Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Autres articlesLa défense des villes à l’époque ...

Autres articles

La défense des villes à l’époque byzantine : alternance entre les tours et les bastions, tradition ou innovation ?

Shaker Al-Shbib
p. 413-430

Résumés

Résumé — Les fortifications byzantines des ve et vie siècles apr. J.‑C., bien que marquées par un retour à une tradition défensive remontant au ive s. av. J.‑C., se sont adaptées aux nouveaux développements de la poliorcétique, qu’il s’agisse des nouvelles constructions ou de reconstructions. Cette adaptation, en particulier dans la partie orientale de l’Empire, se traduit par un renforcement accru de la puissance défensive, notamment avec la multiplication d’ouvrages de flanquement aux formes et dimensions variées coexistant sur une même muraille. L’une des principales caractéristiques en est la mise en place d’une alternance entre tours et bastions. La présente étude développe cet aspect particulier et tente d’en retrouver les origines, principalement issues de traditions orientales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette présentation est la synthèse d’une étude en cours.

1Les recherches que nous avons pu mener sur les fortifications de plusieurs villes de Syrie entre la période hellénistique et la période byzantine nous ont permis de constater, au cours de l’époque byzantine et particulièrement au vie siècle, l’utilisation d’une nouvelle pratique, développée aussi bien au moment de la fondation de nouvelles villes qu’à celui de la reconstruction de villes antérieures. Il s’agit de l’alternance sur les murailles de tours et de bastions, c’est-à-dire une alternance entre des tours vides, comprenant une pièce, et des tours pleines. Nous allons consacrer les lignes suivantes à la présentation de cette alternance, en présentant les fortifications sur lesquelles nous avons pu l’observer ; nous essaierons d’établir la typologie de ces éléments fortifiés et leur chronologie pour mieux comprendre les avantages de cette pratique, puis nous essaierons d’en chercher l’origine 1.

2Du fait de son emplacement stratégique au cours des différentes périodes historiques, la Syrie a joué un rôle majeur en tant que territoire situé à la limite des différents empires, romain puis byzantin d’un côté, parthe puis sassanide de l’autre. Cette situation particulière lui a valu de connaître de nombreux conflits menés par différentes armées. Le réseau défensif mis en place dès l’époque hellénistique par les Macédoniens a ensuite été maintenu et même développé par les Romains puis les Byzantins. Pendant la présence de ces deux dernières civilisations, la Syrie a connu deux grandes vagues d’installation militaire, la première voulue par Dioclétien à la fin du ive s., et la deuxième au début du vie s. par Justinien. Plusieurs camps, fortins et villes fortifiées ont alors été fondés ou restaurés afin d’assurer la défense de la limite orientale de ces deux empires. En dépit de cette défense, la région, et en particulier la partie sud de la moyenne vallée de l’Euphrate et la haute Mésopotamie, s’est trouvée à plusieurs reprises sous le contrôle des Parthes puis des Sassanides. Ces invasions et occupations successives, nous allons le voir, ont eu une réelle influence sur les stratégies et les pratiques défensives des villes de la région.

  • 2 Morrison 2004, p. 24-25 ; Gaborit & Al-Shbib 2008, p. 19-42.
  • 3 Gaborit 2015, p. 463-465 ; De’maffei 1990.
  • 4 Lauffray 1983, p. 105-109 ; De’maffei 1990 ; Gaborit 2015, p. 383‑389.
  • 5 Hof 2016, p. 397-316 ; Karnapp 1976, p. 6-27; Gregory 1997, p. 175-180.
  • 6 Al-Shbib 2009, p. 170-173.
  • 7 Procope, De ædificiis II. V-XI. Feissel 2001.
  • 8 Harper 1975, p. 325-328.
  • 9 Konrad 2001, p. 6-12. Gregory 1997, table 1, p. 252‑261.
  • 10 Junchniewicz, Asʿad & Al-Hariri 2010.
  • 11 Abdul Massih & Gelin 2010 ; Abdul Massih & Gelin 2016, p. 207-219 ; Al-Shbib 2012 ; Alpi 2011.
  • 12 Foss &Winfield 1986, p. 7.
  • 13 Cette préoccupation d’augmenter le nombre des ouvrages de flanquement n’est pas sans rappeler la r (...)
  • 14 Karnapp 1976, p. 22 ; Gregory 1997, p. 152.
  • 15 Redde 1995, p. 95.
  • 16 Gregory 1997, p. 175-180.
  • 17 Al-Shbib 2012, p. 260.
  • 18 Harper 1975, p. 325-328.
  • 19 Gregory 1997, p. 175.
  • 20 De’ Maffei 1990, p. 175.
  • 21 Al-Shbib 2015, p. 223-225.
  • 22 Un bastion est un « dispositif obtenu par une épaisseur accrue de la muraille, avec ou sans sailli (...)

3Comme nous l’avons déjà mentionné, au vie s., sous les règnes d’Anastase mais surtout de Justinien, commence une nouvelle période de construction et de restauration de la défense de l’Empire 2. Justinien a fondé de nouvelles places fortifiées sur l’Euphrate comme Zalabiya 3, Halabiya 4, Rasafa 5 et Tall as-Sin 6 (fig. 1). Il a également reconstruit ou renforcé la plupart des fortifications 7 qui existaient déjà dans cette région ou à proximité, comme à Dibsi Faraj 8, Soura 9, Palmyre 10 et Cyrrhus 11. Force est de constater que, pendant cette période, l’accent a été mis sur la construction des ouvrages défensifs 12. Ces fortifications sont caractérisées par un nombre très élevé d’ouvrages de flanquement 13. Dans tous ces sites, les tours ont été construites à des intervalles moins importants que pendant les périodes précédentes, ce qui en a augmenté le nombre et, d’après Shelagh Gregory, a pu montrer la capacité des armes alors utilisées pour défendre des villes lors des sièges 14. Les ouvrages de flanquement dans certaines fortifications du vie s. sont caractérisés également par l’utilisation de plusieurs types de plans 15 : à Rasafa on trouve à la fois des tours de plan carré, rectangulaire, pentagonal, rond ou en fer à cheval 16. À Cyrrhus, il y avait quatre plans de tours différents — carré, rectangulaire et circulaire ou en fer à cheval 17 — et, à Dibsi Faraj, deux types de plans : pentagonal et rectangulaire 18. On note enfin souvent une alternance entre des grandes tours(7 × 7 m ou plus) et des petites tours (moins de 4 × 4 m), comme à Rasafa 19 et à Zalabiya 20. Sur ce dernier site, on voit même des tours médianes construites de façon systématique en alternance entre les grandes et les petites tours 21 (fig. 2). Un dernier élément caractéristique distingue un grand nombre de ces fortifications du vie s. : l’utilisation systématique de bastions en alternance avec les tours  22.

Figure 1.

Figure 1.

La Syrie au vie siècle apr. J.-C.

© J. Gaborit.

Figure 2a.

Figure 2a.

Plans et dimensions des tours sur différents sites : Resafa

(© Karnapp 1976, Abb. 3).

Figure 2b.

Figure 2b.

Plans et dimensions des tours sur différents sites : Dibsi Faraj

(© Harper 1974, p. 323).

Figure 2c.

Figure 2c.

Plans et dimensions des tours sur différents sites : Zalabiya

(d’après Gregory 1979, vol. 3 fig. D.3.2).

Typologie de l’implantation des bastions dans les fortifications du vie siècle apr. J.‑C.

  • 23 Bujard & Joguin 1995, p. 241, Todd 1983.

4À l’époque byzantine, nous avons pu constater une fréquence accrue d’apparition des bastions par rapport aux périodes hellénistique et romaine, qui montre de manière évidente que ce type de flanquement jouait un rôle dans la nouvelle pratique défensive des villes du vie s. . Son utilisation est déjà attestée dans la région depuis de la période romaine, et elle le reste jusqu’à la période islamique (omeyyade) 23, mais pas de manière aussi fréquente. Nous l’avons identifié de manière systématique sur plusieurs sites byzantins, par exemple à Cyrrhus, Halabiya, Théodosiopolis (Resaina ou Tell Fakhariya), Palmyre, Tall As Sin et très probablement Soura et Apamée de l’Oronte. Afin de tenter de comprendre ce rôle défensif particulier, nous avons procédé à l’étude de ces ouvrages et constaté que plusieurs caractéristiques se dessinent, liées à leur type d’implantation.

  • 24 On note à ce propos que les différences de matériaux de construction (pierre, brique crue), n’entr (...)
  • 25 Lauffray 1983, p. 105-109. Gaborit 2015, p. 383-388.
  • 26 Bujard & Joguin 1995, p. 241.

5Tout d’abord, de manière générale, ces bastions sont construits de façon très simple : ils se composent d’un seul parement en pierre de taille, à l’extérieur, et d’un remplissage interne de mortier et de tout-venant (fig. 3), sauf à Tall As Sin où les bastions sont construits en brique crue dans la masse 24. De manière générale, ils n’excédaient pas la hauteur des courtines, contrairement aux tours qui étaient plus hautes. On doit préciser que, du fait de leur état de conservation souvent limité en hauteur, nous ne pouvons pas préciser pour la totalité de ces constructions massives s’il s’agissait réellement de bastions ou parfois de la base de tours pleines au rez-de-chaussée, mais dotées d’une pièce dès le premier étage. Le type de tour massive au premier niveau seulement est observé sur le rempart oriental des fortifications de Halabiya, où les deux ouvrages qui flanquent la porte V possédaient une petite pièce à partir du premier étage 25. À Umm al-Rasas, les bastions possèdent, dans leur partie supérieure, une pièce ouverte côté ville 26.

Figure 3a.

Figure 3a.

Techniques de construction des bastions : T 6 A, Cyrrhus

© De’Maffei 1985.

Figure 3b.

Figure 3b.

Techniques de construction des bastions : Martyropolis

© De’Maffei 1985.

6De plus, ils sont en général de dimension et de hauteur réduites par rapport aux tours qu’ils flanquent (tableau 1). Deux types apparaissent clairement en corrélation avec cette différence : une simple alternance entre les tours et les bastions, comme c’est le cas pour Cyrrhus (fig. 4), Dara (fig. 5), Tall As Sin (fig. 6) et Palmyre (fig. 7), ou une alternance entre de grandes tours et des massifs de dimensions beaucoup plus réduites, qui prennent la forme de simples piliers ou contreforts, comme à Amida, Martyropolis et Théodosiopolis (fig. 8). Enfin, l’implantation des bastions est caractérisée par leur répartition sur les murailles, de manière irrégulière ou régulière.

Tableau 1. Dimensions des tours et des bastions des fortifications des villes protobyzantines

No Site Typologie Tour (dimensions exprimées en m) Bastion (dimensions exprimées en m)
Plan Dimensions Saillie Intervalle Plan Dimensions Saillie Intervalle
1 Amida Alternance 1 bastion – 1 tour U 15×12 12 40/47 rect. 2×1,8 1,8 15/20
rect. 4,75×4,50/ 15×14 4,50/ 14 ?
2 Dara Alternance 2 petites tours - 1 grande tour U 12×12 12 50/60 carré 4×4 4 20
3 Resaina Alternance 2 ou 3 bastions - 1 tour U 9×10 8 - 12 62/84 (et 35 dans l’angle N-E) rect. 1,8×2,1/2,3 2,10/2,30 12/13 20/22 25/27
4 Halabiya tours et bastions implantés irrégulièrement rect. 16-19×10 9-10 30-35 au sud 29-30 au nord rect. 3,40×2.80 2,80 20/25/30/35
5 Zalabiya Alternance entre les grandes et les petites tours rect. 7,6×8 5/5,6 25/30
rect. 4,4×4,7 3,5/3,8 25/30
6 Soura   rect. 12,5×8,70 8.40 ? rect. 4×2,80 2,80 ?
7 Palmyre Alternance 1 tour - 3 bastions U 10×10 10   rect. 4,6×2,6/3 2,6/3 ?
8 Jaddalah Alternance 1 tours - 3 bastions U 7,80×8,50 8.50 17/20 Carré 1,40×1,40 1,42 3,5/4,5
9 Resafa Alternance entre grandes tours (toutes formes) et petites tours. L’intervalle est très varié : 40 à 80 m entre les grandes tours, 20 à 40 m entre grandes et petites tours rect. 9×11 11 45/75
rect. 5×3 3 25/32/45
circ. 12 12 ?
U 9×10 10 ?
pentag. 9×10 10 ?
10 Cyrrhus Alternance entre tours et bastions sur le rempart sud de la ville seulement, d’autres bastions sont implantés sur le rempart nord est ouest. rect. 5×5,75 10×11,90 5,75 11,9 de 50 à 62 (rempart sud) rect. 4×5,35 4 ?
4×5,50 4 ?
circ. 13 (tour 1) 8 (tours 19 et 20)     4,30×3,50 4 ?
3×10 3 ?
U 13×16 à cheval sur le rempart 9 du côté nord 6,5 du côté sud   3×16 3 ?
  Histria Alternance tours - bastions rect. 14/12×12/8 12/8 20/30 rect. 6×4 Sauf un à l’angle qui fait 8X8 4/8 ?
  Argamum Alternance tours -bastions d’une façon irrégulière. rect. 10×8 / 10×6 / 12×6 6/8 variable, 30 à 60 rect. 2,64/2,75×3,99 2,64/2,75 ?
  Dionysopolis Alternance tours - bastions pentag. 10/10 10 30/35 triangle 2,5×2,5 2,5 ?

Figure 4.

Figure 4.

Cyrrhus : plan général

S. Knetchel et S. Bauer, complété par J. Humbert et Sh. Al Shbib, © Mission syro-libanaise de Cyrrhus-Nebi Houri.

Figure 5.

Figure 5.

Dara : plan des fortifications, implantation des tours et des bastions

© Gregory 1997, fig. C6.1.

Figure 6.

Figure 6.

Tall As Sin : plan du site

© Mission syro-espagnole de Tall As Sin.

Figure 7.

Figure 7.

Palmyre : plan

(© Yon 2009)

Figure 7b.

Figure 7b.

Palmyre : tracé des fortifications sur une image satellite

(© Google Earth 2012).

Figure 8a.

Figure 8a.

Plan des fortifications, implantation des tours et des bastions : Théodosiopolis

© Gregory 1997, fig. C7.1

Figure 8b.

Figure 8b.

Plan des fortifications, implantation des tours et des bastions : Martyropolis

© Gregory 1997, fig. C2.1.

Les bastions implantés irrégulièrement

  • 27 Nous ne proposons ici que des hypothèses.
  • 28 Lauffray 1983, p. 105-109. Gaborit 2012, p. 388-392.
  • 29 Les recherches archéologiques sur le site de Cyrrhus ont bien montré que ces fortifications ont ét (...)
  • 30 Al-Shbib 2015, p. 303-310.
  • 31 Al-Shbib 2015, p. 277-395.

7Cette irrégularité, due à l’implantation regroupée des bastions dans des secteurs spécifiques plutôt qu’à une répartition sur l’ensemble de la muraille, est en l’état de notre recherche, difficile à interpréter 27. Il est possible qu’elle soit liée à la topographie des sites, par exemple pour renforcer la construction du rempart dans un secteur affaibli par une menace naturelle (cours d’eau). Parfois, c’est l’irrégularité du tracé du rempart qui a conditionné celle de l’implantation des ouvrages de flanquement, comme à Théodosiopolis où les bastions masquent des changements de direction de la muraille. Il est très probable aussi que certains bastions sont des ajouts tardifs. Deux exemples sont représentatifs du type d’implantation irrégulière des bastions : Halabiya et Cyrrhus. Dans la première ville, la citadelle et le rempart oriental sont défendus par dix bastions de plan circulaire ou rectangulaire. Bien que la citadelle et le rempart aient été largement remaniés pendant les périodes byzantine tardive et islamique, les bastions existaient dès la construction des fortifications au vie s. Cela apparaît en particulier sur le rempart oriental, à sa jonction avec le rempart méridional de la ville qui est bien daté de cette période : les deux murs sont liés, marquant leur contemporanéité 28 (fig. 9). La concentration de ces bastions sur le rempart oriental, peu menacé par une attaque directe, peut s’interpréter probablement comme un renfort particulier de la muraille dans cette zone subissant des remontées d’eau. L’irrégularité dans l’implantation des bastions, mais aussi des tours, sur les deux remparts nord et ouest de Cyrrhus 29 est très probablement liée au tracé lui-même irrégulier du rempart, qui comprend plusieurs décrochements. Ces derniers ont probablement joué le même rôle que les tours dans l’implantation des bastions, entraînant leur mise en place systématique en lien avec ces décrochements. Au contraire, le rempart sud respectant un tracé presque rectiligne, les tours et les bastions y sont implantés d’une façon régulière. Il existe aussi une possibilité que certains bastions soient le résultat d’un ajout postérieur à la période byzantine, mais, en l’absence de fouilles sur ces deux remparts, nous ne pouvons pas confirmer ou infirmer cette supposition. Pour l’ensemble des fortifications de Cyrrhus, nous avons trouvé quatre périodes d’occupation : fondation hellénistique, réutilisation romaine, reconstruction byzantine au vie s. apr. J.‑C. et — finalement — restaurations et consolidations à la période islamique 30. Les traces de construction romaine sur les fortifications sont rares, contrairement à l’intérieur de la ville où les monuments romains attestent une longue et une florissante occupation 31.

Figure 9.

Figure 9.

Halabiya : plan des fortifications, implantation des tours et des bastions

© Lauffray 1983, p. 157, fig. 5.

Les bastions implantés régulièrement, en alternance avec les tours

  • 32 Comme nous l’avons déjà vu, d’une part, le bastion est de dimensions réduites par rapport à celles (...)

8Sur un grand nombre de fortifications, les bastions ont été implantés régulièrement et en alternance avec les tours. Cette typologie relève sans doute de raisons tactiques tout d’abord, pour augmenter la capacité défensive des remparts à moindre coût 32, mais aussi parce que ces ouvrages massifs offrent un emplacement solide pour installer de lourdes machines de guerre, enfin parce que, grâce à leur faible saillie vers l’extérieur du rempart, ils servent à défendre la base des tours qu’ils flanquent. Cette régularité permet de caractériser une nouvelle typologie d’implantation des ouvrages de flanquement, l’alternance entre les tours et les bastions. Cette alternance a été observée dans les fortifications de huit villes de cette partie orientale de l’Empire — Amida, Martyropolis, Constantina, Théodiosopolis, Dara, Palmyre, Apamée de l’Oronte, Tall As Sin — ainsi que dans certains secteurs des fortifications de Cyrrhus (fig. 10).

Figure 10.

Figure 10.

Plans schématiques : typologie d’alternance entre les tours et les bastions

© Sh. Al-Shbib.

  • 33 Al-Shbib 2009, p. 170-173.
  • 34 Al-Shbib 2015, p. 113-145.
  • 35 Leur datation n’est assurée que par la comparaison typologique, cf. McEwan et al. 1958, p. 11‑20.
  • 36 McEwan et al. 1958, p. 11-17.

9À Tall As Sin, les fouilles de la ville basse n’ont montré que trois phases d’occupation entre la fin du ve s. et le début du viie s. apr. J.‑C. Les fortifications en briques crues de ce site présentent des bastions entre chaque tour. Ces bastions sont rectangulaires, de 2 × 3 m. Ils sont implantés tous les 27 m sur le rempart nord-est, et tous les 24 m sur le rempart nord 33. Sur le rempart méridional 2 de Cyrrhus, qui a été reconstruit par Justinien, nous avons retrouvé quatre bastions. Les deux qui ont été fouillés suivent un plan quadrangulaire, de 5 à 5,35 m de large, en saillie de 4 à 4,80 m. Ils sont implantés systématiquement tous les 62 m environ, en alternance avec les tours. Le tracé de ce rempart a été réalisé en deux phases : à l’époque romaine, les fondations ont été mises en place, puis, à l’époque byzantine, le rempart a été élevé sur les fondations romaines, en y ajoutant des tours et des bastions 34. À Théodosiopolis, de petits bastions (ou des contreforts) rectangulaires, de 1,70-1,80 m de large et en saillie de 2,10-2,30 m, ont été implantés sur certains secteurs de l’enceinte. L’intervalle entre les tours et les bastions est très variable : 12, 13, 20 ou 27 m 35. Ces fortifications, construites en pierre de taille, sont datées par les fouilleurs de la période romaine, et très probablement reconstruites par Théodosius au ive s. Les fortifications en pierre de Théodosiopolis doubleraient ou remplaceraient de précédentes murailles en brique crue, datées de la période parthe 36.

  • 37 Zanini 1995.
  • 38 Crow 1981, p. 41 ; Gregory 1997, p. 80-88 ; Zanini 1990, p. 229-246.
  • 39 Whitby 1984, p. 177-182.
  • 40 Crow 2007, p. 444, et Assenat & Perez 2012, p. 7-52.

10Cette même typologie se retrouve à Palmyre, où le rempart construit par Dioclétien était défendu par des bastions carrés espacés de 37 m. Au vie s., les fortifications ont été reconstruites, voyant la transformation d’un bastion sur trois en tour en fer à cheval 37. Le rempart nord-est de l’enceinte de la ville de Dara, une nouvelle fondation entreprise par Anastase au début du vie s., est renforcé par des tours et des bastions à environ 20 m d’intervalle, deux bastions étant intercalés entre deux tours. Ils sont de plan carré de 4 × 4 m 38. Sur une autre fortification fondée au vie s., Martyropolis (Silvan), on observe cette alternance entre les tours et les bastions, implantés à 20 m d’intervalle. Ici les bastions sont carrés mais de petites dimensions : 2,20 × 2,25 m 39 (fig. 5 d). Cet intervalle de 20 m ou moins a aussi été observé à Amida, où les remparts sont défendus suivant cette même typologie, par une alternance entre des tours et des bastions (ou des contreforts, vu leur taille de 2 × 1,80 m), à 20 m d’intervalle. Une nouvelle étude a montré que le rempart d’Amida s’est développé pendant l’Antiquité en trois phases, entre le règne de Septime Sévère, à la fin du iie s., et l’arrivée des réfugiés de Nasibi vers le milieu du ive s. 40.

Les origines de l’alternance tours - bastions

11Ces exemples et cette typologie d’implantation des ouvrages de flanquement montrent bien que le système tour-bastion est caractéristique de l’architecture militaire byzantine. Mais il est difficile de préciser quand ce concept a été élaboré et mis en œuvre pour la première fois dans la région.

Chronologie de l’apparition de cette pratique à l’époque byzantine

  • 41 Bajenaru 2010, p. 40.

12Parmi les exemples que nous avons mentionnés ci-dessus, la date la plus sûre provient de Dara, Martyropolis, Palmyre, Tall As Sin et Cyrrhus, où les fortifications ont été construites ou reconstruites au vie s. Cependant, les fortifications d’Amida, Theodosiopolis et Constantina sont datées du ive s. Sur le limes danubien, cette alternance est observée dans des sites datés de la fin du iiie s., comme c’est le cas pour les fortifications d’Histria 41, ce qui prouve, très vraisemblablement, que cette disposition existait sous la Tétrarchie. D’autres fortifications danubiennes montrent que cette technique reste utilisée au vie s. : c’est le cas des fortifications d’Argamum et de Dionysopolis, sur le limes de Scythia, construites sous le règne d’Anastase (fig. 11).

Figure 11a.

Figure 11a.

Bastions utilisés dans des fortifications des Balkans : Dionysopolis

© Bajenaru 2010 pl. 3.

Figure 11b.

Figure 11b.

Bastions utilisés dans des fortifications des Balkans : Histria

© Bajenaru 2010 pl. 3.

Figure 11c.

Figure 11c.

Bastions utilisés dans des fortifications des Balkans : Argamum

© Castoiu & Apostol 2017 fig. 3.

13En ce qui concerne les fortifications dans cette partie orientale de l’empire byzantin, d’après les recherches actuelles et d’après les cas présentés dans cette étude, nous constatons que cette alternance de tours et de bastions a été adoptée à deux périodes différentes : une première datée du ive s., avec les fortifications d’Amida, Theodosiopolis et Constantina, et une deuxième au vie s., avec les autres fortifications étudiées dans cet article. Nous pouvons donc considérer cette disposition des ouvrages de flanquement en alternance avec les tours, à l’époque byzantine, comme une technique élaborée dès le ive s., mais utilisée plus largement au vie s. Dans l’état actuel des recherches sur les fortifications qui se trouvent sur la limite orientale de l’Empire, cette alternance entre les tours et les bastions n’a pas été observée dans les fortifications antérieures au ive s. apr. J.‑C.

  • 42 Garlan 1974, p. 261-262.
  • 43 Adam 1982, p. 57, fig. 24, p. 78-81, p. 111 et p. 232-233.

14Il est important de signaler que, déjà à l’époque hellénistique, un nouveau type d’ouvrage de flanquement massif et solide avait été conçu pour soutenir les artilleries les plus lourdes, qui ne pouvaient être installées sur n’importe quelle tour. Ces bastions ont été découverts sur les fortifications d’Héraclée du Latmos et en plusieurs endroits de l’enceinte de Demetrias 42. Mais ce type de bastion à catapulte, comme Yvon Garlan le définit, est placé à cheval sur le rempart, a une forme allongée parallèlement au rempart et est peu saillant vers l’extérieur. Jean‑Pierre Adam, a également évoqué l’existence de bastions sur les fortifications de certaines villes comme Priène, Argos, Phigalie, Asiné et Ephèse 43. Cependant, il n'existe d'alternance entre les tours et les bastions dans aucune de ces fortifications. De plus, ce type d’ouvrage de flanquement ne se retrouve nulle part sur les fortifications hellénistiques connues au Proche-Orient, contrairement à la période romaine où les bastions ont été utilisés dans la construction des camps militaires dès le iie s. mais, là aussi, sans alterner avec des tours.

  • 44 Sur les deux phases de la construction du rempart de Palmyre, voir Zanini 1995, p. 65‑103.
  • 45 Bujard & Joguin 1995, p. 241-249 ; Kennedy 2004, p. 137-138.

15Il est donc très probable que cette pratique n’a pas été mise en œuvre dans les fortifications hellénistiques et romaines de Syrie. Elle pourrait ainsi avoir été élaborée et adoptée au cours de la période byzantine. Nous nous appuyons sur les deux exemples des fortifications de Palmyre et d’Umm ar-Rasas, car, dans ces deux sites, les fortifications ont été construites en deux phases, à la période romaine puis reconstruites ou modifiées pendant la période byzantine. À Palmyre, on l’a vu, au vie s., la construction de tours a remplacé certains bastions44 (fig. 7 et 12), ce qui montre une volonté de créer une alternance entre les tours et les bastions, et s’explique par la volonté d’accroître la capacité de défense de ce rempart. Ce même principe, qui consiste à transformer des bastions en tours, est observé à Umm ar-Rasas (Kastron Mayfaʾa) : en effet, les bastions placés sur les angles de cette forteresse, qui date du iiie ou du ive s., ont été transformés en tours pendant une deuxième phase, probablement byzantine d’après les fouilleurs de ce site 45 (fig. 13). Il apparaît donc que les fortifications romaines en Syrie n’ont pas connu cette alternance entre les tours et les bastions.

Figure 12.

Figure 12.

Palmyre : les bastions et les tours en fer à cheval

© Gregory 1997, E.1.11.

Figure 13.

Figure 13.

Umm ar-Rasas : transformation des bastions de la première phase de construction en tours pendant la deuxième phase

© Bujard & Joguin 1995, p. 243.

Les origines des bastions dans les systèmes défensifs

16Il est évident que les bastions à catapulte ont été utilisés dès l’époque hellénistique, mais ils n’alternaient pas de façon systématique avec les tours et, comme on vient de le voir, il en était de même pendant la période romaine. En recherchant l’origine de cette alternance, nous avons essayé d'examiner d’autres fortifications dans les régions voisines. Cette recherche nous a mené vers des contrées plus orientales.

  • 46 Bergamini 1987, p. 195-2016.
  • 47 Des bastions ont été utilisés dans les fortifications d’autres sites de cette période, comme les s (...)

17Le plus ancien exemple de l’alternance entre les tours et les bastions que nous connaissons date de la période parthe. Nous avons constaté sa présence en Mésopotamie sur les fortifications de Jaddalah, en Irak, datées de 130-140 apr. J.‑C. (fig. 14), où l’alternance se fait entre des tours et des contreforts 46. Peut-on considérer que cet exemple est le point de départ de cette pratique de l'alternance tours-bastions, ou l’origine de cette technique est-elle encore plus ancienne 47 ?

Figure 14.

Figure 14.

Jaddalah : alternance tours - bastions/contreforts

© Bergamini 1987, p. 2.3-2.4.

  • 48 Comme par exemple les fortifications d’Aï Khanoum ; voir Leriche 1986, p. 43‑57.
  • 49 Pugachenkova 1986, p.57-69.

18En effet, nous avons constaté que, avec l’arrivée des Macédoniens en Asie centrale, les courtines et les tours des fortifications de cette région sont devenues massives. Les Macédoniens auraient adopté cette pratique pour assurer une plus grande solidité à leurs murailles et adapter leur résistance à la fois au soutien et à l’assaut de machines lourdes 48. Dans cette région, cette nouvelle conception a remplacé la précédente, qui privilégiait les fortifications creuses, probablement considérées par les Grecs comme moins solides, surtout avec la terre crue comme matériau de construction. Cela a influencé la construction des fortifications pendant les périodes ultérieures : en effet, les fortifications datées entre le ier s. av. J.‑C. et le ive s  apr. J.‑C. ont été construites selon une nouvelle technique combinant les deux moyens défensifs des périodes pré-hellénistique et hellénistique. On observe ainsi l’existence, sur le même rempart, de tours massives et de tours creuses 49. On ne peut pas affirmer que cette combinaison entre les deux techniques ait formé le point de départ de cette alternance, mais il est clair que la combinaison entre la technique hellénistique adoptée dans cette région et la technique locale a conduit à la naissance d’une nouvelle pratique constructive qui rassemble à la fois les tours massives et les tours creuses sur un même rempart. Il est nécessaire de rappeler que les Grecs ont implanté des tours massives dans certains secteurs de leurs fortifications, mais jamais de manière systématique. Les seuls exemples que nous connaissons sont ceux que nous avons mentionnés, en Iran et en Mésopotamie, qui remontent à la période parthe.

  • 50 Zingarella 2015, p. 309-317.
  • 51 Mielke 2012, p. 74-75.

19Généralement, les bastions sont bien représentés dans les fortifications d’une vaste région en Asie, en Iran et en Mésopotamie. Nous n’avons pas confirmé avec certitude si cette pratique est le résultat de la combinaison entre les deux moyens défensifs que nous avons évoqués plus haut, ou s'il s'agit d'une pratique ayant existé dans la région depuis plus longtemps. Cette hypothèse est pourtant possible, car nous avons observé cette alternance sur les fortifications d’Uruk au IIIe millénaire av. J.‑C. Celles-ci étaient défendues à la fois par des tours et par des bastions, qui respectaient une alternance systématique 50. Uruk est le seul exemple où nous avons pu observer l’alternance entre les tours et les bastions en Mésopotamie à cette période. Mais les bastions ont bien été utilisés sur les fortifications de certaines villes des IIIe et IIe millénaires en Mésopotamie 51.

20À la suite de cette analyse, nous constatons donc que l’alternance systématique entre les tours et les bastions n’a pas été appliquée sur les fortifications hellénistiques, ni romaines, malgré l'emploi des bastions à catapulte au cours de ces deux périodes. À ce stade de notre étude, nous avons déterminé que le plus ancien exemple de cette alternance remonte à la période parthe et que sa localisation permet de penser que cette pratique était orientale. Il est très probable que cette tradition a pu influencer les constructeurs pendant les périodes ultérieures et que les Byzantins—  voire les Romains avant eux si l’on se réfère aux sites d’Amida, Théodosiopolis et Constantina, qui datent du ive s. — ont connu cette pratique grâce à leurs voisins de l’est. Il est donc envisageable que les Byzantins l’aient utilisée pour défendre leurs villes contre les Sassanides pendant la reconstruction des fortifications sur la limite orientale de l’Empire.

Les avantages techniques et tactiques

  • 52 Gabriel 1940, p. 106.
  • 53 Garlan 1974, p. 262.
  • 54 Ils étaient également au fait des dernières innovations en matière de poliorcétique, si l’on en cr (...)

21À propos du fonctionnement de ces bastions, nous adoptons l’idée d’Albert Gabriel : « Ces contreforts contribuaient à assurer la stabilité des courtines, mais leur rôle était également défensif 52 ». D’après l’interprétation d’Y. Garlan 53, ces bastions peuvent être destinés aux catapultes : en effet, leur construction massive offre une plateforme pour les installer. Il est très vraisemblable que les bastions que nous étudions dans cet article soient un résultat du développement de ce qu’Y. Garlan nommait « la batterie de courtine », qui se présentait comme une épaisseur dans le mur, peu saillante vers l’extérieur et beaucoup plus vers l’intérieur de la ville. Ce dispositif était destiné à supporter de l’artillerie pour défendre la ville. La puissance militaire de l’armée sassanide était évidente au vu de leur prise de nombreuses villes 54 et la perspective de devoir affronter de tels ennemis a pu provoquer chez les Byzantins une forte motivation pour mettre en place des défenses plus développées et considérées comme plus solides, notamment avec des bastions supplémentaires.

22Par ailleurs, avec ces bastions, on l’a vu, on peut augmenter le nombre d’ouvrages de flanquement sur l’enceinte de la ville sans trop augmenter la dépense, renforcer la stabilité des courtines, offrir plus de postes avancés pour les défendre, et observer le pied de l’enceinte et les angles entre les tours et les courtines. La différence de hauteur et la partie saillante entre les tours et les bastions permettent également de contrôler deux zones différentes du champ de la bataille.

 

23Pour conclure, nous pouvons avancer l’hypothèse que cette pratique d’alternance tour-bastion est une tradition de l’architecture militaire orientale, née au Proche-Orient chez les différentes civilisations successives, parthe, sassanide et byzantine. Néanmoins, il convient de nuancer cette affirmation car les fonctions et avantages de l’implantation de bastions entre les tours n’ont pas nécessairement répondu aux mêmes problématiques défensives selon les différentes périodes. À l’époque byzantine, nous pensons que cela demeure une innovation, car les techniques de siège et de défense des villes ont été considérablement développées par rapport aux périodes précédentes. Cette alternance répond à la fois au besoin d’augmenter le nombre des ouvrages de flanquement à moindre coût, mais aussi d’engager davantage de défenseurs et de machines sur le sommet des remparts. De la sorte, on peut avancer qu’il s’agit d’une tradition adaptée à une nouvelle fonction.

Haut de page

Bibliographie

Ammien Marcellin Histoire II, livre XVII-XIX, éd. et trad. J. Fontaine (CUF), Paris 1996.

Procope de Césarée Constructions de Justinien Ier (Περὶ κτισμάτων / De ædificiis), éd. et trad. D. Roques (Hellenica 39), Alessandria 2011.

 

Abdul massih (J.) & Gelin (M.) 2010 « Notes préliminaires sur l’étude du système défensif méridional de Cyrrhus, campagnes 2007-2008 », Chroniques Archéologique en Syrie, p. 109‑218.

Abdul massih (J.) & Gelin (M.) 2016 « Fortifications and town planning in Kyrrhos : its hellenistic origin and its evolution », R. Frederiksen (éd.), Focus on Fortifications (Monographs of the Danish Institute at Athens 8), Oxford, p. 207‑219.

Adam (J.-P.) 1982 L’architecture militaire grecque, Paris.

Alpi (F.) 2011 « Base de statue de Justinien ornée d’une inscription métrique (Cyrrhus, Euphratésie) », Syria 88, p. 341‑349.

al-Shbib (Sh.) 2009 « Tall as-Sin, les résultats de la mission syro-espagnole 2005-2007 », Estudios-Orientais 10, p. 169‑186.

al-Shbib (Sh.) 2012 « Les fortifications de la villes de Cyrrhus, étude préliminaire », A. le Bihan, P.-M. Blanc, F. Braemer, J. Dentzer-Feydy & F. Villeneuve (éd.), Territoires, Architecture et Matériel au Levant, Doctoriales d’archéologie syrienne, Paris Nanterre, 8-9 décembre 2011, Presses de l’IFPO, Beyrouth, p. 249‑264.

al-Shbib (Sh.) 2015 Les fortifications de Cyrrhus – Nabi Houri, de la période hellénistique à la reconstruction par Justinien, thèse de doctorat, université Paris I.

Assenat (M.) & Pérez (A.) 2012 « Amida Restituta », A. Casse & F. Servajean (éd.), Et in Aegypto et ad Aegyptum, Recueil d’études dédiées à Jean-Claude Grenier (CENiM 5), Montpellier, p. 7‑52.

Bajenaru (C.) 2010 « Minor Fortifications in the Balkan-Danubian Area from Diocletian to Justinian », The centre for Roman Military Studies 8, Cluj Napoca, p. 106‑113.

Bergamini (G.) 1987 « Parthian fortification in Mesopotamia », Mesopotamia XXII, p. 195‑216.

Bujard (J.) & Joguin (M.) 1995 « La fortification de Kastron Mayfaʾah/Umm al-Rasas », SHAJ V, Amman, p. 241-249.

Carstoiu (M.) & Apostol (V.) 2017 « Antiquité Tardive. Notes sur la fortification d’Argamum» , Caiete ARA 8, p. 59‑102.

Crow (J. G.) 1981 « Dara, A Late Roman Fortress in Mesopotamia », Yayla 4, p. 12-20.

Crow (J. G.) 2007 « Amida and Tropaeum Traiani. A comparaison of late antique fortress cities on the lower Danube and Mesopotamia », A.G. Poulter (éd.), The transition to Late Antiquity on the Danube and Beyond, Oxford, p. 433‑455.

De’ Maffei (F.) 1990 « Zenobia e Annoukas. Fortificazioni di Giustiniano sui medio Eufrate, fasi degli interventi e data », De’ Maffei, Barsanti & Guiglia 1990, p. 135‑228.

De’ Maffei (F.), Barsanti (C.) & Guiglia (A.) éd. 1990 Costantinopoli e l’arte delle province orientali (Million, Studi e ricerche d’arte bizantina 2), Roma.

Feissel (D.) 2001 « Les édifices de Justinien au témoignage de Procope et de l’épigraphie », Antiquité tardive 8 - Le de Aedificiis de Procope : le texte et les réalités documentaires, p. 81‑104.

Foss (C.) & Winfield (D.) 1986 Byzantines Fortifications, An Introduction, Pretoria.

Frézouls (E.) 1969 « L’exploration archéologique de Cyrrhus », J. Balty (éd.), Apamée de Syrie : bilan des recherches archéologiques 1965-1968, Actes du colloque tenu à Bruxelles les 29 et 30 avril 1969, Bruxelles, p. 81‑93.

Frézouls (E.) 1977 « Cyrrhus et la Cyrrhestique jusqu’à la fin du Haut-Empire », ANRW II, 8, Berlin, p. 164‑197.

Gabriel (A.) 1940 Voyages archéologiques dans la Turquie Orientale, Paris.

Gaborit (J.) 2012 La vallée englouti. Géographie historique du Moyen-Euphrate (du ive s. av. J.‑C. au viie s. apr. J.‑C.), vol. 1, Beyrouth.

Gaborit (J.) 2015 La vallée engloutie. Géographie historique du Moyen-Euphrate (du ive s. av. J.‑C. au viie s. apr. J.‑C.), vol. 2, Beyrouth.

Gaborit (J.) & Al-Shbib (Sh.) 2008 « Le contexte historique et archéologique : le Moyen Euphrate méridional à l’époque byzantine », J. L. Montero & Sh. Al-Shbib (éd.) La Necropolis Bizantina de Tall As-Sin (Deir Ez-Zor, Siria), Madrid, p. 19-42.

Garlan (Y.) 1974 Recherches de Poliorcétique Grecque. Paris.

Gregory (S.) 1997 Roman Military Architecture on the Eastern Frontier from AD 200 to AD 600, 3 vol. [1995-1997], Amsterdam.

Ginouvès (R.) et al. 1998 Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine III. Espaces architecturaux bâtiments et ensembles, Athènes/Rome.

Harper (R. P.) 1975 « Two Excavations on the Euphrates Frontier 1968-1974 - Pagnik Öreni (Eastern Turkey) 1968-1971, and Dibsi Faraj (Northern Syria), 1972-1974 », DOP 29, p. 453-460.

Hof (C.) 2016 « The late roman city wall of Resafa/Sergiupolis (Syria): its evolution functional transition from representative over protective to concealing », R. Frederiksen et al. (éd.), Focus on Fortifications (Monographs of the Danish Institute at Athens 8), Oxford, p. 397‑412.

Juchniewicz (K.), Asʿad (Kh.) & Al-Hariri (Kh.) 2010 « The defense wall in Palmyra after recent Syrian Excavations », M. Gawlikowski (éd.), Studia Palmyrenskie XI, Varsovie, p. 55‑73.

Karnapp (W.) 1976 Die Stadtmauer von Resafa in Syrien, Berlin.

Kawlikowski (M.) 1994 « Fortress Hatra, new evidence on ramparts and their history », Mesopotamia XXIX, p. 147-184.

Kennedy (D.) 2004 The Roman Army in Jordan. London.

Konrad (M.) 2001 Der spätrömische limes in Syrien. Archäologissche Untersuchungen an des Grenzkastellen von Sura, Tetrapyrgium, Cholle und in Resafa (Resafa V), Mainz.

Lauffray (J.) 1983 Halabiyya-Zenobia. Place forte du Limes oriental et la Haute-Mésopotamie au vie siècle. I. Les duchés frontaliers de Mésopotamie et les fortifications de Zenobia, Paris.

Leriche (P.) 1986 Fouilles d’Aï Khanoum V, les remparts et les monuments associés, Paris.

Leriche (P.) 1993 « Techniques de guerre sassanides et romaines à Doura-Europos », F. Vallet & M. Kasanski (éd.), L'armée romaine et les Barbares du iiie au iie siècle, Rouen, p. 83‑100.

McEwan (C. W.), Braidwood (L. S.), Frankfort (H.), Güterbock (H. G.), Haines (R. C.), Kantor (H. J.) & Kraeling (C. H) 1958 Soundings at Tell Fakhariyah (OIP 79), Chicago.

Margueron (J.-C.) 2013 Cité invisibles : la naissance de l’urbanisme au Proche-Orient ancient, approche archéologique, Paris.

Mielke (D. P.) 2012 « Fortifications and Fortification Strategies of Mega-Cities in the Ancient Near East », Proceedings of the 7th International congress on the archaeology of the ancient Near East (ICAANE), 12-16 April 2010. London, p. 73‑91.

Morrison (C.) 2004 Le monde byzantin, I, L’empire romain d'Orient (330-641), Paris, PUF.

Pugachenkova (G.) 1986 « Caractère de l’architecture défensive antique en Asie centrale », P. Leriche & H. Tréziny (éd.), Les fortifications dans l’histoire du monde grec, Paris.

Redde (M.) 1995 « Dioclétien et les fortifications militaires de l'antiquité tardive. Quelques considérations de méthode », Antiquité tardive 3, p. 91‑124.

Todd (M.) 1983 « The Aurelianic wall of Rome and its analogues », J. Maloney & B. Hobley (éd.), Roman Urban Defences in the West (CBA Research report), London, p. 58‑67.

Whitby (M.) 1984 « Procopius’ description of Martyropolis (de Aedificiis, III, 2, 10-14) », Byzantinoslavica 45, p. 177‑182.

Zanini (E.) 1990 « La cinta muraria di Dara. Materiali per un’analisi stratigrafica », de’ Maffei, Barsanti & Guiglia 1990, p. 229‑264.

Zanini (E.) 1995 « Restauro Giustiniane delle mura di Palmira », A. Iacobini & E. Zanini, Arte Profana e Arte Sacra a Bisanzio (Milion, Studi e ricerche d'arte bizantina 3), Rome, Argos, p. 65‑103.

Zingarella (M.) 2015 « Fortifications systems in central and lower Mesopotamia between the 3rd and the first half of the 2nd millennium BC: an overview », G. Affanni, C. Baccarin & L. Gavagnin (éd.), Broadening Horizons 4. A conference of young researchers working in the Ancient Near East, Egypt and Central Asia, University of Torino, October 2011 (BAR International Series 2698), Oxford, p. 309‑317.

Haut de page

Notes

1 Cette présentation est la synthèse d’une étude en cours.

2 Morrison 2004, p. 24-25 ; Gaborit & Al-Shbib 2008, p. 19-42.

3 Gaborit 2015, p. 463-465 ; De’maffei 1990.

4 Lauffray 1983, p. 105-109 ; De’maffei 1990 ; Gaborit 2015, p. 383‑389.

5 Hof 2016, p. 397-316 ; Karnapp 1976, p. 6-27; Gregory 1997, p. 175-180.

6 Al-Shbib 2009, p. 170-173.

7 Procope, De ædificiis II. V-XI. Feissel 2001.

8 Harper 1975, p. 325-328.

9 Konrad 2001, p. 6-12. Gregory 1997, table 1, p. 252‑261.

10 Junchniewicz, Asʿad & Al-Hariri 2010.

11 Abdul Massih & Gelin 2010 ; Abdul Massih & Gelin 2016, p. 207-219 ; Al-Shbib 2012 ; Alpi 2011.

12 Foss &Winfield 1986, p. 7.

13 Cette préoccupation d’augmenter le nombre des ouvrages de flanquement n’est pas sans rappeler la reconstruction des fortifications de la capitale Constantinople : Procope, De ædificiis, II. V. 6-9 nous apprend comment Justinien y a augmenté le nombre de tours sur les remparts, en en ajoutant une nouvelle entre chaque paire de tours existantes.

14 Karnapp 1976, p. 22 ; Gregory 1997, p. 152.

15 Redde 1995, p. 95.

16 Gregory 1997, p. 175-180.

17 Al-Shbib 2012, p. 260.

18 Harper 1975, p. 325-328.

19 Gregory 1997, p. 175.

20 De’ Maffei 1990, p. 175.

21 Al-Shbib 2015, p. 223-225.

22 Un bastion est un « dispositif obtenu par une épaisseur accrue de la muraille, avec ou sans saillie à l’extérieur, placé le long des courtines, aux angles, ou affecté à la protection des portes. Toujours massif et plein de terre, il concentre une importante proportion de défenseurs. » (Ginouvès 1998, p. 23).

23 Bujard & Joguin 1995, p. 241, Todd 1983.

24 On note à ce propos que les différences de matériaux de construction (pierre, brique crue), n’entraînent pas de particularité dans l’implantation des bastions sur les murailles du vie s.

25 Lauffray 1983, p. 105-109. Gaborit 2015, p. 383-388.

26 Bujard & Joguin 1995, p. 241.

27 Nous ne proposons ici que des hypothèses.

28 Lauffray 1983, p. 105-109. Gaborit 2012, p. 388-392.

29 Les recherches archéologiques sur le site de Cyrrhus ont bien montré que ces fortifications ont été reconstruites par Justinien, voir Frézouls 1969 et 1977b, Al-Shbib 2012, p. 260. Ceci est confirmé par les inscriptions (voir Alpi 2011) et par Procope, De ædificiis, II. XI. 2‑7.

30 Al-Shbib 2015, p. 303-310.

31 Al-Shbib 2015, p. 277-395.

32 Comme nous l’avons déjà vu, d’une part, le bastion est de dimensions réduites par rapport à celles des tours et, d’autre part, il comporte un seul parement externe, ce qui contribue à diminuer les coûts de sa construction (il y a moins de blocs de taille). De plus, il ne nécessite pas d’aménagement intérieur (escaliers, refends) ni de toit.

33 Al-Shbib 2009, p. 170-173.

34 Al-Shbib 2015, p. 113-145.

35 Leur datation n’est assurée que par la comparaison typologique, cf. McEwan et al. 1958, p. 11‑20.

36 McEwan et al. 1958, p. 11-17.

37 Zanini 1995.

38 Crow 1981, p. 41 ; Gregory 1997, p. 80-88 ; Zanini 1990, p. 229-246.

39 Whitby 1984, p. 177-182.

40 Crow 2007, p. 444, et Assenat & Perez 2012, p. 7-52.

41 Bajenaru 2010, p. 40.

42 Garlan 1974, p. 261-262.

43 Adam 1982, p. 57, fig. 24, p. 78-81, p. 111 et p. 232-233.

44 Sur les deux phases de la construction du rempart de Palmyre, voir Zanini 1995, p. 65‑103.

45 Bujard & Joguin 1995, p. 241-249 ; Kennedy 2004, p. 137-138.

46 Bergamini 1987, p. 195-2016.

47 Des bastions ont été utilisés dans les fortifications d’autres sites de cette période, comme les sites de Jakke Parsan et Durnali ; voir Bergamini 1987, p. 2.3‑2.4.

48 Comme par exemple les fortifications d’Aï Khanoum ; voir Leriche 1986, p. 43‑57.

49 Pugachenkova 1986, p.57-69.

50 Zingarella 2015, p. 309-317.

51 Mielke 2012, p. 74-75.

52 Gabriel 1940, p. 106.

53 Garlan 1974, p. 262.

54 Ils étaient également au fait des dernières innovations en matière de poliorcétique, si l’on en croit par exemple la prise de Doura-Europos par les Sassanides (Leriche 1993), ou le récit de celle d’Amida d’après Ammien Marcellin, Histoire II, XIX, 1-8.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende La Syrie au vie siècle apr. J.-C.
Crédits © J. Gaborit.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Figure 2a.
Légende Plans et dimensions des tours sur différents sites : Resafa
Crédits (© Karnapp 1976, Abb. 3).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 2b.
Légende Plans et dimensions des tours sur différents sites : Dibsi Faraj
Crédits (© Harper 1974, p. 323).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 2c.
Légende Plans et dimensions des tours sur différents sites : Zalabiya
Crédits (d’après Gregory 1979, vol. 3 fig. D.3.2).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 3a.
Légende Techniques de construction des bastions : T 6 A, Cyrrhus
Crédits © De’Maffei 1985.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 3b.
Légende Techniques de construction des bastions : Martyropolis
Crédits © De’Maffei 1985.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 4.
Légende Cyrrhus : plan général
Crédits S. Knetchel et S. Bauer, complété par J. Humbert et Sh. Al Shbib, © Mission syro-libanaise de Cyrrhus-Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 5.
Légende Dara : plan des fortifications, implantation des tours et des bastions
Crédits © Gregory 1997, fig. C6.1.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 6.
Légende Tall As Sin : plan du site
Crédits © Mission syro-espagnole de Tall As Sin.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 7.
Légende Palmyre : plan
Crédits (© Yon 2009)
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Figure 7b.
Légende Palmyre : tracé des fortifications sur une image satellite
Crédits (© Google Earth 2012).
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 8a.
Légende Plan des fortifications, implantation des tours et des bastions : Théodosiopolis
Crédits © Gregory 1997, fig. C7.1
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 8b.
Légende Plan des fortifications, implantation des tours et des bastions : Martyropolis
Crédits © Gregory 1997, fig. C2.1.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 9.
Légende Halabiya : plan des fortifications, implantation des tours et des bastions
Crédits © Lauffray 1983, p. 157, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Figure 10.
Légende Plans schématiques : typologie d’alternance entre les tours et les bastions
Crédits © Sh. Al-Shbib.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 11a.
Légende Bastions utilisés dans des fortifications des Balkans : Dionysopolis
Crédits © Bajenaru 2010 pl. 3.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Figure 11b.
Légende Bastions utilisés dans des fortifications des Balkans : Histria
Crédits © Bajenaru 2010 pl. 3.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure 11c.
Légende Bastions utilisés dans des fortifications des Balkans : Argamum
Crédits © Castoiu & Apostol 2017 fig. 3.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure 12.
Légende Palmyre : les bastions et les tours en fer à cheval
Crédits © Gregory 1997, E.1.11.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 13.
Légende Umm ar-Rasas : transformation des bastions de la première phase de construction en tours pendant la deuxième phase
Crédits © Bujard & Joguin 1995, p. 243.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 14.
Légende Jaddalah : alternance tours - bastions/contreforts
Crédits © Bergamini 1987, p. 2.3-2.4.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7498/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shaker Al-Shbib, « La défense des villes à l’époque byzantine : alternance entre les tours et les bastions, tradition ou innovation ? »Syria, 95 | 2018, 413-430.

Référence électronique

Shaker Al-Shbib, « La défense des villes à l’époque byzantine : alternance entre les tours et les bastions, tradition ou innovation ? »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/7498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.7498

Haut de page

Auteur

Shaker Al-Shbib

LabEx Les Passés dans le Présent, NanterreUMR 7041 – ArScAn, équipe APOHR

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search