Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87RecensionsJacqueline Gachet-Bizollon, Les i...

Recensions

Jacqueline Gachet-Bizollon, Les ivoires d’Ougarit et l’art des ivoiriers du Levant au Bronze Récent (Ras Shamra-Ougarit, XVI).

Annie Caubet
p. 415-416
Référence(s) :

Jacqueline Gachet-Bizollon, Les ivoires d’Ougarit et l’art des ivoiriers du Levant au Bronze Récent (Ras Shamra-Ougarit, XVI), ERC, Paris, 2007, 480 p., 21 x 29,7 cm, ISBN : 978-2-86538-312‑2.

Texte intégral

1Le site de Ras Shamra, antique Ougarit, a livré depuis les premières fouilles de Cl. Schaeffer en 1929 un certain nombre d’œuvres désormais célèbres, notamment des meubles et des statues d’ivoire, orgueil du musée de Damas et du musée du Louvre. Ce volume, le seizième de la série des RSO, lancée sous la direction de M. Yon depuis 1983 et destinée à la publication systématique des découvertes de Ras Shamra, rassemble donc l’ensemble du dossier des « ivoires ». J. Gachet-Bizollon a été chargée de ce dossier jadis ouvert par l’auteur de ces lignes en collaboration avec Fr. Poplin (Museum national d’Histoire naturelle). Elle en tire la matière d’une étude générale de ces productions de luxe dans le Levant du Bronze récent. La première partie traite des matériaux, ateliers et techniques. La deuxième partie analyse formes, fonctions et décors, puis vient le catalogue proprement dit.

2Sous le titre d’« ivoires », trois matériaux sont de fait en présence, l’ivoire d’éléphant, celui d’hippopotame (ce dernier repéré pour la première fois par Poplin) et enfin l’os qui sert pour des éléments de décor, les outils n’étant pas retenus dans cette étude.

3La question de l’origine et des sources d’approvisionnement en matières premières est abordée : les sources textuelles sont difficiles à interpréter. Ainsi, le récit du massacre de 120 éléphants par le pharaon Thoutmosis III lors d’une campagne qui se déroulait dans une région qu’on peut probablement situer près de Homs, est diversement invoqué. Tantôt il vient à l’appui de l’hypothèse d’un rameau syrien de l’éléphant d’Asie ; tantôt il documente des hardes entretenues dans des parcs zoologiques royaux. Sur ce problème de l’éléphant syrien, on renverra en dernier à Caubet et Poplin in Studia Chaburiensia I, Wiesbaden, 2010. On sait en revanche par des témoignages ostéologiques que l’hippopotame avait, jusqu’à la fin de l’époque romaine, un habitat favorable dans les embouchures marécageuses des petites rivières littorales du Levant sud. Cette matière première était-elle travaillée à Ougarit même ? La question de l’existence d’une production locale ne se laisse pas aisément résoudre. Aucun atelier indiscutable n’a été repéré à Ras Shamra, mais la comparaison avec l’officine d’un des derniers praticiens de Paris montre que le travail de l’ivoire ne nécessite pas d’installation fixe laissant des traces tangibles. Quant aux produits inachevés, bons indices de l’existence de travail sur place, ils sont très peu nombreux à Ougarit et même certaines pièces considérées comme en cours de travail sont en réalité des œuvres qui ont subi un délitage naturel au vieillissement, comme l’indique la note de Fr. Poplin (p. 27-30).

4Dans le répertoire étudié en deuxième partie, les pièces majeures, comme le panneau de lit à motifs figurés (nos 269-271), la défense ornée d’une déesse nue (no 386), la tête divine incrustée d’or (no 408), sont sans équivalent dans les productions de la Méditerranée orientale de l’âge du Bronze, dont l’auteur dresse un bilan très complet. Mise à part cette poignée d’œuvres exceptionnelles, l’ensemble du répertoire (617 numéros) était jusqu’à cette étude pratiquement inconnu. Il apparaît désormais comme parfaitement représentatif de ce que l’on appelle souvent la culture internationale. Il consiste surtout en objets de toilette, peignes, boîtes, dont les plus caractéristiques sont celles qui adoptent la forme d’un oiseau aquatique ; les jeux et jetons ; les petits instruments liés aux travaux de la femme, fuseaux fusaïoles surtout ; quelques éléments associés aux activités masculines, tels des embouts d’attelages de chars et poignées d’armes. C’est là un répertoire d’objets pleins de raffinement mais produits relativement en série (plus de 40 ex. de boîtes en forme de canard !), et dont l’étude de J. Gachet-Bizollon retrace la distribution au Levant, à Chypre et en Grèce. Il faut savoir gré à l’auteur d’avoir patiemment analysé ces disques, ces baguettes et petits éléments d’applique : l’examen des traces d’outils et de collage, du détail des motifs de décor, lui permet de mettre en évidence des pratiques et des tours de main, indices de productions locales ou à tout le moins régionales homogènes.

5Plusieurs ouvrages importants sur le travail de l’ivoire ont été publiés en même temps que celui-ci et concernent notamment des types largement distribués en Méditerranée orientale : sur les boîtes et cuillers poussées par une jeune femme nue « nageuse », voir E. Fischer, Ägyptische und ägyptisierende Elfenbeine aus Megiddo und Lachish. Inschriftenfunde, Flaschen, Löffel (AOAT, 47), Ugarit-Verlag, Münster, 2007. Sur les pyxides cylindriques ou lenticulaires à tenons, on consultera D. Wick, Vorderasiatische Pyxiden der Spätbronzezeit und der Früheisenzeit (AOAT, 45), Ugarit-Verlag, Münster, 2008.

6Les conditions de fouilles anciennes, le mode d’enregistrement de l’époque, notamment le système des « points topographiques » utilisé par Schaeffer, rendaient très difficile le repérage du contexte des pièces. En annexe, p. 31, J. Gachet-Bizollon propose une répartition des objets en os et en ivoire, mais il lui aurait été difficile de donner une véritable distribution sur l’ensemble du site, ou d’esquisser une répartition entre maison privée, tombe privée, sanctuaire et palais. L’auteur est revenu depuis sur les ivoires du palais royal — in V. Matoïan (dir), Le mobilier du Palais Royal d’Ougarit (RSO, XVII), Lyon, 2008 — pour bien mettre en évidence le caractère exceptionnel de ces œuvres, tant du point de vue du matériau (l’ivoire d’éléphant presque uniquement, contrairement au reste de la ville où celui d’hippopotame prédomine), que du point de vue des types d’objets et de leur iconographie. Leur datation fait encore problème : doivent-ils être attribués au tout dernier état de la ville, détruite vers 1180 ? L’étude en cours de la stratigraphie du palais par J.-Cl. Margueron et O. Callot fait apparaître des destructions et reconstructions successives plus nombreuses que ne le pensait Schaeffer. On peut se demander dès lors si certains meubles d’ivoires ne remonteraient pas au XIVe ou au XIIIe s.

7Après une enquête qui a conduit l’auteur dans divers musées de France et de Syrie, à travers les œuvres et les archives de fouilles, cet ouvrage donne une vue d’ensemble des ivoires d’Ougarit, une production majeure qui s’inscrit dans le contexte général de ces créations dans l’ensemble du Levant, en Égypte, à Chypre et en Grèce continentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Caubet, « Jacqueline Gachet-Bizollon, Les ivoires d’Ougarit et l’art des ivoiriers du Levant au Bronze Récent (Ras Shamra-Ougarit, XVI). »Syria, 87 | 2010, 415-416.

Référence électronique

Annie Caubet, « Jacqueline Gachet-Bizollon, Les ivoires d’Ougarit et l’art des ivoiriers du Levant au Bronze Récent (Ras Shamra-Ougarit, XVI). »Syria [En ligne], 87 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/syria/806 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.806

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search