Navigation – Plan du site
2019

Jean-Marc Hofman & Emmanuel Pénicaut (dir.), Le Crac des Chevaliers. Chroniques d’un rêve de pierre

Jean-Louis Huot
Référence(s) :

Jean-Marc Hofman & Emmanuel Pénicaut (dir.), Le Crac des Chevaliers. Chroniques d’un rêve de pierre, Paris, Hermann / Cité de l’architecture et du patrimoine, 2018, 21 × 27, 127 p., 100 fig. n/b, ISBN : 978-2-7056-9762-4.

Texte intégral

1Sous la direction de Jean-Marc Hofman et d’Emmanuel Pénicaut, à l’occasion d’une très intéressante exposition à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris, vient de paraître un bel ouvrage sur le célèbre Crac des Chevaliers en Syrie. Bonne idée, appuyée sur les archives de Paul Deschamps conservées à la dite Cité de l’architecture et du patrimoine. On avait un peu oublié ce splendide monument, orgueil de la Syrie moderne. Il avait, jadis, fait l’objet d’un ouvrage magistral de P. Deschamps, qui en était véritablement tombé amoureux, publié en 1934. Les autorités ottomanes de la fin du xixe siècle avaient laissé s’y installer un petit village de paysans et d’éleveurs, ce qui n’avait pas arrangé les vestiges subsistant en grande partie. Il fallut le choc du mandat et la rencontre entre ces ruines et quelques savants français durant l’entre-deux-guerres pour ressusciter véritablement cette merveille de l’architecture militaire médiévale. J.-M. Hofman et E. Pénicaut ont su rassembler une documentation importante (photographies superbes, archives, sans oublier une célèbre maquette, bien connue des visiteurs de l’ancien musée des Monuments français) pour attirer de belle façon l’attention sur ce monument exceptionnel.

2On sait que, dans l’atmosphère un peu exaltée du mandat où se mêlaient le souvenir des Croisades, le mythe de la « mission civilisatrice de la France » et l’amour des beaux monuments, et surtout grâce à l’acharnement de l’excellent savant que fut Paul Deschamps, élève et successeur de Camille Enlart, cette forteresse si imposante fut sauvée de la ruine, restaurée et étudiée. Le livre sous recension présente cette belle aventure de façon fort intelligente. Après le rappel de la chronologie en une page, de 1099 à 2014, le très bon connaisseur de cette architecture qu’est Jean Mesqui (qui prépare un fort volume sur le Crac, point encore paru à la date de rédaction de ces lignes) présente l’architecture de ce qu’il baptise judicieusement « une forteresse hors du commun ». Appuyé sur de nombreuses photographies tirées des archives de P. Deschamps (la plupart fort impressionnantes), il rappelle les grandes étapes de l’évolution de cette construction, depuis le grand chantier du début du xiiie siècle jusqu’aux transformations mameloukes et aux modifications de Baïbars. Il a ensuite laissé à St. Winter, de Montréal et Istamboul, le soin de rappeler les vicissitudes du château à l’époque ottomane. Puis, M. Goepp, collaborateur de J. Mesqui, relate la « redécouverte archéologique » du château depuis les premiers voyageurs jusqu’à l’arrivée de P. Deschamps, aidé par François Anus, remplacé ensuite par l’excellent Pierre Coupel, bien connu des archéologues. E. Pénicaut s’attache ensuite à relater les péripéties de l’achat du Crac par le gouvernement français, entre les assauts répétés de P. Deschamps et les réticences de l’administration ministérielle parisienne, qui se fit longtemps tirer l’oreille. Il rappelle, à cette occasion, le rôle d’Henri Seyrig, R. Dussaud et H. Poinsot, entre autres. De 1933 à 1949, on peut donc parler d’un « Crac français » que l’administration, d’ailleurs, sut fort bien vendre aux manuels scolaires et aux agences touristiques. Pour clôturer le rappel de cette époque, J.-M. Hofman et E. Pénicaut reviennent sur la personnalité attachante de Paul Deschamps, l’initiateur et le maître de toute cette épopée, et sortent de l’ombre les souvenirs des bons architectes qui l’ont aidé, François Anus puis Pierre Coupel, l’artisan de la restauration. J.-M. Hofman rappelle enfin comment on sut mettre en valeur, à Paris, l’illustre château, tant à l’Exposition coloniale de 1931 qu’au sein du tout nouveau musée de sculpture comparée, qui présenta dès lors une grande maquette en plâtre du monument, actuellement en restauration, et enfin au Musée permanent des colonies, ancêtre du musée de la Porte Dorée.

3On sait peu de choses sur les dégâts subis par le Crac lors de la guerre civile syrienne. Ils ne sont pas irrémédiables, semble-t-il. Mais il faudra, le moment venu, une sérieuse remise en état de la forteresse sous l’égide, en l’espèce, de l’Unesco. L’ouvrage sous recension et le livre à paraître de J. Mesqui, comme la documentation en 3D d’Iconem, présentée ici en une page, apporteront une contribution bien venue à cette entreprise nécessaire, car le Crac, on le sait, est inscrit sur la liste du patrimoine mondial. L’ouvrage de J.-M. Hofman et E. Pénicaut se clôt sur un petit texte empreint de tristesse et de nostalgie de M. al-Maqdissi, qui rappelle avec émotion la place qu’occupe, dans l’esprit de l’élite syrienne, le célèbre monument. Il fait allusion, de façon discrète, à son utilisation à des fins de propagande par les autorités locales juste avant le déclenchement du drame syrien. Espérons que, à l’avenir, on saura restaurer et faire connaître ce splendide monument dans un esprit équilibré et respectueux, sans en faire un argument publicitaire incongru. L’ouvrage sous recension, richement illustré, passionnant de bout en bout, apporte une pierre non négligeable à la remise en valeur de ce legs spectaculaire de notre passé commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Huot, « Jean-Marc Hofman & Emmanuel Pénicaut (dir.), Le Crac des Chevaliers. Chroniques d’un rêve de pierre », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 04 juin 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/8065

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals