Navigation – Plan du site
Articles

Rapport préliminaire sur les activités de la mission syro-française de Ras Shamra-Ougarit en 2007 et 2008 (67e et 68e campagnes)

Michel Al-Maqdissi, Yves Calvet, Valérie Matoïan, Khozama Al-Bahloul, Christophe Benech, Jean-Claude Bessac, Éric Coqueugniot, Bernard Geyer, Jean-Philippe Goiran, Nick Marriner, Francesca Onnis et Caroline Sauvage
p. 21-51

Résumés

Ce rapport présente les résultats préliminaires des travaux de terrain de la mission archéologique syro-française de Ras Shamra – Ougarit pour les campagnes de 2007 et 2008 qui se sont déroulées à Ras Shamra et sur plusieurs sites côtiers. Sur le tell de Ras Shamra, quatre opérations de fouilles ont été menées  : la poursuite du chantier du «  Rempart » et de celui de la «  Grand-rue », la reprise du dégagement du «  pont-barrage » sur le Nahr ed-Delbé et un nouveau chantier conjoint dans le secteur du «  Temple de Dagan ». Deux autres opérations ont commencé en 2008  : la prospection géomagnétique du tell et l’étude des techniques de taille de la pierre à Ougarit. Les travaux de la mission se sont portés également sur les sites côtiers du royaume d’Ougarit dans le cadre d’un nouveau programme conjoint visant à reconstituer l’évolution des paléo-environnements portuaires et la mobilité des paysages littoraux. La présentation des activités de terrain est complétée par une réflexion sur le plan de l’antique cité d’Ougarit et les premiers résultats de l’étude d’un atelier de travail du silex (Bronze récent final) mis au jour dans le chantier «  Grand-rue ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1(Y. Calvet et M. Al-Maqdissi)

  • 1 Mission conjointe du ministère des Affaires étrangères et européennes pour la partie française, dir (...)

2Le présent rapport préliminaire présente les résultats des travaux de terrain de la mission syro-française de Ras Shamra-Ougarit (Syrie) aux printemps 2007 et 2008. Cette mission conjointe, dirigée par Yves Calvet, pour la partie française, et J. Haydar, pour la partie syrienne, a mené plusieurs campagnes de recherche durant ces deux années1. Une partie du travail a été effectuée sur le terrain, à Ras Shamra même (fig. 1) et plus largement sur certains sites portuaires de la région correspondant à l’ancien royaume d’Ougarit. Les études de matériel archéologique (objets et documents épigraphiques) se sont poursuivies au dépôt de fouille de la mission et dans les différents musées syriens qui conservent les objets découverts sur le site.

Figure 1

Figure 1

Plan général du tell de Ras Shamra avec localisation des secteurs fouillés (état 2008).

3La mission a été très honorée de la visite Madame Assad, épouse du Président de la République Arabe Syrienne le 9 mai 2007, qui a passé un long moment avec nous, sur le tell d’abord, afin de visiter le site et les fouilles en cours, puis au dépôt de fouille où elle a été très intéressée par le matériel archéologique et les techniques de travail des chercheurs.

  • 2 Kh. al-Bahloul, responsable du chantier ; M. Al-Maqdissi, responsable scientifique ; J. Haydar, dir (...)

4Les travaux du chantier du rempart sud-ouest se sont poursuivis durant les campagnes de 2007 et 2008. La vaste maison, jouxtant le rempart, a été dégagée sur une grande surface2.

  • 3 B. Geyer, Y. Calvet, avec la collaboration de Fr. Onnis, N. Marriner et J.-Ph. Goiran.
  • 4 Menée par J.-Cl. Bessac.

5En 2008, la fouille du « pont-barrage » a été reprise et a permis de mieux préciser la configuration du massif d’ancrage de la rive gauche et de proposer de nouvelles explications sur son fonctionnement3. Par ailleurs, les techniques de taille de la pierre de cette construction ont fait l’objet d’une première étude4.

  • 5 Chantier dirigé par V. Matoïan, avec la collaboration de Fr. Onnis, assistante archéologue, É. Devi (...)
  • 6 Al-Maqdissi et al. 2007.

6Le chantier Grand-rue, au sud de la ville, a fait l’objet d’une campagne sur le terrain en 20075. Ce quartier de la fin de l’âge du Bronze récent (xiiie-début du xiie s.), comme on l’a montré dans le précédent rapport paru dans Syria6, occupe une place essentielle dans la topographie de la ville. Situé dans l’axe du pont-barrage franchissant le Nahr ed-Delbé au sud du site, il se trouve au carrefour de deux voies de circulation importantes. Les travaux de 2007 ont permis d’étendre vers l’est et vers le nord la fouille du vaste bâtiment de pierres de taille, mais on n’en connaît pas encore les limites. à l’est, l’extension opérée a permis d’atteindre l’ancienne fouille de la tranchée Ville Sud.

7En 2008, le chantier n’a pas été ouvert en raison des changements survenus dans l’organisation du dépôt de fouille de la mission et du déménagement de la mission dans un nouveau site. La campagne de 2008 a permis l’étude du matériel archéologique découvert lors de la campagne précédente.

  • 7 Callot 2007 et 2008, Margueron 2007.

8L’étude architecturale du Palais royal s’est poursuivie en 2007 et 2008. L’insertion de l’édifice dans un ensemble fortifié à l’ouest de la ville a été précisée. Cet ensemble, isolé par des portes gardées du reste de la cité, avec son entrée particulière depuis l’extérieur de la ville, constitue un cas exceptionnel pour ce genre d’édifices au Bronze récent7. Deux campagnes d’étude sont encore nécessaires pour achever le manuscrit définitif.

  • 8 Programme mené par V. Matoïan, avec la collaboration d’une équipe de chercheurs (Matoïan 2008). Mis (...)
  • 9 Al-Maqdissi & Matoïan 2008.

9Les études sur le matériel du Palais royal ont fait l’objet d’une première publication en 2008 et se poursuivent8. Plusieurs manifestations se sont tenues, notamment une exposition au Musée national à Damas en octobre 2008, qui a donné lieu à un catalogue bilingue français-arabe9.

  • 10 Callot, à paraître.
  • 11 Équipe syro-française ; premiers travaux effectués en 2008 sous la responsabilité de C. Sauvage.

10L’étude architecturale des temples de l’acropole (Baal et Dagan) est achevée10. Mais, afin de développer les recherches sur ces monuments, un programme de recherche syro-français a été décidé pour préciser les données chronologiques concernant les temples de l’acropole. Les travaux ont commencé en 2008 au nord-ouest du temple de Dagan11.

  • 12 Y. Calvet, V. Matoïan et B. Muller.
  • 13 Y. Calvet, V. Matoïan, É. Devidal, C. Sauvage.
  • 14 L’ouvrage, rédigé par P. Bordreuil, R. Hawley et D. Pardee, sera publié dans la série Ras Shamra-Ou (...)

11Les missions de 200712 et 200813 ont permis de travailler sur les vestiges archéologiques d’Ourtenou, en vue de la publication du bâtiment et de son matériel. Le volume consacré aux textes alphabétiques est sous presse14. Celui des textes syllabiques est en préparation.

  • 15 Dans le cadre de l’ANR « PROGESECA », sous la responsabilité de C. Benech.

12Une prospection géophysique du tell de Ras Shamra a été menée en 2008 sur le quart sud-est du site de Ras Shamra15. Elle a permis d’identifier des vestiges sous-jacents, comme la partie ouest de la place publique de la tranchée Ville Sud et certains tracés de rue. Mais les contours des bâtiments sont très difficiles à cerner, étant donné le caractère très mêlé des ruines.

  • 16 B. Geyer, J.-Ph. Goiran et N. Marriner et M. Al-Maqdissi.

13Une prospection des sites portuaires du royaume d’Ougarit a été commencée en 2008, par une équipe syro-française. Elle sera poursuivie par une série de carottages qui permettront de préciser le fonctionnement, la datation et l’histoire des ports antiques du royaume16.

  • 17 Contenson 1992.

14L’année 2007 a donné lieu à des travaux particuliers sur le tell : maintenance des restaurations et surtout comblement du sondage stratigraphique de l’acropole, commencé par Cl. Schaeffer avant la Seconde Guerre mondiale, poursuivi puis publié par H. de Contenson17. Les instances syriennes et françaises ont imposé à la mission de combler ce sondage, car l’effondrement progressif des parois le long de l’itinéraire touristique du site présentait un réel danger.

  • 18 L’opération de restauration a été menée sous la responsabilité de Fr. Bernel.

15La mission de printemps 2007 a permis d’effectuer une mise en valeur du dépôt de fouille, après de gros travaux de maintenance sur les bâtiments. Un sarcophage de pierre, découvert en 1976, a pu être restauré, grâce à la collaboration de l’Ifpo18.

  • 19 Ce transfert a été imposé par un projet immobilier touristique.
  • 20 L’opération de conditionnement du matériel a été menée sous la direction de V. Matoïan, avec la col (...)

16Les années 2007 et 2008 ont vu un grand changement pour le fonctionnement de la mission : le dépôt de fouille et l’hébergement ont été transférés dans une nouvelle maison, construite à quelques kilomètres de l’ancienne19. Les opérations de transfert du matériel archéologique ont nécessité l’interruption du chantier Grand-rue en 2008, en raison de la lourdeur de la préparation du déménagement20. Heureusement, toutes les autres opérations de 2008 ont pu être réalisées.

  • 21 É. Bordreuil, P. Bordreuil, Fr. Ernst-Pradal, R. Hawley, D. Pardee, M. Prosser, C. Roche, H. Rouill (...)

17Enfin, des missions épigraphiques ont été réalisées dans les musées de Damas et d’Alep en 2007 et en 200821.

Chantier du Rempart

18(M. Al-Maqdissi, K. Al-Bahloul)

19Au cours des 67e et 68e campagnes, la partie syrienne a poursuivi, sous la direction de K. Al-Bahloul, le dégagement de la maison ougaritique fouillée depuis 2005, à l’ouest du rempart (fig. 1). La fouille s’est étendue dans trois directions — au nord, à l’est et au sud — apportant des données importantes pour la connaissance de l’urbanisme à Ougarit.

Les tombes ottomanes (niveau II)

20La stratigraphie présentée dans le premier rapport reste inchangée. Sur l’ensemble du chantier, de nouvelles tombes individuelles en ciste (fig. 2), datées de la période ottomane (niveau II), ont été dégagées. Ces sépultures ont perturbé le niveau IV du Bronze récent, détruisant de nombreux murs et sols de la maison ougaritique. Les corps sont orientés est-ouest, le crâne tourné vers le sud selon la tradition islamique. Elles ont livré un mobilier funéraire peu abondant (perles de verre, bracelets en bronze...).

Figure 2

Figure 2

Tombes ottomanes du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

La poursuite du dégagement de la maison ougaritique (niveau IV)

21À la fin de la campagne de 2008, la superficie dégagée est d’environ 450 m2 (fig. 3 et 4). À l’est, l’édifice est bordé par une rue nord-sud, parallèle au rempart. La façade orientale de la maison est actuellement reconnue sur une longueur de 30 m. Elle comporte une entrée au sud (8524), ouvrant sur la rue.

Figure 3

Figure 3

Vue de la maison ougaritique du chantier du Rempart, depuis l’est vers l’ouest (état 2007).

H. David - Mission de Ras Shamra.

Figure 4

Figure 4

Plan schématique du chantier du Rempart (état 2008).

  • 22 Schaeffer 1938, p. 198, fig. 2 ; Yon 1997, p. 126-131.

22La rue nord-sud peut être mise en parallèle avec la rue dite « du rempart », dégagée par Cl. Schaeffer dans les années trente, au nord-est de l’agglomération, dans le secteur dénommé Ville Basse22, de même qu’avec la rue bordant à l’ouest la maison dite « de Yabninou » et le Palais royal, dont elle pourrait être le prolongement. Cette découverte conforte l’hypothèse d’une voie de circulation périphérique intra muros, dont le tracé suivrait celui du rempart, facilitant ainsi la circulation dans l’agglomération.

23Dans la maison, la fouille a permis le dégagement, au nord, de cinq nouveaux espaces de fonction diverse. La cour I permet d’accéder au nord au locus XV, qui communique avec le locus XVIII par un large passage de 1,60 m (8423), avec un seuil en pierre de taille. Au nord, les montants de la porte présentent un décrochement.

24Dans la partie orientale du locus XV, on observe la présence d’une banquette en terre dont les extrémités sont renforcées par une structure en pierre (fig. 5). Ce locus donne accès à l’ouest, par une porte dont le seuil est monolithe, à la pièce XIII de petites dimensions (3,70 x 2,60 m). Sur le sol de cette pièce, très fin et de couleur grisâtre, ont été retrouvés des éléments de canalisation en céramique, à proximité du mur nord.

Figure 5

Figure 5

Locus XVIII (au premier plan) et locus XV de la maison ougaritique du chantier du Rempart, vue du nord vers le sud.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

25Au nord, la fouille a permis de commencer le dégagement du locus XVIII, d’une dimension de 9 m dans l’axe est-ouest. À l’ouest, deux marches mènent à une autre pièce partiellement fouillée. À l’est des marches, le sol est recouvert d’un cailloutis. Dans le passage, on observe la présence d’une base de colonne en pierre, à côté d’un bassin quadrangulaire en pierre d’un mètre de côté (fig. 6). Sur le sol de la pièce XVIII, des pointes de flèche et des éléments de cuirasse en bronze ont été découverts (fig. 7 à 9).

Figure 6

Figure 6

Escalier, base de colonne et bassin dans la partie occidentale du locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

Figure 7

Figure 7

Pointe de flèche en bronze, locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

Figure 8

Figure 8

Pointe de flèche en bronze, locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

Figure 9

Figure 9

Élément de cuirasse en bronze, locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

26Notons enfin la présence, à l’est de la cour I, d’une cage d’escalier XIV menant à l’étage, dont deux volées de marches en pierre subsistent. Sous l’escalier sont situées des toilettes.

27Au sud, la fouille a mis en évidence un ensemble de pièces organisées autour d’une cour IX au plan rectangulaire de 4,34 m de large et dégagée sur une longueur de 5,10 m. Le passage vers le locus VIII, de 1,60 m de large, est marqué par deux marches monolithes. Dans ce locus, deux sols ont été reconnus. Notons la découverte, dans les décombres, d’un vase en basalte incomplet (fig. 10).

Figure 10

Figure 10

Plat en basalte du locus VIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

  • 23 Matoïan 2004.

28Ce chantier a livré des sanitaires et plusieurs aménagements hydrauliques. Dans la partie orientale de la pièce VII se trouve un puisard carré construit en moellons, de 0,70 m de côté et d’une profondeur d’un mètre. La fouille du puisard a livré un vase à étrier en faïence23 (fig. 11), des perles en matières vitreuses et des noyaux d’olives. Enfin, dans la pièce X, on observe un autre puisard et un puits.

Figure 11

Figure 11

Vase à étrier en faïence, puisard du locus VII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

  • 24 cf. Gachet-Bizollon 2007, p. 175 pour des ex. similaires à ceux de la figure 12.

29Notons enfin que la poursuite du dégagement du locus V a livré de nouveaux éléments de placage en ivoire24 dont certains sont brûlés (fig. 12).

Figure 12

Figure 12

Fragments de plaques en ivoire à décor de tresse, locus V de la maison ougaritique du chantier du Rempart.

Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.

La fouille du pont-barrage sur le Nahr ed-Delbé

30(B. Geyer, Y. Calvet, N. Marriner, Fr. Onnis, J.-Ph. Goiran)

  • 25 Calvet & Geyer 1992 et 1995.
  • 26 Grès dunaire ou de plage, calcaire.

31En 1986 a été découvert, dans le lit mineur du Nahr ed-Delbé, au sud du site de Ras Shamra (fig. 1), un aménagement particulier — un « barrage-poutrelles »25 —, construit pour l’essentiel en blocs quadrangulaires de ramleh26. Il avait alors été très partiellement dégagé. De nouvelles fouilles, effectuées en 2002 et limitées à un sondage de 4 x 2 m, dans la berge gauche, avaient révélé la présence de la pile d’ancrage sud du dispositif.

32Celui-ci barrait le cours d’eau au moyen d’une pile centrale et de deux massifs d’ancrage implantés sur les rives (fig. 13). De ces derniers, seul celui du sud (rive gauche) est conservé (fig. 14). Les deux passes ainsi ménagées pouvaient être fermées au moyen de poutrelles, glissées dans des encoches taillées dans la pile et dans les massifs d’ancrage. Nous supposons que l’ouvrage servait aussi de pont, assurant la circulation vers la ville en autorisant le franchissement du cours d’eau, mais il créait surtout et avant tout une précieuse réserve en eau. Il s’agirait du plus ancien ouvrage de ce type actuellement connu en Syrie.

Figure 13

Figure 13

État du dégagement du pont-barrage en 2008.

Relevés É. Devidal - Mission de Ras Shamra.

Figure 14

Figure 14

Vue du pont-barrage sur le Nahr ed-Delbé depuis le sud-est (pile centrale à droite  ; massif d’ancrage à gauche).

V. Matoïan - Mission de Ras Shamra.

  • 27 Les autorisations nécessaires ont été obtenues grâce au soutien de la DGAMS et de J. Haydar, co-dir (...)

33L’opération menée du 14 au 28 avril 2008 visait à préciser les modes de construction de l’ouvrage, sa ou ses fonctions et, si possible, sa datation. Nous avons donc ouvert, dans le verger d’un particulier27, en rive gauche, deux carrés de 5 x 5 m, de front, parallèlement au grand axe de l’ouvrage et donc au lit du cours d’eau. Hormis le dégagement et l’étude de l’ouvrage, une analyse des formations sédimentaires qui l’ont fossilisé a été entreprise, avec prélèvement de sédiments.

Résultats

34Nous avons pu dégager le massif d’ancrage de rive gauche sur une longueur d’environ 10 m et sur une largeur maximale de près de 4 m. Même si l’ensemble de l’aménagement n’est pas dégagé, les enseignements obtenus nous permettent de mieux comprendre son histoire et sa fonction. Deux phases distinctes de fonctionnement ont pu être mises en évidence. Elles avaient déjà été supposées lors du dégagement de la pile centrale, en 1986, mais n’avaient pu alors être clairement caractérisées.

La première phase

  • 28 Cf. ci-dessous la contribution de J.-Cl. Bessac.

35Elle correspond à la construction de l’aménagement. Le massif d’ancrage de rive gauche s’est révélé être, comme la pile centrale, réalisé en appareil de pierres de taille modulaire, avec des blocs soigneusement taillés, joints entre eux, au moment de la pose, par des queues d’aronde en bois28. Les deux assises de parement délimitent, à hauteur de la pile centrale, une passe de largeur irrégulière, de presque 2 m au niveau de la vanne, et s’élargissant vers l’aval (fig. 15). Elles se poursuivent vers l’amont où, formant un S rentrant, elles nous donnent la limite sud du petit « lac de retenue » constitué à l’amont de l’aménagement. Vers l’aval, le massif s’interrompt là où devait s’interrompre la pile centrale. Pour ce que l’on peut en voir du fait de réaménagements postérieurs (cf. ci-dessous), le cœur du massif d’ancrage était probablement constitué lui aussi de blocs taillés. Par contre, l’extension amont du massif, qui limite le lac de retenue, semble constituée, derrière les beaux blocs de parement, d’un bourrage d’argile et de limons.

Figure 15

Figure 15

Vue du pont-barrage sur le Nahr ed-Delbé depuis le sud-ouest (pile centrale à gauche  ; massif d’ancrage à droite).

V. Matoïan - Mission de Ras Shamra.

36Une grande pierre, semblable dans ses dimensions et sa facture à celles de l’aménagement, a été trouvée renversée sur le lit du nahr, entre l’étrave de la pile centrale et le massif d’ancrage, peu en amont de l’emplacement de la vanne (fig. 14). Il s’agit d’un bloc à rigole. Sa largeur correspond à la distance entre deux décrochements visibles sur l’assise supérieure du massif d’ancrage, juste à l’amont de l’encoche de la vanne. C’est sans doute une pierre destinée à guider l’eau du lac de retenue vers la surface de la terrasse alluviale. Ainsi semble donc attestée la fonction de barrage de cet aménagement et son utilisation très probable pour l’irrigation. En revanche, du fait de la présence d’un empierrement postérieur sur la partie centrale du massif d’ancrage, face à la pile centrale, il ne nous a pas été possible de déterminer si l’aménagement servait de pont durant cette première phase : cela est cependant fort probable du fait de la position du pont-barrage par rapport au site de Ras Shamra.

  • 29 Cf. ci-dessous la contribution de J.-Cl. Bessac.

37Le problème de la datation de cette phase subsiste. Seule une datation relative est disponible à ce jour. En effet, nous avions prélevé, en 2002, du charbon de bois dans du mortier de chaux utilisé lors de ce qui semble être une réfection de la pile centrale. La date C14 obtenue est de 2700 ± 40 BP, soit 916 à 801 av. J.-C. cal. La première phase, celle de la construction de l’ouvrage, étant forcément antérieure à cette date, l’hypothèse d’un aménagement remontant à l’âge du Bronze récent, période de splendeur d’Ougarit, reste la plus probable. Pour autant, J.-Cl. Bessac souligne que l’observation des parements dans le Palais royal et dans le bâtiment du chantier Grand-rue n’a pas permis d’établir de parallèles avec le pont-barrage29. On ne peut cependant exclure que les techniques utilisées pour la construction d’un pont-barrage aient pu différer de celles mises en œuvre pour des bâtiments. Un nouveau prélèvement de noyaux d’olive carbonisés a pu être effectué, au printemps 2008, sur le massif d’ancrage, à la limite entre les aménagements de phase 1 et de phase 2. La date attendue permettra de préciser la chronologie.

La deuxième phase

38Elle consiste pour l’essentiel en un empierrement, très probablement un chemin, réalisé avec des moellons de calcaire et de ramleh bruts, qui vient coiffer le massif d’ancrage dans sa partie médiane, face à la pile centrale. Cet empierrement est disposé sur un niveau de terres (limons argileux) rapportées qui fossilisent les aménagements de première phase. Il est limité, en direction du lit de l’oued et de la pile centrale, par deux blocs taillés posés à plat et portant, en vis-à-vis, des queues d’arondes, et se poursuit en direction du sud-sud/est dans la formation alluviale qui recouvrait l’ensemble. Pour pouvoir réaliser cet empierrement, il a fallu enlever la pierre à rigole de première phase, ce qui atteste de la réalité de deux phases distinctes.

39La fonction de pont est donc attestée pour cette deuxième phase. Par contre, celle de barrage n’est pas certaine. Elle est cependant possible dans la mesure où des réfections ont été observées sur le dallage de fond d’oued ainsi que dans le dispositif de fermeture de la passe droite, bien visible sur le flanc de la pile centrale.

40La datation de cette deuxième phase est aussi délicate à préciser que la première. Nous avons évoqué une date C14 remontant en gros au ixe s. av. J.-C. Deux autres dates ont pu être obtenues à partir de charbons de bois prélevés dans du mortier de chaux utilisé pour des réfections de la pile centrale. La première est de 1810 ± 35 BP, soit 128 à 322 apr. J.-C. cal ; la seconde est de 1665 ± 35 BP, soit 260 à 432 apr. J.-C. cal. L’aménagement aurait donc été réutilisé à l’époque romaine.

Étude des techniques de taille dans l’architecture d’Ougarit : le pont-barrage sur le Nahr ed-Delbé

41(J.-Cl. Bessac)

42Les observations techniques ont concerné essentiellement la phase initiale de construction en pierre de taille du pont-barrage, les vestiges de la reprise ultérieure étant trop lacunaires. L’ouvrage est réalisé en appareil de pierres de taille approximativement modulaire, dont il ne subsiste plus que deux assises de 0,42 m de haut. Les longueurs des blocs en parement de la première assise varient de 0,52 à 0,58 m, alors que dans la deuxième assise, elles sont proches de 0,47 m. La longueur des pierres varie selon leur emplacement. Le grès dunaire local employé pour cet ouvrage est une pierre tendre à grains moyens partiellement siliceux et liés par une matrice calcaire peu dense. Cette roche à porosité ouverte a été extraite dans une masse homogène, probablement dans une carrière dont la couche superficielle avait été déjà éliminée par une extraction précédente.

  • 30 Bessac 1991, p. 93-105 ; id. 1996, p. 205-214.

43La plupart des parements de la première assise a été laissée brut d’extraction à l’escoude. Cet outil d’extraction traditionnel est caractérisé par son étroitesse qui permet de creuser des tranchées de 8 à 15 cm de large pour isoler verticalement les blocs du substrat30. Son usage est matérialisé sur les parements du pont-barrage par des sillons espacés de 5 à 7,5 cm (fig. 16) et par les impacts frontaux observés sur les vestiges d’un fond de tranchée d’extraction visible en façade de la pile centrale, côté amont (fig. 17). Ces traces révèlent un tranchant forgé perpendiculairement au manche, légèrement arrondi (flèche de 0,3 cm) et mesurant 1,6 cm de large. Certains blocs ont été débités en deux parties à l’aide de coins introduits dans des saignées d’environ 13 cm de profondeur, creusés également avec l’outil d’extraction (fig. 18). Le profil en V et le faible volume de ces saignées (ou encoignures) interdisent l’hypothèse de l’usage de coins de bois. Il est probable que la fracture de la base des blocs, déjà isolés par des tranchées verticales, devait être réalisée pareillement. Comme dans de nombreux exemples antiques, de fines cales de bois (paumelles) ont dû être intercalées entre les coins métalliques et la pierre car celle-ci n’est pas marquée par la pression du métal.

Figure 16

Figure 16

Pont-barrage d’Ougarit  ; massif d’ancrage côté aval  : traces latérales d’extraction par escoude.

J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.

Figure 17

Figure 17

Pont-barrage d’Ougarit  ; pile centrale, côté amont, vers le massif d’ancrage  : traces frontales d’extraction par escoude.

J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.

Figure 18

Figure 18

Pont-barrage d’Ougarit  ; massif d’ancrage côté amont  : traces du débitage secondaire.

J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.

44La deuxième assise est parementée à l’aide d’un outil à un ou deux tranchants, disposés perpendiculairement à son manche, à l’instar des polkas traditionnelles (fig. 19). La largeur de ces tranchants est de 5,5 cm et de 8 cm avec une flèche de 0,2 cm. Les parements ont été parfois préparés par des ciselures de 6 à 11 cm de large mais taillées seulement sur une ou deux arêtes (fig. 20). La mise en œuvre de la majorité des blocs de parement a été réalisée en lit, mais les exemplaires internes sont souvent en délit. L’ensemble des lits d’attente n’a été égalisé qu’une fois les blocs en œuvre. Une marque lapidaire en forme de L figure sur un parement (fig. 21).

Figure 19

Figure 19

Pont-barrage d’Ougarit  ; pile centrale, côté amont, vers la berge, deuxième assise  : traces de taille avec un outil du type de la polka.

J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.

Figure 20

Figure 20

Pont-barrage d’Ougarit  ; massif d’ancrage côté amont  : traces de ciselure sur le montant gauche et sur le lit d’attente de la pierre de la seconde assise.

J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.

Figure 21

Figure 21

Pont-barrage d’Ougarit  ; pile centrale, côté aval, vers la berge, deuxième assise  : marque lapidaire.

J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.

  • 31 Bessac 1997, p. 17-18.

45Des queues d’aronde d’une longueur comprise entre 25 et 34 cm et d’une largeur moyenne de 10,5 cm ont été creusées par trois mains différentes sur les lits d’attente à l’aplomb des joints montants internes pour loger des tenons. Aucune trace d’oxydation ou de plomb de scellement ne subsiste dans ces cavités (fig. 22). Les tenons étaient donc vraisemblablement en bois. Comme dans d’autres ouvrages antiques, ces tenons maintenaient en place les blocs inférieurs pendant la pose des pierres de l’assise suivante. Il existe aussi des queues d’aronde dans d’autres secteurs de la ville et sur la poterne du rempart d’Ougarit où elles sont beaucoup plus grandes. Par ailleurs, le principe de liaison temporaire des blocs à l’aide de tenons en queue d’aronde se poursuit ensuite et perdure assez tardivement dans le grand appareil de pierre tendre31. Il est donc délicat de l’utiliser comme repère chronologique. Les premières observations des caractères techniques des pierres de taille de la ville du Bronze récent ne permettent pas de proposer des parallèles évidents qui autoriseraient une datation similaire du pont-barrage. Les diverses remarques techniques évoquées ci-dessus semblent mieux s’accorder avec la taille de pierre d’ouvrages plus tardifs, notamment achéménides ou hellénistiques, en excluant toutefois l’époque romaine. Dans l’attente d’un nouveau programme d’observations, l’hypothèse d’une contemporanéité avec les constructions de la ville ne peut être cependant totalement écartée, mais cela supposerait l’intervention d’une équipe de constructeurs maîtrisant d’autres techniques que celles en usage dans la cité.

Figure 22

Figure 22

Pont-barrage d’Ougarit  ; pavement entre la pile centrale et le massif d’ancrage  : lit d’accueil des queues d’aronde.

J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.

Le chantier Grand-rue

46(V. Matoïan, Fr. Onnis)

  • 32 Cf. ci-dessus.
  • 33 Al-Maqdissi et al. 2007, p. 47-55 (avec références antérieures).
  • 34 L’opération a été menée sous la responsabilité de V. Matoïan, assistée, en 2007 et 2008, par Fr. On (...)
  • 35 Nous avons terminé le dégagement de plusieurs loci, reconnus précédemment, grâce entre autres à l’e (...)
  • 36 Callot 1994.

47Localisé au milieu du côté méridional du tell (fig. 1), à environ 200 m au nord-est du pont-barrage sur le Nahr ed-Delbé32, le chantier Grand-rue, dont l’exploration vise à mieux connaître l’organisation de la cité dans le secteur sud-centre33, a fait l’objet d’une sixième campagne de fouille en 2007 (de mi-avril à fin mai) ; l’année 2008 a été consacrée à l’étude du matériel34. L’objectif principal de la campagne 2007 fut de poursuivre le dégagement du bâtiment B, localisé à l’est de la grande rue nord-sud (3016) et au nord de la place 3121, et de voir comment il s’insère dans le tissu urbain de la partie méridionale de la cité35. Cet édifice possède une architecture de grande qualité (avec un emploi abondant de la pierre de taille) qui rappelle celle de grandes demeures du site comme le « Palais sud » ou maison dite « de Yabninou », la « Résidence de la Reine-Mère » et la « Résidence nord ». L’extension vers l’est a permis, comme nous l’avions prévu à la fin de la campagne de 2006, d’établir une première jonction avec le secteur de la tranchée Ville Sud, fouillé par Cl. Schaeffer en 1959 et 1960 et étudié par O. Callot36. On peut d’ores et déjà estimer que la superficie au sol du bâtiment, qui comportait un étage, est supérieure à 700 m2 (fig. 23).

Figure 23

Figure 23

Plan du chantier Grand-rue, état 2007.

Relevé É. D. - Mission de Ras Shamra.

48Au nord-ouest du chantier, nous avons poursuivi le dégagement de la rue 3016. La façade occidentale du bâtiment B est actuellement dégagée sur environ 20 m. Une seule ouverture (porte 3101, bouchée dans un second temps) sur la rue 3016 a été reconnue en 2006. À 6,32 m au nord de la porte 3101, on observe un décrochement vers l’est dans le mur de façade (3102). Comme pour le décrochement mis en évidence au sud de la porte, on note alors un léger changement d’orientation du mur vers l’est. À ce décrochement correspond un mur interne (3138), lié au mur 3102, constituant probablement la limite entre deux unités architecturales. Ce mur, orienté est-ouest, présente en effet un appareillage différent au sud et au nord. Alors que le parement sud est constitué d’assises irrégulières de moellons de différents modules, le parement nord montre, au-dessus de plusieurs assises de moellons, une assise de pierres de taille sur laquelle repose la sablière. L’hypothèse d’une autre unité architecturale, au nord du mur 3108, semble confortée par le fait qu’on observe un changement dans l’épaisseur du mur de façade, passant au nord du second décrochement de 0,95 cm à 0,75 cm.

  • 37 Hypothèse que nous privilégions actuellement.

49En l’état actuel du dégagement, nous ne savons pas si nous sommes en présence de deux unités au sein d’un même édifice (le bâtiment B)37 ou de deux habitations mitoyennes.

  • 38 Callot 1994, fig. 141.

50Alors que le parement de la façade occidentale, conservé jusqu’au niveau des sablières, est en pierres de taille sur toute la longueur, on observe pour la façade méridionale, reconnue sur plus de 30 m, un net changement dans la construction à l’est de la large ouverture (3119) dégagée en 2006. On note d’une part un important décrochement vers le sud (3147) et un changement d’orientation et, d’autre part, un abandon de la pierre de taille pour un appareillage en moellons (3137). L’une des hypothèses retenues actuellement serait que cette partie orientale du bâtiment, d’une construction moins soignée, pourrait correspondre à un espace destiné à des animaux. Nous avions émis l’hypothèse, à la fin de la campagne 2006, que les deux bassins monolithes (3112 et 3113) du locus 3116 puissent avoir été des mangeoires (fig. 24). La poursuite, en 2009, de la fouille dans ce secteur oriental, fortement perturbé par de grandes fosses, apportera probablement des éléments de réponse. À la fin de la campagne de 2007 fut mis en évidence dans la partie la plus orientale du chantier le sommet d’un mur est-nord-est/ouest-sud-ouest (3144) dont la prolongation pourrait correspondre au mur nord du locus 21 de la maison C de l’îlot X de la Ville Sud38, qui se trouve juste au sud de la maison dite « aux tablettes littéraires ». L’un des objectifs de la prochaine campagne de fouilles sera de poursuivre le dégagement de ce secteur afin de reconnaître la limite orientale du bâtiment B.

Figure 24

Figure 24

Vue du chantier Grand-rue depuis l’est.

V. M. - Mission de Ras Shamra.

  • 39 Un troisième puits en eau fut découvert par Cl. Schaeffer dans la « cour I » du Palais royal. D’apr (...)

51Un premier puits (3049) avait été découvert en 2005 dans le locus 3050. Il est comblé comme la plupart des puits mis au jour sur le tell. Au cours de la campagne de 2007, un second puits construit (3150) a été découvert dans l’édifice, dans le locus 3149. Ce dernier puits est en eau, ce qui constitue une découverte exceptionnelle pour le site. Profond d’environ 11,20 m, l’eau de la nappe phréatique a été atteinte à une profondeur de 6,70 m à partir de la margelle, soit à l’altitude absolue de 10 m. En mai 1986, l’altitude de la nappe phréatique avait été mesurée dans un puits de la tranchée Sud-Acropole et se trouvait à l’altitude de 10,82 m39. La découverte du chantier Grand-rue va permettre notamment d’engager des recherches palynologiques et sur les macrorestes végétaux, type d’approche encore très peu développée à Ougarit. Il est probable que des restes de flore soient encore présents dans le puits, conservés dans de bonnes conditions (milieu anaérobie) jusqu’à aujourd’hui. La fouille du puits est donc prévue en 2009, avec la collaboration de spécialistes. Les données obtenues devraient permettre d’approfondir nos connaissances sur la flore de l’antique Ougarit et seront confrontées à celles livrées par les textes.

52Des aménagements postérieurs, associés à ce puits, ont été mis en évidence. Il s’agit notamment d’un escalier, grossièrement construit (fig. 25). Ces aménagements témoignent de transformations qui ont été faites dans le bâtiment. Nous ne disposons pas, pour le moment, d’éléments précis pour les dater. En 2006, nous avions déjà mis en évidence deux portes bouchées (cf. ci-dessus).

Figure 25

Figure 25

Vue du puits 3150 du locus 3149, bâtiment B du chantier Grand-rue.

V. M. - Mission de Ras Shamra.

  • 40 L’objet a été déposé au Musée national de Damas pour restauration.
  • 41 Gachet-Bizollon 2007, p. 206, cat. 417.
  • 42 Voir ci-dessous.

53Parmi les trouvailles remarquables faites en 2007, on retiendra de nouveaux spécimens de vases en travertin (fig. 26), un sceau-cylindre en chlorite décoré d’une scène de culte et une exceptionnelle petite tête de lion en bronze (fig. 2740. L’objet, qui présente une cavité cylindrique, était destiné à être fixé sur un support. Il est unique dans le répertoire des objets en métal d’Ougarit, mais il peut être rapproché d’une pièce similaire en ivoire41, mise au jour sur l’acropole en 1935. Nous ne savons pas si ces deux objets doivent être interprétés comme des éléments de statuaire ou des éléments de mobilier. Le chantier Grand-rue a livré une autre représentation zoomorphe. Il s’agit d’une tête de cheval en céramique (fig. 28) ayant appartenu à une figurine ou un vase zoomorphe. Cette dernière découverte peut être mise en rapport avec un sceau-cylindre exhumé en 1992 lors de la fouille de la Grand-rue 3016 dont le décor montre l’une des rares représentations de cavaliers connues à Ougarit et d’une manière générale au Proche-Orient pour la période du Bronze récent. Enfin, la découverte la plus intéressante est celle d’un ensemble exceptionnel de silex taillés — dans le locus 3096 — dont l’étude menée en 2008 par É. Coqueugniot a permis d’en comprendre la nature42. Il s’agit des vestiges d’un atelier d’entretien et de réparation d’éléments de faucilles. Ce type de découverte est à ce jour unique à Ougarit. Les activités du propriétaire du bâtiment B étaient-elles en rapport avec l’exploitation agricole ?

Figure 26

Figure 26

Fragment de vase en travertin (RS 2007.3142, H. 17 cm), locus 3048 du bâtiment B, chantier Grand-rue.

V. M. - Mission de Ras Shamra.

Figure 27

Figure 27

Tête de lion en bronze (RS 2007.3450), chantier Grand-rue.

H. D. - Mission de Ras Shamra.

Figure 28

Figure 28

Tête de cheval en céramique (RS 2007.3001, H. cons. 5,22 cm), chantier Grand-rue.

H. D. - Mission de Ras Shamra.

Un atelier de travail du silex dans le bâtiment B du chantier « Grand-rue »

54(É. Coqueugniot)

  • 43 V. Matoïan et Fr. Onnis, ce vol. p. 33-37.

55La mission d’étude de mai 2008 a permis d’étudier le très abondant matériel lithique (silex et obsidienne) recueilli lors des dernières campagnes de fouilles dans le secteur Grand-rue43.

  • 44 Nous effectuons nous-même les dessins au crayon, en revanche leur mise au net (encrage) a été effec (...)

56En effet, pas moins de 5 200 artefacts en silex ont été mis au jour dans ce secteur (en 2006 et 2007), principalement dans le voisinage d’une pièce d’une grande maison (locus 3096), toutes les catégories de produits étant représentées (nucléus, lames et éclats bruts, esquilles, débris divers, outils retouchés). Les « outils » ont fait l’objet d’une analyse détaillée, avec enregistrement des caractères typologiques, technologiques et métriques pour l’intégralité de la série, dessins44 et photographies numériques pour un échantillon de pièces caractéristiques.

Le travail du silex dans une maison

  • 45 Coqueugniot 1991.
  • 46 Sur 546 « outils » recueillis pour l’ensemble du quartier « Grand-rue », 467 proviennent de ce seul (...)

57La composition de l’outillage retouché reste conforme à ce que nous connaissions ailleurs à Ougarit (quartier du « Centre de la ville » étudié par le passé)45, avec une large dominance des « éléments de faucilles » géométriques. L’originalité de cette série provient de l’extrême abondance du matériel présent, et recueilli, dans le locus 309646. Suite au constat d’une fréquence inhabituelle des silex (présence d’un amas lithique) lors de la fouille, une procédure de tamisage fin avait en effet été mise en place pour les niveaux les plus proches du sol de la pièce concernée. Nous avons ainsi la garantie d’être en présence d’une série réellement représentative du matériel, les fouilleurs ayant pu recueillir tout aussi bien les artefacts de grandes dimensions que les plus petits débris et esquilles (micro-éclats bulbés) dont la présence est précieuse pour comprendre l’organisation technique du travail du silex. La présence de pièces attestant des diverses phases de la taille et de la retouche du silex prouve que nous sommes en présence d’un atelier de travail du silex, et non pas d’un simple dépôt de matériel lithique.

58L’observation des stigmates de fabrication montre que la technique mise en œuvre est celle de la percussion directe au percuteur de pierre pour le détachement des lames et des éclats, la retouche fine utilisant éventuellement un percuteur tendre. La matière première utilisée se résume à du silex d’origine locale.

59Comme dans les autres niveaux du Bronze récent (quartier « Centre de la Ville »), les éléments de faucilles se partagent entre une majorité d’éléments trapézoïdaux (« éléments médians ») et des éléments triangulaires à pointe à gauche (« éléments terminaux » classiques) ou plus rarement à droite (fig. 29). Dans l’ensemble clos de l’amas du locus 3096, il faut noter la grande diversité des modules de ces divers éléments qui — comme dans le « Centre de la ville » — ne présente une standardisation que pour la complémentarité (somme) des angles déterminés par les troncatures et le tranchant actif, en liaison avec l’obtention d’un tranchant courbe et continu. Cela confirme que l’insertion de ces éléments dans le manche ne devait pas se faire dans une rainure, mais qu’ils étaient plutôt fixés latéralement (donc sans butées qui nécessiteraient une largeur relativement constante), noyés dans le mastic de bitume qui servait d’adhésif.

Figure 29

Figure 29

Éléments géométriques triangulaires. 1-2,4  : éléments terminaux (triangulaires) à pointe «  à gauche » [1, 4] ou plus rarement à droite [2]  ; 3  : élément médian (trapézoïdal) de petit module.

Remarque concernant la finalité de cet atelier

  • 47 Pour ne prendre qu’un exemple, le seul 31 mai 2006 il a été recueilli 33 outils (dont 30 éléments d (...)
  • 48 Le secteur Grand-rue n’a livré que quatre nucléus, dont deux seulement dans le locus 3096, et encor (...)

60Les outils (lames et éclats retouchés) sont très nombreux, de même que les micro-esquilles et petits débris47. En revanche les produits bruts, de plus grand module (lames et éclats non retouchés), sont relativement très rares et les nucléus véritables sont absents48 ; ce déficit suggère que la première partie de la chaîne opératoire est absente de cet atelier, que le débitage a été effectué dans des ateliers de taille situés dans d’autres secteurs ou à l’extérieur de la ville. En outre, parmi les micro-esquilles recueillies dans ce locus, il a pu être observé (à la loupe) des esquilles présentant du lustre de faucille, prouvant qu’il s’agit de produits issus non pas de la phase initiale de débitage (entretien du nucléus) ou de la retouche (mise en forme) des outils, mais du ré-affûtage du tranchant des faucilles.

  • 49 Un atelier de fabrication aurait dû livrer de nombreux éléments « neufs » (non encore lustrés, « en (...)

61Dans ce contexte, il ne semble pas que nous soyons en présence d’un atelier primaire de fabrication des faucilles. L’activité liée à cet amas lithique est plutôt celle de l’entretien des faucilles : remise en état (« affûtage ») ou remplacement des éléments. L’abondance des éléments présentant un tranchant lustré et la relative rareté des éléments dépourvus du lustre caractéristique, mais typologiquement attribuables au groupe des faucilles, laisse donc à penser que cet « atelier » était orienté vers la maintenance et la réparation des faucilles49 à partir de support provenant d’un autre atelier. Par suite, le matériel recueilli mêle des éléments abandonnés après leur remplacement dans la faucille et des faucilles « complètes » (comportant donc des éléments encore fonctionnels). Même dans cette hypothèse, l’extrême rareté des supports bruts demeure frappante car un atelier de maintenance a besoin d’un minimum de stock de supports vierges. Il faut aussi noter que la rareté des éléments entiers « neufs » plaide pour un façonnage des éléments à insérer au fur et à mesure que le besoin s’en faisait sentir et non pas pour la préparation à l’avance d’éléments dont les dimensions n’auraient pas nécessairement correspondu au besoin du moment. Il reste à déterminer le lieu de stockage des supports bruts en attente de mise en forme. Dans un espace non encore fouillé ?

62Dans la mesure où une faucille comportait 5 ou 6 éléments, les pièces trouvées dans le seul amas du locus 3096 correspondent à l’armature de plus de 60 faucilles complètes (fig. 30). Il s’agit donc d’une série particulièrement importante, très loin des quelques faucilles attestées d’ordinaire dans chacune des maisons d’Ougarit. En revanche, il ne semble pas possible de savoir si cet ensemble représente un atelier à l’usage d’un unique grand domaine agricole ou s’il s’agit d’un atelier de maintenance à l’usage d’un groupe plus étendu.

Figure 30

Figure 30

Hypothèse de reconstitution d’un tranchant de faucilles à partir d’éléments provenant du sol du locus 3096 (bâtiment B, chantier Grand-rue, Ougarit). On notera la diversité de largeur de ces éléments, l’adhésif (bitume) permettant d’insérer ces éléments dans le manche.

É. Coqueugniot - Mission de Ras Shamra.

63Faisant suite aux découvertes antérieures dans le quartier du centre de la ville, la mise au jour de cet atelier de travail du silex en liaison avec les travaux agricoles montre toute la place que ces derniers devaient occuper dans les activités d’au moins une partie des habitants d’Ougarit.

Le sondage de l’acropole

64(C. Sauvage)

  • 50 Dépôt de 74 objets de bronze, parmi lesquels une houe et quatre herminettes portaient une dédicace (...)
  • 51 Le temple de Baal fut mis au jour entre 1929 et 1933 et celui de Dagan en 1934 (voir Schaeffer 1929 (...)
  • 52 Callot 2007 ; Callot à paraître.

65L’acropole d’Ougarit fut explorée par Cl. Schaeffer au cours des premières campagnes de fouilles, entre 1929 et 1937 (fig. 31). Il dégagea, entre autres, deux temples-tours (temples de Baal et temple de Dagan), ouverts au sud, dont le dernier état date de la fin du Bronze récent. Ces deux temples, similaires et distants d’une cinquantaine de mètres, étaient reliés par deux rues est-ouest délimitant un îlot d’habitation. La partie occidentale de ce secteur d’habitation, immédiatement à l’est du temple de Baal, a été anciennement démontée (sur une bande large de 15 à 20 m et longue de 50 m) afin d’accéder aux couches inférieures, qui ont livré des tombes datées du Bronze moyen. Seule la partie orientale de l’îlot du Bronze récent subsiste aujourd’hui. Le bâtiment situé à l’ouest du temple de Dagan, fouillé dès 1929, fut surnommé « maison du Grand-Prêtre » ou « bibliothèque » en raison des découvertes épigraphiques qui y ont été faites50. Cl. Schaeffer y a atteint par endroits des tombes du Bronze moyen, qui pourraient correspondre à la continuation de la nécropole dans cette zone. Le temple de Dagan, fouillé en 1930, ne fut complètement dégagé qu’en 1934. Il ne reste que son soubassement constitué de larges murs ainsi qu’un glacis en pierre présentant un fruit important et appuyé contre le mur ouest du temple. Ces premiers travaux ont été publiés sous forme de rapports préliminaires parus dans la revue Syria51. L’étude détaillée des temples a été reprise récemment par O. Callot en vue de leur publication définitive52.

Figure 31

Figure 31

Plan de l’acropole en 1934 (d’après Schaeffer 1935, pl. XXXVI) et zones fouillées en pointillés.

Problématique

  • 53 Les temples furent fouillés jusqu’au deuxième niveau (Schaeffer 1935, p. 154), mais Schaeffer n’a p (...)
  • 54 Ibid. ; Callot 2007.
  • 55 Ces sondages furent réalisés à l’intérieur du temple de Baal, dans sa partie nord en 1992 et du côt (...)
  • 56 Callot 2007 ; la céramique a été étudiée par J.-Y. Monchambert.
  • 57 La fouille fut réduite à deux semaines (24 avril - 6 mai 2008).

66La datation de la fondation de ces deux temples, probablement contemporains, est encore débattue. Cl. Schaeffer proposait le Bronze moyen, et plus précisément le début du IIe millénaire (xixe-xviiie s.), en se fondant sur l’étude du matériel53 ainsi que sur la présence du glacis le long du mur ouest du temple de Dagan. O. Callot, dans son étude récente du secteur54, retient une datation similaire, d’après l’analyse du matériel retrouvé lors des fouilles anciennes (fragments de statues égyptiennes de la XIIe dynastie dans le temple de Baal) ainsi que dans les sondages qu’il a réalisés dans les deux temples, en 1992 et 200555. Le matériel issu des sondages est caractéristique du Bronze ancien, mais aussi du Bronze moyen 2, période à laquelle l’auteur situe la construction des édifices56. Cependant, une construction des sanctuaires au début du Bronze récent, autour du xve s., peut aussi être envisagée. En effet, la tranchée à l’est du temple de Baal a montré qu’au moins une partie de l’acropole était occupée au Bronze moyen par une nécropole, qui s’étendait peut-être à l’est jusque sous la « maison du Grand-Prêtre ». L’acropole aurait pu être occupée dans sa totalité par cette nécropole du Bronze moyen, puis faire l’objet d’un réaménagement, lors de la construction des temples, peut-être au début du Bronze récent. Dans le cadre d’une opération conjointe, la mission a décidé de s’intéresser à cette question afin de comprendre l’implantation de ces temples dans le paysage urbain et a entrepris un sondage sur l’acropole57.

Résultats

  • 58 Ici, le terme pierrier est utilisé pour caractériser une accumulation de pierres juxtaposées sur un (...)

67En raison de la nature des fouilles anciennes et de l’état de conservation de certains secteurs de l’acropole, nous avons porté notre attention sur l’angle nord-ouest et sur le côté ouest du temple de Dagan (fig. 31). Un carré de 4,20 x 3,90 m a été implanté à l’angle nord-ouest du temple de Dagan, à l’endroit où le plan de 1935 semblait indiquer un croisement de rues. Nous avons dégagé, sur une hauteur de 78 cm, un mur nord-sud (mur 201), large de 94 cm. L’assise supérieure de ce mur était représentée sur le plan de Cl. Schaeffer. Son parement ouest, dans l’alignement du parement ouest du soubassement du temple, a été reconnu sur une longueur de 2,46 m. Le lien stratigraphique entre le mur 201 et le pierrier 20258, observé juste au sud, n’est pas encore clairement établi (fig 32). Il semblerait que le glacis ait été construit sur le pierrier, qui recouvrirait ou viendrait contre la limite méridionale du mur 201. Pour vérifier cette hypothèse, il faudra étendre la fouille à l’est du mur 201 afin d’observer son parement oriental ainsi que sa relation avec le mur nord du soubassement du temple. Dans ce secteur, la fouille s’est arrêtée à une vingtaine de centimètres (17,5 cm) sous le niveau supérieur du pierrier 202.

Figure 32

Figure 32

Le mur 201 dans l’alignement du mur ouest du soubassement du temple de Dagan (vue du nord vers le sud)  ; le massif ouest du temple ainsi que le pierrier 202.

C. Sauvage - Mission de Ras Shamra.

68Le sondage a été agrandi de 2,50 m dans la rue nord-sud, qui longe à l’ouest le temple, afin de pouvoir établir une relation stratigraphique entre le glacis et la maison du Bronze récent dans l’îlot dit « du Grand-Prêtre ».

69La fouille a montré que le glacis est appuyé contre le mur ouest du temple et qu’il est contemporain de l’installation du mur est de la maison du Bronze récent située dans l’îlot du Grand-Prêtre. Dans la rue, le glacis présente un ressaut de fondation, large de 45 cm au nord et de 8 cm au sud du sondage (fig. 33 et fig. 34). Ces fondations, d’une hauteur d’environ 70 cm, sont posées sur et recouvertes par un remblai de fondation homogène caractérisé par des tessons du Bronze moyen et du Bronze ancien. De l’autre côté de la rue, le mur est de la maison de l’îlot du Grand-Prêtre est également fondé dans ce remblai. Ce mur du Bronze récent pourrait peut-être même avoir été construit sur un mur plus ancien, peut-être du Bronze moyen (?) (fig. 32) que l’on observe par endroits dans la berme, à moins qu’il ne s’agisse également des fondations du mur qui seraient plus profondes par endroits. La poursuite de la fouille dans cette zone en 2009 nous apportera de plus amples éléments de datations pour ce mur et donc pour le glacis, afin de pouvoir trancher entre une construction datant du Bronze récent (contemporanéité des murs) ou du Bronze moyen (matériel du remblai et possible fondation du mur de la maison sur un niveau plus ancien).

Figure 33

Figure 33

Fondations du glacis à l’ouest du temple de Dagan (vue depuis l’ouest), avec ressaut à la partie inférieure.

C. Sauvage - Mission de Ras Shamra.

Figure 34

Figure 34

Le sondage dans la rue du temple et le ressaut de fondation du massif ouest du temple, vue depuis le nord.

C. Sauvage - Mission de Ras Shamra.

  • 59 Les niveaux absolus sont cohérents avec la base du mur que l’on observe dans le sondage de la rue.

70Plus à l’ouest, un carré a été ouvert dans la pièce nord-est de l’îlot dit « de la maison du Grand-Prêtre » pour observer l’environnement archéologique des fondations du temple. Dans cette pièce, qui abritait un escalier, des niveaux de sols du Bronze récent ont été observés avec notamment des fonds de jarres en place. Un sol plus ancien est caractérisé par des noyaux d’olives calcinés ainsi que par une zone de foyer rubéfiée qui s’est propagée dans les niveaux inférieurs. Cette pièce a donc abrité de façon continue des activités domestiques et pourquoi pas culinaires. La fouille de cette pièce s’est ensuite concentrée dans sa partie est pour observer la relation du mur de la pièce avec les niveaux plus anciens. Au niveau du mur est de la maison, la zone est très perturbée et caractérisée par une couche d’effondrement d’enduit avec un fort pendage qui a détruit les niveaux archéologiques plus anciens. La tranchée de fondation du mur est a peut-être été observée dans l’angle nord-est du carré sur 60 cm de large59. Dans un tel cas, cette maison de l’îlot du Grand-Prêtre aurait été installée en coupant des couches plus anciennes, peut-être du Bronze moyen. Mais il faudra étendre la zone de fouille pour confirmer cette hypothèse en 2009.

Conclusions et perspectives pour 2009

71Cette première campagne 2008 a livré quelques résultats préliminaires sur la datation des temples de l’acropole, en particulier sur la contemporanéité du glacis du temple de Dagan et de l’installation de l’îlot du Grand-Prêtre. En revanche, nous n’avons pas encore de réponse quant à la datation de la construction du soubassement du temple lui-même.

72La campagne 2009 nous permettra de mieux comprendre le secteur en continuant les fouilles tout en étendant la zone de travail au nord et à l’est jusqu’à l’ancien decauville reporté sur le plan de Cl. Schaeffer. Les objectifs seront donc d’observer sur une plus grande longueur le mur 201 et de vérifier si ce mur appartient à un bâtiment plus ancien que le temple ou à un aménagement lié au temple (pièce annexe ?). De même, l’ouverture de la zone au nord-est du temple permettra d’observer le parement est du mur 201 et de pouvoir établir sa relation avec le soubassement du temple de Dagan et le pierrier 202. Nous proposons également d’étendre la zone de fouille au sud dans la rue qui longe le temple à l’ouest et dans l’îlot du Grand-Prêtre sur toute la longueur du massif pour observer son remblai de fondation ainsi que son raccord éventuel avec les fondations du soubassement lui-même. Dans le secteur ouest, dans l’îlot du Grand-Prêtre, les couches du Bronze récent seront fouillées dans toute la pièce. La fouille des niveaux inférieurs nous permettra de vérifier si les niveaux du Bronze moyen appartenaient déjà à une maison et d’observer les éventuelles tranchées de fondation des murs du Bronze récent. Ces futurs travaux nous permettront de comprendre quels étaient les niveaux plus anciens et quel était le paysage archéologique de l’acropole avant la construction de l’îlot du Grand-Prêtre et du massif ouest du Temple de Dagan.

Prospections géophysiques sur le site de Ras Shamra

73(Ch. Benech)

74Les prospections géophysiques sur le site d’Ougarit se sont déroulées du 8 au 29 avril 2007. Elles ont été réalisées dans le cadre du projet ANR « PROGECESA » en collaboration avec V. Matoïan, membre de l’équipe ANR, et la mission syro-française de Ras Shamra. Les prospections ont été réalisées par méthode magnétique au moyen d’un gradiomètre au Césium G-858 (Geometrics) appartenant au laboratoire Archéorient (UMR 5133, CNRS-Université Lyon 2). Pour cette saison, les prospections magnétiques ont concerné le quart sud-est du site, du secteur Sud-Centre (auquel appartient la maison dite « d’Ourtenou ») à l’ouest jusqu’à la limite orientale du site, et du chantier « Grand-rue » au sud jusqu’au sommet du tell, soit une surface de 3,7 ha environ (fig. 35).

Figure 35

Figure 35

Prospections magnétiques sur le site de Ras Shamra (échelle min blanc/max noir, -5/+5 nT/m).

C. Benech -  Mission de Ras Shamra.

75Les cartes géophysiques obtenues sont extrêmement perturbées : une partie de ces perturbations provient des anciens aménagements militaires qui ont profondément marqué le terrain (nids de mitrailleuses, tranchées…) ainsi que de certains déblais de fouille anciens, mais ces perturbations tiennent aussi au caractère particulier de l’enfouissement des vestiges dans le sous-sol. Le fait que le sous-sol soit essentiellement composé des pierres issues de l’écroulement des murs entraîne une quasi-absence de contraste magnétique entre les structures et le sous-sol environnant. Si la partie des prospections située à l’ouest de la tranchée Ville Sud montre bien les fortes perturbations modernes, le secteur situé entre la tranchée Ville Sud et la tranchée Sud-Acropole est très significatif de cette absence de contraste où même le réseau viaire n’est pas clairement identifiable. Il est cependant possible de supposer, dans la partie nord de ce secteur, un changement d’orientation des structures — sans qu’il soit possible de les décrire plus précisément —, qui suivraient plutôt l’alignement des vestiges de l’époque perse/hellénistique dégagés anciennement. Ces résultats pourraient signifier, pour cette période, une extension de l’occupation sur l’ensemble de la partie sommitale du tell.

  • 60 Callot 1994.

76Le résultat le plus clair reste la limite de la vaste place dont une partie était déjà dégagée dans la partie centrale de la tranchée Ville Sud (fig. 36). La surface de cette place, qui couvrirait 800 m² environ, est plus réduite que les hypothèses généralement proposées60 : on pensait jusqu’alors que seule la moitié de cet espace était connue alors que les trois quarts environ étaient déjà dégagés. Les accès à cette place restent difficiles à préciser ; il semblerait cependant qu’une voie se dirige vers le sud. Si c’est bien le cas, cette voie serait la prolongation du grand axe de circulation nord-sud déjà repéré en fouille dans le chantier « Grand-rue » (cf. supra).

Figure 36

Figure 36

Détail de la prospection magnétique  : limite orientale de la place de la tranchée sud échelle min blanc/max noir, - 5/+5 nT/m).

C. Benech -  Mission de Ras Shamra.

77Bien que les résultats archéologiques de la prospection magnétique restent limités, cette première étude a permis de dresser un état des lieux de l’état du sous-sol et de reconnaître les secteurs les moins touchés par les installations militaires. D’autres méthodes d’investigations sont envisageables, notamment l’utilisation du radar (prévue en 2009), sur des opérations ciblées dans les secteurs les moins perturbés, mais aussi déjà fouillés, afin de reconnaître les niveaux antérieurs et engager ainsi une étude sur l’évolution urbanistique du site.

Le plan carré de la cité d’Ougarit61

  • 61 Il s’agit d’une note préliminaire publiée dans Al-Maqdissi 2008b.

78(M. Al-Maqdissi)

  • 62 Cf. Laroze & Rieth 2008, p. 27-28.
  • 63 Pour l’état actuel de l’étude de l’urbanisme de la ville d’Ougarit, cf. Yon 1985 ; 1997, p. 37-39 ; (...)

79Une étude préliminaire du plan topographique62 actuel du tell de Ras Shamra, situé entre deux rivières coulant au nord et au sud, permet de restituer un plan63, à l’origine de forme carrée, de 600 m de côté. Sa date de conception ne nous est pas connue, mais, d’après les fondations du même type en Syrie, nous supposons qu’il correspond à une refondation de la ville au début du IIe millénaire.

80Notons à ce propos que les données tirées de la fouille du niveau du Bronze moyen dans le secteur du Palais royal et le schéma habituel des villes syriennes de la même période suggèrent que la zone palatiale se trouvait en position centrale lors de cette refondation et que le déplacement du secteur palatial vers l’une des extrémités eut lieu au Bronze récent.

  • 64 Pour le site de Ras Ibn Hani, cf. Bounni 1985, fig. 1 ; E. & J. Lagarce 1995.

81Cette suggestion est appuyée par une autre fondation de la même période, à quelques kilomètres d’Ougarit. En effet, à Ras Ibn Hani, les deux palais du Bronze récent se situent aux angles nord-est et sud-est de la ville, d’une superficie de 25 ha et également de plan carré64.

  • 65 Cf. d’une manière générale Al-Maqdissi 2008a.

82Ce constat nous permet de mieux comprendre le phénomène du développement urbain en Syrie occidentale à l’âge du Bronze, avec le palais en position centrale, dominant la ville, depuis les premières fondations au IIIe millénaire, et son déplacement à une des extrémités du complexe urbain au Bronze récent65. Les raisons de cette modification de l’organisation urbaine ne sont pas claires mais nous supposons une volonté de rendre la vie palatiale plus discrète pour les mouvements de la famille royale et de faciliter les visites officielles. À Ougarit, afin de protéger la zone palatiale, un système de fortification, répondant à une organisation complexe, a été édifié ; il est constitué d’une porte associée à une poterne d’une grande qualité architecturale, d’une entrée en chicane de nature défensive, de tours en redans renforcées par un glacis entouré d’un fossé.

Géoarchéologie des ports antiques de Syrie et observations des variations relatives du niveau marin

83(B. Geyer, J.-Ph. Goiran, M. Al-Maqdissi, N. Marriner)

  • 66 Nous remercions tout particulièrement M. Badawi et J. Haydar pour leur aide efficace.

84En 2008 a débuté un programme conjoint syro-français visant à reconstituer l’évolution des paléo-environnements portuaires et la mobilité des paysages littoraux, en se fondant sur les archives sédimentaires piégées dans les bassins ou dans les abris côtiers des sites. La mission d’avril 2008 nous a permis de nous rendre sur les principaux ports antiques de Syrie au nord du Nahr es-Sin. L’objectif était le repérage de sites favorables à la réalisation de carottages, prévus en 2009. Parallèlement, des études sédimentologiques et palynologiques seront réalisées sur certains des bassins versants situés en amont des ports afin d’obtenir des données comparatives entre milieu continental et milieu marin. Le but est de mettre en évidence les paléodynamiques littorales, de comprendre les processus de mise en place des dépôts, de caractériser une éventuelle exploitation intensive des terres par des variations dans les flux sédimentaires, de mettre en évidence d’éventuelles pollutions liées par exemple à des activités métallurgiques, et enfin d’apporter des informations sur la nature des sols, des paysages végétaux et de leur évolution. Du sud vers le nord, cinq sites portuaires de l’ancien royaume d’Ougarit ont pu être observés grâce aux autorisations fournies par la DGAM66.

Arab el-Moulk / Nahr es-Sin

  • 67 Carayon 2008, p. 242-244.

85à l’embouchure du Nahr es-Sin, deux secteurs protégés sont susceptibles d’avoir servi de ports67. Il serait important de mettre en relation l’histoire sédimentaire de ces ports et du cours d’eau, dont le bassin versant couvre un espace représentatif de la plaine et de la montagne levantines.

Tell Soukas

  • 68 Id., p. 93 et p. 348-349.

86Deux criques se dessinent au nord et au sud de Tell Soukas68 et quatre emplacements peuvent avoir servi d’abris côtiers ou de ports au cours de l’Antiquité.

87Le secteur de Tell Soukas semble avoir connu un ou plusieurs épisodes de surrection, d’au moins 2 m, au cours des derniers millénaires. Dans la baie nord et sur son promontoire rocheux, au moins deux et peut-être trois trottoirs soulevés ont été repérés : à + 0,4 m, entre + 0,8 et + 1 m et à + 2,5 m. Pour ce dernier, des balanes ont été observées à + 2 m. Dans l’étage médiolittoral actuel et dans la partie supérieure de l’infralittoral, un beachrock s’est développé avec la présence de tessons de céramique. Dans la baie sud, deux trottoirs soulevés ont été observés. Le premier, à + 0,4 m, se compose de faune fixée et d’un beachrock emballant des tessons. Le second, moins bien visible et peu riche en faune, est à + 0,8 m. Ces faunes fixées seront observées, mesurées et échantillonnées.

Jablé

88Seul un quai d’époque antique, dans la baie sud, a pu être observé. D’importants travaux d’aménagement urbain sont en cours qui rendent toute prospection impossible. Le quai antique, encore en fonction aujourd’hui, montre une stabilité relative du niveau marin. Sur la falaise se distingue une encoche vers + 2 m. Mais, suite aux récents travaux d’aménagement portuaire, le reste du site est recouvert de ciment.

Ras Ibn Hani

Le tombolo

  • 69 Sanlaville 1978.

89Les observations de terrain permettent de penser que le promontoire de Ras Ibn Hani était autrefois une île. Les apports sédimentaires successifs ont rattaché l’île au continent en formant un tombolo double69. Il sera important d’obtenir la date de ce rattachement. Dans ce secteur, la localisation précise des ports dépend de notre connaissance de l’évolution géomorphologique de ce tombolo.

Le môle

90Un môle composé de pierres taillées de gros volume (100 x 40 x 30 cm) a été observé sur la face nord du tombolo (fig. 37). Sa largeur est de 4,5 m et sa longueur apparente de 20 m au minimum, car sa partie sud est recouverte par les sables du tombolo. Quatre assises sont visibles. Un trottoir d’érosion marine a été observé sur deux assises : il se développe sur 30 à 40 cm sur les faces ouest et est alors qu’il atteint 2 m au nord. À l’aplomb de la terminaison nord du môle, la profondeur d’eau est de 1 m. Entre les blocs, on note un ciment à matrice fine qui emballe des tessons de céramique et des coquillages marins. Ce ciment peut être lié aux techniques de construction du môle ou avoir une origine naturelle (beachrock). Des prélèvements ont été effectués afin de dater les coquillages.

Figure 37

Figure 37

Môle antique du tombolo de Ras Ibn Hani.

N. Marriner.

  • 70 Weill 1946, p. 162.
  • 71 Bounni, E. & J. Lagarce 1998, p. 7.

91Ce môle, et d’autres que nous n’avons pu retrouver à ce jour, ont été signalés par R. Weill70. Ils sont considérés comme étant probablement hellénistiques par A. Bounni, E. et J. Lagarce, même si ceux-ci n’excluent pas une construction à l’âge du Bronze71.

Les carrières littorales

  • 72 Sanlaville, loc. cit. n. 69.

92La côte rocheuse ouest de Ras Ibn Hani montre deux trottoirs soulevés (et peut-être un plus ancien immergé par 2 à 3 m de fond) : les platiers sont à + 0,4 m, à + 0,8 m et à + 2 m.
Toutes les carrières, déjà bien connues72, sont dans l’étage supralittoral.

Minet Helou

93De nombreuses carrières antiques ont été taillées dans ce littoral de calcarénite. Certaines d’entre elles sont aujourd’hui envahies par la mer. La majorité se trouve dans le supralittoral et est noyée uniquement lors des tempêtes. D’autres se situent dans le médiolittoral et sont périodiquement couvertes par les eaux. Nous n’avons observé aucune carrière dans l’infralittoral, mais ce secteur sera davantage exploré lors des prochaines missions. La présence de carrières dans l’étage médiolittoral pourrait suggérer une hausse relative du niveau marin depuis leur abandon. Mais la carrière ne constitue pas un indicateur archéologique précis des variations relatives du niveau marin.

94Lorsque l’on observe la géomorphologie côtière, deux trottoirs étagés se dessinent, le premier à + 0,50 m, le second à + 1 m. Des faunes fixées et des lithophages ont été observés et prélevés pour datation au radiocarbone. Deux anciens hauts niveaux marins relatifs sont donc mis en évidence ici.

Ras el-Bassit

  • 73 L’un d’entre eux a été signalé par Weill, loc.cit. n. 70, p. 164.

95Au moins deux môles antiques ont été repérés à Ras el-Bassit73 ainsi qu’une structure susceptible d’avoir été utilisée comme rampe de halage. Nous n’avons pas pu observer la géomorphologie littorale car le périmètre de prospection archéologique est assez restreint.

96En revanche, les structures portuaires pourraient encore fonctionner aujourd’hui, ce qui semble attester une certaine stabilité relative du niveau marin. Il en est de même pour la rampe de halage encore située entre l’infralittoral et le supralittoral.

97En conclusion, le projet de recherches géoarchéologiques sur les ports antiques de Syrie se focalisera sur quatre sites principaux : 1) Ras Ibn Hani (carottages sur le tombolo puis au nord et au sud du môle antique repéré) ; 2) Tell Soukas (carottages sur les plages actuelles des deux baies nord et sud) ; 3) Arab el-Moulk (carottages à l’embouchure de l’oued sur les deux rives ainsi que dans les criques sud et nord) ; 4) Ras el-Bassit (carottages sur la plage entre les deux môles repérés).

Haut de page

Bibliographie

Al-Maqdissi (M.) 2008a «  Matériel pour l’étude de la ville ancienne en Syrie (première partie) », Studia Orontica, IV, p. 5-10.

Al-Maqdissi (M.) 2008b «  Structures prépalatiales à l’emplacement du Palais royal », in Al-Maqdissi & Matoïan 2008a, p. 30-33.

Al-Maqdissi (M.), K. Bahloul, Y. Calvet, O. Callot, V. Matoïan & C. Sauvage 2007 «  Rapport préliminaire sur les activités de la mission syro-française de Ras Shamra-Ougarit en 2005 et 2006 (65e et 66e campagnes) », Syria, 84, p. 33-56.

Al-Maqdissi (M.) & V. Matoïan (éd.) 2008a «  L’Orient des palais ». Le Palais royal d’Ougarit au Bronze récent (Documents d’archéologie syrienne, XV), Damas.

Al-Maqdissi (M.) & V. Matoïan (éd.) 2008b «  La céramique découverte par C. Schaeffer dans le Palais royal d’Ougarit  : remarques générales », in Matoïan 2008, p. 127-155.

Bessac (J.-Cl.) 1991 «  Étude d’un outil d’extraction  : l’escoude », in J. Lorenz & P. Benoît (dir.), Carrières et construction en France et dans les pays limitrophes (Actes du 115e congrès national des Sociétés savantes, Avignon, 9-15 avril 1990), Colloque du Comité des travaux historiques et scientifiques, 7, Paris, p. 93-105.

Bessac (J.-Cl.) 1996 La pierre en Gaule Narbonnaise et les carrières du Bois des Lens (Nîmes)  : Histoire, archéologie, ethnographie et techniques (JRA, Suppl. 16), Ann Arbor (Michigan).

Bessac (J.-Cl.) 1997 «  Traces d’outils sur les pierres  : quelques repères chronologiques », dans Actes du Xe colloque international de glyptographie du Mont-Sainte-Odile, 4-9 juillet 1996, Braine-le-Château (Belgique), p. 7-32.

Bounni (A.) 1985 «  Ras Ibn Hani au Bronze récent », Archéologie au Levant, Recueil à la mémoire de Roger Saidah (CMO, 12), Lyon, p. 147-154.

Bounni (A.), E. & J. Lagarce 1998 Ras Ibn Hani, I, Le palais nord du Bronze récent (BAH, 151), Beyrouth.

Callot (O.) 1994 La tranchée « Ville Sud », Études d’architecture domestique (RSO, X), Paris.

Callot (O.) 2007 «  Les temples de Ras Shamra-Ougarit, rapport sommaire », in Al-Maqdissi et al 2007, p. 33‑56.

Callot (O.) À paraître Les sanctuaires de l’acropole d’Ougarit, les temples de Baal et de Dagan (RSO), Lyon.

Callot (O.) & M. Yon 1995 «  Urbanisme et architecture », in Yon, Sznycer & Bordreuil 1995, p. 155-168.

Calvet (Y.) & B. Geyer 1992 Barrages antiques de Syrie (CMO, 21), Lyon.

Calvet (Y.) & B. Geyer 1995 «  Environnement et ressources en eau dans la région d’Ougarit » in Yon, Sznycer & Bordreuil 1995, p. 169-182.

Calvet (Y. ) & M. Yon (éd.) 2008 Ougarit au Bronze moyen et au Bronze récent (TMO, 47), Lyon.

Carayon (N.) 2008 Les ports phéniciens et puniques  : géomorphologie et infrastructures, thèse de doctorat, Univ. Strasbourg II.

Contenson (H. de) 1992 Préhistoire de Ras Shamra (RSO, VIII), Paris.

Coqueugniot (É.) 1991 «  Outillage de pierre taillée au Bronze récent, Ras Shamra 1978-1988 », in M. Yon (éd.), Arts et Industries de la pierre (RSO, VI), Paris, p. 127-204.

Gachet-Bizollon (J.) 2007 Les ivoires d’Ougarit (RSO, XVI), Paris.

Lagarce (É.) & J. Lagarce 1995 «  Ras Ibn Hani au Bronze récent, recherches et réflexions en cours », in Yon, Sznycer & Bordreuil 1995, p. 141-154.

Laroze (E.) & P. Rieth 2008 «  Le nouveau plan topographique du tell de Ras Shamra », in Calvet & Yon 2008, p. 27-36.

Matoïan (V.) 2004 «  Influence des productions mycéniennes à Ougarit (Syrie)  : l’exemple des vases à étrier en ‘faïence’ » in J. Balensi, J.-Y. Monchambert & S. Müller Celka (éd.), La céramique mycénienne de l’Égée au Levant, Hommage à Vronwy Hankey (TMO, 41), Lyon, p. 105-124.

Matoïan (V.) (dir.) 2008 Le mobilier du Palais royal d’Ougarit (RSO, XVII), Lyon.

Sanlaville (P.) 1978 «  Note sur la géomorphologie de la presqu’île d’Ibn Hani (Syrie) », Syria, 55, p. 303-305.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1929 «  Les fouilles de Minet el-Beida et de Ras-Shamra, (campagne du printemps 1929). Rapport sommaire », Syria, 10, p. 285-297.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1931 «  Les fouilles de Minet el-Beida et de Ras-Shamra, 2e campagne (printemps 1930). Rapport sommaire », Syria, 12, p. 1-14.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1932 «  Les fouilles de Minet el-Beida et de Ras-Shamra, 3e campagne (printemps 1931). Rapport sommaire », Syria, 13, p. 1-27.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1933 «  Les fouilles de Minet el-Beida et de Ras-Shamra, 4e campagne (printemps 1932). Rapport sommaire », Syria, 14, p. 93-151.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1934 «  Les fouilles de Ras-Shamra, 5e campagne (printemps 1933). Rapport sommaire », Syria, 15, p. 105-135.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1935 «  Les fouilles de Ras-Shamra, 6e campagne (printemps 1934) », Syria, 16, p. 141-176.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1936 « Les fouilles de Ras Shamra, 7e campagne (printemps 1935) », Syria, 17, p. 125-154.

Schaeffer (Cl. F. A.) 1956 Ugaritica III, Paris.

Weill (R.) 1946 «  Les ports antiques submergés de la Méditerranée orientale et le déplacement du niveau marin », RdE, 5, p. 137-187.

Yon (M.) 1985 «  La ville d’Ougarit au XIIIe siècle av. J.-C. », CRAI, 129, p. 705-723.

Yon (M.) 1997 La cité d’Ougarit sur le tell de Ras Shamra, Paris.

Yon (M.) 2008 «  Topographie régionale et topographie urbaine », in Calvet & Yon 2008, p. 37-47.

Yon (M.), M. Sznycer & P. Bordreuil (éd.) 1995 Le pays d’Ougarit autour de 1200 av. J.-C. Actes du Colloque International, Paris, 28 juin-1er juillet 1993 (RSO, XI), Paris.

Haut de page

Notes

1 Mission conjointe du ministère des Affaires étrangères et européennes pour la partie française, dirigée par Y. Calvet, et de la Direction Générale des Antiquités et des Musées, ministère de la Culture, pour la partie syrienne, dirigée par J. Haydar. V. Matoïan est directrice-adjointe pour l’archéologie et C. Roche, directrice adjointe pour l’épigraphie. Nous remercions le Dr B. Jamous, Directeur des Antiquités et des Musées de Syrie ; J. Haydar, Directeur du Département des antiquités de Lattaquié ; Gh. al-Qayyem, Responsable du site de Ras Shamra ; M. Yabroudi, Responsable du Département des antiquités orientales au Musée national de Damas ; la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ; l’UMR 5133 Archéorient, CNRS - Univ. Lyon 2 ; UMR 8167 - Orient et Méditerranée, Laboratoire des Études Sémitiques Anciennes, CNRS ; le musée du Louvre ; le Centre de Recherche et de restauration des Musées de France ; l’Institut Français du Proche-Orient à Damas ; l’ELCOA à l’Institut Catholique de Paris ; le NELC de l’Oriental Institute de l’université de Chicago.

2 Kh. al-Bahloul, responsable du chantier ; M. Al-Maqdissi, responsable scientifique ; J. Haydar, directeur syrien de la mission.

3 B. Geyer, Y. Calvet, avec la collaboration de Fr. Onnis, N. Marriner et J.-Ph. Goiran.

4 Menée par J.-Cl. Bessac.

5 Chantier dirigé par V. Matoïan, avec la collaboration de Fr. Onnis, assistante archéologue, É. Devidal, chargée des relevés ; H. David et N. Vernay, infographes ; Fr. Bernel, restaurateur.

6 Al-Maqdissi et al. 2007.

7 Callot 2007 et 2008, Margueron 2007.

8 Programme mené par V. Matoïan, avec la collaboration d’une équipe de chercheurs (Matoïan 2008). Mission de Fr. Onnis en 2008 sur les ors du palais.

9 Al-Maqdissi & Matoïan 2008.

10 Callot, à paraître.

11 Équipe syro-française ; premiers travaux effectués en 2008 sous la responsabilité de C. Sauvage.

12 Y. Calvet, V. Matoïan et B. Muller.

13 Y. Calvet, V. Matoïan, É. Devidal, C. Sauvage.

14 L’ouvrage, rédigé par P. Bordreuil, R. Hawley et D. Pardee, sera publié dans la série Ras Shamra-Ougarit, Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

15 Dans le cadre de l’ANR « PROGESECA », sous la responsabilité de C. Benech.

16 B. Geyer, J.-Ph. Goiran et N. Marriner et M. Al-Maqdissi.

17 Contenson 1992.

18 L’opération de restauration a été menée sous la responsabilité de Fr. Bernel.

19 Ce transfert a été imposé par un projet immobilier touristique.

20 L’opération de conditionnement du matériel a été menée sous la direction de V. Matoïan, avec la collaboration de F. Bernel et de Fr. Onnis.

21 É. Bordreuil, P. Bordreuil, Fr. Ernst-Pradal, R. Hawley, D. Pardee, M. Prosser, C. Roche, H. Rouillard-Bonraisin et A. Sérandour ont participé à ces missions. Fr. Ernst-Pradal a soutenu sa thèse de doctorat sur le sujet : « Scribes d’Ougarit et paléographie accadienne. Les textes juridiques signés » en décembre 2008, Univ. Paris IV.

22 Schaeffer 1938, p. 198, fig. 2 ; Yon 1997, p. 126-131.

23 Matoïan 2004.

24 cf. Gachet-Bizollon 2007, p. 175 pour des ex. similaires à ceux de la figure 12.

25 Calvet & Geyer 1992 et 1995.

26 Grès dunaire ou de plage, calcaire.

27 Les autorisations nécessaires ont été obtenues grâce au soutien de la DGAMS et de J. Haydar, co-directeur de la mission.

28 Cf. ci-dessous la contribution de J.-Cl. Bessac.

29 Cf. ci-dessous la contribution de J.-Cl. Bessac.

30 Bessac 1991, p. 93-105 ; id. 1996, p. 205-214.

31 Bessac 1997, p. 17-18.

32 Cf. ci-dessus.

33 Al-Maqdissi et al. 2007, p. 47-55 (avec références antérieures).

34 L’opération a été menée sous la responsabilité de V. Matoïan, assistée, en 2007 et 2008, par Fr. Onnis, archéologue, doctorante de l’université de Lyon 2. É. Devidal a réalisé les relevés architecturaux. Les dessins d’objets ont été effectués par H. David (2007) et N. Vernay (2008). Les objets en pierre ont été étudiés par les deux géologues de la mission, Cl. Chanut et J.-Cl. Icart (2007). Fr. Bernel (Ifpo, Damas) a été en charge de la restauration du matériel céramique.

35 Nous avons terminé le dégagement de plusieurs loci, reconnus précédemment, grâce entre autres à l’enlèvement de six bermes, et complété le plan de l’édifice par l’ouverture de neuf nouveaux carrés de 5 m de côté. Il s’agit, au nord-ouest, des carrés D1k2 et C1k1 et à l’est, des carrés C3l4, C3m2, C3m3, C4m1, C4m2, C4m3 et C4m4. Enfin, la moitié occidentale du carré C2k3 a été ouverte afin que l’on puisse terminer au cours de cette campagne la fouille du locus 3096 dont le dégagement, en 2006, a livré un ensemble exceptionnel de silex.

36 Callot 1994.

37 Hypothèse que nous privilégions actuellement.

38 Callot 1994, fig. 141.

39 Un troisième puits en eau fut découvert par Cl. Schaeffer dans la « cour I » du Palais royal. D’après les observations notées dans le cahier de fouille de 1951, on peut estimer l’altitude de la nappe phréatique, à Ras Shamra, à 5,5/6 m au mois de novembre 1951, voir Al-Maqdissi & Matoïan 2008, p. 130, n. 16.

40 L’objet a été déposé au Musée national de Damas pour restauration.

41 Gachet-Bizollon 2007, p. 206, cat. 417.

42 Voir ci-dessous.

43 V. Matoïan et Fr. Onnis, ce vol. p. 33-37.

44 Nous effectuons nous-même les dessins au crayon, en revanche leur mise au net (encrage) a été effectuée à Lyon par G. Devilder, dessinateur CNRS (UMR 5133 Archéorient) ; quelques-uns de ces dessins illustrent la présente note.

45 Coqueugniot 1991.

46 Sur 546 « outils » recueillis pour l’ensemble du quartier « Grand-rue », 467 proviennent de ce seul locus attestant de la fonction particulière associée à cette maison.

47 Pour ne prendre qu’un exemple, le seul 31 mai 2006 il a été recueilli 33 outils (dont 30 éléments de faucilles), 49 fragments de lames et d’éclats (déchets), 95 esquilles (micro-éclats bulbés), 812 microdébris (<1 cm2)…

48 Le secteur Grand-rue n’a livré que quatre nucléus, dont deux seulement dans le locus 3096, et encore ceux-ci sont-ils atypiques.

49 Un atelier de fabrication aurait dû livrer de nombreux éléments « neufs » (non encore lustrés, « en attente d’utilisation »), or ceux-ci représentent moins de 4 % des éléments de faucilles (moins de 1 % si l’on ne considère que les pièces entières) provenant du locus 3096.

50 Dépôt de 74 objets de bronze, parmi lesquels une houe et quatre herminettes portaient une dédicace en ougaritique. La découverte de ces inscriptions a contribué au déchiffrement de la langue ougaritique en 1930. La plupart des textes mythologiques en ougaritique ont également été retrouvés dans cette demeure.

51 Le temple de Baal fut mis au jour entre 1929 et 1933 et celui de Dagan en 1934 (voir Schaeffer 1929 à 1935).

52 Callot 2007 ; Callot à paraître.

53 Les temples furent fouillés jusqu’au deuxième niveau (Schaeffer 1935, p. 154), mais Schaeffer n’a pas atteint partout les fondations des temples. Voir les commentaires de Callot à paraître, p. 20-29.

54 Ibid. ; Callot 2007.

55 Ces sondages furent réalisés à l’intérieur du temple de Baal, dans sa partie nord en 1992 et du côté ouest de la salle nord en 2005 (ibid., p. 36). En 1992, dans le sondage au niveau de la porte du côté intérieur de l’espace nord, le parement sud d’une fondation réalisée en moellons bruts a été observé. Celle-ci paraît reposer au fond du sondage sur une couche de moellons peu ordonnés qui pourraient être les vestiges d’une ancienne construction (Callot, à paraître). En 2005, il est arrivé à la base des fondations du mur (ibid.). Dans le temple de Dagan, un sondage fut réalisé en 2005, dans l’angle sud-est de la salle nord.

56 Callot 2007 ; la céramique a été étudiée par J.-Y. Monchambert.

57 La fouille fut réduite à deux semaines (24 avril - 6 mai 2008).

58 Ici, le terme pierrier est utilisé pour caractériser une accumulation de pierres juxtaposées sur une surface réduite (2,30 m d’est en ouest et 1,65 m du nord au sud). Ces pierres sont disposées de façon aléatoire et elles forment une couche quasi horizontale.

59 Les niveaux absolus sont cohérents avec la base du mur que l’on observe dans le sondage de la rue.

60 Callot 1994.

61 Il s’agit d’une note préliminaire publiée dans Al-Maqdissi 2008b.

62 Cf. Laroze & Rieth 2008, p. 27-28.

63 Pour l’état actuel de l’étude de l’urbanisme de la ville d’Ougarit, cf. Yon 1985 ; 1997, p. 37-39 ; 2008, p. 27-28 ; Callot & Yon 1995.

64 Pour le site de Ras Ibn Hani, cf. Bounni 1985, fig. 1 ; E. & J. Lagarce 1995.

65 Cf. d’une manière générale Al-Maqdissi 2008a.

66 Nous remercions tout particulièrement M. Badawi et J. Haydar pour leur aide efficace.

67 Carayon 2008, p. 242-244.

68 Id., p. 93 et p. 348-349.

69 Sanlaville 1978.

70 Weill 1946, p. 162.

71 Bounni, E. & J. Lagarce 1998, p. 7.

72 Sanlaville, loc. cit. n. 69.

73 L’un d’entre eux a été signalé par Weill, loc.cit. n. 70, p. 164.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan général du tell de Ras Shamra avec localisation des secteurs fouillés (état 2008).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-1.png
Fichier image/png, 907k
Titre Figure 2
Légende Tombes ottomanes du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-2.png
Fichier image/png, 466k
Titre Figure 3
Légende Vue de la maison ougaritique du chantier du Rempart, depuis l’est vers l’ouest (état 2007).
Crédits H. David - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-3.png
Fichier image/png, 450k
Titre Figure 4
Légende Plan schématique du chantier du Rempart (état 2008).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-4.png
Fichier image/png, 178k
Titre Figure 5
Légende Locus XVIII (au premier plan) et locus XV de la maison ougaritique du chantier du Rempart, vue du nord vers le sud.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-5.png
Fichier image/png, 913k
Titre Figure 6
Légende Escalier, base de colonne et bassin dans la partie occidentale du locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-6.png
Fichier image/png, 493k
Titre Figure 7
Légende Pointe de flèche en bronze, locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-7.png
Fichier image/png, 232k
Titre Figure 8
Légende Pointe de flèche en bronze, locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-8.png
Fichier image/png, 294k
Titre Figure 9
Légende Élément de cuirasse en bronze, locus XVIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-9.png
Fichier image/png, 462k
Titre Figure 10
Légende Plat en basalte du locus VIII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-10.png
Fichier image/png, 538k
Titre Figure 11
Légende Vase à étrier en faïence, puisard du locus VII de la maison ougaritique du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-11.png
Fichier image/png, 143k
Titre Figure 12
Légende Fragments de plaques en ivoire à décor de tresse, locus V de la maison ougaritique du chantier du Rempart.
Crédits Kh. Al-Bahloul - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-12.png
Fichier image/png, 301k
Titre Figure 13
Légende État du dégagement du pont-barrage en 2008.
Crédits Relevés É. Devidal - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-13.png
Fichier image/png, 845k
Titre Figure 14
Légende Vue du pont-barrage sur le Nahr ed-Delbé depuis le sud-est (pile centrale à droite  ; massif d’ancrage à gauche).
Crédits V. Matoïan - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-14.png
Fichier image/png, 446k
Titre Figure 15
Légende Vue du pont-barrage sur le Nahr ed-Delbé depuis le sud-ouest (pile centrale à gauche  ; massif d’ancrage à droite).
Crédits V. Matoïan - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-15.png
Fichier image/png, 456k
Titre Figure 16
Légende Pont-barrage d’Ougarit  ; massif d’ancrage côté aval  : traces latérales d’extraction par escoude.
Crédits J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-16.png
Fichier image/png, 118k
Titre Figure 17
Légende Pont-barrage d’Ougarit  ; pile centrale, côté amont, vers le massif d’ancrage  : traces frontales d’extraction par escoude.
Crédits J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-17.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 18
Légende Pont-barrage d’Ougarit  ; massif d’ancrage côté amont  : traces du débitage secondaire.
Crédits J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-18.png
Fichier image/png, 141k
Titre Figure 19
Légende Pont-barrage d’Ougarit  ; pile centrale, côté amont, vers la berge, deuxième assise  : traces de taille avec un outil du type de la polka.
Crédits J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-19.png
Fichier image/png, 147k
Titre Figure 20
Légende Pont-barrage d’Ougarit  ; massif d’ancrage côté amont  : traces de ciselure sur le montant gauche et sur le lit d’attente de la pierre de la seconde assise.
Crédits J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-20.png
Fichier image/png, 140k
Titre Figure 21
Légende Pont-barrage d’Ougarit  ; pile centrale, côté aval, vers la berge, deuxième assise  : marque lapidaire.
Crédits J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-21.png
Fichier image/png, 287k
Titre Figure 22
Légende Pont-barrage d’Ougarit  ; pavement entre la pile centrale et le massif d’ancrage  : lit d’accueil des queues d’aronde.
Crédits J.-Cl. Bessac - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-22.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 23
Légende Plan du chantier Grand-rue, état 2007.
Crédits Relevé É. D. - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-23.png
Fichier image/png, 684k
Titre Figure 24
Légende Vue du chantier Grand-rue depuis l’est.
Crédits V. M. - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-24.png
Fichier image/png, 332k
Titre Figure 25
Légende Vue du puits 3150 du locus 3149, bâtiment B du chantier Grand-rue.
Crédits V. M. - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-25.png
Fichier image/png, 481k
Titre Figure 26
Légende Fragment de vase en travertin (RS 2007.3142, H. 17 cm), locus 3048 du bâtiment B, chantier Grand-rue.
Crédits V. M. - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-26.png
Fichier image/png, 63k
Titre Figure 27
Légende Tête de lion en bronze (RS 2007.3450), chantier Grand-rue.
Crédits H. D. - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-27.png
Fichier image/png, 521k
Titre Figure 28
Légende Tête de cheval en céramique (RS 2007.3001, H. cons. 5,22 cm), chantier Grand-rue.
Crédits H. D. - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-28.png
Fichier image/png, 439k
Titre Figure 29
Légende Éléments géométriques triangulaires. 1-2,4  : éléments terminaux (triangulaires) à pointe «  à gauche » [1, 4] ou plus rarement à droite [2]  ; 3  : élément médian (trapézoïdal) de petit module.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-29.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figure 30
Légende Hypothèse de reconstitution d’un tranchant de faucilles à partir d’éléments provenant du sol du locus 3096 (bâtiment B, chantier Grand-rue, Ougarit). On notera la diversité de largeur de ces éléments, l’adhésif (bitume) permettant d’insérer ces éléments dans le manche.
Crédits É. Coqueugniot - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-30.png
Fichier image/png, 283k
Titre Figure 31
Légende Plan de l’acropole en 1934 (d’après Schaeffer 1935, pl. XXXVI) et zones fouillées en pointillés.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-31.png
Fichier image/png, 968k
Titre Figure 32
Légende Le mur 201 dans l’alignement du mur ouest du soubassement du temple de Dagan (vue du nord vers le sud)  ; le massif ouest du temple ainsi que le pierrier 202.
Crédits C. Sauvage - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-32.png
Fichier image/png, 529k
Titre Figure 33
Légende Fondations du glacis à l’ouest du temple de Dagan (vue depuis l’ouest), avec ressaut à la partie inférieure.
Crédits C. Sauvage - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-33.png
Fichier image/png, 538k
Titre Figure 34
Légende Le sondage dans la rue du temple et le ressaut de fondation du massif ouest du temple, vue depuis le nord.
Crédits C. Sauvage - Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-34.png
Fichier image/png, 138k
Titre Figure 35
Légende Prospections magnétiques sur le site de Ras Shamra (échelle min blanc/max noir, -5/+5 nT/m).
Crédits C. Benech -  Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-35.png
Fichier image/png, 851k
Titre Figure 36
Légende Détail de la prospection magnétique  : limite orientale de la place de la tranchée sud échelle min blanc/max noir, - 5/+5 nT/m).
Crédits C. Benech -  Mission de Ras Shamra.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-36.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 37
Légende Môle antique du tombolo de Ras Ibn Hani.
Crédits N. Marriner.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/643/img-37.png
Fichier image/png, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Al-Maqdissi, Yves Calvet, Valérie Matoïan, Khozama Al-Bahloul, Christophe Benech, Jean-Claude Bessac, Éric Coqueugniot, Bernard Geyer, Jean-Philippe Goiran, Nick Marriner, Francesca Onnis et Caroline Sauvage, « Rapport préliminaire sur les activités de la mission syro-française de Ras Shamra-Ougarit en 2007 et 2008 (67e et 68e campagnes) », Syria, 87 | 2010, 21-51.

Référence électronique

Michel Al-Maqdissi, Yves Calvet, Valérie Matoïan, Khozama Al-Bahloul, Christophe Benech, Jean-Claude Bessac, Éric Coqueugniot, Bernard Geyer, Jean-Philippe Goiran, Nick Marriner, Francesca Onnis et Caroline Sauvage, « Rapport préliminaire sur les activités de la mission syro-française de Ras Shamra-Ougarit en 2007 et 2008 (67e et 68e campagnes) », Syria [En ligne], 87 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/643 ; DOI : 10.4000/syria.643

Haut de page

Auteurs

Michel Al-Maqdissi

Articles du même auteur

Yves Calvet

Articles du même auteur

Valérie Matoïan

Articles du même auteur

Khozama Al-Bahloul

Articles du même auteur

Christophe Benech

Articles du même auteur

Jean-Claude Bessac

Articles du même auteur

Éric Coqueugniot

Articles du même auteur

Bernard Geyer

Articles du même auteur

Jean-Philippe Goiran

Articles du même auteur

Nick Marriner

Articles du même auteur

Francesca Onnis

Articles du même auteur

Caroline Sauvage

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals