Navigation – Plan du site
Recensions

Nicola Laneri (dir.), Performing Death, Social Analysis of Funerary Traditions in the Ancient Near East and Mediterranean (Oriental Institute Seminars, 3).

Pascal Butterlin
p. 387-388
Référence(s) :

Nicola Laneri (dir.), Performing Death, Social Analysis of Funerary Traditions in the Ancient Near East and Mediterranean (Oriental Institute Seminars, 3), The Oriental Institute of the University of Chicago, Chicago, 2007, XVIII + 318 p., 86 fig., 5 tabl., ISBN : 1-885923-50-3.

Texte intégral

1Performing Death est la publication des contributions de divers spécialistes des pratiques funéraires à la seconde réunion du séminaire de l’Oriental Institue intitulé : « Performing Death. Social Analysis of Funerary Traditions in the Ancient Mediterranean », qui s’est tenu en février 2006. L’objet du volume est de reprendre les diverses contributions en suivant les trois sessions thématiques qui se sont tenues à l’Oriental Institute. Les thèmes retenus permettaient de présenter des approches variées et pluridisciplinaires sur les pratiques funéraires dans le monde méditerranéen entendu au sens large du terme. L’ensemble est précédé d’un article introductif et synthétique de Laneri et suivi d’une conclusion qui reprend l’essentiel de la discussion finale du séminaire.

2Le recueil se compose de seize articles de taille très variable qui couvrent comme l’indique le titre un champ géographique et chronologique très vaste : 5 articles sont consacrés au Proche-Orient ancien dont 4 à la Mésopotamie, 2 au monde égéen, 1 à l’Égypte prédynastique et 2 à la Rome républicaine et à l’Italie, étrusque en l’occurrence.

3L’ensemble donne ainsi un panorama sélectif mais du plus haut intérêt des recherches, mais aussi des débats que suscite la rencontre de l’anthropologie funéraire avec les sciences sociales, au sens large du terme. À cet égard, l’article de Laneri reprend très clairement et de manière utile plus de trente ans de débats et les replace dans le contexte d’une historiographie des pratiques funéraires : celle d’un rituel, interprété comme un rite de passage, dont les dimensions sociales et politiques sont particulièrement mises en avant par les divers articles du volume. L’une des questions récurrentes du volume est en effet la nature politique et sociale de rituels, dont le déroulement est soigneusement reconstitué, tant dans la documentation archéologique, que textuelle (contribution de Katz). Ce problème est très présent dans les contributions de Gl. Schwartz sur Umm el-Marra, S. Pollock sur le cimetière royal d’Ur ou Morris sur les rituels et les espaces funéraires du Néga, dans la région de Beersheba. Ces rituels sont considérés comme des éléments cruciaux de la régénération et le renforcement de la base idéologique de monarchies qui sont en pleine mutation. Cela conduit certains auteurs à réfléchir sur la construction à travers ces rites funéraires d’une véritable mémoire collective : le traitement post mortem des individus et la mise en scène qui l’accompagne sont alors des éléments clefs dans des successions qui peuvent être des lieux de contestation ou de confrontation, un thème cher aux études de S. Pollock sur le cimetière royal d’Ur.

4Le contrepoint de ces mises en scène qui impli­quent pour certaines d’entre elles (Umm el-Marra ou Beersheba) la visibilité des tombes ou de monuments funéraires comme les « maisons des morts », est au contraire la violence exercée contre les cadavres des ennemis. La contribution de S. Richardson développe là une tout autre thématique, celle de l’absence du corps ou de conditions anormales de décès qui exigent de la part de la communauté frappée des rituels très spécifiques. Toutes ces thématiques assurément ne sont pas nouvelles et la plupart des contributeurs ont déjà présenté les résultats de ces recherches ailleurs, si bien que l’ensemble apparaît surtout comme la communication de travaux en cours et en progression constante, qu’il s’agisse de fouilles comme à Umm el-Marra ou d’études sur le matériel issu de fouilles plus anciennes (Ur, Beersheba, par exemple). L’intérêt du volume réside donc moins dans le détail d’analyses qui sont souvent rapides et que l’on aimerait plus approfondies (notamment sur les données archéologiques et stratigraphiques de base) que dans l’image qu’il donne de l’orientation de toute une école de pensée qui est arrivée à maturité.

5Arrivés à ce stade, revenons sur quelques points qui nous intéressent plus spécifiquement. D’abord, l’un des thèmes dominants du recueil est l’insistance sur les repères spatiaux liés à la mort de certains acteurs des sociétés étudiées. Le fait n’est bien sûr pas nouveau, mais il est certain que les analyses de l’évolution d’un ensemble tel que celui d’Umm el-Marra offrent des perspectives réellement nouvelles sur la manière d’aborder dans la longue durée, du IIIe et du début du IIe millénaire, la construction de lieux de mémoire collective au fil de l’urbanisation puis de la désurbanisation supposée de la Syrie intérieure au IIIe millénaire. L’étude de Beersheba et de quelques autres sites de la région offre une vision intégrée du développement de nécropoles qui participent pleinement de l’évolution d’un paysage, une véritable écologie culturelle de la mort.

6La deuxième thématique que l’on peut mettre en avant est la thématique classique des morts d’accompagnement, un thème bien connu qui évolue sensiblement. La contribution de E. Morris sur Saqqarah et notamment le rectangle de Macramallah est tout à fait exemplaire d’une réévaluation de fouilles anciennes et de leur exploitation dans une perspective sociale. Là encore, c’est l’analyse spatiale de la position des différentes tombes dans l’enclos qui permet de dessiner de nouvelles hypothèses sur les mécanismes à l’œuvre dans les grands rites funéraires de la période thinite. On sait combien ces rites posent encore des problèmes et les contributions de S. Pollock et D. Katz viennent apporter de nouveaux éléments à la discussion sur les rites qui ont accompagné les ensevelissements des élites mésopotamiennes au IIIe millénaire avant notre ère. S. Pollock revient sur la notion de mort d’une maisonnée qu’elle a développée dans ses études sur le cimetière royal d’Ur. Son article est essentiellement une réponse à Testart et à son hypothèse sur les morts d’accompagnement, et les relations de fidélité ou de loyauté personnelle qu’il a mises en avant dans l’accomplissement de ces « sacrifices humains ». Elle rétorque en insistant sur l’aspect institutionnel de ces pratiques et leur lien avec le développement d’une monarchie héréditaire au pays de Sumer. Ce sont précisément les rites de ces monarchies héréditaires arrivées à maturité que D. Katz étudie dans son étude fondée sur les textes. Le point essentiel de cette étude nous ramène à la topologie complexe de ces grands rituels qui ne se limitent pas, loin s’en faut, à l’ensevelissement du défunt mais se déroulent notamment au bord de canaux.

7Soulignons pour conclure que l’ensemble est tout à fait excitant et traduit la qualité de travaux qui sont le résultat d’études de sociologie funéraire extrêmement stimulantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Butterlin, « Nicola Laneri (dir.), Performing Death, Social Analysis of Funerary Traditions in the Ancient Near East and Mediterranean (Oriental Institute Seminars, 3). », Syria, 87 | 2010, 387-388.

Référence électronique

Pascal Butterlin, « Nicola Laneri (dir.), Performing Death, Social Analysis of Funerary Traditions in the Ancient Near East and Mediterranean (Oriental Institute Seminars, 3). », Syria [En ligne], 87 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/765

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals