Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Dossier : Sur les routes de Syrie...Une inscription du théâtre de Bay...

Dossier : Sur les routes de Syrie et d’Asie Mineure – Hommage à Maurice Sartre

Une inscription du théâtre de Bayt Ras / Capitolias

Nabil Bader et Jean-Baptiste Yon
p. 155-168

Résumés

Une inscription grecque de Capitolias (Bayt Ras au nord-ouest de la Jordanie), connue par une documentation ancienne, commémore une construction. Elle permet également de s’interroger sur le territoire de la cité antique qui devait s’étendre vers l’ouest, mais être très limité au sud et à l’est, en particulier dans les environs de la moderne Irbid.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lenzen & Knauf 1987. Plus récemment, exposés de Moors 2002, Lichtenberger 2003, p. 114-127, et Bow (...)
  • 2 CIS II, 94.
  • 3 Bowsher 2011, p. 58 : la création de la ville aurait été prévue dès le règne de Domitien, au momen (...)
  • 4 Nicée : p. LXI de l’édition H. Gelzer des Patrum Nicaeorum nomina (Teubner, Leipzig, 1898) ; Chalc (...)

1La ville antique de Capitolias, située à quelques kilomètres d’Irbid au nord de la Jordanie actuelle (fig. 1), est fort mal connue, malgré des travaux archéologiques menés depuis les années 1960. Les résultats obtenus par une mission de l’université du Yarmouk et du Département des Antiquités de Jordanie au milieu des années 1980 sont encore au fondement de nos connaissances 1. L’occupation antérieure à l’époque romaine, sans être absente, était au mieux peu importante. La découverte d’une inscription nabatéenne montre clairement l’existence des cultures locales, à une date indéterminée 2. La date du début de l’ère locale, 97 ou 98 apr. J.‑C., et le nom latin de la cité prouvent qu’il s’agit d’une création romaine qui remonte au règne de Nerva ou au tout début de celui de son successeur, Trajan. Cette date pourrait bien correspondre au véritable début de l’urbanisation et même à une fondation ex nihilo 3. Si Capitolias n’apparaît pas dans la liste établie par Pline pour les villes de la Décapole (HN V, 74, 1), elle est comptée par Ptolémée au iie siècle parmi les cités de la Décapole de Cœlé Syrie (Géographie V, 15, 22 : Κοίλης Συρίας Δεκαπόλεως πόλεις αἵδε). La ville appartenait très certainement à la province de Syrie-Palestine, à partir de sa création sous Hadrien ; son évêque Antiochos est inclus dans la liste des évêques de Palestine au concile de Nicée en 325 (Ἀντίοχος Καπετωλιάδος) et l’évêque Ananias, présent à Chalcédoine, figure parmi les prélats de la Palestine Seconde (Ἀνανίας ὁ εὐλαβέστατος ἐπίσκοπος Καπετωλιάδος Παλαιστίνης β´) 4.

Figure 1.

Figure 1.

Carte de la Jordanie du Nord-Ouest

© J. Aliquot, IGLS.

  • 5 Eusèbe, Onomasticon, p. 14 : Ἀρβηλά (Num 34, 11). ὅριον ἀνατολικὸν τῆς Ἰουδαίας. ἔστι δὲ κώμη τις (...)

2Irbid, à proximité immédiate, semble avoir été le site d’une agglomération dépendante de Pella, sous le nom d’Arbèla, selon le témoignage d’Eusèbe de Césarée, qui fait peut-être référence à une période plus ancienne, antérieure à la création de Capitolias 5. Il ne faut pas la confondre avec une autre Arbèla, plus à l’ouest, en Galilée, citée par Flavius Josèphe (AJ XII, 421 : ἐν Ἀρβήλοις πόλει τῆς Γαλιλαίας). Il est possible que le territoire de Capitolias ait été détaché, dans les dernières années du ier siècle, de celui de Pella, situé au sud-ouest. La κώμη d’Arbèla aurait alors été située près de la frontière orientale de ce territoire. Au nord-ouest, celui-ci devait toucher à celui de Gadara et à celui d’Abila au nord. Enfin, la province d’Arabie devait être toute proche à l’est et également au sud, car Irbid ou ses environs immédiats appartenaient sans doute à cette province (voir ci-dessous).

Une inscription découverte dans le théâtre de Capitolias

  • 6 Zayadine 1976. Barbet & Vibert-Guigue 1994, p. 229-243, analyse des peintures ; pour les inscripti (...)
  • 7 Sur le monnayage, Spijkerman 1978, p. 98-107. Pour les divinités qui apparaissent sur les monnaies (...)
  • 8 Lenzen & Knauf 1987, p. 28.
  • 9 Al-Shami 2005 ; Karasneh & Fayyad 2005.

3Les premiers travaux sur Bayt Ras ont surtout concerné des tombes, souvent à la suite de découvertes fortuites. La mieux connue est la tombe peinte dite de Prométhée, publiée en 1976 par F. Zayadine 6. Le monnayage, attesté seulement entre les règnes de Marc Aurèle et d’Élagabal, indique l’existence d’un temple, évidemment dédié à Jupiter Capitolin, divinité qui a donné son nom à la ville 7. On a attribué à cette construction un mur découvert au début des années 1980 8. Par ailleurs, un système de citernes et une église, déjà vue par G. Schumacher à la fin du xixe siècle, faisaient partie des seuls vestiges reconnus. La situation a un peu changé en 2002 avec la découverte fortuite d’un théâtre, dégagé les années suivantes par le Département des Antiquités 9 (fig. 2). Du côté est, le couloir couvert (parodos) conduisant vers les gradins inférieurs et la scène est bouché par un mur formé d’éléments de remploi, dont une entrée de tombeau (?), y compris son linteau, en basalte, et plus haut un bloc qui porte une inscription grecque dans une tabula ansata (fig. 3-5). Cette inscription, quasi-intacte lors de sa découverte, a par la suite été vandalisée, détruisant tout ou partie des sept lignes qui y étaient gravées (fig. 6-7). Il subsiste heureusement au moins une photo prise avant la destruction, dans les archives de Nabil Bader. C’est ce texte qui est publié dans cette note, présentée en hommage à un grand spécialiste de l’Orient romain et de l’épigraphie syrienne, et plus particulièrement de cette région de la Décapole et de la province d’Arabie, Maurice Sartre, qui avait, il y a quelques années, dirigé nos thèses respectives.

Figure 2.

Figure 2.

Vue générale du théâtre de Bayt Ras

© J.-B. Yon, IGLS.

Figure 3.

Figure 3.

Couloir bouché du théâtre de Bayt Ras, vu de l’extérieur

© J. Aliquot, IGLS.

Figure 4.

Figure 4.

Couloir bouché du théâtre de Bayt Ras, vu de l’intérieur

© J.-B. Yon, IGLS.

Figure 5.

Figure 5.

Porte de tombeau en remploi

© J.-B. Yon, IGLS.

Figure 6.

Figure 6.

Inscription du théâtre au moment de la découverte

© N. Bader.

Figure 7.

Figure 7.

Inscription du théâtre en 2014

© J. Aliquot, IGLS.

4L’inscription permet de s’interroger sur le statut de Capitolias et sur ses relations avec les villes voisines de la Décapole, en particulier Adraha (Derʿa), ainsi qu’avec le site tout proche d’Irbid.

Au-dessus d’une porte latérale du théâtre de Bayt Ras. L’inscription, aujourd’hui très endommagée, est placée en hauteur, de telle sorte qu’aucune mesure n’est possible. Lecture d’après une photo antérieure à la destruction en possession de Nabil Bader, complétée par endroit par des photos plus récentes. Cadre à queues d’aronde. Traces de réglures. Lettres à empattements. Sept lignes de grec : 21 à 23 lettres par ligne (à l’exception des l. 5 et 7).

Ὑ[π]ὲ̣ρ̣ [σω]τ̣ηρίας καὶ νείκη[ς]
το[ῦ] κυ[ρίου] ἡμῶν Γαλλιηνοῦ.
[Σε]β̣(αστοῦ) ὑπατ̣ε̣[ύο]ντος Νουμηρίου
4 Σεου[ή]ρ̣ου ἐργοδ̣ιωκ̣[τοῦ]ν̣τoς
Α<ὐ>ρηλίου Ἀνδρομά̣χου vac.
τοῦ κρατίσ̣του καὶ λογιστοῦ
vac. ἐκτίσθη, ἔτι ρ̣ξγ̣´. vac.

L. 3. La lecture ΥΠΑΡ̣[ΧΟ]ΝΤΟΣ est également envisageable, car on croit distinguer une boucle du rhô. Elle rend l’interprétation du texte moins claire. L. 4. La dernière lettre plus petite, coincée au bout de la ligne, à la pointe de la queue d’aronde. L. 5. Au début ligature ΥΡΗ ? Le gentilice Arellius existe bien, mais généralement sous la forme Ἀρέλιος (I. Ephesos 544) ou Ἀρέλλιος (I. Tyr Nécropole 100). La forme Ἀρήλιος correspond plutôt à une mauvaise graphie de Αὐρήλιος. L. 7. La troisième lettre de la date est assez indistincte, on pourrait aussi proposer de lire ρ̣ξβ̣´ (162), puisque qu’on voit à droite de la haste verticale de la dernière lettre ce qui pourrait être la boucle supérieure du bêta. Un trait vertical qui vient ensuite semble gravé trop superficiellement pour être la haste de droite d’un êta.

« Pour le salut et la victoire de notre seigneur Gallien Auguste, alors que Numérius Sévérus était gouverneur, et qu’Aurélius Andromachos, vir egregius et curateur, était responsable des travaux, (ce bâtiment) a été construit, l’année 163. »

5Date : 163 (de préférence) ou 162 de l’ère locale, qui débute en 97 ou 98 apr. J.‑C., correspondent à des dates comprises entre 259 et 261 apr. J.‑C. Le règne personnel de Gallien, sans Valérien, commençant en 260, la date de 259 est exclue (voir ci-dessous pour les raisons qui font préférer 97 apr. J.‑C., donc l’année 97‑98, comme début de l’ère locale).

  • 10 IGLS XIV, 8-21 à Adraha ; plusieurs avaient été publiées par Pflaum 1952.
  • 11 IGLS XIII/1, 9105-9106, 9108-9109. Voir peut-être aussi IGLS XIII/2, 9478 (pour Valérien et Gallie (...)

6Le formulaire reprend des éléments très habituels, la mention de l’empereur sous le règne duquel sont faits les travaux, la mention des autorités en charge de ceux-ci, un verbe commémorant la construction et la date. De manière intéressante, il correspond à celui qui est bien connu dans la région (province d’Arabie principalement) dans les décennies du milieu du iiie siècle, et particulièrement pour le règne de Gallien, dont la titulature est généralement réduite aux éléments présents dans notre texte. Ces inscriptions ont la même formule initiale très classique (Ὑπὲρ σωτηρίας τοῦ κυρίου ἡμῶν αὐτοκράτορ(ος) Γαλλιηνοῦ Σεβ(αστοῦ), IGLS XIV, 13-17), mais diffèrent dans le détail et dans l’ordre des termes pour la suite. Elles concernent toutes des constructions importantes et correspondent à une période, entre Valérien et Aurélien, où de grands travaux ont été entrepris dans la province d’Arabie pour la mise en défense des villes, en particulier les fortifications d’Adraha 10 et de Bostra 11.

  • 12 Dans le même contexte, une décanie, ἡ δεκανία, est plusieurs fois attestée à Adraha : voir IGLS XI (...)

7Curieusement, le nom de la construction n’apparaît pas ici, alors que dans les textes d’Adraha, il est souvent placé après le verbe ; dans ce cas, le verbe suit le nom de Gallien, avant le nom de l’objet construit : ἐκτίσθη ἡ πύλη. Ce pourrait être aussi ὁ πύργος, ou bien encore τὸ τεῖχος 12, comme à Bostra ou à Adraha. Dans le cas de Bayt Ras / Capitolias, le bloc semble en remploi et il est très douteux qu’il faille mettre en rapport la dédicace avec le théâtre, par ailleurs daté du iie siècle par les fouilleurs. On ne peut imaginer qu’on ait transporté cette pierre de très loin pour la remployer dans ce bouchage, alors que la ville antique fournissait sur place des matériaux ; l’inscription s’applique donc bien à une construction locale et les parallèles incitent à l’attribuer au rempart de la ville, déjà repéré par Schumacher à la fin du xixe siècle (fig. 8-9). S’il en était besoin, un autre argument permet de rejeter l’idée d’un transport de la pierre, puisque les textes d’Adraha sont gravés sur du basalte, au lieu de calcaire, et que la gravure est d’un type tout à fait différent. Une autre hypothèse serait que la pierre et son inscription ont été placée à cet endroit pour marquer la transformation du théâtre en une partie de la fortification de la ville. Dans ce cas, le remploi serait celui du théâtre lui-même et non seulement de la pierre qui porte l’inscription.

Figure 8.

Figure 8.

Plan de Bayt Ras

(d’après Lenzen & Knauf 1987, figure 3).

Figure 9

Figure 9

Vue Google de Bayt Ras (le théâtre est dans le quart supérieur droit).

Les inscriptions de la région d’Irbid et le territoire de Capitolias

  • 13 Whicher & Clermont-Ganneau 1906, p. 289 : « Workmen in the employ of Mr. Khyat [un antiquaire inst (...)

8Une autre inscription plus anciennement connue, sur calcaire, fournit dans les environs immédiats de Bayt Ras un proche parallèle : il s’agit de 130 coudées d’une construction qui n’est pas autrement décrite. La découverte a été faite au début du xxe siècle, apparemment dans les environs d’Irbid, par des ouvriers à la recherche de tombes antiques 13. Pour plus de simplicité, nous redonnons ici le texte.

Irbid. Bloc de calcaire. 56 × 66 × 8,5 cm.
Whicher & Clermont-Ganneau 1906, fig. 1 (photo) (AE 1907, 67 ; Pflaum 1952, p. 315‑316 ; Meimaris, Kritikakou & Bougia 1992, p. 168, n. 27).
Cf. Pflaum 1952, p. 307, n. 2 ; IGLS XIV, ad no 17.

Ἀγαθῇ Τύχῃ.
Ὑπὲρ σωτηρίας τοῦ κυρίου ἡμῶν αὐτο-
κράτορος Μάρκου Ἀντωνίου Γορδιανοῦ Σεβ(αστοῦ)
4 ἐπὶ Δομιττίου Οὐαλεριανοῦ τοῦ λαμ(προτάτου) ὑπατι-
κοῦ, ἐφεστῶτος Καλ(πορνίου) Σατορνείνου χειλιάρχου,
προεδρείας Θεοδώρου Βάσσου, ἐπισκοπευόν-
των Αὐρ(ηλίων) Σαβείνου Νεαγίου καὶ Σαβείνου Βάσ-
8 σου τῶν βουλευτῶν, καὶ Ζηνοδώρου Ἀπολινα-
ρίου συνβ(ουλεύοντος), διαταγῇ Φλ(αουίου) Οὐήρου ἐκ δημοσίου
πήχ(εις) ρλ´. ἔτ(ει) ρλγ´.

L. 7. ΑΥΡΡ avec trait au-dessus des deux rhô.

« À la bonne fortune. Pour le salut de notre seigneur l’empereur Marcus Antonius Gordien Auguste, sous Domittius Valérianus le clarissime consulaire, accompli par le tribun Calpurnius Saturninus, pendant la proédrie de Théodôros, fils de Bassos, sous la surveillance des bouleutes Aurélius Sabinus, fils de Néagios, et Aurélius Sabinus, fils de Bassos, et de Zénodôros fils d’Apollinarius, leur co-bouleute, d’après l’ordre/le testament de Flavius Vérus, sur les fonds publics. 130 coudées. L’année 133. »

  • 14 Voir IGLS XIV, 13, 16-17, 20. Le rapprochement est fait par Pflaum 1952, p. 316. Un autre Vérus ap (...)

9Par son formulaire, l’inscription se rapproche beaucoup des textes d’Adraha évoqués ci-dessus, comme de celui de Bayt Ras : on a indubitablement affaire à la même inspiration, dans un contexte un peu différent. On y retrouve également un proèdre, des épiscopes. Flavius Vérus, mentionné à la fin de l’inscription d’Irbid, a été rapproché par H.-G. Pflaum de l’architecte Vérus qui apparaît dans plusieurs des inscriptions d’Adraha à l’époque de Gallien et d’Aurélien 14. Il aurait donc été actif près d’une quarantaine d’années.

10La date à la l. 10 doit être calculée selon l’ère d’Arabie, ce qui assure la concordance avec la mention de l’empereur pour le salut duquel la dédicace est faite. En effet, l’an 133 de la province correspond à 239, pendant le règne de Gordien III, de 238 à 244. Le rapprochement qu’on pourrait faire avec Bayt Ras, célèbre aussi pour ses tombes, mais où est utilisée une ère propre, est donc rendu plus difficile. Un calcul selon l’ère de Bayt Ras qui commence en 97 ou 98 donnerait 230 ou 231, une date incompatible avec le règne de l’un des Gordiens, puisqu’elle tomberait en plein dans le règne de Sévère Alexandre. L’inscription d’Irbid provient donc bien d’une cité de la province d’Arabie.

11Si l’inscription ressemble beaucoup à celles d’Adraha, elle est antérieure d’une vingtaine d’années aux plus anciennes de cette série. On y retrouve pourtant la même présence d’un gouverneur, promoteur des travaux effectués, avec le rôle d’exécuteur rempli par un militaire, et la surveillance des autorités locales. Dans les environs immédiats d’Irbid, les cités identifiées appartiennent à la province de Syrie-Palestine, puis de Palestine Seconde, que ce soit Abila à une quinzaine de kilomètres au nord, ou bien Pella et Gadara, plus à l’ouest. De plus, toutes utilisent une ère pompéienne débutant en 64 ou 63 av. J.‑C. C’est aussi le cas, vers le sud, de Gérasa (et de son territoire), éloignée de moins d’une vingtaine de kilomètres, mais qui contrairement à ses voisines de la Décapole qui viennent d’être citées, appartient à la province d’Arabie.

  • 15 Épitaphe de Lucius Domitius Major (Λούκιος Δομήτιος Μαήωρ), découverte à Irbid dans une maison : C (...)
  • 16 Moors 2002, p. 166 : date de l’inscription à calculer selon l’ère arabe (« Arabian », de la provin (...)

12L’épigraphie de la région d’Irbid est pauvre en inscriptions datées auxquelles on puisse attribuer sans discussion une ère. Les plus anciennement connues sont datées κατὰ κτίσιν τῆς πόλεως. La date de l’une entre elles a été beaucoup discutée, puisqu’on a lu, sur cette inscription funéraire d’un certain Lucius Domitius Major, ιε´ (Allen, Séjourné puis Clermont-Ganneau), solution la plus probable, qε´ (Clermont-Ganneau), ou bien encore τε´ (Pitcairn), soit 15, 95 ou 305, la dernière solution excluant l’ère d’Arabie 15. Comme le souligne Y. E. Meimaris, elle pourrait éventuellement être datée par une éventuelle ère de refondation – inconnue par ailleurs – d’une cité, qui serait celle dont dépendait cette partie des environs d’Irbid (Adraha ?). Dans ce cas, l’ère hypothétique de cette cité aurait pu commencer après 238, c’est-à-dire la date de l’inscription de Gordien citée ci-dessus. Toutefois, l’onomastique du texte (présence du prénom) incite à préférer une date au iie s. plutôt que dans la seconde moitié du iiie s. Il pourrait éventuellement y avoir eu une ère municipale d’Adraha, mais, elle est jusque-là inconnue, puisque les inscriptions datées de cette cité le sont selon l’ère d’Arabie (par ex. IGLS XIV, 14, daté de 262‑263) 16.

  • 17 Allen 1885, p. 202-203, no 25. Contra Moors 2002, p. 163-165 : la première inscription, celle de L (...)
  • 18 La seule restriction à ajouter à l’attribution à Capitolias est le fait que l’inscription a été dé (...)

13La découverte à Bayt Ras même d’une seconde inscription datée κατὰ κτίσιν τῆς πόλεως, cette fois de l’année κε´, c’est-à-dire 25 17, peut faire préférer une interprétation selon l’ère de Capitolias pour les deux inscriptions qui font usage de la même formule, à Irbid et Bayt Ras, en raison également des incertitudes sur la limite sud du territoire de Capitolias. Cette limite devait passer à l’intérieur même de l’agglomération actuelle d’Irbid 18.

  • 19 Bader & Habash 2005, p. 191-192, no 1 : ἔτο(υς) σδ´, soit 140 ou 141 apr. J.‑C. avec une ère pompé (...)
  • 20 Steuernagel 1926, p. 45, dessin [= 1927, p. 428-429] (sur copie et photo G. Schumacher), avec prov (...)
  • 21 Al-Muheisen & Tarrier 1997, p. 493 (Michel 2001, p. 422 ; SEG 47, 2064) ; voir D. Feissel, Bull. é (...)

14Une autre inscription datée 19, à al-Mazar, a été interprétée comme reflétant une ère pompéienne, puisqu’on se trouve au sud-ouest d’Irbid, dans la direction générale de Pella. Pourtant L. Di Segni a proposé de faire le calcul plutôt avec l’ère d’Arabie, ce qui correspondrait à l’aspect de la graphie et à l’ordre descendant des chiffres. Dans le même secteur situé au sud d’Irbid, mais plus à l’est, une inscription datée d’une année 137 (ρλζ´) a été attribuée avec de bons arguments à l’ère d’Arabie, ce qui correspond à 243 apr. J.‑C. Le premier éditeur la rapportait à une ère pompéienne, soit 73 apr. J.‑C. La pierre a été vue dans les années 1980 à Samad, mais elle provient sans doute de Khirbet Beni Malek, à quelques kilomètres au sud-est de là 20. Enfin, un des textes datés les plus récents est l’inscription sur mosaïque de al-Husn, dont tout indique qu’elle suit le comput de la province d’Arabie 21. On est cette fois au sud-est d’Irbid (fig. 1).

  • 22 Smith 1973, p. 64, no 71, et 188-191 (Meimaris, Kritikakou & Bougia 1992, p. 88, no 21 ; SEG 41, 1 (...)
  • 23 Melhem & al-Husan 2001, p. 47, avec les fig. 16 et 17, p. 38 (SEG 51, 2060). Cf. D. Feissel, Bull. (...)
  • 24 Spijkerman 1978, p. 98-107 : no 1-5. Marc Aurèle (ΘΞ = 69 [165-166] ; Ο = 70 [166-167] ; ΗΞ = 68 [ (...)
  • 25 Une inscription de Tall Zarʿā, à quelques kilomètres à peine au sud de Gadara, porte une date qui (...)

15L’ordre des signes numériques n’est pas un argument pour différencier les dates selon l’ère provinciale d’Arabie et selon le comput de Capitolias, puisque les inscriptions datées selon cette ère provinciale, comme également l’inscription du théâtre, utilisent généralement le même ordre, centaines – dizaines – unités. Il est vrai que la date de l’inscription de Bayt Ras est assez effacée et qu’on pourrait éventuellement proposer de lire le chiffre des unités en première position (voir les notes critiques). Cette solution semble néanmoins assez improbable. La seule inscription datée de Pella utilise l’ordre inverse, comme plusieurs inscriptions qu’on peut attribuer à son territoire 22. Pour cette raison, on est tenté de placer la localité de Bayt Idis, quelques kilomètres à l’est de Pella, mais très au sud-ouest d’Irbid, dans le territoire de Pella, et non dans la province d’Arabie 23. Dans ce cas, l’année 507 (ἔτους ζφ´) correspondrait à 444 apr. J.‑C. plutôt qu’à 612/613, comme on le calcule habituellement. Aucune de ces deux dates ne correspond pourtant à l’indiction 7 (χρόνων ζ´ ἰνδικτιõν(ος)) du texte. Au contraire, un calcul par une ère commençant en 97 donnerait 604 apr. J.‑C., qui correspond bien à une indiction 7. L’ordre des signes n’est pas celui suivi dans notre inscription, mais, si les dates données par les monnaies de Capitolias utilisent majoritairement l’ordre descendant, il y a suffisamment d’exceptions pour empêcher d’y voir une règle stricte 24. Cette hypothèse a plusieurs conséquences : Bayt Idis devait appartenir au territoire de Capitolias, qui aurait alors une extension importante vers le sud-ouest 25 ; l’ère de cette dernière cité a dû commencer à l’automne 97, sous Nerva, qu’elle ait été préparée dès Domitien comme le pensait Bowsher, ou qu’elle ait été placée rétroactivement à cette date sous le règne de Trajan (ainsi P.-L. Gatier dans Bull. ép. 2018, à paraître) ; il faut nécessairement lire à la dernière ligne de l’inscription du théâtre de Bayt Ras une date de 163 (ρ̣ξγ̣´), c’est-à-dire la première année du règne personnel de Gallien, car 162 de l’ère de Capitolias correspondrait aux règnes conjoints de Valérien et Gallien.

