Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95VariétésUne stèle funéraire d’Antioche au...

Variétés

Une stèle funéraire d’Antioche au musée archéologique de Viuz-Faverges (Haute-Savoie)

Olivier Lempereur et Julien Aliquot
p. 441-445

Texte intégral

1Né en 1927 à Alep d’un père militaire en poste dans cette ville de Syrie, Guy Gens passa sa jeunesse au Proche-Orient et s’installa à Beyrouth dans les années 1950. Il y enseigna l’histoire-géographie jusqu’en 1970. Son séjour libanais lui donna l’occasion de fréquenter les principaux sites archéologiques de la région et de constituer une collection d’antiquités principalement obtenues auprès de marchands beyrouthins. Établi en Haute-Savoie et continuant à enseigner à Chamonix, puis à Annecy, il visita à plusieurs reprises le musée de Viuz-Faverges, avant de léguer sa collection à l’association qui gère encore aujourd’hui cette institution. Son décès, survenu le 19 juin 2012, décida de l’entrée de ses acquisitions dans les collections du musée. La donation fut effective dès le 12 septembre de la même année.

  • 1 On trouvera en annexe la liste des autres objets de la collection Guy Gens légués au musée archéol (...)

2Parmi le matériel lapidaire issu de ce legs, un petit monument inscrit en grec attire l’attention 1. Affecté du numéro 119 dans la collection Guy Gens, il porte actuellement le numéro 437 dans l’inventaire du musée (fig. 1-2). Il s’agit d’une stèle funéraire parallélépipédique de marbre gris-blanc, haute de 37 cm, large de 25,5 cm et épaisse de 8,5 cm, conservée dans un bon état à l’exception d’une échancrure visible en bas. Contrairement au revers, qui reste grossièrement aplani au pic, l’avers du monument est soigneusement ravalé. Sa partie supérieure est ornée, à l’intérieur d’un cadre rectangulaire de 24,5 cm de haut sur 17 cm de large, d’un bas-relief qui représente un homme imberbe debout à gauche, vêtu d’une tunique à manches courtes et d’un long manteau noué à la taille. Le personnage porte la main gauche à la ceinture. Il tend le bras droit vers la gauche, dans un geste de salutation. La partie inférieure de la stèle contient une épitaphe de deux lignes, gravée en lettres régulières hautes de 1 à 1,3 cm. La lecture du texte ne pose pas de problème.

Figure 1.

Figure 1.

La stèle funéraire d’Antioche au musée archéologique de Viuz-Faverges, inv. 437

© Olivier Lempereur 2017

Figure 2.

Figure 2.

Épitaphe d’Isidôros fils d’Antiochos

© Olivier Lempereur 2017

Ἰσίδωρε Ἀντιόχου
ἄλυπε χαῖρε.

« Isidôros fils d’Antiochos, qui n’a pas causé de chagrin, adieu. »

3Sous l’inscription, l’éclairage de la pierre en lumière rasante permet de lire les restes d’une autre épitaphe très effacée, dont seuls subsistent les deux mots de la formule finale, gravés sur la même ligne : ἄλυ̣πε χ̣αῖρε, « qui n’a pas causé de chagrin, adieu ».

  • 2 Sur ce point, le recueil épigraphique ancien de Jalabert & Mouterde 1950 (= IGLS 3/1), p. 492-525, (...)
  • 3 IGLS 3/1, 887, 908, 915, 924, 932, 948, 963, 970 ; 3/2, 1114.
  • 4 Yon & Aliquot 2016, p. 201-203, nos 375-379.
  • 5 Ma 2470, 2843-2844, 4277, 4287, 4487, 4493-4494, 4496-4497, 4502, 5458-5459 ; AO 11245-11246. Ces (...)
  • 6 Saulcy 1853, pl. 4, fac-similé d’A. Thiollet ; Waddington 1870, p. 442, no 1852 ; Froehner 1865, p (...)
  • 7 Saulcy 1853, pl. 4, fac-similé d’A. Thiollet ; Waddington 1870, p. 442, no 1851 ; Froehner 1865, p (...)

4L’usage du marbre, la forme du monument, le style du bas-relief et le formulaire de l’épitaphe sont caractéristiques des stèles funéraires d’Antioche de Syrie (l’actuelle Antakya du Hatay turc), dont des centaines d’exemplaires sont dispersés dans les collections publiques et privées du monde entier 2. Une partie de ces pierres tombales a transité par Beyrouth depuis le xixe siècle. Le troisième tome des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS), consacré à la ville d’Antioche et à ses environs, signale à l’occasion leur passage sur le marché des antiquités dans la capitale du Liban actuel 3. À Beyrouth, le Musée national conserve cinq monuments appartenant à la même série 4. En France, le musée du Louvre en possède une quinzaine 5. L’origine de deux d’entre eux, le premier au nom de Doulos (Ma 2470) 6, le second au nom d’Hermas (Ma 2844) 7, n’a pas été reconnue jusqu’à présent. La provenance beyrouthine encore affichée à leur propos correspond en réalité au lieu où ces objets ont été vus ou acquis.

  • 8 IGLS 3/1, 938. Voir Laflı & Christof 2014, p. 166, no 13, avec la photo p. 178, fig. 13 (avec une (...)
  • 9 Sur la formule ἄλυπε χαῖρε, voir Yon 2003.
  • 10 Feissel 1985, p. 97-98 et n. 66, réunit d’assez nombreux témoignages de l’onomastique isiaque à An (...)
  • 11 Sur les questions que soulève l’identification des différentes cités de Syrie et d’Asie nommées An (...)
  • 12 Rhodes : Maiuri 1925, no 41 (Ἰσιδώρου Ἀντιοχέω[ς]). Palaipaphos : Mitford 1961, p. 34, no 93 (Ἰσίδ (...)
  • 13 IG 22, 8210 (Ἰσίδωρος Διονυσίο[υ] Ἀντιοχε[ύς]), 8214 (Καλλιθ[έα] Ἰσιδώρ[ου] Ἀν[τιό]χ[ισσα]), 8962 (...)
  • 14 Gossen 1916 ; Fabricius 1972, p. 228 (Ἰσίδωρος Ἀντιοχεύς).

5La stèle du musée de Viuz-Faverges présente quelques aspects originaux. La représentation du défunt seul dans cette attitude de salutation n’est pas très courante à Antioche, mais il existe au moins un parallèle sur un monument déjà publié dans les IGLS et conservé au musée du Hatay à Antakya 8. Tout comme la formule finale, fréquente au Proche-Orient, en particulier en Syrie du Nord et en Phénicie 9, l’onomastique grecque de l’épitaphe est assez ordinaire. Le défunt porte un nom théophore d’Isis, Ἰσίδωρος 10. Cet anthroponyme est banal, mais son attestation à Antioche soulève à nouveau la question de l’origine éventuellement syrienne des Antiochéens répondant à ce nom et dont les sources littéraires et épigraphiques révèlent l’existence 11, à Rhodes et à Palaipaphos, à l’époque hellénistique 12, à Athènes, à l’époque romaine 13, et peut-être à Rome au ier siècle après J.‑C., selon le témoignage du médecin grec Galien de Pergame (ca 129-216 après J.‑C.) 14. Quant au patronyme d’Isidôros, Ἀντίοχος, il est issu du stock onomastique de la dynastie séleucide, sans surprise dans l’ancienne capitale des souverains gréco-macédoniens de la Syrie hellénistique.

  • 15 De même, Laflı & Christof 2014, p. 166, no 13, notent eux aussi la trace d’une première inscriptio (...)

6D’après l’écriture, l’épitaphe d’Isidôros date de la fin du ier siècle avant J.‑C. ou du ier siècle après J.‑C., au plus tard du début du iie siècle. La présence d’une autre inscription effacée en dessous du texte montre par ailleurs que la pierre était à l’origine destinée à un autre personnage 15. La stèle du musée de Viuz-Faverges donne ainsi un exemple de plus du remploi des marqueurs funéraires dans les nécropoles d’Antioche sous l’Empire romain.

Annexe : la collection Guy Gens au musée archéologique de Viuz-Faverges

7Outre la stèle inscrite publiée ci-dessus, Guy Gens a légué 286 objets au musée archéologique de Viuz-Faverges. En voici la liste :

  • 3 éléments d’architecture (chapiteau d’époque protobyzantine en calcaire, fragment de chapiteau corinthien, fragment d’architrave) ;
  • 14 objets en pierre (massues ou casse-têtes, fusaïoles) ;
  • 15 terres cuites (pesons, statuettes entières ou fragmentaires, dont deux syro-hittites datées de 1800-1600 av. J.-C.) ;
  • 42 céramiques, la plupart complètes (lécythes, autres vases à parfums, aryballe, balsamaires, tasses, cruches, pots à anse, pichets/œnochoés, assiettes, verseuse, lagène, skyphos, petite marmite, lampes à huile) ;
  • 2 amphores timbrées de type A-GRE Rho4 (productions de Rhodes ou apparentées) ;
  • 113 monnaies ptolémaïques, séleucides, phéniciennes, provinciales romaines, dont plusieurs frappées à Antioche, auxquelles s’ajoutent plusieurs dizaines de monnaies romaines des iiie-ive siècle, majoritairement émises en Orient, ainsi que quelques pièces byzantines et médiévales ;
  • 2 objets en or (perle, plaque) ;
  • 41 objets en bronze : simpulum, encensoirs, pointes de lance et de flèche, poignards, épingles, pendentifs, miroir, instruments de chirurgie (spatules, sonde, petite cuillère, scalpel), anse de vase, bracelet, fibule, lampes ou brûle-parfums, plaques décoratives, boucles de ceinture, plateau de balance, bagues-clefs, fusaïole (?) ;
  • 4 balles de fronde en plomb ;
  • 28 objets en verre : bracelet, couvercles, bague, gobelet, balsamaires, amphorisque, flacons, entonnoir, tesselle, petit lion ;
  • 2 colliers de perles ;
  • 3 coquillages ;
  • 16 lames de silex ainsi qu’un rognon.

C’est avec plaisir que nous remercions Alain Piccamiglio qui, en nous accueillant au musée, nous a fourni de précieux de renseignements et laissé toute liberté d’étudier la collection Guy Gens. Notre reconnaissance va aussi à la direction de l’association des Amis de Viuz-Faverges, qui nous autorise à publier la stèle funéraire d’Antioche.

Haut de page

Bibliographie

Aliquot (J.) 2014 « Les cultes isiaques et le pouvoir dans la Tétrapole syrienne », L. Bricault & M. J. Versluys (éd.), Power, Politics, and the Cults of Isis. Proceedings of the Vth International Conference of Isis Studies, Boulogne-sur-Mer, October 13-15, 2011, Leiden, Boston, p. 135‑146.

Bel (N.) 2012 « Des traditions variées », N. Bel, C. Giroire, F. Gombert-Meurice & M.‑H. Rutschowscaya (éd.), L’Orient romain et byzantin au Louvre, Arles, Paris, p. 332‑337.

Fabricius (C.) 1972 Galens Exzerpte aus älteren Pharmakologen, Berlin.

Feissel (D.) 1985 « Deux listes de quartiers d’Antioche astreints au creusement d’un canal (73-74 après J.-C.) », Syria 62, p. 77‑103.

Froehner (W.) 1865 Musée impérial du Louvre. Les inscriptions grecques, Paris.

Gossen (H.) 1916 « Isidoros 29 », Realencyclopädie der klassischen Altertumswissenschaft 9/2, col. 2080.

Jalabert (L.) & Mouterde (R.) 1950 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, 3/1, Région de l’Amanus, Antioche, Nos 699-988 (BAH 46), Paris.

Kondoleon (C.) 2000 « Grave reliefs of Antioch », C. Kondoleon (éd.), Antioch, the lost ancient city, Princeton, p. 139‑141.

Laflı (E.) & Christof (E.) 2014 « New Hellenistic and Roman Grave Reliefs from Antioch », A. Özfırat & Ç. Uygun (éd.), Uluslararası çağlar boyunca Hatay ve çevresi arkeolojisi sempozyumu bildirileri, 21-24 Mayis 2013 Antakya / The Proceedings of the International Symposium on the Archaeology of Hatay and its Vicinity through the Ages, 21-24 May 2013 Antakya, Antakya, p. 161‑181.

Laflı (E.) & Meischner (J.) 2008 « Hellenistische und römische Grabstelen im Archäologischen Museum von Hatay in Antakya », Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Institutes in Wien 77, p. 145‑183.

Maiuri (A.) 1925 Nuova silloge epigrafica di Rodi e Cos, Firenze.

Mitford (T. B.) 1961 « The Hellenistic inscriptions of Old Paphos », The Annual of the British School at Athens 56, p. 1‑41.

Mooren (L.) 1977 La hiérarchie de cour ptolémaïque (Studia Hellenistica 23), Louvain.

Peremans (W.), Van’t Dack (E.), Mooren (L.) & Swinnen (W.) 1968 Prosopographia Ptolemaica, VI, La cour, les relations internationales et les possessions extérieures, la vie culturelle (Studia Hellenistica 17), Louvain.

Robert (L.) 1973 « Sur des inscriptions de Délos », Études déliennes (BCH, Supplément 1), Athènes, p. 435‑466.

Robert (L.) 2007 Choix d’écrits, Paris.

Saulcy (L. de) 1853 Voyage autour de la mer Morte et dans les terres bibliques, exécuté de décembre 1850 à avril 1851, Paris.

Villa (N.), Rousseau (F.), Heilbrun (F.) & Caubet (A.) 1982 F. de Saulcy (1807-1880) et la Terre Sainte, Paris.

Waddington (W. H.) 1870 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris.

Yon (J.-B.) 2003 « À propos de la formule ἄλυπε χαῖρε », Syria 80, p. 151‑159.

Yon (J.-B.) & Aliquot (J.) 2016 Inscriptions grecques et latines du Musée national de Beyrouth (Bulletin d’archéologie et d’architecture libanaises, Hors-Série 12), Beyrouth.

Haut de page

Notes

1 On trouvera en annexe la liste des autres objets de la collection Guy Gens légués au musée archéologique de Viuz-Faverges.

2 Sur ce point, le recueil épigraphique ancien de Jalabert & Mouterde 1950 (= IGLS 3/1), p. 492-525, peut être complété par des travaux récents beaucoup mieux illustrés : Kondoleon 2000 ; Laflı & Meischner 2008 ; Laflı & Christof 2014. Pour la mise à jour du corpus des épitaphes, voir les publications recensées dans le Bull. ép. 2005, 497, 520 ; 2006, 445 ; 2010, 586 ; 2015, 695 ; 2016, 519.

3 IGLS 3/1, 887, 908, 915, 924, 932, 948, 963, 970 ; 3/2, 1114.

4 Yon & Aliquot 2016, p. 201-203, nos 375-379.

5 Ma 2470, 2843-2844, 4277, 4287, 4487, 4493-4494, 4496-4497, 4502, 5458-5459 ; AO 11245-11246. Ces stèles seront toutes republiées dans le catalogue des inscriptions grecques et latines du Proche-Orient au musée du Louvre, que J. Aliquot, P.-L. Gatier et J.-B. Yon préparent actuellement.

6 Saulcy 1853, pl. 4, fac-similé d’A. Thiollet ; Waddington 1870, p. 442, no 1852 ; Froehner 1865, p. 273, no 186.

7 Saulcy 1853, pl. 4, fac-similé d’A. Thiollet ; Waddington 1870, p. 442, no 1851 ; Froehner 1865, p. 275, no 191. Seul Jean Marcillet-Jaubert, dans Villa, Rousseau, Heilbrun & Caubet 1982, p. 228-229, no 271, indique « acquis à Beyrouth » (p. 228), avant de rapprocher la stèle des monuments funéraires d’Antioche. La légende de la figure 234 de Bel 2012, p. 334, reste ambiguë : « Berytos ? (Beyrouth, Liban) ».

8 IGLS 3/1, 938. Voir Laflı & Christof 2014, p. 166, no 13, avec la photo p. 178, fig. 13 (avec une datation hellénistique peu vraisemblable).

9 Sur la formule ἄλυπε χαῖρε, voir Yon 2003.

10 Feissel 1985, p. 97-98 et n. 66, réunit d’assez nombreux témoignages de l’onomastique isiaque à Antioche, auxquels on peut ajouter les attestations signalées dans le Bull. ép. 2007, 495 ; 2013, 443. Aucun porteur du nom Ἰσίδωρος n’a été répertorié à Antioche jusqu’ici, mais on peut alléguer l’inscription d’une stèle funéraire de provenance probablement antiochéenne conservée au Middle Eastern Cultural Center à Tokyo (inv. 120). Sur les cultes isiaques dans la capitale syrienne, cf. en dernier lieu Aliquot 2014, p. 136‑141.

11 Sur les questions que soulève l’identification des différentes cités de Syrie et d’Asie nommées Antioche dans la documentation épigraphique, voir notamment Robert 1973, p. 444-466 (= Robert 2007, p. 480-499), en particulier p. 444-445 (= p. 480), pour les Antiochéens de Syrie.

12 Rhodes : Maiuri 1925, no 41 (Ἰσιδώρου Ἀντιοχέω[ς]). Palaipaphos : Mitford 1961, p. 34, no 93 (Ἰσίδωρος Ἑλένου Ἀντιοχεύς), cf. Peremans, Van’t Dack, Mooren & Swinnen 1968, p. 38, no 14674, et Mooren 1977, p. 186.

13 IG 22, 8210 (Ἰσίδωρος Διονυσίο[υ] Ἀντιοχε[ύς]), 8214 (Καλλιθ[έα] Ἰσιδώρ[ου] Ἀν[τιό]χ[ισσα]), 8962 (Εὔ[π]λοια Δώ[σ]ωνος Καρμίτου θυ[γ]άτηρ, Ἰσι[δ]ώρου Ἀντιοχέως γυνή).

14 Gossen 1916 ; Fabricius 1972, p. 228 (Ἰσίδωρος Ἀντιοχεύς).

15 De même, Laflı & Christof 2014, p. 166, no 13, notent eux aussi la trace d’une première inscription sous l’épitaphe IGLS 3/1, 938. Voir aussi p. 164, no 5.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Légende La stèle funéraire d’Antioche au musée archéologique de Viuz-Faverges, inv. 437
Crédits © Olivier Lempereur 2017
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Figure 2.
Légende Épitaphe d’Isidôros fils d’Antiochos
Crédits © Olivier Lempereur 2017
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Lempereur et Julien Aliquot, « Une stèle funéraire d’Antioche au musée archéologique de Viuz-Faverges (Haute-Savoie) »Syria, 95 | 2018, 441-445.

Référence électronique

Olivier Lempereur et Julien Aliquot, « Une stèle funéraire d’Antioche au musée archéologique de Viuz-Faverges (Haute-Savoie) »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 13 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/7661 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.7661

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search