Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Dossier : Sur les routes de Syrie...Cippes, autels funéraires et stèl...

Dossier : Sur les routes de Syrie et d’Asie Mineure – Hommage à Maurice Sartre

Cippes, autels funéraires et stèles militaires d’Apamée : typologie des monuments, modèles iconographiques et ateliers

Jean-Charles Balty
p. 15-63

Résumés

Présentation d’ensemble des autels funéraires, cippes et stèles de soldats de la legio II Parthica et d’unités de cavalerie (ala I Ulpia Contariorum et ala I Flavia Britannica) mis au jour dans une des tours (tour XV) de l’enceinte d’Apamée de Syrie durant les campagnes de fouilles de 1986-1988 : typologie des monuments ; iconographie des soldats (type du « stehender Soldat », uniforme, armement, volumen) ; aspects techniques et atelier(s) ; polychromie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Balty 1987 et 1988 ; Van Rengen 1994.
  • 2 Balty & Van Rengen 1992 et 1993.
  • 3 Il va sans dire que cet article, comme les précédents, doit beaucoup aux fructueuses discussions q (...)

1Faisant suite aux travaux de dégagement de l’enceinte d’Apamée par les soins de la Direction générale des antiquités et musées de Syrie et les services de la province (mohafazat) de Hama durant l’hiver 1984/1985, le démontage de la tour XV — qui s’était avérée constituée d’assez nombreux éléments de monuments funéraires et promettait de livrer, comme d’autres parties du rempart, de nouvelles inscriptions relatives aux campagnes militaires du iiie s. de n. è. — a été entrepris durant les campagnes de fouilles de la Mission archéologique belge au cours des années 1986, 1987 et 1988. Il a conduit à l’une des plus intéressantes découvertes qui aient jamais été faites sur le site : celle de plus de 120 cippes, autels funéraires et stèles de soldats ayant appartenu aux diverses unités engagées dans ces campagnes. Nous y avons déjà consacré certains articles 1 et le catalogue d’une petite exposition de photographies, tenue à la Vrije Universiteit Brussel en 1992 puis aux Musées royaux d’art et d’histoire en 1993, a fait connaître à un plus large public une trentaine de documents caractéristiques de cette exceptionnelle trouvaille 2. Notre travail de récolement, d’édition et d’analyse et le commentaire archéologique et historique destiné à la publication d’ensemble de ces monuments sont aujourd’hui très avancés, voire sur le point de s’achever ; il ne m’a donc pas paru inutile d’en donner, d’ores et déjà, en hommage à l’éminent épigraphiste et historien qu’honore ce volume et dont l’amitié nous est chère, un aperçu plus détaillé que celui auquel notre petit catalogue de 1992-1993 avait dû se limiter 3.

  • 4 IGLS 1357-1362, 1371-1372, 1375.
  • 5 Van Rengen 1969, p. 99-101, pl. XXXVIII et Van Rengen 1972, p. 97-102, pl. XXV-XXVII.
  • 6 Le chiffre de « some 200 monuments of the third-century field army » donné par Speidel 1989 [1992a (...)
  • 7 Auxquels s’ajoutent quelques très rares monuments antérieurs, dont deux stèles d’equites singulare (...)
  • 8 Ritterling 1925, col. 1477-1482 ; pour le camp d’Albano, Tortorici 1975 ; Bishop 2012, p. 45-46.
  • 9 Balty 1987, p. 229 et fig. 8, et 1988, p. 102, pl. XV.2.
  • 10 Ci-dessous.

2Si l’on tient compte de la dizaine de textes publiés en 1955 dans le tome IV des IGLS 4 et provenant tant des voyageurs du xixe s. et de l’expédition de Princeton que des fouilles belges des années 1930-1938, et d’une vingtaine d’autres recueillis de ci de là depuis la reprise de missions archéologiques régulières en 1965 5, c’est d’un corpus de quelque 160 numéros 6 dont on dispose aujourd’hui sur la présence de ces unités de l’armée romaine à Apamée au iiie s. 7. Ces monuments se rapportent à quatre moments distincts et très précisément datés : les campagnes parthiques de Caracalla (215-218), de Sévère Alexandre (231-233) et de Gordien III (242-244), d’une part, et, d’autre part, la présence de deux ailes de cavalerie dépêchées de Pannonie pour contrer l’offensive sassanide de Sapor (Šāhpuhr Ier) en 252. Pour les campagnes parthiques proprement dites, il s’agit essentiellement de soldats de la legio II Parthica, casernés en temps normal à Albano, près de Rome 8, et de quelques détachements de la IV Scythica — une des légions de la province de Syrie, stationnée à Zeugma —, de la IV Flavia — stationnée à Singidunum (Belgrade) —, de la XIII Gemina et de la XIV Gemina — respectivement stationnées à Apulum (Alba Iulia) et à Carnuntum — et de la cohors XIV Urbana dont certains effectifs avaient dû venir de Rome avec la II Parthica. Les cavaliers de 252 appartenaient, eux, à l’ala I Ulpia Contariorum et à l’ala I Flavia Britannica, dont le camp était respectivement à Arrabona (Györ) et à Bononia (Banoštor). Les inscriptions relatives aux campagnes parthiques sont généralement datées par l’épithète impériale (Antoniniana, Severiana, Gordiana) portée par la II Parthica ; celles des deux ailes de cavalerie danubiennes le sont par deux dates consulaires 9. Un tiers des documents de la II Parthica omettent cependant l’épithète impériale et se contentent d’indiquer sans autre précision l’appartenance du soldat à cette légion, ou ne mentionnent que les qualificatifs P(ia) F(idelis) F(elix) Aet(erna) qui ne suffisent pas à dater les monuments ; la paléographie des inscriptions, la facture de la représentation figurée, voire, dans quelques cas plus rares, la mention d’un même dédicant que pour une inscription datée permettent, on le verra ci-dessous 10, de suggérer quelques rapprochements et de dater avec une quasi-certitude certains d’entre eux.

  • 11 C’est également ce qui a conduit Busch 2003, p. 682-691, à réexaminer, du point de vue de la typol (...)
  • 12 Toynbee 1964, p. 185 évoque, pour la très belle stèle de Colchester (pl. XLVI a), la possibilité q (...)

3L’importance du corpus et la concentration remarquable de ces monuments sur quelques années seulement invitent, par ailleurs, à poser un certain nombre de questions qu’une documentation plus clairsemée n’aurait même pas permis d’évoquer 11. S’agit-il là de formes locales ou de types de monuments habituels pour les différentes unités de ces troupes envoyées à Apamée pour les guerres parthiques ? Et quels sont les « modèles » suivis pour leur iconographie ? Sur ce point-là aussi, y a-t-il une quelconque spécificité pour chacune de ces unités ? Une autre question, enfin, brûle les lèvres : ces mêmes unités faisaient-elles appel à un sculpteur local, ou disposaient-elles, à l’intérieur du camp, d’une équipe de lapicides et de sculpteurs 12, tout comme elles avaient notamment, pour des besoins bien spécifiques, des mensores ou des victimarii ?

4La présente communication ne saurait aborder tous ces aspects dans le détail (j’y reviens dans la publication définitive) ; elle ne peut non plus s’intéresser de la même façon aux monuments de toutes ces unités et de ces différentes périodes de stationnement dans le camp d’Apamée. Du moins vise-t-elle à orienter la discussion en posant déjà certains jalons avant l’édition commentée que nous préparons activement, W. Van Rengen et moi, et qui ne saurait tarder désormais.

Typologie des monuments

5On distinguera, dès l’abord, trois grandes catégories de monuments : les cippes, les autels funéraires et les stèles.

  • Plus ou moins hauts (1,16 à 1,68 m), les cippes sont des monuments de section carrée, terminés à leur partie supérieure et à la base par une moulure simple et ferme, souvent inachevée (fig. 1a). Plusieurs d’entre eux sont surmontés d’un pyramidion (fig. 1b) ; quelques-uns se terminent, à leur sommet, en une sorte de naiskos cubique, à fronton triangulaire ou curviligne 13(fig. 1c) ; un cippe 14 au moins est couronné par deux lions couchés flanquant un bucrane (?) – un motif dont la signification symbolique a, de longue date, été notée dans le domaine funéraire.

Figure 1.

Figure 1.

Cippe (a), cippe à pyramidion (b) et cippe à naiskos (c)

© Infographie Marc Balty.

  • Les autels (fig. 2a et 2b), plus ou moins hauts eux aussi (0,96 à 1,43 m), ne présentent pas tous la profonde cupule cylindrique (focus) que certains ont à leur sommet et qui permettait de faire des libations au mort ou de brûler des offrandes ( fig. 3), mais ils se terminent le plus souvent par un large bandeau orné d’acrotères d’angle incisés qui suffit à les caractériser comme autels 15. Ce bandeau est parfois orné de rosaces 16, tant sur le front du monument que sur les côtés.

Figure 2.

Figure 2.

Autel bas (a), autel haut (b)

© Infographie Marc Balty.

Figure 3.

Figure 3.

Dessus d’autel à cupule (focus)

© Photo Jean-Charles Balty.

  • Moins épaisses et souvent assez hautes (1,04 à 1,74 m), les stèles se répartissent en différents sous-types mais ont une même logique décorative (fig. 4a et 4c) : au fronton, une simple rosace 17, une feuille de lierre et deux patères, deux lions affrontés de part et d’autre d’un bucrane ou d’un canthare 18, ou un aigle aux ailes éployées 19 ; immédiatement en dessous, une représentation du défunt ; plus bas encore, le texte épigraphique.

Figure 4.

Figure 4.

Différents types de stèles

© Infographie Marc Balty.

Cippes

  • 20 Pour ceux-ci, cf. notamment les exemples illustrés dans Balty 1981, nos 2-8 p. 192-195, fig. 207-2 (...)
  • 21 La stèle dressée par Aur. Montanus à son fils en 221, soit entre l’expédition de Caracalla — et le (...)
  • 22 Rares sont les stèles. On n’en connaît, à ce jour, que trois (Picozzi 1979, p. 171-172) : celle d’ (...)
  • 23 Pour ces différentes variantes, cf. Tortorici 1975, fig. 8 p. 22 et le site du Museo Civico d’Alba (...)
  • 24 Modugno Tofini 1981, p. 45 fig. 1-4 et p. 56.
  • 25 Pour ce type de tombe, cf. Koch 1993, p. 25-26, fig. 13 ; pour celles de la péninsule Ibérique, Tr (...)
  • 26 Notamment Modugno 1979, no 10 p. 94-95 fig. 10 ; Modugno Tofini 1986, p. 37-38 fig. 3 ; AE 1975, 1 (...)

6Les cippes de la legio II Parthica se distinguent nettement des stèles et édicules funéraires de la population civile d’Apamée 20. On ne s’en étonnera pas ; on n’oubliera pas, en effet, que les légionnaires n’ont fait que de très brefs séjours en Syrie et n’ont été stationnés dans la ville et ses environs, de surcroît, que pendant leurs quartiers d’hiver ; ils n’adoptent donc pas les usages funéraires locaux comme le font les soldats qui s’installent dans une ville de garnison, avec leur famille, pour de très longues périodes, ou comme les vétérans 21. On ne s’étonnera pas davantage, alors que l’on sait le caractère très particulier de cette unité d’élite que sont les Ἀλβάνιοι, que ces monuments apaméens n’aient rien à voir non plus avec ceux habituellement choisis par les soldats de cette même II Parthica, à Albano, pour leur sépulture, puisque la légion est là dans son cantonnement d’origine. Dans la nécropole du camp d’Albano — ce sepolcreto de la Selvotta malheureusement ravagé par une urbanisation anarchique dans les années 1960 —, la très grande majorité des monuments est constituée, en effet, de tombes dites « a baùle », en forme de malle ou de coffre, ou « a cupa », en forme de tonneau 22, monuments en pépérin local dont la partie inférieure parallélépipédique ou la partie supérieure bombée, éventuellement pourvue d’acrotères latéraux, porte le petit cartouche inscrit, le tout sans le moindre décor sculpté 23(fig. 5). Ce sont, en réalité, les couvercles de sarcophages dont la cuve était creusée à même la roche 24, comme on en rencontre ailleurs en Italie centrale, mais aussi dans la péninsule Ibérique et en Afrique du Nord 25. Les légionnaires de la II Parthica ont donc bien été inhumés de la même manière que la population locale, plusieurs des tombes « a baùle » ou « a cupa » retrouvées à Albano et dans les environs étant celles d’hommes et de femmes n’ayant apparemment aucun rapport avec la légion 26.

Figure 5.

Figure 5.

Typologie des tombes « a baùle » de la nécropole d’Albano

(d’après www.museicivicialbano.it/necropoli_della_II_legione_partica.html).

  • 27 Pour Brigetio, cf. Borhy 2006, no 19 p. 49-50 et fig. ; Lupa 3421 ; Kovács & Petényi 2014, p. 427- (...)
  • 28 Pochmarski & Pochmarski-Nagele 2013, nos 11-12 p. 15, fig. 3 ; Lupa 3534 et 3553.

7Les sarcophages et les stèles de légionnaires en garnison dans les provinces ne se différencient pas, en effet, de ceux habituellement en usage dans la région où ils stationnent pour de longues périodes. À titre d’exemple, on citera les monuments de Brigetio ou d’Aquincum, respectivement lieux de stationnement de la legio I Adiutrix et de la legio II Adiutrix dont les soldats furent inhumés dans les mêmes sarcophages à « décor norico-pannonien » que les civils – les Erotes flanquant le grand cartouche inscrit étant alors remplacés par l’image en pied du militaire 27. Il en va de même à Intercisa-Dunapentele 28, où la cohors I milliaria Hemesenorum avait ses quartiers. On multiplierait aisément les exemples de ces choix.

  • 29 Coulston 2007, p. 536-537, parle de « 54 grave-altars ». Il convient, à mon sens, de distinguer ce (...)
  • 30 On compte, par ailleurs, 18 stèles, 13 autels et 2 sarcophages — ces derniers adaptant en calcaire (...)
  • 31 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.
  • 32 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31, fig.
  • 33 Le nom de la légion n’est pas indiqué mais il ne fait guère de doute qu’il s’agisse, ici aussi, de (...)
  • 34 Balty & Van Rengen 1993, nos 3-5 p. 24-26.
  • 35 Balty & Van Rengen 1993, no 7 p. 28-29 ; Van Rengen 1994, p. 189-199, pl. p. 200.

8La forme la plus courante, à Apamée, pour les soldats de la II Parthica est le cippe 29, et principalement le cippe à pyramidion (fig. 6) : on compte, en effet, 29 exemplaires à pyramidion sur une bonne cinquantaine de cippes parmi les 92 monuments complets appartenant en toute certitude à la légion 30. Ces cippes à pyramidion sont utilisés aussi bien en 215-218 qu’en 231-233 (on n’a conservé que trois inscriptions datées en toute certitude de la période 242-244 et on ne peut donc assurer qu’il n’y ait pas eu de cippe à pyramidion à ce moment-là également) et ils le sont pour de simples soldats (Aur. Mucianus 31, Aur. Moucianos 32, et tant d’autres que je ne puis énumérer ici) comme pour les immunes (le bucinator Aur. Torcula 33 ou le sagittarius Aur. Titus), pour le duplicarius Aur. Diza, le tesserarius Aur. Dionysius ou Aur. Hermodorus, le jeune librarius du légat. Aucun monument particulier ne caractérise donc une catégorie de soldat, ce qui est confirmé par le fait que les trois lanchiarii présents dans le corpus apaméen apparaissent avec leur iconographie spécifique sur un cippe à pyramidion, sur un autel et sur une stèle 34. En revanche, il semble bien que ce type de monument soit essentiellement utilisé pour les militaires de la II Parthica ; ceux des autres unités présentes à Apamée adoptent l’autel, la stèle ou le cippe droit. Une seule exception à cela : le monument du centurion Ael. Verecundinus, de la IV Scythica, que fit ériger Ael. Rufinus, son affranchi 35.

Figure 6.

Figure 6.

Cippe à pyramidion d’Aur. Titus

© Photo Jean-Charles Balty.

  • 36 Allmer 1875, no 588 p. 262-263 ; Allmer & Allmer 1875, no 269.118, pl. 38-21. À la suite d’une pre (...)
  • 37 ILNarb., V.3. Vienne, no 893 p. 313-314, fig.
  • 38 Les quatre pentes de la pyramide n’ont pas la même inclinaison ; celle de la face principale est b (...)
  • 39 CIL, XIII, 2030, 2036, 2037, 2076 (?) ; Audin 1976, p. 46, fig. 4 ; Audin 1986, p. 29-30, 75, pl.  (...)
  • 40 Audin 1976, p. 41-48, frontispice et fig. 1-4 ; Laubry 2009, p. 146, fig. p. 140 et 146 (détail) ; (...)
  • 41 CAG 01, no 333.6 p. 139 (Anglefort) : « cippe à pyramidion » (sans illustration). Le cippe de Brio (...)
  • 42 CIL, XIII, 5017 ; RISch I, 48 ; Lupa 8321 (Viez/Nyon ; photos EDCS-10800420 sur le site EDCS) et C (...)
  • 43 CIL, XIII, 5168 ; Lupa 15112 (Leuzingen).

9Or, dans l’ensemble du monde romain, ce type de cippe à pyramidion est extrêmement rare. On pourrait, certes, à première vue, citer un monument de Genève (?), portant une inscription très fragmentaire et quasiment désespérée (CIL, XII, 2637) ; mais le dessin de l’Atlas d’Allmer l’a nettement embelli 36(fig. 7) et une photographie récente, montrant une surface entièrement érodée 37, permet de distinguer un acrotère d’angle à droite du pyramidion : il s’agit donc d’un autel. D’autres monuments de la même région, qu’on ne peut manquer d’évoquer non plus mais qui n’ont généralement qu’un faux pyramidion 38, sont eux aussi des autels : à Lyon 39(fig. 8), ornés des mêmes acrotères au bandeau supérieur du dé, ils présentent de surcroît, à la base, un étrange orifice à feuillure et mortaise permettant d’y loger en toute sécurité des libations 40 ; dans l’Ain 41, dans le canton de Vaud 42 ou dans celui de Berne 43, d’autres monuments s’en rapprochent encore mais ce sont toujours des autels. Aucun de ces monuments n’a, d’ailleurs, été érigé à un militaire et l’aire géographique où ils apparaissent est bien éloignée d’Apamée et des provinces d’où sont originaires les soldats de la II Parthica. Rien ne semble donc relier ces exemples aux cippes apaméens.

Figure 7.

Figure 7.

Autel à pyramidion de Genève

(d’après Allmer & Allmer 1875, pl. 38-21).

Figure 8.

Figure 8.

Autel à pyramidion de Valeria Leucadia, Lyon, Musée de la Civilisation gallo-romaine

© Musée de la Civilisation gallo-romaine.

  • 44 Ferri 1933, fig. 451 p. 341 ; Mihailov 1958 [1978], no 687 p. 116-117, pl. 70 ; Lupa 22258. Un mon (...)
  • 45 Ferri 1933, p. 342, fig. 450 ; Țeposu Marinescu 1982, no 52 p. 173 ; Lupa 21945 (Sarmizegetusa).
  • 46 Hofmann 1905.
  • 47 Schober 1923.

10Deux autres monuments encore pourraient être pris en considération, du moins à première vue : au Musée de Sofia 44, le très haut cippe d’Aur. Sebastianus et Aur. Sabina est bien un cippe à pyramidion, mais ce dernier a huit pans, et non quatre ; à Bucarest, un autre cippe, provenant de Sarmizegetusa 45, orné des portraits de différents membres d’une famille mais anépigraphe, est couronné d’un pyramidion tronqué qu’on ne peut non plus comparer exactement aux exemples apaméens. De très nombreux soldats de la II Parthica étant originaires des Balkans, on aurait pu penser que ces deux derniers parallèles représentaient une forme particulière à ces provinces-là de l’Empire. Malgré d’assez larges dépouillements dans les recueils épigraphiques de Hongrie, de Bulgarie et de Roumanie, dans les études archéologiques spécifiques de H. Hofmann 46 et A. Schober 47 pour les monuments funéraires du Norique et de Pannonie, ou les divers fascicules du Corpus signorum imperii Romani pour l’Autriche et la Hongrie, voire le site http://www.ubi-erat-lupa.org, aucun autre exemple n’a pu être repéré jusqu’ici ; les riches collections épigraphiques d’Aquincum, de Brigetio et du Musée historique hongrois de Budapest n’en comptent aucun ; celles de Carnuntum, aucun non plus.

  • 48 CIL, III, 6759 ; Mitchell & French 2012, no 44 p. 197-198, fig. J’en dois la connaissance à l’amit (...)

11Un tout dernier parallèle doit être évoqué : un cippe très proche, remployé dans un mur à Ankara 48, dont la pyramide est aujourd’hui (?) tronquée et la mouluration supérieure et inférieure retaillée, de telle sorte qu’on ne peut exclure qu’il se soit également agi d’un autel funéraire ; mais ce cippe est, lui aussi, entièrement isolé parmi les monuments funéraires d’Asie Mineure dont les recueils de la série Inschriften griechischer Städte aus Kleinasiens permettent aujourd’hui de se faire une meilleure idée que précédemment. L’indice reste donc bien faible pour fournir une piste de recherche suffisamment sérieuse.

  • 49 Pour ces différents mausolées, cf. von Hesberg 1992, p. 121-159, fig. 74 (Sarsina), 85 (Cologne), (...)
  • 50 Arte e civiltà 1964, I, no 273 p. 166, fig. 146 pl. LXXIV ; Santa Maria Scrinari 1972, no 376 p. 1 (...)
  • 51 Santa Maria Scrinari 1972, no 372 p. 130, fig.
  • 52 Santa Maria Scrinari 1972, nos 392-411 p. 137-141, fig.
  • 53 Castorio 2003, p. 237, fig. 8-10a, qui a bien noté leur dépendance des piliers funéraires à couron (...)
  • 54 Wagner, Gamer & Rüsch 1973, nos 35-40, p. 29-30, pl. 20-22 ; Lupa 6260 et 6269.
  • 55 Kremer 2001, nos I.134-135 p. 148, fig. 92-93 ; Lupa 4464 et 4488. Pour plusieurs autels d’environ (...)
  • 56 Ţeposu Marinescu 1982, nos 13-14 p. 185 ; Lupa 12325 et 12327.
  • 57 Balty & Van Rengen 1993, nos 5 p. 26, 12 p. 34 et 17 p. 40-41, fig.
  • 58 Seule exception jusqu’ici, le cippe d’Aur. Mucianus (Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.), d (...)

12Il n’est pas impossible, en revanche, de s’interroger sur l’origine même de ce type de monument. On y verra sans doute une sorte de réduction des mausolées à couverture « a cuspide », du genre de ceux de Sarsina ou de la nécropole d’Aquilée, voire de Germanie, ou des mausolées en forme de pyramide comme ceux de Hermel ou de Kasserine, ou la « Torre de los Escipiones » près de Tarragone 49. Dans la nécropole d’Aquilée, les autels-ossuaires d’Œtius Rixa 50 et de P. Postumius Hilarus 51 ainsi que de nombreux couronnements pyramidaux de monuments identiques 52 suffisent à attester l’existence de ce type de réduction des grands mausolées ; complets, ils mesurent, en effet, entre 0,76 (Œtius Rixa) et 1,36 m (Postumius Hilarus) en regard des 8 à 14 m de ces derniers — soit un rapport de 1 à 10. Et ces couronnements « a cuspide » qui les caractérisent se retrouvent en Gaule Belgique (cité des Leuques) 53, en Rhétie (environs d’Augsbourg, Augusta Vindelicum54, dans le Norique (Wels/Ovilava et environs de Salzbourg/Iuvavum) 55 et jusqu’en Dacie 56. Dans ses grandes lignes, la disposition des différents registres de nos cippes est analogue à celle de ces monuments : sous le pyramidion, le dé parallélépipédique porte l’image du défunt, qui surmonte généralement l’inscription ; mais le naiskos qui accueillait la statue dans les mausolées a généralement disparu (quelques cippes apaméens présentent cependant la figure du défunt dans un renfoncement en forme de niche 57), sans que quoi que ce soit (encadrement mouluré en forme de colonnettes ou de pilastres, par ex.) ne vienne généralement le rappeler 58. En dépit de ces modifications, on n’échappe donc pas à l’idée que ces cippes, comme ceux « a cuspide », représentent la « miniaturisation » et la simplification à l’extrême des mausolées monumentaux à couronnement pyramidal de l’Italie et des toutes premières provinces à avoir été romanisées.

Figure 9.

Figure 9.

Mausolée de T. Flavius Maximus, Lambèse

(d’après Faure 2013, fig. 9 p. 406).