Les responsables des travaux effectués à Capitolias

  • 26 À Babylone, I Estremo oriente 108 ; à Carrhes, Plutarque, Crassus 29 ; à Séleucie de Piérie, SEG 3 (...)
  • 27 Voir aussi AE 1996, 1630, repris AE 2010, 1739.
  • 28 Sur ce point, voir le commentaire de M. Sartre à I. Jordanie 4, 49 : Marcus Ulpius Andromachos a é (...)

16L’inscription de Bayt Ras fait intervenir seulement deux personnages, alors qu’à Adraha ils sont plus nombreux. Numérius Sévérus et Aurélius Andromachos (?) apparaissent dans l’ordre hiérarchique. Le second, Aurélius Andromachos, est chevalier, curator reipublicae. L’expression est un peu étrange, puisqu’il est désigné d’une formule équivalente à egregius et curator (ὁ κράτιστος καὶ λογιστῆς), alors qu’on attendrait plutôt egregius curator. Le nom Andromachos n’est pas extrêmement fréquent à l’époque romaine 26 ; en Orient, il y a surtout des exemples en Arabie, un ἀρχιατρὸς Κλαύδιος Ἀνρδόμαχος à Bostra (IGLS XIII/1, 9114), un préfet d’aile Μᾶρκος Οὔλπιος Ἀνρδόμαχος à Pétra (I. Jordanie 4, 49 27), un Σεουῆρος Ἀνδρομάχου à Adraha (IGLS XIV, 175 = PAES IIIA, 639), avec quelques cas tardifs, en 369-370 à Salkhad, un Βάσσος Ἀνδρομάχου (W.-H. Waddington, I. Syrie 2001), et encore plus tard dans le pays de Moab (Canova 1954, no 238, 246 et 294) et à Zoora (I. Pal. Tertia Ia, 280). Les Andromachos de Pétra et Bostra peuvent être des étrangers à la région, mais rien ne l’assure 28.

  • 29 SEG 49, 1852, en Lydie : les deux frères homonymes, Aurélius Andromachos, dont l’épitaphe est rédi (...)
  • 30 P. Oxy 10, 1264 : ἐπὶ τοῦ κρα(τίστου) γενομένου διοικητοῦ Ἀνδρομάχου ; cf. PIR2 A 587. Le papyrus (...)
  • 31 PIR2 A 341, d’après IGR IV, 944, à Chios : Λ(ούκιον) Αἰμύλιον Δέκιον Ἀνδρόμαχον, ἐπίτροπον τοῦ Σεβ (...)
  • 32 Même refus d’identifier le procurateur de Chios et celui d’Égypte par Pflaum 1960, vol. II, p. 952 (...)

17Pour identifier plus précisément, le λογιστής de Bayt Ras, une difficulté est qu’on ne connaît pas d’Aurélius Andromachos qui aurait exercé des fonctions officielles dans l’empire 29. Néanmoins, un diocète attesté vers 272 en Égypte est désigné simplement par son cognomen, Andromachos 30. Il a été rapproché dans la PIR2 de L. Aemilius Decius Andromachus, procurator Augusti, à une date indéterminée (Cos) 31. Ce dernier personnage n’est pas autrement connu, tandis que le rapprochement entre le diocète égyptien et le curator palestinien a pour lui la proximité chronologique, outre le rang de κράτιστος, egregius, et les compétences financières impliquées par les deux fonctions 32.

  • 33 Burton 1979, p. 474 et 480 ; Lassère 2005, p. 376-378.
  • 34 Statut attesté à l’époque impériale uniquement pour quelques villages d’Asie Mineure, Burton 1979, (...)
  • 35 Quelques cas : IG V/1, 1412, ἐπὶ Φλαβίου Σαιθίδ̣α λογιστοῦ καὶ γραμματέος ; IG V/2, 346, Αὐτοκράτο (...)
  • 36 Mertens 1985, p. 63-64, à propos d’un intendant, chef de carrière, qui revêt une fonction officiel (...)
  • 37 Gatier 1995, p. 400-401 (SEG 44, 1988) : Ζήνων Πορφ(υρίου) ἐργοδιώκτης ; « il s’agit du responsabl (...)
  • 38 Voir Cuvigny 1992, p. 83, « dans le contexte civique [en Asie Mineure], le mot s’est spécialisé av (...)

18La fonction de curator apparaît ici à une époque de grands changements, puisqu’on passe dans la seconde partie du iiie siècle de curatores nommés par l’empereur et extérieurs aux communautés qui les accueillent à des magistrats choisis parmi les membres des curies locales, avec sanction de l’empereur 33. La date de cette réforme, d’ailleurs peut-être progressive, est mal connue. Si l’on accepte l’identification avec le diocète égyptien, on serait donc avant la réforme. Un curateur est évidemment tout à fait à sa place dans le contexte de Capitolias puisque sa fonction de contrôle des fonds publics implique aussi la surveillance des travaux édilitaires. Faute de certitude sur le titulaire de la charge, on ne peut guère en dire plus. Bien qu’on puisse être tenté de faire du logistès Andromachos un simple fonctionnaire local 34, son statut de κράτιστος va en l’encontre de cette hypothèse et implique une carrière procuratorienne équestre. Parmi les nombreux curatores attestés par l’épigraphie, plusieurs semblent bien intégrés dans les magistratures locales, sans pour autant faire état de fonctions administratives romaines 35. Ce n’est pas le cas d’Aurélius Andromachos, vir egregius et curateur, mais qui remplit ici une tâche qui semble assez subalterne, celle de chef de chantier ou de contremaître, puisque tel est le sens d’ἐργοδιώκτης. Le mot est souvent utilisé dans le cadre d’exploitations de carrières, avec un exemple égyptien du milieu du iiie siècle av. J.‑C., et surtout des exemples beaucoup plus tardifs, à partir du ve siècle apr. J.‑C., là aussi en assez grand nombre dans les papyri égyptiens 36. Au Proche-Orient, le mot semble rare, mais apparaît dans la province d’Arabie, dans les carrières de Hallabat datées des ve-viie siècles apr. J.‑C. 37. En raison du statut personnel d’Aurélius Andromachos, on est tenté de lui donner un sens un peu plus large, celui de maître d’œuvre, responsable d’un chantier, ce qui pourrait se rendre plus précisément par ἐργοδότης 38.

  • 39 L’intérêt de ce texte est de donner un bon exemple où un archonte est cité seul, alors qu’il s’agi (...)
  • 40 IGLS XV, 448 : ἐκτίσθη ἡ ἱερὰ καλυβὴ ὑπὸ κοινοῦ τῆς κώμης.

19Le premier nom, Numérius Sévérus, n’est pas de lecture aisée et on pourrait être tenté de lire ὑπά̣ρ̣[χο]ντος ou ὑπ᾽ ἄ̣ρ̣[χο]ντος (voir les notes critiques ci-dessus). Dans ce cas, on pourrait faire de lui un magistrat local. Il n’est en effet à priori pas impossible que la magistrature principale de la cité ait eu le nom d’archontat, comme on en a des exemples en Orient dans les années du début du ive siècle, ainsi à Bostra, IGLS XIII/1, 9111, ou même plus tôt, à Gérasa en 259, I. Gerasa 74 39. Un texte d’Umm al-Zaytun offre d’ailleurs un bon parallèle à cet usage de ὑπό pour désigner le promoteur (le financeur ?) d’une construction 40. Cette interprétation fait difficulté car on attendrait ici un supérieur hiérarchique d’Andromachos. La formule avec ὑπά̣ρ̣[χο]ντος peut également qualifier celui qui a débuté les travaux – donc ὑπά̣ρ̣[χο]ντος du verbe ὑπάρχω –, ce qui permettrait de préserver dans une certaine mesure l’ordre hiérarchique, en laissant la question ouverte. Aurélius Andromachos aurait donc achevé les travaux entamés par Numérius Sévérus, avec la grande difficulté que dans ce cas ce dernier n’aurait pas de fonctions officielles, dans le texte du moins.

  • 41 Seuls certains auteurs littéraires l’utilisent, ainsi Dion Cassius : 54, 5, 4 (ὁ τῆς Αἰγύπτου ἄρχω (...)
  • 42 Feissel et Gascou 1995, p. 82, avec les notes 70-73, avec parmi les exemples, IGR III, 1277 (= IGL (...)
  • 43 HE VII, 15, 3 : τὸν δικαστήν (Ἀχαιὸς οὗτος ἦν).
  • 44 Α̣ὐ[ρ(ήλιον) Μ]άρωνα ἐπίτρ(οπον) τοῦ Σεβ(αστοῦ) διέποντα τὰ [μέ]ρη τῆς ἡγεμον(ίας). Maintenant I.  (...)

20En raison de ces difficultés, il est plus convaincant de faire de Numérius Sévérus un gouverneur de Palestine, inconnu jusqu’à présent, en lisant ὑπατ̣ε̣[ύο]ντος. Si le vocabulaire officiel (épigraphie, papyrologie) ne fait pas usage pendant cette période du terme d’archonte pour désigner les gouverneurs 41, alors qu’il fait partie de la titulature normale à partir du ive siècle, le verbe ὑπατεύω est bien attesté dans le sens de « étant gouverneur de rang consulaire » 42. Contrairement aux textes parallèles d’Adraha et d’Irbid, le nom du gouverneur qui apparaît toujours après celui de l’empereur n’est pas introduit par προνοίᾳ (Adraha) ou bien par ἐπί (Irbid sous Gordien III). La prosopographie des gouverneurs de Syrie-Palestine est assez lacunaire pendant les années 260-268, à part un certain Achaeus, δικαστής d’après Eusèbe de Césarée 43, et Aurélius Maron connu par une inscription de Césarée Maritime 44. Il n’y a pas non plus de personnage du nom de Numérius Sévérus dans les listes prosopographiques.

  • 45 Pitcairn 1912, p. 85, sur copie A. M. Elenson ; McCown 1932, p. 15 (AE 1935, 83 ; SEG 8, 92) ; Mit (...)
  • 46 IGRR III, 1287 = IGLS XIV, 16, datée de 263-264 apr. J.-C. : προνοίᾳ Στατιλίου Ἀμμιανοῦ τοῦ κρατίσ (...)
  • 47 Pour un exemple assez tardif du praenomen (mi-iiie siècle ?), I. Gerasa 191 : Γ(άιος) Ἰούλ̣ι[ος] Φ (...)

21Le rapprochement entre les travaux menés à Adraha, ceux d’Irbid et ceux de Capitolias peut aussi être renforcé par quelques éléments d’ordre prosopographique. L’absence de logistès dans les textes d’Adraha, de Bostra ou d’Irbid, l’absence de militaires à Capitolias semblent prouver un contexte un peu différent. Toutefois, de la même manière que le même architecte a agi à Irbid en 238 et à Adraha dans les années 260-264, un autre personnage des inscriptions d’Adraha a peut-être fait construire son tombeau à Capitolias, où on connaît l’inscription funéraire d’un certain Γάιος Ἰούλιος Ἰσίδορος 45. McCown, suivi en cela par les éditeurs du SEG, faisait le rapprochement avec une des inscriptions d’Adraha, où un Iulius Isidôros, strator (« écuyer ») de Statilius Ammianus, le vir egregius faisant office de gouverneur, s’occupe de la construction d’une partie du rempart de la ville 46. Le texte de Capitolias n’a malheureusement pas de date, mais l’écriture en relief se prête bien à une époque assez tardive, contrairement à l’utilisation du praenomen 47. Si l’on ne peut toutefois exclure qu’il s’agisse du même personnage, on peut aussi s’étonner que le statut de militaire n’apparaisse pas dans l’épitaphe.

22Les enseignements de ce texte sont de plusieurs ordres. Le premier est évidemment qu’il ne peut servir à dater le théâtre, tout au plus la transformation du théâtre en élément du rempart. Le second est qu’il faut l’envisager dans le contexte des constructions de remparts des années 260-270, en Arabie et donc au moins dans les régions limitrophes de Syrie-Palestine, où les liens avec l’Arabie semblent assez étroits. Le premier personnage cité après l’empereur, le gouverneur Numérius Sévérus, si la lecture est correcte, est inconnu par ailleurs. Il y a de fortes probabilités qu’Aurélius Andromachos soit un curator reipublicae à identifier au diocète égyptien du début des années 270. Enfin, l’étude des inscriptions datées de la région, auxquelles s’ajoute maintenant le texte de Capitolias, permet de supposer que le territoire de cette cité était très réduit vers le sud, le nord et l’est, mais s’étendait assez loin vers l’ouest, dans la direction de Pella et Gadara.

Tous nos remerciements vont à Julien Aliquot, Denis Feissel et Pierre-Louis Gatier, ainsi qu’aux experts anonymes de la revue, pour leurs relectures et leurs conseils avisés. Cette étude fait partie des travaux préliminaires à l’établissement du corpus des inscriptions grecques et latines de la Jordanie du Nord-Ouest (I. Jordanie 1/1 = IGLS XXI, 1/1), préparé par les deux co-signataires, en accord avec le Department of Antiquities du Royaume Hachémite de Jordanie.

Haut de page

Bibliographie

Aliquot (J.) 2009 La vie religieuse au Liban sous l’Empire romain (BAH 189), Beyrouth.

Allen (F. D.) 1885 « Greek and Latin Inscriptions from Palestine », AJPh 6, p. 190-216.

Al-Muheisen (Z.) 2006 « Preliminary Report on the Excavations at Khirbat al-Badiyya, 1998 », ADAJ 50, p. 83-98.

Al-Muheisen (Z.) & Tarrier (D.) 1997 « Nouvelle inscription grecque retrouvée à al-Husn », Liber Annuus 47, p. 493.

Al-Shami (A. J. ) 2005 « A New Discovery at Bayt Ras / Capitolias–Irbid », ADAJ 49, p. 509-519.

Bader (N.) & Habash (M.) 2005 « Greek Funerary Inscriptions from Northern Jordan », Syria 82, p. 189-197.

Barbet (A.) & Vibert-Guigue (Cl.) 1994 Les peintures des nécropoles romaines d’Abila et du nord de la Jordanie (BAH 130), Beyrouth.

Bowsher (J. M. C.) 2011 « The Foundation of Roman Capitolias », ARAM 23, p. 35-62.

Burton (G. P.) 1979 « The Curator Rei Publicae: Towards a Reappraisal », Chiron 9, p. 465-487.

Canova (R.) 1954 Iscrizioni e monumenti protocristiani del Paese di Moab (Sussidi allo Studio delle Antichita Cristiane 4), Rome.

Clermont-Ganneau (Ch.) 1888 Recueil d’archéologie orientale 1, Paris.

Clermont-Ganneau (Ch.) 1880-1895 Études d’archéologie orientale 1, Paris.

Cuvigny (H.) 1992 « Inscription inédite d’un ἐργοδότης dans une carrière du Mons Claudianus », Chr. Decobert (éd.), Itinéraires d’Égypte, Mélanges offerts au père Maurice Martin s.j. (BdE 107), Le Caire, p. 71-88.

Davenport (C.) 2010 « The Building Inscription from the Fort at Udruh », JRA 23, p. 349-357.

Feissel (D.) 2006 Chronique d’épigraphie byzantine, 1987-2004, Paris.

Feissel (D.) & Gascou (J.) 1995 « Documents d’archives romains inédits du Moyen-Euphrate I. Les pétitions (P. Euphr. 1 à 5) », JS, p. 65-119.

Gatier (P.-L.) 1995 « Inscriptions grecques des carrières de Hallabat », SHAJ 5, p. 399-402.

Hagedorn (D.) 1985 « Zum Amt des διοικητής im römischen Aegypten », YClS 28, p. 167-210.

Karasneh (W.) & Fayyad (S.) 2005 « The Theatre of Bayt Ras », ADAJ 49, p. 39-45 (en arabe).

Knauf (E. A.) 1986 « Samad », Liber Annuus 36, p. 343.

Lassère (J.-M.) 2005 Manuel d’épigraphie romaine, 2 vol., Paris.

Lenzen (C. J.) & Knauf (E. A.) 1987 « Beit Ras/Capitolias. A preliminary evaluation of the archaeological and textual evidence », Syria 64, p. 21-46.

Lichtenberger (A.) 2003 Kulte und Kultur der Dekapolis, Untersuchungen zu numismatischen (archäologischen und epigraphischen Zeugnissen, Abhandlungen des Deutschen Palaestina-Vereins 29), Wiesbaden.

McCown (C. C.) 1932 « Two Greek Inscriptions from Beit Râs », BASOR 46, p. 13-15.

Meimaris (Y. E.), Kritikakou (K.) & Bougia (P.) 1992 Chronological Systems in Roman-Byzantine Palestine and Arabia. The Evidence of the Dated Greek Inscriptions (ΜΕΛΕΤΗΜΑΤΑ 17), Athènes.

Melhem (I.) & Al-Husan (A.) 2001 « First Season of Excavations at Khallit ʿīsā-Ṣīr / Bayt īdis, 2000 », ADAJ 45, p. 33-50 (en arabe).

Merrill (S.) 1881 East of the Jordan. A Record of Travel and Observation in the Countries of Moab Gilead and Bashan during the Years 1875-1877, New York.

Mertens (B.) 1985 « A Letter to the Architecton Kleon: P. Petrie II 4,1 + 4,9 », ZPE 59, p. 61-66.

Michel (A.) 2001 Les églises d’époques byzantine et umayyade de Jordanie (Provinces d’Arabie et de Palestine), ve-viiie siècles. Typologie architecturale et aménagements liturgiques. Avec catalogue des monuments (Bibliothèque de l’Antiquité Tardive 2), Turnhout.

Mittmann (S.) 1970 Beiträge zur Siedlungs- und Territorialgeschichte des nördlichen Ostjordanlands (Abhandlungen des Deutschen Palaestina-Vereins), Wiesbaden.

Moors (S.) 2002 « The Decapolis : City Territories, Villages and Bouleutai », W. Jongman & M. Kleijwegt (éd.), After the Past. Essays in Ancient History in Honour of H.W. Pleket (Mnemosyne Suppl. 233), Leyde, p. 157-207.

Pflaum (H.-G.) 1952 « La fortification de la ville d’Adraha d’Arabie », Syria 29, p. 307-330.

Pflaum (H.-G.) 1960-1961 Les carrières procuratoriennes équestres (BAH 57), 4 vol., Paris.

Piccirillo (M.) 2005 « Aggiornamento delle liste episcopali delle diocesi in territorio transgiordanico », Liber Annuus 55, p. 377-394.

Pitcairn (D. L.) 1911 « Greek Inscriptions from the Decapolis », PEF-QS 43, p. 56-58.

Pitcairn (D. L.) 1912 « A Greek Inscription from the Decapolis », PEF-QS 44, p. 85.

Rothe (U.), Zerbini (A.) & Kenkel (F.) 2017 « Excavations in area III on Tall Zarʿā », ADAJ 58, p. 257-273.

Sartre (M.) 1991 L’Orient romain. Provinces et sociétés provinciales en Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères (31 avant J.-C.-235 après J.-C.), Paris.

Séjourné (P.-M.) 1893 « Chronique palestinienne », RBi 3, p. 615-628.

Smith (R. H.) 1973 Pella of the Decapolis 1. The 1967 Season of The College of Wooster Expedition to Pella, Wooster.

Spijkerman (A.) 1978 The coins of the Decapolis and Provincia Arabia, Edited with Historical and Geographical Introductions by M. Piccirillo (Studium Biblicum Franciscanum, Collectio Maior 25), Jérusalem.

Steuernagel (C.) 1924 « Der ʿAdschlūn. Nach den Aufzeichnungen von Dr. G. Schumacher », ZDPV 47, p. 191-240.

Steuernagel (C.) 1925 « [Der ʿAdschlūn] », ZDPV 48, p. 1-144.

Steuernagel (C.) 1926 « [Der ʿAdschlūn] », ZDPV 49, p. 1-167.

Steuernagel (C.) 1927 Der ʿAdschlūn, Leipzig [reprise en volume des trois articles précédents].

Whicher (G. M.) & Clermont-Ganneau (Ch.) 1906 « A Greek Inscription from the Hauran », AJA 10, p. 289-294.

Zayadine (F.) 1976 Studia hierosolymitana in onore di p. Bellarmino Bagatti I. Studi archeologici (Studium Biblicum Franciscanum, Collectio Maior 22), Jérusalem, p. 285‑294.

Haut de page

Notes

1 Lenzen & Knauf 1987. Plus récemment, exposés de Moors 2002, Lichtenberger 2003, p. 114-127, et Bowsher 2011, avec la bibliographie.

2 CIS II, 94.

3 Bowsher 2011, p. 58 : la création de la ville aurait été prévue dès le règne de Domitien, au moment de l’intégration dans l’empire du royaume d’Agrippa II. Bowsher met aussi en valeur le rôle des vétérans dans la fondation. Ces conclusions sont confirmées par les quelques inscriptions qui mentionnent des citoyens romains (Bowsher 2011, p. 44-47) ; les prospections récentes pour le programme IGLS ont apportées de nouveaux éléments pour des villages qu’on peut attribuer au territoire de Capitolias (en particulier de nombreux anthroponymes latins).

4 Nicée : p. LXI de l’édition H. Gelzer des Patrum Nicaeorum nomina (Teubner, Leipzig, 1898) ; Chalcédoine : ACO 2, 1, 2, p. 103.

5 Eusèbe, Onomasticon, p. 14 : Ἀρβηλά (Num 34, 11). ὅριον ἀνατολικὸν τῆς Ἰουδαίας. ἔστι δὲ κώμη τις Ἀρβηλὰ πέραν τοῦ Ἰορδάνου ἐν ὁρίοις Πέλλης πόλεως Παλαιστίνης.

6 Zayadine 1976. Barbet & Vibert-Guigue 1994, p. 229-243, analyse des peintures ; pour les inscriptions, P.-L. Gatier dans Barbet & Vibert-Guigue 1994, p. 44-45. Voir aussi maintenant la tombe peinte découverte en 2016 dans le même secteur et dont l’étude est en cours : le décor illustre sans doute les étapes de la fondation de Capitolias.

7 Sur le monnayage, Spijkerman 1978, p. 98-107. Pour les divinités qui apparaissent sur les monnaies, Lichtenberger 2003, p. 116-123 (Tyché, Zeus, Déméter et Koré, Dionysos). Bowsher 2011, p. 42-44, sur les implications de la présence de Jupiter Capitolin. Ce dernier occupe une place d’honneur dans le décor de la tombe découverte en 2016 (voir note précédente).

8 Lenzen & Knauf 1987, p. 28.

9 Al-Shami 2005 ; Karasneh & Fayyad 2005.

10 IGLS XIV, 8-21 à Adraha ; plusieurs avaient été publiées par Pflaum 1952.

11 IGLS XIII/1, 9105-9106, 9108-9109. Voir peut-être aussi IGLS XIII/2, 9478 (pour Valérien et Gallien). Pflaum 1952, p. 309, sur les liens entre les travaux dans les deux cités ; voir aussi p. 322.

12 Dans le même contexte, une décanie, ἡ δεκανία, est plusieurs fois attestée à Adraha : voir IGLS XIV, 15, comm. Pour H.-G. Pflaum (p. 318), il s’agissait du « corps de garde affecté aux hommes de chaque arrondissement ». Chacune de ces dix subdivisions avait « le devoir de construire, entretenir et armer la partie des fortifications commise à sa garde ». Comme le dit M. Sartre (IGLS XIV), ces fonctions militaires ou paramilitaires ont en effet leur place dans ce contexte de mise en défense de la cité. Pourtant, le verbe est parfois ἀφιερώθη, donc avec une connotation cultuelle, ce qui correspond à certains emplois du terme : dernièrement Aliquot 2009, p. 162 (décanie), à propos des membres d’une troisième décanie (οἱ τῆς γ´ δεκανία[ς], IGLS VI, 2740, à Baalbek ; voir aussi 2742) et d’une decania Silliani (CIL III, 6670, à Deir el-Qalaa). Le fait que des tours soient elles aussi « consacrées », mais « avec la décanie », ajoute à la difficulté (IGLS XIV, 14 : ἀφιερώθη ὁ πύργος μετὰ τῆς δεκανίας ; IGLS XIV, 15 : ἀφιερώθη ὁ πύργος καὶ ἡ δεκανία), alors qu’une autre décanie est simplement « construite » (IGLS XIV, 18 : ἐκτίσθη εὐτυχῶς ἡ δεκανία).

13 Whicher & Clermont-Ganneau 1906, p. 289 : « Workmen in the employ of Mr. Khyat [un antiquaire installé à New York] were searching for tombs near the town of Irbid, when they uncovered this slab not far below the surface of the ground. »

14 Voir IGLS XIV, 13, 16-17, 20. Le rapprochement est fait par Pflaum 1952, p. 316. Un autre Vérus apparaît en IGLS XIV, 19, mais il s’agit d’un autre personnage.

15 Épitaphe de Lucius Domitius Major (Λούκιος Δομήτιος Μαήωρ), découverte à Irbid dans une maison : Clermont-Ganneau 1888, p. 18, no 28, d’après une copie de J. Løytved, corrigée ensuite Clermont-Ganneau 1880-1895, p. 142-143. La pierre vue déjà par S. Merrill (Allen 1885, p. 203, no 26) a été revue par diverses voyageurs et savants, voir par ex. Séjourné 1894, p. 623‑624, ou Pitcairn 1911, p. 56‑57, no 1 ; également Meimaris, Kritikakou & Bougia 1992, p. 153, n. 46.

16 Moors 2002, p. 166 : date de l’inscription à calculer selon l’ère arabe (« Arabian », de la province d’Arabie ?) ou bien selon l’ère municipale d’Adraha. Y aurait-il eu une ère de la cité utilisé au iie s. avant l’usage de l’ère de la province ? La date de la fondation de la cité n’est pas connue, voir IGLS XIV, p. 14 et 31 : les plus anciens documents sur ce statut ne sont pas antérieurs aux années 160.

17 Allen 1885, p. 202-203, no 25. Contra Moors 2002, p. 163-165 : la première inscription, celle de Lucius Domitius Major (qu’il ne connaît que par Allen), se rattacherait à Irbid, la seconde seulement à Capitolias.

18 La seule restriction à ajouter à l’attribution à Capitolias est le fait que l’inscription a été découverte au sud de la colline qui est au centre de l’agglomération actuelle d’Irbid : Merrill 1881, p. 293, « Irbid, so far as the village is concerned, is a small place on the south side of the large hill or mound where our camp is pitched. »

19 Bader & Habash 2005, p. 191-192, no 1 : ἔτο(υς) σδ´, soit 140 ou 141 apr. J.‑C. avec une ère pompéienne ; on aurait 310 apr. J.‑C. avec l’ère de la province d’Arabie, ce qui n’est pas impossible non plus. L’inscription a été reprise dans le SEG 55, 1749. Voir la contribution de L. Di Segni, dans SEG 57, 1865, pour une date selon l’ère d’Arabie.

20 Steuernagel 1926, p. 45, dessin [= 1927, p. 428-429] (sur copie et photo G. Schumacher), avec provenance de Khirbet Beni Malek (SEG 8, 84) ; Knauf 1986, p. 343, qui la considère comme inédite, pour la provenance de Samad (SEG 36, 1380 ; Meimaris, Kritikakou & Bougia 1992, p. 170, no 31, qui le premier fait rapprochement entre les deux éditions). Moors 2002, p. 166, ne connaît que l’édition de Knauf.

21 Al-Muheisen & Tarrier 1997, p. 493 (Michel 2001, p. 422 ; SEG 47, 2064) ; voir D. Feissel, Bull. ép. 1999, 577 (= Feissel 2006, 862) ; Piccirillo 2005, p. 385-386 : μη(νὶ) Ἀρτεμησίου αʹ, χρ(ονοῖς) ιγʹ, τοῦ υλʹ ἔ[τ]ους. Le nom de l’évêque (ἐπὶ τοῦ ὁσ(ιωτάτου) Ἰωάννου ἀρχιεπισκ(όπου)), la date calculée selon l’ère d’Arabie (soit le 21 avril 535), le chiffre de l’indiction (13e) correspondent et permettent de conclure qu’al-Husn, à quelques kilomètres au sud-est d’Irbid, était sur le territoire de Bostra.

22 Smith 1973, p. 64, no 71, et 188-191 (Meimaris, Kritikakou & Bougia 1992, p. 88, no 21 ; SEG 41, 1573) : τοῦ δπφ´ ἔτους (soit 521/522 apr. J.‑C.). Même ordre à Ras al-Dayr, à Khirbet al-Badiyya, mosaïque d’église publiée par Al-Muheisen 2006, p. 98 (transcr. D. Feissel, Bull. ép. 2008, 558, d’où P.-L. Gatier, AE 2006, 1617 ; SEG 56, 1903) : ἐν ἔτει τῷ βξχ΄ ἔτι. C’est aussi l’ordre utilisée pour plusieurs ères de la Décapole, dont celles d’Abila (SEG 46, 2054) et de Gadara (SEG 52, 1642).

23 Melhem & al-Husan 2001, p. 47, avec les fig. 16 et 17, p. 38 (SEG 51, 2060). Cf. D. Feissel, Bull. ép. 2002, 482 (= Feissel 2006, 869), sans mention de la date.

24 Spijkerman 1978, p. 98-107 : no 1-5. Marc Aurèle (ΘΞ = 69 [165-166] ; Ο = 70 [166-167] ; ΗΞ = 68 [164-165]) ; no 6. Faustina Iunior (Ο = 70) ; no 7-9. Lucius Vérus (ΗΞ = 68 ; ΞΘ = 69 ; Ο = 70) ; n10. Lucilla Ο = 70 [166-167] ; no 11-15. Commode (Γq = 93 [189-190]) ; no 16. Septime Sévère (ΗΡ = 108 [204-205]) ; no 17-19. Caracalla (ΗΡ = 108 [204-205]) ; no 20. Géta (ΗΡ = 108 [204-205]) ; no 21-23. Macrin (ΡΚ = 120 [216-217]) ; no 24-25. Élagabal (ΡΚΒ = 122 [218-219]).

25 Une inscription de Tall Zarʿā, à quelques kilomètres à peine au sud de Gadara, porte une date qui elle aussi ne peut se calculer que selon l’ère de Capitolias pour correspondre à l’indiction. Voir A. Zerbini dans Rothe, Zerbini & Kenkel 2017, p. 257-273. Le territoire de cette cité s’étendait donc aussi vers le nord-ouest, ce qui rend encore plus probable qu’il ait été pris au moins en partie sur celui de Pella.

26 À Babylone, I Estremo oriente 108 ; à Carrhes, Plutarque, Crassus 29 ; à Séleucie de Piérie, SEG 37, 1459. Tous datent de la fin de l’époque hellénistique.

27 Voir aussi AE 1996, 1630, repris AE 2010, 1739.

28 Sur ce point, voir le commentaire de M. Sartre à I. Jordanie 4, 49 : Marcus Ulpius Andromachos a été préfet de l’aile II Auriana, or celle-ci n’était pas en garnison à Pétra, mais en Cappadoce. On peut en conclure que l’inscription est faite dans sa ville d’origine. AE 2010, 1739, ajoute qu’il a été préfet de l’ala I Siliana en Dacie Porolissensis, ce qui va dans le même sens et permet de conclure que l’inscription date du milieu du iie siècle, époque où la Dacia Porolissensis est attestée dans les diplômes militaires.

29 SEG 49, 1852, en Lydie : les deux frères homonymes, Aurélius Andromachos, dont l’épitaphe est rédigée par leurs parents éplorés, sont sans doute morts jeunes et n’ont, selon toute vraisemblance, pas de rapport avec le curateur de Bayt Ras, pas plus qu’un autre Aurélius Andromachos aux fonctions indéterminées, en Égypte dans la première moitié du iiie siècle, P. Laur. II, 22.

30 P. Oxy 10, 1264 : ἐπὶ τοῦ κρα(τίστου) γενομένου διοικητοῦ Ἀνδρομάχου ; cf. PIR2 A 587. Le papyrus est daté du règne conjoint d’Aurélien et Wahballat de Palmyre : (ἔτους) β´ Αὐτοκράτορος Καίσαρος Λουκίου Δομιττίου Αὐρηλιανοῦ Εὐσεβοῦς Εὐτυχοῦς Σεβαστοῦ καὶ ε´ (ἔτους) Ἰουλίου Αὐρηλίου Σεπτιμίου Οὐαβαλλάθαου Ἀθην[οδ]ώρου τοῦ λαμπροτάτου βασιλέως ὑπάτου Αὐτοκράτορος σ̣τρατηγοῦ Ῥωμα(ίων) Φαμενὼθ η̣´, soit le 4 mars 272. Sur le rôle du diocète, procurator ad dioecesin Alexandriae, qui contrôle l’administration financière aux côtés du préfet d’Égypte, Sartre 1991, p. 417, et surtout Hagedorn 1985, avec p. 198-206, liste des titulaires de la fonction, dont p. 205, Andromachos. Le dernier diocète connu est Aurélius Proteas entre 281 et 284.

31 PIR2 A 341, d’après IGR IV, 944, à Chios : Λ(ούκιον) Αἰμύλιον Δέκιον Ἀνδρόμαχον, ἐπίτροπον τοῦ Σεβαστοῦ. Identification acceptée dans PLRE I, p. 63, s.v. Andromachus 1.

32 Même refus d’identifier le procurateur de Chios et celui d’Égypte par Pflaum 1960, vol. II, p. 952-953, no 357a et b. Le second pourrait donc être notre personnage, à un stade antérieur de sa carrière.

33 Burton 1979, p. 474 et 480 ; Lassère 2005, p. 376-378.

34 Statut attesté à l’époque impériale uniquement pour quelques villages d’Asie Mineure, Burton 1979, p. 480.

35 Quelques cas : IG V/1, 1412, ἐπὶ Φλαβίου Σαιθίδ̣α λογιστοῦ καὶ γραμματέος ; IG V/2, 346, Αὐτοκράτορα Καίσαρα Λ(ούκιον) Σεπτίμιον Σευῆρο[ν] Περτίνακα Σεβαστὸν ἡ πόλις ἡ τῶν Ὀρχομενίω̣[ν] τὸν ἑαυτῆς εὐεργέτην ❦ ἐπὶ λογιστοῦ Τ(ίτου) Φλ(αουίου) Φιλαργύρου ; IGBulg V, 5409, πρωταρχοῦντος Πύρρου ἀπὸ [ἀ]ρχιερωσύνης καὶ λογιστοῦ.

36 Mertens 1985, p. 63-64, à propos d’un intendant, chef de carrière, qui revêt une fonction officielle, vers le milieu du iiie s. av. J.‑C. (SB 18, 13881). Les autres exemples sont beaucoup plus tardifs et datent surtout des ve ou vie siècles apr. J.‑C. (SB 18, 13601, ou P.Oxy 18, 2195, parmi la dizaine d’exemples du mot à cette période dans la base papyri.info).

37 Gatier 1995, p. 400-401 (SEG 44, 1988) : Ζήνων Πορφ(υρίου) ἐργοδιώκτης ; « il s’agit du responsable technique de l’opération d’extraction et de taille, chargé de diriger les ouvriers. » Les parallèles cités sont extraits de la Septante, mais les exemples contemporains sont nombreux.

38 Voir Cuvigny 1992, p. 83, « dans le contexte civique [en Asie Mineure], le mot s’est spécialisé avec le sens de commissaire mandaté par une communauté pour faire exécuter les travaux qu’elle a votés. (…) Dans les textes d’Égypte prévaut l’autre interprétation à laquelle se prête le mot : chef d’atelier ou de chantier. » C’est en ce dernier sens qu’il est synonyme d’ἐργοδιώκτης.

39 L’intérêt de ce texte est de donner un bon exemple où un archonte est cité seul, alors qu’il s’agit d’une magistrature collégiale (I. Gerasa 45-46).

40 IGLS XV, 448 : ἐκτίσθη ἡ ἱερὰ καλυβὴ ὑπὸ κοινοῦ τῆς κώμης.

41 Seuls certains auteurs littéraires l’utilisent, ainsi Dion Cassius : 54, 5, 4 (ὁ τῆς Αἰγύπτου ἄρχων), en 22 av. J.‑C. ; 55, 29, 3 (ὁ τῆς πλησιοχώρου Μυσίας ἄρχων), au ier siècle ; 58, 19, 6 (ὁ τῆς Αἰγύπτου ἄρχων), en 32 apr. J.‑C. ; 68, 14, 5 (τῆς Συρίας ἄρχων), pour Cornelius Palma ; 69, 15, 1 (ὁ τῆς Καππαδοκίας ἄρχων), vers 130 ; 72, 11, 3 (τῆς τε Γερμανίας ποτὲ ἄρχων), vers 150. Voir aussi chez Aelius Aristide, Orat. 50, 94 (ἄρχων τῆς Ἀσίας), vers 150.

42 Feissel et Gascou 1995, p. 82, avec les notes 70-73, avec parmi les exemples, IGR III, 1277 (= IGLS XVI/1, 333), à Suweidā / Soada, en Syrie (ὑπατεύοντος Ἰουλίου Σατορνείνου).

43 HE VII, 15, 3 : τὸν δικαστήν (Ἀχαιὸς οὗτος ἦν).

44 Α̣ὐ[ρ(ήλιον) Μ]άρωνα ἐπίτρ(οπον) τοῦ Σεβ(αστοῦ) διέποντα τὰ [μέ]ρη τῆς ἡγεμον(ίας). Maintenant I. Caesarea 5 = CIIP II, 1288. Sur les gouverneurs de Syrie-Palestine, voir Davenport 2010, p. 351, mettant à jour B. Thomasson, Laterculi Praesidum I, col. 326, mais sans changement notable pour la période qui nous concerne ici.

45 Pitcairn 1912, p. 85, sur copie A. M. Elenson ; McCown 1932, p. 15 (AE 1935, 83 ; SEG 8, 92) ; Mittmann 1970, p. 172, no 7, Abb. 21. La pierre basaltique a été décrite comme un linteau (Pitcairn, Mittmann) ou un côté de sarcophage (McCown).

46 IGRR III, 1287 = IGLS XIV, 16, datée de 263-264 apr. J.-C. : προνοίᾳ Στατιλίου Ἀμμιανοῦ τοῦ κρατίστου διέποντος τὴν ἡγεμονίαν, ἐφεστῶτος Ἰου(λίου) Ἰσιδώρου <στρ>άτορος.

47 Pour un exemple assez tardif du praenomen (mi-iiie siècle ?), I. Gerasa 191 : Γ(άιος) Ἰούλ̣ι[ος] Φίλιππος ὁ κ[αὶ] Σιμπλίκις, qui fait une dédicace à un personnage attesté aussi pendant le règne de Valérien, I. Gerasa 159.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Carte de la Jordanie du Nord-Ouest
Crédits © J. Aliquot, IGLS.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Figure 2.
Légende Vue générale du théâtre de Bayt Ras
Crédits © J.-B. Yon, IGLS.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 3.
Légende Couloir bouché du théâtre de Bayt Ras, vu de l’extérieur
Crédits © J. Aliquot, IGLS.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre Figure 4.
Légende Couloir bouché du théâtre de Bayt Ras, vu de l’intérieur
Crédits © J.-B. Yon, IGLS.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Figure 5.
Légende Porte de tombeau en remploi
Crédits © J.-B. Yon, IGLS.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 6.
Légende Inscription du théâtre au moment de la découverte
Crédits © N. Bader.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 7.
Légende Inscription du théâtre en 2014
Crédits © J. Aliquot, IGLS.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 8.
Légende Plan de Bayt Ras
Crédits (d’après Lenzen & Knauf 1987, figure 3).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 9
Légende Vue Google de Bayt Ras (le théâtre est dans le quart supérieur droit).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/6489/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nabil Bader et Jean-Baptiste Yon, « Une inscription du théâtre de Bayt Ras / Capitolias »Syria, 95 | 2018, 155-168.

Référence électronique

Nabil Bader et Jean-Baptiste Yon, « Une inscription du théâtre de Bayt Ras / Capitolias »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 02 mai 2021, consulté le 15 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/6489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.6489

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search