Navigation – Plan du site
Recensions

Hartmut Kühne (éd.), Umwelt und Subsistenz der assyrischen Stadt Dur-Katlimmu am unteren Habur

Pascal Butterlin
p. 377-381
Référence(s) :

Hartmut Kühne (éd.), Umwelt und Subsistenz der assyrischen Stadt Dur-Katlimmu am unteren Habur (Berichte der Ausgrabung Tell Seh Hammad/Dur-Katlimmu, 8), Harrassowitz, Wiesbaden, 2008, xxx + 261 p., 202 ill., 76 tabl., ISBN : 978-3-447-05700-4.

Texte intégral

1Recension commune avec Wolfgang Röllig, Land- und Viehwirtschaft am unteren Habur in mittelaassyrischer Zeit (Berichte der Ausgrabung Tell Seh Hammad/Dur-Katlimmu, 9), Harrassowitz, Wiesbaden, 2008, xlv + 221 p., 106 ill., 18 tabl., 15 pl., ISBN : 978-3-447-05719-6.

2La publication des vol. 8 et 9 des Berichte der Ausgrabungen Tell Seh Hamad / Dûr-Katlimmu (BATSH) est le résultat du programme multidisciplinaire initié par H. Kühne sur la reconstruction de l’environnement du bas Khabur au cours de l’Holocène, un programme, on le sait, combiné aux recherches archéologiques qu’il conduit à Sheikh Hamad, et à la publication des textes médio- et néo-assyriens découverts sur le site. Le vol. 8 est en substance un recueil d’études d’archéologie environnementale, le vol. 9 l’édition et le commentaire par W. Röllig de cent six documents concernant l’administration des terres et du bétail par l’État pendant la période médio-assyrienne.

3Ces deux volumes sont donc complémentaires, car ils apportent chacun selon des approches différentes des éléments essentiels aux discussions initiées sous l’égide de H. Kühne, sur la nature et les étapes de la politique de développement menée par les administrations assyriennes dans la basse vallée du Khabur aux époques médio- et néo-assyriennes, et singulièrement dans l’ancienne Dur Katlimmu. Une première série d’analyses environnementales a été publiée dans le vol. 1, en 1989. Ces études ont été à la base de la thèse développée par H. Kühne sur les profondes mutations intervenues entre la période médio-assyrienne et la période néo-assyrienne dans la vallée. De toute première importance est l’évaluation de l’impact sur l’environnement de cette politique, un impact qui serait surtout sensible à partir du ixe s. L’environnement naturel devient alors un paysage civilisé, anthropisé, grâce au développement d’un réseau de canaux et de routes qui font de la région un véritable front pionnier dans le contexte de l’essor des voies de communication est-ouest de l’empire néo-assyrien. À la suite de ce développement, le paysage aurait connu une dégradation progressive et massive de l’environnement notamment la disparition de la forêt-galerie du Khabur et la salinisation progressive des sols.

4Les données publiées dans le vol. 8 ont été pour l’essentiel collectées au cours des années 80, au moment où toute la région, vallée du Khabur et vallée de l’Euphrate, voyait se mettre en place un programme de développement du réseau d’irrigation qui a profondément transformé les paysages. Ces informations ont donc une valeur documentaire majeure même si elles sont ont été collectées selon les méthodes antérieures à l’usage des systèmes d’information géographique, notamment. La plupart des textes a été soumis en 1995/1996 et il a fallu plus de dix ans pour que la publication aboutisse finalement, si bien que ces textes ignorent par définition les développements ultérieurs de la discipline. Tout ceci n’ôte rien à la valeur de ces contributions, car elles donnent l’image d’un milieu qui avait peu évolué depuis les destructions perpétrées par les Mongols, avant que barrages et canaux modernes ne transforment profondément ces paysages. Ceux-ci sont ceux d’une steppe dégradée traversée par l’un des principaux affluents de l’Euphrate.

5Le vol. 8 comprend 13 articles de dimensions variées parmi lesquels ont distinguera trois catégories : les 5 premiers articles sont des contributions à l’étude de l’environnement et de la faune de la région ; 4 articles sont consacrés à l’exploitation des restes animaux, humains et végétaux récoltés pendant les fouilles de Sheikh Hamad ; enfin, 4 articles sont des articles de synthèse, qui sont liés à des thèses et études publiées par ailleurs par leurs auteurs, notamment P. Pfälzner, M. Fales ou D. Morandi-Bonacossi ; ils viennent heureusement compléter l’ensemble qui donne une image circonstanciée de la recherche sur le bas Khabur à la fin de l’âge du Bronze et au cours de l’âge du Fer.

6L’ensemble permet ainsi de mesurer depuis la publication du premier volume de la série l’ampleur du travail accompli et la richesse exceptionnelle des données récoltées sur une région dont on ignorait tout dans les années 70.

7C’est d’abord le cas pour l’écologie du bas Khabur telle qu’elle se présentait dans les années 80. Après un premier article très bref sur l’histoire géologique de la région qui s’appuie notamment sur les résultats des carottages pétroliers réalisés et rappelle l’histoire sismique de la région, l’article de U. Smettan constitue une importante contribution à la discussion sur l’évolution de l’environnement, telle qu’on peut la lire dans le sol de la périphérie de Sheikh Hamad. L’article fait la synthèse du survey réalisé entre 1987 et 1989 entre le Khabur et la haute terrasse, à l’est de Sheikh Hamad. Il en résulte une très intéressante cartographie de la micro-écologie des sols du cours majeur du Khabur et des deux terrasses holocènes situées à l’est, des terrasses intensivement mises en valeur par irrigation à l’époque néo-assyrienne. Les différents sols résultent du transfert ou de l’accumulation de sels, de gypses, et de carbonates divers qui sont l’un des traits dominants de l’ensemble de la région, de l’Euphrate au Khabur. La présence de ces sels est, on le sait, l’un des problèmes majeurs que pose la mise en valeur de ces sols par irrigation, un problème qui concerne l’agriculture irriguée mais aussi les édifices construits dans la région. U. Smettan montre à travers une étude circonstanciée que les sels présents dans les différents sols étudiés se sont accumulés dans la longue durée, depuis 5 000 ans. Les sols considérés ont une importance nutritive à condition que des plantes halophiles, ou résistant au sel, y soient plantées. Ces sols ont permis d’alimenter une population évaluée à 7 000 habitants. Toutefois, les analyses conduites ne permettent ni de démontrer l’existence de modifications climatiques, ni une salinisation des sols qui pourraient être à l’origine de l’effondrement du système économique néo-assyrien. En somme cette étude ne permet pas d’étayer les différentes thèses sur les modifications environnementales induites par l’exploitation ou la surexploitation supposée du milieu naturel du bas Khabur.

8Les trois articles suivants sont des catalogues de faune de la plus haute importance pour tous ceux qui s’intéressent aux ressources animales de la région et à leur évolution. On notera en particulier la qualité de l’article de F. Krupp et W. Schneider sur l’hydro-écologie du Khabur : 27 espèces différentes de poissons d’eau douce ont été répertoriées, les auteurs considérant qu’ils ont dressé là un catalogue exhaustif des espèces présentes, un inventaire qui est resté stable au cours des 4 000 dernières années à l’exception de l’introduction récente de quatre espèces exotiques. Là encore, la conclusion est très intéressante : il semble que l’ensemble a là aussi peu évolué et rien ne semble indiquer une pêche qui aurait conduit à l’extinction de certaines espèces.

9L’article le plus substantiel et le plus riche en informations nouvelles est assurément la contribution de C. Becker sur les ossements de Sheikh Hamad (p. 61-131). Les collections d’ossements, récoltées au cours de trente années de recherches archéologiques, comprennent 100 000 spécimens, dont 56 129 ont pu être analysés. Ils proviennent de trois zones de fouilles principales : 15 623 proviennent de la citadelle médio-assyrienne, 4 509 des résidences néo-assyriennes et 35 997 de « l’angle nord-est », également de période néo-assyrienne. Les spécimens ont été collectés dans des contextes stratifiés qui ne sont pas tous primaires naturellement et doivent donc être considérés avec prudence. Quand l’auteur affirme que les ossements récoltés au-dessus du niveau des sols proviennent systématiquement des niveaux supérieurs, c’est probable, mais ils peuvent fort bien avoir été pris dans des briques ou des éléments de terrasse.

10Parmi ces échantillons, ou spécimens, les restes de mammifères sont dominants, un fait classique. Les spécimens domestiques prédominent. De ces observations émergent quelques faits majeurs : on retrouve le spectre usuel des espèces sauvages de la région qui ont été étudiées par ailleurs, sur le cours supérieur ou moyen du Khabur. Les proportions entre ces différentes espèces varient toutefois considérablement dans le temps et dans l’espace, notamment entre la citadelle médio-assyrienne et les quartiers néo-assyriens. La proportion des animaux chassés est nettement supérieure à la citadelle : 44 % contre 15 % dans les quartiers néo-assyriens. Il s’agit surtout d’onagres et de cervidés. D’autre part, la consommation d’animaux domestiques présente également des variantes intéressantes. Dans la citadelle prédominent largement les moutons (75 %), des animaux qui paraissent avoir été plus grands et plus robustes que ceux qui sont consommés dans les quartiers néo-assyriens. Là, la consommation paraît équilibrée entre moutons, bœufs ou camélidés. La présence de ces camélidés est naturellement très intéressante. Les spécimens (peu nombreux) retrouvés pour l’époque médio-assyrienne sont interprétés à raison comme les restes de chameaux de bât, plutôt que des dromadaires. Leur présence à l’âge du Fer n’a rien d’étonnant, mais il est intéressant de constater l’importance qu’ils paraissent avoir dans la consommation de viande des élites néo-assyriennes.

11Toutes les différences constatées entre les divers chantiers offrent d’intéressantes pistes de réflexion sur l’évolution de l’élevage, et surtout de la consommation de viande : l’explication peut être sociologique (citadelle/quartiers domestiques) ou chronologique (médio-assyrien/néo-assyrien). Si on adopte la première perspective, il s’agirait d’une différence d’approvisionnement et de consommation entre l’élite qui réside à la citadelle et les habitants des quartiers domestiques (qui au demeurant n’apparaissent pas comme des quartiers populaires). Si on adopte la perspective chronologique, on aboutit alors à l’idée d’un déclin de la population d’animaux sauvages, au fil de la disparition de la forêt-galerie du Khabur. Quelle que soit la solution privilégiée, on dispose là d’un exceptionnel échantillon signifiant sur le plan statistique. L’auteur souligne toutefois à raison que cet ensemble ne permet pas de raisonner sur toute une filière économique mais seulement sur des stratégies de consommation différenciées dans le temps et dans l’espace. Elle souligne notamment que l’appréhension de l’ensemble de cette économie ne sera possible qu’une fois publiés les documents découverts dans ces quartiers et à la citadelle, concernant l’élevage et l’exploitation agricole.

12C’est précisément le propos de l’ouvrage de W. Röllig qui sort la même année. Il est dommage que ni dans cet ouvrage ni dans celui que nous évoquons une comparaison ne soit faite entre documentation archéozoologique et documentation archéologique, on reviendra sur ce point. Les mutations qu’observe C. Becker sont aussi sensibles quand on reprend la question des plantes cultivées dans le Khabur, comme le montre la courte mais très stimulante étude de Van Zeist. Là, l’élément clef est d’abord la mutation survenue dans la culture de l’orge : orge à deux rangs dans la citadelle médio-assyrienne (avec une quantité considérable d’orge sauvage) et orge à deux et six rangs, blé dur, millet, lentille et sésame. La stratégie observée à Sheikh Hamad, à l’époque médio-assyrienne est très comparable à celle que l’on observe à Tell Bderi au Bronze ancien. Là aussi prédomine largement l’orge à deux rangs.

13Il est dommage que l’intéressante étude de Schutkowski sur les régimes alimentaires déduits de l’analyse des ossements humains ne porte pas exactement sur la même période. Elle permet toutefois d’intéressantes comparaisons entre les pratiques alimentaires à l’époque néo-assyrienne et à l’époque romaine. Là s’arrêtent en tout cas les analyses du matériel de Sheikh Hamad.

14Les autres articles sont des contributions plus générales qui s’inscrivent dans des démarches plus larges, souvent liées à des monographies publiées par ailleurs depuis. P. Pfälzner revient sur la question des modes de stockage dans la vallée du Khabur au Bronze ancien. Le passage d’un mode de stockage communautaire au début du IIIe millénaire à des formes domestiques de stockage est interprété comme le résultat du développement d’une économie centralisée dont les fouilles de Tell Brak ou Tell Beydar donnent la meilleure illustration. Il reste toutefois à comprendre pour quelles institutions centrales ont travaillé ces communautés de l’EJ III-IV. Divers modèles explicatifs par ailleurs ont été produits pour expliquer les mécanismes économiques qui ont conduit ces villages du Khabur moyen à développer des stratégies spécifiques de stockage et le sujet est loin de faire consensus. Les publications finales de sites clefs, comme Atij ou Raqai notamment, devraient permettre de se faire une idée plus précise encore de ces villages.

15De la même manière, le développement d’une économie hydraulique centralisée est l’objet d’intenses discussions dont les articles de M. Fales et D. Morandi-Bonacossi donnent chacun à leur manière un bon écho. Les contours d’une économie impériale et d’un véritable paysage impérial apparaissent à travers l’étude de D. Morandi-Bonacossi. Il présente là le résumé d’une partie majeure de son étude sur la moyenne vallée du Khabur. La rupture majeure intervient à l’époque néo-assyrienne : une nouvelle géographie du peuplement se met alors en place, dominée par des motivations politiques et militaires. Les grandes places centrales se trouvent sur la rive gauche mais c’est l’ensemble de la vallée et de la terrasse qui connaissent un extraordinaire développement, qualifié « d’exponentiel », au sein du réseau des routes royales néo-assyriennes.

16L’ensemble de ces travaux permet ainsi de dessiner ce qui est à considérer comme un cas type de mise en place d’un vaste projet de développement sur lequel H. Kühne revient en conclusion, en rappelant les principaux aspects d’un essor multiforme, le contraste entre les périodes médio- et néo-assyriennes étant là encore mis en avant. L’auteur rappelle que ce qui fut au départ une oasis isolée du développement devint à l’époque médio-assyrienne le relais majeur d’un véritable réseau qui a modelé en profondeur son environnement.

17C’est à ce point de l’analyse que la combinaison avec les documents textuels est essentielle, quand ils existent. La publication la même année des textes médio-assyriens de la citadelle permet cette comparaison que ni les archéologues du vol. 8 ni l’éditeur des textes ne tentent réellement, ce qui est dommage et exemplaire de la difficulté que les deux disciplines ont à collaborer. W. Röllig édite là cent six documents administratifs, qui datent de la période médio-assyrienne. Il s’agit de documents administratifs qui couvrent une période de cinquante ans environ sous les règnes de Salmanassar Ier et Tukulti Ninurta Ier, au xiiie s. avant notre ère : 45 noms d’éponymes sont présents, échelonnés entre 1254 et 1211. Ces documents contiennent essentiellement des informations sur la gestion des troupeaux et des terres, par l’État, aucune information sur d’éventuels propriétaires privés n’étant évoquée. Leur distribution dans le temps est très inégale et ils ne donnent pas une image complète d’une économie agro-pastorale, seulement la part gérée par l’État assyrien, dans la province de Dur Katlimmu. L’édition des textes est précédée d’un commentaire qui distingue gestion du cheptel (p. 1-59) et gestion des terres (p. 60-106). Les tablettes ont été trouvées dans la pièce A du bâtiment P : elles étaient prises dans les débris incendiés de l’édifice, mélangées à des scellements, des ossements animaux (domestiques et sauvages) et des charbons de bois. La disposition initiale de ces documents ne peut donc être reconstituée, si ce n’est que ces documents devaient être liés à des installations économiques notamment des greniers. Les perturbations récentes subies par le secteur expliquent en tout cas les difficultés rencontrées pour reconstituer l’ensemble du lot, de nombreux joints ayant été possibles.

18Les documents concernant le cheptel sont des listes d’animaux, des listes de produits issus de l’élevage ou bien des documents mélangeant les deux types précédents. Les troupeaux en question sont composés de bovidés, d’ânes, de moutons et chèvres, surveillés par des spécialistes, qui délivraient annuellement un rapport, mentionnant en particulier naissances et pertes d’animaux. La perte d’un animal devait être justifiée, sa peau était récupérée. Les listes débutent systématiquement par les bovidés, puis les asiniens et le petit bétail, avec des chiffres compris entre 14 à 182 têtes de bovidés, 31 à 331 ânes et 58 à 1 065 têtes de petit bétail (chèvres et moutons). L’un des éléments cruciaux de cette documentation est la nature des produits mentionnés : peaux, laine, poils et graisse (plus marginalement). Aucune information n’apparaît donc sur la consommation de viande, si bien que tout croisement avec les données archéozoologiques est difficile. W. Röllig en conclut en tout cas que la région fournissait suffisamment de fourrage pour nourrir un cheptel substantiel dès la période médio-assyrienne. Il manque naturellement les données qui permettraient une comparaison avec la période néo-assyrienne.

19Les données sur l’agriculture concernent Dur Katlimmu d’une part, d’autre part Duara. Les informations que donnent ces textes sont absolument fondamentales puisqu’elles permettent de mesurer les surfaces cultivées (36 ha à Duara et 126 à 180 ha à Dur Katlimmu, dont 18 environ de terres irriguées). Il s’agit naturellement de terres publiques, non d’éventuelles terres privées. Le produit mentionné au premier chef est l’orge, plus marginalement le blé et le sésame. Les documents sont pour l’essentiel des récapitulatifs de produits de récolte, des récépissés de stockage ou de distribution des produits. Ces documents sont très comparables par leurs formulaires et leur terminologie — ce n’est pas une surprise — à ceux d’Asshur. Ils mentionnent, comme dans le cas des textes concernant l’élevage des laboureurs, surtout des chefs d’équipes, qui sont responsables d’équipes de travailleurs ikkaru dont le statut reste discuté. Ceux-ci bénéficient de rations, mais leur lien à la terre reste incertain. Ces chefs d’équipe sont présents dans la durée, les textes permettant de suivre leur activité pour certains sur trois décennies.

20Si l’aire totale cultivée au bénéfice de l’État est précisée, on ne sait rien en revanche de la localisation de ces terres que W. Röllig présente tout naturellement en distinguant les terres irriguées des terres en cultures sèches. Cette distinction toutefois est le résultat d’une déduction, non un critère de l’administration médio-assyrienne : les terres à haute productivité sont considérées comme irriguées (jusqu’à 2 emaru par ikû). Suivant ce critère, il apparaît que les terres exploitées à Duara ne sont pas irriguées et qu’il s’agit probablement d’un établissement situé dans la steppe. À Dur Katlimmu, la documentation laisse supposer qu’environ 18 ha seulement sont alors irrigués, la terminologie restant incertaine, W. Röllig estimant que le terme EZEN présent dans 13 des 21 documents concernés désigne des terres irriguées. Le produit phare est l’orge, de l’orge à deux rangs d’après les découvertes archéologiques dans le bâtiment P de la citdelle. Les surfaces cultivées en orge représentent entre 12,35 et 17,6 km2.

21Cela nous conduit à deux autres questions : la productivité telle qu’elle peut être calculée à partir de ces documents et la question du stockage des produits en question. Les tableaux produits permettent à Röllig d’entamer la discussion sur la productivité de ces parcelles cultivées en orge. En établissant des listes par champs, année par année, il parvient à montrer que sur les dix-huit années pour lesquelles l’opération est possible, se distinguent des éléments de conjoncture, avec une très forte variabilité interannuelle des récoltes, ce qui n’est pas étonnant puisque nous sommes dans ce que Wilkinson appelle une zone d’attrition, aux limites des possibilités des cultures sèches. Les chiffres sont en tout cas tout à fait éloquents et offrent pour l’historien de l’économie des données remarquables. Röllig constate que ces récoltes permettent en tout cas la plupart du temps de satisfaire la demande de l’État qui a fixé un rendement type (18,4 l d’orge par ikû = 3 528 m2, soit 5,21/ha). On observe en tout cas des différences qui peuvent aller de 1 à 4 lors d’excellentes années comme l’année 15 ou 27 par exemple, calculs que Röllig ne fait pas, n’exploitant pas totalement ces données qui mériteraient assurément d’être comparées à d’autres données du même type que nous connaissons.

22Le deuxième point concerne les problèmes posés par le stockage et la compréhension des installations qui y correspondaient, une question traitée en détail par St. Jacob en 2003 dans son étude. Nous noterons là deux éléments essentiels : la majeure partie des textes mentionnent le bît karme — le grenier — terme bien connu dans les textes médio-assyriens. Les textes donnent des informations très précises sur la pièce ou même le lieu où la récolte doit être stockée. Ils mentionnent également des greniers de maisons privées et plus marginalement d’autres installations, notamment une tour et le bît shahuri, qui reçoit du sésame pour distribution. Dans ce dernier cas, et sans rouvrir la discussion sur ces shahuri, notons que le monument en question doit donc là comprendre une installation de stockage, des installations qui sont aussi attestées à Asshur. Ces documents donnent ainsi de précieuses informations sur la topographie d’une économie royale dont Dur Katlimmu dans son intégralité est une excellente illustration. Ils donnent à l’archéologue de précieuses informations qui ont les limites usuelles qu’impose le genre.

23En somme, nous avons là deux volumes bien distincts qui sont deux contributions majeures à l’histoire du monde assyrien. Ils viennent heureusement compléter la belle série des publications du projet de recherche animé autour des fouilles de Dur Katlimmu et ils permettent d’alimenter avec des données solidement établies une discussion historique extrêmement féconde sur l’évolution d’un monde provincial dont on ignorait tout il y a encore trente ans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Butterlin, « Hartmut Kühne (éd.), Umwelt und Subsistenz der assyrischen Stadt Dur-Katlimmu am unteren Habur  », Syria, 87 | 2010, 377-381.

Référence électronique

Pascal Butterlin, « Hartmut Kühne (éd.), Umwelt und Subsistenz der assyrischen Stadt Dur-Katlimmu am unteren Habur  », Syria [En ligne], 87 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/756

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals