Navigation – Plan du site
2019

Johann Tischler, Hethitische Texte in Transkription KUB 56 und KUB 57

Alice Mouton
Référence(s) :

Johann Tischler, Hethitische Texte in Transkription KUB 56 und KUB 57 (Dresdner Beiträge zur Hethitologie 49), Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2016, 17 × 24, XV + 309 p., ISBN : 978-3-447-10701-3.

Texte intégral

1À l’instar des autres volumes de cette série des Hethitische Texte in Transkription, ce livre nous offre les translittérations de l’ensemble des fragments de tablettes cunéiformes hittites publiées en autographies. Cette fois-ci, c’est Johann Tischler qui nous propose ses lectures des volumes 56 et 57 de la série KUB (Keilschrifturkunden aus Boghazköi), volumes publiés en 1986 et 1987 respectivement. Les genres littéraires couverts par ces fragments sont nombreux : comptes rendus de vœux, textes de fêtes cultuelles ou de rituels, inventaires, correspondance, etc. Il ne m’est pas possible de vérifier systématiquement la lecture de chaque fragment, mais dans le cadre de ce compte rendu, j’ai choisi de comparer mes collations de quelques textes religieux à celles de l’auteur. Plusieurs des fragments de rituels que j’ai collationnés présentent, dans ce volume, une translittération satisfaisante. D’autres, en revanche, requièrent des améliorations.

2Le premier fragment dans ce cas est KUB 57.79 (translittéré aux pages 211 à 214). Il appartient au CTH (Catalogue des Textes Hittites) 395, le texte du rituel de Hantitaššu dont j’ai proposé une nouvelle édition partielle en 2016 (A. Mouton, Rituels, mythes et prières hittites [LAPO 21], 2016, p. 144‑167). J. Tischler lui attribue le numéro CTH 395.1.D, alors que le site Konkordanz l’appelle CTH 395.4 (S. Košak, Konkordanz der hethitischen Keilschrifttafeln, hethiter.net/:hetkonk [v. 1.99]). Cela n’est pas anodin, car la numérotation de ce fragment reflète l’identification de KUB 57.79 comme un duplicat (dans le cas de CTH 395.1.D) ou une version parallèle de KBo 11.14 (lui-même numéroté CTH 395.1.A – KBo signifie Keilschrifttexte aus Boghazköi). Il faut donc d’ores et déjà essayer d’éclaircir ce point. À l’examen de KUB 57.79, il apparaît rapidement que ce manuscrit ne duplique pas exactement KBo 11.14, même si certains éléments parallèles s’y retrouvent. Il faut donc garder la numérotation attribuée à ce fragment par le site Konkordanz. Par ailleurs, la lecture de plusieurs passages de KUB 57.79 peut être améliorée après collation de la photographie de cette tablette (photographie mise en ligne sur le site Konkordanz) :

  • i 1’, le signe x est un signe LÚ ;
  • i 2’, les signes ne sont pas [ku-i]t comme le lit l’auteur, mais [UD]UHÁ  ;
  • i 10’, le dernier signe lisible n’est pas un signe DA, mais sans doute un signe HU ;
  • iv 3, il faut lire al-pu-i-mar au lieu de al-pu-i-e-m[ar] ;
  • iv 7, ar-nu-x-x-zi peut se lire ar-nu-uz-zi où UZ est inscrit sur érasure ;
  • iv 41, l’auteur a oublié le signe É entre le signe ZI de début de ligne et EN.SISKUR-ma-at-kán (aussi oublié par A. Chrzanowska [éd.], hethiter.net/:CTH 395.2.1 [INTR 2015-11-04]).

3L’ensemble de ce passage doit vraisemblablement être lu comme suit :

ki-i-makánta-me-e-da-ni pár-nian-da i-ya-zima-at-kánÚ-ULiya-ziÚ-UL a-a-ra

4Ce passage est une variante non royale de celui que l’on trouve dans CTH 395.1, à savoir : « Le conjurateur (continue de) pratique(r) en personne ce rituel dans un autre bâtiment. Il ne le pratique pas dans le palais. » (kūn SÍSKUR uddanašEN-aš tametaš parnaš anda apāšila=pat ēššai UL=an INAÉ.GAL-LIM ēššai : A. Mouton, Rituels, mythes et prières hittites, p. 166-167, § 25’’). Rien que ce détail confirme le fait que KUB 57.79 n’est pas un duplicat de KBo 11.14 (CTH 395.1.A), mais bien une version parallèle comme indiqué dans Konkordanz.

5Le second fragment religieux à relever est KUB 57.34 (translittéré aux pages 153-154). Plusieurs compléments de lecture peuvent être proposés (d’après collation de la photographie de la tablette) :

  • ligne 2’, le signe qui suit Ú est un signe DA fragmentaire, d’où une lecture ú-d[a-...], très vraisemblablement une forme du verbe uda- « apporter » ;
  • ligne 14’, on peut lire en début de ligne [... ku-i]š ša-a-ak-ki.

6Ces quelques remarques illustrent le caractère incontournable d’une collation personnelle de toute tablette étudiée, car chaque chercheur pourra ainsi se faire sa propre idée du texte en question et, parfois, en améliorer la lecture. Quoi qu’il en soit, ce volume est un complément bienvenu dans la collection des translittérations des textes cunéiformes hittites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Mouton, « Johann Tischler, Hethitische Texte in Transkription KUB 56 und KUB 57 », Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 17 octobre 2019, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/8173

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals