Navigation – Plan du site

AccueilRubriques en ligneRecensions2019Jørgen Christian Meyer, Palmyrena...

2019

Jørgen Christian Meyer, Palmyrena. Palmyra and the Surrounding Territory from the Roman Period to the Early Islamic Period

Annie Sartre-Fauriat
Référence(s) :

Jørgen Christian Meyer, Palmyrena. Palmyra and the Surrounding Territory from the Roman Period to the Early Islamic Period, Oxford, Archaeopress, 2017, 20 × 29, X + 220 p., ISBN : 978-1-78491-707-4.

Texte intégral

1Depuis la venue d’Alois Musil en 1912, les prospections aériennes d’Antoine Poidebard entre 1925 et 1932, puis l’exploration de quelques jebels en Palmyrène du Nord-Ouest par Daniel Schlumberger entre 1933 et 1935, aucune recherche n’avait été menée sur le territoire de la cité de Palmyre. En 2008, une équipe de chercheurs norvégiens dirigée par Jørgen Christian Meyer obtint l’autorisation de la DGAMS de prospecter une vaste zone de 87 km de long sur 25 km de large dans la région des jebels et des wadis, située au nord de la cité ; travail qui se poursuivit en 2009 et 2011. Outre le jebel Chaar, déjà exploré par Schlumberger, mais dont il s’agissait de compléter les observations, les Norvégiens prospectèrent systématiquement les jebels Merah, Abyad, Abu Rigmen et Bilaas, les wadis Abyad, al-Masek, al-Takara, Jihar, Massadé et Khabar, où ils ne repérèrent pas moins de 70 sites.

2La première partie de l’ouvrage consacre plusieurs chapitres successifs de synthèse où sont analysés successivement la méthode du survey appliquée à la zone prospectée, la chronologie des sites, la topographie et le climat de la région, l’approvisionnement en eau, les différents villages et établissements visités, ainsi que les fortins. Le tout est clairement illustré par des cartes et des photographies en couleur. La deuxième partie se compose d’un inventaire des différents secteurs visités, lui aussi abondamment illustré par des photos satellites de chaque site sur lesquelles sont reportés les différents éléments repérés (bâtiments, murs, puits, citernes, enclos, forts, sanctuaires). Des photographies et des plans très clairs les complètent. Les trouvailles pour chaque site sont énumérées et analysées, suivies d’une brève conclusion.

3Tous les sites se distinguent par la présence de bâtiments dont la nature, parfois, est plus ou moins identifiable, mais où se remarquent de petits sanctuaires, des enclos à bétail, des camps et des tombes. Partout il a été repéré des puits, mais surtout des citernes et des conduits d’adduction d’eau qui laissent entrevoir des activités agricoles, arboricoles et d’élevage. Il est clair que Palmyre tirait de son terroir des surplus alimentaires devenus indispensables lorsque la population de la cité augmenta à partir du ier siècle av. J.‑C. et que l’oasis seule ne pouvait suffire à en satisfaire les besoins (ce que le texte du Tarif de Palmyre donnait déjà à comprendre). Il a été toutefois difficile aux chercheurs de dater précisément les établissements, faute d’avoir été autorisés à pratiquer des fouilles et des sondages et de n’avoir pu procéder qu’à des ramassages de matériel de surface. De plus, beaucoup de sites sont fortement érodés par les eaux et le vent, et ont subi des destructions multiples suite à la modernisation dans certaines zones (construction de routes), à la déforestation (jebel Abyad et Chaar) liée à l’exploitation du bois et non aux changements climatiques, aux forages de gaz et de pétrole, aux barrages (sud du wadi Abyad) et aux fouilles clandestines (jebel Chaar). Néanmoins, la prospection a pu mettre en lumière un nombre assez considérable de vestiges d’établissements humains, parmi lesquels des fortins militaires (Tahoun al-Masek, Ouéchel, Tweihina, Shaneh). Certains sites ont été abandonnés au ive siècle (jebel Chaar) tandis que d’autres ont continué d’être occupés jusqu’à l’époque omeyyade et même ottomane (jebel Merah, Abyad et wadi Abyad). Aucun site ne peut, à ce stade de la prospection, être relié à l’âge du Fer ou à la période hellénistique, tous semblent s’être développés à l’époque romaine au cours de laquelle sédentaires et nomades ont dû vivre en symbiose. Les inscriptions safaïtiques témoignent en outre de la présence, sans doute de façon saisonnière, d’éleveurs venant de Syrie du Sud et du nord de la Jordanie.

4Quelques sites, en raison de vestiges plus abondants et plus élaborés, comme des portes en marbre (al-Khaïrem dans le wadi al-Abyad), des tombeaux construits (Antaar), de petits sanctuaires (jebel Char, Shaneh, jebel Merah Est 374, Khirbet al-Alali Gharbun dans le jebel Jazal, al-Karasi), ont connu un développement plus important que d’autres.

5Cette prospection minutieuse abondamment et clairement illustrée apporte un éclairage intéressant sur l’occupation du territoire de Palmyre et les relations que celle-ci entretenait avec lui et avec les populations appartenant, semble-t-il, à une autre sphère que celle de l’oasis. Il est extrêmement regrettable que ce travail n’ait pas pu se prolonger par des fouilles, désormais bien compromises, et qu’il n’ait pas pu s’étendre à d’autres secteurs, notamment au sud, à l’est et au sud-est, où les limites du territoire de Palmyre sont encore imprécises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Sartre-Fauriat, « Jørgen Christian Meyer, Palmyrena. Palmyra and the Surrounding Territory from the Roman Period to the Early Islamic Period »Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/8899 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.8899

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search