Navigation – Plan du site
2018

Nicolò Marchetti (éd.), Karkemish. An Ancient Capital on the Euphrates

Christine Kepinski
Référence(s) :

Nicolò Marchetti (éd.), Karkemish. An Ancient Capital on the Euphrates, Bologne, Ante Quem, 2014, 21 x 21, 192 p., ISBN : 978-88-7849-103-8.

Texte intégral

1Ce livre rassemble principalement les textes de communications présentées soit oralement soit sous forme de posters lors d’une rencontre scientifique qui s’est tenue à Bologne au Département d’Histoire et des Cultures le 26 janvier 2012. Il s’agissait de la présentation officielle du projet turco-italien à Karkemish dont la première campagne eut lieu à l’automne 2011. Il représente l’occasion de remercier tous ceux, très nombreux, qui ont contribué d’une façon ou d’une autre à ce projet et de prendre date.

2Karkemish est l’un des sites les plus illustres du Moyen-Orient en raison des découvertes spectaculaires qui y ont été faites par des personnalités de la discipline, telles D. G. Hogarth, R. Campbell Thomson, T. E. Lawrence de 1878 à 1881 puis de 1911 à 1914, enfin en 1920 C. L. Woolley. Les résultats de ces fouilles britanniques furent publiés par le British Museum en trois volumes en 1914, 1921 et 1952. Situé sur la frontière turco-syrienne, Karkemish se trouve principalement en Turquie où il est intégré à une base militaire tandis qu’une petite portion de la ville basse appartient au territoire syrien. En raison de cette situation très particulière, et dans la mesure où il est miné depuis les années 1950, Karkemish n’avait pas fait l’objet d’activités archéologiques depuis un siècle. Si les fouilles furent interrompues par la Première Guerre mondiale, le site continua d’être abondamment documenté par les sources écrites illustrant principalement son occupation au IIe et Ier millénaire av. J.-C. On doit à la ténacité, l’esprit d’entreprise et un sens aigu de la diplomatie de Nicolo Marchetti la reprise récente par une équipe turco-italienne d’activités de terrain, aujourd’hui à nouveau interrompues en raison de l’instabilité récurrente des pays d’Orient.

3On trouvera dans ce livre des études historiographiques, une description de l’état du site et de son histoire récente, une biographie des pionniers britanniques, un état des archives et collections de musée, plusieurs études historiques sur la place de Karkemish, dans les textes d’Ebla puis dans d’autres sources historiques, essentiellement hittites ou égyptiennes, depuis la fin du IIIe millénaire jusqu’à l’abandon progressif du site, après la défaite infligée par les Babyloniens sous Nabuchodonosor II aux Égyptiens puis durant ses réoccupations partielles aux périodes classique et byzantine. Il faut dire que Karkemish, centre politique de Syrie du nord, plus ou moins indépendant selon les périodes, joua un rôle important aux frontières des grandes puissances environnantes, principalement Ebla, Mari, Yamhad puis empires hittite, mitannien, royaume d’Ugarit et puissance égyptienne. Les dernières communications livrent les premières études du matériel mis au jour lors de la campagne de 2011 ainsi que les méthodes de recherche utilisées.

4Cet ouvrage ne prétend pas proposer une synthèse de l’histoire du site. Certaines périodes d’occupation et notamment les plus anciennes, ne sont pas mentionnées. Il livre quelques études ponctuelles qui, à elles seules, résument l’ampleur et la richesse de la documentation disponible sur ce site, publiée encore bien fragmentairement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kepinski, « Nicolò Marchetti (éd.), Karkemish. An Ancient Capital on the Euphrates », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/7789

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals