Navigation – Plan du site

AccueilRubriques en ligneRecensions2019Michał Gawlikowski, Le sanctuaire...

2019

Michał Gawlikowski, Le sanctuaire d’Allat à Palmyre

Annie Sartre-Fauriat
Référence(s) :

Michał Gawlikowski, Le sanctuaire d’Allat à Palmyre (PAM Monograph Series 8), Warsaw, Wydawnictwa Uniwersytetu Warszawskiego, 2017, 20 × 29, 300 p., 172 fig. n/b + 67 coul., ISBN : 978-83-235-3493-8.

Texte intégral

1Le sanctuaire d’Allat à l’ouest de la ville, au pied du jebel al-Husayniet, n’est pas le plus connu des temples de Palmyre, car – violemment détruit au ive siècle apr. J.-C. – il n’offrait que des ruines aux visiteurs. Du moins, grâce à cela, a-t-il échappé au vandalisme de daesh en 2015 ; mais ce ne fut malheureusement pas le cas des deux statues les plus spectaculaires qui l’ornaient du temps de sa splendeur et qui étaient conservées au musée de la ville : le lion monumental et la statue d’Athéna-Allat, tous deux volontairement et gravement mutilés.

2La publication de M. Gawlikowski redonne vie à ce sanctuaire, au terme de plusieurs années de fouilles et de recherches sur le terrain dans les années 1974-1977 puis 1980. Seuls les scrupules de l’auteur, qui voulait livrer une étude parfaite et lever tous les doutes sur des points obscurs, expliquent le délai mis à achever l’ouvrage.

3La fouille et les inscriptions retrouvées sur le site ont permis de montrer que l’on avait affaire au plus ancien sanctuaire de la ville, fondé au cours du ier siècle av. J.‑C. par un membre d’un clan bien connu à Palmyre, les benê Yediʾbel. M. Gawlikowski, à travers les différentes étapes de la fouille, retrace la chronologie du temple qui, au ier siècle av. J.‑C., n’est qu’un simple hamana, une chapelle fermée, au toit couronné de merlons, avec un petit autel devant la porte. À l’intérieur, on trouvait une niche cultuelle et une statue, probablement assise, de la divinité. Au fil du temps, le sanctuaire prit de l’ampleur grâce à l’adjonction au cours du ier siècle apr. J.‑C. d’une vaste enceinte à portiques englobant la chapelle primitive et qui, par cette réalisation, manifeste l’adoption à ce moment-là par Palmyre des modèles grecs. À l’époque antonine, au milieu du iie siècle apr. J.‑C., le sanctuaire d’Allat subit une nouvelle transformation dont on retrouve les mêmes intentions dans d’autres sanctuaires du site : une architecture plus monumentale avec des décors et des aménagements empruntés aux modèles gréco-romains. Une grande cella est construite autour de la chapelle primitive avec un pronaos à quatre colonnes de façade et une en retour de chaque côté, ainsi qu’un fronton triangulaire. Une porte monumentale, dédiée vers 148/149, s’élève à l’entrée du temenos ; elle est l’offrande de l’épimélète Taimarsu qui avait supervisé les travaux de la cella et qui fit don en même temps que la porte d’une statue en bronze et des vantaux de la porte de la cella. Cette enveloppe gréco-romaine, comme pour d’autres temples de Palmyre, notamment celui de Baalshamin auquel il est souvent fait référence en raison de similitudes de conception et d’évolution, n’exclut pas toutefois des adaptations pratiques. Il semble bien par exemple que la partie de la cella dans laquelle était englobée la chapelle n’ait pas été recouverte d’un toit, pas vraiment nécessaire, et que seul le pronaos en était pourvu. Cette évolution du temple est clairement illustrée par de nombreux plans et photographies, et surtout par de remarquables reconstitutions insérées sur fond de photos du site (fig. 22, 37, 130 et 144). L’effet est très parlant.

4Bien que le sac de Palmyre par Aurélien en 273 n’ait pas laissé de traces très évidentes sur le site, il semble bien néanmoins que le temple d’Allat en ait été victime, l’ancien hamana a disparu, et c’est après cette date que l’on procéda à des restaurations du temenos et de la cella dans les sous-sols desquels furent retrouvées des monnaies d’Aurélien et de Wahballat datées de 271/72. L’édifice fut alors intégralement couvert et l’on remplaça la statue de culte primitive, détruite, par une en marbre représentant Athéna, copie d’une œuvre du ve siècle av. J.‑C., provenant peut-être les thermes. À la fin du iiie siècle, le temple souffrit grandement de son inclusion au sein du camp de la légion, où il fut cerné par des principia, des baraquements, des aménagements divers pour les soldats, et une maison pour le préfet du camp fut édifiée dans la partie est du temenos (fig. 157).

5La destruction définitive se produisit au ive siècle, lors des violences anti-païennes sous Théodose : les statues (dont celle d’Athéna-Allat) furent mutilées ou réduites en fragments, les murs démontés pour être réutilisés comme matériaux de construction. Les tremblements de terre, puis l’abandon du site par Rome au viie siècle signa définitivement la ruine de l’édifice.

6Ce n’est que grâce au minutieux travail de M. Gawlikowski et de ses équipes d’archéologues que l’histoire de ce temple peut aujourd’hui nous être présentée avec autant de clarté et d’intelligence. Cela ne nous étonne pas venant de ce grand savant qui allie à ses compétences archéologiques, celles d’un excellent historien, soucieux de contextualiser ses découvertes.

7Mais l’ouvrage ne s’arrête pas à la chronologie des fouilles et à leurs remarquables résultats. M. Gawlikowski consacre un chapitre à la déesse Allat et aux autres dieux honorés dans son entourage et donne la liste de tous les documents la concernant : tessères, sculptures et inscriptions. Sont également répertoriées tous les fragments sculptés retrouvés lors de la fouille dans les différentes parties du temple et en dehors, ainsi que les inscriptions commentées, relatives à la construction du sanctuaire et aux offrandes, ainsi que les inscriptions honorifiques dont certaines émanent de la déesse elle-même. Enfin, pour être complet, un dernier chapitre se contente de répertorier les monnaies provenant de la fouille, car elles avaient déjà fait l’objet d’une publication dans les Studia Palmyrenski en 2014.

8Qu’il soit permis de répéter l’importance scientifique de cette publication sur l’un des temples de Palmyre qui, bien que n’ayant pas la même notoriété que ceux de Bêl ou de Baalshamin, n’en revêt pas moins une grande importance pour l’histoire du site et les pratiques religieuses de ses habitants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Sartre-Fauriat, « Michał Gawlikowski, Le sanctuaire d’Allat à Palmyre »Syria [En ligne], Recensions, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/syria/8907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/syria.8907

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses IFPO

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search