Navigation – Plan du site
2018

Dominique Parayre (dir.), Le fleuve rebelle, Géographie historique du moyen Oronte d’Ebla à l’époque médiévale, Actes du colloque international tenu les 13 et 14 décembre 2012 à Nanterre (MAE) et à Paris (INHA)

Jean-Louis Huot
Référence(s) :

Dominique Parayre (dir.), Le fleuve rebelle, Géographie historique du moyen Oronte d’Ebla à l’époque médiévale, Actes du colloque international tenu les 13 et 14 décembre 2012 à Nanterre (MAE) et à Paris (INHA) [Syria Supplément IV], Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2016, 22 × 27,5, 473 p., fig. n/b + 21 pl. coul., 23 cartes en portefeuille, ISBN : 978-2-35159-725-5.

Texte intégral

1Dominique Parayre a dirigé de main de maître la publication de ce bel ouvrage dédié au « fleuve rebelle », géographie historique du moyen Oronte, qui constitue les actes d’un colloque tenu en décembre 2012 à Nanterre et Paris. Publié rapidement en 2016 dans la nouvelle collection de l’Ifpo, les Suppléments de Syria, dont il constitue le volume IV, ce gros ouvrage marque à la fois un bilan des connaissances actuelles sur l’archéologie et l’histoire de cette région et un programme pour des recherches à venir, malheureusement repoussées, de nos jours, dans un avenir qu’on redoute bien lointain.

2L’ouvrage est réparti de manière simple et logique en deux parties égales, un bilan de nos connaissances à partir des textes et des sources iconographiques disponibles et une sorte de « programme archéologique » à travers les prospections récentes menées dans une région qui a souffert – d’une certaine façon – d’une sorte de désaffection de la recherche des dernières décennies. Entre la côte (le royaume d’Ougarit au Bronze récent) ou la steppe intérieure (le royaume d’Ebla aux IIIe et IIe millénaires) ou encore le moyen Euphrate autour de Mari (au Bronze moyen) ou enfin les fouilles les plus récentes en Djezireh, la vallée de l’Oronte, le seul fleuve de Syrie débouchant dans la Méditerranée, faisait figure de parent pauvre. La reprise récente des fouilles à Qatna laissait pourtant bien augurer de sa richesse archéologique, mais on attend encore la réapparition d’archives historiques égales en importance à celles d’Ougarit, d’Ebla ou de Mari. L’ouvrage sous recension laisse pourtant deviner la richesse potentielle d’une reprise des travaux dans cette région, malheureusement remise aux calendes grecques par le déroulement des drames contemporains qui affectent tout le pays. On ne saurait donc trop remercier Dominique Parayre et les collègues qu’elle a su réunir autour de son entreprise d’avoir aussi bien fait le point de nos connaissances actuelles.

3L’une des qualités de l’ouvrage est la présence d’un riche portfolio de cartes thématiques nouvelles, publiées sous un format standardisé, selon un graphisme et des couleurs très agréables, dues en grande partie au talent de Martin Sauvage. Portant sur de nombreux sujets, elles illustrent remarquablement bien les textes auxquels elles apportent un supplément indéniable. On regrettera seulement, à leur sujet comme au sujet de l’ensemble des illustrations, le système aberrant des références à cette illustration dans le texte. Les planches, figures, cartes, « maps », et toutes les figures disséminées dans le texte sont toutes numérotées de 1 à X, un décompte repris à partir de 1 à chaque article, ce qui fait qu’on ne manque pas de carte 1, de planche I, etc. Bon courage à qui veut s’y retrouver. Cela a au moins l’avantage de forcer le lecteur à parcourir l’ensemble du volume ! Une numérotation en continu aurait été autrement plus pratique, mais il fallait sans doute sauvegarder l’unité de chaque article ? On aurait pu faire plus simple.

4Ce détail mis à part, l’ensemble de l’ouvrage se lit fort agréablement, avec un grand intérêt. L’introduction générale (D. Parayre) pose clairement l’ensemble des questions soulevées. M. Al Dbiyat présente ensuite une introduction géographique sur ce fleuve de 610 km et les régions qu’il parcourt. La première partie de l’ouvrage aborde l’histoire de la région à l’aide des textes d’Ebla (M. Bonechi) et présente de manière très approfondie les problèmes de localisation des toponymes anciens. Bertrand Lafont, de même, aborde la région grâce au rappel des textes pertinents de Mari. Les sources égyptiennes sont, à leur tour, passées en revue (P. Grandet) comme la documentation hittite (J. Miller). Puis, Ph. Abrahami rappelle les lettres d’Amarna expédiées depuis l’Oronte, à partir de Qatna, Qadesh etc. On notera les avancées, dans ce dernier dossier, dues au recours à l’analyse pétrographique de la terre des tablettes d’argile. W. Van Soldt présente la vallée de l’Oronte d’après les textes d’Alalakh et d’Ougarit au Bronze Récent, et aborde un thème récurrent de l’ouvrage, la navigabilité – ou non – du fleuve, ou tout au moins de certaines de ses sections. Luigi Turri présente un excellent résumé de l’histoire du royaume de Qatna aux xve et xive siècles, coincé entre les grands voisins que sont l’Égypte et le Hatti, sans parler des petits royaumes voisins, fort nombreux semble-t-il. En un texte bien enlevé et fort suggestif, P. Pfälzner reprend la question controversée des éléphants de l’Oronte, pour conclure à la présence naturelle de l’animal dans la région, sans qu’il soit besoin de recourir à la notion d’improbables « réserves » ou d’une réinsertion tardive et artificielle de la bête à partir de l’Inde. Le pauvre éléphant syrien s’est éteint, trop chassé, dès le milieu du ixe siècle.

5Pour le premier millénaire, D. Hawkins reprend de manière magistrale le dossier des inscriptions découvertes à Hama et sur son territoire, qui documentent l’époque des débuts de l’âge du Fer, grâce à une stèle araméenne du viiie siècle et quatre stèles assyriennes de même époque. À sa suite, Aline Tenu résume clairement les informations fournies par les bandes de bronze des portes de Balawat d’après la publication récente de A. Schachner (Subartu 20, paru en 2007) et A. R. Castex rappelle les sources épigraphiques néo-assyriennes sur les campagnes menées dans la vallée de l’Oronte par les rois assyriens, d’Assurnasirpal II à Sargon II.

6La fin de cette première partie de l’ouvrage aborde les grands dossiers de l’époque classique. J. Aliquot s’intéresse à la navigation sur l’Oronte à partir de l’époque hellénistique et J.‑C. Balty reprend l’importante question des voies romaines et des aqueducs autour du cours de l’Oronte, soulignant « l’ampleur des travaux entrepris par Rome pour la mise en valeur de la province ». En un essai original, P.‑L. Gatier tente une « géographie mythologique de l’Oronte dans l’Antiquité » à travers les textes et les images. Dans l’antiquité classique, le fleuve ne manque pas de noms divers, replaçant ces régions récemment hellénisées au sein du monde familier des mythologies habituelles. De l’assimilation par la toponymie… Enfin, l’époque islamique n’a pas été oubliée, avec la présentation de travaux à Nasriyah en 2008 (I. Shaddoud).

7La seconde partie de l’ouvrage, plus courte, présente surtout les résultats d’une série de prospections récentes, de la part d’équipes canadienne (M. Fortin) et allemande (K. Bartl), tandis que M. Al-Maqdissi reprend avec précision et acribie la documentation réunie jadis par R. du Mesnil du Buisson, actuellement conservée au Louvre.

8Pour conclure, D. Parayre rassemble la gerbe issue de ces deux journées de colloque. Elle souligne avec vigueur les lacunes actuelles de notre information, en particulier sur le plan des sources écrites, qui ne sont pas de la même importance que les archives de Mari ou d’Ougarit. Les prospections récentes corrigent amplement l’image d’une région telle qu’on aurait pu la décrire à partir de l’observation des paysages actuels, très différents de ceux de l’Antiquité, semble-t-il. Autre déséquilibre, la documentation écrite d’époque classique est plus riche que celle issue des époques précédentes.

9Ce colloque voulait être « un début ». Fin 2012, lors de sa tenue, on pouvait encore espérer la fin rapide des troubles dans lesquels s’enfonçait alors le pays. À l’époque de la publication des actes, il est évident que ce livre dresse un bilan de la recherche récente plutôt que la liste d’entreprises futures. Mais, le moment venu, il sera un excellent point de départ. Il est donc une pierre importante placée sur le chemin de la renaissance, qui viendra peut-être un jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Huot, « Dominique Parayre (dir.), Le fleuve rebelle, Géographie historique du moyen Oronte d’Ebla à l’époque médiévale, Actes du colloque international tenu les 13 et 14 décembre 2012 à Nanterre (MAE) et à Paris (INHA) », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/7950

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals