Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Autres articlesUne inscription palmyrénienne iné...

Autres articles

Une inscription palmyrénienne inédite à « Miséricordieux »

Aleksandra Kubiak‑Schneider
p. 275-278

Résumés

Le but de cet article est la publication d’une dédicace palmyrénienne inédite au dieu appelé « Miséricordieux ». L’inscription gravée sur un autel a été trouvée par M. Gawlikowski dans la « Rue des églises » à Palmyre. Elle fait partie d’un groupe de 22 dédicaces faites à Miséricordieux. Selon la religion de Babylone, qui sert de parallèle ici, ce nom a été attribué à Marduk-Bel. Il est donc possible d’identifier le destinataire de la dédicace avec Bel de Palmyre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Connu postérieurement sous le terme « Dieu Anonyme », cf. Kubiak-Schneider 2016. Je remercie M. Ga (...)
  • 2 Pour un objet similaire cf. par exemple al-Asʿad & Yon 2002-2007, p. 106, n° 8.
  • 3 Il était traditionnel de déposer des autels dans les rues ou aux portes de la ville. Les autels d’ (...)
  • 4 Pour une nouvelle typologie de l’écriture palmyrénienne, cf. Kubiak sous presse.

1Une inscription araméenne inédite a été trouvée par M. Gawlikowski en 2001 dans la « Rue des églises », entre le Tétrapyle et le Camp de Dioclétien et il m’en a confié la publication pendant la préparation du catalogue des dédicaces sans théonymes 1 de Palmyre. Le texte est gravé sur un autel en calcaire local au sommet plat, sans cupule 2. Selon le découvreur, cet objet a pu être réutilisé dans des structures postérieures à la date de l’inscription. Il est aussi possible qu’il ait été trouvé dans son emplacement d’origine, car l’objet était en dehors des bâtiments, dans la rue même3. L’autel mesure 0,44 m de hauteur et 0,15 m de largeur sur le corps portant l’inscription. Sa forme est simple et classique, avec quelques moulures à la corniche et à la base. L’objet est légèrement cassé sur les côtés droit et gauche ce qui a endommagé la partie contenant la date. Les caractères sont du type décoratif 4, avec la hampe brisée (K, R, D, N), avec des apex ; le R est pointé ; le texte est penché vers la gauche. La première ligne se distingue des autres en étant écrite sur la corniche. Elle forme une sorte de titre du texte. À ce jour, on ne sait pas ce que l’objet est devenu.

Figure.

Figure.

Autel à Miséricordieux

© M. Gawlikowski

Transcription

1. BRYK ŠMH LʿLMʾ
2. ʿBD WMWDʾ KL YWM
3. LRḤMNʾ MZBNʾ
4. [B]R MZBNʾ BR [B]RYKY
5. ŠQNʾ ʿL ḤYWH
6. BYRḤ ṬBT ŠN[T 500+]
7. 57

Traduction

« Que son nom soit béni pour l’éternité ! A dédié en rendant grâce chaque jour à Miséricordieux MZBNʾ, fils de MZBNʾ, fils de BRYKY ŠQNʾ. Pour sa vie. Au mois de Ṭebet, l’an 246 apr. J.-C. »

Critique

2Ligne 6 : les traces du chiffre des centaines peuvent être discernées malgré les dommages faits à la pierre.

Commentaire

  • 5 Cf. PAT 1438.
  • 6 Attestée au moins 169 fois dans l’épigraphie de Palmyre.

3L’expression « Celui dont le nom est béni pour l’éternité » joue le rôle d’une invocation, comme son emplacement sur la corniche le souligne. Ce n’est pas le premier cas où « Celui dont le nom est béni pour l’éternité » apparaît comme un titre 5. La formule est très populaire 6 dans les inscriptions de Palmyre et est souvent utilisée comme forme d’adresse à la divinité. Ce n’est pas une façon de nommer un dieu, mais l’expression met l’accent sur la bénédiction d’un nom divin qui suit dans le texte.

  • 7 Cf. PAT 1571, RHMNʾ est une épithète de Baʿalshamin.
  • 8 P. ex. PAT 1610 : LBL WLYRḤBWL WʿGLYBWL : « Pour Bel et pour Yarḥibol et Aglibol ».
  • 9 La Sagesse d’Aḥiqar représente un cas similaire à celui de cette inscription palmyrénienne, daté d (...)
  • 10 En incluant une inscription grecque IGLS XVII.32 qui est une traduction littérale en grec des insc (...)
  • 11 Pour l’argumentation cf. Kubiak 2016, p. 346 et Briquel-Chatonnet 2003, p. 59-69.
  • 12 Le Miséricordieux était un autre nom de Marduk-Bel babylonien selon la théologie développée surtou (...)
  • 13 Les textes relatifs à Bel trouvés à Palmyre sont des inscriptions honorifiques et des légendes de (...)
  • 14 PAT 1558.

4Cette inscription est dédiée à un dieu appelé « Miséricordieux ». L’araméen RḤMNʾ est ici en dehors de sa fonction usuelle d’épithète 7. Il est introduit par un lammed d’attribution, similairement aux noms divins dans d’autres dédicaces votives 8. Ce mot constitue un nom propre 9. Cette dédicace s’inscrit dans un groupe de 22 textes palmyréniens qui évoquent le Miséricordieux 10. Cette forme d’adresse n’indique pas un culte monothéiste sous influence du judaïsme, même si la référence à la miséricorde en est commune 11. Il s’agit probablement de Bel selon la tradition babylonienne 12. Les ex-votos qui invoquent littéralement et uniquement Bel de Palmyre sont absents dans la ville même 13. Un autre texte 14 qui est dédié au « Miséricordieux » se réfère à la « louange attachée au temple de Bel », ce qui renforce l’hypothèse de l’identification à cette divinité.

  • 15 Elle n’apparaît pas seulement dans les dédicaces sans théonymes, même si elle y est très répandue, (...)

5La formule « en rendant grâce » est aussi populaire dans les inscriptions palmyréniennes 15 et l’expression « chaque jour » (KL YWM) renforce le remerciement en lui donnant une valeur perpétuelle.

  • 16 Stark 1971, v. ŠQN, PAT 0663.

6La famille du dédicant est probablement une branche de celle qui est connue par une inscription funéraire 16. Le mot BR est omis après celui du grand-père du dédicant, ce qui est assez commun dans de telles dédicaces. ŠQNʾ peut être aussi bien un nom d’ancêtre que le surnom du grand-père. On ne sait rien d’autre de la famille du dédicant. Les anthroponymes ne sont pas nouveaux dans les sources épigraphiques de Palmyre.

  • 17 Dijkstra 1995, p. 115 ; Kubiak 2013, p. 232.

7La formule « pour sa vie » se rapporte à la prière pour le futur mais c’est aussi l’objet du remerciement 17. Le dédicant a décidé de prier seulement pour lui-même et non pour des membres de sa famille.

8La dédicace est datée de 246 apr. J.-C.

 

  • 18 Aussi bien l’akkadien remmenu que l’araméen RḤMNʾ sont habituellement utilisés comme épithètes dan (...)

9L’inscription s’ajoute à la collection des textes évoquant « Celui dont le nom est béni pour l’éternité » et le « Miséricordieux ». Elle se réfère directement à la qualité divine de bienveillance. Dans les dédicaces votives, il est important de mettre l’accent sur la capacité d’un dieu d’éprouver de la compassion et d’aider un mortel. Le concept de la miséricorde divine exaltée dans cette dédicace est sûrement une réminiscence des traditions anciennes enveloppées dans une nouvelle forme 18. Il n’y a rien de l’anonymat dans le cas représenté par la dédicace ici publiée. Par la référence à la miséricorde de Marduk-Bel de Babylone, il est possible d’attribuer ce texte-ci à Bel de Palmyre. Toutes ces expressions sont répétitives dans le matériel épigraphique, ce qui fait penser à un texte rituel, une prière ou un hymne, qui a été source pour l’emploi de ces formules dans les inscriptions.

Haut de page

Bibliographie

Abou-Assaf (A.), Bordreuil (P.) & Millard (A. R.) 1982 La Statue de Tell Fekherye et son inscription bilingue assyro-araméenne, Paris.

al-Asʿad (Kh.) & Yon (J.-B.) 2002-2007 Nouveaux textes palmyréniens (Semitica 52‑53), p. 101‑110.

Briquel-Chatonnet (F.) 2003 « Du dieu qui fait grâce au dieu miséricordieux : les relations entre les dieux et les hommes chez les peuples du Levant », Dieu Miséricordieux. Dieu Amour, Actes du colloque « Patrimoine syriaque VIII », Antélias (Liban), p. 59‑69.

Dijkstra (K.) 1995 Life and Loyalty. A Study in the Socio-Religious Culture of Syria and Mesopotamia in the Graeco-Roman Period Based on Epigraphical Evidence (RGRW 128), Leiden.

Duchâteau (M.-E.) 2013 Les divinités d’Europos-Doura. Personnalité et identité (301 av. n. è. – 265 de n. è.), Paris.

Healey (J. F.) 1998 « The Kindly and Merciful God: On some semitic divine epithets », M. Dietrich & I. Kottsieper (éd.), Und Mose schrieb dieses Lied auf Studien zum Alten Testament und zum Alten Orient. Festschrift für Oswald Loretz, Munster, p. 349‑357.

IGLS J.-B. Yon (éd.), Inscriptions Grecques et Latines de la Syrie. Vol. XVII : Palmyre (BAH 195), 2012.

Kaizer (T.) 2004 « Religious mentality in Palmyrene documents », Klio 86, p. 165‑184.

Kubiak (A.) 2013 « Des « dieux bons » à Palmyre », Studia Palmyrenskie XII, p. 227‑234.

Kubiak (A.) 2016 « Gods without names? Palmyra, Hatra, Edessa », ARAM 28, p. 337‑348.

Kubiak (A.) sous presse « Les ex-votos inscrits à Palmyre – l’écriture des inscriptions dédiées aux dieux », F. Briquel-Chatonnet, M. Debié & L. Nehmé (éd.), Le contexte de naissance de l’écriture arabe. Écrit et écritures araméennes et arabes au 1er millénaire après J.-C. Actes du colloque international du projet ANR Syrab (Orientalia Lovaniensa Analecta), Leuven.

Kubiak-Schneider (A.) 2016 « Celui dont le nom est béni pour l’éternité ». Une étude des dédicaces sans théonymes propres de Palmyre, thèse de doctorat inédite, soutenue à l’Université de Varsovie.

PAT E. Cussini & D. R. Hillers, Palmyrene Aramaic Texts, Baltimore, 1996.

Oshima (T.) 2011 Prayers to Marduk, Tübingen.

Stark (J. K.) 1971 Personal Names in Palmyrene Inscriptions, Oxford.

Tallquist (K. L.) 1938 Akkadische Götterepitheta : mit einem Götterverzeichnis und einer Liste der prädikativen Elemente der sumerischen Götternamen (Studia Orientalia 7), Helsinki.

Haut de page

Notes

1 Connu postérieurement sous le terme « Dieu Anonyme », cf. Kubiak-Schneider 2016. Je remercie M. Gawlikowski de m’avoir confié cette inscription.

2 Pour un objet similaire cf. par exemple al-Asʿad & Yon 2002-2007, p. 106, n° 8.

3 Il était traditionnel de déposer des autels dans les rues ou aux portes de la ville. Les autels d’el-Kerasi (PAT 0340) ont été placés au croisement de voies, deux autels dédiés à Tyché-Gaddé à Doura-Europos étaient situés dans la porte monumentale de la ville, cf. Duchâteau 2013, p. 648, n° D41.

4 Pour une nouvelle typologie de l’écriture palmyrénienne, cf. Kubiak sous presse.

5 Cf. PAT 1438.

6 Attestée au moins 169 fois dans l’épigraphie de Palmyre.

7 Cf. PAT 1571, RHMNʾ est une épithète de Baʿalshamin.

8 P. ex. PAT 1610 : LBL WLYRḤBWL WʿGLYBWL : « Pour Bel et pour Yarḥibol et Aglibol ».

9 La Sagesse d’Aḥiqar représente un cas similaire à celui de cette inscription palmyrénienne, daté du viie ou vie siècle av. J.-C., cf. Healey 1998, p. 351. Néanmoins, en ce qui concerne la période du Haut-Empire, en dehors du judaïsme et du christianisme, l’appel à la miséricorde divine, soit comme nom divin, soit comme épithète, est attesté seulement à Palmyre, cf. Kaizer 2004, p. 181-182.

10 En incluant une inscription grecque IGLS XVII.32 qui est une traduction littérale en grec des inscriptions araméennes, il y a 23 textes dédiés au Miséricordieux.

11 Pour l’argumentation cf. Kubiak 2016, p. 346 et Briquel-Chatonnet 2003, p. 59-69.

12 Le Miséricordieux était un autre nom de Marduk-Bel babylonien selon la théologie développée surtout au Ier millénaire av. J.-C. Cf. Oshima 2011.

13 Les textes relatifs à Bel trouvés à Palmyre sont des inscriptions honorifiques et des légendes de tessères. Les dédicaces votives qui nomment Bel viennent plutôt de l’extérieur de la ville. P. ex. PAT 1616 (de Cos).

14 PAT 1558.

15 Elle n’apparaît pas seulement dans les dédicaces sans théonymes, même si elle y est très répandue, mais aussi dans d’autres inscriptions votives, p. ex. PAT 1610 : Bel, Yarḥibol et Aglibol ; PAT 1621 : Gad des Gennaya, Arṣu et Raḥim ; PAT 1703 : Šalman et Abgal ; PAT 2758 : Allat et Raḥim.

16 Stark 1971, v. ŠQN, PAT 0663.

17 Dijkstra 1995, p. 115 ; Kubiak 2013, p. 232.

18 Aussi bien l’akkadien remmenu que l’araméen RḤMNʾ sont habituellement utilisés comme épithètes dans l’épigraphie, cf. Abou-Assaf, Bordreuil & Millard 1982, p. 137. La miséricorde divine est souvent rappelée dans des prières et hymnes mésopotamiens dès les époques plus anciennes, cf. Tallqvist 1938, p. 165.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure.
Légende Autel à Miséricordieux
Crédits © M. Gawlikowski
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6006/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aleksandra Kubiak‑Schneider, « Une inscription palmyrénienne inédite à « Miséricordieux » »Syria, 95 | 2018, 275-278.

Référence électronique

Aleksandra Kubiak‑Schneider, « Une inscription palmyrénienne inédite à « Miséricordieux » »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/6006 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.6006

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search