Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95NécrologiesJavier Teixidor (13 novembre 1930...

Nécrologies

Javier Teixidor (13 novembre 1930-25 septembre 2017)

Françoise Briquel Chatonnet
p. 471-473

Texte intégral

Figure

Figure

© Collège de France, service des archives.

1Javier Teixidor nous a quittés le 25 septembre 2017, laissant un grand vide surtout dans le cœur de ses proches et de ses amis, particulièrement son épouse Sylvie Lackenbacher à qui l’unissait un lien indéfectible, mais aussi dans les études sémitiques et plus généralement celles sur le Proche-Orient ancien qu’il avait tant contribué à animer, notamment en France.

  • 1 Notamment « Muerte, cielo y sheol en San Efrén Sirio », Orientalia Christiana Periodica 27, 1961, (...)
  • 2 Dans C Kappler (éd.), Apocalypses et Voyages dans l’au-delà, Paris, Le Cerf, 1987, p. 379‑386.

2Né à Barcelone, c’est à l’Institut Pontifical Biblique de Rome, où il a étudié de 1955 à 1960, qu’il a acquis sa formation en langues sémitiques et en histoire de l’Orient, notamment en histoire religieuse. Son premier domaine de spécialité a été le syriaque et l’œuvre d’Éphrem de Nisibe : il a soutenu en 1960 une thèse de doctorat intitulée Muerte, cielo y sheol en San Efrén Sirio, d’où il a tiré la matière de ses premiers articles en 1961 1. Mais son parcours l’a vite emmené vers d’autres sujets et d’autres horizons et ce n’est en 1987, après une parenthèse de vingt-cinq ans, qu’il est revenu à la culture syriaque avec un article sur  « L’Apôtre marchand d’âmes dans la première littérature syriaque. Voies commerciales et voies de l’Évangile au Proche-Orient » 2.

3De fait, entre temps, il était parti sur le terrain, au Proche-Orient, qu’il a pu arpenter pendant 5 ans, d’abord à l’École biblique et archéologique de Jérusalem, où il collabora avec J. Starcky et J. T. Milik pour le vocabulaire des textes de Qumrân, puis à Bagdad comme boursier du gouvernement irakien pour étudier les textes araméens du musée de Bagdad, au Soudan ensuite, pour participer aux fouilles de sauvetage du Wadi Halfa qui allait être submergé par les eaux du lac Nasser, et notamment de la nécropole méroïtique de Nelluah. Il retourna en Irak (Bagdad, Mossoul et Hatra) et en Syrie (Damas, Alep et Palmyre) en 1964-1965, comme boursier de l’UNESCO, et passa l’année suivante à Beyrouth, comme pensionnaire étranger de l’Institut Français d’archéologie. Une immersion profonde donc dans les terres dont il a étudié l’histoire et la culture et qui a marqué son approche.

4De fait, de ces années, il retint une connaissance intime des lieux, des paysages, de l’atmosphère des pays qu’il avait parcourus, et il a vivement encouragé ses jeunes collègues à aller sur le terrain, à connaître les lieux, à appréhender et comprendre les cultures dans l’espace où elles se sont développées. Mais l’évolution politique des pays, les conflits et les tensions qui s’y développaient l’ont douloureusement marqué et quand, des années après son départ, il aurait pu y retourner, il a préféré conserver le souvenir d’un Orient qu’il jugeait disparu.

  • 3 Sa bibliographie systématique jusqu’en 1994 a été publiée dans la plaquette de Titres et travaux q (...)
  • 4 Publiés en 1965 et 1975. Ils seront suivis en 1993 du catalogue Les Antiquités de Palmyre au Musée (...)

5Il y a acquis aussi le goût pour les documents écrits eux-mêmes et, singulièrement, pour les inscriptions. Dès 1962 il commence à publier des inscriptions en syriaque, palmyrénien, hatréen, araméen d’empire, puis nabatéen, phénicien 3. Ce sont à la fois des articles ponctuels, mais aussi des recueils systématiques comme les tomes XI et XII de l’Inventaire des Inscriptions de Palmyre, publié par le Service des Antiquités de Syrie 4. Dès cette époque, il collecte toutes les publications d’épigraphie sémitique et commence en 1964 une chronique intitulée « Bulletin d’épigraphie sémitique », qui est publiée annuellement dans Syria jusqu’en 1980. Cette chronique a été rassemblée, avec un index fort commode, dans l’ouvrage Bulletin d’épigraphie sémitique (1964-1980), qui est paru en 1986 comme tome CXXVII de la Bibliothèque archéologique et historique. Les livraisons annuelles ne se contentaient pas de rassembler tous les nouveaux documents parus dans l’année et les nouvelles études d’inscriptions connues. C’était réellement un bulletin critique dans lequel l’auteur proposait ses propres lectures et ses propres interprétations.

  • 5 The Pagan God. Popular Religion in the Greco-Roman Near East, Princeton, Princeton University Pres (...)
  • 6 Dans la collection Études préliminaires aux religions orientales dans l’empire romain, vol. 79, Le (...)

6En 1966, Javier Teixidor quittait le Proche-Orient pour les États-Unis où il fut d’abord pendant un an Visiting Fellow du Department of Near Eastern Languages and Literature à l’université de Yale, New Haven. Il poursuivit sa carrière d’enseignant comme Associate Professor à l’université de Columbia, New York, au Department of History et au Department of Religious Studies, jusqu’en 1976. En 1976-1977, il fut Lecturer d’histoire ancienne à l’université de New York à Purchase. Ces années américaines furent celles où il élabora des synthèses d’histoire religieuse du Proche-Orient ancien, avec deux livres qui firent date : The Pagan God en 1977 5 et The Pantheon of Palmyra en 1979 6.

7De son séjour au Proche-Orient, il avait gardé des liens étroits avec le milieu français de la recherche et les collègues rencontrés à Jérusalem et à l’Institut français d’archéologie de Beyrouth notamment. C’est ainsi qu’il arriva à Paris et entama une nouvelle phase de sa carrière en entrant au CNRS en 1977 comme attaché de recherche dans l’équipe « Études sémitiques » qui avait été fondée par André Dupont-Sommer et dont il resta membre jusqu’à sa retraite, en assumant même la direction de 1991 à 2001. Il devint chargé de recherches en 1979 et directeur de recherche en 1985. En 1995, il fut élu professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Antiquités sémitiques » jusqu’à sa retraite en 2001. Son arrivée en France n’a pas marqué la fin de son parcours international puisqu’il a été régulièrement invité à donner des conférences à travers l’Europe, en Tunisie et jusqu’au Japon.

  • 7 « Les fonctions de rab et de suffète en Phénicie », Semitica 29, 1979, p. 9‑17 ; « L’assemblée lég (...)
  • 8 « L’interprétation phénicienne d’Héraclès et d’Apollon », Revue de l’histoire des religions 200, 1 (...)
  • 9 Paris, Arthaud-Flammarion, 1989.

8Sans abandonner Palmyre, Javier Teixidor s’est alors largement tourné vers le monde phénicien, s’intéressant aux inscriptions, mais aussi aux institutions 7, à la religion 8 et collaborant avec P. Rouillard et M. Gras à un ouvrage de synthèse, L’univers phénicien 9, qui parcourt ce monde à travers toute la Méditerranée. Il y a apporté sa connaissance intime du Proche-Orient dans lequel l’univers phénicien s’enracine et des textes phéniciens eux-mêmes, ainsi que son goût particulier pour l’histoire des religions.

  • 10 « Documents syriaques du iiie siècle après J.‑C. provenant du Moyen Euphrate », Académie des Inscr (...)
  • 11 « À propos d’une inscription araméenne de Failaka », T. Fahd (éd.), L’Arabie préislamique et son e (...)
  • 12 Édition de Voyages et voyageurs au Proche-Orient ancien. Colloque de Cartigny, mai 1988, Universit (...)
  • 13 « Cultes tribaux et religion civique à Palmyre », Revue de l’histoire des religions 197, 1980, p.  (...)
  • 14 « D’Antioche à Bagdad : bibliothèques et traductions syriaques », L. Giard et Ch. Jacob (éd.), Des (...)
  • 15 Bardesane d’Édesse. La première philosophie syriaque (collection Patrimoines), Paris, Éditions du (...)
  • 16 Aristote en syriaque : Paul le Perse logicien du vie siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2003.
  • 17 Mon père l’Araméen errant, Paris, Albin Michel, 2003.
  • 18 Le judéo-christianisme, Paris, Folio-histoire, 2006.

9S’il a continué à publier des documents inédits, comme les fameux contrats sur parchemin du Moyen-Euphrate en édessénien 10 ou des inscriptions araméennes trouvées sur des sites du golfe arabo-persique 11, il s’est de plus en plus consacré à l’étude des circulations, celles des hommes 12, mais aussi des idées et des religions 13, aux échanges et aux interactions culturelles et religieuses 14. Il a alors orienté ses recherches vers la philosophie, d’abord à travers l’œuvre du penseur Bardesane d’Édesse et de son milieu intellectuel 15, puis en étudiant la transmission d’Aristote en syriaque, à travers l’œuvre de Proba et de Paul le Perse 16. Ses réflexions l’ont amené à réfléchir sur le judaïsme, sa naissance, saisie à travers le prisme de l’historiographie biblique 17, et ses rapports au cours de l’histoire avec le christianisme 18, une question qu’il n’a cessé de se poser dans ses dernières années en lisant l’œuvre philosophique de Spinoza ou la poésie de Milton.

 

10Les liens de Javier Teixidor avec Syria ont été étroits, comme auteur, recenseur et aussi pendant des années comme membre du conseil scientifique. Outre son bulletin annuel réédité dans la BAH, il a publié dans la revue plusieurs articles : « Un nouveau papyrus araméen du règne de Darius II » en 1964, « L’inscription phénicienne de Tartous (RES 56) » en 1979, « L’assemblée législative en Phénicie d’après les inscriptions » en 1980, « Inscriptions palmyréniennes inédites » en 1985, « L’inscription d’Ahiram à nouveau » en 1987, « Trois notes épigraphiques (phénicienne, grecque et araméenne) » en 1990. Il a été associé à la direction de Syria dès 1996 puis fut membre du comité de rédaction dès que celui-ci fut constitué en 1997 à l’initiative de Jean-Marie Dentzer et Maurice Sartre. Il y est resté jusqu’en 2007, date à laquelle il a souhaité s’en retirer et m’a fait l’honneur de proposer mon nom pour lui succéder. Syria lui doit beaucoup et notamment d’en avoir fait pendant quinze ans le point de convergence des études sur l’épigraphie sémitique, un champ de recherche présent depuis les origines de la revue : son article sur l’inscription d’Ahiram était une réponse et un complément à l’editio princeps de la même inscription parue sous la plume de René Dussaud dans la 5e livraison de Syria en 1924.

Haut de page

Notes

1 Notamment « Muerte, cielo y sheol en San Efrén Sirio », Orientalia Christiana Periodica 27, 1961, p. 82‑114, et « Le thème de la descente aux Enfers chez Saint-Éphrem », L’Orient syrien 6, 1961, p. 25‑40.

2 Dans C Kappler (éd.), Apocalypses et Voyages dans l’au-delà, Paris, Le Cerf, 1987, p. 379‑386.

3 Sa bibliographie systématique jusqu’en 1994 a été publiée dans la plaquette de Titres et travaux qu’il a rédigée pour sa candidature au Collège de France. Une bibliographie sélective est consultable sur sa page du Collège de France (https://www.college-de-france.fr/site/javier-teixidor/principaux-ouvrages-et-articles.htm).

4 Publiés en 1965 et 1975. Ils seront suivis en 1993 du catalogue Les Antiquités de Palmyre au Musée du Louvre, en collaboration avec J. Dentzer-Feydy, Paris, Réunion des Musées nationaux.

5 The Pagan God. Popular Religion in the Greco-Roman Near East, Princeton, Princeton University Press, 1977.

6 Dans la collection Études préliminaires aux religions orientales dans l’empire romain, vol. 79, Leiden, Brill, 1979.

7 « Les fonctions de rab et de suffète en Phénicie », Semitica 29, 1979, p. 9‑17 ; « L’assemblée législative en Phénicie d’après les inscriptions », Syria 57, 1980, p. 453‑464.

8 « L’interprétation phénicienne d’Héraclès et d’Apollon », Revue de l’histoire des religions 200, 1983, p. 243‑255.

9 Paris, Arthaud-Flammarion, 1989.

10 « Documents syriaques du iiie siècle après J.‑C. provenant du Moyen Euphrate », Académie des Inscriptions Belles-Lettres. Comptes rendus Janvier-Mars 1990, p. 144‑163 et Semitica no 41‑42, 1993, p. 195‑208.

11 « À propos d’une inscription araméenne de Failaka », T. Fahd (éd.), L’Arabie préislamique et son environnement historique et culturel. Actes du colloque de Strasbourg 24-27 juin 1987 (Travaux du Centre de recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques 10), Strasbourg, 1989, p. 169-171 et « Une inscription araméenne provenant de l'émirat de Sharjah (Émirats arabes unis) », CRAI 1992, p. 695‑706.

12 Édition de Voyages et voyageurs au Proche-Orient ancien. Colloque de Cartigny, mai 1988, Université de Genève (en collaboration avec Ivanka Urio), Louvain, Peeters, 1995.

13 « Cultes tribaux et religion civique à Palmyre », Revue de l’histoire des religions 197, 1980, p. 277-287 ; « Dieu de la tribu ou Seigneur du lieu ? Aspects de la divinité chez les Sémites de l'Ouest », Revue de l'Histoire des religions 205, 1988, p. 415‑424.

14 « D’Antioche à Bagdad : bibliothèques et traductions syriaques », L. Giard et Ch. Jacob (éd.), Des Alexandries I. Du livre au texte, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001, p. 249‑262.

15 Bardesane d’Édesse. La première philosophie syriaque (collection Patrimoines), Paris, Éditions du Cerf, 1992

16 Aristote en syriaque : Paul le Perse logicien du vie siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2003.

17 Mon père l’Araméen errant, Paris, Albin Michel, 2003.

18 Le judéo-christianisme, Paris, Folio-histoire, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure
Crédits © Collège de France, service des archives.
URL http://journals.openedition.org/syria/docannexe/image/7762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Briquel Chatonnet, « Javier Teixidor (13 novembre 1930-25 septembre 2017) »Syria, 95 | 2018, 471-473.

Référence électronique

Françoise Briquel Chatonnet, « Javier Teixidor (13 novembre 1930-25 septembre 2017) »Syria [En ligne], 95 | 2018, mis en ligne le 11 mai 2020, consulté le 12 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/7762 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.7762

Haut de page

Auteur

Françoise Briquel Chatonnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search