Navigation – Plan du site
Recensions

Alan Walmsley, Early Islamic Syria, An archaeological assessment (Duckworth Debates in Archaeology)

Alastair Northedge
p. 457-459
Référence(s) :

Alan Walmsley, Early Islamic Syria, An archaeological assessment (Duckworth Debates in Archaeology), Duckworth & Co. Ltd. Londres, 2007, 176 p., 12 fig., ISBN : 978-0-7156-3570‑4.

Texte intégral

1Alan Walmsley nous donne ici un petit ouvrage sur la période omeyyade et la période suivante, publié dans une collection de débats en archéologie. C’est une première ébauche sur le sujet, pour lequel il nous promet un travail plus détaillé à l’avenir. Walmsley est un archéologue qui a passé l’essentiel de sa carrière à fouiller la période omeyyade en Jordanie. Sans aucun doute, il est l’expert le plus chevronné sur le sujet. Son but est de valoriser l’archéologie de cette période devant un public composé d’archéologues d’autres domaines, mais également d’étudiants et d’un public plus large. L’ouvrage est rédigé assez rapidement, dans le contexte d’une bourse annuelle de Dumbarton Oaks, et reflète ses intérêts personnels à partir de ses activités de terrain.

2Dans le premier chapitre, il définit sa terminologie et raconte l’histoire de l’archéologie de sa période. Pour en définir les contours géographiques, aux termes « Levant » ou « Bilad al-Sham », ce dernier peu connu hors des milieux scientifiques et par conséquent difficile à employer devant un public plus large, il préfère « Syria-Palestine ». Il n’apprécie pas l’utilisation des termes dynastiques pour la périodisation chronologique, d’où le « Early Islamic » du titre. On aurait pu dire omeyyade, expression assez parlante, mais cette période court jusqu’au début du ixe s., soit plus de cinquante ans après la fin de la dynastie. C’est d’ailleurs un problème récurrent, qui ne trouve pas de solution. Soit l’on emploie un terme juste, et personne ne comprend de quoi on parle, soit l’on emploie un terme parlant, et l’on est accusé d’être obnubilé par l’histoire dynastique de l’Islam.

3En premier lieu, l’auteur reproche aux archéologues du Proche-Orient leur négligence passée de l’archéologie de la période islamique, avec notamment un nettoyage des niveaux sans procéder à leur études. Il a raison. Il critique ensuite les chercheurs de sa période d’avoir concentré à l’excès leurs investigations sur l’architecture monumentale, en passant là encore sur d’autre matériel de l’époque. L’auteur a ici raison, mais également tort, car c’est l’architecture monumentale qui explique le mieux l’évolution de la culture islamique, rapide à l’époque omeyyade.

4Il est partisan, comme beaucoup d’archéologues du monde anglophone, du principe historique de la « longue durée », même si, dans sa conclusion, il nuance cette approche. On comprend bien sa motivation. La période omeyyade est foisonnante, et tout cela a l’air de correspondre au modèle de la « longue durée », mais davantage qu’« évolutionnaire », cette période est révolutionnaire. Une révolution assez lente, car l’auteur remarque bien que la conquête islamique n’est pas visible dans les matériaux archéologiques, mais c’est une révolution quand même, et de nouveaux éléments devraient être détectés.

5Dans le deuxième chapitre, « After Justinian, 565-635 ce », il traite de la situation au moment de la conquête islamique. Son intérêt porte plutôt sur la question du déclin, à partir du règne de Justinien, idée qu’il souhaite rejeter. Et il insiste bien sur la nouvelle découverte — l’importance des villages du bord du désert à la fin du vie et au début du viie s., où l’on continue de construire des églises, même au moment de la conquête. La question qui reste à résoudre est le pourquoi de l’épanouissement de ces villages. S’agit-il d’une retombée des subventions de Byzance aux Ghassanides ou d’autre chose ?

6Le troisième chapitre, « Material culture and society », est en fait destiné à justifier la datation par la séquence de céramiques. C’est pourquoi le chapitre est placé ici avant l’étude des sites. J’aurais préféré qu’il soit placé plus tard, afin de discuter de la vie quotidienne à l’époque omeyyade. La numismatique est également incluse, surtout la question du lent début du monnayage par l’État omeyyade, et l’emploi continu, très surprenant, de monnaies byzantines jusqu’au règne d’Abd al-Malik. Mais, en fait, dans les provinces ex-sassanides, le monnayage islamique commence bien plus tôt. Il serait tentant de dire que l’on frappait si cela était nécessaire, mais au règne d’Abd al-Malik on lance une nouvelle représentation de l’État.

7Le quatrième chapitre, « Sites and settlements processes », commence par traiter de l’organisation provinciale du califat, le sujet de la thèse de Walmsley. Puis c’est la question du destin des villes romaines qui est abordée. L’auteur profite d’une citation un peu négative rédigée par l’auteur de ce compte rendu en 1999, afin de défendre la prospérité des villes romaines à l’époque omeyyade. Il a raison, dans la mesure où il a fait des découvertes impressionnantes récentes à Djérash, comme la grande mosquée et le marché de l’époque omeyyade. Il ne remarque pas, cependant, que si ces villes romaines sont disponibles pour la fouille, c’est qu’elles ont été largement abandonnées peu après la période omeyyade. Une ville prospère est-elle abandonnée un siècle plus tard ?

8La vérité est que le sort des villes romaines sous l’Islam peut être divisé en trois catégories : les villes déjà mortes avant l’Islam, comme Pétra, même si on y retrouve encore des vestiges d’époque omeyyade. Pétra n’est pas même mentionnée dans les textes de la période islamique ; les villes qui survivent à l’époque omeyyade, mais qui meurent peu après, comme Djérash, Umm Qais ou Apamée. Cela n’empêchent pas la découverte de vestiges postérieurs, car souvent on continue de vivre dans des lieux largement abandonnés. Les villes romaines enfin qui perdurent sous l’Islam, comme Amman ou Damas, mais où l’on ne découvre pas beaucoup d’éléments sur la transition, à cause des vestiges postérieurs superposés.

  • 1 A. Northedge, « Archaeology and new urban settlement in Early Islamic Syria and Iraq », in G. R. D. (...)

9Le troisième volet de ce chapitre porte sur les nouvelles villes omeyyades. Il décrit le site le plus exemplaire d’Andjar, au Liban, comme une « enigmatic and puzzling foundation ». Cette description n’est valable que si l’on ignore les publications existantes1. L’Iraq joue un rôle important pour comprendre la Syrie omeyyade. La Ville Ronde de Baghdad (762-766 apr. J-C) est l’héritière proche des villes nouvelles omeyyades. Al-Ya‘qubi nous explique que la Ville Ronde n’était destinée qu’au calife et à son entourage, y compris son armée. Andjar a pu correspondre à ce schéma. Il est évident qu’une telle fondation, quand l’État n’en avait plus besoin, aurait pu être abandonnée, comme Andjar, ou continuer de servir comme site urbain, comme Ramla ou Aqaba. La période omeyyade était un monde de dépendance personnelle, beaucoup plus proche de l’Europe médiévale ; on n’envisageait pas de créer des villes ouvertes à une population civile, comme à l’époque romaine.

10Le cinquième chapitre traite de la vie à l’époque omeyyade. J’étais satisfait d’y trouver une revue des matériaux botaniques et zoologiques. En effet, on n’y a pas porté suffisamment d’attention pour l’époque islamique.

11Le sixième chapitre traite des différentes approches qu’on peut faire de la période. Il souligne d’abord la question des Arabes de la période pré-islamique, puis il parle de « Qur’anic archaeology ». Là, l’auteur est un peu rapide. Il ne parle que du sanctuaire des Sept Dormants au sud d’Amman. Cependant, l’évolution de tels mythes « Qur’ano-bibliques » n’apparaît qu’au xe s. et il s’agit d’un tout autre monde que celui dont il parle. Puis il repose la question du déclin après la période omeyyade et se lance sur la notion de « resilience theory ». Tout cela pour expliquer la raison du déclin sous les Abbassides. C’est difficile à admettre si on a soutenu l’hypothèse d’une prospérité sous les Omeyyades. Pour ma part cela ne fait pas débat : l’économie omeyyade était supportée par l’importation de ressources d’autres provinces par la dynastie régnante. Par la suite, il s’agit de l’adaptation de l’économie aux nouvelles règles : la Méditerranée était fermée au commerce pendant plusieurs siècles, et il y a un changement de relation entre ville et campagne.

12Dans cette étude, on aurait d’abord souhaité que l’auteur insistât davantage sur l’importance de l’archéologie pour l’histoire de l’époque omeyyade. Les sources textuelles en arabe sont presque toutes de date ultérieure, et originaires de l’Iraq, comme Al-Tabari. Les sources locales, comme Al-Muqaddasi, ou le Tarikh Dimashq d’Ibn Al-Qalanisi, sont de date bien ultérieure, du xe ou du xiie s., la région est alors bien différente. Les sources grecques, même si elles sont contemporaines, proviennent de l’extérieur. L’archéologie n’est pas loin d’être la seule source fiable, avec les épîtres d’Abd al-Hamid bin Yahya, secrétaire du dernier calife omeyyade, Marwan bin Muhammad.

13R. W. Bulliet nous avait proposé, dans sa monographie Conversion to Islam in the Medieval Period, une proportion de musulmans très basse à l’époque omeyyade, peut-être 10 %, et peut-être 20 % en Syrie omeyyade. Si ses calculs sont peu fiables, ils sont cependant confirmés par le matériel archéologique, qui relève pour la plus grande part de la communauté chrétienne. Sous le principe de la « longue durée », c’est inévitable.

14Walmsley ne s’occupe pas beaucoup de l’évolution de la communauté musulmane. Trois phrases sur la Coupole du Rocher, monument essentiel pour comprendre le développement de l’Islam. Les châteaux du désert sont décrits comme ayant une fonction « not clear for many of these ‘desert palaces’ ». Effectivement, tout ce qui relève de la culture naissante islamique est décrit comme énigmatique ou peu clair.

15En fait, ces développements sont faciles à comprendre, mais ils ne correspondent pas au modèle de la Syrie tardo-antique. Les châteaux du désert sont les résidences de l’élite omeyyade et sont basés sur le modèle des forts anté-islamiques de la péninsule Arabique. Sur la Coupole du Rocher, il est légitime de discuter le pourquoi, mais le débat n’est pas évoqué ici. De la mosquée, dont l’existence est présumée, on ne discute pas non plus.

16Au final, on assiste à une surfocalisation sur le monde non-musulman. C’est inévitable si le matériel archéologique porte plutôt sur les communautés non-islamiques, mais on observe peu d’efforts pour distinguer les nouveautés de l’Islam. Ces nouveautés sont pourtant vitales, même si elles sont rares, afin de comprendre l’avenir abbasside.

17L’approche de Walmsley est très appréciée par Dumbarton Oaks et par d’autres archéologues européens ; pour eux, c’est la suite de l’histoire méditerranéenne. Mais la période omeyyade est le début d’un renversement, où le Proche-Orient continental domine, avec ouverture sur l’Océan indien, qui va durer tant que la Méditerranée est fermée au commerce.

Haut de page

Notes

1 A. Northedge, « Archaeology and new urban settlement in Early Islamic Syria and Iraq », in G. R. D. King & A. Cameron (éd.), Studies in Late Antiquity and Early Islam II, Settlement Patterns in the Byzantine and Early Islamic Near East, Princeton, 1994, p. 231-265.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alastair Northedge, « Alan Walmsley, Early Islamic Syria, An archaeological assessment (Duckworth Debates in Archaeology) », Syria, 87 | 2010, 457-459.

Référence électronique

Alastair Northedge, « Alan Walmsley, Early Islamic Syria, An archaeological assessment (Duckworth Debates in Archaeology) », Syria [En ligne], 87 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2016, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/syria/876

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
  • Logo IFPO
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Maison Archéologie & Ethnologie
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals