Navigation – Plan du site
2018

Felix Höflmayer & Ricardo Eichmann (éd.), Egypt and the Southern Levant in the Early Bronze Age

Christophe Nicolle
Référence(s) :

Felix Höflmayer & Ricardo Eichmann (éd.), Egypt and the Southern Levant in the Early Bronze Age (Orient-Archäologie 31), Rahden, Leidorf, 2014, 21 × 29,7, 328 p., 124 ill., ISBN : 978-3-89-646661-7.

Texte intégral

1L’ouvrage réunit les publications de quatorze communications faites lors d’un colloque international qui s’est tenu du 14 au 16 septembre 2011 à Berlin, organisé puis édité trois ans plus tard par Felix Höflmayer et Ricardo Eichmann. Le colloque s’inscrit dans la ligne du projet SCIEM2000 (Synchronisation des civilisations en Méditerranée orientale au IIe millénaire av. J.‑C.) de l’académie autrichienne des sciences (Osterreichischen Akademie der Wissenschaften). Depuis près de deux décennies, d’abord sous la direction de M. Bietak et maintenant sous celle de F. Höflmayer, il s’intéresse aux chronologies absolue et relative du IIe millénaire av. J.‑C., et maintenant au IIIe millénaire, de l’Égypte à la Mésopotamie. Ces recherches s’inscrivent entre autres dans le cadre de projets comme le projet européen ARCANE sur le IIIe millénaire ou le projet Radiokarbondatierung der Bronzezeit in der südlichen Levante de la fondation Fritz Thyssen et de l’Institut archéologique allemand de Berlin en collaboration avec l’université d’Oxford.

2Les articles, bizarrement classés selon l’ordre alphabétique des auteurs, abordent sous des angles similaires, principalement dans une perspective chronologique, les relations entre l’Égypte et le Levant Sud. Ils couvrent une vaste aire géographique incluant Israël (Tel Beth Yerah), le Liban (Tell Fadous, Tell Arqa), la Jordanie (Pella, Hujayrat al-Ghuzlan, Khirbet al-Batrawy, Tell Abu al-Kharaz, la vallée du Jourdain), l’Égypte (Éléphantine, Abydos, la vallée du Nil) avec un curieux détour par Chypre, depuis la période chalcolithique jusqu’à la fin du Bronze ancien III et quelques incursions dans la période du Bronze moyen.

3S. J. Bourke (p. 3-18) présente les indications d’occupations du Bronze ancien (= BA) à Khirbet Fahl (Pella) et sur le site voisin de Tell Husn. La reprise des fouilles en 2009 a permis de procéder à deux séries de prélèvements pour des datations 14C. Elles indiquent une occupation dès le début du BA I (vers 3700/3600 cal. av. J.‑C.) s’achevant vers la fin de la période dans un horizon de destruction généralisée vers 3200/3100 cal. av. J.‑C. La nouvelle occupation qui suit au BA II s’achève par une destruction similaire à celles constatées sur d’autres sites de la région à la fin de la période. Ces datations 14C confirment la nouvelle proposition de chronologie absolue du Levant Sud faite depuis 2012.

4P. M. Fischer (p. 19-31) présente ensuite, à propos de Tell Abu al-Kharaz, dix contextes assurés (primary contexts) mobilisés pour la proposition de chronologie du projet ARCANE. Pour six d’entre eux, seize datations 14C ont été effectuées. Les datations indiquent l’existence entre 3200 et 2900 av. J.‑C. d’une ville à dominante agricole et pastorale et signale l’ancrage de l’urbanisme transjordanien dans le BA Ib. L’endroit est ensuite abandonné jusqu’au xviiie siècle av. J.‑C. Une brève présentation du matériel céramique, selon la chrono-stratigraphie du site, suit. La découverte de matériel égyptien conduit l’a. a se livrer à des suppositions quant à l’intégration du site dans un réseau d’échanges interrégional du fait de sa position de contrôle dans la vallée du Jourdain.

5I. Forstner-Müller et D. Raue (p. 57-67) présentent brièvement une étude de jarres découvertes pendant les quarante saisons de fouilles à Éléphantine dans les niveaux de l’ancien Empire. Contenant sans doute du vin, de l’huile ou du raisin, les restes de ces jarres ont été découverts essentiellement autour du temple de Satet (niveaux fin Ve/première moitié VIe dynastie) donc pas dans un contexte de consommation domestique. Quatre groupes de fabrication sont identifiés par une analyse des pâtes. Le groupe I vient de Byblos, le groupe II de la région au nord de Tell Arqa. L’origine des groupes III et IV n’est pas encore connue. Il s’agit d’une nouvelle attestation d’échanges à longue distance, par ailleurs déjà bien connus, depuis la côte levantine jusqu’au Sud égyptien.

6On revient d’ailleurs sur la côte libanaise pour une présentation par H. Genz (p. 69-91) des fouilles de Tell Fadous-Kfarabida, petit établissement fortifié de 1,5 ha au nord de Byblos. Occupé aux BA II-III, il ne paraît pas avoir joué un rôle particulier dans les relations entre les deux régions. Malgré l’intérêt de ce site, la place de cette présentation dans la problématique abordée n’est pas probante.

7Pour Tel Beth Yerah, R. Greenberg (p. 93-105) aborde l’occupation du site au BA en s’appuyant sur une série de dates 14C. Il évoque ce qu’il considère comme le rôle pivot du site entre le nord et le sud. Dans une première phase (Beth Yerah C, BA II), la découverte d’objets atteste des rapports entre les élites égyptiennes et les élites locales (échange de produits comme l’huile et le raisin essentiellement). Lorsque les Égyptiens se tournent vers un commerce par voie maritime, la découverte de nombreux exemples de céramique de Khirbet Kerak signale que le site (Beth Yerah D-E, BA III) entre dans la zone de l’extension méridionale de la sphère Kuru Araxe.

8U. Hartung (p. 107-133) livre une proposition de phasage en quatre parties de différentes formes d’échanges entre l’Égypte et le Levant Nord depuis la fin du Chalcolithique jusqu’à la fin du BA Ib avec notamment, à partir de la première moitié du IVe millénaire, des relations commerciales équilibrées entre la culture de Maadi et les groupes du Levant Sud du BA Ia s’accompagnant de la présence temporaire de marchands égyptiens dans le sud de la Palestine. Durant le troisième quart du millénaire (début et milieu du BA Ib et culture de Naqada), les échanges commerciaux se font dorénavant par l’intermédiaire d’avant-postes naqadiens dans le delta du Nil. Enfin, à la fin du BA Ib, une nouvelle étape est franchie avec la construction d’un centre fortifié égyptien s’appuyant sur un réseau de « comptoirs commerciaux » en relation avec l’arrière-pays du Levant Sud.

9F. Höflmayer (p. 135-148) aborde le même dossier des rapports entre Égypte et Levant Sud en étudiant les changements apportés par les nouvelles datations 14C issues du projet ARCANE. Elles montrent la nécessité de revoir des synchronismes traditionnels entre l’Égypte et le Levant Sud. Il note des changements importants comme la date du début du règne de Pepi I, à placer dorénavant vers 2390-2350 av. J.‑C., et une chute des cités du Levant Sud intervenant vers 2500 av. J.‑C., soit deux cents ans avant la date conventionnelle. Le fait qu’aucun des objets égyptiens découverts dans les niveaux d’occupation du BA III de sites du Levant (à Ebla notamment) ne puisse être daté de manière certaine après la IVe dynastie est évoqué comme une confirmation de la validité de cette nouvelle datation. Par conséquent, le BA III doit s’arrêter vers la fin de cette IVe dynastie, en tout cas pas plus tard que le début de la Ve dynastie. L’a. signale en outre que la localisation et la datation de la campagne militaire relatée dans la tombe de Weni, un important argument de la chronologie traditionnelle, ne permettent plus de corréler le BA III et la VIe dynastie égyptienne comme cela a été jusqu’alors proposé.

10À propos de la vallée du Jourdain, Z. Kafafi (p. 149-163) procède à un résumé de l’état des connaissances sur l’intégration de cette région dans les échanges égypto-levantin. Il liste six sites de la vallée du Jourdain (Beth Yerah, Beth Shean, Pella, Abu al-Kharaz, Tell es Saʾidiyyeh, Jéricho) où des objets égyptiens ont été retrouvés. Il suppose, sans argumenter, l’existence de routes est-ouest durant le Chalcolithique et à la transition avec le BA I sur les sites de Abu Hamid et Teleilat Ghassul, ainsi que l’existence d’une route commerciale durant les BA I-II dans la vallée du Jourdain avec une montée sur le plateau au BA III par le wadi Zarka.

11La présentation par F. Klimscha et son équipe (p. 165-180) d’une série de datations 14C provenant du site de Tell Hujayrat al-Ghuzlan à proximité d’Aqaba est plus intéressante. Le site circulaire spécialisé dans la production d’objets en coquillage et de lingots de cuivre daté par vingt datations 14C entre 4000/3900 et 3500 av. J.‑C. documente le hiatus entre la fin du Chalcolithique et le BA. Il témoigne de l’existence de routes commerciales maritimes importantes, notamment pour l’échange du cuivre de Faynan et de Timnah, entre le Levant Sud et l’Égypte prédynastique par le biais de la mer Rouge et de l’intégration de cette zone du Sud jordanien dans la grande sphère des relations égypto-levantines.

12Dans l’article suivant (p. 181-206), C. Köhler aborde les problèmes liés à la correspondance entre les chronologies absolues et relatives égyptiennes du fait notamment d’une appréciation variable selon les auteurs de la durée des règnes des rois égyptiens à l’époque de Naqaba. Elle prolonge cette présentation par l’étude de cinq pots découverts dans la nécropole égyptienne d’Helwan fouillée de longue date. Des similitudes de formes et de décorations apparaissent entre ces pots et la production céramique des niveaux 19 et 18 de Tell Arqa (ca. 2850/2700 av. J.‑C.) dont la stratigraphie est présentée par J.‑P. Thalmann. De telles connexions doivent encore être expliquées, car la fouille de Tell Arqa n’a pas permis de retrouver les traces d’échanges réguliers ou importants entre la région du Akkar et l’Égypte.

13C’est ensuite Chypre qui fait l’objet d’une introduction par S. Manning (p. 207-240) d’une chronologie approximative s’appuyant sur la publication la plus exhaustive possible des analyses 14C réalisées pour une période allant du début du Chalcolithique (4000/3900 av. J.‑C.) jusqu’au milieu du IIe millénaire (1690-1650 av. J.‑C.). Bien qu’utile, cette présentation n’a guère sa place dans la thématique de l’ouvrage.

14Avec la présentation par V. Müller (p. 241-258) du matériel céramique découvert dans la tombe royale de Den à Abydos, on retourne en Égypte. L’a. rappelle que la documentation provenant des tombes est incomplète du fait de pillages des objets précieux. Elle constate plusieurs pics d’importation, durant la période de Naqada IIIa et durant le règne de Den (milieu Ire dynastie), de la vaisselle de stockage en provenance du Levant Sud. On suppose traditionnellement que ces jarres contenaient de l’huile (possiblement à des fins rituelles comme le festival de Sed) et du vin. Elle rappelle qu’il est difficile en l’absence d’analyse des pâtes d’en déterminer l’origine, d’autant plus que les fouilles récentes montrent que la zone de diffusion de ces pots incorporait aussi la Transjordanie et le Liban.

15Succède la présentation des nouvelles données obtenues par la fouille de Khirbet al-Batrawy en Jordanie du Nord par une mission italienne, avec une stratigraphie ininterrompue durant les BA II-BA IIIb jusqu’à la destruction de cette agglomération fortifiée. Se basant sur un corpus déjà riche de plus de 200 formes complètes, M. Sala (p. 259-292) décrit de manière détaillée la céramique découverte avec des comparaisons avec la production et la stratigraphie généralement moins bien connue des sites alentours comme Khirbet ez-Zeraqon, Tell Beit Mirsim, Beth Shan, Tell es Sultan, etc. Cette ébauche d’une stratigraphie comparée est un élément important dans la reformulation d’une chronologie relative pour les régions septentrionales du Levant Sud.

16Le dernier article de l’ouvrage fait office de conclusion. K. Sowada (p. 293-313) s’interroge sur la possibilité d’arriver à synchroniser les chronologies du Levant et de l’Égypte du IIIe millénaire. Spécialiste de la question, elle envisage les données archéologiques connues qui attestent de l’engagement de l’Égypte au Levant Sud durant le BA, complétant ainsi l’article de U. Hartung. Les plus anciennes attestations remontent à la fin du BA Ib à Tell es-Sakkan. Elles permettent d’établir une correspondance avec la dynastie 0. Le début du BA II correspond à un retrait de cette présence égyptienne que certains veulent expliquer par l’émergence de la territorialité égyptienne. La mise en place d’un commerce maritime aux BA II-III est expliquée par une volonté égyptienne de se doter d’un système d’approvisionnement plus efficace. Elle note la difficulté de procéder à cette synchronisation du fait d’une documentation trop fragmentaire pour le millénaire envisagé, de l’idéalisation des récits égyptiens et de la difficulté d’intégrer les données historiques dans la chronologie absolue de cette période. Un obstacle renforcé par les contextes de découverte en Égypte provenant souvent d’anciennes fouilles et de contextes funéraires pour lesquels les datations 14C font défauts. Elle constate aussi ce manque de datations 14C pour la période de l’ancien Empire qui proviennent par ailleurs souvent de matériaux à longue durée de vie, ce qui peut expliquer certaines datations trop hautes.

  • 1 J. Regev, P. de Miroschedji & E. Boaretto, « Early Bronze Age Chronology: Radiocarbon Dates and Chr (...)
  • 2 C. Bronk Ramsey, M. Dee, J. M. Rowland, T. Higham, S. Harris, F. Brock, A. Quiles, E. Wild, E. E. M (...)
  • 3 M. Dee, D. Wengrow, A. Shortland, A. Stevenson, F. Brock, L. G. Flink & C. Bronk Ramsey, « An Absol (...)

17L’ouvrage s’inscrit dans la phase du renouveau des études chronologiques amorcée par la publication de 400 datations 14C provenant de plusieurs sites du Levant Sud par J. Regev et E. Boaretto dans la revue Radiocarbon en 2012 1. Elle affirme la remontée du début du BA I vers 3700 av. J.-C. et une transition entre le BA Ia et le BA Ib qui semble s’étaler entre 3405 et 3100 av. J.-C. selon les sites. La transition entre le BA Ib et le BA II est elle à placer entre 3200 et 2900 av. J.-C., celle des BA II-BA III vers 2900 av. J.-C., alors que la fin du BA III, et donc de la culture urbaine du Levant Sud, se situe vers 2500 av. J.-C., 200 ans plus tôt que le suggérait la chronologie traditionnelle. Dans une moindre mesure, la publication des datations par C. Bronk Ramsey en 2010 2 vient compléter la donne côté égyptien, complétée par la publication de Dee 3, trop récente pour être mentionnée dans l’ouvrage.

18Les implications de ces changements sont nombreuses et très importantes. Ainsi les objets égyptiens trouvés dans des contextes EB III datés typologiquement de la période Naqada III (IIIe/IVe dynasties) : comme la chronologie traditionnelle voyait le BA III contemporain des Ve/VIe dynasties, la « persistance stylistique » était expliquée en terme de transmissions et d’héritages de ces objets. Avec la nouvelle datation, la situation devient plus claire, il s’agit bien de témoignages directs d’échanges. Par ailleurs, la fin de la culture urbaine du Levant Sud ne peut plus être mise en correspondance avec la première période intermédiaire égyptienne. Elle anticipe même la construction de la grande pyramide.

19Le renouveau des études chronologiques entamé ces cinq dernières années a déjà produit de nombreux articles et plusieurs ouvrages, dont certains sous la direction de F. Höflmayer. Cette « mode » explique, sans leur enlever d’intérêts, la répétition de plusieurs articles présentés ici. On regrettera toutefois l’absence de synthèse, tout comme on aurait bien aimé trouver un tableau comparatif des différentes chronologies (radiocarbones, conventionnelles, selon les dynasties, etc.). Toutefois, malgré des progrès importants et indéniables dans cette recherche des synchronismes égypto-levantins, les correspondances entre les chronologies du Levant Sud et celles de l’Égypte restent problématiques pour des raisons évoquées par plusieurs auteurs. Il reste de plus beaucoup à faire dans l’évaluation de la nature de la présence égyptienne dans la zone de Gaza au BA Ib tout comme dans la description et la compréhension des échanges entre les deux pays. Il est paradoxal de constater que les avancées du cadre chronologique n’ont pour le moment que peu de répercussions dans le niveau de la reconstitution des cadres socio-économiques et que l’on continue de trouver des explications souvent peu argumentées, déjà en usage depuis plusieurs décennies. La distribution de la « céramique levantine » sur l’ensemble du Levant Sud et du delta du Nil jusqu’à sa première cataracte atteste pourtant d’un phénomène global que les seuls échanges commerciaux ne suffisent pas à expliquer. Il faut trouver aussi de nouvelles explications à l’effondrement de la phase urbaine du Levant Sud, dont la relation avec les évènements égyptiens n’est plus avérée. Ces quelques insatisfactions témoignent avant tout du renouveau très récent du dossier des relations égypto-levantines. Elles ne méjugent en rien de l’intérêt de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 J. Regev, P. de Miroschedji & E. Boaretto, « Early Bronze Age Chronology: Radiocarbon Dates and Chronological Models from Tel Yarmuth (Israel) », Radiocarbon 54/3-4, 2012, p. 505-524.

2 C. Bronk Ramsey, M. Dee, J. M. Rowland, T. Higham, S. Harris, F. Brock, A. Quiles, E. Wild, E. E. Marcus & A. Shortland, « Radiocarbon -Based Chronology for Dynastic Egypt », Science 328, 2010, p. 1554-1557.

3 M. Dee, D. Wengrow, A. Shortland, A. Stevenson, F. Brock, L. G. Flink & C. Bronk Ramsey, « An Absolute Chronology of Early Egypt Using Radiocarbon Dating and Bayesian Statisticval Modeling », Proceedings of Royal Society A: Mathematical, Physical and Engineering Sciences 469, 2013, p. 1-10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Nicolle, « Felix Höflmayer & Ricardo Eichmann (éd.), Egypt and the Southern Levant in the Early Bronze Age », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/7997

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals