Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95Autres articlesDéveloppement et urbanisme du sec...

Autres articles

Développement et urbanisme du secteur méridional de Cyrrhus-Nebi Houri

Jeanine Abdul Massih
p. 397-411

Résumés

Dès les premières campagnes de fouilles, la mission archéologique syro-libanaise de Cyrrhus (Nebi Houri) a développé un programme de recherche sur l’occupation de l’espace urbain et le système défensif de la ville. L’étude de l’implantation des rues et des édifices intra-muros a mis en évidence un plan urbain orthogonal orienté suivant l’axe nord-sud de la rue principale. Le tracé de cette dernière présente un changement de direction vers le sud-ouest dans sa portion méridionale. Le résultat combiné des différentes investigations sur le tracé des fortifications, sur la rue principale et sur la porte sud, ainsi que les fouilles archéologiques du secteur sud à flanc de colline et la prospection géophysique ont permis de mettre en évidence les limites de la première Cyrrhus et d’analyser l’évolution du plan et de la nature de l’occupation au sud de la ville à travers les âges.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Mission syro-libanaise de Cyrrhus a été créée en 2006 par l’Université Libanaise et la Directio (...)
  • 2 Généralement attribuée à Séleucos Nicator (Bousdroukis 2003 propose plutôt Antigone), Cyrrhus n’ap (...)

1La mission archéologique syro-libanaise de Cyrrhus, créée en 2006 1, a établi son programme de recherche sur l’analyse de l’occupation territoriale de la ville, intra et extra-muros, depuis la fondation de la ville jusqu’à sa destruction 2. Au cours des premières campagnes de fouilles, l’étude de l’implantation des rues et des édifices ainsi que la circulation générale a été mise en parallèle avec l’étude des fortifications, permettant ainsi d’établir les grands axes de la recherche urbanistique et militaire de la ville et l’établissement d’un plan topographique et archéologique du site restituant les différentes phases d’occupation (fig. 1).

Figure 1.

Figure 1.

Plan du site

S. Baier, S. Knechtel complété par J. Humbert et Sh. Al-Shbib © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

  • 3 Frézouls, 1988.

2La ville de Cyrrhus est organisée autour d’une citadelle et d’un plateau en déclivité vers la rivière du Saboun Souyou, qui délimite topographiquement le site sur son flanc oriental. C’est sur ce plateau que s’implante la ville basse, qui s’organise selon une trame urbaine orthogonale axée sur la rue principale nord-sud 3. Le tracé de cette rue principale, délimitée à ses extrémités par deux portes, se déroule de manière rectiligne à partir de la porte nord sur environ 850 m de long avant d’opérer un changement de direction vers le sud-ouest dans les derniers 200 m menant à la porte sud. Le changement de direction de l’axe directeur de la ville concorde avec la limite actuelle de la fortification méridionale (voir fig. 1). Néanmoins, les observations menées sur les premiers états de la muraille et du plan urbain de la ville ont démontré des dissimilitudes dans la nature des installations relevées dans la partie sud du site par rapport au reste de la ville, tant au niveau des phases de construction de la muraille que par rapport à l’occupation au sol.

3C’est donc sur ce secteur méridional du site que s’est d’abord concentré notre programme de recherche, dont l’objectif principal est l’analyse de l’occupation du secteur à travers la reconstitution de la trame urbaine, l’étude de la rue principale et leur mise en relation avec la recherche menée sur le système défensif (fig. 2).

Figure 2.

Figure 2.

Secteur méridional vu des fortifications

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

  • 4 Abdul Massih 2012b, Abdul Massih & Gelin 2016.
  • 5 Ces segments de muraille en polygonal, visible sur l’ensemble du site excepté le long du rempart s (...)

4La fortification méridionale a ainsi fait l’objet d’une recherche précise sur divers secteurs, allant de la citadelle à l’angle sud-est de la ville 4. Le rempart, aujourd’hui préservé dans son état tardif, s’est révélé être fondé sur la muraille d’origine construite en pierres polygonales 5 en plusieurs secteurs : sur la citadelle, dans la pente de l’acropole jusqu’à la tour 5, et dans l’angle sud-est du site à partir de la tour 10 (fig. 3). L’absence de fondation polygonale dans la partie médiane de la muraille sud, entre la tour 5 et la tour 10, et à la porte sud a entraîné la mise en place de plusieurs sondages archéologiques pour tenter de retrouver le tracé de la première muraille.

Figure 3.

Figure 3.

L’appareil polygonal vu dans les fondations de la courtine 2-3

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

La porte du rempart méridional et la rue principale

  • 6 L’étude de la céramique est toujours en cours.

5La recherche à la porte sud s’est effectuée suivant plusieurs problématiques : le dégagement de l’édifice et des aménagements à proximité, l’établissement d’une chronologie des installations et la recherche des niveaux les plus anciens (fig. 4). Des sondages ont été installés contre la face nord de la tour orientale (à l’intérieur de la ville) et à la jonction de la tour occidentale et de la courtine ouest (dans l’angle extérieur). Ces travaux n’ont révélé aucune occupation ou niveau de circulation antérieur à la période romaine. Les résultats des sondages et l’analyse des phases de construction de la porte et de ses abords ont permis d’établir une chronologie relative des occupations du secteur et de proposer une datation à partir de l’étude du matériel archéologique, notamment de la céramique. Dans l’ensemble du matériel céramique récolté, la datation la plus ancienne associée à ce jour à la porte sud remonte à la période romaine et plus précisément au iie s. de n. ère 6.

Figure 4.

Figure 4.

Porte sud et rue principale dallée, vue cerf-volant

© Yves Guichard.

6Chronologiquement, dans le sondage implanté contre la face nord de la tour à proximité de la rue principale, l’installation la plus ancienne est représentée par les vestiges d’une voie dallée en basalte, mise en évidence contre la paroi nord de la tour orientale (fig. 5). Elle se situe environ 50 cm sous le niveau de la rue pavée actuelle datée de l’époque byzantine. Les dalles de cette première voirie sont bien agencées et ont une forme hexagonale. Elles recouvrent une canalisation à l’aide de longues pierres plates et fines de basalte parmi lesquelles se trouve également une base de colonne en calcaire qui pourrait, de par sa position, appartenir à un portique à colonnade d’une rue plus ancienne. Un doute demeure quant à savoir si cette base est in situ ou si elle fut déplacée pour servir de couvrement au canal. Il est actuellement impossible de confirmer l’une des deux hypothèses sans procéder à une extension du sondage vers le nord, aujourd’hui condamné par le poste de gardiennage moderne installé sur le site.

Figure 5.

Figure 5.

Sondage effectué contre la face nord de la tour orientale de la porte sud

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

  • 7 Alpi 2016.

7Les niveaux dallés mis en évidence ont par la suite été tranchés lors de la phase de construction des tours de la porte sud, confirmant l’antériorité de la voirie. La porte méridionale s’installe ainsi, à la période byzantine, sur le tracé de la première voie en basalte de la période romaine. Édifiée par Justinien, tel qu’en témoigne l’inscription célébrant Justinien et Théodora trouvée sur le claveau de la porte écroulé à l’extérieur de l’entrée 7, la porte sud a été érigée en pierres de réemploi issues de monuments romains à proximité. Elle est flanquée de deux tours dominant une entrée constituée d’une rue dallée en basalte délimitée par deux trottoirs de calcaire et aménagée dans l’espace extérieur de la porte. Un seuil en calcaire, creusé d’ornières, marque la séparation entre l’intérieur et l’extérieur de la ville (fig. 6). Le dégagement du sommet des tours et de leurs abords a permis de constater la préservation des façades byzantines des deux édifices, malgré les importants remaniements subis aux périodes médiévales. Comme sur l’ensemble de la fortification, une importante phase de reconstruction et de réaménagement est attestée à la période médiévale sur les structures internes de la porte, notamment sur les entrées, les escaliers d’accès et la maçonnerie interne des tours.

Figure 6.

Figure 6.

Porte sud vue de l’extérieur, avec la rue dallée et les deux trottoirs

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

  • 8 Accumulation marquant une phase d’abandon avant l’établissement des magasins.
  • 9 Ces travaux menés par Edmond Frézouls, mentionnés brièvement dans ses rapports, n’ont jamais été p (...)

8Côté rue, un sol en chaux d’une épaisseur de 10 cm recouvre les dalles de basalte, surélevant le niveau de circulation à celui des entrées tardives des tours de la porte sud. C’est sur ce niveau, contre la façade nord de la tour orientale de la porte sud, que se sont accumulées des couches sur lesquelles prennent fondation les murs en pierres tout-venant 8 maçonnées au mortier de terre qui délimitent une petite pièce construite. Cette pièce longitudinale accolée à la porte ouvre sur la rue principale par une entrée matérialisée par un seuil en pierre de calcaire tendre sur lequel des vestiges du système de fermeture sont préservés. Aucun sol de fonctionnement correspondant à cette construction n’a été identifié, vraisemblablement à cause des travaux de dégagements menés dans le secteur par la mission précédente 9. La pièce, de petite dimension (450 × 320 cm), n’est semble-t-il dotée d’aucune autre ouverture ou annexe. Elle a été interprétée comme un magasin qui borde la rue principale. Cette hypothèse a été confirmée lors de la poursuite du dégagement de la rue vers l’intérieur de la ville.

  • 10 La prospection a été menée par Christophe Benech dans le cadre de l’ANR PROGECESA. Abdul Massih, B(...)
  • 11 La prospection magnétique a été entreprise à l’aide d’un gradimètre à Césium (Abdul Massih, Benech(...)
  • 12 Le site a été entièrement fermé à la circulation en 2009.
  • 13 Les travaux de dégagement de la rue principale ont été interrompus avant la fin de la fouille des (...)
  • 14 La porte d’origine ou la porte sud antérieure à l’extension urbaine d’époque byzantine.

9D’autres installations du même type ont été mises en évidence le long des abords orientaux de la rue principale et confirmées par la suite par la prospection géophysique 10 (fig. 7). Le dégagement de la rue, de 2009 à 2011, sur une distance de plus de 50 m à partir du seuil de la porte principale vers l’est de la ville, avait pour objectif la mise en évidence de la rue en basalte d’une manière extensive, jusqu’au changement de direction (fig. 8). Le dégagement de la portion méridionale de la rue a révélé son revêtement en dalles de basalte en parfait état de conservation, qui s’est traduit lors de la prospection géophysique par une forte résonance électromagnétique confirmant la continuité du pavement jusqu’au changement de direction de la rue principale 11 (voir fig. 7). L’étude de cette rue, dans sa partie méridionale, a révélé, dans le secteur de la porte sud, divers niveaux de revêtements basaltiques appartenant aux périodes romaine et byzantine ainsi que des sols en terre damée — recouvrant les rues dallées — d’époque médiévale. Les niveaux tardifs en terre ne sont que partiellement préservés à cause du passage moderne des voitures et des machines agricoles 12. Toutefois, ces sols tardifs ont pu être observés sur les abords orientaux de la rue, où des vestiges d’autres magasins sont apparus 13 (fig. 9). La continuité de l’occupation des abords de la rue par des structures de même type est confirmée par l’image géophysique qui reproduit une série de magasins qui s’étirent le long des deux côtés de la rue de manière régulière. On observe leur arrêt à quelques dizaines de mètres de la porte d’origine 14, sans en distinguer clairement la cause. Les pièces alignées le long de la rue présentent différentes phases d’occupation ou d’aménagement qu’il est impossible de définir avec certitude sans recourir à la fouille. Toutefois, la datation de ces installations remonterait par chronologie relative aux périodes tardives.

Figure 7.

Figure 7.

Carte géophysique

© Christophe Benech.

Figure 8.

Figure 8.

Extension de la rue dallée dégagée à partir de la porte sud

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

Figure 9.

Figure 9.

Section stratigraphique relevée le long des abords orientaux de la rue à proximité de la porte sud

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

10Différents aménagements en relation avec la porte sud ont ainsi pu être étudiés et différentes phases d’installation identifiées. Cependant, aucun vestige antérieur à la période romaine n’a été relevé. À cet effet, notre recherche s’est portée sur le changement de direction de la rue principale, où des sondages et dégagements ont été conduits afin de mettre en évidence le point de jonction des deux rues et très probablement la première porte méridionale de la ville.

  • 15 Ces travaux ont été mené par Mathilde Gelin et Shaker Al-Shbib. Voir l’article de Mathilde Gelin d (...)
  • 16 Abdul Massih & Gelin 2016.
  • 17 La carte géophysique est très perturbée au niveau du changement de direction, vraisemblablement à (...)

11L’hypothèse de l’existence d’une première porte sud antérieure à l’extension byzantine, proposée pour expliquer le changement de direction observé sur la rue principale, a été confortée par la mise au jour du premier tracé de la muraille méridionale sur les flancs de la colline de la citadelle entre la tour 5 et par le changement de direction de la rue. Les travaux de dégagement dans la pente de la citadelle ont été menés 15 à la suite du repérage en surface d’alignements de blocs polygonaux permettant ainsi de mettre au jour une tour entièrement en appareil polygonal, construite à cheval sur le rempart et similaire, dans son plan et ses techniques de construction, à la tour polygonale dégagée sous la tour 3 de la citadelle 16. Cette portion du premier rempart se développe en segments de 50 m à partir de l’angle sud-est de la citadelle en suivant la topographie de la colline pour rejoindre le changement de direction. La carte géophysique du secteur suggère le plan d’implantation de la première porte sud 17 et fait apparaître la continuité de cette fortification allant du changement de direction vers le sud-est, vers la tour 10. Ainsi, les évidences archéologiques découlant du repérage du premier tracé du rempart sud sont étayées par les résultats de la prospection géophysique qui désigne le point de changement de direction comme seule possibilité d’implantation d’une porte ouvrant directement sur la rue principale.

La porte sud antérieure à l’extension urbaine d’époque byzantine

  • 18 Voie entièrement arasée par les installations plus tardives et l’activité agricole moderne.
  • 19 L’étude du fonctionnement et du mécanisme de fermeture de cette porte est toujours en cours.

12C’est ainsi qu’au point de changement de direction, les dégagements de la voie moderne ont permis de découvrir directement sous les niveaux perturbés les vestiges de la première porte sud (fig. 10). L’ensemble des vestiges de l’entrée a été arasé par les installations successives. Seul le seuil est conservé, s’étirant sur toute la largeur de la rue. Il est délimité, côté sud, par le pavement en dalles de basalte de la rue, qui se développe en deux embranchements de voies dallées partant l’une vers le sud-est 18 et l’autre vers le sud-ouest en direction de la porte méridionale actuelle. La jonction de ces deux voies en basalte vient buter directement contre le seuil de la première porte sud. Dans le revêtement de la rue, des crapaudines ont été creusées assurant le système de fermeture de la ville. Elles sont espacées d’environ 180 cm et mesurent approximativement 20 cm de diamètre 19 (fig. 11). Dans le seuil en calcaire blanc de la première porte sud, de même que sur la rue dallée dégagée sur environ 15 m, des ornières dues au passage charretier ont été observées. Elles forment une ligne courbe qui indique et matérialise le changement de direction allant vers le sud-ouest, vers l’actuelle porte méridionale. Elles recouvrent également l’ensemble du dallage de la rue mis au jour dans le secteur de la porte sud, indiquant une phase d’occupation où les chars étaient en fonction dans la ville. L’utilisation des chars est généralement attribuée à l’occupation romaine.

Figure 10.

Figure 10.

Porte d’origine de la ville

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

Figure 11.

Figure 11.

Crapaudines devant le seuil de la porte d’origine

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

13L’analyse architecturale chronologique des aménagements de la porte sud a démontré la mise en place, simultanément au rétrécissement du passage de la porte, d’un seuil en calcaire blanc surélevé de plus d’une vingtaine de centimètres en travers de l’entrée sud, condamnant l’accès aux véhicules (voir fig. 6).

  • 20 Travaux menés par Nadine Panayot Haroun à la Basilique et par Laure Salloum sur l’église à l’est d (...)

14En revanche, au nord du seuil de la porte d’origine, aucun revêtement dallé n’a été découvert. L’ensemble de cet espace s’est révélé perturbé et détruit. Plusieurs fragments de blocs appartenant au trottoir ont été retrouvés, dispersés sur l’ensemble du secteur. Cette destruction n’est probablement liée à aucun événement historique mais correspond plus vraisemblablement aux divers remaniements subis notamment lors du déplacement de la porte méridionale vers le sud-ouest. Cependant, de nombreuses portions étudiées le long de la rue principale, qui se déploie rectilignement de la première porte sud à la porte septentrionale, ont livré des vestiges du revêtement de la rue en pierre basaltique, sur toute la longueur de la rue. Cette rue dallée a pu être observée à l’est de la basilique, dans un sondage mené le long de la face orientale du bâtiment, environ 180 cm sous le niveau actuel, et un peu plus loin vers le sud, au niveau de l’église à l’est du théâtre installée le long de la rue principale, dans un sondage implanté dans la rue contre la façade est de l’église 20 (fig. 12). C’est dans ce secteur que la voie et ses revêtements basaltiques successifs ont pu être observés et mis en relation avec le monument et ses diverses phases d’occupation, permettant de ce fait d’établir une chronologie relative de l’occupation du secteur.

Figure 12.

Figure 12.

Vue du sondage dans la rue de l’église à l’est du théâtre

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

Proposition d’interprétation générale de l’urbanisme de Cyrrhus

  • 21 Cohen 2006, p. 71-197.
  • 22 Organisée suivant des axes de rues perpendiculaires, la trame urbaine forme des îlots d’occupation (...)

15Ainsi, la rue principale, axe directeur du site, mesurait à sa fondation 21 environ 17 m de large. Elle est bordée sur ses côtés par les murs délimitant les îlots de la trame urbaine 22. À l’époque romaine, un nouvel axe majeur est créé au nord du site, perpendiculaire à cette dernière, reliant la porte est à la porte ouest. La rue nord-sud est dotée, à cette période, de portiques d’une largeur de 5 m bordant de part et d’autre la chaussée d’environ 7 m de large. Cette dernière, entièrement dallée de pierres de forme hexagonale, se présente comme un revêtement légèrement convexe aménagé pour faciliter l’écoulement des eaux vers les rainures disposées à la jonction du trottoir des portiques et de la rue. Elle devient ainsi une rue à colonnade entièrement dallée se développant de manière rectiligne de la porte nord à la porte méridionale d’origine. Son prolongement vers l’extérieur de la ville, en direction du sud-ouest, dévoile la présence d’une voie qui relie Cyrrhus aux principales voies de communication de la province romaine de Syrie. Ces vestiges sont marqués sur le terrain par le tétrapyle localisé au sud du site et les ponts romano-byzantins jalonnant la voie de l’est reliant Cyrrhus à Zeugma (fig. 13). Similaire dans sa technique de construction au reste de la rue romaine, l’embranchement externe sud-ouest pourrait logiquement se prolonger en une rue à colonnade. Il est actuellement difficile d’affirmer cette hypothèse sans dégager d’autres exemples de tambours de colonnes semblables à celui mis au jour contre la tour orientale de la porte sud. Il est fort possible, si la rue à colonnade a existé entre les deux portes sud du site, que les tambours de colonnes aient été réemployés dans les édifices de proximité aux périodes ultérieures. À l’extérieur des limites actuelles du site, de nombreux tambours de colonnes ont été notés, dans un alignement chaotique, à l’est du mausolée du Nebi Houri au sud de la ville. Leur disposition et leurs dimensions rappellent les colonnes appartenant plutôt à la période byzantine.

Figure 13.

Figure 13.

Pont romano-byzantin en contrebas du site

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

16Il est clair que la rue principale nord-sud de la ville a perduré à l’époque byzantine. Au début de cette période, la trame urbaine de la ville semble être respectée dans son ensemble. On constate toutefois, à un certain moment, vraisemblablement au cours d’une phase de développement et de prospérité de la ville, l’empiétement du bâti sur les portiques de la rue et donc une réduction des aménagements de la rue principale à la simple largeur de la chaussée. Cette dernière, entièrement pavée à l’époque romaine, a été rehaussée à la période byzantine au moyen de nouvelles dalles de basalte plates, épaisses et rectangulaires. Des traces de ce nouveau revêtement ont été observées à la porte sud et dans le sondage de la rue à proximité de l’église à l’est du théâtre. Aucune ornière n’a été relevée sur les dalles de ce nouveau pavement. L’utilisation de véhicules semble bien avoir disparu à cette période, ce qui confirme les indices mis au jour sur le seuil de la porte sud édifiée par Justinien. C’est donc au cours du vie s. que le secteur sud, à l’extérieur de la première muraille, a été entièrement intégré à la ville, à la suite du chantier de reconstruction du rempart méridional et de l’édification de la porte sud. Le choix de l’emplacement de la porte méridionale concorde avec le point d’intersection entre la ligne sud des fortifications et la voie dallée romaine. L’observation et le relevé des rares vestiges conservés à flanc de colline, à l’ouest de la rue extra-muros, montrent un alignement des monuments du secteur sur la trame générale du site. Ces observations sont confirmées par la carte géophysique qui prouve que les différents monuments apparus à l’ouest de la rue semblent bien suivre la direction du plan d’urbanisme général de la ville. En revanche, les murs et les vestiges de construction notés sur la carte dans la portion orientale s’alignent perpendiculairement à la rue et seraient donc plus tardifs.

  • 23 Abdul Massih 2012b, p. 328.

17L’installation de magasins le long de la rue principale dans la partie méridionale du site appartiendrait donc aux périodes islamiques. Cette hypothèse est confirmée par la fouille menée à la porte sud et par l’analyse du plan d’implantation de ces structures, relevé sur l’image géophysique notamment contre l’abside de l’église apparue à l’ouest de l’entrée méridionale. L’édifice religieux installé à proximité de l’entrée de la ville et de la rue principale s’insère de par son orientation dans la trame urbaine générale (voir fig. 7). Le programme d’installation d’une série de magasins de part et d’autre de la rue vient empiéter sur les limites est de l’église et prouve de ce fait sa postériorité. De même, les remaniements du secteur oriental, relevés à l’est de la rue, appartiendraient au programme de développement mis en place aux périodes islamiques, notamment en ce qui concerne l’aménagement de la structure en demi-cercle qui dédouble le rempart d’origine par une rangée de petites pièces. L’installation de monuments de grande taille tels que le grand bâtiment orienté perpendiculairement à la rue, visible sur la carte géophysique à proximité de la porte principale, ainsi que le programme de réaménagement de l’entrée et de ses tours, confirme leur appartenance à ces mêmes phases tardives de construction. Ces observations sur le développement et l’occupation urbaine aux périodes islamiques de la ville de Qurus/Cyrrhus sont certifiées par les résultats des recherches menées sur l’évolution de la circulation intra-muros et la réoccupation des monuments et des différents secteurs de la ville 23.

Essai chronologique

18Le programme de recherche établi sur le secteur méridional du site a permis de retracer les différentes périodes d’occupation et d’identifier les principales phases d’aménagement et de réorganisation de la ville. Le recours à la prospection géophysique pour compléter le plan général du site a fourni une carte de très bonne résolution utilisée comme support pour parfaire l’analyse urbaine. Diverses hypothèses ont ainsi été avancées quant à l’urbanisation du secteur, au tracé initial de la ville, à l’extension du site et aux divers aménagements successifs identifiés.

  • 24 Tacite, Annales, I-II, rapporte la présence de la Xe legio Fretensis à Cyrrhus ; Abdul Massih 2012 (...)

19Une chronologie relative du secteur a donc pu être proposée depuis la fondation de Cyrrhus jusqu’à son démantèlement au xiie s. de n. è. La période la plus ancienne, datant probablement de la fondation de la ville, a été identifiée sur le système défensif. Les investigations archéologiques et géophysiques ont permis de retracer la ligne du premier rempart, en appareil polygonal, réduisant le plan d’occupation de la ville au changement de direction de la rue principale. À cet emplacement, la première porte méridionale a partiellement été dégagée, mettant en évidence les vestiges de la dernière occupation de l’entrée attribuée à la période romaine, allant du iie s. au milieu du iiie s. de n. è. Cette porte, associée à une rue pavée de dalles de basalte, bordée par deux portiques, était installée sur une porte plus ancienne. Le plan de cette première entrée a été révélé par l’image géophysique qui dévoile la présence d’un passage flanqué de deux tours (voir fig. 7). Actuellement, seuls les vestiges romains sont visibles, notamment le seuil de la porte et la rue pavée la traversant et se prolongeant hors du site en direction du sud-ouest sur un tracé légèrement de biais par rapport à l’axe nord-sud de la ville. C’est au cours de cette même période qu’une rue perpendiculaire à la rue principale est installée dans la partie nord de la ville, délimitée à ces extrémités par deux portes est et ouest. Une occupation hors les murs est repérée à l’ouest du site sous forme d’un ensemble architectural monumental qui pourrait d’après les vestiges relevés et documentés appartenir au camp romain de la ville 24 (voir fig. 1). Il est fort possible que cette extension de l’occupation vers l’ouest soit contemporaine des installations extra-muros de la partie méridionale du site. Cette hypothèse mérite d’être présentée même si de nombreuses vérifications restent à entreprendre.

  • 25 Frézouls 2012a.
  • 26 Abdul Massih 2012a ; Frézouls 2012b.
  • 27 Abdul Massih 2009 ; Abdul Massih 2013.

20Au cours de la deuxième moitié du iie s. de n. è., Cyrrhus connaît une phase de prospérité illustrée notamment par la construction du théâtre romain 25. Implanté à flanc de colline, le théâtre 26, deuxième plus grand édifice de spectacle de Syrie, s’insère parfaitement dans la trame urbaine générale du site. Ces différents aménagements pourraient être contemporains ou légèrement ultérieurs au programme d’édification des colonnades de la rue principale mais sont sûrement de la même période que les mosaïques et les revêtements muraux découverts par la mission syro-libanaise dans la maison romaine située au nord-est du site 27. Ainsi, il est donc possible d’affirmer que Cyrrhus a connu une grande période d’édification et de prospérité qui s’étend de la deuxième moitié du iie s. jusqu’à la première moitié du iiie s. de n. è.

  • 28 Cyrrhus figure dans la première des deux listes de villes contenues dans les Res gestae Divi Sapor (...)
  • 29 Ep. Sirm. 32, 42, 81, 113 ; Histoire Ecclésiastique IV, 29, 1 et V, 4, 1 ; 20 ; Histoire philothée(...)

21En 256, Cyrrhus subit pas moins de trois invasions de l’armée sassanide 28 à la suite desquelles la ville est marquée par un abandon partiel entraînant une baisse de population et l’écroulement des remparts, tels qu’en témoigne l’évêque Théodoret de Cyr à son arrivée en 423 à la tête du siège épiscopal de Cyrrhus 29.

  • 30 Procope, De ædificiis, II, 11.
  • 31 L’inscription de la porte de la citadelle dédiée à Justinien, Théodora, Bélisaire (IGLS 1, no 145- (...)
  • 32 Panayot Haroun à paraître.
  • 33 Frézouls 2012a.

22Cependant, il faudra attendre le vie siècle et le règne de Justinien pour voir se mettre en place à Cyrrhus et sur l’ensemble des villes du limes oriental un vaste programme de reconstruction 30. À Cyrrhus, la fortification et de nombreux monuments sont relevés. Sur la partie méridionale du site, c’est le rempart oriental de la citadelle et le tracé sud de la muraille encerclant la ville basse qui ont été entièrement reconstruits. Ces deux portions de rempart ont été dotées de portes monumentales toutes deux dédiées à l’empereur Justinien telles qu’en témoignent les deux inscriptions retrouvées sur les clés de voûtes des deux accès 31 (fig. 14-15). L’occupation du secteur méridional du site, notamment à flanc de colline, entre les deux portes sud, respecte généralement l’orientation du plan de la ville et pourrait appartenir à cette même époque. La mise au jour par la prospection géophysique de l’église à l’ouest de la porte sud prouve l’appartenance, du moins partiellement, des installations du secteur à cette tranche chronologique. Cette densification dans l’édification des monuments chrétiens est bien visible sur l’ensemble du site, notamment dans sa partie nord où se trouvent deux ensembles chrétiens de première importance, de par leurs dimensions et leur architecture : la cathédrale et la basilique. D’après les anciens fouilleurs et les résultats de nos travaux menés sur la basilique 32, elles appartiendraient dans leur dernière phase d’aménagement au vie siècle 33. C’est au cours de cette période que l’on voit se développer des programmes d’embellissement et d’agrandissement des édifices chrétiens empiétant ainsi sur les portiques de la rue principale, tel qu’observé sur la façade occidentale de la basilique et sur l’extension orientale de l’église à l’est du théâtre. C’est probablement également le cas à la cathédrale, dont l’enceinte construite en pierre de récupération du théâtre semble empiéter sur les alignements des rues qui la bordent. Ce programme de développement de Cyrrhus byzantine est interrompu par la conquête arabe qui réoccupe l’ensemble du site et de ses monuments.

Figure 14.

Figure 14.

Moulage de l’inscription de Justinien sur le claveau de la porte sud

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

Figure 15.

Figure 15.

Inscription de Justinien sur le claveau de la porte de la citadelle

© Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.

  • 34 Baladuri.
  • 35 Au xe siècle, le califat abbasside connait de nombreux troubles et guerres de succession qui mèner (...)
  • 36 Al-Shbib 2015.
  • 37 Les vestiges de l’occupation arabe dans le théâtre ne nous sont parvenus qu’à travers la documenta (...)
  • 38 Abdul Massih 2012b, p. 328.

23Longtemps considérée par les chercheurs comme une phase d’occupation éphémère due à l’instabilité qu’a connue cette région, l’installation aux périodes islamiques dans la ville de Qurus/Cyrrhus s’est révélée non seulement dense mais aussi monumentale, traduisant l’importance du rôle régional qu’a joué la ville sous les Omeyyades et tout autant sous le règne de Haroun al-Rachid. Qurus est rattachée au cours de la période abbasside à la province du Djound des Awasims 34, ce qui a privilégié le développement de la ville et de son territoire jusqu’au xe siècle 35. Toutefois, la recherche sur la fortification méridionale du site a permis de mettre en évidence les différents remaniements, réfections et reconstructions qu’ont connus la muraille et la porte sud dès les premières occupations islamiques 36. Ce programme de remise en état du système défensif du site a été observé sur plusieurs segments de la muraille, des tours et des portes de la fortification. Dans le secteur sud de la ville, notamment le long de la rue principale et dans l’espace oriental compris entre la rue et la délimitation de la première fortification de la cité, on constate la mise en place d’une véritable planification urbaine. Les monuments relevés, que ce soit les magasins bordant la rue de part et d’autre ou les bâtiments et ensembles architecturaux occupant l’espace à l’est de la rue, s’alignent perpendiculairement à cette dernière (nord-ouest, sud-est) et de fait s’orientent de biais vers le sud-ouest par rapport au reste du site. Dans le reste de la ville, on relève un rétrécissement de la rue principale à maximum 4 m de large et une réoccupation des différents monuments préexistants. La citadelle paraît connaître une installation dense, sa surface est entièrement couverte de murs tardifs appartenant à de petites installations. Les murs de la qalaa sont reconstruits et un fortin est installé dans l’angle sud-ouest de la citadelle. Sur les flancs de la colline surplombant le site, une occupation dense a été constatée dans le théâtre 37 et les monuments adjacents 38 (fig. 16).

Figure 16.

Figure 16.

Vue cerf-volant de la citadelle et du théâtre

© Yves Guichard.

  • 39 Guris/Cyrrhus apparait à de nombreuses reprises chez les historiens arméniens et chez les auteurs (...)
  • 40 Yaqout IV, 199.

24Des vérifications plus poussées devraient être menées sur le site pour affiner la datation des périodes d’occupation arabe. On constate cependant la présence d’une importante occupation aux périodes omeyyade et abbasside, interrompue en 905 par la prise de la ville par les Byzantins 39. En juin 1150, Cyrrhus est reprise par Nour al-Din al-Zengui qui, vers la fin du xiie s., entreprend son démantèlement 40.

Haut de page

Bibliographie

Sources anciennes

Baladuri Kitab futuh al-buldan, 149.

Epist. Sirm. Correspondance, éd. trad. Y. Azéma (SC 98, 111), Paris 1964-1965 [CPG 6240].

Histoire Écclésiastique II, Livres III-V, éd. A. Martin et trad. P. Canivet, (SC 530), Paris 2009 [CPG 6222].

Histoire philothée Histoire des moines de Syrie, éd.  trad. P. Canivet & A. Leroy-Molinghen (SC 234, 257), Paris 1977-1979. [CPG 6221 – BHG 1439-1440]

IGLS 1 L. Jalabert & R. Mouterde, Commagène et Cyrrhestique (Inscriptions grecques et latinees de la Syrie I), Paris, 1929.

Procope de Césarée De ædificiis, éd. trad. ang. H. B. Dewing (LCL), Cambridge (Mass.)/Londres 1954.

Tacite Annales, Livres I-II, éd. trad. H. Goelzer (CUF), Paris 1938.

Yaqout al Hamawi Muʿdjam al-buldān — Jacut’s Geographisches Wörterbuch, Bände I–VI. ed. F. Wüstenfeld, Leipzig 1866–73; 1924. Reprint Beirut 1955–1957.

Études modernes

Abdul Massih (J.) 2009 « Les mosaïques de la maison romaine et la fortification polygonale de Cyrrhus (Nebi-Houri) », Syria 86, p. 289‑306.

Abdul Massih (J.) éd. 2012a Cyrrhus 1, le théâtre de Cyrrhus d’après les archives d’Edmond Frézouls (BAH 196), Beyrouth.

Abdul Massih (J.) 2012b « La mission archéologique libano-syrienne de Cyrrhus, bilan des travaux 2006-2011 », CRAI 2012-1, p. 303‑330.

Abdul Massih (J.) 2012c « Activités de la mission française de Cyrrhus d’après les archives d’Edmond Frézouls », Abdul Massih 2012a, p. 11‑74.

Abdul Massih (J.) 2013 « The Roman House of Cyrrhus, the Restoration Project », Proceedings of ICAANE 2012 Varsovie, p. 19‑32.

Abdul Massih (J.), Benech (C.) & Gelin (M.) 2009 « First results on the city planning of Cyrrhus (Syria) », Mémoire du sol, espace des hommes, ArchéoSciences 33 suppl., p. 201‑203 (http://www.cairn.info/revue-archeosciences-2009-1.htm).

Abdul Massih (J.) & Gelin (M.) 2016 « Les fortifications de Cyrrhus hellénistiques et romaines », R. Frederiksen, S. Müth, P. Schneider & M. Schnelle (éd.), Focus on Fortification: New research on fortifications in the Ancient Mediterranean and the Near East. Papers of the conference on the research of ancient fortifications, Athens 6-9 December 2012 (Fokus Fortifikation Studies no. 2, Monograph of the Danish Institute at Athens 8), Oxford, p. 187‑199.

Alpi (F.) 2011 « Base de statue de Justinien ornée d’une inscription métrique (Cyrrhus, Euphratésie) », Syria 88, p. 341‑349.

Alpi (F.) 2016 « Les inscriptions justiniennes de Cyrrhus (Euphratésie) », Syria 93, p. 171‑184.

al-Shbib (Sh.) 2015 Les fortifications de Cyrrhus-Nebi Houri, de la période hellénistique à la reconstruction par Justinien, thèse de troisième cycle, Université de Paris 1, dir. F. Villeneuve.

Bousdroukis (A.) 2003 « Les noms de colonies séleucides au Proche-Orient », Topoi Suppl. 4, p. 9‑24.

Cohen (G. M.) 2006 The Hellenistic settlements in Syria, the Red Sea Basin and North Africa, Berkeley.

Frézouls (E.) 1977 « Cyrrhus et la Cyrrhestique jusqu’à la fin du Haut-Empire », ANRW II, 8, p. 164‑197.

Frézouls (E.) 1988 « Fondations et refondations dans l’Orient syrien – Problèmes d’identification et d’interprétation, » P.-L. Gatier et al. (éd.), Géographie historique au Proche-Orient (Actes de la Table Ronde de Valbonne, 16-18 septembre 1985), Paris, p. 111‑131.

Frézouls (E.) 2012a « Cyrrhus dans l’histoire de la Syrie du Nord », Abdul Massih 2012a, p. 79‑102.

Frézouls (E.) 2012b « Le théâtre d’après les notes d’Edmond Frézouls », Abdul Massih 2012a, p. 103‑173.

Honigmann (E.) & Maricq (A.) 1953 Recherches sur les Res gestae Diui Saporis, Bruxelles.

Panayot Haroun (N.) à paraître « La basilique de Cyrrhus : Observations préliminaires suite aux travaux de fouilles de 2008-2010 », Actes du colloque sur “L’espace sacré en Syrie du Nord à l’époque protobyzantine” (Bibliothèque de l’Antiquité Tardive).

Rostovtzev (M.) 1943 « Res gestae Diui Saporis and Dura », Berytus 8, p. 17‑60.

Haut de page

Notes

1 La Mission syro-libanaise de Cyrrhus a été créée en 2006 par l’Université Libanaise et la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie sous la direction de Jeanine Abdul Massih et Shaker Al Shbib. Elle succède à la mission française dirigée par Edmond Frézouls de 1952 à 1995 (huit campagnes) ; Abdul Massih 2012c.

2 Généralement attribuée à Séleucos Nicator (Bousdroukis 2003 propose plutôt Antigone), Cyrrhus n’apparaît dans les textes qu’à partir de 220 av. n. ère sous le nom de Kyrrhos, à l’instar du toponyme d’une cité de Macédoine. Dès 64 av. n. ère, Cyrrhus se fond dans la province romaine de Syrie et prend part, de par sa position stratégique aux abords du limes oriental de l’empire romain, à l’affrontement des Arsacides. À partir de 256 de n. è., les nombreuses incursions sassanides réduisent la ville au silence ; il faudra attendre le ive s. de n. è. pour la voir réapparaitre dans les écrits de son évêque, Théodoret de Cyr. Au vie s., sous Justinien, la ville accède au rang de métropole (Alpi 2011) et est connue sous le nom de Hagiopolis, ville de pèlerinage dédiée aux saints Côme et Damien. En 623, Qurus est prise par les Arabes, et est rattachée sous Haroun al Rachid à la province militaire du Djound des Awasims. Le site repasse, en 905, brièvement sous domination byzantine avant d’être reconquise en juin 1150 par Nour al-Din al-Zengui qui précipite son dépeuplement et son démantèlement. Frézouls 1977, Abdul Massih 2012b.

3 Frézouls, 1988.

4 Abdul Massih 2012b, Abdul Massih & Gelin 2016.

5 Ces segments de muraille en polygonal, visible sur l’ensemble du site excepté le long du rempart sud entre la tour 5, la porte sud de la ville et la tour 10, sont attribués – d’après les parallèles architecturaux établis avec les sites d’Antioche, de Séleucie de Piérie et d’Apamée de l’Euphrate – à la période macédonienne. L’appareil polygonal a été identifié en fondation sur plusieurs segments de la fortification, notamment le mur sud de la citadelle, ainsi qu’à la base des remparts septentrional, oriental et méridional de la ville basse.

6 L’étude de la céramique est toujours en cours.

7 Alpi 2016.

8 Accumulation marquant une phase d’abandon avant l’établissement des magasins.

9 Ces travaux menés par Edmond Frézouls, mentionnés brièvement dans ses rapports, n’ont jamais été publiés et aucune documentation de ces interventions n’a été retrouvée si ce n’est quelques rares photos dans les archives de la mission traitées et publiées : voir Abdul Massih 2012a.

10 La prospection a été menée par Christophe Benech dans le cadre de l’ANR PROGECESA. Abdul Massih, Benech & Gelin 2009. Le programme de prospection géophysique, initié en 2007, a été mis en place dans l’objectif de compléter et de reconstituer le plan urbain dans les secteurs du site arasés par les activités agricoles. La trame urbaine orthogonale visible en surface sur environ les deux tiers du plan de la ville demeure difficile à reconstituer dans de nombreux secteurs tels que la partie orientale du site, localisée en contrebas du plateau, et le secteur méridional de la ville.

11 La prospection magnétique a été entreprise à l’aide d’un gradimètre à Césium (Abdul Massih, Benech & Gelin 2009, p. 201‑203).

12 Le site a été entièrement fermé à la circulation en 2009.

13 Les travaux de dégagement de la rue principale ont été interrompus avant la fin de la fouille des magasins mis au jour en 2011.

14 La porte d’origine ou la porte sud antérieure à l’extension urbaine d’époque byzantine.

15 Ces travaux ont été mené par Mathilde Gelin et Shaker Al-Shbib. Voir l’article de Mathilde Gelin dans ce même volume.

16 Abdul Massih & Gelin 2016.

17 La carte géophysique est très perturbée au niveau du changement de direction, vraisemblablement à cause des nombreux aménagements qui se sont succédés dans ce lieu de passage stratégique de la ville.

18 Voie entièrement arasée par les installations plus tardives et l’activité agricole moderne.

19 L’étude du fonctionnement et du mécanisme de fermeture de cette porte est toujours en cours.

20 Travaux menés par Nadine Panayot Haroun à la Basilique et par Laure Salloum sur l’église à l’est du théâtre.

21 Cohen 2006, p. 71-197.

22 Organisée suivant des axes de rues perpendiculaires, la trame urbaine forme des îlots d’occupation de dimensions égales découpant le secteur de la ville basse le long de la rue principale. Ces îlots peuvent englober un ou plusieurs édifices. Ce type de trame urbaine orthogonale est similaire aux plans d’occupations d’Apamée de l’Oronte, Antioche, Apamée de l’Euphrate, etc. pour la période hellénistique mais également semblable au plan d’urbanisme romain qui se développe autour de deux voies principales (N-S et E-O) perpendiculaires, dictant le découpage de la trame urbaine.

23 Abdul Massih 2012b, p. 328.

24 Tacite, Annales, I-II, rapporte la présence de la Xe legio Fretensis à Cyrrhus ; Abdul Massih 2012b, p. 315.

25 Frézouls 2012a.

26 Abdul Massih 2012a ; Frézouls 2012b.

27 Abdul Massih 2009 ; Abdul Massih 2013.

28 Cyrrhus figure dans la première des deux listes de villes contenues dans les Res gestae Divi Saporis gravées sur les parois de la Kaʾba-i-Zardost à Naqs-i-Rustam près de Persépolis. Honigmann & Maricq 1953, p. 10-12 ; Rostovtzev 1943, p. 30 et 40, n. 54.

29 Ep. Sirm. 32, 42, 81, 113 ; Histoire Ecclésiastique IV, 29, 1 et V, 4, 1 ; 20 ; Histoire philothée, passim.

30 Procope, De ædificiis, II, 11.

31 L’inscription de la porte de la citadelle dédiée à Justinien, Théodora, Bélisaire (IGLS 1, no 145-147) et le claveau de la porte sud de la ville célébrant Théodora et Justinien (Alpi 2016).

32 Panayot Haroun à paraître.

33 Frézouls 2012a.

34 Baladuri.

35 Au xe siècle, le califat abbasside connait de nombreux troubles et guerres de succession qui mèneront à son affaiblissement et à sa disparition.

36 Al-Shbib 2015.

37 Les vestiges de l’occupation arabe dans le théâtre ne nous sont parvenus qu’à travers la documentation d’Edmond Frézouls, qui entreprit le dégagement total du théâtre romain de Cyrrhus (Frézouls 2012a).

38 Abdul Massih 2012b, p. 328.

39 Guris/Cyrrhus apparait à de nombreuses reprises chez les historiens arméniens et chez les auteurs latins des croisades.

40 Yaqout IV, 199.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende Plan du site
Crédits S. Baier, S. Knechtel complété par J. Humbert et Sh. Al-Shbib © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 2.
Légende Secteur méridional vu des fortifications
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 3.
Légende L’appareil polygonal vu dans les fondations de la courtine 2-3
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre Figure 4.
Légende Porte sud et rue principale dallée, vue cerf-volant
Crédits © Yves Guichard.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Figure 5.
Légende Sondage effectué contre la face nord de la tour orientale de la porte sud
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 710k
Titre Figure 6.
Légende Porte sud vue de l’extérieur, avec la rue dallée et les deux trottoirs
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 7.
Légende Carte géophysique
Crédits © Christophe Benech.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Figure 8.
Légende Extension de la rue dallée dégagée à partir de la porte sud
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 9.
Légende Section stratigraphique relevée le long des abords orientaux de la rue à proximité de la porte sud
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Titre Figure 10.
Légende Porte d’origine de la ville
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 11.
Légende Crapaudines devant le seuil de la porte d’origine
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Figure 12.
Légende Vue du sondage dans la rue de l’église à l’est du théâtre
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Figure 13.
Légende Pont romano-byzantin en contrebas du site
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Figure 14.
Légende Moulage de l’inscription de Justinien sur le claveau de la porte sud
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
Titre Figure 15.
Légende Inscription de Justinien sur le claveau de la porte de la citadelle
Crédits © Mission syro-libanaise de Cyrrhus Nebi Houri.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 16.
Légende Vue cerf-volant de la citadelle et du théâtre
Crédits © Yves Guichard.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7565/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanine Abdul Massih, « Développement et urbanisme du secteur méridional de Cyrrhus-Nebi Houri »Syria, 95 | 2018, 397-411.

Référence électronique

Jeanine Abdul Massih, « Développement et urbanisme du secteur méridional de Cyrrhus-Nebi Houri »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/7565 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.7565

Haut de page

Auteur

Jeanine Abdul Massih

Université Libanaise

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search