Navigation – Plan du site

AccueilNuméros87RecensionsRachel Thyrza Sparks, Stone vesse...

Recensions

Rachel Thyrza Sparks, Stone vessels in the Levant (The Palestine Exploration Fund Annual, VIII).

Annie Caubet
p. 424-428
Référence(s) :

Rachel Thyrza Sparks, Stone vessels in the Levant (The Palestine Exploration Fund Annual, VIII), Maney, Leeds, 2007, xviii + 488 p., 100 fig. n/b, 17 tabl., ISBN : 978-1-904350-97-2.

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’aboutissement de la thèse soutenue par l’auteur (ci-après RTS) en 1998 à l’Université de Sydney. La place tenue par la vaisselle de pierre dans les sociétés levantines de l’âge du Bronze avait fait retenir ce sujet qui offre un vaste répertoire allant des objets de prestige, utilisés par l’élite comme symbole visible de leur statut et de leur pouvoir, aux récipients utilitaires remplissant des fonctions spécifiques, cultuelles, domestiques ou industrielles. À ce large éventail répond une grande diversité de formes et de matériaux. L’ouvrage est le premier à dresser un panorama des récipients de pierre du Levant au cours du IIe millénaire, lorsque ces productions connaissent une popularité grandissante, appuyée sur une prospérité croissante et un intense commerce interrégional.

  • 1 A. Bevan, Stone Vessels and Values in the Bronze Age Mediterranean, Cambridge University Press, Cam (...)
  • 2 M. Yon (dir.), Arts et industries de la pierre (Ras Shamra-Ougarit, VI), ERC, Paris, 1991. Le volum (...)

2L’état de la question dressé en introduction montre que les études anciennes sont surtout descriptives, ou incorporent majoritairement du matériel sans provenance conservé dans les musées. Les publications récentes étudiant le mobilier d’un site donné ne prennent en considération que le matériel de prestige : c’est le cas de l’excellent ouvrage d’A. Bevan paru en même temps que celui de RTS1. Ras Shamra-Ougarit est une exception notable, avec un volume qui englobe presque tous les usages de la pierre à Ougarit, à l’exclusion de la maçonnerie et des sceaux2.

  • 3 A. Ahrens, « A Journey’s End. Two Egyptian stone vessels with hieroglyphic inscriptions from the ro (...)

3Le projet de RTS est donc d’aborder l’étude de la vaisselle du Levant dans le contexte de celles dont on dispose pour l’Égypte, le monde minoen et les Cyclades. Le cadre géographique retenu pour le Levant est centré sur la Palestine, qui est au cœur de l’ouvrage, s’étend jusqu’à l’Amuq au nord, le Négev au sud et jusqu’aux limites de l’isohyète 100 mm vers l’est. Chypre est en dehors de cette étude et ses productions classées avec les importations. Pour la Syrie, sont pris en compte Ebla et Qatna, dont RTS n’a pu connaître les spectaculaires découvertes récentes3. Mais des sites majeurs comme Tell Brak, Emar ou Mari, sans parler d’Assur, n’entrent pas dans ce cadre, alors que leur mobilier du Bronze récent ressortit pourtant au style international.

4Les limites chronologiques commencent au début du Bronze moyen et s’arrêtent au début du Fer I, ce qui correspond à la période 2000-1000 dans la chronologie moyenne.

5Une mise en garde rappelle la durée de vie exceptionnelle de ce type d’objet, au matériau durable et attractif. Certains proviennent de trésors de palais ou de sanctuaires, d’autres ont pu être pillés et « recyclés ».

6La méthode retenue consiste à établir d’abord un cadre typologique, la question du matériau et des sources n’est abordée qu’une fois le répertoire constitué. Ce parti pris un peu surprenant permet en fait à l’auteur de progresser malgré les évidentes lacunes des identifications et de la terminologie. Les distinctions entre vaisselle importée et vaisselle locale, entre productions palestiniennes et productions syriennes, sont établies a priori, pour permettre à l’ouvrage d’avancer, réservant dans chaque chapitre, après la description morphologique, une importante partie pour discuter de l’attribution, qui aboutit généralement, de manière nuancée, à l’adoption de l’hypothèse postulée au départ.

  • 4 L. Åström, The Late Cypriote Bronze Age: other Arts and Crafts, The Swedish Cyprus Expedition IV 1D(...)
  • 5 Caubet in Yon 1991, op. cit. n. 2.
  • 6 E. Fischer, Ägyptische und ägyptisierende Elfenbeine aus Megiddo und Lachish. Inschriftenfunde, Fla (...)

7Le chap. ii qui traite des importations réserve quelques intéressantes surprises. Ainsi, la vaisselle minoenne, les lampes notamment, qui a très tôt retenu l’attention des spécialistes, est-elle surreprésentée dans la bibliographie : le décompte montre qu’elle est en fait très rare, limitée au Levant nord, à Atchana, Ougarit et Byblos. L’identification des vases de pierre venus de Chypre est incertaine car ils n’ont pas bénéficié d’étude d’ensemble depuis la synthèse de l’expédition suédoise4. Ils semblent assez rares au Levant, ce qui contraste fortement avec l’abondance des importations de céramique chypriote. En revanche, comme on s’y attendait, c’est d’Égypte que provient la majorité des vases importés, 40 % du catalogue, et cela dès le Bronze moyen. Le répertoire proprement égyptien est bien établi, il permet de constater que l’éventail des types rencontrés au Levant est très étendu. Il va des palettes aux amphores, des bols zoomorphes et des cuillers « à la nageuse » aux coupes carénées et aux gourdes, sans oublier les imitations de céramiques chypriotes telles les cruchettes en Base Ring. Les modèles anciens, remontant à l’Ancien Empire, comme les jarres globulaires en pierre dure, apparaissent assez fréquemment dans les niveaux du Bronze récent, par exemple à Kamid el-Loz et surtout Ougarit. On a pu y voir un indice de contacts entre Ougarit et l’Égypte dès le IIIe millénaire5. RTS penche plutôt pour une explication plus terre à terre : le pillage systématique des temples et tombes égyptiennes qui remettait en circulation des objets anciens. C’est peut-être le cas des palettes rectangulaires, apparues au Moyen Empire et trouvées au Levant dans des niveaux qui vont du Bronze moyen IIA jusqu’au début du Fer : soit ces objets ont connu en Égypte même une durée de vie plus longue que l’on croit généralement, soit ils ont été remis dans le circuit après une longue absence. Les cuillers à la nageuse, élaborées en Égypte durant la XVIIIe dynastie dans toutes sortes de matériaux, sont rarement attestées en pierre au Levant, mais l’on connaît des versions en ivoire6. Les coupes carénées ornées de moulures horizontales, ou « tazza », très répandues en Palestine, où sont aussi produites des versions locales, seraient plus rares au Levant nord, à l’exception d’Ougarit. Mais des versions en faïence ont été découvertes en Syrie, à Emar, Tell Brak, ou Atchana.

  • 7 C. Lilyquist, « Stone vessels at Kamid el-Loz, Lebanon: Egyptian, Egyptianising or non-Egyptian? A (...)

8Les vases à inscription royale, pourtant si rassurants sur le plan chronologique, ont pu rester en usage durant plusieurs générations et RTS conclut qu’il est préférable de n’utiliser un nom royal que comme terminus post quem. C’est à Ougarit qu’ils sont les plus nombreux, répartis entre les pharaons de la XVIIIe dynastie et Ramsès II. On y ajoutera l’étude récente des fragments du palais royal d’Ougarit (Lagarce in Matoïan 2008, op. cit. n. 2). Le paragraphe traitant des vases égyptiens à décor orientalisant concerne surtout le cas exceptionnel et souvent discuté d’un fragment d’Ougarit qui porte une scène d’offrande royale avec une inscription hiéroglyphique au nom du souverain Niqmadou (cat. no 763, fig. 28) : l’exécution semble parfaitement égyptienne, mais la frise de têtes de chèvres qui orne le dais est un élément asiatique. RTS voit dans cette œuvre une commande commémorant un évènement particulier de la cour d’Ougarit. Cet exemple débouche sur la question de possibles influences levantines sur les productions égyptiennes et sur l’éventuelle présence d’ateliers égyptiens installés au Levant. Les vases égyptiens trouvés au Levant doivent-ils être considérés comme des importations, indices de relations actives avec l’Égypte, ou bien comme une production indigène reflétant un réseau local d’approvisionnement et de distribution7 ? Pour RTS, la conformité durable entre les trouvailles levantines et les produits faits en l’Égypte comme la faible interaction avec les productions purement indigènes plaident contre cette dernière hypothèse.

9Le chap. iii consacré à la vaisselle locale se divise a priori, on l’a vu, entre vaisselle palestinienne et vaisselle syrienne. Les productions de Palestine, qui sont manifestement la préoccupation initiale de la thèse de RTS, sont à la fois homogènes, abondantes et bien répertoriées. Certaines formes du Bronze moyen, comme les plats à anses ornées en forme de tête de bélier, puisent dans un répertoire local de vaisselle en bois créé dans la vallée du Jourdain. Dans l’ensemble, la production palestinienne reprend le répertoire morphologique égyptien, coupe moulurée « tazza », alabastre en goutte d’eau, bouteille, cruchette à une anse, mais en les traduisant dans le gypse extrait de mines locales. La distinction se fait donc essentiellement sur le matériau, même si quelques caractéristiques techniques sont le propre des ateliers palestiniens, comme le fait de produire des vases d’un seul tenant, plutôt qu’en rapportant le pied et les anses comme le font de préférence les artisans égyptiens. L’autre caractère indigène est le goût pour l’ornement, avec des anses zoomorphes ou surtout les rebords de lèvre incisés d’un semis de points et de cercles sécants, véritable marque de fabrique des ateliers de Pella (fig. 43).

10La partie consacrée au répertoire syrien souffre du parti qui a été pris de limiter l’ère géographique considérée au littoral et à la vallée de l’Oronte, parti qui est surtout dommageable pour la période du Bronze récent, lorsqu’un répertoire commun unit le littoral à l’Euphrate et la Mésopotamie septentrionale. Le répertoire morphologique syrien apparaît du coup à la fois plus hétérogène et plus limité ; la distinction là aussi s’établit surtout en fonction du matériau — le basalte, la serpentine, la chlorite dominent. Les objets en chlorite d’Ougarit sont érigés en « atelier de Ras Shamra » (fig. 46), d’où sortent des produits un peu disparates, coupe zoomorphe, boîte à compartiments, pots divers. L’industrie de la chlorite y est aussi attestée par d’autres catégories d’objets, sceaux-cylindres, fusaïoles, matériel de mouture (Elliott in Yon 1991, op. cit. n. 2).

11RTS donne une part importante au matériel de broyage (groundstone) et aux installations à caractère industriel, largement répandus en Syrie-Palestine. Ils ont surtout pour point commun d’être majoritairement taillés en basalte : mortiers à base annulaire ou tripodes, bassins, tuyères, soufflets, tuyaux et entonnoirs. Certains de ces derniers avaient été interprétés à Ougarit comme des éléments de rhyton, à usage cérémoniel (Yon in Yon 1991). Les bassins en basalte ornés de reliefs dont les exemples d’Ebla, avec leur décor mythologique d’inspiration syro-mésopotamienne sont les plus spectaculaires, sont fréquents en Syrie ; ils ne sont pas inconnus en Palestine. Les limites géographiques que s’impose RTS empêchent ici de mieux saisir les réseaux tissés entre le monde mésopotamien et le littoral syro-palestinien lors de l’arrivée des dynasties amorrites au début du IIe millénaire. En revanche, les liens avec le monde méditerranéen sont évidents dans l’adoption par les vases en basalte de décors repris de céramique minoenne, comme les cratères à spirales de Hazor et Ougarit (fig. 55).

12Un développement intéressant traite des rapports entre vaisselle de pierre et vaisselle produite dans d’autres matériaux, faïence, ivoire, bois, qui partagent souvent un même répertoire morphologique. Il peut s’agir d’imiter à meilleur marché un matériau coûteux, comme le lapis-lazuli et les pierres dures veinées, en lui substituant de la faïence ou du verre mosaïqué. Ce peut-être aussi un effort pour offrir à la clientèle des assortiments d’objets identiques produits en différentes couleurs et matériaux. C’est probablement le cas à Emar, Mari ou Tell Brak où se rencontrent des coupes « tazza » en faïence ou des pyxides lenticulaires en gypse, en os et en ivoire.

13Le chap. iv qui traite des matériaux s’ouvre sur la question du rapport entre la présence de sources de matériau brut et le développement d’une industrie. Il est évident que la proximité de gisements peut favoriser la naissance de productions locales, surtout pour le mobilier courant. Mais la circulation des matières premières sur de longues distances est un phénomène caractéristique des civilisations de la Méditerranée orientale : pierres fines ou pierres d’œuvres, bois de charpente, défenses d’éléphant et d’hippopotame circulent durant l’âge du Bronze et la distance n’est pas un obstacle à l’épanouissement d’industries spécialisées : la Crète ou Chypre, par exemple, travaillent avec bonheur des pierres exotiques et de l’ivoire d’hippopotame absent de leurs rivages. Cette circulation intense conduit à s’interroger sur l’organisation de l’approvisionnement et du commerce de brut, l’accès aux sources et les méthodes d’exploitation des carrières.

  • 8 Ahrens 2006, op. cit. n. 3, p. 15-36 ; R. Klemm & D. L. Klemm, « Calcite Alabaster oder « Travertin (...)

14Dans le survol des matériaux, RTS s’en tient sagement aux définitions géologiques courantes pour désigner les différentes catégories d’albâtre (calcitique et gypseux), abrégées par l’emploi du minéral, calcite, gypse, selon un parti retenu par nombre de spécialistes8. D’autres proposent travertin pour désigner l’albâtre calcitique (Chanut in Matoïan 2007 et bibliogr. antérieure). Ce terme, dont l’étymologie dérive de l’Italien tivertino, de Tibur, Tivoli, désigne dans le vocabulaire courant des carriers et des marbriers modernes une qualité de roche spécifique, différente de celle de nos vases. Il ne semble pas utile de remplacer un terme imparfait, mais consacré par l’usage, par un autre tout aussi peu satisfaisant.

15La carte des gisements de basalte (fig. 59) met en évidence les gisements de Syrie du Sud qui s’étendent jusqu’en Arabie Saoudite ; d’autres, plus dispersés, sont probablement responsables de l’approvisionnement local de sites nordiques.

  • 9 Certains chercheurs emploient même le terme de « globalisation », voir Pfälzner in M. Al-Maqdissi, (...)

16Le chap. v traite des ateliers et s’interroge sur la relation entre atelier et pouvoir, production et autorité. RTS propose la notion de « workplace », pour distinguer le lieu de fabrication de celui d’atelier, dont la signification ambiguë peut être technique aussi bien que culturelle. Dans l’analyse des vestiges matériels laissés par ce lieu de fabrication, le témoignage des ratés et pièces non finies semble le plus irréfutable, même dans le cas de pièces « étrangères » non finies : ainsi, la lampe minoenne inachevée trouvée à Atchana est-elle interprétée comme le fruit d’une mise à disposition d’un artisan étranger, en l’occurrence un Minoen, à la cour syrienne. L’hypothèse de prêt d’artistes spécialistes entre cours royales, évoquée déjà à propos du vase du roi Niqmadou (cat. 763), est lourde de conséquence car elle est transposable à bien d’autre cas, par exemple les peintures « minoennes » trouvées sur le littoral (Atchana, Tell Kabri), en Syrie centrale (Qatna) et dans le Delta (Tell Dab’a). De tels artistes spécialistes seraient un des facteurs de la naissance et du développement du « style international »9. Ce n’est probablement pas le seul élément moteur, surtout au Bronze récent, lorsque les hommes et les idées, les technologies et les matériaux, circulent aisément depuis la Méditerranée jusqu’à l’Iran.

17Le chap. vi sur les outils et techniques constate que les pays de Méditerranée orientale utilisent pour la plupart les mêmes outils et les mêmes technologies, avec cependant des variantes régionales. On observe ainsi l’emploi préférentiel du foret tubulaire en Égypte et en Crète alors que la Syrie utilise plutôt la découpe selon un pointillé obtenu avec une pointe (solid drill bits). RTS est d’avis que les pratiques se sont créées indépendamment les unes des autres, mais qu’au cours du temps, avec la généralisation des contacts commerciaux et culturels, l’adoption de formes et de décors, ces différences techniques ont progressivement été nivelées.

18La distribution (chap. vii) varie grandement, on s’en doute, entre les régions et les catégories de productions. Ainsi, la vaisselle palestinienne en albâtre gypseux est-elle pratiquement limitée au Levant sud, en particulier à la vallée du Jourdain. Le matériel de broyage en basalte voyage peu. L’étude des proportions entre les principaux matériaux employés est fondée sur un énorme travail de dépouillement par RTS. L’index rend encore plus lisible ces statistiques, avec la prédominance des deux catégories d’albâtre (plus les « indéterminés ») du basalte et de la chlorite. Les « camemberts » de répartition des matériaux dans les sites où le décompte était possible viennent conforter le parti pris initial de commencer par l’étude morphologique. Ainsi les différences de proportions entre calcite et gypse pour les différents sites du Levant sud, Lachish, Megiddo, Beth Shan, Gezer, Pella, Hazor, reflètent leur attachement plus ou moins étroit à l’Égypte et leur localisation sur le littoral ou l’intérieur des terres (fig. 73-87). Pour les sites syriens, la fiabilité des graphiques dépend évidemment de la qualité des publications qui servent de source à RST. Le pourcentage d’albâtre calcitique à Ougarit (52 %), représente une part d’importation égyptienne importante (fig. 90), moindre cependant qu’à Byblos (89 % du répertoire connu). Mais on peut suspecter dans le cas de Byblos que les vases égyptiens ont été mieux enregistrés et catalogués que d’autres produits moins attrayants. Pour les mêmes raisons, la distribution de vaisselle égyptienne dans les différents secteurs d’un site, entre palais, temples et maisons d’habitation, n’est guère possible en Syrie que pour Ougarit (fig. 91), de même que la distribution des vases à inscription royale comparés à d’autres types de petits objets mobiliers égyptiens (table 17).

19Le dernier chapitre place l’industrie de la vaisselle de pierre dans son contexte. On y remarque l’accroissement spectaculaire des importations de vases égyptiens (en calcite surtout), relativement stationnaires durant le Bronze moyen et le Bronze récent I, plus que doublées au cours du Bronze récent II, et disparaissant au Fer I (fig. 96). La courbe des productions de vaisselle palestinienne en gypse est beaucoup plus forte durant le Bronze moyen mais se maintient, en compétition avec les calcites d’Égypte, à un fort niveau lors du Bronze récent II (fig. 98) : voilà un cas de compétition étrangère bénéfique à la production locale ! Plus inattendue, la courbe des vases de basalte suit exactement celle des vases égyptiens (fig. 100).

20Le catalogue de 1 917 numéros est présenté par origine culturelle, comme dans le corps de l’ouvrage, et divisé en catégories typologiques. Suivent en appendice des tables de concordance. L’appendice A « Concordance des sites » met en valeur les gisements « riches » : en Palestine comme Tell el-Ajjul, Beth Shan ou Jericho ; en Syrie, Ras Shamra-Ougarit dépasse largement Atchana. L’appendice B « Concordance par matériau » fait, comme on l’a vu au chap. iv, une large place à l’albâtre (indéterminé), à la calcite et au gypse, suivis par le basalte. L’appendice C donne la concordance des musées. La bibliographie (p. 458-478) est énorme, précise, et semble très complète. Dans l’index, les entrées de site ou de matériau font un peu double emploi avec les concordances, sans que soient immédiatement perceptibles les renvois à la discussion. Les entrées renvoyant à la vaisselle faite d’autres matériaux que la pierre, faïence, ivoire, métal, bois, sont très utiles.

21Certes il serait impensable de reproduire les 1 917 numéros du catalogue, mais l’illustration des œuvres, réservée aux chapitres de commentaires, est un peu maigre. Le renvoi des figures au catalogue est malaisé : dans chaque figure, les dessins d’objets donnés en exemple sont numérotés à partir de 1 et l’équivalence entre le numéro dans la figure et celui du catalogue, tel qu’il est indiqué dans la légende, n’est perceptible que par l’ordre dans lequel il apparaît. Il n’est pas facile non plus de trouver dans le texte le commentaire d’un objet dont on ne connaît pas le numéro de catalogue. Ces remarques ne retirent rien au grand mérite de cette somme intelligente. La maquette claire et élégante contribue encore à faire un instrument de travail désormais indispensable pour apprécier l’une des productions majeures de l’âge du Bronze en Méditerranée orientale et mieux comprendre, pièces et statistiques en main, les réseaux d’échanges entre la Crète, Chypre, l’Égypte et le littoral levantin au IIe millénaire.

Haut de page

Notes

1 A. Bevan, Stone Vessels and Values in the Bronze Age Mediterranean, Cambridge University Press, Cambridge, 2007. Voir le compte rendu par P. Bettancourt, AJA, 115, Jan. 2009, p. 135-136.

2 M. Yon (dir.), Arts et industries de la pierre (Ras Shamra-Ougarit, VI), ERC, Paris, 1991. Le volume récent consacré au mobilier du palais royal ajoute des exemples sans modifier la vision d’ensemble, voir V. Matoïan (dir.), Le mobilier du Palais royal d’Ougarit, (Ras Shamra-Ougarit, XVII), Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 2008.

3 A. Ahrens, « A Journey’s End. Two Egyptian stone vessels with hieroglyphic inscriptions from the royal tomb at tell Misrife/Qatna », Ägypten und Levante – Egypt and the Levant, XVI, 2006, p. 15-36 ; A. Ahrens, in M. Al-Maqdissi, D. Morandi-Bonacossi & P. Pfälzner (éd.), Schätze des Alten Syrien. Die Entdeckung des Königsreichs Qatna, Landesmuseum Wurtemberg/Syria DGAM, Stuttgart, 2009.

4 L. Åström, The Late Cypriote Bronze Age: other Arts and Crafts, The Swedish Cyprus Expedition IV 1D, Lund, 1972.

5 Caubet in Yon 1991, op. cit. n. 2.

6 E. Fischer, Ägyptische und ägyptisierende Elfenbeine aus Megiddo und Lachish. Inschriftenfunde, Flaschen, Löffel (AOAT, 47), Ugarit-Verlag, Münster, 2007.

7 C. Lilyquist, « Stone vessels at Kamid el-Loz, Lebanon: Egyptian, Egyptianising or non-Egyptian? A Question at sites from the Sudan to Iraq to the Greek Mainland », in R. Hachmann (éd.) Kamid el-Loz 16 (Schatzhaus-Studien, Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde, 59), Bonn, 1996, p. 133-173.

8 Ahrens 2006, op. cit. n. 3, p. 15-36 ; R. Klemm & D. L. Klemm, « Calcite Alabaster oder « Travertin? », Göttingen Miszellen, 122, 1991, p. 57-75.

9 Certains chercheurs emploient même le terme de « globalisation », voir Pfälzner in M. Al-Maqdissi, D. Morandi-Bonacossi & P. Pfälzner (éd.), Schätze des Alten Syrien. Die Enteckung des Königsreichs Qatna, Landesmuseum Wurtemberg/Syria DGAM, Stuttgart, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Caubet, « Rachel Thyrza Sparks, Stone vessels in the Levant (The Palestine Exploration Fund Annual, VIII). »Syria, 87 | 2010, 424-428.

Référence électronique

Annie Caubet, « Rachel Thyrza Sparks, Stone vessels in the Levant (The Palestine Exploration Fund Annual, VIII). »Syria [En ligne], 87 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/syria/818 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.818

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search