilles secrètes dans les “tombeaux des rois” à Jérusalem. Patricia Usick y a vu « an almost foolhardy bravado which seems to invite discovery» et n’a pas hésité à comparer cette attitude avec « the reality of Bankes’s later flaunting of risk in public places in London »5, c’est-à-dire ses aventures homosexuelles de hasard, qui lui vaudront des ennuis judiciaires considérables en 1833 et 1841 et qui causeront son exil hors de l’Angleterre jusqu’à sa mort en 1855 à Venise.

  • 6 Usick 2002, p. 10.

5Bankes, qui se pique d’architecture et intervient directement dans les transformations de sa demeure de Kingston Lacy, est d’abord un dessinateur. Les qualités de ses brouillons, dessins et aquarelles – où il figure des plans et élévations de constructions, des relevés de blocs, de parties de bâtiments et de détails du décor, mais aussi des vues d’ensembles de monuments et de larges portions de sites, avec parfois des personnages – dépassent nettement le travail d’un simple amateur. De nombreuses inscriptions sont copiées avec grand soin. L’ancien étudiant de Trinity à Cambridge était certainement à l’aise avec les textes grecs et latins, mais, si l’on en croit les dossiers hauranais mis à disposition par l’a., il ne paraît jamais se soucier du contenu ou de la signification de ces textes, du moins dans la phase de travail dont le lecteur de ses brouillons est témoin. Cette façon de voyager, en dessinateur plus qu’en érudit, a ses avantages : l’observateur, avant l’invention de la photographie, est d’abord un œil qui capte des informations et une main qui les dessine. Bankes peut ainsi faire des relevés très précis d’inscriptions rédigées dans des écritures et des langues alors partiellement ou totalement inconnues de lui, comme d’ailleurs du reste du monde savant, dans le Hauran le nabatéen, ailleurs le palmyrénien, le hiéroglyphique égyptien et le méroïtique. Certes, les dossiers d’archives sont incomplets, comme le montre l’a., puisque parmi les cinquante-six pierres lithographiques prêtes pour l’impression, donc dessinées et acidulées, qui ont été retrouvées à Kingston Lacy, certaines figurent des inscriptions qui ne se retrouvent pas dans les papiers conservés. Cependant, les notes écrites laissées par Bankes sont relativement succinctes et il ne semble pas qu’il ait jamais pu véritablement engager la rédaction de ses Travels in the East6 qui auraient dû former le couronnement scientifique de ses longues recherches de terrain.

6Bankes, en rivalité et en collaboration, a connu la plupart des autres pionniers de la découverte archéologique de l’Orient. Il a cherché à s’informer particulièrement auprès de Johann Ludwig Burckhardt, à vérifier les copies d’inscriptions que le voyageur suisse avait faites dans le Hauran et à accroître la liste des villages qu’il avait visités. Il a été aussi en relations avec Irby et Mangles et avec Buckingham, avant que les rapports avec ce dernier ne se dégradent, ce qu’explique bien l’introduction de l’a. De nombreux noms connus et importants figurent parmi ses correspondants, ses associés d’un jour et ses compagnons de travail, de l’architecte Charles Barry à l’égyptologue Louis Linant de Bellefonds.

7L’ouvrage d’Annie Sartre-Fauriat présente en première partie, p. 23-162, un dossier documentaire. Il se compose des reproductions de 119 feuilles manuscrites, classées de V A 1 à V N 3 en suivant l’ordre établi par les archivistes, auxquelles succèdent quelques pages d’un carnet concernant les sites du Hauran. Les feuilles détachées sont couvertes de dessins, parfois sommaires, parfois précis et accompagnés de dimensions. On y trouve aussi quelques aquarelles. Les pages impaires contiennent la description des documents, la transcription en anglais des annotations de Bankes, avec tous les soins d’une édition quasi diplomatique, et leur traduction en français. Les sites retenus par Annie Sartre-Fauriat se trouvent tous sur le territoire actuel de la République Arabe Syrienne. On peut regretter que les renseignements concernant Oumm el-Jemal en Jordanie, dont il est largement question dans l’introduction, ne figurent pas dans l’ouvrage.

8Le document brut fourni, l’a. peut dans sa seconde partie, p. 163-270, commenter la documentation de Bankes en suivant l’ordre alphabétique des 43 sites visités. Chaque site est placé dans son contexte géographique, avec sa bibliographie complète, la description de ses monuments et l’examen de l’apport de Bankes à sa connaissance. De nombreuses photographies illustrent l’état actuel des bâtiments ; quelques dessins de plans et d’élévations tirés d’ouvrages postérieurs aux voyages de Bankes complètent la documentation graphique. Aux p. 297‑327, des indices très complets classent les inscriptions, les noms de lieux utilisés par Bankes (souvent différents pour le même site), les feuilles cotées et les dessins. Un index général réunit les principaux sujets dont il est question, les noms de personnes et les toponymes.

  • 7 A. Sartre-Fauriat, « Inscriptions inédites pour la Tychè en Syrie du Sud », Mélanges de l’Universit (...)

9Notons que l’index des inscriptions, qui renvoie essentiellement à des volumes à paraître dans la série des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS, XIII/2 à IGLS, XVI/2, préparés par Maurice Sartre et l’a.), a un caractère purement prospectif, mais que la bibliographie épigraphique, en tête de notice et dans les notes, est abondante. Les archives de Bankes ont déjà permis la publication d’articles qui concernent des inscriptions du Hauran7 et l’on admettra que l’a. ne souhaite pas empiéter sur les travaux du corpus en préparation. Cependant l’ouvrage perd un peu de son objet si le lecteur ne peut pas mesurer l’intérêt de toute cette partie de la documentation, la part des inédits et les changements que les relevés de Bankes apportent aux textes connus par d’autres copies. Du coup, certains développements, sur des inscriptions déjà vues par d’autres voyageurs avant Bankes ou recopiées par ses successeurs, ont un côté allusif un peu frustrant en l’absence, pourtant compréhensible à ce stade des travaux, de la transcription des textes. C’est la publication future des cinq volumes concernés des IGLS qui seule donnera sa pleine valeur aux copies d’environ 250 inscriptions en grec et en latin fournies par les manuscrits de Bankes et reproduites dans l’ouvrage. La richesse de l’épigraphie hauranaise explique cette abondance.

  • 8 Bankes semble assez peu intéressé par les témoignages d’époque islamique, comme le montre A. S.-F., (...)

10Outre les inscriptions, l’apport principal des archives de Bankes se trouve dans les relevés architecturaux. En 1816 et 1818, les villages du Hauran conservaient des bâtiments nombreux – pour la plupart romains, mais aussi protobyzantins et islamiques8 – dans un état bien différent de celui qu’ont vu les successeurs de Bankes, sans parler de l’état actuel. Les injures du temps et des hommes ont rendu irremplacables les dessins qui concernent les tours de Sanamein et de Shaqqa, le nymphée de Souweida, les temples de Sleim, Rimet Hazem et Hebran, entre autres exemples de bâtiments disparus ou mutilés. L’a., qui maîtrise l’ensemble de la bibliographie du Hauran et connaît bien le terrain, analyse en détail tout ce qui, grâce à Bankes, peut modifier la connaissance que nous avons des édifices de cette région. La tâche n’est pas aisée, du fait du désordre des manuscrits et de la surcharge de certaines feuilles écrites en tous sens. Annie Sartre-Fauriat réussit par exemple à identifier certains dessins dépourvus de légende, comme le panorama de Souweida de la p. 136 figuré au-dessous de représentations de blocs et de monuments de Kafr, alors que les deux sites, relativement proches, ne semblent pas avoir été visités à la suite l’un de l’autre (voir la carte, p. 289).

11La séparation bien marquée entre la publication brute du document d’archive et son commentaire fait de l’ouvrage d’ Annie Sartre-Fauriat un instrument de travail indispensable, qui s’utilisera peu par lui-même, mais qu’il faudra avoir sous la main chaque fois qu’on se référera aux recherches anciennes, entre autres pour contrôler les inscriptions chez Burckhardt ou les relevés de Butler (voir par exemple pour une maison de Bosra, la p. 181). L’a. aurait pu se contenter de n’étudier que les dossiers les plus importants, ceux où Bankes apporte de réelles nouveautés. Plutôt que d’écrémer les archives, elle a préféré mettre à la disposition de la communauté scientifique la documentation entière, quitte à ce que certains sites ou certains monuments n’en bénéficient guère, puisque parfois Bankes n’apporte pas grand-chose. Il n’en demeure pas moins que la valeur de nombreuses informations ne se révélera que progressivement et que l’histoire même de l’archéologie, celle du regard porté par les Européens sur les autres peuples ou celle des voyages bénéficient également du livre d’ Annie Sartre-Fauriat. Désormais, il ne sera plus possible, pour tous ceux qui étudient le Hauran antique ou l’archéologie de la Syrie romaine et byzantine, d’ignorer les informations que l’a. tire de l’étude méticuleuse des manuscrits abrités maintenant au Dorset Record Office à Dorchester. Il faut souhaiter que des travaux menés avec le même soin et édités avec la même méthode éclairent d’autres pans de la documentation accumulée par le personnage hors du commun qu’était Bankes. On peut gager que des nouveautés importantes surgiront de ses archives dans les années à venir et changeront l’état des connaissances archéologiques et épigraphiques sur de nombreux autres sites et régions de la Méditerranée orientale, et non pas de la seule Syrie.

Haut de page

Notes

1 P. Usick, Adventures in Egypt and Nubia. The travels of William John Bankes (1786-1855), London, 2002 ; R. J. Demarée, B. Leach, P. Usick, The Bankes late Ramesside Papyri, London, 2006.

2 Voir maintenant, sur une partie de ces voyages, A. Sartre-Fauriat et M. Sartre, « Le voyage de William John Bankes en Carie (1817) », in P. Brun éd., Scripta Anatolica. Hommages à Pierre Debord, Paris-Bordeaux, 2007, p. 113-141. Bankes eut l’occasion de copier l’édit du Maximum de Stratonicée, puis d’en faire réaliser une lithographie qu’il diffusa et qui reste une référence.

3 Dans la légende de ces cartes, certains lecteurs auront du mal a saisir ce qui distingue un « village certainement visité » d’un « village visité avec certitude ».

4 Voir, parmi les articles parus avant l’année 2004 qui ne figurent pas dans la bibliographie des p. 293-296, A. Barbet, P.-L. Gatier, N. N. Lewis, « Un tombeau peint inscrit de Sidon », Syria, 74, 1997, p. 141-160 ; J. M. C. Bowsher, « An early nineteenth century account of Jerash and the Decapolis : the records of William John Bankes », Levant, 29, 1997, p. 227-246 ; J. Dentzer-Feydy, « Remarques sur le temple de Rîmet Hâzem (Syrie du Sud) », Syria, 57, 1998, p. 201-211 ; Ead., « Les temples de l’Hermon, de la Békaa et de la vallée du Barada dessinés par W. J. Bankes (1786-1855) », Topoi, 9/2, 1999, p. 527-568. Les lecteurs de Syria, 80, 2003 ; 81, 2004 et 84, 2007 auront rencontré d’autres travaux qui utilisent la documentation de Bankes.

5 Usick 2002, p. 65-66 et 71-72.

6 Usick 2002, p. 10.

7 A. Sartre-Fauriat, « Inscriptions inédites pour la Tychè en Syrie du Sud », Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 60, 2007, p. 269-288. Voir aussi n. 5, supra.

8 Bankes semble assez peu intéressé par les témoignages d’époque islamique, comme le montre A. S.-F., mais il copie quelques inscriptions arabes et dessine certains monuments, comme la forteresse de Salkhad.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Louis Gatier, « Annie Sartre-Fauriat, Les voyages dans le Ḥawrân (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818). », Syria, 86 | 2009, 370-374.

Référence électronique

Pierre-Louis Gatier, « Annie Sartre-Fauriat, Les voyages dans le Ḥawrân (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818). », Syria [En ligne], 86 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/597

Haut de page

Auteur

Pierre-Louis Gatier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals