Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95VariétésRetour vers la Cœlé-Syrie 

Variétés

Retour vers la Cœlé-Syrie 1

Maurice Sartre
p. 447-460

Texte intégral

  • 1 À propos de l’ouvrage d’Anca Dan & Étienne Nodet, Cœlé-Syrie. Palestine, Judée, Pérée (Cahiers de (...)
  • 2 Bikerman 1947.

1La connaissance de la toponymie antique du Proche-Orient progresse grâce aux découvertes de textes nouveaux, notamment des inscriptions ou des monnaies, ou à la réinterprétation de textes connus depuis longtemps, ceux des auteurs anciens. Mais la première précaution qui s’impose à quiconque tente de résoudre un problème de géographie historique est de bien distinguer entre les documents de première main que sont les inscriptions officielles, les papyrus ou les monnaies, et les textes littéraires dont les auteurs ne sont pas tenus à la même précision et travaillent parfois à partir de prédécesseurs qu’ils ne citent que rarement de façon explicite ; on ne sait pas, le plus souvent, si l’usage qu’ils font d’un terme géographique correspond à celui de leur source ou au leur propre. Déjà, Elias Bikerman 2, comme le soulignent Anca Dan et Étienne Nodet, avait insisté sur le fait que les termes n’avaient pas un usage unique, mais souvent un sens général, et des usages administratifs plus limités. De fait, quand on aborde la question de la Cœlé-Syrie qu’Anca Dan et Étienne Nodet tentent de résoudre, cette distinction s’impose. Il est généralement facile d’en décider lorsqu’il s’agit d’un document officiel, beaucoup plus difficile lorsque le terme se trouve chez les auteurs anciens. Il va de soi qu’il faut aussi connaître avec précision l’histoire administrative de la région étudiée, car les appellations retenues par les pouvoirs en place s’appuient toujours sur un usage attesté et cohérent des termes employés.

  • 3 Par commodité, sauf citation explicite, je conserverai cette appellation tout au long de cet artic (...)

2La Cœlé-Syrie (ce curieux mélange franco-latin transcrit le grec Koilè Suria3 a plusieurs fois retenu l’attention des savants ; Dan et Nodet ont assez soigneusement répertorié les apports et thèses de leurs prédécesseurs, et leur ouvrage apporte donc une bibliographie abondante, malgré quelques lacunes. Disons-le d’emblée, c’est à peu près le seul intérêt de ce livre confus, émaillé d’erreurs et dont les a priori méthodologiques sont plus que discutables ; on en donnera plus bas de nombreux exemples. Le sous-titre – Palestine, Judée, Pérée – lui-même rend perplexe : faut-il comprendre que la Cœlé-Syrie relève des trois districts mentionnés ou qu’elle possède avec eux une relation privilégiée ? Ce serait un a priori bien fâcheux : avant tout exposé méthodique de la documentation, la Cœlé-Syrie serait à chercher dans ces trois districts, pour autant qu’ils soient d’ailleurs à mettre sur le même plan.

3L’ouvrage compte nombre d’erreurs factuelles, et il n’est pas possible ici d’en donner une liste exhaustive ; on en fournira plusieurs exemples significatifs au cours de cette recension, mais on doit signaler le très étrange résumé que les auteurs donnent aux pages 20-21 de l’histoire administrative de la région, résumé qui plante le décor et que tout historien de la Syrie romaine trouvera étonnant dans un ouvrage savant ; on ne peut faire l’économie de son analyse car il permet de juger du sérieux de l’ouvrage. Après avoir signalé que la Judée changea de nom après la guerre de Bar Kokhba, les auteurs résument ainsi cette histoire :

« … Hadrien renomma Syria Palaestina l’ancienne province de Judée, lui donnant comme capitale Antioche. C’est alors que la Palestine commença expressément à être mentionnée sur des inscriptions et des monnaies. En 194/195, cette grande Syrie-Palestine fut scindée par Septime Sévère en Syria Coele et Syria Phoenice : la première comprenait la Haute-Syrie et la Commagène jusqu’à la Trachônitide et à Apamée (capitale Laodicée puis Antioche), la seconde avait peut-être un gouverneur à Damas. C’est la preuve ultime que le terme Coele n’était plus strictement lié à une contrée spécifique : il a pu devenir l’épithète d’une province syrienne septentrionale, par contraste avec la Syrie méridionale qui avait correspondu à la Cœlé-Syrie séleucide ».

  • 4 Sartre 2001a, p. 614-617.

4Si je cite in extenso ce passage, c’est qu’il se termine par une note où je suis cité pour l’organisation des provinces syriennes sous Septime Sévère 4. Or presque tout est faux dans le récit ci-dessus, et je ne trouve rien sous ma plume qui puisse fournir la moindre caution à ce tissu d’erreurs accumulées.

  • 5 Une note de bas de page justifie ce choix en négligeant le fait que le gouverneur Cn. Minucius Fau (...)
  • 6 Cf. l’article de Balty 1981 (cité par Dan & Nodet 2017, p. 20, n. 59), mais aussi Gatier 2001, not (...)

5Qu’on en juge ! Hadrien remplaça bien le nom de la province de Iudaea par celui de Syria Palaestina, vers la fin de la guerre ou juste après 5, mais Antioche n’en est pas la capitale : la Syria Palaestina ne se fond pas dans une immense province de Syrie et elle conserve son statut de province impériale (acquis sans doute dès 68 ou 69), dirigée par un legatus Augusti pro praetore siégeant à Césarée maritime. La province de Syrie fondée par Pompée — avec Antioche pour capitale —, n’est pas davantage affectée par le changement de nom de sa voisine méridionale. Lorsque Septime Sévère, en 193-194, scinde en deux (et non pas en trois comme il est écrit p. 123, § 8) la province pompéienne de Syrie (et non de Syrie-Palestine, comme écrivent Dan et Nodet) pour affaiblir la puissance de son gouverneur (Pescennius Niger, son principal rival, était gouverneur de Syrie au moment de sa proclamation comme empereur), il établit une Syria Cœle au nord (capitale Antioche) et une Syria Phoenice au sud (capitale probable Tyr, et non pas Damas) ; cela ne touche en rien la Syria Palaestina qui reste telle qu’elle était depuis Hadrien. De plus, on se demande comment la Syria Cœle s’étendrait jusqu’à la Trachônitide, qui est le plateau du Léja situé au sud/sud-est de Damas, si cette ville abritait le gouverneur de la Syria Phoenice ! En fait, la limite entre les deux nouvelles provinces est difficile à établir 6, mais elle se situe quelque part en Syrie moyenne, et court d’ouest en est et non pas du nord au sud. Quant au rattachement de l’ensemble de la Trachônitide à la province d’Arabie au début du iiie s., que prouvent les inscriptions du Léja (cf. notre introduction à IGLS XV), il n’a rien à faire dans ce débat sur la Cœlé-Syrie ; mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de la propension des auteurs à insérer dans leur exposé des considérations qui n’ont aucun rapport avec le sujet, et qui obscurcissent notablement l’ensemble.

  • 7 Citation tronquée de Dan & Nodet 2017 qui comprennent que c’est Raphia la première ville ; Polybe (...)

6La dernière phrase de la citation est peut-être la plus révélatrice d’une conception de la toponymie qui soit insulte l’intelligence des Anciens, soit considère la toponymie comme susceptible de nomadisme. Si je comprends bien, le fait de nommer « Syria Cœle » la province romaine de Syrie la plus septentrionale prouverait que les administrateurs romains ne comprenaient pas que le terme valait seulement pour la Syrie du Sud ou que le sens avait changé récemment. Comment, pourquoi, sous quelle influence ? Mystère ! Il me semble qu’il y a là deux présupposés qui ne sont ni l’un ni l’autre admissibles dans une recherche historique. D’une part, je crois a priori que les Anciens savaient de quoi ils parlaient au moment où ils en parlaient, même si nous ne les comprenons pas toujours ; ils pouvaient certes se tromper, mais c’est à nous de le prouver. D’autre part, je ne crois absolument pas que les termes géographiques utilisés par les Anciens soient « flexibles », adjectif qui revient sans cesse dans cet opuscule. Certes, les limites ne sont pas fixées toujours avec une grande précision dans les écrits des Anciens, pour la bonne raison qu’ils avaient rarement la nécessité de le faire. Mais lorsqu’ils le font, on constate que ces limites sont bien établies et constantes : lorsque Polybe (V, 80) indique que Rhinocoloura est la première ville de Cœlé-Syrie en venant d’Égypte 7, il place avec précision la limite, confirmant toute une tradition qui la place au « torrent d’Égypte », qui en est tout proche. Ce n’est donc pas parce que nous ne connaissons pas les limites, que les Anciens les ignoraient. Il faut écarter d’emblée l’idée de « flexibilité », sauf à la démontrer de manière incontestable ; tout au plus peut-on parler d’extensibilité variable selon que l’on se réfère au sens géographique ou au sens administratif, ce qui n’a rien à voir avec la « flexibilité ». On y reviendra.

7Or, les cartes de l’ouvrage entérinent ce concept de flexibilité, jusqu’à l’incohérence, et pour toutes les dénominations : sur l’une (fig. 4, p. 28), la Palestine s’étend jusqu’à Homs, tandis que sur une autre (fig. 5, p. 41) la Syrie-Phénicie court jusqu’à la Commagène. Quant aux noms des provinces (fig. 11, p. 109), jamais l’Arabie romaine ne porta l’épithète Petraea. Espérons qu’aucun étudiant n’aura la malchance de chercher là des repères sûrs pour la géographie de la Syrie antique !

  • 8 Cité par Josèphe, Contre Apion, I, 179, ce qui laisse planer un doute sur la date de validité du r (...)
  • 9 Je conserve le terme grec non par cuistrerie, mais parce que c’est bien l’origine géographique de (...)
  • 10 Le livre semble avoir été publié à partir de 314 av. J.‑C.

8Ce qui est flexible en revanche et fausse les conclusions des deux auteurs, c’est leur manière d’interpréter les textes anciens en leur faisant dire à l’occasion le contraire de ce qui est écrit. Il vaut la peine de s’arrêter sur leur chapitre ii. Ils y étudient à la suite trois textes du ive ou début du iiie s. av. J.‑C. D’abord, ils mentionnent Cléarque de Soloi 8, disciple d’Aristote, qui rapporte que son maître avait rencontré un Ioudaios 9 venant de Cœlé-Syrie, les Ioudaioi habitant très précisément un pays nommé la Judée (Ioudaia) dont la capitale porte le nom étrange (dit Cléarque) de Ierousalèmè ; on peut en déduire que son pays d’origine, la Judée, appartient à la Cœlé-Syrie. En second lieu, Dan et Nodet signalent que Théophraste, à la même époque ou peu après 10, dans un chapitre sur les palmiers, cite plusieurs fois la région, mais ils n’en retiennent qu’un extrait. Donnons donc les passages en question avant de commenter leur interprétation, car elle illustre un mode de raisonnement avec lequel je ne peux tomber d’accord.

  • 11 J’utilise ici l’édition (avec traduction en anglais) d’Arthur Hort, Loeb Classical Library, Londre (...)

9Dans son Histoire des plantes, II, 6, 2, Théophraste écrit : « partout où il y a nombre de palmiers-dattiers, les sols sont salés, aussi bien à Babylone, dit-on, d’où les palmiers-dattiers sont originaires, en Libye, en Égypte et en Phénicie, tandis qu’en Cœlé-Syrie, où ils sont très nombreux, dans trois districts seulement, dit-on, où le sol est salé, sont produites des dattes qui peuvent se conserver ; celles qui poussent dans d’autres districts ne se conservent pas, mais pourrissent, bien que, fraîches, elles soient douces et qu’on les consomme ainsi » [ πανταχοῦ γὰρ ὅπου πλῆθος φοινίκων ἁλμώδεις αἱ χῶραι, καὶ γὰρ ἐν Βαβυλῶνί φασιν, ὅπου οἱ φοίνικες πεφύκασι, καὶ ὲν Λιβύῃ δὲ καὶ ἐν Αἰγύπτῳ καὶ Φοινίκῃ καὶ τῆς Συρίας δὲ τῆς κοίλης, ἐν ᾗ γ´οἱ πλεῖστοι τυγχάνουσιν, ἐν τρισὶ μόνοις τόποις ἁλμώδεσιν εἶναι τοὺς δυναμένους θησαυρίζεσθαι. Τοὺς δ’ἐν τοῖς ἄλλοις οὐ διαμένειν ἀλλὰ σήπεσθαι, χλωροὺς δ’ ἡδεῖς εἶναι καὶ καταναλίσκειν οὕτω.] 11.

10Un peu plus loin, en II, 6, 5, on lit : « Cependant, certains disent que les habitants de Syrie ne s’occupent pas de cultiver [les palmiers] sauf pour élaguer et arroser, et aussi que le palmier-dattier exige de l’eau de source plutôt que l’eau du ciel [lit. « l’eau de Zeus »]. Et il y en a beaucoup de cette sorte dans la vallée où se trouvent les palmeraies. Ils ajoutent que les Syriens disent que cette vallée s’étend à travers l’Arabie jusqu’à la mer Rouge, et que beaucoup prétendent l’avoir visitée, et que c’est là dans la partie la plus creuse que poussent les palmiers-dattiers » [Ἄλλοι δέ τινες λέγουσιν ὡς οἵ γε κατὰ Συρίαν οὐδεμίαν προσάγουσιν ἐργασίαν ἀλλ’ ἢ διακαθαίρουσι καὶ ἐπιβρέχουσιν, ἐπιζητεῖν δὲ μᾶλλον τὸ ναματιαῖον ὕδωρ ἢ τὸ ἐκ τοῦ Διός. Εἶναι δὲ πολὺ τοιοῦτον ἐν τῷ αὐλῶνι ἐν ᾧ καὶ τὰ φοινικόφυτα τυγχάνει, τὸν αὐλῶνα δὲ τοῦτον λέγειν τοὺς Σύρους ὅτι διατείνει διὰ τῆς Ἀραβίας μέχρι τῆς ἐρυθρᾶς θαλάσσης καὶ πολλοὺς φάσκειν ἐλελυθέναι. Τούτου δὲ ἐν τῷ κοιλοτάτῳ πεφυκέναι τοὺς φοίνικας.]

11Un peu plus loin encore, en II, 6, 7 : « En Syrie et en Égypte, il existe des palmiers qui portent des fruits lorsqu’ils ont quatre ou cinq ans, de la taille d’un homme » [εἰσι δὲ καὶ περὶ Συρίαν καὶ περὶ Αἴγυπτον φοίνικες οἳ φέρουσι τετραετεῖς καὶ πενταετεῖς ἀνδρομήκεις ὄντες.]

12Enfin, en II, 6, 8 : « les seules dattes qui se conservent, dit-on, sont celles qui poussent en Syrie dans la vallée, tandis que celles qui poussent en Égypte, à Chypre et ailleurs sont utilisées fraîches » [θησαυρίζεσθαι δὲ μόνους δύνασθαί φασι τῶν ἐν Συρίᾳ τοὺς ἐν τῷ αὐλῶνι, τοὺς δ’ ἐν Αἰγύπτῳ καὶ Κύπρῳ καὶ παρὰ τοῖς ἄλλοις χλωροὺς ἀναλίσκεσθαι.]

  • 12 Passons sur le fait que l’on n’a jamais vu un palmier porter ses fruits à maturité dans la vallée (...)

13Dan et Nodet combinent avec raison les deux premiers extraits pour affirmer que la vallée où les palmiers sont très abondants se situe en Cœlé-Syrie. Mais ils travestissent aussitôt le texte par des commentaires qui n’y figurent pas. D’une part, Théophraste ne mentionne nulle part une « vallée de Syrie » (entre guillemets chez eux p. 38), mais seulement « en Syrie » une vallée où se trouvent des palmeraies dont les dattes se conservent. D’autre part, rien ne permet de limiter l’extension de la Cœlé-Syrie à « une partie intérieure de la Syrie qui inclut la Judée » (p. 37) ou à cette « vallée » des palmiers ; et encore moins de conclure : « L’identification de la Cœlé-Syrie avec la “Vallée de Syrie” est ici certaine » (p. 38). L’erreur est réaffirmée p. 122 : « Théophraste mettait la Cœlé-Syrie à l’intérieur des terres, sur le grand rift, dans la vallée du Jourdain et de l’Oronte (vallée de Syrie) » 12. Son texte dit tout autre chose : d’Oronte il n’est pas question (et pour cause, puisque le palmier n’y fructifie pas), et la vallée des palmeraies court aussi à travers l’Arabie, qui, de ce fait, semble être un prolongement de la Cœlé-Syrie et s’en distingue. Théophraste, par la précision ἐν τῷ κοιλοτάτῳ, désigne probablement la partie la plus basse, la plus creuse, la plus profonde du rift, en clair celle qui est la plus basse au-dessous du niveau de la mer, qui est de fait celle où poussent le mieux les palmiers-dattiers, autour de la mer Morte. Si on reprend l’examen sérieux des textes, sans a priori, on constate que Théophraste dit le contraire de ce que prétendent Dan et Nodet. On pourrait discuter pour savoir où Théophraste place la limite entre Cœlé-Syrie et Arabie, mais c’est un autre débat qui ne change rien à son propos. On sait que les Anciens désignent sous ce nom toute zone désertique où vivent des nomades.

  • 13 Bien que Théophraste use ici du nom de la ville de Babylone, il est assez clair qu’il désigne l’en (...)

14Reprenons en suivant le texte au plus près. Théophraste commence par énumérer les pays où poussent les palmiers-dattiers sur les rives sud et est de la Méditerranée, mais il cite en tête le pays d’origine de l’espèce, la Babylonie 13. Repartant ensuite de l’ouest, il énumère dans un ordre logique la Libye, l’Égypte, puis en traversant la mer, la Phénicie et la Cœlé-Syrie (il néglige Chypre, qu’il cite dans d’autres passages). Il procède par grandes entités géographiques sans entrer dans les détails ; on ne voit donc pas pourquoi il citerait quatre régions dans leur totalité, et pour la Syrie seule un district particulier, d’autant plus qu’il précise qu’en Cœlé-Syrie, il n’y a que trois secteurs qui fournissent des dattes qui se conservent alors que celles fournies par les autres districts pourrissent rapidement. Comme il explique que les meilleures viennent de la « vallée », cela signifie que les autres régions de la Cœlé-Syrie qui fournissent des dattes sont ailleurs ! On ne peut tirer qu’une seule conclusion : « vallée » et Cœlé-Syrie ne coïncident pas, et la « vallée » des palmeraies n’est qu’un secteur parmi d’autres d’un ensemble plus vaste, la Cœlé-Syrie, et cette vallée continue en Arabie, à travers le désertique wadi ʿArabah jusqu’à la mer Rouge.

15Si dans le premier extrait, Théophraste plante le décor général en utilisant l’expression Cœlé-Syrie, ensuite il se contente du terme Syrie, non parce qu’il parle d’autre chose, mais seulement parce que les deux termes sont pour lui rigoureusement équivalents. En revanche, la « vallée » où les palmeraies sont les plus abondantes, la vallée riche en sources, s’étend aussi à travers l’Arabie jusqu’à la mer Rouge. Et s’il donne cette définition, qui n’englobe probablement pas la Beqaʿ, c’est parce qu’il sait bien que le palmier-dattier a besoin d’une forte chaleur pendant une longue période pour que les dattes arrivent à maturité : ces conditions ne sont remplies en Syrie que dans le fossé du Jourdain, autour de la mer Morte (ἐν τῷ κοιλοτάτῳ), à Palmyre et dans la vallée de l’Euphrate. On n’a jamais vu des dattes mûrir à Baalbek, à 1 100 m d’altitude ! La « vallée » des palmeraies est en Cœlé-Syrie, elle n’est pas la Cœlé-Syrie. Le texte de Théophraste ne laisse place à aucune ambiguïté sur ce point.

16Un troisième texte conclut ce chapitre II : à la même époque ou peu avant les élèves d’Aristote, l’auteur anonyme du Pseudo-Scylax fait clairement allusion à la côte sud de la Palestine comme côte de la Cœlé-Syrie. Nos auteurs y voient une preuve de la « flexibilité » et des contradictions des auteurs. Il n’en est rien, et il n’est pas difficile de comprendre que chacun parle de ce qui l’intéresse, la Judée pour Cléarque, une vallée où fructifient les palmiers pour Théophraste et les repères côtiers utiles aux navigateurs pour le Pseudo-Scylax, et que tout ceci se situe en effet en Cœlé-Syrie. Leurs affirmations ou renseignements ne sont pas contradictoires, mais complémentaires : ils prouvent que le terme convient également pour les trois régions. À nous d’en tirer de justes conclusions. Pour moi, Théophraste prouve à l’évidence qu’à la fin du ive siècle l’expression Koilè Suria, quelle que soit son origine (on y reviendra), désigne toute la Syrie en dehors de la Phénicie, et elle trouve naturellement sa place au sein des grands ensembles qu’il cite à la suite, Libye, Égypte, Phénicie, Cœlé-Syrie et Babylonie.

 

17Six siècles plus tard, lorsque Rome nomma Syria Cœle sa province de Syrie du Nord à partir de Septime Sévère, le terme n’avait pas changé de sens et son usage était parfaitement légitime, puisqu’il s’appliquait là comme ailleurs en Syrie, depuis les origines, même si l’on en faisait un autre usage dans les documents administratifs. L’usage administratif, comme ne semblent pas le comprendre Dan et Nodet, peut être tantôt plus large, tantôt plus restreint que l’usage courant, mais il n’est jamais complètement étranger à celui-ci. La province romaine de Syrie créée par Pompée couvrit pendant longtemps un espace qui englobait aussi la Phénicie, alors que l’usage géographique habituel la dissocie généralement de la Syrie (ainsi dans la dénomination officielle de la Syrie lagide (et non « égyptienne » [p. 116]) : « Syrie et Phénicie »). Le nom d’une partie peut servir à désigner une zone plus large : la province de Syrie-Phénicie couvre plus que la Phénicie et moins que la Syrie. Dan et Nodet le savent bien puisqu’ils observent eux-mêmes que le terme de Judée désigne tantôt la petite région de Judée autour de Jérusalem (c’est le sens géographique courant), tantôt le vaste royaume d’Hérode ou la province créée par Vespasien (ce sont des usages administratifs dérivés et nécessairement aussi variables que les institutions qu’ils désignent). Il est vrai aussi que l’usage administratif peut déteindre sur la langue commune : si Héliodore d’Émèse se qualifie lui-même, dans la phrase finale de son roman Les Éthiopiques, de « Phénicien », c’est qu’il est né dans la province de [Syrie-]Phénicie, comme Philippe « l’Arabe » doit son surnom (utilisé de façon malveillante en général) au fait qu’il est né dans un village de la province romaine d’Arabie.

  • 14 Il aurait été utile de faire l’inventaire exhaustif des documents officiels lagides et séleucides (...)
  • 15 Lenger 1964, n° 22.
  • 16 Encore qu’ils semblent bien l’avoir fait un temps : dans la fameuse inscription d’Hefzibah, Ptolém (...)

18Pour revenir à l’usage du terme Cœlé-Syrie, l’époque hellénistique a joué un rôle important en raison du partage pendant un siècle de la Syrie entre Séleucides et Lagides 14. Ces derniers, pour des raisons politiques, nommèrent « Syrie et Phénicie » la partie de la Syrie qu’ils administraient (cf. l’ordonnance de Ptolémée II sur les esclaves en 260 15) puisqu’ils prétendaient à la possession de la Syrie et de la Phénicie entières, et qu’ils y travaillèrent lors de chaque guerre de Syrie. Dans les faits, ils n’administrèrent le plus souvent que la partie sud (même la Phénicie leur échappa en partie, puisqu’Arados et sa pérée furent constamment séleucides), mais leur prétention s’affichait dans la désignation officielle de la satrapie, ce qu’ont bien vu Dan et Nodet. À l’inverse, lorsque les Séleucides s’emparèrent de cette province lagide, ils ne pouvaient conserver son nom officiel lagide 16 puisque le titulaire de la satrapie aurait porté un titre qui ne correspondait pas à ce qui lui était confié. Il fallait trouver un qualificatif qui la distinguât du reste, même si l’usage géographique habituel attribuait à l’épithète Koilè (quel qu’en soit le sens et l’origine) un caractère englobant toute la Syrie en dehors de la Phénicie. On ne saura sans doute jamais qui fit le choix et pourquoi : la réalité est que les anciennes possessions lagides de Syrie devinrent officiellement satrapie de Koilè-Suria et Phénicie. Un savant de la cour d’Antioche a-t-il influencé le choix du roi en lui faisant valoir que ce koilè trouvait son sens dans la vallée profonde de la Beqaʿ ? De fait, la satrapie de Koilè Suria et Phénicie engloba une vallée creuse, mais aussi bien d’autres districts tels les plateaux à l’est du Jourdain, la plaine côtière de Palestine et de Phénicie, les collines de Judée et de Galilée, l’oasis de Damas, les plaines et les montagnes du Hauran. Selon un processus maintes fois illustré, la dénomination administrative officielle tendit à réduire une appellation large à un district plus réduit ; mais on note néanmoins que les Séleucides conservaient la distinction, habituelle, entre Syrie et Phénicie.

19Il est probable que cet usage administratif remonte à une période antérieure à la reconquête séleucide. Polybe utilise en effet presque constamment le terme de Cœlé-Syrie selon l’usage administratif séleucide, y compris de façon apparemment anachronique. Je dis « apparemment » en ce sens qu’il l’utilise pour désigner les possessions lagides au iiie siècle, alors que les Lagides emploient seulement « Syrie et Phénicie ». Soit Polybe l’utilise de façon rétrospective selon l’usage de son temps, soit il est le reflet d’un usage de la chancellerie séleucide existant dès le iiie siècle et conservé au iie. Il était en effet indispensable pour Polybe comme pour l’administration séleucide d’établir une distinction entre la Syrie lagide et celle des Séleucides. Mais un usage administratif restreint n’empêche aucunement que le sens général habituel demeure : la suite le prouve à l’évidence.

  • 17 On notera que Pline place dans cette Syrie « recommencée » la partie nord de la pérée aradienne (P (...)

20L’usage que fait Polybe se comprend d’autant mieux que lorsqu’il parle de Cœlé-Syrie, c’est toujours dans le cadre des conflits entre Lagides et Séleucides, et que l’usage administratif de son temps lui permet d’éviter les confusions. Pline, à une époque où cet usage administratif n’a plus lieu d’être, mélange usage administratif ancien et usage commun sans l’indiquer clairement. Pour lui, il est clair que l’ensemble du Proche-Orient à l’ouest de l’Euphrate comporte deux grands ensembles : la Syrie et la Phénicie, car, comme il l’explique, ceux qui veulent donner une description précise du pays disent que la Phénicie est comme englobée par la Syrie ; c’est pourquoi, se plaçant au large, il distingue en portant le regard du sud au nord d’abord la côte de la Syrie (dont font partie Idumée et Judée), puis la côte de Phénicie, puis à nouveau la Syrie (HN V, 13; au chapitre 18, il est encore plus explicite : au-delà de la Phénicie, la Syrie recommence 17. Le terme Cœle n’apparaît que dans une énumération des terres qui jouxtent l’Arabie et qui étaient appelées jadis Palestine, Judée, Cœlé et Phénicie. Le souvenir de l’usage administratif hellénistique apparaît dans cette dernière mention (Cœlé et Phénicie) tandis que l’on ne sait s’il entend par Judée ce que couvrait le royaume d’Hérode (puis le domaine du préfet/procurateur de Césarée) ou seulement la région de Jérusalem. Quant à Palestine, il n’a eu aucun usage officiel avant Hadrien, et ne peut donc être chez Pline qu’un terme strictement géographique, souvenir de ses lectures. Ce n’est donc pas de son témoignage que l’on tirera des indications pertinentes.

  • 18 Cf. plus bas sur cet effort de rationalisation.
  • 19 Cf. Sartre 2001b, p. 167-186, que Dan et Nodet ne semblent pas connaître. Cf. maintenant Vitale 20 (...)
  • 20 C’est le terme officiel en Syrie des subdivisions du culte impérial provincial, ce qu’on nommerait (...)
  • 21 Bel exemple d’emboîtement des terminologies : au sein de la provincia Syria (en grec éparchia), il (...)
  • 22 Cf. le nom officiel de Scythopolis dans l’inscription publiée par Foerster et Tsafrir 1987-1988, p (...)
  • 23 On en trouve les références dans Lichtenberger 2003, passim.
  • 24 Lichtenberger 2003, p. 17.
  • 25 Cf. Isaac, 1981, p. 67-74, repris avec postcript dans Isaac 1998, p. 313-321. L’inscription vient (...)
  • 26 Discussion précise et utile dans Lichtenberger, 2003, p. 6-20. Notons par ailleurs qu’à l’époque o (...)

21Que Cœlé-Syrie puisse désigner bien plus large que la seule Beqaʿ (comme le veut Strabon) 18, ou même que l’ancien domaine lagide, c’est ce que prouvent deux dénominations tardives auxquelles Dan et Nodet, obnubilés par le caractère « flexible » des toponymes, n’ont pas accordé la place qu’elles méritent. D’une part, sans doute à l’époque d’Hadrien 19, une nouvelle éparchie 20 s’ajoute à celles de Syrie 21, de Commagène et de Tyr (c’est-à-dire de Phénicie puisque son chef porte le titre de phoinikarque) ; les villes qui lui appartiennent se désignent comme « cité grecque de Koilè Syria » 22 ou plus brièvement « de Koilè Syria », plus ou moins abrégé sur les monnaies : le fait est assuré par des émissions monétaires ou des inscriptions pour Abila, Dion, Gadara, Pella, Philadelphie et Scythopolis, depuis Hadrien jusqu’à Élagabal au moins 23. La grande originalité de cette nouvelle éparchie est qu’elle est à cheval sur trois provinces au moment où elle est créée 24, ce qui s’explique par le fait que ces cités célébraient sans doute auparavant le culte impérial à Tyr lorsqu’elles étaient regroupées au sein de l’éparchie de Décapole, qui fut au ier siècle un district de la province de Syrie placé sous la direction d’un préfet (comme la Judée avant 68) 25. Mais après l’annexion par Rome de l’État hérodien d’Agrippa II (vers 90), puis du royaume nabatéen en 106, les cités se trouvaient réparties entre les provinces de Syrie, Judée/Syrie-Palestine et Arabie. Avec cette nouvelle éparchie, elles se retrouvaient pour célébrer ensemble le culte impérial, comme auparavant. Cette situation perdura au moins jusqu’au iiie siècle. Notons qu’il n’y a qu’une coïncidence très partielle entre la Beqaʿ (la Syrie « creuse » de Strabon) et ces cités dont la plupart se trouvent en dehors du sillon du rift : Damas, Philadelphie, Dion, Pella, Gadara, Gérasa, Canatha. Il reste à faire la preuve de la coïncidence exacte entre les deux notions – « Décapole » et « éparchie de Cœlé-Syrie » –, mais il existe suffisamment d’indices en faveur de cette hypothèse pour qu’on la juge très vraisemblable 26.

22Les administrateurs romains de Syrie connaissaient évidemment l’existence de cette structure officielle. Or, ils ont choisi le nom de Syria Cœle pour la province réduite dont Antioche (après l’honneur éphémère décerné à Laodicée, qui avait soutenu Septime Sévère contre Pescennius Niger) fut la capitale. À moins d’admettre qu’ils étaient stupides ou ignorants, ou les deux à la fois, ils n’ont pu choisir ce terme que parce qu’il convenait aussi pour cette partie de la Syrie du Nord. Non parce que la Cœlé avait migré du sud vers le nord (la « flexibilité » de nos auteurs), mais parce que l’usage ne s’en était jamais perdu (cf. le texte d’Appien cité plus bas). Le découpage opéré par Septime Sévère imposait ce choix : la province de Syrie créée par Pompée qu’il voulait diviser comprenait la Phénicie entière et de très larges parties de la Cœlé-Syrie, celles qui n’étaient pas englobées dans la Syria Palaestina ; puisque des deux nouvelles provinces, celle du sud englobait quasiment toute la Phénicie (mais aussi des parties de la Cœlé-Syrie comme la Damascène, l’Émésène ou la Palmyrène), on lui attribua le nom de Syria Phoenice ; il restait à la province du nord le reliquat de la Cœlè-Syrie géographique, et le nom de Syria Cœle lui convenait donc parfaitement.

23Dan et Nodet semblent considérer comme une sorte d’erreur le fait qu’au même moment deux structures de type administratif portent le nom de Cœlé-Syrie : une éparchie du culte impérial au sud, une province romaine au nord. Il n’y a aucun point de recouvrement entre l’une et l’autre, et les deux structures fonctionnent en même temps (au moins sous les Sévères) ! On ne peut en tirer qu’une seule conclusion : l’expression Cœle Syria convenait à l’une comme à l’autre, parce que l’une comme l’autre se trouvait dans les limites de ce que l’usage géographique habituel, fort de cinq ou six siècles d’ancienneté (cf. Théophraste) nommait Cœlé-Syrie.

24Au final, ce qui me frappe, c’est la stabilité des appellations, la cohérence des usages, pour peu que l’on examine les textes avec soin et sans a priori. Anca Dan et Étienne Nodet arrivent à des conclusions bien différentes, et à mes yeux inacceptables : la notion fluctuerait au fil du temps, désignant tantôt une petite région à l’est ou au nord de la Judée, d’autres fois un territoire plus vaste, plus au nord ou plus au sud, subissant « un processus complexe de compositions et décompositions successives » (p. 46). La seule conclusion qu’impose la lecture des textes est que le terme de Cœlé-Syrie est englobant, qu’il désigne en réalité toute la Syrie, à l’exception de la Phénicie, même s’il lui arrive d’avoir des sens administratifs (satrapie séleucide, éparchie du culte impérial, province romaine) plus restreints. On peut relire tous les textes que mentionnent les deux auteurs – sans jamais ou presque les citer in extenso ce qui est fâcheux – en remplaçant Cœlé-Syrie par Syrie, et l’on verra que cela fonctionne parfaitement. Imaginer que le mot désigne des régions différentes, plus ou moins étendues et parfois éloignées l’une de l’autre, selon les époques et pratiquement avec chaque auteur, n’a aucun sens.

 

25Ni par la méthode, ni par les conclusions, l’étude d’Anca Dan et Étienne Nodet n’est donc recommandable, et plusieurs passages heurtent le lecteur attentif ou un peu informé. Pour que l’on sache de quoi il était question, il convenait d’établir un corpus des textes utilisés, d’en donner autant que possible le texte et la traduction. Les auteurs le font parfois, mais on observe aussi des discordances entre le texte original et la traduction, ou entre le texte et le résumé qui en est fait, et les incertitudes ou les difficultés du texte original sont parfois masquées.

26Ainsi p. 102 n. 214 : le texte grec donné en note ne dit pas exactement ce qui est traduit dans le développement. Appien (Préface § 2) écrit ceci en grec : Συρία τε ἡ Παλαιστίνη καὶ ὑπὲρ αὐτὴν μοῖρα Ἀράβων, ἐχόμενοι δὲ τῶν Παλαιστινῶν Φοίνικες ἐπὶ τῇ θαλάσσῃ Φοινίκων ὕπερθεν ἥ τε Κοίλη Συρία καὶ μέχρι ἐπὶ ποταμὸν Εὐφράτην ἀπὸ θαλάσσης ἄνω Παλμυρηνοί τε καὶ ἡ Παλμυρηνῶν ψάμμος ἐπ’ αὐτὸν Εὐφράτην καθήκουσα. Après l’Égypte, dit Appien, (on trouve) « la Syrie Palestine et au-delà (ou au-dessus) d’elle, une partie des Arabes, et les Phéniciens se tiennent immédiatement après les Palestiniens, le long de la mer, et au-delà (ou au-dessus) des Phéniciens, la Koilè Syrie, et cela jusqu’au fleuve Euphrate depuis la mer en remontant vers le nord (ou vers l’intérieur), puis les Palmyréniens ainsi que le désert des Palmyréniens, étendu jusqu’à l’Euphrate même » (ma traduction). Passons sur le fait que Dan et Nodet omettent dans leur traduction les propos sur Palmyre, qui sont hors de leur sujet, mais traduire comme ils le font la phrase précédente par « au-delà de la Phénicie sont la Cœlé-Syrie et les régions s’étendant de la mer jusqu’à l’Euphrate » demande une certaine imagination, car l’incise « et les régions » est absente chez Appien. Ajouter « et les régions » revient à interposer des pays non nommés entre la Cœlé-Syrie et l’Euphrate, alors qu’Appien écrit explicitement que la Cœlé-Syrie s’étend de la mer jusqu’au grand fleuve. De plus, on doit respecter l’ambiguïté du grec qui, par « au-dessus », ὕπερθεν/ὑπὲρ, désigne aussi bien ce qui est plus au nord que ce qui est plus élevé en altitude, ou plus dans l’intérieur pour quelqu’un qui se situe en bordure de mer. De même, le ἄνω ne peut manquer d’être pris en compte : là encore, on se dirige soit vers le nord, soit vers l’intérieur, soit plus haut en altitude. Il me semble que tout ceci indique clairement que, pour Appien, la Cœlé-Syrie désigne toute la Syrie au nord et à l’est de la Phénicie, Palmyre et l’Euphrate en fixant les limites à l’est. Pour un auteur mort avant la réforme provinciale de Septime Sévère (194), voilà un constat qui mérite de retenir l’attention : au milieu du iie siècle, la Cœlé-Syrie se trouve déjà au nord ! Je devrais dire « encore » et « aussi », comme au temps de Théophraste !

27Ailleurs, c’est le texte de 1 Esdras qui est faussé : « ce sont les autorités de Cœlé-Syrie et de Phénicie, résidant à Samarie et ailleurs, qui alertèrent le roi sur le risque de rupture de communication “vers la Cœlé-Syrie et la Phénicie” » (traduction de Dan et Nodet, p. 77). Ce n’est pas ce que je lis en 1 Esdras iv, 13-24 où le texte dit que les auteurs de la lettre adressée au roi – c’est-à-dire le Grand Roi perse achéménide – habitent en « Samarie et dans le reste de [la région de] l’au-delà du fleuve » et préviennent le roi qu’il risque de voir s’effondrer sa domination « dans [la région] d’au-delà du fleuve » (trad. E. Dhorme, La Pléiade, t. 1, p. 1482). Dan et Nodet préviennent que Josèphe utilise « une version un peu particulière » de 1 Esdras ; certes, mais le terme de Cœlé-Syrie figure-t-il dans cette version ou est-ce Josèphe qui place le terme dans son récit (AJ, XI, 25) ? Si cette version est connue, que n’en donnent-ils le texte exact au malheureux lecteur qui n’a pas l’expertise du bibliste ! La question est cruciale, bien entendu. Le terme ne figure pas dans la version canonique. Est-il présent dans cette « version un peu particulière » à laquelle se réfèrent nos auteurs ? La présentation qui est faite semble l’impliquer puisque les citations sont entre guillemets. Mais dans ces conditions, là où la « version un peu particulière » usait de Cœlé-Syrie, la version canonique écrit « la région d’au-delà du fleuve », où l’on reconnaît le Ebir nari akkadien, Eber nahara araméen, ʿbr nhrh, en un mot la Transeuphratène, c’est-à-dire la Syrie entière. On aurait ainsi la preuve du transfert de sens dès le ive siècle, ce qui fait s’effondrer toutes les thèses des auteurs, et confirme Théophraste. Mais comme Dan et Nodet ne disent pas clairement ce qui figure dans la « version particulière », le doute subsiste. Il reste néanmoins qu’entre 1 Esdras canonique et Josèphe, on est obligé d’établir la correspondance entre « le pays au-delà du fleuve » (qui n’est pas seulement le Sud de la Syrie) et la Cœlé-Syrie.

28D’autres passages auraient exigé une discussion approfondie et surtout une contextualisation exacte. Ainsi, Dan et Nodet écrivent : « Quelque temps après, en 219 av. J.‑C., un certain Achéus complota pour prendre le pouvoir [dans le royaume séleucide], sûr d’être bien accueilli à Antioche, et partout en Cœlé-Syrie et en Phénicie » (p. 66). Je reste confondu devant un tel résumé d’événements étalés en réalité de 220 à 213. « Un certain Achéus » n’est autre que le célèbre Achaios, vice-roi séleucide en Asie Mineure, parent du roi. Son usurpation du titre royal – car il s’agit bien de cela, pas d’un complot quelconque – remonte en réalité à 220, avant qu’Antiochos III ne se lance à la conquête de la Syrie-Phénicie lagide. Achaios fut empêché par ses troupes de marcher sur la Syrie à ce moment-là, car elles entendaient rester fidèles au roi légitime. Il lança une nouvelle tentative en 219, et il était notoirement en rapports étroits avec Ptolémée IV à qui un allié menaçant Antiochos III sur ses arrières ne pouvait qu’être utile. Lors des négociations de 218 entre Ptolémée IV et Antiochos III, le premier tenta d’ailleurs de faire inclure Achaios dans la paix, alors qu’Antiochos « regardait comme une chose indigne que Ptolémée osât se faire le protecteur de rebelles ou se permît seulement d’évoquer le cas de tels individus » (Polybe V, 67).

  • 27 Cf. Polybe, VIII, 4, 15-17. L’épisode vient de faire l’objet d’une longue étude de Labarre 2017, p (...)

29Lorsque Achaios évoque sa prétendue popularité en Syrie – la citation placée par nos auteurs en 219 –, la situation a radicalement changé. Cette déclaration date en effet de 213, six ans plus tard que ne le croient Dan et Nodet : la bataille de Raphia (217) a balayé les espoirs séleucides de reconquête de la Syrie lagide (pourtant presque acquise à la veille de Raphia) et on est revenu au statu quo ante (le seul bénéfice de cette guerre pour Antiochos III fut la reconquête des ports de Syrie du Nord). Achaios a dû se replier devant l’offensive d’Antiochos III en Asie Mineure et s’est enfermé dans la citadelle de Sardes, la ville basse étant tenue par l’armée royale. Des agents lagides ont convaincu Ptolémée d’un plan complexe (et rémunérateur pour eux, 10 talents) pour tenter de faire évader Achaios ; mais à la suite d’une série de trahisons (dont Antiochos III est informé) qui n’ont aucun intérêt ici 27, Achaios, bien que méfiant, trompé par les promesses de ceux qu’il croit sincèrement être des agents lagides, et donc ses alliés, leur confie son sort. C’est dans ces circonstances désespérées qu’il formule l’espoir, s’il se sort de ce mauvais pas, de se jeter sur la Syrie pour provoquer un grand émoi et être « accueilli avec enthousiasme par les habitants d’Antioche, de Cœlé-Syrie et de Phénicie » (Polybe, VIII, 4, 17), alors qu’Antiochos III sera encore à Sardes. Si Polybe entend par cette expression la Syrie lagide, comme il semble le faire pratiquement toujours, on ne comprend pas pourquoi Achaios se félicite d’être bien accueilli seulement dans la capitale du royaume et dans deux régions qui n’en font pas partie ! Il n’est donc pas illégitime de se demander si, pour une fois, Polybe n’utiliserait pas l’expression au sens géographique large, celui de « toute la Syrie et la Phénicie » ? La logique politique voudrait que l’on retienne plutôt cette hypothèse, mais l’usage habituel de Polybe invite à la prudence. Achaios espère-t-il faire la reconquête du royaume à partir des possessions de son allié lagide ? C’est possible. Le passage n’apporte donc aucun élément décisif au débat, mais la portée de la déclaration d’Achaios ne peut être la même selon qu’on la date (faussement) en 219, où il est au sommet de sa puissance alors qu’Antiochos III n’a aucun moyen de mobiliser contre lui, ou en 213 comme l’indique sans ambiguïté Polybe, lorsque, prisonnier dans l’acropole de Sardes, l’usurpateur est voué à une mort quasi certaine et peut, au mieux, espérer se sauver avec quelques fidèles.

  • 28 L’adjectif féminin singulier μέση qu’utilise Josèphe aurait dû faire l’objet d’un commentaire : se (...)

30Parfois c’est la géographie la plus banale qui est mise à mal par Dan et Nodet. Ainsi, Josèphe écrit (AJ I, 145) qu’Aram eut pour fils Uç, qui fonda « la Trachonitide et Damas, qui est 28 entre la Palestine et la Cœlé-Syrie ». Nos auteurs commentent ainsi : « Cette définition, qui réduit la Cœlé-Syrie à une zone du Nord-Est, paraît en quelque sorte analogue à l’opinion de Strabon – selon laquelle la Cœlé-Syrie, en sens restreint, était le passage entre le Liban et l’Anti-Liban » (p. 70). Quiconque regarde la carte à défaut de passer lui-même dans une région aujourd’hui difficile d’accès, voire interdite, constate que « le passage entre Liban et Anti-Liban » (la Beqaʿ) se situe entre la Palestine et Damas ; le fossé du rift court entre la Palestine à l’ouest et la Trachônitide et la Damascène à l’est. Or la Cœlé-Syrie dont parle Josèphe se situe au contraire au-delà de la Trachônitide et de Damas : je ne sais avec quelles lunettes il faut lire Josèphe pour lui faire dire le contraire de ce qu’il écrit ! Les plateaux du Qalamoun conviendraient pour situer cette Cœlé-Syrie, si l’on veut se contenter d’une définition étroite, ce que rien dans le texte de Josèphe n’impose puisqu’il donne comme autre point de repère la Palestine entière. On peut donc étendre cette Cœlé-Syrie à la Syrie centrale et au-delà. On a ici un indice intéressant montrant que Josèphe sait que le terme de Cœlé-Syrie s’applique au-delà de la Damascène, conformément à l’usage géographique constant depuis Théophraste au moins.

  • 29 Pierre-Louis Gatier me fait remarquer que cette précision permet d’opposer implicitement Arabie et (...)

31On pourrait relever encore bien d’autres erreurs ou approximations qui ne peuvent que tromper le lecteur, même si toutes n’ont pas forcément d’incidence sur le débat principal. Ainsi p. 81 : la dot de Laodice, fille d’Antiochos III, donnée à Ptolémée V, n’est pas une série de districts, mais les revenus de ces districts, ce qui est bien différent. Ailleurs, des considérations vagues ou dépourvues d’intérêt encombrent la discussion : pourquoi Onias, dans une lettre apocryphe rapportée par Josèphe, citerait-il la Judée et la Samarie puisqu’il vient de dire qu’il a parcouru l’ensemble de la Cœlé-Syrie et de la Phénicie, sans doute selon l’usage séleucide du moment (p. 83) : Judée et Samarie sont naturellement englobées dans cette dénomination. Ailleurs encore, il s’agit d’affirmations tendancieuses lorsqu’elles sont coupées du contexte : « Arétas III, nouveau roi nabatéen en Cœlé-Syrie » (p. 85, sans donner de référence) ; si on se reporte à Josèphe, AJ XIII, 395, on observe qu’il signale qu’Arétas III fut conduit à régner en Cœlé-Syrie parce que les habitants de Damas, redoutaient Ptolémée fils de Mennaios, l’Ituréen, et lui livrèrent leur ville ; le renseignement est donc bien plus précis qu’on pouvait le lire et confirme que Damas et sa région appartiennent aussi à la Cœlé-Syrie 29. Ailleurs, les auteurs livrent des résumés dont on se demande d’où ils peuvent provenir (p. 98) et qui rendent le livre confus.

 

32Dans un chapitre conclusif, les auteurs présentent les principales thèses, celles de Félix-Marie Abel, Élias Bikerman et moi-même. Il n’y a pas beaucoup à redire à la présentation des thèses de mes prédécesseurs, à qui il est rendu justice (notamment pour Bikerman qui sut habilement distinguer entre nomenclature géographique et administrative : la leçon n’a pas été retenue).

33Pour ce qui me concerne, ils s’intéressent principalement au sens de koilè que je proposais il y a 30 ans. On peut débattre en effet de l’origine de l’appellation, qui n’est pas tranchée, mais c’est une question sans rapport obligatoire avec le précédent débat. Personne ne peut croire que le choix de koilè, « creuse », se fonde sur la géographie de la Syrie. Certes, elle ne manque pas de « creux » entre les montagnes, mais le seul fossé qui aurait pu marquer les esprits par son caractère spectaculaire s’étend du nord au sud, de la plaine d’Antioche au golfe de ‘Aqaba à travers la vallée de l’Oronte, la Beqaʿ, la vallée du Jourdain, la mer Morte et le wadi ʿArabah : les Grecs furent-ils conscients de l’unité de ce fossé dès la fin du ive siècle ? On a vu que le terme est déjà présent chez au moins un disciple d’Aristote, Théophraste. Or, dès cette époque, la Cœlé-Syrie désigne aussi la côte et la Judée, et probablement toute la Syrie en dehors de la Phénicie (on peut discuter de l’appartenance de la Beqaʿ à la Phénicie, mais je la juge probable au moins au temps où les territoires civiques de cités de Phénicie s’étendent jusqu’à elle) : il faudrait donc que le qualificatif créé au vu du sillon central ait paru si caractéristique de l’ensemble du pays qu’on l’ait aussitôt employé pour nommer tout le pays, y compris les nombreuses régions qui ne sont pas dans le rift. Les Grecs auraient été tellement frappés par ce sillon central, en quelque sorte, qu’ils auraient accolé l’épithète à toute la Syrie dès la fin du ive siècle, y compris pour des régions où la notion de « creux » est absurde (la Judée, la côte palestinienne, le Hauran) ? Ce n’est pas impossible, mais cela surprendrait beaucoup, car les épithètes servent à distinguer des régions homonymes.

  • 30 Sartre 1988, p. 15-40 (= Sartre 2014, p. 121-140).
  • 31 Cf. p. 96, mais je ne comprends pas ce qu’ils veulent dire en écrivant que cela n’a pu se produire (...)

34À la suite d’Oscar Leuze et surtout d’Abraham Schalit, j’ai donc défendu l’hypothèse que koilè ne serait que l’adaptation grecque du sémitique klh, « tout entière » 30. Nos deux auteurs le contestent, même si, dans certains passages, ils semblent en admettre la possibilité 31, avant de la rejeter. Car, annoncent-ils, dans le texte de Sfiré où se trouve la locution bien attestée klh Aram, compris en général comme « toute la Syrie », il ne s’agirait pas d’un toponyme mais d’un « sens social » (p. 119), renvoyant à un article de Jan Dušek à paraître et à un séminaire de l’EBAF tenu à Jérusalem en juin 2015. On me permettra de réserver mon jugement aussi longtemps que je n’ai pas vu l’argumentaire du promoteur de cette hypothèse. Mais j’observe que pour les Grecs, la coïncidence entre un ensemble géographique et son peuple (Athènes/les Athéniens) relève de la banalité. Ils ne devaient pas avoir de peine à imaginer que « le peuple d’Aram tout entier » pouvait peupler « tout Aram ». Mais suspendons le jugement, et j’admets volontiers qu’il puisse y avoir d’autres solutions. Notons néanmoins que les Grecs connaissent l’expression « tout Aram », et savent parfois la traduire littéralement, consciemment ou non : Strabon (XVI, 2, 2) emploie Συρίαν ὅλην que l’on trouve aussi dans la traduction grecque de 1 Esdras, 8, 23 : ἐν ὅλῃ Συρίᾳ καὶ Φοινίκῃ, alors que Josèphe (AJ VII, 74) use de Συρίαν ἄπασαν καὶ Φοινίκην. J’ai un peu de peine à croire que l’association de la Syrie ὅλη ou ἄπασα avec la Phénicie ne nous fournisse pas la vraie traduction (et non translittération) de la Κοίλη Συρία.

  • 32 Cf. Cantineau, 1930, t. 2, p. 141, pour le vocabulaire du tombeau.

35Si, comme je le crois, le terme a été adopté pour helléniser une expression indigène que les Grecs ne comprenaient pas nécessairement, l’épithète koilè ne devait pas les surprendre car elle était assez fréquent dans la composition des toponymes grecs. Ce ne serait pas le premier exemple de contresens commis par les Grecs à partir d’un mot araméen mal compris. Une confusion de cette nature est fournie par Strabon (XVI, 4, 26), qui prétend que les Nabatéens n’accordent aucun intérêt aux défunts, qu’ils les traitent comme des ordures (κοπρίαις), et les ensevelissent παρὰ τοὺς κοπρῶνας, « à côté des tas d’immondices ». Quiconque connaît Pétra ou Hégra ne manque pas d’être surpris par cette affirmation, fausse évidemment ! Strabon ou sa source (son ami Athénodôros ?) ont compris le grec kopria, « ordure », là où leurs informateurs utilisaient un mot de la racine sémitique qbr, « ensevelir », d’où qbrʾ/qubra, « tombeau » 32, ce qui explique la confusion.

36En revanche, que « koilè » ait été adopté pour désigner la « Syrie des vallées et des collines » (p. 119), comme le soutiennent Anca Dan et Étienne Nodet, me laisse perplexe : c’est toute la Grèce et une grande partie de l’Asie Mineure (sans parler de la Grande Grèce et de la Sicile) qui devraient être « koilai » ! L’emploi de « koilos » dans la toponymie grecque s’applique à un creux manifeste, précis, délimité. Pour les régions aussi diverses que celles auxquelles il s’applique en Syrie de façon certaine, il ne convient guère. L’idée que l’épithète exprime une idée de « totalité » plutôt que de « relief en creux » me semble une solution préférable. Reste à savoir comment et quand s’est effectué le passage : la question reste ouverte. Mais c’est sans doute très tôt que cela se produisit, lorsque, peu après la conquête et au moment où des colons s’installèrent, les Grecs et Macédoniens procédèrent à une vaste opération de « colonisation toponymique », attribuant de nombreux toponymes grecs et macédoniens non seulement aux cités nouvellement fondées ex nihilo (ce qui va de soi), les Antioche, Séleucie, Apamée, Laodicée, etc., mais aussi aux cités anciennes refondées (Béroè, Europos) et surtout à des régions entières (Cyrrhestique, Mygdonie, Piérie), voire à des fleuves (Axios). Mais c’est une autre question dont on voit bien qu’elle n’a pas de rapport direct avec la question traitée par Anca Dan et Étienne Nodet.

 

37En définitive, le petit livre d’Anca Dan et Étienne Nodet, en dépit des qualités reconnues des auteurs dans leurs domaines respectifs, ne fait qu’ajouter à la confusion en laissant croire qu’un toponyme peut changer de sens et de localisation au cours du temps, et que les auteurs anciens sont incohérents, confus et donc, au total, peu fiables. Les réponses apportées par les auteurs sont inacceptables, et souvent controuvées par les faits les mieux établis, en raison d’interprétations biaisées et de défauts de méthode dont j’ai donné quelques exemples. Tout n’est pas résolu, j’en conviens volontiers, mais au final la lecture attentive de leur livre me conduit à préciser ma pensée mieux que je ne l’avais fait il y a trente ans, et à confirmer mes conclusions sur des bases plus solides. Elles peuvent se résumer assez clairement, et quiconque est familier des textes où l’expression Cœlé-Syrie apparaît verra que cette interprétation convient dans tous les cas.

38Dans l’usage géographique habituel, l’ensemble des pays du Levant (la façade orientale de la Méditerranée et son arrière-pays jusqu’à l’Euphrate et au désert) se nomme pour les Grecs Cœlè-Syrie et Phénicie, celle-ci étant bien identifiée comme la partie centrale de la zone côtière ; tout le reste constitue la Cœlé-Syrie, que l’on trouve d’ailleurs aussi bien nommée simplement « Syrie ». Cet usage est attesté dès le ive siècle av. J.‑C. (Théophraste) et continue de l’être aux iie (Appien) et iiie s. apr. J.‑C. Seul Strabon, dans un effort de rationalisation qui ne peut surprendre chez ce géographe soucieux de logique, a tenté d’expliquer le sens du terme koilè par le paysage. En conséquence, il a voulu faire coïncider la Cœlè-Syrie avec une partie du fossé central du rift, sans qu’on sache pourquoi, d’ailleurs, il semble se limiter à la Beqaʿ ; en effet, à l’époque où il écrit, la Beqaʿ est la seule portion du rift qui appartient plus probablement à la Phénicie qu’à la Syrie, puisque les territoires des cités côtières s’étendent quelquefois jusqu’à l’Antiliban, englobant donc la plaine d’altitude de la Beqaʿ. Cette démarche intellectuelle d’un savant isolé n’a aucun écho chez d’autres auteurs.

  • 33 SEG 57, 1838.

39En revanche, l’usage administratif du terme Cœlè-Syrie a varié sans qu’il soit jamais contradictoire avec l’appellation géographique ou étrangère à elle. Il se résume principalement à trois entités. Au iiie siècle av. J.‑C., la chancellerie séleucide a employé le terme « Cœlè-Syrie et Phénicie » pour désigner la partie de la Syrie du Sud occupée illégalement par les Lagides (selon l’opinion des Séleucides) ; il fallait bien distinguer cette Syrie-là de celle que contrôlaient effectivement les Séleucides. L’expression est restée en usage après la reconquête des années 200-198 pour désigner la nouvelle satrapie séleucide héritière de la Syrie lagide. On en a plusieurs exemples, dont on ne citera ici qu’un seul, la lettre de Séleucos IV à Héliodôros en 178 instituant un chargé des affaires sacrées en Koilè Syria et Phénicie (τῶν δὲ κ[ατὰ] | [Κο]ί̣̣̣λ<η>ν Συρίαν καὶ Φοινίκην πραγμάτων) 33.

40Après la disparition du royaume séleucide en 64 av. J.‑C. et pendant près de deux siècles, le terme semble sortir de l’usage administratif. Il faut attendre en effet le règne d’Hadrien pour qu’il désigne à nouveau une entité officielle : le terme fut utilisé pour désigner une nouvelle éparchie syrienne du culte impérial, celle qui regroupait des cités réparties dans les trois provinces voisines de Syrie, Judée/Syrie-Palestine et Arabie, qui avaient constitué ensemble le district de Décapole, administré au ier siècle par un préfet placé sous l’autorité du gouverneur de Syrie, mais qui se trouvaient désormais placées sous des gouverneurs provinciaux différents. Les monnaies et inscriptions fournissent la preuve indiscutable de la réalité de cette institution et de son nom officiel, d’Hadrien à Élagabal au moins.

41Enfin, le terme fut retenu par Septime Sévère pour désigner la province nord issue du partage de la province pompéienne de Syrie opéré en 193-194 ; tandis que la province du sud qui englobait la totalité de la Phénicie recevait le nom de Syria Phoenice, l’épithète Cœle qualifiait celle du nord. Les responsables de cette dénomination savaient parfaitement qu’il existait au sud une éparchie qui portait ce nom, mais il ne leur a pas semblé qu’il y avait là la moindre incohérence, la moindre contradiction. Bien que les deux entités n’aient aucun point de recouvrement, il leur a semblé que l’épithète Cœlé convenait aussi bien pour l’éparchie du culte impérial de Syrie méridionale que pour la province romaine dont le gouverneur siégeait à Antioche. C’est que l’une et l’autre étaient taillées dans ce que la désignation géographique habituelle nommait Cœlé-Syrie depuis au moins six siècles !

42Rien de confus dans ceci, rien de « flexible » ou de nomade, mais au contraire une permanence remarquable de la toponymie, ce qui ne surprendra pas ceux qui savent combien en ce domaine la Syrie témoigne d’une continuité exceptionnelle durant plus de deux, trois, voire quatre mille ans. Avec le recul, et 30 ans après avoir consacré une étude sans doute bien imparfaite à cette question de géographie historique, la solution que j’esquissais me paraît finalement s’imposer avec plus de force que ne le croyait le débutant que j’étais alors. Des textes que j’avais négligés, comme ceux de Théophraste ou d’Appien, d’autres que j’avais lus sans en mesurer la portée exacte (Polybe), les monnaies et les nouvelles inscriptions des cités de Décapole, tout converge pour soutenir une solution simple, confirmant la cohérence des appellations géographiques antiques et l’intelligence de ceux qui avaient à les employer : la Cœlé-Syrie n’est rien d’autre que la Syrie dans toute son étendue (hors la Phénicie), et les usages administratifs restreints que l’on repère au fil du temps ne font que confirmer cette conclusion. Reste à résoudre la question de l’origine du terme Cœlé/Koilè, pour laquelle on doit rester ouvert à la discussion, sans que cela change quoi que ce soit à la conclusion d’ensemble.

Haut de page

Bibliographie

Aliquot (J.) 2009 La vie religieuse au Liban sous l’Empire romain, Beyrouth.

Balty (J.) & (J. C.) 1981 « L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda », La géographie administrative et politique d'Alexandre à Mahomet, Actes du colloque de Strasbourg (juin 1979), Leyde, p. 41‑75.

Bertrand (J.-M.) 1982 « Sur l’inscription d’Hefzibah », ZPE 46, p. 167‑174.

Bikerman (E.) 1947 « La Cœlé-Syrie : notes de géographie historique », RB 54, p. 256‑268.

Cantineau (J.) 1930 Le nabatéen, Paris.

Foerster (G.) & Tsafrir (Y.) 1987-1988 « Beth Shean Project », Excavations and Surveys in Israel 6.

Gatier (P.-L.) 2001 « ‘Grande’ ou ‘Petite’ Syrie Seconde ? Pour une géographie historique de la Syrie intérieure proto-byzantine », dans Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, Lyon, Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux, p. 91‑109.

Isaac (B.) 1981 « The Decapolis in Syria, a neglected inscription », ZPE 44, p. 67‑74.

Isaac (B.) 1998 The Near East under Roman Rule, Leyde, p. 313-321.

Labarre (G.) 2017 « Bôlis et la mort d’Achaios. Entre diplomatie, services secrets et manigances », A. Queyrel Bottineau & M.‑R. Guelfucci (éd.), Conseillers et ambassadeurs dans l’Antiquité, (DHA Supplément 17), Paris, p. 573‑592.

Lenger (M.-Th.) 1964 Corpus des ordonnances des Ptolémées, Bruxelles.

Lichtenberger (A.) 2003 Kulte und Kultur der Dekapolis, Wiesbaden.

Munnich (O.) 2017 « Remarque sur un faux ami : le terme ‘judéen’ », C. Bonnet & F. Briquel Chatonnet (éd.), Ekklésia. Approches croisées d’histoire politique et religieuse. Mélanges offerts à Marie-Françoise Baslez (Pallas 104), p. 169‑183.

Sartre (M.) 1988 « La Syrie Creuse n’existe pas », P.-L. Gatier, B. Helly & J.‑P. Rey-Coquais (éd.), Géographie historique au Proche-Orient, Paris, p. 15-40 (= M. Sartre, L’historien et ses territoires. Choix d’articles, Bordeaux, 2014, p. 121‑140).

Sartre (M.) 2001a D’Alexandre à Zénobie, Paris.

Sartre (M.) 2001b « Les manifestations du culte impérial dans les provinces syriennes et en Arabie », dans Rome et ses provinces. Genèse et diffusion d’une image du pouvoir. Hommages à Jean-Charles Balty, Bruxelles, p. 167‑186.

Vitale (M.) 2013 Koinon Syrias : Priester, Gymnasiarchen und Metropoleis der Eparchien im kaiserzeitlichen Syrien, Berlin.

Haut de page

Notes

1 À propos de l’ouvrage d’Anca Dan & Étienne Nodet, Cœlé-Syrie. Palestine, Judée, Pérée (Cahiers de la Revue Biblique 86), Louvain/Paris/Bristol, Peeters, 2017, 144 p., ISBN 978-90-429-335L-b.
Je remercie très chaleureusement Julien Aliquot, Pierre-Louis Gatier et Jean-Baptiste Yon qui ont bien voulu relire ce texte et me faire part de nombreuses et très utiles remarques. Je porte seul la responsabilité des erreurs que l’on pourrait y trouver.

2 Bikerman 1947.

3 Par commodité, sauf citation explicite, je conserverai cette appellation tout au long de cet article.

4 Sartre 2001a, p. 614-617.

5 Une note de bas de page justifie ce choix en négligeant le fait que le gouverneur Cn. Minucius Faustinus Sex. Iulius Severus, en fonction en 133-134, c’est-à-dire pendant la guerre, est nommé une fois leg. pr. pr. [pr]ovinciae Iud(a)eae (CIL III, 2830) et une autre fois leg. Aug. pr. pr. pr[ovinciae] Syriae Pa[laestinae] (AE 1904, 9), ce qui laisse au moins la porte ouverte au fait que le changement ait pu avoir lieu pendant la guerre, et non pas nécessairement après.

6 Cf. l’article de Balty 1981 (cité par Dan & Nodet 2017, p. 20, n. 59), mais aussi Gatier 2001, notamment p. 93.

7 Citation tronquée de Dan & Nodet 2017 qui comprennent que c’est Raphia la première ville ; Polybe écrit que « Raphia est, après Rhinocoloura, la première ville de Cœlé-Syrie quand on vient d’Égypte » (c’est moi qui souligne).

8 Cité par Josèphe, Contre Apion, I, 179, ce qui laisse planer un doute sur la date de validité du renseignement ; mais le témoignage de Théophraste cité plus bas montre que le terme de Cœlé-Syrie est connu des disciples d’Aristote. De plus, ce passage du Contre Apion a tout l’air d’une citation d’un dialogue cité mot à mot.

9 Je conserve le terme grec non par cuistrerie, mais parce que c’est bien l’origine géographique de l’individu qui peut nous intéresser, plus que son appartenance religieuse. Sur le débat en cours chez les historiens sur l’usage de juif/judéen pour traduire l’unique terme grec Ioudaios, cf. la judicieuse analyse de Munnich 2017, p. 169‑183.

10 Le livre semble avoir été publié à partir de 314 av. J.‑C.

11 J’utilise ici l’édition (avec traduction en anglais) d’Arthur Hort, Loeb Classical Library, Londres, 1948.

12 Passons sur le fait que l’on n’a jamais vu un palmier porter ses fruits à maturité dans la vallée de l’Oronte, toutes parties de la vallée confondues !

13 Bien que Théophraste use ici du nom de la ville de Babylone, il est assez clair qu’il désigne l’ensemble de la basse Mésopotamie comme pays d’origine du palmier-dattier. Il serait intéressant de faire l’étude systématique des termes Mésopotamie et Babylonie, le second désignant en principe la partie sud du premier. Pline, HN, V, 13, les cite à la suite, au midi (ou plus dans l’intérieur) par rapport à la Damascène, « Babylonie, Mésopotamie entre le Tigre et l’Euphrate, Sophène au-delà du Taurus, Commagène en-deçà » ; on voit par là que la Babylonie couvre le Sud de la Mésopotamie au sens propre, que Mésopotamie désigne pour Pline la partie nord de l’Iraq actuel, puisqu’il continue ensuite vers les régions montagneuses de l’Anti-Taurus, Sophène et Commagène.

14 Il aurait été utile de faire l’inventaire exhaustif des documents officiels lagides et séleucides portant la dénomination exacte de la région.

15 Lenger 1964, n° 22.

16 Encore qu’ils semblent bien l’avoir fait un temps : dans la fameuse inscription d’Hefzibah, Ptolémaios, stratège et grand prêtre dans les années sél. 114-117 (soit 199-196) exerce sa fonction en « Syrie et Phénicie » selon le document premier en date (c’est-à-dire le mémorandum D) : cf., entre autres, Bertrand 1982, p. 167-174. Mais il est vrai que c’est le titre que Ptolémaios portait sous la domination lagide au service de laquelle il était avant de se rallier à Antiochos III.

17 On notera que Pline place dans cette Syrie « recommencée » la partie nord de la pérée aradienne (Paltos, Balanea, Gabala), signe qu’il limite la Phénicie à sa partie autrefois lagide.

18 Cf. plus bas sur cet effort de rationalisation.

19 Cf. Sartre 2001b, p. 167-186, que Dan et Nodet ne semblent pas connaître. Cf. maintenant Vitale 2013.

20 C’est le terme officiel en Syrie des subdivisions du culte impérial provincial, ce qu’on nommerait conventus en Asie ; cf. note précédente.

21 Bel exemple d’emboîtement des terminologies : au sein de la provincia Syria (en grec éparchia), il existe quatre éparchies du culte impérial, dont l’une porte le nom de Syria !

22 Cf. le nom officiel de Scythopolis dans l’inscription publiée par Foerster et Tsafrir 1987-1988, p. 55 (SEG 37, 1531) : Νυσαέων τῶν καὶ Σκυθοπολιτῶν τῆς ἱερᾶς καὶ ἀσύλου τῶν κατὰ Κοίλην Συρίαν Ἑλληνίδων πολέων ἡ πόλις.

23 On en trouve les références dans Lichtenberger 2003, passim.

24 Lichtenberger 2003, p. 17.

25 Cf. Isaac, 1981, p. 67-74, repris avec postcript dans Isaac 1998, p. 313-321. L’inscription vient de Madytos en Thrace.

26 Discussion précise et utile dans Lichtenberger, 2003, p. 6-20. Notons par ailleurs qu’à l’époque où cette éparchie est créée, l’essentiel de la Beqaʿ est englobé dans le territoire civique des cités phéniciennes comme me le confirme Julien Aliquot : « L’extension du territoire de Sidon jusqu’au sud de la Békaa et à l’Hermon date au plus tard du règne de Tibère (14-37). Sous cet empereur, les Damascènes se querellent avec les Sidoniens à propos de questions territoriales (Flavius Josèphe, Antiquités juives XVIII, 153, cf. Aliquot 2009, p. 55 n. 106). Quant à l’intégration de la partie nord de la Békaa dans le territoire d’une cité phénicienne (jusqu’aux sources de l'Oronte, donc sans doute avec Héliopolis), elle remonte aux mesures prises par M. Vipsanius Agrippa, le gendre d’Auguste, en faveur de Béryte, en 15 av. J.‑C. (Strabon, XVI, 2, 19) ». Si l’éparchie a pris ce nom, ce n’est donc pas parce qu’elle couvrait majoritairement la Beqaʿ !

27 Cf. Polybe, VIII, 4, 15-17. L’épisode vient de faire l’objet d’une longue étude de Labarre 2017, p. 573‑592.

28 L’adjectif féminin singulier μέση qu’utilise Josèphe aurait dû faire l’objet d’un commentaire : se rapporte-t-il à la Trachônitide ou à Damas (les deux mots sont féminins), ou vaut-il pour les deux ? Cela ne change rien au raisonnement, et je crois qu’il vaut en fait pour l’un et l’autre terme.

29 Pierre-Louis Gatier me fait remarquer que cette précision permet d’opposer implicitement Arabie et Coelé-Syrie et exclut donc que la première soit une partie de la seconde.

30 Sartre 1988, p. 15-40 (= Sartre 2014, p. 121-140).

31 Cf. p. 96, mais je ne comprends pas ce qu’ils veulent dire en écrivant que cela n’a pu se produire que « par rapport à la pérée de l’Euphrate, au nord du Liban ».

32 Cf. Cantineau, 1930, t. 2, p. 141, pour le vocabulaire du tombeau.

33 SEG 57, 1838.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Sartre, « Retour vers la Cœlé-Syrie  »Syria, 95 | 2018, 447-460.

Référence électronique

Maurice Sartre, « Retour vers la Cœlé-Syrie  »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/7672 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.7672

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search