Autels funéraires

  • 59 Cf., à Pesaro, l’autel de Sueto Marcellinus, tesserarius, puis eques d’une unité qui n’est pas pré (...)
  • 60 Inédit.
  • 61 Inédit.
  • 62 Balty & Van Rengen 1993, no 3 p. 24, fig.
  • 63 Balty & Van Rengen 1993, no 7 p. 28-29, fig.
  • 64 Le monument d’Aur. Alexander n’a ni acrotères latéraux ni décor de rosaces (par suite d’un oubli, (...)

13À la différence de ce qu’on rencontre le plus souvent ailleurs, où l’inscription occupe la face de l’autel et où les éléments figurés sont reportés sur les côtés du monument 59, les autels funéraires apaméens qui comportent une représentation du soldat défunt disposent texte et image sur la face principale et ne se distinguent en rien, pour cela, des cippes ; il s’agit d’ailleurs, généralement, de monuments de mêmes dimensions et de même facture, réalisés très vraisemblablement par les mêmes lapicides. Comme sur les cippes, le texte est inscrit à gauche et à droite de l’image du soldat, qu’il encadre très étroitement, ou en dessous d’elle et du petit socle sur lequel elle se dresse. Dans quelques cas (Ael. Victorinus 60, […]ius Aquila 61, Aurel. Zoilus 62), la tête du soldat se détache dans un recreusement circulaire du cavet de la moulure supérieure, comme il arrive également sur certains cippes (Ael. Verecundinus 63), ce qui suffit à prouver aussi qu’ils sont bien l’œuvre, les uns et les autres, des mêmes artisans. Rien ne permet, en revanche, d’entrevoir pour quelle(s) raison(s) s’est opéré le choix entre ces deux types de monuments 64.

  • 65 Balty & Van Rengen 1993, no 10 p. 32, fig.

14Plusieurs de ces autels n’ont cependant aucune représentation figurée du soldat défunt et comportent uniquement l’inscription 65 — ce qui est apparemment plus rare pour les cippes.

Stèles

  • 66 Balty & Van Rengen 1993, no 11 p. 33, fig.
  • 67 Balty & Van Rengen 1993, no 19 p. 44-45, fig.
  • 68 Speidel 1976 [1984], p. 135-136 [15-16] a noté ce même détail pour trois stèles militaires de Byza (...)
  • 69 Balty & Van Rengen 1993, no 16 p. 39, fig.
  • 70 Balty & Van Rengen 1993, no 6 p. 27, fig.
  • 71 Inédite.
  • 72 Balty & Van Rengen 1993, no 16 p. 39, fig.
  • 73 Balty & Van Rengen 2008, p. 147, pl. XX.2.
  • 74 Ci-dessus, n. 66.
  • 75 Ci-dessus, n. 70.
  • 76 Verhoogen 1964, pl. 11.
  • 77 Pflug 1989, p. 40-47 (« Architektonische Stelen »), dépliant face à la p. 320 et pl. passim.
  • 78 Tončinić & Ivčević 2013, p. 503-504, fig. 6-7 et 12-16 (Tilurium).

15À Apamée, les stèles sont relativement nombreuses (18 exemplaires répertoriés jusqu’ici pour la seule legio II Parthica), sans être pour autant, on l’a vu, le type de monument le plus représenté. Les plus grandes, dont certaines approchent 1,80 m, s’achèvent par un fronton, quelquefois orné d’un aigle aux ailes largement éployées, entre deux acrotères en forme de demi-palmettes lisses. À l’exception de celles d’Ael. Longinus 66(fig. 10) et d’Aur. Ingenuus 67, fronton et acrotères ne sont pas découpés dans le bloc de pierre utilisé pour la stèle 68 ; l’espace intermédiaire est alors occupé par des rosaces (Aur. Tato 69), une feuille de lierre et une rosace (Ael. Vitalis) ou un fleuron (Fl. Trypho) ; il est vide sur celle d’Aur. Sisinna 70(fig. 11). Il arrive que tout le corps de la stèle soit occupé par l’inscription (Ael. Avitus 71, Aur. Tato 72, Valerius Valens 73), quitte à ce que celle-ci s’achève bien avant le bas du monument et laisse, à cet endroit, une assez grande partie du champ épigraphique vide (fig. 12). Mais, le plus souvent, deux registres distincts se superposent : celui du dessus, où le légionnaire est représenté en pied (M. Aur. [fig. 26], Ael. Longinus 74[fig. 10], Fl. Trypho [fig. 20]) ou en buste (Aur. Sisinna 75[fig. 11], Aur. Licinianus 76), et celui du dessous qui comporte le texte de l’inscription. Ces deux champs sont assez sobrement moulurés ; les cannelures qui encadrent le buste d’Aur. Licinianus, malheureusement brisé à la partie supérieure, ressemblent à celles de pilastres qui auraient flanqué le naiskos où se trouvait le buste, comme sur certaines stèles d’autres régions de l’Empire (Italie du Nord 77 ou Dalmatie 78, par ex.).

Figure 10.

Figure 10.

Stèle d’Ael. Longinus

© Photo Wilfried Van Rengen.

Figure 11.

Figure 11.

Stèle d’Aur. Sisinna

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 12.

Figure 12.

Stèle d’Aur. Tato

© Photo Wilfried Van Rengen.

  • 79 Une sphinge, de face, occupe le fronton d’une stèle militaire de Mayence (Selzer, Deker & Do Paço (...)
  • 80 Hofmann 1905, no 29 p 40-41, fig. 63 ; Schober 1923, no 57 p. 32 ; Ubl 2013, no 65 p. XL, pl. 24 f (...)
  • 81 Szönyi 2003, no 36 p. 106-107, fig.
  • 82 Farkas & Gabler 1994, no 95 p. 80, pl. 35 ; Szönyi 2003, no 10 p. 48-50, fig.
  • 83 Cumont 1910 et 1917, p. 35-118 (principalement 61-68). De grands aigles en ronde bosse apparaissen (...)
  • 84 Cumont 1917, p. 51 avait également écrit : « sur les sépultures de soldats, ce pourrait être l’aig (...)
  • 85 L’aigle qui figure au fronton de deux autres monuments des equites singulares (Speidel 1994a, nos  (...)
  • 86 Ci-dessus, n. 71-73.
  • 87 Wagner 1976, nos 2-43 p. 176-198, fig. 19-28, pl. 29-34, 40-43.

16Ces différents éléments du monument appellent quelques commentaires. Ailleurs, en effet, l’aigle est extrêmement rare au fronton des stèles militaires — le plus habituellement orné d’une simple rosace, voire d’un gorgoneion 79. La stèle d’un sesquiplicarius de l’ala Auriana I d’Aquincum en fournit cependant un exemple 80 ; une stèle du musée de Györ 81, provenant de Steinberg/Répceköhalom, également : très proche d’une stèle découverte à Györ-Bácsa 82, elle constituait sans doute, comme cette dernière, le monument funéraire d’un soldat et présente, comme elle, d’autres éléments de symbolisme funéraire (chevaux marins de part et d’autre des rampants, griffons et dauphins ; sur celle de Györ-Bácsa, l’aigle est remplacé par une panthère s’approchant d’un canthare renversé, les griffons et dauphins par une chasse d’animaux ; un panneau inférieur, situé sous le champ épigraphique, est occupé par une représentation de la Louve romaine allaitant Romulus et Rémus, tous éléments appartenant également au répertoire funéraire). L’association de ces divers éléments invite à voir dans cet aigle, comme le suggérait Fr. Cumont 83, un aigle d’apothéose, et non une allusion à l’aigle de la légion, ainsi que cela a parfois été proposé pour ces stèles de militaires 84. C’est ce que montre également le couronnement de quelques stèles d’equites singulares 85, où deux aigles flanquent une scène de « Totenmahl », le repas du défunt dans l’au-delà. Les stèles d’Ael. Avitus, d’Aur. Tato (fig. 12) et de Valerius Valens 86 ont pour seul décor, on l’a vu, la représentation d’un aigle figuré de face, les ailes largement éployées ; on en rapprochera de nombreuses stèles de Séleucie de l’Euphrate, où l’aigle occupe un emplacement identique 87 ; mais il s’agit, dans ce cas, de stèles de la population locale, non de stèles militaires. La signification du motif n’en est pas, pour autant, différente.

  • 88 Pour ceux-ci, cf., en dernier lieu, Kockel 1993 (Rome) ; Frenz 1985 (Italie centrale et méridional (...)
  • 89 Pflug 1989, nos 8, 10, 15, 16, 19, 33, 37, 44, 62, 75, 79, 81, 96, 103, 160, 192, 217, 237, 249-25 (...)
  • 90 Frenz 1985, nos 104 p. 133, 123 p. 144, 139 p. 153 et 152 p. 160, pl. 44.1, 53, 60.3, 64.1 respect (...)
  • 91 Hofmann no 49 ; Schober 1923, no 199 (Celeia).
  • 92 Németh 1999, no 165 p. 60 et fig. (Aquincum) ; Szönyi 2003, no 31 p. 94-95 et fig. (Györ).
  • 93 Shtitelman 1977, p. 76, pl. 144 (Chersonesos).
  • 94 Cf., à la note suivante, les exemples de Tilurium (Dalmatie), où la legio VII stationna durant la (...)
  • 95 Selzer, Deker & Do Paço 1988, fig. 46 p. 68, no 31 p. 128 (Mayence) ; Sanader 2003, fig. 2 p. 504, (...)
  • 96 Frenz 1985, nos 3 p. 80-81, pl. 1.2 (Mentana), 128 p. 146-147, pl. 56.2 (Sepino) et 147 p. 157-158 (...)
  • 97 Balty & Van Rengen 1993, pl. 6 p. 27.
  • 98 Speidel 1994a, no 714 p. 390 et fig., index s.v. « sagum ».
  • 99 Verhoogen 1964, pl. 11.
  • 100 Shtitelman 1977, p. 76, pl. 144.
  • 101 Ci-dessus, n. 95.

17Le buste figuré de face s’apparente à celui des représentations de très nombreuses stèles et cippes civils, répartis sur l’ensemble du monde romain et remontant selon toute vraisemblance à celles des « Kastengrabreliefs » de Rome et du Latium 88. On citera, à titre de parallèle, plusieurs exemplaires en Italie du Nord 89, en Italie centrale et méridionale 90, dans le Norique 91, en Pannonie 92 et jusque sur la mer Noire 93. Les militaires en reprirent le type, et très tôt 94, d’un bout à l’autre de l’Empire 95 ; on n’oubliera pas, en effet, que quelques soldats figuraient déjà, parmi leurs parents ou d’autres membres de leur famille, sur ces « Kastengrabreliefs » 96. Hors d’Italie ou de leur province natale, ils seront généralement représentés seuls sur leurs monuments funéraires. Aur. Sisinna 97(fig. 13) porte le sagum, agrafé par une fibule sur l’épaule droite, comme certains equites singulares 98 ; il en allait sans doute de même d’Aur. Licinianus 99, mais la stèle est brisé à la partie supérieure et ne comporte que le bas du buste. Un des parallèles les plus proches pour ce type de représentation est une stèle de Chersonesos, en Crimée (fig. 14), celle d’Aur. Victor, soldat de la legio I Italica, datée de la fin du iie s. 100, ce qui suffit à témoigner, avec les deux exemples apaméens et ceux rappelés ci-dessus 101, de la permanence de ces schémas de mise en page et de formules iconographiques analogues pour ces stèles dans toutes les provinces.

Figure 13.

Figure 13.

Stèle d’Aur. Sisinna, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 14.

Figure 14.

Stèle d’Aur. Victor

(d’après Shtitelman 1977, pl. 144).

  • 102 Pour celles-ci, cf. ci-dessous.

18Sur les autres stèles, le soldat est debout, de face, tenant ou non lance et bouclier, comme sur les cippes et autels funéraires. Tout au plus reconnaîtra-t-on certaines variantes iconographiques, dont on énumérera ci-dessous les caractéristiques 102.

Varia

  • 103 Rinaldi Tufi 1983, no 44 p. 29-30, pl. 14. Je reproduis ici la belle gravure publiée dans Price 18 (...)
  • 104 Santa Maria Scrinari 1972, no 348 p. 119, fig. 350.
  • 105 Hofmann, no 56 p. 69 ; Schober 1923, no 153 p. 71 ; Vorbeck 1980, no 195 p. 75-76 ; Krüger 1970, n(...)
  • 106 Klemenc 1961, pl. 11 et 34 ; Klemenc, Kolšek & Petru 1972, dépliants face aux p. 12 et 16 ; Kastel (...)

19Un monument très particulier (fig. 15), malheureusement anépigraphe en raison de la disparition de toute sa partie inférieure, comporte, en assez haut relief, la figure en pied d’un centurion reconnaissable à sa vitis et au paludamentum drapé sur l’épaule gauche. Moins épais (0,38 m) que large (0,62 m), ce n’est aussi, selon toute vraisemblance, que la partie supérieure d’une grande stèle. Un édicule tout à fait comparable, mais de moindre profondeur (haut. 1,90 m ; larg. 0,72 m ; prof. 0,26 m), comporte, à York, l’image, également en pied, du signifer L. Duccius Rufinus 103 (fig. 16), originaire de Vienne en Narbonnaise, soldat de la IXe légion stationnée à Eburacum sous les Flaviens et dans les toutes premières années du iie s. La découpe de la niche, dans les deux cas, n’est pas sans évoquer celle d’une grande stèle de centurion d’Aquilée 104 (haut. 1,48 m ; larg. 0,59 m ; prof. 0,21 m), celle-ci dépourvue de fronton et encore moins épaisse ; on citerait également la stèle de Rufus Lucilius, à Carnuntum 105, très proche elle aussi. Ces différentes stèles ne sont autres que l’imitation, et la réduction, de monuments beaucoup plus importants, du type de ceux des Ennii et des Prisciani (fig. 17) à Šempeter 106, près de Celje (Celeia), en Slovénie, qui atteignaient respectivement 5,62 et 8,29 m.

Figure 15.

Figure 15.

Monument d’un centurion anonyme

© Photo Marc Balty.

Figure 16.

Figure 16.

Stèle de L. Duccius Rufinus

(d’après Price 1880, pl. V face à p. 52).

Figure 17.

Figure 17.

Monument des Prisciani, Šempeter

(d’après Klemenc, Kolšek & Petru 1972, dépliant face à p. 16).

Iconographie des soldats

  • 107 À Apamée même, les autels et cippes de soldats appartenant à une autre légion que la II Parthica n (...)
  • 108 25 (dont 15 ou 16 autels) ont seulement une inscription ; 3 stèles ont uniquement un aigle au fron (...)
  • 109 Boppert 1992, p. 28 ; Boppert 2003, p. 268.
  • 110 Krüger 1970, no 319 p. 54, pl. 62 ; Vorbeck 1980, no 140 p. 56, pl. VIII.
  • 111 Vorbeck 1980, p. 10 (« Selten findet sich im Giebel das Bildnis bzw. die Vollfigur des Toten ») et (...)
  • 112 Hofmann, no 56 p. 69-70, fig. 48 ; Schober 1923, no 153 p. 71, fig. 74 ; Vorbeck 1980, no 195 p. 7 (...)
  • 113 Krüger 1970, nos 296-297 p. 48-49 pl. 56, 317 p. 53 pl. 62, 324 p. 55-56 pl. 65, 333-334 p. 5859 p (...)
  • 114 Vorbeck 1980, no 200 p. 77 ; Krüger 1970 no 318 p. 53-54, pl. 62 ; Ubl 2013, no 12 p. XXV, pl. 5 f (...)
  • 115 Toynbee 1964, p. 185-195, pl. XLVI-XLVII.

20Le nombre de monuments figurant un soldat et, plus particulièrement encore, un soldat représenté en pied est, pour la legio II Parthica, infiniment plus grand que pour toute autre légion 107, à quelque période de l’histoire de l’Empire que l’on se situe : 64 sur un total de 92 monuments complets (stèles, cippes et autels), soit plus des deux-tiers (70 %) 108. À Mayence, sur 180 monuments militaires recensés dans le Corpus signorum imperii romani 109, 18 ont une image en pied du soldat, soit 10 % (8 un buste ou une tête, 4 une scène de « Totenmahl », 1 la représentation d’une cuirasse ornée de phalerae, 24 sont des stèles de cavaliers) ; tous les autres, soit quelque 120 monuments, des stèles essentiellement, n’ont qu’une rosace, un autre élément végétal ou une patère (?) au fronton. À Carnuntum, où se succédèrent également plusieurs légions depuis le début de notre ère, on ne compte, à côté de la magnifique panoplie d’armes de T. Calidius Severus 110, que 8 représentations de soldats sur quelque 202 stèles (dont plusieurs, il est vrai, fragmentaires)111 : 1 en pied, celle de Rufus Lucilius 112, originaire d’Augusta Bagiennorum, soldat de la legio XV Apollinaris à l’époque claudienne, et 7 en buste 113, dont celle de L. Plotidius Vitalis 114, de Bologne, soldat de la même légion sous les Flaviens. Et pour l’ensemble des sites militaires de Grande-Bretagne, fouillés si systématiquement et depuis si longtemps, on ne dispose que de 25 monuments figurés, 13 stèles de légionnaires (dont seulement 4 de simples soldats) et 8 de cavaliers, ainsi que 4 autres surmontées d’un relief de « Totenmahl » 115.

  • 116 Speidel 1994a ; Busch 2003 (289 des plus de 650 monuments sont figurés ; ibid., n. 6 p. 680). Les (...)
  • 117 Busch 2007, p. 336-338.
  • 118 Busch 2003, p. 692-694.

21C’est assez dire l’intérêt de la documentation d’Apamée. Ces proportions très élevées de monuments figurés ne se retrouvent, en effet, que pour les equites singulares 116, une unité d’élite comme la II Parthica, à laquelle les soldats s’enorgueillissaient d’appartenir — ce qui explique certainement cette sur-représentation de leur image, qui s’inscrit d’ailleurs dans un indiscutable contexte de valorisation de l’armée depuis le règne de Septime Sévère 117. Comme pour les equites singulares, on parlera, avec A. W. Busch, d’un véritable esprit de corps (« Corporate Identity ») 118 ; c’est à lui que l’on doit également, à travers diverses variantes, la reprise systématique d’un même schéma iconographique sur ces monuments, quel que soit le grade des militaires représentés.

Le type du « stehender Soldat »

  • 119 Bauchhenss 1978, p. 8.
  • 120 Rinaldi Tufi 1984 ; Rinaldi Tufi 1988, p. 9-10 et 84-85 ; Rinaldi Tufi 1996.
  • 121 Franzoni 1982, 47-48, fig. 1-4 ; Franzoni 1987, 117, cat. no 26 p. 46-48, pl. XIII-XIV.1 ; Rinaldi (...)
  • 122 Moro 1956, p. 124-125, fig. 42 ; Franzoni 1987, 117, cat. no 24 p. 41-45, pl. X.1 et XI.1 ; Rinald (...)
  • 123 La grande stèle, encore en grande partie inédite, du Musée archéologique de Patras (Sumner & D’Ama (...)

22À côté des bustes des « Kastengrabreliefs » de Rome et d’Italie centrale et méridionale, l’Italie du Nord semble avoir privilégié, et vers le même moment, une image de soldat en pied qui se répandit très vite en Rhénanie où de nombreux soldats, originaires de la vallée du Pô et des régions voisines, moururent au cours des campagnes du début de l’Empire et reçurent une sépulture. On ne saurait, en effet, créditer aujourd’hui la Rhénanie, comme on le fit encore il n’y a guère 119, de la création de ce motif dont S. Rinaldi Tufi s’est attaché à répertorier les exemples italiens 120 ; et ceux-ci ne laissent désormais planer aucun doute : la stèle-naiskos de Minucius Lorarius 121, à Padoue, ou le soldat de Cassacco (Udine) 122, qui appartint peut-être à un monument analogue, sont bien les « prototypes » des grandes stèles rhénanes 123.

  • 124 Speidel 1976 [1984], p. 134 [14].
  • 125 Mendel no 105 p. 264-266, fig. ; Parlasca 1982, p. 6, pl. 2.2. Pour une nouvelle lecture de l’insc (...)
  • 126 Speidel 1976 [1984], p. 134 [14].
  • 127 Andronicos 1993, fig. 146-147 p. 175-176
  • 128 Speidel 1976 [1984], p. 134 [14] (« By the time of Augustus, this type of stelae had migrated to n (...)
  • 129 Pour ces différents types, cf. LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », p. 516-521 (E. Simon). Un même (...)
  • 130 Gamer 1989, p. 175 (ALA 20), pl. 91a ; Trillmich et al. 1993, p. 395, pl. 196a (en fait, 196b) ; d (...)
  • 131 Henig 1993, nos 48-61 p. 18-22, pl. 15-16 et 19.
  • 132 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », p. 559-564 (G. Bauchhenss), pl. nos 425, 467-468, 521, 528 p.  (...)
  • 133 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », no 282 p. 535-536 (E. Simon), pl.
  • 134 Stilp 2001, p. 52, fig. 32 et 70.
  • 135 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », nos 231, 233,-234 p. 530 (E. Simon), pl.
  • 136 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », nos 478 e, 478 h et 484 p. 565-566 (G. Bauchhenss), pl. ; Bish (...)

23Mais faut-il vraiment aller au-delà encore et rechercher en Grèce l’origine du type iconographique du « stehender Soldat » de ces monuments funéraires romains en remontant jusqu’à l’époque archaïque 124 ? Une stèle comme celle d’Aristion représente, certes, le militaire défunt debout, en pied (« in full figure ») et muni de ses armes : mais il est de profil et n’a pas l’attitude des soldats romains figurés de face, le pilum ou la lance dans la main droite, le bouclier tenu de la gauche pour protéger le torse ou posé aux pieds. Plus proche de ce schéma, la position du fantassin Salmamoas d’Adada, sur une stèle peinte hellénistique du Musée archéologique d’Istanbul provenant de Sidon 125, a été évoquée également 126 ; mais le soldat y est casqué et cuirassé, et il tient la lance d’une tout autre manière, le bras baissé, la main à hauteur de la hanche. Mieux vaudrait, à la rigueur, rappeler alors une effigie comme celle du jeune guerrier figurant au centre de la façade peinte d’une des tombes du tumulus Bella à Vergina 127, dont la position du bras droit levé est analogue à celle des stèles romaines ; mais c’est ici de la grande statuaire et d’œuvres comme l’« Alexandre à la lance » qu’elle s’inspire et l’on y verra difficilement l’origine du « stehender Soldat » romain. Comment imaginer aussi que ce soit ce type de stèle archaïque et hellénistique qui ait « migré vers l’Italie du Nord, d’où des recrues pour l’armée du Rhin l’auraient amené en Germanie » 128 ? Ne convient-il pas plutôt de rester en domaine proprement romain et d’envisager, de façon infiniment plus simple, que ce type iconographique procède directement de l’imagerie de Mars, et notamment de trois types (U, P et C) qui le figurent debout, appuyé de la droite sur une lance et tenant de la gauche un bouclier — que celui-ci soit porté au bras contre la poitrine, ou placé debout aux pieds du dieu 129 ? C’est ce que tendent à montrer, pour ne citer ici que quelques exemples, les représentations d’un autel de Torre de Palma au Musée archéologique de Lisbonne 130 (fig. 18), d’une série d’autres des Cotswolds (Grande-Bretagne) 131, ainsi que de nombreux autels et pierres aux quatre dieux de Gaule et de Germanie 132. Une des plus anciennes de ces représentations n’est autre que la figure du dieu, debout près de l’autel, dans le sacrifice des suovetaurilia sur le relief dit « de Domitius Ahenobarbus » 133 ; mais je ne suis pas assuré que le type iconographique en lui-même remonte à l’époque classique, le rapprochement opéré par Fl. Stilp 134 avec un en-tête de décret acarnanien pour le démontrer demeurant jusqu’ici bien isolé dans notre documentation. Cette image du Mars romain connaît différentes variantes dans la pondération, la direction de la tête ou la position des mains tenant la lance et le bouclier, mais le schéma de base reste le même : présent sur les monnaies 135, ce Mars, barbu ou imberbe, l’est aussi sur plusieurs pièces de l’armement de parade des soldats (jambières, décor de fourreaux de glaives, frontaux de protection des chevaux) 136. C’est bien à lui que remonte le type iconographique des légionnaires des différents monuments funéraires de l’Empire (fig. 19), quand bien même aucun ne porte le casque.

Figure 18.

Figure 18.

Autel à Mars prov. de Torre de Palma, Musée archéologique de Lisbonne

(d’après Religiões da Lusitânia 2002, fig. p. 42).

Figure 19.

Figure 19.

Cippe à pyramidion d’Aur. Moucianos

© Photo Marc Balty.

24Les monuments apaméens attestent l’existence de plusieurs variantes de ce schéma de base :

  1. la lance est tenue de la main droite, le bras levé formant un angle presque droit au coude ; le bouclier, présenté de face au bras gauche, protège le torse ; la jambe gauche est la jambe d’appui ; la droite est légèrement fléchie et en retrait. C’est, en quelque sorte, une présentation de garde, ou de parade. Cette variante se retrouve sur les stèles (Fl. Trypho fig. 20, Sept. Viator 137 fig. 33), les autels (Aur. Zoïlus 138) et les cippes (Ulp. Tertius [fig. 21], Aur. Moucianos 139 [fig. 19] le bouclier de trois-quarts cette fois) ; elle est également adoptée pour le discens lanchiarius Aur. Mucianus 140 (fig. 55) et le lanchiarius Aur. Zoïlus 141, les javelines remplaçant ici la lance. Si l’on excepte la belle stèle de C. Valerius Crispus à Wiesbaden 142, rares sont les monuments du Haut-Empire où le soldat tienne le bouclier contre lui. On le trouve, cependant, pour une des sentinelles du camp romain sur la première spire de la colonne Trajane (I.4) 143 ou un des deux soldats montant la garde devant la tente de l’empereur dans la scène 10 de la colonne Aurélienne 144. Quelques stèles du iiie s. offrent les parallèle les plus proches : à Brigetio 145, Rhaedestos 146 (fig. 22), Périnthe 147 ou Nicomédie 148. Plus tard, c’est la position du soldat sur une peinture du ive s. dans une des catacombes de Syracuse 149, et, au début du ve s. encore, celle de Messapus s’avançant devant la ville des Troyens sur une des illustrations du Vergilius Vaticanus (Vat. Lat. 3225, fol. 72 v) 150.
    Le schéma est utilisé pour figurer l’aspect guerrier de plusieurs divinités indigènes dans l’ensemble de l’Empire : c’est le cas, en Égypte, pour le dieu-faucon Horus 151, le plus souvent représenté cependant sans bouclier, si ce n’est peut-être sur une stèle d’Amsterdam provenant d’Edfou (?) 152 ; au Proche-Orient, pour Shadrafa — et ce, que son image soit en pied, comme sur un relief du temple de Bêl à Palmyre 153, ou en buste, comme sur une stèle votive palmyrénienne du British Museum (inv. ME 125206) 154, datée de l’année 55 de n. è. —, et toute une série de dieux à Palmyre et dans la Palmyrène (Abgal 155, Aglibôl 156, Arsû 157, Iarhibôl 158, ainsi que quelques-uns dont le nom ne nous est pas connu 159) ou de génies (djinns), comme ceux du village de Beth-Phasiêl, sur un relief du Musée national de Damas 160 ; en Occident, dans les îles Britanniques, pour une triade de « native warrior gods » dont le nom n’est malheureusement pas attesté jusqu’ici 161.

Figure 20.

Figure 20.

Stèle de Fl. Trypho, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 21.

Figure 21.

Cippe à pyramidion d’Ulp. Tertius, détail

© Photo Marc Balty.

Figure 22.

Figure 22.

Stèle d’Aprilis Spictatus, prov. de Rhaedestos, détail

(d’après Coulston 1987, pl. 2).

  1. la lance est tenue de la même manière, mais le bouclier est posé aux pieds, de face : il est appuyé contre la jambe gauche du soldat sur le cippe de Clubius Ianuarius (fig. 23) ; sur celui d’Aur. Diza (fig. 24), il est déposé à quelque distance.

    Figure 23.

    Figure 23.

    Cippe à pyramidion de Clubius Ianuarius, détail

    © Photo Wilfried Van Rengen.

    Figure 24.

    Figure 24.

    Cippe à couverture à deux pentes d’Aur. Diza, détail

    © Photo Marc Balty.

    1. Les parallèles sont ici plus nombreux parmi les stèles et monuments funéraires de militaires : le bouclier est cependant, le plus souvent, maintenu verticalement de la main gauche 162 (fig. 25) ; et il peut être présenté de trois-quarts 163, de profil 164, voire de dos 165 et même placé derrière la jambe gauche 166. Mais c’est en gros le même schéma, une attitude d’attente ou de repos, que l’on retrouvera jusqu’à la fin de l’Antiquité, ainsi qu’en témoignent une vignette (fol. 73 v : conseil des Troyens à l’embouchure du Tibre) du Vergilius Vaticanus 167 à nouveau et le Stilichon du diptyque de Monza 168. C’était déjà celle de l’aquilifer Cn. Musius, originaire de Veleia en Italie du Nord, sur une stèle de Mayence de la première moitié du ier s. 169 (le bras droit tenu cependant le long du corps, la main empoignant l’aigle par le bas de la hampe) ou de C. Castricius Victor, originaire de Côme, sur une stèle d’Aquincum de la fin du même siècle (mais les deux pila sont tenus plus bas, la main droite étant à hauteur de la taille) 170.

Figure 25.

Figure 25.

Stèle de T. Flavius Sabestianus

(d’après Pfuhl & Möbius 1977, pl. 56).

  1. la lance est toujours tenue de la même manière de la main droite mais le soldat a dans la gauche un volumen ; c’est le cas, semble-t-il, sur le cippe d’Aur. Herculanus 171, dont la figure de soldat a été fortement bûchée pour l’insertion du monument dans la tour et n’est plus très lisible aujourd’hui, ainsi que sur la stèle de M. Aur. […] 172 (fig. 26) où la lance s’écarte cependant davantage du corps.

Figure 26.

Figure 26.

Stèle de M. Aur. [….]

© Photo Jean-Charles Balty.

  1. le bouclier, posé contre la jambe gauche, est tenu de la main gauche sur le cippe d’Aur. Comagenus 173 (fig. 27), mais le soldat n’a pas de lance dans la main droite ; le bras droit pend le long du corps.

Figure 27.

Figure 27.

Cippe d’Aur. Comagenus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

L’uniforme et l’armement

Légionnaires

  • 174 Ubl 2013, p. 283-287.
  • 175 Ubl 2013, p. 287-288 : « […] alle Angehörigen der Legion seit 212 einheitlich mit der langärmelige (...)
  • 176 Ulp. Tertius, soldat de la même légion, dans ces mêmes années, porte toujours une tunique à manche (...)
  • 177 Rémondon 1970, p. 79.

25C’est au iiie s., on le sait, que se répand dans l’armée romaine, et tout particulièrement pour les légionnaires, le port de la tunique à manches longues, considéré à l’époque républicaine comme un usage efféminé mais qui avait apparemment été adopté dès le courant du iie s. par les auxiliaires et certaines unités dans les provinces. Les soldats de la colonne Aurélienne et ceux de l’arc de Septime Sévère au Forum, ceux aussi de l’arc de Leptis Magna ont toujours la tunique à manches courtes ; ceux de l’arc de Galère à Thessalonique, ou de l’arc de Constantin à Rome, ont la tunica manicata 174. Entre ces deux séries de monuments, aucun repère précis ne permettait jusqu’ici de lier la généralisation de cet uniforme à un règne particulier. H. Ubl, sur la base d’un matériel exclusivement norico-pannonien, suggérait que ce puisse être sous Caracalla 175. Les stèles et cippes apaméens apportent un nouvel et précieux élément d’appréciation à cet égard : pour la II Parthica, en tout cas, ce type de tunique est celui des soldats dès la campagne de 215-218 ; la représentation d’Aur. Cinegetus (fig. 46) ne laisse pas la moindre place au doute 176. Mais je serais plutôt enclin à penser que l’adoption de la tunique à manches longues fit partie des différentes mesures prises par Septime Sévère, durant son long règne, en faveur de l’armée. On n’exclura pas cependant, jusqu’à plus ample informé, que ce n’ait été au départ une caractéristique de cette légion très particulière, levée par lui en 196 et en grande partie constituée de recrues des provinces danubiennes puisque c’est dans cette région-là de l’Empire qu’elle apparut. L’armée des Sévères est une armée « non italienne » 177 ; ce qui paraissait efféminé pour les soldats de la République n’avait évidemment plus la même connotation désormais.

  • 178 Bishop & Coulston 2006, p. 182-184, fig. 118.5-8. Noelke 1986, p. 223-225 recensait 83 « Soldateng (...)
  • 179 Bishop & Coulston 2006, n. 71 p. 197.
  • 180 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31, fig.
  • 181 Balty & Van Rengen 1993, no 17 p. 40-41, fig.
  • 182 Balty & Van Rengen 1993, no 18 p. 42-43, fig.
  • 183 Il n’est pas exclu que Fl. Trypho (fig. 20) ait eu des jambières ; mais ce n’est peut-être qu’une (...)
  • 184 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.
  • 185 Ce ne peut être l’épaisseur d’une barbe, mal rendue par le sculpteur, puisqu’elle prolonge la calo (...)
  • 186 Bishop & Coulston 2006, fig. 112.2 p. 175 et 115 p. 178 respectivement.

26Cette tunique, qui descend jusqu’au ras des genoux, est serrée à la taille, et souvent assez bas, par un ceinturon à grosse boucle ronde, elle aussi caractéristique de ce moment 178 comme l’indiquent de nombreux exemplaires retrouvés dans des contextes archéologiques datés 179. Plusieurs monuments apaméens détaillent même avec un certain soin la manière dont les lanières de cuir sont fixées à la boucle (fig. 28). Beaucoup plus soigné que la plupart des autres monuments, le cippe d’Aur. Moucianos 180 (fig. 54) détaille aussi la double lanière dont est constitué le ceinturon et la façon dont elle retombe du côté droit du soldat après avoir serré la taille. Un manteau court, jeté sur les épaules et retenu par une fibule sur l’épaule droite, descend sur le côté gauche en emprisonnant quelque peu le bras. Ce manteau complète l’uniforme de tous les soldats qui ne sont pas représentés avec leur bouclier au bras gauche, le manteau ayant alors évidemment constitué une gêne pour le port de celui-ci. Verinius Marinus 181 (fig. 57), le jeune librarius officii legati legionis, porte un manteau beaucoup plus ample qui, drapé lui aussi sur les épaules, couvre entièrement le dos et descend jusqu’aux genoux — manteau que l’on retrouve également pour l’aquilifer Felsonius Verus 182 (fig. 29), ce qui pourrait éventuellement traduire une certaine différence de rang parmi les soldats. Le caractère relativement fruste des représentations empêche, en revanche, de reconnaître le type de chaussures porté par ces soldats 183. Les seules quelque peu distinctes sont les petites bottes, à larges retroussis au-dessus de la cheville, d’Ael. Longinus (fig. 50) et du discens lanchiarius Aur. Mucianus 184 (fig. 55). Celui-ci est également le seul de tous ces soldats à porter, sinon un casque dont on distinguerait les couvre-joues sur le bas du visage 185, du moins une sorte de coiffe à mailles comme celles que l’on voit sur la scène de la bataille d’Ebenezer dans la synagogue de Doura-Europos ou sur une des miniatures du Vergilius Vaticanus 3225 186

Figure 28.

Figure 28.

Stèle d’Aur. Ingenuus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 29.

Figure 29.

Stèle de Felsonius Verus, détail

© Photo Wilfried Van Rengen.

  • 187 Pour ces épées, Bishop & Coulston 2006, p. 154-162, fig. 95.4 ; Ubl, p. 162-183, fig. 234 et 241-2 (...)
  • 188 Ubl 2013, p. 162-163.

27Une longue épée (0,80 à 1 m), portée du côté gauche, la spatha, caractérise aussi l’armement de ces légionnaires au iiie s. 187. Ici encore l’innovation, qui apparaît sur les monuments funéraires du Norique et de Pannonie dans le courant du premier quart du siècle, a été généralement rapportée à Septime Sévère ou Caracalla 188. C’est également l’équipement de la II Parthica. Plus longue que le gladius du Haut-Empire, la spatha est glissée dans un fourreau qui se termine généralement par une bouterolle ronde, souvent représentée sur les monuments apaméens (fig. 19, 30, 46-47) ; la poignée, en revanche, n’est jamais visible, cachée qu’elle est par le manteau ou le bras gauche tenant le volumen à cette même hauteur. L’arme est directement portée au ceinturon.

Figure 30.

Figure 30.

Cippe de Sept. Dardisanus, détail

© Photo Marc Balty.

  • 189 Cette arme n’a pas disparu au début du iie s., comme l’indique Ubl 2013, p. 184-186. Cf., sur ce p (...)
  • 190 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.
  • 191 Balty & Van Rengen 1993, no 15 p. 38, fig.

28Beaucoup plus court et ne pouvant, de ce fait, être confondu avec la spatha, le poignard (pugio) fait également partie de l’armement de plusieurs soldats 189 ; il est suspendu à un large baudrier qui barre en oblique toute la poitrine sur le cippe de Felicius Victorinus, de la II Parthica Severiana (fig. 31), et son fourreau s’achève aussi par une bouterolle ronde. Il en va de même pour le discens lanchiarius Aur. Mucianus 190fig. 55) ; mais, par incompréhension du modèle graphique, le sculpteur n’a pas vraiment représenté le poignard, de sorte que c’est le baudrier qui a l’air de se terminer à hauteur du haut de la cuisse par une bouterolle… Sur la stèle du tesserarius Aur. Ingenuus (fig. 28), un baudrier barre la poitrine du soldat ; une arme y est suspendue, dont on ne voit que la partie supérieure et, de façon tout à fait exceptionnelle sur ces monuments apaméens, la grosse poignée en forme de boule et le haut du fourreau ; compte tenu de sa position, c’est bien un poignard, et non une épée dont le poids aurait entraîné qu’elle pendît à la verticale comme sur toutes les représentations de soldats portant la spatha. L’image, malheureusement presque entièrement bûchée, du tesserarius Aur. Celsus 191 laisse également entrevoir le port d’un poignard, dont le fourreau se termine par une bouterolle cordiforme.

Figure 31.

Figure 31.

Cippe à pyramidion de Felicius Victorinus, détail

© Photo Wilfried Van Rengen.

  • 192 Ubl 2013, p. 87-94, fig. 126.
  • 193 Rostovtzeff, Brown & Welles 1939, p. 327-369, fig. 83-84, pl. 41-42 et 44-46 ; cf. Bishop & Coulst (...)
  • 194 Cf. également sur une stèle de Brigetio-Tatabánya, aujourd’hui au Musée national hongrois à Budape (...)

29Le bouclier est le scutum ovale à umbo bombé caractéristique, lui aussi, de l’infanterie du iiie s. 192 — un type, au demeurant, dont les fouilles de Doura-Europos ont livré cinq exemplaires complets et des fragments d’un sixième, et qui nous est donc parfaitement connu 193. Ces boucliers, dont la hauteur oscille entre 1,07 et 1,18 m, et la largeur entre 0,92 et 0,97 m, devaient couvrir les soldats de l’épaule au genou ; aucun des boucliers représentés sur les stèles, autels et cippes apaméens n’est donc véritablement à l’échelle — ce qui arrive souvent sur les monuments figurés. Sur les boucliers de Fl. Trypho (fig. 20) et de Sept. Viator (fig. 32), l’incision périphérique, concentrique à l’ellipse, représente, selon toute vraisemblance, le cerclage qui renforçait le rebord 194 ; d’autres incisions soulignent l’armature du bouclier : l’une, verticale, correspond sans doute à la spina ; l’autre, horizontale, à la poignée qui servait, au revers, à le tenir. Mais on n’exclura pas entièrement que ce puisse n’être que des éléments décoratifs.

Figure 32.

Figure 32.

Stèle de Sept. Viator, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

  • 195 Ubl 2013, p. 195-196 et 198.
  • 196 Ubl 2013, fig. 330-337.
  • 197 Bishop & Coulston 2006, p. 151-154, fig. 93.1-18.

30Les légionnaires de la II Parthica représentés avec leur bouclier s’appuient de la main droite sur une lance (hasta) dont la hauteur est égale, sinon légèrement supérieure, à celle du soldat qui la tient. Depuis la fin du iie s., le pilum des stèles du Haut-Empire cède de plus en plus la place, en effet, à cette arme plus lourde et plus solide qui permettait de charger commodément l’ennemi 195. Une grosse pointe en fer, de forme triangulaire, relativement large et assez courte, la caractérise sur toutes les images 196 (fig. 21 et 54) ; de très nombreux exemplaires proviennent de la fouille des camps du limes, tant en Angleterre que sur le Rhin ou le Danube 197.

  • 198 Ci-dessous.

31Je ne puis m’attarder ici sur tout ce qui touche, par ailleurs, à la représentation des différents grades ou des différentes fonctions de ces militaires (beneficiarii, optiones, tesserarii ; lanchiarii, aquiliferi et autres) et notamment aux signes distinctifs (« bâtons de commandement », paquets de tablettes, poignard) qui les distinguent des simples soldats ; je réserve ces développements pour la publication définitive, qui tiendra également compte de tous les parallèles rencontrés ici ou là dans l’Empire pour ces diverses catégories de militaires. Une seule me retiendra, qui n’allongera guère cette première présentation du dossier et se trouve nécessitée par l’intérêt que porte, on va le voir, une des subdivisions de cet article à la polychromie des monuments 198.

Centurions

  • 199 Ubl 2013, fig. 400-413.
  • 200 Bauchhenss 1978, no 1 p. 18-22, pl. 1-3.
  • 201 Hofmann 1905, no 48 p. 60-61, fig. 40 ; Schober 1923, no 232 p. 106, fig. 119 ; Cambi 1989, p. 60- (...)
  • 202 Hofmann 1905, no 34 p. 45, fig. 29 ; Schober 1923, no 337 p. 148, fig. 170 ; Ferri 1933, p. 113, f (...)
  • 203 Mitchell & French 2012, no 161 p. 340-341, fig.
  • 204 Mitchell & French 2012, no 169 p. 353-355, fig.
  • 205 Ci-dessus n. 35.
  • 206 Ubl 2013, no 37 p. XXXII, pl. 14.52.
  • 207 Ubl 2013, no 102 p. XLVIII, pl. 36.141.
  • 208 Ubl 2013, no 38 p. XXXII, pl. 14.54.
  • 209 Kalinka 1926, no 36 p. 137-138, fig. 14 ; Pfuhl & Möbius 1977, no 302 p. 117, pl. 54 ; Sayar 1998, (...)

32Les deux centurions représentés sur les monuments apaméens ont en main la vitis, dont le pommeau aplati, en forme d’entonnoir, est tout à fait analogue à celui figurant sur les monuments funéraires rhénans et danubiens 199 : on songe, bien sûr, à celui de M. Caelius à Bonn 200, mais aussi à celui de M. Herennius Valens provenant de Cibalae/Vincovci à Zagreb 201 ou au médaillon de Flavia Solva 202 ; à ces exemples « classiques », il y aurait lieu d’ajouter aujourd’hui deux beaux reliefs funéraires d’Ankara, l’un, d’un centurion de la legio I Adiutrix 203, l’autre, de la XII Fulminata 204. Sur le cippe d’Ael. Verecundinus 205 (fig. 33), la vitis est tenue en oblique, la main de l’officier étant portée au ceinturon, comme sur un sarcophage de Brigetio, aujourd’hui à Vienne 206 ou une stèle d’Aquincum 207 ; dans la niche d’un édicule malheureusement fragmentaire (fig. 15), le centurion s’appuie dessus, suivant en cela un schéma de représentation que l’on retrouve à Sirmium 208 ou à Rhaedestos 209. Sur la plupart de ces monuments du iiie s., la vitis reposant au sol arrive à la taille du personnage ; elle devait faire un peu moins d’1 m de long.

Figure 33.

Figure 33.

Cippe à pyramidion d’Ael. Verecundinus, détail

© Photo Marc Balty.

Le volumen

  • 210 Balty 2016.
  • 211 Brein 1973, p. 2 (« Heroisierung durch Bildung ») ; Carrié 1992, p. 166-167 (« une image ‘civilisé (...)
  • 212 Balty & Van Rengen 1993, no 12 p. 34 ; AE 1993, no 1582 p. 476.
  • 213 Pour le montant de la solde des légionnaires depuis Caracalla, cf. Speidel 1992b, p. 88 (tabl. 1).

33Y ayant consacré une recherche particulière dans les actes d’un colloque récent qui a finalement paru avant ce volume-ci 210, je ne puis réserver ici un long commentaire à cet élément tout à fait caractéristique aussi des autels et cippes apaméens (fig. 30-31, 46-47, 52-53). Qu’il me suffise de rappeler que je vois dans cette « Schriftrolle » non une « Buchrolle » et, de ce fait, la marque d’une affirmation de la culture de ces légionnaires 211, mais une représentation du testamentum militis. L’importance de ce document ne saurait, en effet, être négligée, surtout peut-être pour ces soldats qui mouraient loin de leur province d’origine et dont les héritiers étaient souvent des compagnons d’armes susceptibles aussi de disparaître en campagne, vers le même moment. C’est ce testament qui fixait le nom, le nombre et le rang de ces héritiers, d’où ces indications — récurrentes, elles aussi, sur nos stèles, autels et cippes apaméens — de primus et secundus heres, et qui stipulait, le cas échéant, le montant de la somme à prélever sur le peculium castrense pour le monument funéraire. Sept. Dardisanus avait ainsi réservé une somme d’environ 1 000 deniers pour ce faire 212, ce qui représente, depuis Caracalla, l’équivalent d’un peu plus de 13 mois de solde 213.

Les cavaliers

  • 214 Noelke 1972, p. 12, avec les remarques de Gabelmann 1973, p. 161-162 ; Schleiermacher 1984, p. 63. (...)
  • 215 Schleiermacher 1981, p. 80-82 ; Schleiermacher 1984, p. 64.
  • 216 Borchhardt 1968, p. 206, pl. 53.1. Pour le monument lui-même, cf. Pfuhl & Möbius 1977, no 73 p. 30 (...)
  • 217 Pour l’ensemble du problème, cf. Boppert 1992, p. 57-62, 1998, p. 27-32, 2003, p. 274 ; Minas-Nerp (...)
  • 218 Coulston 2004, p. 149 (sur-représentation due au prestige des cavaliers dans l’armée).
  • 219 Toynbee 1964, p. 185-195, pl. XLVI-XLVII : 8 stèles de cavaliers (14, voire 17, selon Schleiermach (...)
  • 220 Bauchhenss 1978 : 10 stèles de cavaliers, en regard de 11 monuments de légionnaires et de 17 repré (...)
  • 221 Boppert 1992 : 24 stèles de cavaliers, en regard de 26 monuments figurés de légionnaires.

34Je ne puis développer non plus le commentaire que nécessitent les stèles de cavaliers du milieu du iiie s. ; j’y reviendrai plus à loisir dans la publication définitive des monuments et me limite à quelques considérations iconographiques. Deux points méritent cependant d’être notés, dès l’abord : d’une part, l’ancienneté du motif du cavalier monté sur un cheval bondissant contre l’ennemi, motif que l’on s’accorde généralement à faire remonter à la Grèce d’époque classique en évoquant le lointain parallèle offert par la fameuse stèle de Dexiléos, au Céramique (394 av. J.‑C.) 214, voire celui des stèles de héros chevauchant (« Reiterheros ») et chassant 215, dont l’exemplaire de Çavuşköy (Daskyleion) au musée d’Istanbul pourrait même être quelque peu antérieur 216 — mais si ce motif s’est si longtemps maintenu, avec une tradition iconographique d’ailleurs légèrement différente en Orient et en Occident, c’est grâce à des intermédiaires hellénistiques parvenus en Italie via la Grande-Grèce (Tarente) et l’Étrurie, et par là même qu’il gagna Rome et les provinces occidentales de l’Empire 217 — ; et, d’autre part, la sur-représentation de ces stèles de cavaliers par rapport aux monuments d’autres unités de l’armée romaine 218 — et ce, dès le ier s. de n. è. —, sur-représentation d’autant plus étonnante peut-être qu’il s’agit d’auxiliaires pérégrins en regard de légionnaires possédant, eux, la citoyenneté romaine, et que ces ailes de cavalerie comportent près de douze fois moins d’effectifs que les légions (500 en regard des 6 000 hommes d’une légion, à moins qu’il ne s’agisse d’une ala milliaria) ; mais c’est bien ce que montrent, à l’évidence, les chiffres fournis pour l’ensemble des îles Britanniques 219 , par ex., ou ceux donnés pour des sites comme Bonn 220 ou Mayence 221, où stationnèrent différentes légions et ailes de cavalerie. À Apamée, on ne peut certes établir le même genre de comparaison puisque les stèles de cavaliers appartiennent à une tout autre période (252) que les autels funéraires, cippes et stèles de la legio II Parthica et des détachements d’autres légions qui l’accompagnèrent en 215-218, 231-233 et 242-244 ; ce sont cependant 24 stèles qui ont été mises au jour — ce qui est beaucoup, pour une période relativement courte, quelles qu’aient été les pertes au combat devant l’invasion sassanide.

  • 222 Balty & Van Rengen 1993, nos 20-21 et 23-27, p. 46-47, 49-53, fig.
  • 223 Balty & Van Rengen 1993, no 22 p. 48, fig.

35Ces stèles présentent, comme partout ailleurs dans l’Empire, une typologie assez diversifiée sur laquelle il y aura lieu de se pencher plus attentivement, le moment venu. Dans l’immédiat, je relèverai uniquement que certaines d’entre elles se distinguent des plus courantes — plus petites (entre 1,05 et 1,15 m et autour d’1,40/1,45 m) et plus simples (le cavalier occupe indistinctement la partie supérieure du monument et son fronton) 222 — par leurs deux registres figurés superposés (un fronton orné de motifs décoratifs ou symboliques et le champ figuré proprement dit qui accueille l’image du cavalier) placés au-dessus du texte de l’inscription 223 ; elles atteignent jusqu’à 1,75 m. Nécessitant un travail de sculpture plus important et donc plus cher, ce sont essentiellement les monuments d’un decurio et de deux duplicarii qui sortent ainsi du lot et marquent la différence de statut des défunts — des sous-officiers placés sous les ordres du préfet de cavalerie — par rapport aux stèles des simples equites de l’ala.

  • 224 En grande partie, commodément regroupées dans Schleiermacher 1984, nos K 6, 17, 20-22, 26-27, 31-3 (...)
  • 225 Hygin, mun. castr. 16 : Alunt equos singuli decuriones ternos, duplicarii et sesquiplicarii binos.
  • 226 Balty & Van Rengen, nos 21 p. 47 et 23 p. 49, fig.
  • 227 Contra : AE 1993, no 1590 p. 479 : « Le personnage debout est plutôt un garçon d’écurie (calo) que (...)
  • 228 Schleiermacher 1984, K 19-21, 27, 29-30, 36, 38,46, 52, 96, 107, fig.
  • 229 Busch 2003, fig. 1-2 p. 680 et 9-10 p. 687-688. On ne manquera pas de distinguer ces scènes où le (...)
  • 230 Balty & Van Rengen 1993, no 21 p. 47, fig.
  • 231 Pour ce schéma iconographique, cf. l’image d’Ulpius Victorinus, eques singularis castris prioribus(...)
  • 232 Inédite.
  • 233 Balty & Van Rengen 1993, no 23 p. 49, fig.
  • 234 Ci-dessus n. 229 (in fine). Pour un meilleur détail de la stèle d’Ulp. Valens (Speidel 1994a, no 5 (...)

36On remarquera, par ailleurs, qu’aucune de ces images ne représente d’ennemi foulé aux pieds du cavalier, comme c’était le cas sur nombre de stèles de Rhénanie ou des îles Britanniques au ier s. 224. Le motif s’est dépouillé, au fil du temps, de toute signification immédiate et réaliste pour ne garder que l’image du cavalier bondissant (fig. 34) ; c’est le cas de plusieurs des stèles apaméennes les plus simples. Deux autres schémas se rencontrent aussi : celui du cavalier passant (le cheval a trois jambes au sol ; seule la jambe gauche est levée pour indiquer le mouvement), ou paradant (fig. 35), et celui du duplicarius tenant au licol les deux chevaux qu’il devait entretenir et pour lesquels il recevait une double solde 225 (fig. 36). Contrairement à ce que nous écrivions en 1993 226, je ne pense pas en effet qu’il puisse s’agir ici du calo 227, le garçon d’écurie que l’on trouve ailleurs, au second plan de la scène, en partie caché par le cavalier et figuré plus petit que celui-ci 228, voire au second registre de certaines stèles, où il est vêtu d’une tunique courte analogue à celle des esclaves, des serviteurs et des petits artisans 229. Le personnage représenté sur la stèle d’Aur. Dolens 230 (fig. 36) est un militaire dont la tenue (tunique serrée par un ceinturon et manteau) ne saurait être confondue avec celle des calones ; il porte d’ailleurs, au flanc gauche, à l’extrémité d’un large baudrier qui lui barre en oblique tout le torse, une spatha 231. Il en allait sans doute de même d’Aur. Decoratus 232, lui aussi un duplicarius, et du sesquiplicarius Aur. Octavianus 233, dont le baudrier est également bien visible mais dont on ne voit pas la longue épée. Le parallèle avec les duplicarii et sesquiplicarii des stèles d’equites singulares 234 ne laisse planer aucun doute sur leur identification.

Figure 34.

Figure 34.

Stèle de Iulius Valerianus

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 35.

Figure 35.

Stèle d’Aur. Disas, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 36.

Figure 36.

Stèle d’Aur. Dolens

© Photo Jean-Charles Balty.

  • 235 Une peinture de Doura Europos illustre très vraisemblablement un engagement de ce type entre les d (...)
  • 236 Blavatsky 1954, p. 117 (non uidi ; cf. Sachs & Bopearachchi 2001, p. 333) ; Der neue Pauly, III, 1 (...)
  • 237 Baradez 1954, no 4 p. 122-125, fig. 15 ; Schleiermacher 1984, no 67 p. 174-175.
  • 238 Baradez 1954, no 3 p. 119-122, fig. 12 ; Schleiermacher 1984, no 65 p. 170-171 ; Speidel 1987 [199 (...)
  • 239 Schleiermacher 1984, no 60 p. 163.
  • 240 Schleiermacher 1984, no 78 p. 193, fig.
  • 241 Knipovich 1949, fig. 41 p. 84-86 ; Mielczarek 1999, pl. XVIII. Commodément reproduite sur différen (...)
  • 242 CIL, XIII, 1848 ; Espérandieu 1910, no 1780 p. 32-33, fig. ; Schleiermacher 1984, no 93 p. 213-214 (...)

37Les stèles de contarii comptent au nombre des plus intéressantes au plan de l’iconographie : elles montrent notamment comment était tenu le contus, cette longue lance qui devait se manier comme celles des tournois du Moyen Âge et de la Renaissance et permettait de basculer de leur monture les lourds cuirassés sassanides contre lesquels l’ala avait dû être tout spécialement dépêchée du Danube 235. Le contus, lourd et très long (on estime qu’il devait avoir de 3,50 à 4 m de longueur 236), devait être manié des deux mains — ce qui empêchait le cavalier de saisir les brides de sa monture ou de se protéger d’un petit bouclier au bras gauche, comme sur une grande majorité de stèles d’autres unités de cavalerie — ; il était tenu contre le flanc et la croupe du cheval (fig. 37-38). Les meilleurs parallèles iconographiques sont deux stèles de Tipasa très proches l’une de l’autre (elles sortent vraisemblablement d’un même atelier), l’une d’un curator de l’ala I contariorum 237 (fig. 39), l’autre d’un eques de l’ala I caninafatium 238 (fig. 40), mais où le cavalier est figuré sur un cheval bondissant, la lance pointée vers l’avant, le manteau flottant au vent sur les épaules — un détail qu’a uniquement le cavalier d’une stèle fragmentaire d’Apamée (fig. 37). On y joindra une stèle de Cherchel 239, également fragmentaire, que son inscription n’autorise pas à attribuer à une ala déterminée (elle ne fournit que l’indication eques alae eiusdem). Il en allait peut-être de même d’une stèle de Whitecombe (Dorchester) 240, celle-ci dépourvue de toute inscription mais dont le cavalier tient une longue lance de la même manière. On n’oubliera pas, enfin, une stèle de cataphractaire sarmate de Tanaïs 241 (fig. 41), en Crimée, généralement datée du iiie s. comme les monuments apaméens. Le développement de cet armement lourd chez les Perses, puis les Sassanides, avait conduit l’armée romaine à organiser à son tour diverses ailes de cavalerie constituées d’auxiliaires originaires de contrées germaniques ou balkaniques pour riposter avec efficacité et à armes égales aux raids ennemis sur le front oriental. Un dernier exemple de cette cavalerie lourde est ce numerus equitum cataf(ractariorum) sen(iorum), dont un des « cuirassiers », Kl. Ingenuus, figure sur une stèle tardive de Lyon 242 et qui présente, dans ses grandes lignes, la même iconographie, nouveau témoignage, s’il en était besoin, de la stabilité et de la permanence de ces schémas.

Figure 37.

Figure 37.

Stèle fragmentaire d’un contarius

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 38.

Figure 38.

Stèle d’Atilius Crispinianus, détail

© Photo Marc Balty.

Figure 39.

Figure 39.

Stèle d’Ulpius Tertius

(d’après Baradez 1954, fig. 15).

Figure 40.

Figure 40.

Stèle d’Adiutor

(d’après Baradez 1954, fig. 12).

Figure 41.

Figure 41.

Plaque votive de Tryphon, Tanaïs

(d’après www.agencebretagnepresse.com/article.php?id=11783).

  • 243 Balty & Van Rengen 1993, no 27 p. 53, fig. La stèle d’Aur. Paulinus, brisée en deux, est encore in (...)
  • 244 Pour quelques stèles de soldats de la legio II Traiana Fortis, cf. Waebens 2012, nos 1, 4, 7, 9-10 (...)
  • 245 Altmann 1905, p. 235, fig. 189 ; Kleiner 1987, no 120 p. 264-266, pl. LXVI.3 (Vatican) ; Neumann 1 (...)
  • 246 Pour ce schéma, de façon générale, cf. Budde 1957. C’est évidemment, entre bien d’autres, celui du (...)

38À ces différents monuments de cavaliers, s’ajoutent deux stèles de salariarii enrôlés dans la même unité (ala I Ulpia contariorum) et représentés faisant une libation sur un autel 243 (fig. 42-43 et 53) : debout, de face, drapés dans un ample manteau, ils versent le contenu d’une patère ombiliquée sur les flammes. On ne connaît, à ce jour, aucune autre image de salariarii ; celles-ci ne dérogent en rien au schéma le plus usuel sur les stèles 244 et autels votifs 245 où le dédicant officie, sans se préoccuper de son geste, le visage tourné vers le viator qui regardait la scène sur le monument — ou vers le spectateur moderne 246

Figure 42.

Figure 42.

Stèle d’Aur. Surus

© Photo Wilfried Van Rengen.

Figure 43.

Figure 43.

Stèle d’Aur. Paulinus, partie supérieure

© Photo Jean-Charles Balty.

Questions diverses

Aspects techniques et atelier(s)

  • 247 Quelques stèles de cavaliers de 252, réalisées à la hâte, semblent cependant être dépourvues de ce (...)

39Taillés dans un calcaire local (blanc ou rose), autels, cippes et stèles ont leur surface soigneusement achevée au marteau bretté ou à la boucharde, une fois les différentes moulures mises en place et la figure du soldat sculptée. On notera, en effet, que la plupart de ces images de soldats ont une finition de surface analogue à celle des moulures et du champ destiné à recevoir l’inscription (fig. 44). Ce type de surface facilitait l’adhérence du léger lait de chaux dont on retrouve la trace sur plusieurs monuments (fig. 54-55, 57) et qui servait de support à la polychromie — beaucoup plus rarement appliquée à même la pierre, sans aucune préparation 247

  • 248 Dans un cas même, le texte est disposé comme en colonnes et se lit d’abord à gauche, puis à droite (...)
  • 249 Sur le cippe à pyramidion de Clubius Ianuarius (fig. 23), l’inscription continue, comme si de rien (...)

40L’inscription vient ensuite, comme il est normal et comme le montre à l’évidence une dizaine de monuments où le texte tient compte de l’image qu’il entoure 248 et serre parfois très étroitement 249 (fig. 44), ainsi que quelques autres où plusieurs lettres d’un texte disposé cependant en dessous de l’image viennent buter sur le petit socle en relief portant la représentation du soldat (fig. 45). Le sculpteur de l’image et le lapicide de l’inscription étaient donc présents dans le même atelier, les deux opérations étant intimement liées. S’agissait-il de deux ouvriers différents ou d’une seule et même personne ? Il est impossible de le dire.

Figure 44.

Figure 44.

Autel funéraire de Iulius Candidus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 45.

Figure 45.

Cippe de Caenius Felicissimus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

  • 250 Cf. Coulston 2004, p. 149 : « […] the vast majority of such funerary depictions were executed by s (...)
  • 251 Gabelmann 1973, n. 16 p. 161-162.

41Resterait à se demander si ces sculpteurs appartenaient aux unités de l’armée qu’ils suivaient en campagne et s’il s’agissait de soldats 250. La question a souvent été posée, mais rarement abordée de front depuis plus d’un siècle, si ce n’est dans une longue et intéressante note de H. Gabelmann qui concerne cependant davantage la transmission des images et schémas iconographiques que l’appartenance des sculpteurs à l’armée, pour laquelle l’auteur concluait : « Die Frage der Zugehörigkeit der Bildhauer zum römischen Heer erweist sich als überaus vielschichtig. Sie muß in größerem Zusammenhang wieder aufgenommen werden. Es hat den Anschein, als wären die Verhältnisse nicht überall gleich gewesen » 251. Je ne sache pas que l’on ait repris le problème de manière approfondie depuis lors.

  • 252 Gabelmann 1973, p. 158 : « […] in Mainz in den Anfängen mehrere kleinere Ateliers in einer Art Baz (...)
  • 253 Cüppers et al. 1990, p. 458 ; Bishop 2012, p. 84-87.
  • 254 Cüppers et al. 1990, p. 81 et fig. 40 (H. Bernhard) ; Boppert 2003, p. 265 et n. 2.

42À Mayence par exemple, où stationnèrent successivement plusieurs légions et troupes auxiliaires, on peut certes entrevoir, comme le faisait Gabelmann, qu’il y ait eu, au ier s., non un atelier unique — compte tenu des différences observées dans la forme architectonique des stèles — mais plusieurs petits ateliers travaillant côte à côte « comme dans un bazar » 252 ; le camp de Mogontiacum est, à cette époque, un double camp légionnaire 253 et, à 2 km à l’est, celui de Mainz-Weisenau accueille une partie des alae et cohortes 254. On n’oubliera pas, de surcroît, que la legio XXII Primigenia Pia Fidelis demeura à Mayence jusqu’au milieu du ive s. Le nombre de militaires regroupés là fut donc considérable et la présence d’ateliers de sculpteurs est parfaitement compréhensible. On ne saurait exporter ce modèle à Apamée, où la II Parthica et les détachements qui la renforcèrent, et plus encore les alae de 252, ne firent que des séjours de deux ou trois ans, voire de quelques mois. Il fallait donc bien que quelques sculpteurs aient accompagné l’armée, qu’ils aient fait intrinsèquement partie de son corps ou l’aient suivie seulement dans ses déplacements, puisqu’autels, cippes et stèles figurés n’ont rien de commun avec les monuments funéraires de la population locale. Le problème se pose donc en d’autres termes que pour une ville de garnison.

  • 255 AE 1973, 473 = AE 2003, 1533 : Herculi sacrum. Lapidari(i) qui exierunt ancones faciendos legionis (...)
  • 256 Bošković 1978, p. 428-430, fig. 4-5. En dernier lieu, Mirković 2007, p. 37, fig. 19, 29 et 100.
  • 257 Calabi Limentani 1958, p. 159.
  • 258 Ci-dessus, n. 12 [renvoi à vérifier]. 
  • 259 Gabelmann 1972, p. 108 et n. 124 ; Gabelmann 1973, n. 16 p. 162 (in fine).

43Alors qu’il existe dans l’armée romaine des architectes, des médecins, des musiciens, et bien d’autres corps de métiers encore, connus par les témoignages épigraphiques de plusieurs légions, une seule inscription militaire atteste, à ce jour, la présence de lapidarii parmi les soldats : l’intéressante dédicace à Hercule des lapidari(i) de la legio IIII Flavia et de la legio VII Claudia — les deux légions de Mésie supérieure — engagés dans la construction d’ancones 255, dédicace trouvée à Ogradina (Serbie) à 5 km des Portes de Fer et de la fameuse Tabula Traiana (CIL, III, 12699 = 8267 = ILS 5863) relative à la réfection d’une route par Trajan, dans ces gorges du Danube, au prix de lourds travaux (montibus excisi[s] anco[ni]bus sublat[i]s via[m] fecit). L’utilisation du terme technique rare ancones suffit à rapporter les deux inscriptions aux mêmes travaux, parfaitement attestés sur le terrain par la présence de la route creusée dans la falaise dominant le fleuve sur des sections de plusieurs centaines de mètres de longueur 256. Ces lapidarii sont donc plutôt des carriers ; ils invoquent d’ailleurs Hercule, comme souvent dans les carrières romaines où l’on retrouve aussi l’image du héros. Un passage du De re militari de P. Tarruntenus Paternus (iie s.), repris par le Digeste (L, 6, 7), cite les lapidarii parmi les immunes de l’armée ; le terme, ici aussi, est assurément générique — il est d’ailleurs toujours ambigu 257. Quoi qu’il en soit, on peut donc vraisemblablement exclure que des sculpteurs aient suivi l’armée, comme le faisaient les marchands ; ceux qui réalisèrent les monuments funéraires des soldats morts en campagne en faisaient très vraisemblablement partie : c’étaient des militaires. C’est bien, d’ailleurs, ce que le rendu assez exact des décorations, de l’un ou l’autre détail de l’armement ou de l’uniforme, laissait entrevoir ; c’est ce dont témoigne également, on y a insisté à plusieurs reprises, la stabilité des schémas de composition observée d’un bout à l’autre de l’Empire, quelle que soit la légion à laquelle avait appartenu le défunt — stabilité qui implique que ces schémas étaient parfaitement connus de ces différentes unités de l’armée et pouvaient être reproduits aisément, ce qui eût été plus difficile à réaliser pour des ateliers locaux dans le cas de légions qui ne stationnaient pas dans le pays. Il est d’ailleurs un cas au moins où l’on peut suivre la production d’un même sculpteur ou d’une même équipe d’une province à l’autre de l’Empire : la belle stèle du centurion M. Favonius Facilis à Colchester 258, tout à fait isolée parmi les stèles militaires mises au jour dans les îles Britanniques mais très proche, en revanche, de plusieurs exemplaires rhénans 259. On sait que la legio XX Valeria Victrix à laquelle appartenait Facilis, jusque-là stationnée à Neuss (Novaesium, Germanie Inférieure), participa en 43 à la conquête de la Grande-Bretagne et s’établit dès ce moment à Camulodunum (Colchester). Le lien est donc bien établi d’un camp à l’autre — et d’une rive à l’autre de la Manche —, et le sculpteur ou l’atelier parfaitement identifié.

  • 260 Balty & Van Rengen 1993, no 19 p. 44-45.
  • 261 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31.

44L’importance numérique du dossier apaméen permet, par ailleurs, de regrouper autour d’une même « personnalité » quelques monuments où se retrouvent, à côté de caractéristiques typologiques ou iconographiques analogues, une même façon de traiter ces images, une même facture, une même main. Deux cippes à naiskos de la legio II Parthica Antoniniana, l’un au fronton triangulaire, l’autre incurvé, ont quasiment la même hauteur (1,34/1,37 m) ; dédiés à deux soldats de la même centurie, ils l’ont été par un même héritier, dans les deux cas primus heres. Les deux militaires qui figurent au fronton sont identiques : mêmes proportions, même attitude, même vêtement, même coupe de visage, mêmes yeux aux paupières supérieures lourdes. Les deux œuvres sont évidemment dues au même sculpteur (fig. 46-47). Deux autres cippes du même type et de dimensions analogues mais ornés, cette fois, d’une scène de « Totenmahl », rarissime à Apamée (il n’y en a qu’un seul autre exemple, sur une stèle), scène traitée de la même manière, sont érigés l’un à un soldat de la centurie du princeps [prior ou posterior ? le lapicide a laissé un blanc à cet endroit] de la IVe cohorte de la II Parthica Antoniniana (fig. 48), l’autre à un soldat de la centurie du princeps prior de la IVe cohorte de la II Parthica dont l’épithète n’est malheureusement pas précisée (fig. 49) ; compte tenu de l’extraordinaire similitude des deux cippes, il y a fort à parier que le second appartienne également à un soldat de la II Parthica Antoniniana (l’épithète aura été oubliée) et que ce dernier faisait partie de la même cohorte que l’autre soldat. Ensemble, ces quatre cippes ont été préparés par le même groupe de tailleurs de pierre ; mais ils ont été sculptés, deux à deux, par des mains différentes. On multiplierait aisément les exemples de rapprochements que l’on peut ainsi opérer d’une œuvre à l’autre ; la publication définitive ne manquera pas de les mentionner. Je n’en retiens ici que deux séries qui attestent l’existence, au sein de la legio II Parthica Severiana, soit près d’une vingtaine d’années plus tard, d’au moins deux groupes de sculpteurs et de tendances, nettement différents, l’un caractérisé par les proportions extraordinairement courtaudes données aux personnages représentés sur les monuments — où la tête n’est parfois comprise que 4 fois dans la hauteur du corps (fig. 31 et 50-51) —, l’autre par des proportions beaucoup plus étirées (fig. 52-53). Et, à une date qu’on ne peut malheureusement préciser faute d’épithète impériale dans les inscriptions (legio II Parthica P. F. F. Aet.) mais qui ne saurait être qu’une des deux périodes ci-dessus, on ne manquera pas de souligner aussi des sautes de qualité et des différences de facture et de mains comme celles qui distinguent la grande stèle d’Aur. Ingenuus 260 (fig. 28) de cippes comme ceux d’Aur. Moucianos 261 (fig. 54) ou de Iulius Candidus (fig. 45). Plusieurs sculpteurs appartenaient indiscutablement à la II Parthica.

Figure 46.

Figure 46.

Cippe à naiskos d’Aur. Cinegetus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 47.

Figure 47.

Cippe à naiskos d’Ael. Quintus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 48.

Figure 48.

Cippe à naiskos d’Aur. Cnimenco, détail du « Totenmahl »

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 49.

Figure 49.

Cippe à naiskos de Val. Appianus, détail du « Totenmahl »

© Photo Wilfried Van Rengen.

Figure 50.

Figure 50.

Stèle d’Ael. Longinus, détail

© Photo Wilfried Van Rengen.

Figure 51.

Figure 51.

Cippe à pyramidion d’Aur. Dolens, détail

© Photo Wilfried Van Rengen.

Figure 52.

Figure 52.

Cippe à pyramidion d’Aur. Mucianus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 53.

Figure 53.

Autel funéraire d’Aur. Plotianus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 54.

Figure 54.

Cippe à pyramidion d’Aur. Moucianos, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

  • 262 Balty & Van Rengen 1993, no 27 p. 53, fig. La seconde est encore inédite.
  • 263 Balty & Van Rengen 1993, no 21 p. 47, fig.
  • 264 Balty & Van Rengen 1993, nos 20 p. 46 (ala I Contariorum), 25-26 p. 51-52 (ala I Britannica), fig.
  • 265 Balty & Van Rengen 1993, no 24 p. 50, fig.

45Des regroupements analogues peuvent être envisagés pour les stèles des deux alae danubiennes. Très proches déjà l’un de l’autre, les monuments des deux salariarii de l’ala I Contariorum 262 (fig. 42-43) sont, par ailleurs, très certainement l’œuvre d’un même sculpteur que celui d’Aur. Dolens 263, cavalier de la même ala (fig. 58) : au fronton, la rosace — qu’elle ait cinq ou six pétales — a un même tracé et un même relief ; les personnages, présentés strictement de face, ont de petits yeux soulignés de noir dans une orbite curieusement triangulaire ; le modelé du corps est très plat, comme si la silhouette se détachait en champlevé. Cette dernière caractéristique est, certes, commune à la plupart des stèles des deux alae 264 qui pourraient dès lors être le fait d’un même groupe de sculpteurs, d’une même équipe (au sein d’une unité militaire, on ne parlera pas d’atelier), mais d’autres mains et un tout autre « style » permettent aussi de distinguer, pour certaines stèles de cette même ala I Contariorum, des personnalités différentes de celles-ci : que l’on songe simplement à la stèle d’Ignius Viatorianus 265, qui témoigne d’une réelle volonté de rendre le volume des corps en dépit d’énormes maladresses de forme et de proportions dans le dessin du cheval et de son cavalier. Rien ne semble différencier, en revanche, les stèles de l’ala I Contariorum de celles de l’ala I Britannica — deux unités qui, cependant, provenaient d’endroits du limes daco-pannonien éloignés de quelque 400 km l’un de l’autre : mêmes « silhouettes en champlevé » des cavaliers et de leur monture, même présentation de face du torse et de la tête de l’eques, mêmes orbites triangulaires. Les mêmes sculpteurs ont apparemment travaillé pour les deux alae.

Polychromie

  • 266 Wright & Richmond 1955, no 38 p. 24-25, pl. 12 ; Picozzi 1979, p. 177, pl. LXVII ; Webster 1985 [1 (...)
  • 267 Selzer, Deker & Do Paço 1988, fig. 22 (couleurs) p. 39, no 74 p. 150 ; Cüppers et al. 1990, p. 356 (...)

46On n’oubliera pas, enfin, que ces monuments étaient peints. Le relief, rehaussé d’une vive polychromie, et l’inscription, soulignée de rouge, n’en étaient que plus visibles, et lisibles, et attiraient ainsi davantage l’attention des passants. Aux trop rares monuments ayant conservé quelques traces de ces couleurs et aux essais de restitution proposés jusqu’ici sur cette base (on songera tout particulièrement à la stèle de Caecilius Avitus, optio de la legio XX Valeria Victrix, à Chester 266, ou à celle de Silius, cavalier de l’ala Picentiana, aujourd’hui à Mayence 267), les documents apaméens apportent un précieux complément. Compte tenu de leur insertion dans la tour XV peu de temps après avoir été dressés dans la nécropole du camp, plusieurs d’entre eux présentaient encore, au moment de leur dégagement, des couleurs relativement éclatantes, surtout quelques stèles de cavaliers qui n’avaient dû rester qu’un temps très limité à l’air libre : datées de 252, elles témoignent sans doute de la construction de la tour XV au moment du raid suivant des Sassanides, en 256.

  • 268 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31, fig.
  • 269 Pour la couleur rouge des boucliers, cf. Speidel 1976 [1984], p. 124-125 [4-5], fig. 1 (stèle de T (...)
  • 270 Balty & Van Rengen 1993, no 18 p. 42-43, fig.
  • 271 Inédit.
  • 272 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.
  • 273 Balty & Van Rengen 1993, no 17 p. 40-41, fig.

47Sur le cippe d’Aur. Moucianos 268, de la legio II Parthica, bouclier, lance, ceinturon et glaive (au fourreau) semblent avoir été rehaussés de rouge 269, tunique et manteau d’ocre ; on distingue également le noir qui marquait l’iris des yeux (fig. 54). La rubricatio des lettres de l’inscription était encore très nette ; elle l’est aussi sur la stèle de l’aquilifer Felsonius Verus 270, datée de 243 et, de ce fait, plus récente que toutes les autres de la II Parthica où elle a généralement disparu (il en demeure cependant sur le cippe d’Aur. Surus 271). Quelques vagues traces d’ocre et de rouge subsistaient encore sur la tunique, l’intérieur du grand manteau et les jambes du discens lanchiarius Aur. M(u)cianus 272 (fig. 55). Dans la niche d’un petit édicule abritant, en assez haut relief, l’image en pied d’un centurion, malheureusement anonyme pour nous, les couleurs sont plus distinctes encore (fig. 56) : une large bande rouge souligne le rebord des manches et le bas de la tunique ; le ceinturon et la vitis sont aussi en rouge ; le reste de la tunique est ocre. Une large bande rouge est également visible sur le rebord de la manche et au bas de la tunique du librarius Verinius Marinus 273 (fig. 57) ; quelques traces plus évanescentes sur le paludamentum et la capsa.

Figure 55.

Figure 55.

Cippe à pyramidion d’Aur. Mucianus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 56.

Figure 56.

Monument d’un centurion anonyme, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 57.

Figure 57.

Cippe de Verinius Marinus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

  • 274 Balty & Van Rengen 1993, no 20 p. 46.
  • 275 Balty & Van Rengen 1993, no 21 p. 47.
  • 276 Balty & Van Rengen 1993, no 27 p. 53.

48Quatre stèles retiendront plus particulièrement encore l’attention : deux de cavaliers de l’ala I Ulpia Contariorum et deux de salariarii de la même unité. Sur celle de Iulius Valerianus 274 (fig. 58), le cavalier (visage et torse rouge, cheveux et yeux noirs, jambes — pantalons ? — brun rouge) monte un cheval noir. Sur celle du duplicarius Aur. Dolens 275 (fig. 59), le défunt tient par le mors ses deux chevaux, rehaussés de rouge ; la selle est laissée sans couleur ; au fronton, le cœur de la rosace est également rouge. Le salariarius Aur. Surus 276 (fig. 60) a le visage et les jambes rouge brique, les cheveux, les sourcils et les yeux noirs ; les flammes de l’autel sur lequel il sacrifie sont rouge brique ; le corps de l’autel est plus clair. Il en allait de même sur la stèle, quasiment identique, de l’autre salariarius Aur. Paulinus, où la rosace, la main droite du défunt faisant la libation et les flammes sur le dessus de l’autel ont conservé des traces d’une polychromie identique.

Figure 58.

Figure 58.

Stèle de Iulius Valerianus

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 59.

Figure 59.

Stèle d’Aur. Dolens, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

Figure 60.

Figure 60.

Stèle d’Aur. Surus, détail

© Photo Jean-Charles Balty.

  • 277 Inédite.
  • 278 Inédite.
  • 279 Inédite.
  • 280 Balty & Van Rengen 1993, no 26 p. 52.

49La grande stèle à deux registres figurés du decurio Aelius Valerius 277, de l’ala I Flavia Augusta Britannica, comporte des traces plus évanescentes de polychromie : corps rouge et cheval ocre du décurion au premier registre ; tunique ocre et manteau rouge du sous-officier au deuxième registre, corps rouge pour le cheval de droite (dont la selle semble avoir été réservée). Le haut d’une autre stèle à double registre 278, qui semble avoir été érigée pour deux cavaliers figurés chacun dans un des registres (avec répétition, sur chaque image, de la formule D. M.), a de nettes traces de noir et de rouge (avant-train noir du cheval du premier cavalier ; jambe gauche noire, selle (?) et croupe rouges du second cheval. La grande stèle du contarius Cl. Moderatus 279 a conservé des traces de rouge sur un des lions du fronton, le corps du cavalier et de son cheval et dans le fond des lettres de l’inscription. L’inscription de la stèle du cornicen de l’ala Britannica Aurelius Disas 280 a également des restes très nets de rubricatio.

En attendant l’édition définitive…

  • 281 Dan Dana a bien voulu se joindre à nous pour l’exploiter au mieux du point de vue de l’onomastique (...)

50C’est un dossier tout à fait exceptionnel, on le voit, que celui de ces cippes, autels funéraires et stèles mis au jour à Apamée à l’occasion du démontage de la tour XV de l’enceinte urbaine : un dossier dont le nombre particulièrement élevé de représentations de légionnaires et de cavaliers vient singulièrement enrichir notre documentation figurée sur ces unités (légions et alae) de l’armée romaine durant la première moitié du iiie s., au lendemain même des réformes sévériennes ; un dossier dont l’intérêt ne saurait être négligé non plus au plan de l’onomastique, compte tenu du nombre également important de noms attestés (dédicants et dédicataires) 281 ; un dossier enfin qui apporte, au plan historique, bien des précisions sur les événements eux-mêmes, la structure de la II Parthica, son recrutement, son commandement, ses usages épigraphiques, et d’autres problèmes encore relatifs aux différents détachements venus l’épauler, puis au choix de ces alae dépêchées du Danube pour contrer les raids sassanides. Tous points dont traite, dans le détail, la publication à laquelle nous mettons la dernière main après bien des années de recherches. Le présent article ne pouvait aborder que certains d’entre eux, volontairement limités aux aspects iconographiques de ces monuments.

 

La rédaction de Syria remercie Chadi Hatoum (docteur en archéologie, UMR 7041 ArScAn) pour la traduction du résumé et des mots-clés en arabe.

Haut de page

Bibliographie

CAG Carte archéologique de la Gaule.

CSIR Corpus signorum Imperii Romani.

ILN Inscriptions latines de Narbonnaise.

IMS Inscriptions de la Mésie supérieure.

LIMC Lexicon iconographicum mythologiae classicae.

Lupa http://www.ubi-erat-lupa.org.

RISch Römische Inschriften der Schweiz.

RIU Die römischen Inschriften Ungarns.

Allmer (A.) 1875 Inscriptions antiques & du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné, III, Paris.

Allmer (A.) & Allmer (A.) 1875 Atlas des inscriptions antiques & du Moyen Âge de Vienne en Dauphiné reproduites en fac-similé, Paris.

Altmann (W.) 1905 Die römischen Grabaltäre der Kaiserzeit, Berlin.

Anderson (A. S.) 1984 Roman Military Tombstones, Haverfordwest.

Andronicos (M.) 1993 « Les “tombes macédoniennes” », R. Ginouvès et al., La Macédoine. De Philippe II à la conquête romaine, Paris, p. 147‑190.

Arte e civiltà 1964 Arte e civiltà nell’Italie settentrionale dalla Repubblica alla Tetrarchia. Cat. expos. de Bologne, Bologne.

Audin (A.) 1976 « Cippes à libation au Musée de la Civilisation gallo-romaine », Bulletin des Musées et Monuments lyonnais 5, p. 41‑48.

Audin (A.) 1986 Gens de Lugdunum (Coll. Latomus 190), Bruxelles.

Balty (J.-Ch.) 1981 Guide d’Apamée, Bruxelles.

Balty (J.-Ch.) 1987 « Apamée (1986) : nouvelles données sur l’armée romaine d’Orient et les raids sassanides du milieu du iiie siècle », CRAI, p. 213‑242 = Balty 2014, p. 159‑177.

Balty (J.-Ch.) 1988 « Apamea in Syria in the 2nd and 3rd centuries ad », JRS 78, p. 91‑104 = Balty 2014, p. 137-157.

Balty (J.) & (J.-Ch.) 2007 « Apamée, base militaire de Séleucus à Anastase », MUSJ 60, p. 111‑125.

Balty (J.) & (J.-Ch.) 2014 Apamée et l’Apamène antique, Scripta varia historica (Académie royale de Belgique. Mémoires de la Classe des Lettres in-4°, 3e sér., 2), Bruxelles.

Balty (J.-Ch.) 2016 « Le volumen ou « Schriftrolle » des stèles et cippes militaires dans l’Empire romain ; à propos des inscriptions apaméennes de la legio II Parthica », Syria 93, p. 83‑96.

Balty (J.-Ch.) & Van Rengen (W.) 1992 Apamea in Syrië. Winterkwartieren van Legio II Parthica. Romeinse grafstenen van het militaire kerkhof, Bruxelles.

Balty (J.-Ch.) & Van Rengen (W.) 1993 Apamée de Syrie. Quartiers d’hiver de la IIe Légion Parthique. Monuments funéraires de la nécropole militaire, Bruxelles.

Balty (J.-Ch.) & Van Rengen (W.) 2008 « Épigraphie. 1. Corpus des inscriptions militaires », Viviers & Vokaer 2008, p. 146‑148.

Baradez (J.) 1954 « Les nouvelles fouilles de Tipasa et les opérations d’Antonin le Pieux en Maurétanie, V. Stèles de cavaliers de l’armée de Pannonie découvertes à Tipasa. », Libyca 2, p. 113‑126.

Bauchhenss (G.) 1978 Germania Inferior. Bonn und Umgebung. Militärische Grabdenkmäler (CSIR Deutschland, III.1), Bonn.

Bechtold (Chr.) 2011 Gott und Gestirn als Präsenzformen des toten Kaisers. Apotheose und Katasterismos in der politischen Kommunikation der römischen Kaiserzeit und ihre Anknüpfungspunkte im Hellenismus (Schriften zur politischen Kommunikation 9), Göttingen.

Bérard (F.) 2007 « L’épigraphie lyonnaise », CAG 69/2, p. 163-178.

Bishop (M. C.) 2012 Handbook to Roman Legionary Fortresses, Barnsley.

Bishop (M. C.) & Coulston (J. C. N.) 2006 Roman Military Equipment from the Punic Wars to the Fall of Rome, Oxford (2e éd.).

Blavatskii (V. D.) 1954 Ocherki voyennogo dyela v antichnykh gosudarstvakh Severnogo prichernomorya, Moscou (non uidi).

Boppert (W.) 1992 Militärische Grabdenkmäler aus Mainz und Umgebung (CSIR Deutschland, II.5), Mayence/Bonn.

Boppert (W.) 1998 Römische Steindenkmäler aus Worms und Umgebung (CSIR Deutschland, II.10], Mayence/Bonn.

Boppert (W.) 2003 « Zur Sepulkralkunst im Raum der obergermanischen Provinzhauptstadt Mogontiacum. Vorbilder, Themen, Tendenzen », Noelke, Naumann-Steckner & Schneider 2003, p. 265‑284.

Borda (M.) 1958 La pittura romana (Le grandi civiltà pittoriche), Milan.

Borhy (L.) 2006 Vezetö Komárom város Római kori köemlékeihez (Acta archæologica Brigetionensia I.5), Komarom.

Borchhardt (J.) 1968 « Epichorische, gräko-persisch beeinflußte Reliefs in Kilikien. Studien zur Kunst an den Satrapenhöfen Kleinasiens », Istanbuler Mitteilungen 18, p. 161‑211.

Bošković (Dj.) 1978 « Aperçu sommaire sur les recherches archéologiques du limes romain et paléobyzantin des Portes de Fer », MÉFR Antiquité 90, p. 425-463.

Brein (F.) 1973 « Bücher auf Grabsteinen », Römisches Österreich 1, p. 1-6.

Budde (L.) 1957 Die Entstehung des antiken Repräsentationsbildes, Berlin.

Busch (A. W.) 2003 « Von der Provinz ins Zentrum – Bilder auf den Grabdenkmälern einer Elite-Einheit », Noelke, Naumann-Steckner & Schneider 2003, p. 679‑694.

Busch (A. W.) 2007 « “Militia in urbe”. The Military Presence in Rome », de Blois & Lo Cascio 2007, p. 315‑341.

CAG 01 A. Buisson, L’Ain (CAG 01), Paris, 1990.

CAG 69/2 A.-C. Le Mer & Cl. Chomer, Lyon (CAG 69/2), Paris, 2007.

Calabi Limentani (I.) 1958 Studi sulla società romana. Il lavoro artistico, Milan/Varèse.

Cambi (N.) 1989 « Bilješke uz dvije panonske nadgrobne stele », Vjesnik arheološkog muzeja u Zagrebu 22, p. 59‑76.

Canivet (P.) & Fortuna (M. T.)1969 « Recherches sur le site de Nikertai », AAAS 18, p. 37‑54.

Carrié (J.-M.) 1992 « Le soldat », A. Giardina (éd.), L’homme romain, Paris, p. 127‑172.

Castorio (J.-N.) 2003 « Remarques sur la typologie des monuments funéraires de la cité des Leuques : emprunts et originalités », Noelke, Naumann-Steckner & Schneider 2003, p. 231-243.

Christol (M.) & Drew-Bear (Th.) 1987 Un castellum romain près d’Apamée de Phrygie (Tituli Asiae Minoris, suppl. 12), Vienne.

Coulston (J. C. N.) 1987 « Roman Military Equipment on Third Century Tombstones », M. Dawson (éd.), Roman Military Equipment. The Accoutrements of War. Proceedings of the Third Roman Military Equipment Research Seminar (BAR IS 336), Oxford, p. 141‑155.

Coulston (J. C. N.) 2004 « Military Identity and Personal Self-Identity in the Roman Army », L. De Ligt, E. A. Hemelrijk & H. W. Singor (éd.), Roman Rule and Civic Life : Local and Regional Perspectives. Proceedings of the Fourth Workshop of the International Network Impact of Empire (Roman Empire, c. 200 bc -ad 476). Leiden, June 25-28, 2003, Amsterdam, p. 133-152.

Coulston (J. C. N.) 2007 « Art, Culture and Service : The Depiction of Soldiers in Funerary Monuments of the 3rd Century ad », de Blois & Lo Cascio 2007, p. 529‑561.

Cüppers (H.) et al. 1990 Die Römer in Rheinland-Pfalz, Stuttgart.

Cumont (F.) 1910 « L’aigle funéraire des Syriens et l’apothéose des empereurs », Revue de l’histoire des religions 62, p. 119‑164.

Cumont (F.) 1917 Études syriennes, Paris.

Dana (D.) 2014a Onomasticon Thracicum. Répertoire des noms indigènes de Thrace, Macédoine orientale, Mésies, Dacie et Bithynie (Μελετηματα 70), Athènes.

Dana (D.) 2014b « Notices épigraphiques et onomastiques, II », ZPE 190, p. 149-167.

Darblade-Audoin (M.-P.) 2006 Lyon (Nouvel Espérandieu. Recueil général des sculptures sur pierre de la Gaule II), Paris.

de Blois (L.) & Lo Cascio (E.) éd. 2007 The Impact of the Roman Army (200 bc – ad 476) : Economical, Social, Political, Religious and Cultural Aspects, Leyde/Boston.

de Matos (J. L.) 1995 Colecção de escultura romana (Inventário do Museu nacional de arqueologia), Lisbonne.

Depeyrot (G.) 2011 Les légions face aux Barbares. La colonne de Marc Aurèle, Paris.

Devijver (H.) 1992 The Equestrian Officers of the Roman Imperial Army, II (Mavors. Roman Army Researches IX), Stuttgart.

Devijver (H.) & Van Wonterghem (F.) 1990 « The Funerary Monuments of Equestrian Officers of the Late Republic and Early Empire in Italy (50 bc - 100 ad) », Ancient Society 21, p. 59-98 = Devijver 1992, p. 154‑211.

Drijvers (H. J. W.) 1976 The Religion of Palmyra (Iconography of Religions XV.15), Leyde.

Durry (M.) 1938 Les cohortes prétoriennes (BÉFAR 146), Paris.

Eckhart (L.) 1976 Die Skulpturen des Stadtgebietes von Lauriacum (CSIR Österreich, III.2), Vienne.

Espérandieu (E.) 1910 Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, III, Paris.

Espérandieu (E.) 1931 Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Germanie romaine, Paris/Bruxelles.

Facella (M.) & Speidel (M. A.) 2011 « From Dacia to Doliche (and back). A new Gravestone for a Roman Soldier », E. Winter (éd.), Von Kummuh nach Telouch. Historische und archäologische Untersuchungen in Kommagene (Asia Minor Studien 64), Bonn, p. 207‑215.

Farkas (Z.) & Gabler (D.) 1994 Die Skulpturen des Stadtgebietes von Scarbantia und der Limesstrecke Ad Flexum – Arrabona (CSIR Ungarn II), Budapest.

Faure (P.) 2013a L’aigle et le cep. Les centurions légionnaires dans l’Empire des Sévères (Scripta Antiqua 54), Bordeaux.

Faure (P.) 2013b « Avec ou sans les proches : la IIe légion parthique et l’entourage des soldats durant les expéditions de la première moitié du iiie siècle », Cahiers du Centre Gustave-Glotz 24, p. 241‑266.

Ferri (S.) 1933 Arte romana sul Danubio : considerazioni sullo sviluppo, sulle derivazioni e sui caratteri dell’arte provinciale romana, Milan.

Franzoni (C.) 1982 « Il monumento funerario patavino di un militare e un aspetto dei rapporti artistici tra zone provinciali », Rivista di archeologia 6, p. 47‑51.

Franzoni (C.) 1987 Habitus atque habitudo militis. Monumenti funerari di militari nella Cisalpina romana (Studia archæologica 45), Rome.

Frenz (H. G.) 1985 Römische Grabreliefs in Mittel- und Süditalien, Rome.

Gabelmann (H.) 1972 « Die Typen der römischen Grabstelen am Rhein », BJb 172, p. 65‑140.

Gabelmann (H.) 1973 « Römische Grabmonumente mit Reiterkampfszenen im Rheingebiet », BJb 173, p. 132‑200.

Gamer G. 1989 Formen römischer Altäre auf der Hispanischen Halbinsel (Madrider Beiträge 12), Mayence.

García y Bellido (A.) 1949 Esculturas romanas de España y Portugal, Madrid.

Gargiulo (Al.) 2005 Antiqua marmora. Reperti di epoca romana nei castelli della Provincia di Udine, Udine (non uidi).

Giuliano (A.) 1984 Museo Nazionale Romano. Le sculture, I.7.1, Rome.

Goldman (B.) & Little (A. M. G.) 1980 « The Beginning of Sasanian Painting and Dura-Europos », Iranica antiqua 15, p. 283‑298.

Grabar (A.) 1966 Le premier art chrétien (200-395) (L’Univers des Formes), Paris.

Guarducci (M.) 1970 « L’epigramma greco del bambino Eutyches ad Albano Laziale », Rendiconti dell’Accademia dei Lincei, 8e sér., 25, p. 167‑174.

Harl (O.) 1996 « Die Kataphraktarier im römischen Heer — Panegyrik und Realität », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz 43, p. 601‑627.

Hatt (J.-J.) 1964 Strasbourg, Musée archéologique : sculptures antiques régionales (Inventaire des collections publiques françaises 9), Paris.

Henig (M.) 1993 Roman Sculpture from the Cotswold Region (CSIR Great Britain, I.7), Oxford.

Hofmann (H.) 1905 Römische Militärgrabsteine der Donauländer (Sonderschrift des Österreichischen archäologischen Institutes 5), Vienne.

Huskinson (J.) 1994 Roman Sculpture from Eastern England (CSIR Great Britain, I.8), Oxford.

ILNarb., V.3. B. Rémy et al., Inscriptions latines de Narbonnaise, V.3. Vienne (Gallia, suppl. XLIV), Paris, 2005.

Kastelic (J.) 1997 « Symbolische Darstellungen auf den römischen Grabmonumenten in Šempeter bei Celje », B. Djurić & I. Lazar (éd.), Akten des IV. internationalen Kolloquiums über Probleme des provinzialrömischen Kunstschaffens. Celje 8.-12. Mai 1995 (Situla 36), Ljubljana, p. 9‑20.

Keppie (L.) 1991 « A Centurion of Legio Martia at Padova? », Journal of Roman Military Equipment Studies 2, p. 115-121 = L. Keppie 2000, Legions and Veterans. Roman Army Papers 1971-2000 (Mavors. Roman Army Researches 12), Stuttgart, p. 68‑74.

Kitzinger (E.) 1977 Byzantine Art in the Making. Main Lines of stylistic Development in Mediterranean Art 3rd - 7th Century, Londres.

Kleiner (D. E. E. )1987 Roman imperial funerary Altars with Portraits (Archaeologica 62), Rome.

Klemenc (J.) 1961 Rimske izkopanine v Šempetru, Ljubljana.

Klemenc (J.) Kolšek (V.) & Petru (P.) 1972 Antične grobnice v Šempetru. Antike Grabmonumente in Šempeter (Katalogi in monografije 9), Ljubljana.

Knipovich (A. N.) 1949 Tanais, Moscou/Léningrad (non uidi).

Koch (G.) 1993 Sarkophage der römischen Kaiserzeit, Darmstadt.

Kockel (V.) 1993 Porträtreliefs stadtrömischer Grabbauten. Ein Beitrag zur Geschichte und zum Verständnis des spätrepublikanisch-frühkaiserzeitlichen Privatporträts (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur 12), Mayence.

Kremer (G.) 2001 Antike Grabbauten in Noricum. Katalog und Auswertung von Werkstücken als Beitrag zur Rekonstruktion und Typologie (Österreichisches archäologisches Institut. Sonderschriften 36), Vienne.

Krüger (M.-L.) 1970 Die Reliefs des Stadtgebietes von Carnuntum, 1. Die figürlichen Reliefs (CSIR Österreich, I.3), Vienne.

Laubry (N.) 2009 « Les inscriptions funéraires des monuments lyonnais », Chr. Goudineau (dir.), Rites funéraires à Lugdunum, Paris, p. 135‑153.

Lullies (R.) & Hirmer (M.) 1956 La sculpture grecque, Paris.

Maier J.-L.) 1983 Genavae Augustae. Les inscriptions romaines de Genève (Hellas et Roma II), Genève.

Mattern (M.) 1999 Germania Superior. Die römischen Steindenkmäler des Stadtgebietes von Wiesbaden und der Limesstrecke zwischen Marienfels und Zugmantel (CSIR Deutschland, II.11), Mayence.

Mattern (M.) 2003 « Bilder Römischer Reitkunst », Noelke, Naumann-Steckner & Schneider 2003, p. 291‑306.

Mendel (G.) 1912-1914 Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines (Musées impériaux ottomans, I-III), Constantinople.

Mercando (L.) & Paci (G.) 1998 Stele romane in Piemonte (Monumenti antichi dei Lincei, Misc. V), Rome.

Mielczarek (M.) 1999 The Army of the Bosporan Kingdom, Lodz.

Mihailov (G.) 1958 [1978] Inscriptiones graecae in Bulgaria repertae, II, Sofia.

Minas-Nerpel (M.) 2009 « Griechische und römische Reiterdarstellungen », F. Hoffmann, M. Minas-Nerpel & St. Pfeiffer, Die dreisprachige Stele des C. Cornelius Gallus (Archiv für Papyrusforschung, suppl. 9), Berlin, p. 20‑26.

Mirković (M.) 2007 Moesia Superior. Eine Provinz an der mittleren Donau (Orbis provinciarum — Die Provinzen des römischen Reiches), Mayence.

Mitchell (S.) & French (D.) 2012 The Greek and Latin Inscriptions of Ankara (Ancyra), I. From Augustus to the End of the Third Century ad (Vestigia. Beiträge zur alten 62), Munich.

Modugno (S.) 1979 « Supplemento epigrafico albano (parte prima) », Documenta Albana, 2e sér., 1, p. 83‑96.

Modugno Tofini (S.) 1981 « Legio Secunda Parthica — ΑΛΒΑΝΙΟΙ », Documenta Albana, 2e sér., 3, p. 45‑62.

Modugno Tofini (S.) 1986 « Due nuovi cippi iscritti dal sepolcreto alla Selvotta », Documenta Albana, 2e sér., 8, p. 33‑40.

Modugno Tofini (S.) 1987 « Le iscrizioni conservate nel parco archeologico del Museo Civico di Albano », Documenta Albana, 2e sér., 9, p. 51‑64.

Modugno Tofini (S.) 1988 « Le iscrizioni di Villa Strozzi Albani sita », Documenta Albana, 2e sér., 10, p. 17‑27.

Moro (Pl. M.) 1956 Iulium Carnicum (Zuglio), Rome.

Nagy (M.) 2007 Lapidárium (A Magyar Nemzeti Múzeum régészeti kiállításánák vezetöje : Római kötár), Budapest.

Németh (M.) 1999 Vezetö az Aquincumi Múzeum kötárában, Budapest.

Neumann (A.) 1967 Die Skulpturen des Stadtgebietes von Vindobona (CSIR Österreich, I.1), Vienne.

Noelke (P.) 1972 « Römische Grabsteine der Rheinzone mit Barbarendarstellungen », Das Rheinische Landesmuseum — Berichte aus der Arbeit des Museums 1, p. 10‑13.

Noelke (P.) 1977 « Grabsteine aus dem römischen Neuss », Neusser Jahrbuch, p. 5-21.

Noelke (P.) 1986 « Ein neuer Soldatengrabstein aus Köln », Studien zu den Militärgrenzen Roms, III (Forschungen und Berichte für Vor- und Frühgeschichte Baden-Württemberg 20), Stuttgart, p. 213‑225.

Noelke (P.), Naumann-Steckner (F.) & Schneider (B.) éd. 2003 Romanisation und Resistenz in Plastik, Architektur und Inschriften der Provinzen des Imperium Romanum. Neue Funde und Forschungen (Akten des VII. internationalen Colloquiums über Probleme des provinzialrömischen Kunstschaffens. Köln, 2. bis 6. Mai 2001), Mayence.

Pahtakari R. 1973 « Materiali, tipi, forme e decorazioni », P. Castrén et al., Le iscrizioni della necropoli dell’Autoparco vaticano (Acta Instituti Romani Finlandiae VI), Rome, p. 95‑104.

Parlasca (Kl.) 1982 Syrische Grabreliefs hellenistischer und römischer Zeit. Fundgruppen und Probleme (Trierer Winckelmannsprogramm 3), Mayence.

Parra (M. C.) 1979 « Una stele di Roma ritrovata a Livorno », Studi per Enrico Fiumi, Pise, p. 121‑139.

Pflug (H.) 1989 Römische Porträtstelen in Oberitalien. Untersuchungen zur Chronologie, Typologie und Ikonographie, Mayence.

Pfuhl (E.) & Möbius (H.) 1977 Die ostgriechischen Grabreliefs I, Mayence.

Piccottini (G.) 1994 Grabstelen, Reiter- und Soldatendarstellungen sowie dekorative Reliefs des Stadtgebietes von Virunum und Nachträge zu CSIR-Österreich II/1-4 (CSIR Österreich II.5), Vienne.

Picozzi (M. Gr.) 1979 « Una stele di legionario ad Albano Laziale », Archeologia classica 31, p. 167‑184.

Pochmarski (E.) 2007 « Porträtstelen in Noricum. Ausdruck des Repräsentationsstrebens städtischer Eliten ? », E. Walde & B. Kainrath (éd.), Die Selbstdarstellung der römischen Gesellschaft in den Provinzen im Spiegel der Steindenkmäler. IX. Internationales Kolloquium über Probleme des provinzialrömischen Kunschaffens (Ikarus. Innsbrucker klassisch-archäologische Universitätsschriften 2), Innsbruck, p. 381‑392.

Pochmarski (E.) & Pochmarski-Nagele (M.) 2013 « Die Sarkophage von Intercisa », Funerary Sculpture of the Western Illyricum and neighbouring Regions of the Roman Empire. Split Sept. 27th to Sept. 30th 2009, Split, p. 281‑302.

Price (J. E.) 1880 On a Bastion of London Wall : or Excavations in Camomile Street, Bishopsgate, Londres.

Rebecchi (F.) 1980 « Ritratto e iconografia romana. Aspetti del problema nell’Italia centro-settentrionale tra I sec. a. C. e II sec. d. C. », Archeologia classica 32, p. 108‑130.

Religiões da Lusitânia 2002 Religiões da Lusitânia. Loquuntur saxa (Museu Nacional de Arqueologia), cat. expo., Lisbonne.

Rémondon (R.) 1970 La crise de l’Empire romain. De Marc Aurèle à Anastase (Nouvelle Clio. L’Histoire et ses problèmes 11), Paris.

Rinaldi Tufi (S.) 1971 « Stele funerarie con ritratti di età romana nel Museo archeologico di Spalato. Saggio di una tipologia strutturale », Memorie dell’Accademia nazionale dei Lincei, 8e sér., XVI.3, p. 87‑167.

Rinaldi Tufi (S.) 1983, Yorkshire (CSIR Great Britain I.3), Oxford.

Rinaldi Tufi (S.) 1984 « ”Stehende Soldaten” nella Renania romana. Problemi di iconografia e di produzione artistica », Prospettiva 38, p. 16‑29.

Rinaldi Tufi (S.) 1988Militari romani sul Reno. L’iconografia degli « stehende Soldaten » nelle stele funerarie del I secolo d. C. (Archaeologica 92), Rome.

Rinaldi Tufi (S.) 1996 « Sulle tracce di uno schema iconografico : ”stehende Soldaten” nelle regioni danubiane », M. Buora (éd.), Lungo la via dell’ambra. Apporti altoadriatici alla romanizzazione dei territori del Medio Danubio (I sec. a.C. – I sec. d.C.). Atti del Convegno di studio Udine – Aquileia 1994, Udine, p. 273-280.

Ritterling (E.) 1925 E. Ritterling, « Legio », Realencyclopädie, XII.2, col. 1329-1829.

Rocchetti (L.) 1967-1968 L. Rocchetti, « Su una stele del periodo tetrarchico », Annuario della Scuola archeologica italiana di Atene 45-46, p. 487-498.

Rostovtzeff (M. I.) Brown (F. E.) & Welles (C. B.) 1939 The Excavations at Dura-Europos. Preliminary Report of the Seventh and Eighth Seasons of Work 1933-1934 and 1934-1935, New Haven.

Sachs (Chr.) & Bopearachchi (O.) 2001 « Armures et armes des Indo-Scythes d’après leurs émissions monétaires et les données archéologiques », Topoi 11, p. 321‑355.

Sanader (M.) 2003 « Grabsteine der Legio VII aus Tilurium – Versuch einer Typologie », Noelke, Naumann-Steckner & Schneider 2003, p. 501‑510.

Santa Maria Scrinari (V.) 1972 Museo archeologico di Aquleia. Catalogo delle sculture romane (Cataloghi dei musei e gallerie d’Italia), Rome.

Sayar (M.) 1998 Perinthos – Herakleia (Marmara Ereğlisi) und Umgebung, Vienne.

Schleiermacher (M.) 1981 « Zu Ikonographie und Herleitung des Reitermotivs auf römischen Grabsteinen », Boreas 4, p. 61‑96.

Schleiermacher (M.) 1984 Römische Reitergrabsteine. Die kaiserzeitlichen Reliefs des triumphierenden Reiters (Abhandlungenzur Kunst-, Musik- und Literaturwissenschaft 338), Bonn.

Schlumberger (D.) 1951 La Palmyrène du Nord-Ouest (BAH XLIX), Paris.

Schober (A.) 1923 Die römischen Grabsteine von Noricum und Pannonien (Österreichisches archäologisches Institut, Sonderschrift 10), Vienne.

Schwertheim (E.) & Şahin (S.) 1977 « Neue Inschriften aus Nikomedia und Umgebung », ZPE 24, p. 259‑264.

Selzer (W.), Deker & Do Paço 1988 Römische Steindenkmäler. Mainz in römischer Zeit. Katalog zur Sammlung in der Steinhalle (Landesmuseum Mainz), Mayence.

Seston (W.) 1949 « L’épitaphe d’Eutychos et l’héroïsation par la pureté », Hommages à Joseph Bidez et à Franz Cumont (Coll. Latomus 2), Bruxelles, p. 313‑322.

Settis (S.), La Regina (A.), Agosti (G.) & Farinella (V.) 1988, La Colonna Traiana, Turin.

Sherk (R. K.) 1988 The Roman Empire: Augustus to Hadrian (Translated Documents of Greece and Rome 6), Cambridge.

Shtitelman (F. M.) 1977 Antique Art (Works of World Art in the Museums of Ukraine), Kiev.

Spalthoff (B. H.) 2010 Repräsentationsformen des rômischen Ritterstandes (Tübinger archäologische Forschungen 7), Rahden/Westf.

Speidel (M.) 1976 « Eagle-Bearer and Trumpeter. The Eagle-Standard and Trumpets of the Roman Legions illustrated by three Tombstones recently found at Byzantion », BJb 176, p. 123-163 = Speidel 1984, p. 3‑43.

Speidel (M.) 1984 Roman Army Studies, I (Mavors. Roman Army Researches II), Amsterdam.

Speidel (M.) 1983 « Exploratores. Mobile Elite Units of Roman Germany », Epigraphische Studien 13, Cologne/Bonn, p. 63‑78.

Speidel (M. P.) 1985 « Bithynian Gravestones of Roman Legionaries », Epigraphica Anatolica 5, p. 89‑95.

Speidel (M. P.) 1987 « Horsemen in the Pannonian Alae », Saalburg-Jahrbuch 43, p. 61-65 = Speidel 1992a, p. 62‑66.

Speidel (M. P.) 1992a Roman Army Studies, II (Mavors. Roman Army Researches VIII), Stuttgart.

Speidel (M. P.) 1992b « Roman Army Pay Scales », JRS 82, p. 87‑106.

Speidel (M. P.) 1993 « The Fustis as a Soldier’s Weapon », Antiquités africaines 29, p. 137‑149.

Speidel (M. P.) 1994a Die Denkmäler der Kaiserreiter. Equites singulares Augusti (BJb, suppl. 50), Cologne/Bonn.

Speidel (M. P.) 1994b Riding for Caesar. The Roman Emperors’ Horse Guard, Londres.

Sperti (L.) 2010 « Modalità di autorappresentazione nei monumenti funerari di Udine e provincia », Ostraka 19, p. 147‑158.

Stilp (Fl.) 2001 Mariage et suovetaurilia. Étude sur le soi-disant « Autel de Domitius Ahenobarbus » (Rivista di archeologia, suppl. 26), Rome.

Stoll (O.) 1997 « Die Benefiziarier. Rangordnung und Funktion. Einige Bemerkungen zur neueren Forschung », Lavern 8, p. 93-112 = Stoll (O.) 2001 Römisches Heer und Gesellschaft. Gesammelte Beiträge 1991-1999 (Mavors. Roman Army Researches 13), Stuttgart, p. 280‑299.

Sumner (r.) & D’Amato (R.) 2009 Arms and Armour of the Imperial Roman Soldier, I. From Marius to Commodus, 112 bc - ad 192, Londres.

Szönyi (E.) 2003 Vezetö a Györi Múzeum római kori lapidáriumában (Guide to the Roman Stonework Finds in the Museum of Györ), Györ.

Țeposu Marinescu (L.) 1982 Funerary Monuments in Dacia Superior and Dacia Porolissensis (BAR IS 128), Oxford (non uidi).

Tončinić (D.) & Ivčević (S.) 2013 « Das Projekt Tilurium – Waffendarstellungen auf Grabstelen aus Tilurium », Weapons and Military Equipment in a Funerary Context. Proceedings of the XVIIth Roman Military Equipment Conference, Zagreb 2010, Zagreb, p. 493‑516.

Tortorici (E.) 1975 Castra Albana (Forma Italiae, I.11), Rome.

Toynbee (J. M. C.) 1964 Art in Britain under the Romans, Oxford.

Trillmich (W.) et al. 1993 Denkmäler der Römerzeit (Hispania Antiqua 2), Mayence.

Ubl (H.) 2013 Waffen und Uniform des römischen Heeres der Prinzipatsepoche nach den Grabreliefs Noricums und Pannoniens (Austria Antiqua 3), Vienne.

Van Rengen (W.) 1969 « Inscriptions grecques et latines », Colloque Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1965-1968. Actes du colloque tenu à Bruxelles les 29 et 30 avril 1969 (Fouilles d’Apamée de Syrie. Miscellanea 6), Bruxelles, p. 95‑103.

Van Rengen (W.) 1972 « Nouvelles inscriptions grecques et latines », Colloque Apamée de Syrie. Bilan des recherches archéologiques 1969-1971. Actes du colloque tenu à Bruxelles les 15, 17 et 18 avril 1972 (Fouilles d’Apamée de Syrie. Miscellanea 7), Bruxelles, p. 97‑112.

Van Rengen (W.) 1994 « Le cursus d’un centurion de la Legio IV Scythica à Apamée de Syrie », Studia varia Bruxellensia III, Louvain, p. 185‑200.

Verhoogen (V.) 1964 Apamée de Syrie aux Musées royaux d’art et d’histoire, Bruxelles.

Visy (Z.) 1988 Der pannonische Limes in Ungarn, Stuttgart.

Viviers (D.) & Vokaer (A.) 2008 « Travaux de la Mission archéologique belge à Apamée de Syrie. XLIe campagne (2007) », Revue belge de philologie et d’histoire 86, p. 115‑150.

von Hesberg (H.) 1992Römische Grabbauten, Darmstadt.

von Moock (D. W.) 1998 Die figürlichen Grabstelen Attikas in der Kaiserzeit (Beiträge zur Erschließung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur 19), Mayence.

Vorbeck (E.) 1980 Militärinschriften aus Carnuntum, Vienne (2e éd.).

Waebens (S.) 2012 Picturing the Roman Army in Third-Century Egypt. Tombstones from the Military Necropolis at Nikopolis, thèse de la Katholieke Universiteit Leuven, Louvain.

Wagner (F.), Gamer (G.) & Rüsch (A.) 1973 Raetia (Bayern, südlich des Limes) und Noricum (Chiemseegebiet) (CSIR Deutschland, I.1), Bonn.

Wagner (J.) 1976 Seleukeia am Euphrat/Zeugma (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients 10), Wiesbaden.

Webster (Gr.) 1985 [1998] The Roman Imperial Army of the First and Second Centuries ad, Londres [3e éd., rééd. Norman OK, 1998].

Weitzmann (K.) 1977 Manuscrits gréco-romains et paléochrétiens, Paris.

Wright (R. P.) & Richmond (I. A.) 1955 Catalogue of the Roman inscribed and sculptured Stones in the Grosvenor Museum, Chester.

Haut de page

Notes

1 Balty 1987 et 1988 ; Van Rengen 1994.

2 Balty & Van Rengen 1992 et 1993.

3 Il va sans dire que cet article, comme les précédents, doit beaucoup aux fructueuses discussions que j’ai, depuis bien des années maintenant, avec Wilfried Van Rengen sur ces différents documents ; qu’il soit assuré, une fois encore, de ma vive reconnaissance ! Cécile Evers m’a très amicalement fait parvenir plusieurs photos ou articles qui m’étaient inaccessibles ; je tiens également à l’en remercier ici.

4 IGLS 1357-1362, 1371-1372, 1375.

5 Van Rengen 1969, p. 99-101, pl. XXXVIII et Van Rengen 1972, p. 97-102, pl. XXV-XXVII.

6 Le chiffre de « some 200 monuments of the third-century field army » donné par Speidel 1989 [1992a], p. 100 [14] en l’attente d’une publication exhaustive de l’ensemble de ces textes est nettement surestimé ; celui de Facella & Speidel 2011, p. 211-212 (« well over 100 funerary inscriptions »), tient sans doute compte des photographies de documents qui ont filtré petit à petit sur Internet depuis le démontage de la tour XV par les soins des fouilleurs et l’installation des monuments dans la cour du musée d’Apamée ; pour ces mises en ligne successives d’inscriptions « inédites », cf. également Faure 2013b, p. 244-245 et 261.

7 Auxquels s’ajoutent quelques très rares monuments antérieurs, dont deux stèles d’equites singulares (Speidel 1994a, nos 689-690 p. 374-375), et quelques-uns, tout aussi rares, de vétérans de diverses unités. Pour la « vocation militaire » de la ville tout au long de son histoire, cf. Balty 2007.

8 Ritterling 1925, col. 1477-1482 ; pour le camp d’Albano, Tortorici 1975 ; Bishop 2012, p. 45-46.

9 Balty 1987, p. 229 et fig. 8, et 1988, p. 102, pl. XV.2.

10 Ci-dessous.

11 C’est également ce qui a conduit Busch 2003, p. 682-691, à réexaminer, du point de vue de la typologie des monuments et de leur iconographie, le gros corpus de stèles des equites singulares (quelque 750 exemplaires) édité par Speidel 1994a.

12 Toynbee 1964, p. 185 évoque, pour la très belle stèle de Colchester (pl. XLVI a), la possibilité qu’elle ait été réalisée par « a first-rate legionary sculptor » (c’est moi qui souligne l’expression) ; Huskinson 1994, p. 23 parle à son tour d’un « legionary craftsman ».

13 Balty & Van Rengen 1993, no 13 p. 35, fig.

14 Balty & Van Rengen 1993, no 17 p. 40-41, fig.

15 Balty & Van Rengen 1993, nos 3 p. 24, 8 p. 30, 10 p. 32 et 14 p. 36-37, fig.

16 Balty & Van Rengen 1993, no 3 p. 24, fig.

17 Balty & Van Rengen 1993, nos 6 p. 27, 21 p. 47 et 27 p. 53, fig.

18 Balty & Van Rengen 1993, no 22 p. 48, fig.

19 Balty & Van Rengen 1993, nos 4 p. 25, 11 p. 33 et 16 p. 39, fig.

20 Pour ceux-ci, cf. notamment les exemples illustrés dans Balty 1981, nos 2-8 p. 192-195, fig. 207-213.

21 La stèle dressée par Aur. Montanus à son fils en 221, soit entre l’expédition de Caracalla — et le premier séjour de la II Parthica à Apamée — et celle de Sévère Alexandre — et son deuxième séjour —, est de type local : Balty & Van Rengen 2008, p. 147‑148.

22 Rares sont les stèles. On n’en connaît, à ce jour, que trois (Picozzi 1979, p. 171-172) : celle d’Eutychès, souvent étudiée ou citée en raison de l’épigramme bilingue qui l’accompagne et de son intérêt au plan des croyances eschatologiques (Seston1949 ; Guarducci 1970 ; Wrede 1981, no 104 p. 230-231 ; Bechtold 2011, p. 401-402 fig. 56 et 436-437), celle d’Aur. Eptecentus dont on trouvera différentes photographies aujourd’hui sur Internet (AE 1955, 26 ; Tortorici 1975, fig. 314 p. 168. Photo G. Alföldy (ED019104) sur le site de l’Epigraphische Datenbank Heidelberg ; photo Musei Civici di Albano Laziale sur le site d’Ars Dimicandi Magazine, avril 2005 : « Exercitus. Hastati, Principes e Triari : dalla Repubblica all’Impero ») et celle publiée précisément par M. Gr. Picozzi (Picozzi 1979, p. 167-170, pl. LXIV-LXVI), tout à fait exceptionnelle par sa taille (haut. 1,34 m – mais il manque toute la partie inférieure avec l’inscription –, larg. 0,73 m. L’ensemble atteignait très certainement ou dépassait même 2 m si l’on compare la hauteur respective des différents éléments de la stèle [fronton, panneau avec la représentation du soldat, champ épigraphique] avec des monuments comme ceux des equites singulares Ulpius Victorinus et Natalinius Natalianus, Museo Gregoriano Vaticano inv. 34147 et 34148 ; cf. Speidel 1994a, nos 529-530 p. 289-290 et fig.) et la qualité de son exécution.

23 Pour ces différentes variantes, cf. Tortorici 1975, fig. 8 p. 22 et le site du Museo Civico d’Albano : http://www.museicivicialbano.it/necropoli_della_II_legione_partica.html.

24 Modugno Tofini 1981, p. 45 fig. 1-4 et p. 56.

25 Pour ce type de tombe, cf. Koch 1993, p. 25-26, fig. 13 ; pour celles de la péninsule Ibérique, Trillmich et al. 1993, p. 406-408, pl. 209 a-b.

26 Notamment Modugno 1979, no 10 p. 94-95 fig. 10 ; Modugno Tofini 1986, p. 37-38 fig. 3 ; AE 1975, 151 ; Modugno Tofini 1987, p. 60-61, pl. II ; CIL, XIV, 2345 = Modugno Tofini 1987, no 2 p. 54 ; CIL, XIV, 2377 = Modugno Tofini 1988, p. 23 fig. 1 ; CIL, XIV, 2342 et 2344 (cf. Modugno Tofini 1988, p. 23).

27 Pour Brigetio, cf. Borhy 2006, no 19 p. 49-50 et fig. ; Lupa 3421 ; Kovács & Petényi 2014, p. 427-436, fig. 1-2 ; pour Aquincum, cf. Lupa 2910 et 10578.

28 Pochmarski & Pochmarski-Nagele 2013, nos 11-12 p. 15, fig. 3 ; Lupa 3534 et 3553.

29 Coulston 2007, p. 536-537, parle de « 54 grave-altars ». Il convient, à mon sens, de distinguer ces cippes des autels proprement dits ; cf. ci-dessous pour les autels. Ces cippes, d’un type somme toute banal et dont les moulures supérieures et inférieures sont souvent remplacées par un simple bandeau oblique, sont également utilisés pour la population locale ; cf. Van Rengen 1969, no 3 p. 98-99, pl. XXXVII ; Balty 1981, no 2 p. 192, fig. 207. Pour quelques exemples de cippes de soldats, et plus particulièrement en Orient, cf. Christol & Drew-Bear 1987, no 9 p. 53-54, fig. XXVIII (Apamée de Phrygie) ; Mitchell & French 2012, nos 160 p. 339-340 et 168 p. 352-353, fig. (Ankara).

30 On compte, par ailleurs, 18 stèles, 13 autels et 2 sarcophages — ces derniers adaptant en calcaire local un type de sarcophage micrasiatique (proconnésien) en marbre ; cf. Van Rengen 1972, nos 1-2 p. 98-102, pl. XXV-XXVII ; Balty 1981, p. 172, 198-199, fig. 188-194, 217-220 ; Balty & Van Rengen 1993, no 28 p. 54.

31 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.

32 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31, fig.

33 Le nom de la légion n’est pas indiqué mais il ne fait guère de doute qu’il s’agisse, ici aussi, de la II Parthica.

34 Balty & Van Rengen 1993, nos 3-5 p. 24-26.

35 Balty & Van Rengen 1993, no 7 p. 28-29 ; Van Rengen 1994, p. 189-199, pl. p. 200.

36 Allmer 1875, no 588 p. 262-263 ; Allmer & Allmer 1875, no 269.118, pl. 38-21. À la suite d’une première présentation de ces cippes que j’avais faite à l’École Normale Supérieure (janv. 1995), François Bérard m’avait amicalement suggéré ce rapprochement ; je tiens à l’en remercier très vivement encore.

37 ILNarb., V.3. Vienne, no 893 p. 313-314, fig.

38 Les quatre pentes de la pyramide n’ont pas la même inclinaison ; celle de la face principale est beaucoup plus droite que les pentes latérales (il s’agit quasiment d’un fronton, éventuellement orné d’ailleurs d’une ascia) ; l’arrière n’est souvent que très grossièrement ébauché. Le seul « vrai » pyramidion semble avoir appartenu à un cippe trouvé au même endroit que lui, à Lyon, cippe dont on n’a conservé cependant que la partie inférieure inscrite ; ce pyramidion est, de surcroît, taillé dans un bloc différent du fût : CAG 69/2, no 342 p. 428, fig. 360 (dessin de fouille d’A. Audin).

39 CIL, XIII, 2030, 2036, 2037, 2076 (?) ; Audin 1976, p. 46, fig. 4 ; Audin 1986, p. 29-30, 75, pl. V ; CAG 69/2, no 545.1 p. 605, fig. et no 546.49 p. 616, fig. ; Bérard 2007, fig. 50 p. 176. Je dois à l’amitié d’H. Savay-Guerraz de pouvoir reproduire ici la photographie de celui de Valeria Leucadia (CIL, XIII, 2036) et ne veux pas manquer de l’en remercier très chaleureusement.

40 Audin 1976, p. 41-48, frontispice et fig. 1-4 ; Laubry 2009, p. 146, fig. p. 140 et 146 (détail) ; cf. Bérard 2007, p. 172-173, fig. 46.

41 CAG 01, no 333.6 p. 139 (Anglefort) : « cippe à pyramidion » (sans illustration). Le cippe de Briord (CIL, XIII, 2467 ; CAG 01, no 185 p. 97), parfois signalé comme ayant un pyramidion, présente un couronnement à deux versants et fronton.

42 CIL, XIII, 5017 ; RISch I, 48 ; Lupa 8321 (Viez/Nyon ; photos EDCS-10800420 sur le site EDCS) et CIL, XIII, 5020 ; RISch I, 43 ; Maier 1983, no 111 p. 146 (Coppet ; photos EDCS-10800423 sur le site EDCS).

43 CIL, XIII, 5168 ; Lupa 15112 (Leuzingen).

44 Ferri 1933, fig. 451 p. 341 ; Mihailov 1958 [1978], no 687 p. 116-117, pl. 70 ; Lupa 22258. Un monument très proche de celui-ci (pyramidion à huit pans également) figurait dans une des galeries du vieux musée de Bucarest ; Ferri 1933, fig. 354 p. 275.

45 Ferri 1933, p. 342, fig. 450 ; Țeposu Marinescu 1982, no 52 p. 173 ; Lupa 21945 (Sarmizegetusa).

46 Hofmann 1905.

47 Schober 1923.

48 CIL, III, 6759 ; Mitchell & French 2012, no 44 p. 197-198, fig. J’en dois la connaissance à l’amitié de W. Van Rengen.

49 Pour ces différents mausolées, cf. von Hesberg 1992, p. 121-159, fig. 74 (Sarsina), 85 (Cologne), 86 (Tarragone), 90 (Kasserine). Je reproduis ici celui — quasiment contemporain (entre 222 et 238) des cippes apaméens, mais aujourd’hui malheureusement détruit — de T. Flavius Maximus, ex-centurion prétorien et préfet du camp de la IIIe légion Auguste à Lambèse (fig. 9) ; cf. Faure 2013, fig. 9 p. 406 et 31 p. 779.

50 Arte e civiltà 1964, I, no 273 p. 166, fig. 146 pl. LXXIV ; Santa Maria Scrinari 1972, no 376 p. 132, fig.

51 Santa Maria Scrinari 1972, no 372 p. 130, fig.

52 Santa Maria Scrinari 1972, nos 392-411 p. 137-141, fig.

53 Castorio 2003, p. 237, fig. 8-10a, qui a bien noté leur dépendance des piliers funéraires à couronnement pyramidal de la région trévire.

54 Wagner, Gamer & Rüsch 1973, nos 35-40, p. 29-30, pl. 20-22 ; Lupa 6260 et 6269.

55 Kremer 2001, nos I.134-135 p. 148, fig. 92-93 ; Lupa 4464 et 4488. Pour plusieurs autels d’environ 1,50-1,90 m de hauteur, constituant, ici aussi, autant de réductions de monuments de ce type, ibid., nos 114-122 p. 142-143, pl. 15.

56 Ţeposu Marinescu 1982, nos 13-14 p. 185 ; Lupa 12325 et 12327.

57 Balty & Van Rengen 1993, nos 5 p. 26, 12 p. 34 et 17 p. 40-41, fig.

58 Seule exception jusqu’ici, le cippe d’Aur. Mucianus (Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.), dont la mouluration très soignée de la partie supérieure, des deux côtés du renfoncement central, accentue l’impression de niche.

59 Cf., à Pesaro, l’autel de Sueto Marcellinus, tesserarius, puis eques d’une unité qui n’est pas précisée : Rebecchi 1980, p. 128, pl. XLVI.3 ; Franzoni 1987, no 38 p. 59-60, pl. XIX.3-4.

60 Inédit.

61 Inédit.

62 Balty & Van Rengen 1993, no 3 p. 24, fig.

63 Balty & Van Rengen 1993, no 7 p. 28-29, fig.

64 Le monument d’Aur. Alexander n’a ni acrotères latéraux ni décor de rosaces (par suite d’un oubli, dû à la rapidité de l’exécution ?), mais il comporte une cupule au plan supérieur ; c’est donc bien un autel, et non un cippe.

65 Balty & Van Rengen 1993, no 10 p. 32, fig.

66 Balty & Van Rengen 1993, no 11 p. 33, fig.

67 Balty & Van Rengen 1993, no 19 p. 44-45, fig.

68 Speidel 1976 [1984], p. 135-136 [15-16] a noté ce même détail pour trois stèles militaires de Byzance (dont une de la I Adiutrix et une de la II Adiutrix) et y verrait volontiers une caractéristique des monuments de Pannonie Inférieure (« a Pannonian type of stelae ? »), ce que corroborerait, selon lui, une stèle comme celle de M. Aurelius Avitianus, de Brigetio, qu’il reproduit ibid. fig. 5. Mais il y en aurait bien d’autres, tant militaires que civiles, à citer, à Rome même (Giuliano 1984, no II.34 p. 52-53 ; Pahtakari 1973, fig. p. 98 (types 4 et 10) et dans toutes les provinces de l’Empire (Italie : Regio XI, Transpadane : Mercando & Paci 1998, no 120 p. 192-193, pl. C ; Tarraconaise, Tortosa : García y Bellido 1949, no 325 pl. 255 ; Dalmatie, Salone : Rinaldi Tufi 1971, pl. V.5 et 1976, fig. 19, pl. 29, 34-35, 39, 41 ; Syrie, Zeugma : Cumont 1917, fig. 25 p. 49 ; Wagner 1976, fig. 19 et pl. 29-39 passim), qui présentent cette même caractéristique. Loin d’y reconnaître une forme locale, il convient de n’y voir qu’une simplification du type « classique » à acrotères et fronton découpés dans le bloc, et ce pour d’évidentes raisons d’économie (coût du travail) et de facilité (risques supplémentaires de bris au moment de détacher les acrotères et le sommet du fronton du reste du bloc).

69 Balty & Van Rengen 1993, no 16 p. 39, fig.

70 Balty & Van Rengen 1993, no 6 p. 27, fig.

71 Inédite.

72 Balty & Van Rengen 1993, no 16 p. 39, fig.

73 Balty & Van Rengen 2008, p. 147, pl. XX.2.

74 Ci-dessus, n. 66.

75 Ci-dessus, n. 70.

76 Verhoogen 1964, pl. 11.

77 Pflug 1989, p. 40-47 (« Architektonische Stelen »), dépliant face à la p. 320 et pl. passim.

78 Tončinić & Ivčević 2013, p. 503-504, fig. 6-7 et 12-16 (Tilurium).

79 Une sphinge, de face, occupe le fronton d’une stèle militaire de Mayence (Selzer, Deker & Do Paço 1988, fig. 39 p. 57 et cat. no 111 p. 169) ; une autre se détache en ronde bosse au sommet de la stèle d’un duplicarius de l’ala I Thracum à Colchester (Anderson 1984, pl. 15).

80 Hofmann 1905, no 29 p 40-41, fig. 63 ; Schober 1923, no 57 p. 32 ; Ubl 2013, no 65 p. XL, pl. 24 fig. 94.

81 Szönyi 2003, no 36 p. 106-107, fig.

82 Farkas & Gabler 1994, no 95 p. 80, pl. 35 ; Szönyi 2003, no 10 p. 48-50, fig.

83 Cumont 1910 et 1917, p. 35-118 (principalement 61-68). De grands aigles en ronde bosse apparaissent dans les nécropoles de Syrie du Nord : cf., pour la région d’Apamée, Canivet & Fortuna 1969, p. 52, fig. 22 ; Balty 1981, no 1 p. 192.

84 Cumont 1917, p. 51 avait également écrit : « sur les sépultures de soldats, ce pourrait être l’aigle romaine, signe de vaillance ». Rinaldi Tufi 1971, p. 135 le rappelle et va jusqu’à penser que « sulle sepolture dei soldati romani, l’aquila può essere una riproduzione della decorazione delle insegne delle legioni » ; Rinaldi Tufi 1983, p. 52 (à propos du no 83 : « It can be interpreted as the bird of apotheosis or, in the case of the burial of soldiers, as a copy of the decoration on the legionary standards ») ; Szönyi 2003, no 36 p. 107 (« an eagle, symbol of the legions »). Rarissimes sont, en réalité, les aigles que l’on puisse mettre en rapport avec les aigles de la légion ; je n’en vois qu’un seul exemple, sur la stèle d’un vétéran, ancien signifer de la legio VII Claudia à Kostolac-Viminacium(CIL, III, 12658 ; IMS, II, 121 ; Lupa 6813), où l’allusion pourrait éventuellement être invoquée mais on peut, tout aussi bien, n’y voir qu’une sorte de jeu d’images, de « clin d’œil ».

85 L’aigle qui figure au fronton de deux autres monuments des equites singulares (Speidel 1994a, nos 4 p. 36-38 et 65 p. 90) s’explique, en revanche, par la dédicace Iovi Optimo Maximo et le caractère votif de ces inscriptions.

86 Ci-dessus, n. 71-73.

87 Wagner 1976, nos 2-43 p. 176-198, fig. 19-28, pl. 29-34, 40-43.

88 Pour ceux-ci, cf., en dernier lieu, Kockel 1993 (Rome) ; Frenz 1985 (Italie centrale et méridionale). Pour l’expansion du motif dans les provinces de l’Empire, Busch 2003, p. 685.

89 Pflug 1989, nos 8, 10, 15, 16, 19, 33, 37, 44, 62, 75, 79, 81, 96, 103, 160, 192, 217, 237, 249-250, 275, 278, 290-292, 294-296, 302, 313-314 et 327, pl. passim.

90 Frenz 1985, nos 104 p. 133, 123 p. 144, 139 p. 153 et 152 p. 160, pl. 44.1, 53, 60.3, 64.1 respectivement (pour ne reprendre ici que les stèles présentant la même superposition d’un naiskos à buste et d’une inscription).

91 Hofmann no 49 ; Schober 1923, no 199 (Celeia).

92 Németh 1999, no 165 p. 60 et fig. (Aquincum) ; Szönyi 2003, no 31 p. 94-95 et fig. (Györ).

93 Shtitelman 1977, p. 76, pl. 144 (Chersonesos).

94 Cf., à la note suivante, les exemples de Tilurium (Dalmatie), où la legio VII stationna durant la première moitié du ier s. (Bishop 2012, p. 68-69).

95 Selzer, Deker & Do Paço 1988, fig. 46 p. 68, no 31 p. 128 (Mayence) ; Sanader 2003, fig. 2 p. 504, types XIII, XXI-XXIII et XXV-XXVI p. 506-508 ; Tončinić & Ivčević 2013, p. 503-504, fig. 6-7 et 12-16 (Tilurium) ; Krüger 1970 no 318 p. 53-54, pl. 62 ; Ubl 2013, no 12 p. XXV, pl. 5.18 (Carnuntum) ; Eckhart 1976, no 52 p. 47, pl. 15 ; Lupa no 496 (Enns) ; Nagy 2007, no 171 p. 155-156 et fig. (Brigetio) ; Ubl 2013, nos 24 p. XXVIII, pl. 10.36, 138 p. LIV, pl. 48.182 et 140 p. LIV-LV, pl. 48.184 (Aquincum) ; Shtitelman 1977, p. 76, pl. 144 (Chersonesos).

96 Frenz 1985, nos 3 p. 80-81, pl. 1.2 (Mentana), 128 p. 146-147, pl. 56.2 (Sepino) et 147 p. 157-158, pl. 62.2 (Teramo) ; Kockel 1993, nos D 1-2 p. 108-109, pl. 21 a-b (reliefs de Mentana et du Palais des Conservateurs), no J 1 p. 155-157, pl. 68a, 69b (relief des Gessii, Boston) et no L 9 p. 182-183, pl. 95b (« relief Lansdowne », Copenhague). Cf. Devijver & Van Wonterghem 1990 [1992], p. 61-68 [156-163], 72-74 [167-169], fig. 1-6 et 8-10 ; Spalthoff 2010, p. 77-78, pl. 66-69 fig. 189-196.

97 Balty & Van Rengen 1993, pl. 6 p. 27.

98 Speidel 1994a, no 714 p. 390 et fig., index s.v. « sagum ».

99 Verhoogen 1964, pl. 11.

100 Shtitelman 1977, p. 76, pl. 144.

101 Ci-dessus, n. 95.

102 Pour celles-ci, cf. ci-dessous.

103 Rinaldi Tufi 1983, no 44 p. 29-30, pl. 14. Je reproduis ici la belle gravure publiée dans Price 1880, pl. V face à la p. 52 ; j’en dois la photographie à la générosité de M. C. Bishop, que je me plais à remercier très sincèrement pour son aide.

104 Santa Maria Scrinari 1972, no 348 p. 119, fig. 350.

105 Hofmann, no 56 p. 69 ; Schober 1923, no 153 p. 71 ; Vorbeck 1980, no 195 p. 75-76 ; Krüger 1970, no 250 p. 36, pl. 40.

106 Klemenc 1961, pl. 11 et 34 ; Klemenc, Kolšek & Petru 1972, dépliants face aux p. 12 et 16 ; Kastelic 1997, pl. 9 ; Kremer 2001, p. 27-43, fig. 5-6 et 9-10.

107 À Apamée même, les autels et cippes de soldats appartenant à une autre légion que la II Parthica ne sont pas nombreux et il serait imprudent de tirer quelque conclusion que ce soit de ce que trois d’entre eux seulement ont une représentation de soldat ; ce sont la stèle d’Aur. Sisinna de la legio XIII Gemina (ci-dessus n. 70), le cippe du centurion Ael. Verecundinus, de la IV Scythica (ci-dessus n. 35), et celui d’un soldat de la III Gallica (?), malheureusement très abîmé.

108 25 (dont 15 ou 16 autels) ont seulement une inscription ; 3 stèles ont uniquement un aigle au fronton.

109 Boppert 1992, p. 28 ; Boppert 2003, p. 268.

110 Krüger 1970, no 319 p. 54, pl. 62 ; Vorbeck 1980, no 140 p. 56, pl. VIII.

111 Vorbeck 1980, p. 10 (« Selten findet sich im Giebel das Bildnis bzw. die Vollfigur des Toten ») et 147-148 (index, s.v. « Bildnis des Toten » et « Soldat »).

112 Hofmann, no 56 p. 69-70, fig. 48 ; Schober 1923, no 153 p. 71, fig. 74 ; Vorbeck 1980, no 195 p. 75-76 ; Krüger 1970, no 250 p. 36, pl. 40 ; Ubl 2013, no 11 p. XXIV-XXV, pl. 4 fig. 16-17.

113 Krüger 1970, nos 296-297 p. 48-49 pl. 56, 317 p. 53 pl. 62, 324 p. 55-56 pl. 65, 333-334 p. 5859 pl. 68-69 et 337 p. 59-60 pl. 69.

114 Vorbeck 1980, no 200 p. 77 ; Krüger 1970 no 318 p. 53-54, pl. 62 ; Ubl 2013, no 12 p. XXV, pl. 5 fig. 18-19.

115 Toynbee 1964, p. 185-195, pl. XLVI-XLVII.

116 Speidel 1994a ; Busch 2003 (289 des plus de 650 monuments sont figurés ; ibid., n. 6 p. 680). Les cohortes prétoriennes comptent certainement aussi au nombre de ces unités d’élite dont les monuments funéraires comportent le plus de représentations de soldats ; Durry 1938, n. 2 p. 208-209 en avait fourni une première liste, « aussi complète que possible », écrivait-il, de quelque 45 numéros ; d’autres ont été publiés depuis : Rocchetti 1967-1968 ; Parra 1979.

117 Busch 2007, p. 336-338.

118 Busch 2003, p. 692-694.

119 Bauchhenss 1978, p. 8.

120 Rinaldi Tufi 1984 ; Rinaldi Tufi 1988, p. 9-10 et 84-85 ; Rinaldi Tufi 1996.

121 Franzoni 1982, 47-48, fig. 1-4 ; Franzoni 1987, 117, cat. no 26 p. 46-48, pl. XIII-XIV.1 ; Rinaldi Tufi 1988, p. 11, pl. XXVII.1 ; Pflug 1989, no 191 p. 231-232, pl. 28.2 ; Keppie 1991 [2000], p. 113-121 [68-74] ; Spalthoff 2010, no 90 p. 198-199, pl. 8.23.

122 Moro 1956, p. 124-125, fig. 42 ; Franzoni 1987, 117, cat. no 24 p. 41-45, pl. X.1 et XI.1 ; Rinaldi Tufi 1988, p. 84-85, pl. XXVII.2 ; Gargiulo 2005, p. 21-31, fig. (non uidi) ; Sperti 2010, p. 153-154, fig. 11.

123 La grande stèle, encore en grande partie inédite, du Musée archéologique de Patras (Sumner & D’Amato 2009, fig. 132 p. 115) en fournit aujourd’hui un exemple supplémentaire, que l’on mettra vraisemblablement en rapport avec la bataille d’Actium ; mais il est prématuré d’en tenir compte pour le moment, en l’attente d’une publication quelque peu exhaustive.

124 Speidel 1976 [1984], p. 134 [14].

125 Mendel no 105 p. 264-266, fig. ; Parlasca 1982, p. 6, pl. 2.2. Pour une nouvelle lecture de l’inscription, Dana 2014b, p. 154-157.

126 Speidel 1976 [1984], p. 134 [14].

127 Andronicos 1993, fig. 146-147 p. 175-176

128 Speidel 1976 [1984], p. 134 [14] (« By the time of Augustus, this type of stelae had migrated to northern Italy whence recruits for the Rhine army brought it to Germany »). Picozzi 1979, p. 172, parle d’un type de représentation de soldat « di derivazione greca », renvoyant sur ce point à Noelke 1977, p. 12

129 Pour ces différents types, cf. LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », p. 516-521 (E. Simon). Un même schéma iconographique est parfois repris pour Minerve, sur quelques bases « aux quatre dieux » notamment (Hatt 1964, no 77, fig. ; Selzer, Deker & Do Paço 1988, no 147 p. 188, fig. ; cf. LIMC, II, 1984, nos 323-324 p. 1097, pl.), voire deux reliefs palmyréniens figurant Allath-Athéna (Drijvers 1976, p. 20, pl. LVI.1-2).

130 Gamer 1989, p. 175 (ALA 20), pl. 91a ; Trillmich et al. 1993, p. 395, pl. 196a (en fait, 196b) ; de Matos 1995, p. 88-89 no 40, pl. ; Religiões da Lusitânia 2002, 42 no 93, fig.

131 Henig 1993, nos 48-61 p. 18-22, pl. 15-16 et 19.

132 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », p. 559-564 (G. Bauchhenss), pl. nos 425, 467-468, 521, 528 p. ex. ; cf. également Hatt 1964, no 101 fig. ; Selzer, Deker & Do Paço 1988, no 145 p. 187, fig.

133 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », no 282 p. 535-536 (E. Simon), pl.

134 Stilp 2001, p. 52, fig. 32 et 70.

135 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », nos 231, 233,-234 p. 530 (E. Simon), pl.

136 LIMC, II, 1984, s.v. « Ares/Mars », nos 478 e, 478 h et 484 p. 565-566 (G. Bauchhenss), pl. ; Bishop & Coulston 1993, fig. 100.3 p. 142 et 114.3 p. 158.

137 Balty & Van Rengen 1993, no 4 p. 25, fig.

138 Balty & Van Rengen 1993, no 3 p. 24, fig.

139 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31.

140 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.

141 Ci-dessus n. 138.

142 Espérandieu 1931, no 11 p. 13-14, fig. ; Mattern 1999, no 8 p. 66-68, pl. 4 ; cf. Bishop & Coulston 2006, fig. 3.1 p. 11.

143 Settis, La Regina, Agosti & Farinella 1988, pl. p. 261.

144 Depeyrot 2011, fig. p. 69.

145 Ubl 2013, no 91 p. XLVI, pl. 32.127 ; RIU III, 720 p. 92, pl. LIX.

146 Pfuhl & Möbius 1977, no 311 p. 119-120, fig. 24 ; Coulston 1987, pl. 2 p. 142 ; Speidel 1983 [1992a], p. 71 [97], fig. 4 ; Sayar 1998 no 81 p. 268-269, pl. XXI.

147 Speidel 1976 [1984], p. 132-133 [12-13], fig. 4 ; Pfuhl & Möbius 1977, no 318 p. 120-121 ; Sayar 1998, no 74 p. 260-261, pl. XX.

148 Schwertheim & Şahin 1977, no 8 p. 263-264, pl. VIIc ; Speidel 1985 [1992a], no 3 p. 90-91, pl. 9b [181-182 et 187 fig. b].

149 Bishop & Coulston 2006, pl. 6c.

150 Borda 1958, fig. p. 374 ; Kitzinger 1977, fig. 120.

151 LIMC, V, 1990, s.v. « Horos », p. 538-542 (M.-O. Jentel), pl. nos 5-7 et passim.

152 LIMC, V, 1990, no 48 p. 540-541 et pl.

153 LIMC, VII, 1994, s.v. « Shadrapha, Satrapes », p. 751 no 7 (Chr. Augé), pl.

154 LIMC, VII, 1994, no 3 p. 750-751 et pl. 

155 Schlumberger 1951, no 1 p. 64, 126, pl. XXVII.4 ; Drijvers 1976, p. 21, 34, pl. LXI.1.

156 LIMC, I, 1981, s.v. « Aglibol », p. 298-302 (M. Le Glay) et pl. nos 7, 14, 20, 22 et 24-25.

157 LIMC, II, 1984, s.v. « Arsu », p. 615-618 (P. Linant de Bellefonds) et pl. nos 1-2, -6, 12, 15 et 18.

158 LIMC, V, 1990, s.v. « Iarhibôl », p. 624-626 (P. Linant de Bellefonds), pl. nos 1, 7, 13, 16 et 19.

159 Schlumberger 1951, no 2 p. 71 pl. XXXII.2, nos 7-8 p. 77-78 pl. XXXV.3-4 et no 4 p. 88-89 pl. XLI.4 ; Drijvers 1976, p. 22, pl. LXXIII.1-2, LXXIV.2 et LXXV.2.

160 Schlumberger 1951, no 1 p. 67, pl. XXIX.1 ; Drijvers 1976, p. 19, 32, pl. LIV.2.

161 Henig 1993, p. XIX, nos 131-132 p. 43-44, pl. 33-34.

162 Santa Maria Scrinari 1972, no 351 p. 120, pl. (Aquilée) ; Franzoni 1987, no 61 p. 88-89, pl. XXIX.3-4 (Belgioioso) ; Szilágyi 1956, p. 62, pl. XXXVI (Aquincum) ; Waebens 2012, nos 13 p. 80-83, 16 p. 88-92 et 19 p. 96-99, pl. XIII, XVI, XIX (Alexandrie) ; Hatt 1964, no 202 (Strasbourg, stèle de Lepontius) ; Sayar 1998, no 82 p. 269-270, pl. XXII (Périnthe). Cf. également une stèle de soldat, apparemment inédite, photographiée dans la nécropole de Cyrrhus : http://www.livius.org/ct-cz/cyrrhus/cyrrhus.html.

163 Santa Maria Scrinari 1972, no 350 p. 120, pl.

164 von Moock 1998, nos 249 p. 131-132 et 557 p. 190-191, pl. 37b et 68c respectivement.

165 Santa Maria Scrinari 1972, no 349 p. 119, pl.

166 Santa Maria Scrinari 1972, nos 349-350 p. 119-120, pl. ; cf. également Franzoni 1987, no 48 p. 71-73, pl. XXII.3 (Reggio Emilia) ; Schober 1923, no 200 p. 94 ; Ubl 2013, no 6 p. XXIII, pl. 3.11 3598 ; Pochmarski 2007, no 47 n. 3 p. 381, fig. 6 ; Lupa 3598 (Dobrna/Celeia) ; Piccottini 1994, no 434 p. 25-26, pl. 9 ; Kremer 2001, no I.139 p. 153, pl. 16 ; Ubl 2013, no 104 p. XLVIII, pl. 37.143 (Virunum).

167 Weitzmann 1977, pl. 4 ; cf. Bishop & Coulston 2006, fig. 115 p. 178.

168 Grabar 1966, fig. 12 p. 16 ; cf. Bishop & Coulston 1993, fig. 130 p. 204.

169 Rinaldi Tufi 1988, no 1 p. 17-18, pl. I ; Selzer, Deker & Do Paço 1988, fig. 49 p. 73 et no 30 p. 128.

170 Hofmann 1905, no 55 p. 68-69, fig. 47 ; Schober 1923, no 162 p. 76, fig. 80 ; Szilágyi 1956, pl. 36 ; Bishop & Coulston 2006, fig. 3.2 p. 11 ; Ubl 2013, no 4 p. XXII, pl. 2.6-7.

171 Inédit.

172 Inédite.

173 Inédit.

174 Ubl 2013, p. 283-287.

175 Ubl 2013, p. 287-288 : « […] alle Angehörigen der Legion seit 212 einheitlich mit der langärmeligen tunica manicata uniformiert waren ».

176 Ulp. Tertius, soldat de la même légion, dans ces mêmes années, porte toujours une tunique à manches courtes (fig. 21). Le changement ne devait donc pas être bien ancien ; le modèle iconographique, en tout cas, n’avait pas encore été modifié sur ce point de détail.

177 Rémondon 1970, p. 79.

178 Bishop & Coulston 2006, p. 182-184, fig. 118.5-8. Noelke 1986, p. 223-225 recensait 83 « Soldatengrabsteine mit Ringschnallen-Cingulum » dans un premier catalogue de ce type de représentations ; les découvertes d’Apamée modifient entièrement cette liste, où la province de Syrie n’était même pas présente.

179 Bishop & Coulston 2006, n. 71 p. 197.

180 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31, fig.

181 Balty & Van Rengen 1993, no 17 p. 40-41, fig.

182 Balty & Van Rengen 1993, no 18 p. 42-43, fig.

183 Il n’est pas exclu que Fl. Trypho (fig. 20) ait eu des jambières ; mais ce n’est peut-être qu’une impression due au caractère assez anguleux du relief.

184 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.

185 Ce ne peut être l’épaisseur d’une barbe, mal rendue par le sculpteur, puisqu’elle prolonge la calotte crânienne.

186 Bishop & Coulston 2006, fig. 112.2 p. 175 et 115 p. 178 respectivement.

187 Pour ces épées, Bishop & Coulston 2006, p. 154-162, fig. 95.4 ; Ubl, p. 162-183, fig. 234 et 241-287.

188 Ubl 2013, p. 162-163.

189 Cette arme n’a pas disparu au début du iie s., comme l’indique Ubl 2013, p. 184-186. Cf., sur ce point, Bishop & Coulston 2006, p. 164, fig. 104 et le passage d’Hérodien, II, 13, 10.

190 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.

(

191 Balty & Van Rengen 1993, no 15 p. 38, fig.

192 Ubl 2013, p. 87-94, fig. 126.

193 Rostovtzeff, Brown & Welles 1939, p. 327-369, fig. 83-84, pl. 41-42 et 44-46 ; cf. Bishop & Coulston 2006, p. 179-182, pl. 4b ; pour l’umbo bombé, ibid., fig. 116.1-2.

194 Cf. également sur une stèle de Brigetio-Tatabánya, aujourd’hui au Musée national hongrois à Budapest : Speidel 1976 [1984], p. 136 [16], fig. 5 ; Visy 1988, fig. 47 p. 61.

195 Ubl 2013, p. 195-196 et 198.

196 Ubl 2013, fig. 330-337.

197 Bishop & Coulston 2006, p. 151-154, fig. 93.1-18.

198 Ci-dessous.

199 Ubl 2013, fig. 400-413.

200 Bauchhenss 1978, no 1 p. 18-22, pl. 1-3.

201 Hofmann 1905, no 48 p. 60-61, fig. 40 ; Schober 1923, no 232 p. 106, fig. 119 ; Cambi 1989, p. 60-64, pl. I ; Ubl 2013, no 39 p. XXXII-XXXIII, pl. 15.58.

202 Hofmann 1905, no 34 p. 45, fig. 29 ; Schober 1923, no 337 p. 148, fig. 170 ; Ferri 1933, p. 113, fig. 124 ; Ubl 2013, no 129 p. LII, pl. 45.172. Contra toutefois Spalthoff 2010, p. 78-79, qui n’y reconnaît pas la vitis mais la badine d’un préfet de cavalerie équestre.

203 Mitchell & French 2012, no 161 p. 340-341, fig.

204 Mitchell & French 2012, no 169 p. 353-355, fig.

205 Ci-dessus n. 35.

206 Ubl 2013, no 37 p. XXXII, pl. 14.52.

207 Ubl 2013, no 102 p. XLVIII, pl. 36.141.

208 Ubl 2013, no 38 p. XXXII, pl. 14.54.

209 Kalinka 1926, no 36 p. 137-138, fig. 14 ; Pfuhl & Möbius 1977, no 302 p. 117, pl. 54 ; Sayar 1998, n. 293 p. 264, pl. XXII fig. 85.

210 Balty 2016.

211 Brein 1973, p. 2 (« Heroisierung durch Bildung ») ; Carrié 1992, p. 166-167 (« une image ‘civilisée’ »).

212 Balty & Van Rengen 1993, no 12 p. 34 ; AE 1993, no 1582 p. 476.

213 Pour le montant de la solde des légionnaires depuis Caracalla, cf. Speidel 1992b, p. 88 (tabl. 1).

214 Noelke 1972, p. 12, avec les remarques de Gabelmann 1973, p. 161-162 ; Schleiermacher 1984, p. 63. Pour la stèle de Dexiléos, cf. commodément Lullies & Hirmer 1956, pl. 191.

215 Schleiermacher 1981, p. 80-82 ; Schleiermacher 1984, p. 64.

216 Borchhardt 1968, p. 206, pl. 53.1. Pour le monument lui-même, cf. Pfuhl & Möbius 1977, no 73 p. 30-31, pl. 19.

217 Pour l’ensemble du problème, cf. Boppert 1992, p. 57-62, 1998, p. 27-32, 2003, p. 274 ; Minas-Nerpel 2009, p. 20-26 (avec l’important parallèle de Philae).

218 Coulston 2004, p. 149 (sur-représentation due au prestige des cavaliers dans l’armée).

219 Toynbee 1964, p. 185-195, pl. XLVI-XLVII : 8 stèles de cavaliers (14, voire 17, selon Schleiermacher 1984, nos K 68-84 p. 176-202, fig.), en regard de 13 monuments de légionnaires (dont seulement 4 simples soldats) et 4 représentations de « Totenmahl ».

220 Bauchhenss 1978 : 10 stèles de cavaliers, en regard de 11 monuments de légionnaires et de 17 représentations de « Totenmahl » (dont 2 au moins d’equites).

221 Boppert 1992 : 24 stèles de cavaliers, en regard de 26 monuments figurés de légionnaires.

222 Balty & Van Rengen 1993, nos 20-21 et 23-27, p. 46-47, 49-53, fig.

223 Balty & Van Rengen 1993, no 22 p. 48, fig.

224 En grande partie, commodément regroupées dans Schleiermacher 1984, nos K 6, 17, 20-22, 26-27, 31-32, 34, 38, 42, 45-47 (Germanie), 69-70, 74-77, 79-81 (îles Britanniques), fig. 

225 Hygin, mun. castr. 16 : Alunt equos singuli decuriones ternos, duplicarii et sesquiplicarii binos.

226 Balty & Van Rengen, nos 21 p. 47 et 23 p. 49, fig.

227 Contra : AE 1993, no 1590 p. 479 : « Le personnage debout est plutôt un garçon d’écurie (calo) que le défunt lui-même ».

228 Schleiermacher 1984, K 19-21, 27, 29-30, 36, 38,46, 52, 96, 107, fig.

229 Busch 2003, fig. 1-2 p. 680 et 9-10 p. 687-688. On ne manquera pas de distinguer ces scènes où le calo suit un cheval déjà préparé (selle et tapis de selle mis en place, bouclier accroché au flanc gauche de l’animal), qu’il conduit apparemment vers son maître (« Pferdevorführungen »), de quelques scènes de dressage qui apparaissent sur d’autres stèles (« Dressurvorführungen : cf. Mattern 2003) où le cavalier lui-même, casqué et portant ses deux lances sur l’épaule gauche, suit son cheval qu’il fait manifestement travailler à la longe dans certains cas (ibid., fig. 12 p. 302). Je serais étonné, en effet, qu’il s’agisse d’un seul et même thème dans tous ces cas et que le petit personnage en tunique courte flottante des stèles d’equites singulares figure le cavalier. Tout à fait déterminante, à cet égard, me paraît être la stèle vaticane (Museo Gregoriano Profano 8939) du décurion T. Tertinius Marcianus où sont représentés, au bas du monument, à la fois le cavalier, vêtu du sagum et tenant au licol deux chevaux, et son calo, vêtu d’une tunique courte et représenté plus petit que son maître, tenant de la gauche une lance et de la droite un troisième cheval : Speidel 1994a, no 356 p. 238-239, fig. 

230 Balty & Van Rengen 1993, no 21 p. 47, fig.

231 Pour ce schéma iconographique, cf. l’image d’Ulpius Victorinus, eques singularis castris prioribus, sur une stèle du Vatican, Museo Gregoriano Profano inv. 34147 (Speidel 1994a, no 529 p. 289, fig. ; Busch 2003, fig. 3 p. 681 ; Mattern 2003, p. 295, fig. 4). Pour celui des duplicarii et sesquiplicarii tenant deux chevaux, cf. Speidel 1994a, nos 114 p. 131-132 fig., 524 p. 285-286 et 570 p. 313, fig., voire no 400 p. 253-254 fig (fragmentaire).

232 Inédite.

233 Balty & Van Rengen 1993, no 23 p. 49, fig.

234 Ci-dessus n. 229 (in fine). Pour un meilleur détail de la stèle d’Ulp. Valens (Speidel 1994a, no 570), cf. Giuliano 1984, no II.17 p. 31-32 (D. Bonanome, P. Sabbatini Tumolesi).

235 Une peinture de Doura Europos illustre très vraisemblablement un engagement de ce type entre les deux armées : Ghirshman 1962, fig. 223 p. 182 ; en dernier lieu, avec d’excellentes reproductions, Goldman & Little 1980, p. 283-298, fig. 2 et pl. I-VII. Pour une image de « cuirassier » sassanide, toujours à Doura-Europos, cf. Ghirshman 1962, fig. 63c p. 51 ; Harl 1996, p. 623-625, pl. 93.1.

236 Blavatsky 1954, p. 117 (non uidi ; cf. Sachs & Bopearachchi 2001, p. 333) ; Der neue Pauly, III, 1997, s.v. « contarii », col. 153 (J. Br. Campbell).

237 Baradez 1954, no 4 p. 122-125, fig. 15 ; Schleiermacher 1984, no 67 p. 174-175.

238 Baradez 1954, no 3 p. 119-122, fig. 12 ; Schleiermacher 1984, no 65 p. 170-171 ; Speidel 1987 [1992a], no 2 p. 63 [64], fig. 3.

239 Schleiermacher 1984, no 60 p. 163.

240 Schleiermacher 1984, no 78 p. 193, fig.

241 Knipovich 1949, fig. 41 p. 84-86 ; Mielczarek 1999, pl. XVIII. Commodément reproduite sur différents sites Internet, dont celui de l’agence « Bretagne Presse » : http://www.agencebretagnepresse.com/article.php?id=11783.

242 CIL, XIII, 1848 ; Espérandieu 1910, no 1780 p. 32-33, fig. ; Schleiermacher 1984, no 93 p. 213-214, fig. ; Harl 1996, no 10 p. 611, pl. 92.2 ; Darblade-Audoin 2006, no 274 p. 96-97, pl. 107 ; CAG 69/2, no 158, p. 337, fig. 240.

243 Balty & Van Rengen 1993, no 27 p. 53, fig. La stèle d’Aur. Paulinus, brisée en deux, est encore inédite.

244 Pour quelques stèles de soldats de la legio II Traiana Fortis, cf. Waebens 2012, nos 1, 4, 7, 9-10, 18 et 27, voire 64, pl., où les flammes de l’autel sont souvent indiquées.

245 Altmann 1905, p. 235, fig. 189 ; Kleiner 1987, no 120 p. 264-266, pl. LXVI.3 (Vatican) ; Neumann 1967, no 18 p. 20-21, pl. XVIII ; Ubl 2013, no 45 p. XXXIV-XXXV, fig. 64 pl. 17 (Vienne).

246 Pour ce schéma, de façon générale, cf. Budde 1957. C’est évidemment, entre bien d’autres, celui du sacrifice de Conon, à Doura-Europos, ibid., fig. 42 pl. 38.

247 Quelques stèles de cavaliers de 252, réalisées à la hâte, semblent cependant être dépourvues de cette préparation au lait de chaux.

248 Dans un cas même, le texte est disposé comme en colonnes et se lit d’abord à gauche, puis à droite de la figure du soldat (cippe de Vegenius Severus, de la legio II Parthica Gordiana, encore inédit). On notera que, sur tous les cippes et autels de la première période (legio II Parthica Antoniniana), le texte figure en dessous de l’image du soldat et ne l’enserre jamais comme il le fait souvent sur ceux de la deuxième période de séjour de la légion (legio II Parthica Severiana) à Apamée.

249 Sur le cippe à pyramidion de Clubius Ianuarius (fig. 23), l’inscription continue, comme si de rien n’était, entre la lance et le soldat — à la l. 1 : BIO de Clubio ; à la l. 3 : RIA de Severia(nae) ; à la l. 4 : IL P de pil(i) pr(ioris) — avant de se poursuivre à droite de la figure en relief. Sur le cippe d’Aur. Antigonus, jusqu’ici inédit, le A du prénom du dédicant Aur. Viator est inscrit, à la 6e l., entre les jambes de l’image du soldat.

250 Cf. Coulston 2004, p. 149 : « […] the vast majority of such funerary depictions were executed by soldiers ».

251 Gabelmann 1973, n. 16 p. 161-162.

252 Gabelmann 1973, p. 158 : « […] in Mainz in den Anfängen mehrere kleinere Ateliers in einer Art Bazarbetrieb gearbeitet haben ».

253 Cüppers et al. 1990, p. 458 ; Bishop 2012, p. 84-87.

254 Cüppers et al. 1990, p. 81 et fig. 40 (H. Bernhard) ; Boppert 2003, p. 265 et n. 2.

255 AE 1973, 473 = AE 2003, 1533 : Herculi sacrum. Lapidari(i) qui exierunt ancones faciendos legionis IIII Fl(aviae) et legionis VII Claudiae vo(tum) so(lverunt). Sherk 1988, no 112 B p. 155 traduit ancones par « projecting stone arms ». Il s’agissait de sortes de consoles qui, fixées dans des cavités creusées dans le rocher, supportaient un plancher destiné à élargir la voie à certains endroits critiques.

256 Bošković 1978, p. 428-430, fig. 4-5. En dernier lieu, Mirković 2007, p. 37, fig. 19, 29 et 100.

257 Calabi Limentani 1958, p. 159.

258 Ci-dessus, n. 12 [renvoi à vérifier]. 

259 Gabelmann 1972, p. 108 et n. 124 ; Gabelmann 1973, n. 16 p. 162 (in fine).

260 Balty & Van Rengen 1993, no 19 p. 44-45.

261 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31.

262 Balty & Van Rengen 1993, no 27 p. 53, fig. La seconde est encore inédite.

263 Balty & Van Rengen 1993, no 21 p. 47, fig.

264 Balty & Van Rengen 1993, nos 20 p. 46 (ala I Contariorum), 25-26 p. 51-52 (ala I Britannica), fig.

265 Balty & Van Rengen 1993, no 24 p. 50, fig.

266 Wright & Richmond 1955, no 38 p. 24-25, pl. 12 ; Picozzi 1979, p. 177, pl. LXVII ; Webster 1985 [1998], p. 139, pl. XI ; pour une reconstitution des couleurs, cf. commons.wikimedia.org/wiki/File:Grosvenor_Museums_-_Grabstein_7a_Optio.jpg.

267 Selzer, Deker & Do Paço 1988, fig. 22 (couleurs) p. 39, no 74 p. 150 ; Cüppers et al. 1990, p. 356, pl. 4 (reconstitution) ; Boppert 1992, no 52 p. 158-161 (plus particulièrement 160-161 pour la description des traces de couleurs), pl. 45 et frontispice p. IX.

268 Balty & Van Rengen 1993, no 9 p. 31, fig.

269 Pour la couleur rouge des boucliers, cf. Speidel 1976 [1984], p. 124-125 [4-5], fig. 1 (stèle de T. Flavius Surillio prov. de Byzance, Musée archéologique d’Istanbul) et n. 5, citant également deux stèles d’Herakleia Pontikè/Périnthe, au même musée (Mendel 1914, nos 891 et 892 ; Pfuhl & Möbius 1977 no 315 p. 120, pl. 56 : « Viele Spuren von Rot: Haar, Augen, Lippen, Ränder von Gewand und Schild, Buckel, Wehrgelenk, Gürtel, Rosetten, Buchstaben ») mais estimant que cette couleur pourrait n‘avoir été choisie que pour souligner certains détails de la physionomie et de l’armement des soldats sur ces monuments, et non représenter la couleur réelle des boucliers. On notera quand même que plusieurs de ceux mis au jour à Doura-Europos ont leur décor réalisé sur un fond rouge ; cf. Bishop & Coulston 1993, p. 149, pl. 4 a-b.

270 Balty & Van Rengen 1993, no 18 p. 42-43, fig.

271 Inédit.

272 Balty & Van Rengen 1993, no 5 p. 26, fig.

273 Balty & Van Rengen 1993, no 17 p. 40-41, fig.

274 Balty & Van Rengen 1993, no 20 p. 46.

275 Balty & Van Rengen 1993, no 21 p. 47.

276 Balty & Van Rengen 1993, no 27 p. 53.

277 Inédite.

278 Inédite.

279 Inédite.

280 Balty & Van Rengen 1993, no 26 p. 52.

281 Dan Dana a bien voulu se joindre à nous pour l’exploiter au mieux du point de vue de l’onomastique thrace ; qu’il en soit encore très cordialement remercié ! En l’attente de notre publication commune, cf. déjà Dana 2014a passim.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Cippe (a), cippe à pyramidion (b) et cippe à naiskos (c)
Crédits © Infographie Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Figure 2.
Légende Autel bas (a), autel haut (b)
Crédits © Infographie Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Figure 3.
Légende Dessus d’autel à cupule (focus)
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 4.
Légende Différents types de stèles
Crédits © Infographie Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Figure 5.
Légende Typologie des tombes « a baùle » de la nécropole d’Albano
Crédits (d’après www.museicivicialbano.it/necropoli_della_II_legione_partica.html).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 6.
Légende Cippe à pyramidion d’Aur. Titus
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 7.
Légende Autel à pyramidion de Genève
Crédits (d’après Allmer & Allmer 1875, pl. 38-21).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 8.
Légende Autel à pyramidion de Valeria Leucadia, Lyon, Musée de la Civilisation gallo-romaine
Crédits © Musée de la Civilisation gallo-romaine.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 9.
Légende Mausolée de T. Flavius Maximus, Lambèse
Crédits (d’après Faure 2013, fig. 9 p. 406).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Figure 10.
Légende Stèle d’Ael. Longinus
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Titre Figure 11.
Légende Stèle d’Aur. Sisinna
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Figure 12.
Légende Stèle d’Aur. Tato
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Figure 13.
Légende Stèle d’Aur. Sisinna, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 14.
Légende Stèle d’Aur. Victor
Crédits (d’après Shtitelman 1977, pl. 144).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Figure 15.
Légende Monument d’un centurion anonyme
Crédits © Photo Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre Figure 16.
Légende Stèle de L. Duccius Rufinus
Crédits (d’après Price 1880, pl. V face à p. 52).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre Figure 17.
Légende Monument des Prisciani, Šempeter
Crédits (d’après Klemenc, Kolšek & Petru 1972, dépliant face à p. 16).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 18.
Légende Autel à Mars prov. de Torre de Palma, Musée archéologique de Lisbonne
Crédits (d’après Religiões da Lusitânia 2002, fig. p. 42).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Figure 19.
Légende Cippe à pyramidion d’Aur. Moucianos
Crédits © Photo Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 20.
Légende Stèle de Fl. Trypho, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 21.
Légende Cippe à pyramidion d’Ulp. Tertius, détail
Crédits © Photo Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 22.
Légende Stèle d’Aprilis Spictatus, prov. de Rhaedestos, détail
Crédits (d’après Coulston 1987, pl. 2).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Figure 23.
Légende Cippe à pyramidion de Clubius Ianuarius, détail
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 24.
Légende Cippe à couverture à deux pentes d’Aur. Diza, détail
Crédits © Photo Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Figure 25.
Légende Stèle de T. Flavius Sabestianus
Crédits (d’après Pfuhl & Möbius 1977, pl. 56).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Figure 26.
Légende Stèle de M. Aur. [….]
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 27.
Légende Cippe d’Aur. Comagenus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Figure 28.
Légende Stèle d’Aur. Ingenuus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Figure 29.
Légende Stèle de Felsonius Verus, détail
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Titre Figure 30.
Légende Cippe de Sept. Dardisanus, détail
Crédits © Photo Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Figure 31.
Légende Cippe à pyramidion de Felicius Victorinus, détail
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Figure 32.
Légende Stèle de Sept. Viator, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Figure 33.
Légende Cippe à pyramidion d’Ael. Verecundinus, détail
Crédits © Photo Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 34.
Légende Stèle de Iulius Valerianus
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Figure 35.
Légende Stèle d’Aur. Disas, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 36.
Légende Stèle d’Aur. Dolens
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 37.
Légende Stèle fragmentaire d’un contarius
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 38.
Légende Stèle d’Atilius Crispinianus, détail
Crédits © Photo Marc Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Figure 39.
Légende Stèle d’Ulpius Tertius
Crédits (d’après Baradez 1954, fig. 15).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 40.
Légende Stèle d’Adiutor
Crédits (d’après Baradez 1954, fig. 12).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Figure 41.
Légende Plaque votive de Tryphon, Tanaïs
Crédits (d’après www.agencebretagnepresse.com/article.php?id=11783).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 42.
Légende Stèle d’Aur. Surus
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Figure 43.
Légende Stèle d’Aur. Paulinus, partie supérieure
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Figure 44.
Légende Autel funéraire de Iulius Candidus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Titre Figure 45.
Légende Cippe de Caenius Felicissimus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Figure 46.
Légende Cippe à naiskos d’Aur. Cinegetus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Figure 47.
Légende Cippe à naiskos d’Ael. Quintus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 48.
Légende Cippe à naiskos d’Aur. Cnimenco, détail du « Totenmahl »
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Figure 49.
Légende Cippe à naiskos de Val. Appianus, détail du « Totenmahl »
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 50.
Légende Stèle d’Ael. Longinus, détail
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Figure 51.
Légende Cippe à pyramidion d’Aur. Dolens, détail
Crédits © Photo Wilfried Van Rengen.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 52.
Légende Cippe à pyramidion d’Aur. Mucianus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre Figure 53.
Légende Autel funéraire d’Aur. Plotianus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Figure 54.
Légende Cippe à pyramidion d’Aur. Moucianos, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Figure 55.
Légende Cippe à pyramidion d’Aur. Mucianus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Figure 56.
Légende Monument d’un centurion anonyme, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 57.
Légende Cippe de Verinius Marinus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 58.
Légende Stèle de Iulius Valerianus
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Figure 59.
Légende Stèle d’Aur. Dolens, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 60.
Légende Stèle d’Aur. Surus, détail
Crédits © Photo Jean-Charles Balty.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7104/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Balty, « Cippes, autels funéraires et stèles militaires d’Apamée : typologie des monuments, modèles iconographiques et ateliers »Syria, 95 | 2018, 15-63.

Référence électronique

Jean-Charles Balty, « Cippes, autels funéraires et stèles militaires d’Apamée : typologie des monuments, modèles iconographiques et ateliers »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/7104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.7104

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search