Navigation – Plan du site
2019

René Lebrun, Julien De Vos & Étienne Van Quickelberghe (éd.), Deus Unicus. Actes du colloque « Aux origines du monothéisme et du scepticisme religieux »

Stéphanie Anthonioz
Référence(s) :

René Lebrun, Julien De Vos & Étienne Van Quickelberghe (éd.), Deus Unicus. Actes du colloque « Aux origines du monothéisme et du scepticisme religieux » organisé à Louvain-la-Neuve les 7 et 8 juin 2013 par le Centre d’histoire des Religions Cardinal Julien Ries (Homo religiosus 14), Turnhout, Brepols, 2014, 15,6 × 23,4, 263 p., 12 fig. n/b, ISBN : 978-2-503-55416-7.

Texte intégral

1Le volume rassemble dix contributions d’historiens et de philologues de l’Antiquité sur le sujet du monothéisme en Méditerranée orientale et dans les régions adjacentes. L’avant-propos (p. 9-10) rédigé par René Lebrun présente brièvement l’enjeu qui était celui du colloque, revisiter la notion de monothéisme, ses origines en somme, en prenant soin de le distinguer de l’hénothéisme. Le volume est dédié à Pierre Bordreuil (1937-2013). La première contribution, « ‘Dieu’ et ‘dieux’ : paradigme naturaliste et scepticisme ? Le ‘faucon’ des dieux et le ‘cobra’ des déesses » (p. 11-63), est une analyse érudite de la notion divine dans la terminologie copte. Sydney H. Aufrère souligne les influences de l’égyptien hiéroglyphique et du grec et met en perspective la manière dont les Chrétiens ont redéfini le concept divin au sein de leurs propres traditions. Ainsi, « l’Égypte de Chénouté, au seuil du ve siècle de notre ère, vivait encore en symbiose avec sa faune sacrée faisant ainsi écran à toute notion de Dieu autre que la traditionnelle, une faune sacrée parce qu’elle est le reflet de la polyphonie de la nature et qu’elle constitue, par ses hôtes, un réservoir de concepts et d’allégories » (p. 56).

2Pierre Bordreuil poursuit en s’interrogeant sur « La monolâtrie entre superstition et fanatisme : quelques données bibliques » (p. 65-76). Il tente en fait de dégager les étapes historiques principales qui ont mené au monothéisme biblique. Mais pour cela il s’appuie sur les sources ougaritaines, ce qui lui permet d’associer étroitement les concepts d’hénothéisme, monolâtrie et monothéisme. Ainsi, les dieux majeurs du panthéon ougaritain, Baʿalou, dieu de l’orage, jeune et actif, et ʾIlou, père de l’humanité, représentent davantage des personnifications de vertus cardinales, la sagesse du vieillard et la force de l’homme jeune, que des personnalités au sens plein. C’est la superposition de ces personnifications qui permet finalement de saisir la représentation d’une divinité comme Yhwh qui associe dans un culte, monolâtrique ou monothéiste, diversité de vertus, noms et épithètes.

3Christian Cannuyer fait le point sur « La religion d’Akhénaton : monothéisme ou autre chose ? Histoire et actualité d’un débat égyptologique » (p. 77-117) et se positionne clairement contre ceux qui voudraient voir en Akhénaton l’inventeur du monothéisme voire le père spirituel de Moïse. Aton n’est pas un dieu, mais un principe, l’archè de l’univers (p. 105), et au centre de cette religion d’Aton se trouve la royauté. Ainsi, « Le ‘monothéisme’ d’Akhénaton semble bien être un monisme politico-religieux, affirmant la consubstantialité entre le divin et le royal, entre l’unité de l’État et celle de l’Univers. […] Le pharaon ramène à lui le sens ultime de toute l’existence, la justification de toute cohésion sociale ; en se présentant comme le ‘vrai fils d’Aton’ » (p. 107). C’est un absolutisme royal qui est donc affirmé. Certainement la révolution amarnienne doit être comprise comme une réponse politique au pouvoir du dieu et des prêtres d’Amon.

4Julien De Vos s’interroge sur « Les Hittites et leurs rapports au divin : quelques réflexions inspirées par les prières mugawar et arkuwar » (p. 119-131). La réflexion est précédée par un rappel historique de l’empire. La prière magawar, très ancienne, adressée à la divinité (solaire) pour l’inciter à sortir de sa torpeur ou de sa bouderie est ensuite présentée, une invocation accompagnée d’un rituel magique : le prêtre réactualise des actions qui, dans le monde divin, se montrèrent jadis efficace. La prière a lieu lorsqu’il y a péché, c’est-à-dire un dérèglement provoqué dans l’harmonie entre hommes et dieux. Dans cette prière, le péché ou la faute antérieure, quelle que soit sa nature, est assumé personnellement, sans une éventuelle décharge de la responsabilité personnelle. La prière arkuwar relève, quant à elle, d’un argumentaire qui vise à justifier l’homme injustement victime de l’oppression divine, la présentation historique des événements antérieurs remplaçant ici le récit mythologique. L’auteur propose alors de voir dans l’évolution de ces prières la trace d’un « éventuel scepticisme à l’égard des dieux » (p. 128).

5Frédéric Gangloff s’interroge sur « Le monothéisme biblique en question ? L’autel mystérieux de Tel-Taanâk » (p. 133-147). Taanâk, identifié à Tell Tiinick, à huit kilomètres au sud-est de Megiddo, est une ville solidement fortifiée au Bronze. Au Fer, une partie d’un mur et une tour ont été mis au jour : c’est dans ce contexte qu’un socle est découvert, haut de 90 cm, large et profond de 45 cm. Ce socle, aujourd’hui abrité au musée d’Istanbul, présente une riche iconographie : sphinx (portant peut-être la couronne Atef), lions, arbre stylisé flanqué de deux caprins, symbole des déesses Ashérah et Anat, enfant ou jeune homme étranglant un grand serpent. Un autre objet « mystérieux » (p. 138) s’ajoute aux trouvailles, un support en terre-cuite, moins grand que le précédent (50 cm de hauteur, 15 cm de largeur et 16 de profondeur), aujourd’hui abrité au musée d’Israël à Jérusalem. Sans doute socle cultuel (autel), comme le précédent, on y voit quatre registres aux motifs iconographiques connus : la souveraine des lions/lionnes de type Qutshu (d’après les textes égyptiens), les lions protecteurs, l’arbre stylisé, les sphinx ou chérubins, enfin, le cheval au soleil ailé. Ces deux objets, dont l’explication doit demeurer hypothétique, permettent, d’une part, de souligner la continuité entre deux périodes et, d’autre part, d’éclairer une religion peut-être cananéenne, peut-être israélite, mais certainement pas monothéiste.

6Ekaterina Gushchina invite ensuite à mesurer « L’évolution monothéiste en Arabie du Sud d’après les sources épigraphiques » (p. 149-172), datées des ve et vie siècles, mais marquées par des influences diverses, juives et chrétiennes avant l’islamisation de la région. La contribution, si elle s’appuie sur les travaux de J. Ryckmans et C. J. Robin, a le mérite de présenter un inventaire religieux systématique du répertoire épigraphique sabéen (p. 151-157).

7René Lebrun s’interroge quant à lui sur le « Monothéisme syro-anatolien » (p. 173-179) et s’attarde sur les notions en question, un monothéisme régional, plus exactement à dénommer hénothéisme, souvent en milieu nomade – le dieu est alors un super-chef du clan – et un monothéisme absolu ou plus ou moins « métaphysique » (p. 173). Ce dernier, pré-philosophique ou prophétique, se développerait en marge de la religion officielle. Mais pour ce qui est du monde anatolien, il faut souligner la constance du culte de la déesse-mère comme l’enracinement profond d’une triade calquée sur le modèle familial (dieu de l’orage, déesse-mère et fils agraire). L’auteur reprend et développe l’idée « qu’un réel scepticisme à l’égard des dieux poliades se soit développé librement parallèlement à la religion officielle » (p. 176-177). Ce mouvement serait à comparer ailleurs au développement d’une littérature de sagesse. Ce n’est qu’au ve s. av. n. è. que l’on perçoit en Anatolie occidentale principalement un tournant. En effet, l’ionien Xénophane de Colophon (570-475) défend une conception épurée, non anthropomorphique de la divinité, tandis que l’éphésien Héraclite (c. 550-480) affirme que « Ce Logos, qui est toujours, les hommes sont incapables de le comprendre  » (p. 177). Et l’auteur de conclure en soulignant le rôle important du stoïcisme, dont les maîtres furent tous d’origine syro-anatolienne, dans le développement du monothéisme.

8Jan Tavernier réfléchit lui aussi à un possible monothéisme ancien, cette fois dans le monde mésopotamien : « ‘Ne fais pas confiance à un autre dieu’. Un dieu ou plusieurs dieux en Mésopotamie ? » (p. 181-222). Par un examen complet et érudit, l’auteur montre que le polythéisme est demeuré dominant et qu’on peut parler tout au plus de tendances ou d’« îles » d’hénothéisme ou de monolâtrie en Mésopotamie : « La seule chose que l’on puisse dire est que certaines personnes érudites avaient une inclinaison à considérer le Divin comme étant uniforme […] et non pas pluriforme […], sans toucher de l’une ou l’autre façon au monde polythéiste mésopotamien » (p. 214).

9Alexandre Tourovets se tourne vers l’Iran et pose la question à son tour : « Peut-on parler de monothéisme zoroastrien à l’époque achéménide ? Apparences et contradictions » (p. 223-246). Soulignant les lacunes de la documentation, l’auteur ne peut affirmer le caractère monothéiste ni même zoroastrien de la religion d’empire.

10Enfin, Michel Weber clôt le volume par une brève contribution sur « Shamanism and proto-consciousness » (p. 247-263) qui porte sur les peintures rupestres d’époque paléolithique.

11Le volume est dans son ensemble marqué par la grande érudition des contributions, ce qui en fait donc un ouvrage de référence pour qui voudrait se pencher sur la question du monothéisme dans l’Antiquité. Toutefois on peut regretter le défaut de problématisation dans la question monothéiste. En effet, est-il utile de recourir encore à des concepts modernes, nés des Lumières, pour étudier les religions dans l’Antiquité ? Toutes les contributions n’ont-elles pas pointé d’une manière ou d’une autre le recours inapproprié au concept monothéiste et à ceux qui lui sont associés ? La richesse des représentations du divin dans l’Antiquité ne se laisse pas aisément réduire. Et quand bien même un dieu s’affirme dans son caractère unique, il ne cesse d’être entouré par un monde divin à la fois très peuplé, hiérarchisé et fonctionnel. Le deus n’est-il pas alors unicus seulement pour ceux qui le vénèrent, invitant à appréhender une notion relative, jamais absolue ? Quoiqu’il en soit, et même si cela n’est pas clairement énoncé, c’est bien ce qui ressort de la diversité et de la richesse du volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Anthonioz, « René Lebrun, Julien De Vos & Étienne Van Quickelberghe (éd.), Deus Unicus. Actes du colloque « Aux origines du monothéisme et du scepticisme religieux »  », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 04 juin 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/syria/8079

Haut de page

Auteur

Stéphanie Anthonioz

Université catholique de Lille, UMR 8167 Orient et Méditerranée « Mondes sémitiques »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • OpenEdition Journals